Publié le 8 Mars 2014

Alain-Amedro-2014Vous trouverez ci-dessous le clip de campagne de la liste Vivre mieux ensemble à Aulnay-sous-Bois conduite par Alain Amédro. Comme vous pourrez le constater, il a été vu plus de 1 000 fois en 48 heures. Selon le militant écologiste qui nous l’a transmis, c’est un chiffre important et en tout cas deux fois supérieur à celui du clip de campagne du maire sortant Gérard Ségura sorti pourtant il y a plusieurs semaines. Reste maintenant à savoir si cette tendance se traduira aussi dans les urnes le 23 mars prochain.

Robert Ferrand

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 8 Mars 2014

3653937_2_545x341.JPGMême si les Franciliennes font partie des meilleures élèves de l’Hexagone, elles ne dirigent que 33% des entreprises d’Ile-de-France. Une proportion que le gouvernement espère monter à 40% en 2017.

Elles représentent la moitié de la population active, mais seulement 33 % des chefs d'entreprises d'Ile-de-France. La proportion de femmes créatrices d'entreprises a du mal à décoller depuis dix ans. C'est ce que le révèle une étude menée par trois chercheuses de l'IAU (Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France) et de l'Insee, qui pour ce 8 mars 2014, ont tenu à faire le point sur la place des femmes sur le marché du travail.  

Les Franciliennes font pourtant partie des meilleures élèves de l'Hexagone, distancées de très peu par les Pays de la Loire (34 %). Sans surprise, c'est à Paris qu'elles créent le plus (près de 40 entreprises sur 100). A la traîne, la Seine-Saint-Denis (24 %) et les Hauts-de-Seine (27 %), deux départements qui ont pourtant des taux de chômage aux antipodes : 16,8 % des femmes en Seine-Saint-Denis contre 9,7 % dans le 92.

Les domaines de prédilection des entrepreneuses : le conseil (audit, ressources humaines...), l'action sociale et la santé où là, elles sont majoritaires (64 %). C'est le cas des infirmières ou des sages-femmes qui se mettent à leur compte. Ces secteurs ne nécessitent pas forcément beaucoup d'investissements : un quart des créatrices franciliennes démarrent avec moins de 2000 EUR (contre 18 % des hommes). Mais comparées à celles des hommes, les entreprises créées par les femmes sont tout aussi pérennes.

Comment expliquer cet écart entre les hommes et les femmes ? Sur le terrain Victorin Gopkon, consultant Premier Conseil qui accompagne chaque année une centaine de projets d'entreprises en Ile-de-France voit une différence majeure : « les femmes sont plus prudentes, prennent moins de risque et sont capables de se rétracter au dernier moment ». « Huit créatrices sur 10 créent pour la première fois et elles recommencent moins spontanément que les hommes en cas d'échec », ajoute Carine Camors, économiste à l'IAU et co-auteure de l'enquête.

Les motivations aussi diffèrent. « Les femmes créent leur entreprise par volonté d'indépendance, tandis que les hommes vont vouloir développer un investissement ou affronter de nouveaux défis », compare Carine Camors. Même si diriger une entreprise relève du défi, comme en témoigne Christelle Sogbadji, infirmière libérale basée à Sevran Beaudottes (Seine-Saint-Denis). « On fait trois boulots en un, les soins, la prospection, la facturation, et on n'est pas préparé à ça », admet cette jeune femme de 32 ans. Elle ne s'est pas payée pendant trois mois. Elle a été tentée de jeter l'éponge après 3 ans. Mais elle a tenu bon et ne le regrette pas. « C'est plus dur pour les femmes aussi parce qu'elles doivent assumer la famille, estime Djamila Ibanez, gérante de Methodes +, créé en 2004 aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et spécialisée dans le conseil en gestion. J'ai eu la chance que mes enfants ne soient plus à charge quand j'ai créé mon entreprise et que mon conjoint adhère au projet, mais je me levais à 5 heures du matin pour tout faire. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 8 Mars 2014

resto-coeur.jpgPresque trois palettes de produits alimentaires, d'hygiène et d'entretien, hier, et quatre autres attendues aujourd'hui. C'est l'estimation de l'équipe des bénévoles des Restos du Cœur de Saint-Denis qui participent à la première journée de la collecte annuelle de l'association humanitaire, au Carrefour de la place du Caquet. Cette collecte se poursuit, aujourd'hui, de 8 h 30 à 18 heures dans la plupart des supermarchés du département*.  

Un nombre de bénéficiaires en constante augmentation

Cette année encore le nombre de bénéficiaires des colis des Restos augmente. Dans le département, ce sont plus 50 000 adultes et 5 000 bébés qui ont eu besoin de l'association. « Cette année, à Saint-Denis, j'ai remarqué une présence notable de retraités qui se retrouvent acculés par les charges de leur appartement et me disent qu'ils n'auraient jamais imaginé en arriver là. Ça devient de plus en plus difficile », déplore Monique, retraitée, bénévole depuis 14 ans à Saint-Denis, en charge des inscriptions. Quand elle a commencé, elle enregistrait 600 familles, aujourd'hui c'est mille de plus.

Parmi les clients, hier, certains évitent habilement les chariots aux logos rose et noir disposés à l'entrée du centre commercial. D'autres donnent spontanément. « Bravo pour ce que vous faites ! », lâche une cliente qui apporte quatre petits pots pour bébé car elle n'a pas de quoi offrir plus. Un jeune homme ramène gels douche, shampoings et déodorants. Une autre femme a pensé à prendre du riz et des pâtes.

Les bénévoles rangent. Parmi eux, le directeur du centre commercial et sa chef de rayon viennent prêter main-forte – Carrefour est partenaire des Restos depuis 2009. « Je les aide à emballer et porter les cartons. Je suis très fier de participer à cette action », assure le patron.

*Contactez Monique Derrien au 06.83.84.71.55. si vous voulez aider les Restos dans leur collecte de denrées.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 8 Mars 2014

PSARECUPIl se définit comme « quelqu'un de mesuré, qui cherche l'équilibre ». Hier, lors d'un point presse en mairie d'Aulnay-sous-Bois, aux côtés de responsables de PSA, du maire et du député d'Aulnay, Jean-Paul Bailly a précisé les contours de sa mission auprès du patron du groupe automobile.

L'ancien 
président de la Poste doit conseiller le patron du groupe, Carlos Tavarès, sur la reconversion des terrains de l'usine. Celle-ci, qui abrite encore 215 salariés en attente d'une solution, doit fermer cette année. Pas d'annonce fracassante, mais une précision sur le calendrier : un schéma directeur, élaboré par les services immobiliers de PSA, pourrait être présenté d'ici le début de l'été. D'ici là, Jean-Paul Bailly, qui a déjà visité le site, veillera au dialogue entre les parties prenantes, notamment lors des réunions présidées par le préfet de région.

Des tractations depuis des mois entre les divers acteurs

Le devenir de ces 160 ha est depuis des mois au cœur de tractations entre les collectivités, l'Etat et l'entreprise. « Nous avons rétabli une relation de confiance avec l'entreprise, après des relations difficiles sur certains sujets, indiquait hier le maire (PS), Gérard Ségura. Notre préoccupation est aujourd'hui l'emploi et le développement économique. » Hormis l'installation confirmée d'ID Logistics et de 590 emplois en 2015, les autres projets sont encore en suspens pour ce site qui abritait en juillet 2012 plus de 3 000 salariés. Parmi les pistes déjà évoquées, l'installation d'un site de maintenance du futur métro du Grand Paris, les ateliers de Siemens, ou encore une usine de l'entreprise Lucibel...

Jean-Paul Bailly soulignait hier qu'il faudrait des dizaines d'années pour réaménager le site. En attendant, Sigrid Duhamel, directeur immobilier de PSA, envisage des baux précaires pour permettre à des sociétés de s'y installer pour une courte durée. Même si plusieurs élus socialistes militent pour une « maîtrise publique du foncier », Sigrid Duhamel a répété hier que le sujet n'était pas d'actualité. « Avant de parler de vente, il faut qu'on ait un projet. Qu'on puisse vendre n'est pas exclu. Aucune hypothèse n'est exclue », a-t-elle précisé. Pour le député (PS) Daniel Goldberg, l'essentiel est de trouver les moyens d'éviter la constitution d'une friche industrielle, « comme les terrains Westinghouse ou Kodak à Sevran », restés en l'état durant des années.

Cette conférence de presse n'a pas été du goût de tout le monde à Aulnay. Bruno Beschizza, candidat UMP aux municipales, y a vu la main du gouvernement, tout juste entré dans le capital de PSA, et une « l'intrusion du gouvernement guidée par une pitoyable manœuvre électoraliste », en faveur de Gérard Ségura.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 7 Mars 2014

Décidemment la campagne pour les municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois se déroule sur un rythme effréné notamment sous l’impulsion du candidat d’Union de la Droite, du Centre et de la Société civile, Bruno Beschizza. Celui-ci, en effet, après avoir distribué son programme avant le maire sortant Gérard Ségura à travers une spectaculaire opération de boitage de ses militants, crée une nouvelle fois l’événement en faisant de même pour dévoiler sa liste aux Aulnaysiens.

IMG1.jpg

Du coup, contrairement à ses concurrents qui ont pris l’option plutôt classique de révéler dans le même temps leur programme et les colistiers qui l’incarnent, Bruno Beschizza en choisissant d’en faire deux événements distincts procède de façon originale et crée indéniablement un effet de curiosité. Il ne reste donc plus que quelques heures avant que les noms soient connus. Il suffit de guetter sa boite aux lettres…

IMG2.jpgRobert Ferrand  

Photos d’illustration envoyées par un Aulnaysien. (Nous l’en remercions).

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 7 Mars 2014

p1060193Essayons de décrypter à tête reposée la chronologie des événements passés en rappelant les faits. Ce jeudi 6 mars 2014, peu de temps avant 22 heures, un blog d’information « indépendant », qui signe ses articles « La rédaction » et fait beaucoup de publicité pour le candidat UDI Jacques Chaussat, publie un papier expliquant ni plus ni moins que Bruno Beschizza aurait hérité du panneau d’affichage officiel n°1 pour la campagne des municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois. Son équipe de militants se serait alors empressée de coller immédiatement sur les panneaux de la ville.

Un tel enthousiasme à relayer cette information sur le principal rival du maire sortant Gérard Ségura est en soi plutôt étonnant ! A fortiori lorsque l’on songe qu’à l’heure où a été écrit cet article il était tout simplement impossible à Bruno Beschizza d’avoir le panneau numéro 1 puisque le tirage au sort désignant officiellement lesdits panneaux n’avait lieu que lendemain à 10h en préfecture ! Pourtant, ce vendredi matin justement, le blog anonyme de campagne de Gérard Ségura, sans doute en manque de polémique, relaie à son tour sans vérification cette même information en criant au scandale et à la situation illégale du candidat UMP !

Ce qui frappe avant tout dans cette « affaire » c’est le cheminement des événements. Tout d’abord l’information publiée le 6 mars est forcément suspecte puisque le tirage au sort officiel des panneaux n’a pas encore eu lieu. Ensuite, sur la photo et la vidéo d’illustration (tombées miraculeusement du ciel) on s’aperçoit que la qualité de collage sur le panneau laisse franchement à désirer et n’est pas digne des standards des colleurs UMP. Enfin, l’utilisation de la Une du Parisien avec Sarkozy et Buisson parait pour le moins étrange compte-tenu des circonstances. Pourtant, malgré autant d’incohérences, à aucun moment personne ne songe à vérifier l’information auprès des responsables de l’UMP. L’hypothèse qu’il puisse s’agir d’une mauvaise plaisanterie ou d’une grossière manipulation dans le seul but de nuire n’est même pas envisagée !

Ironie de la situation, ce matin après 10h, Bruno Beschizza a effectivement bénéficié du panneau numéro 1 après le tirage au sort en préfecture ! La chance des futurs vainqueurs peut-être. De quoi en tout cas mettre beaucoup de plomb dans l’aile d’une polémique visiblement cousue de fil blanc et pourtant alimentée par deux blogs faisant preuve d’une bien troublante connivence. Alors, à qui profite le crime ? En attendant la réponse à cette question, ces méthodes qui consistent à attaquer anonymement des personnes sans apporter le moindre faisceau de preuves tangibles démontrent que certains sont décidemment prêts à tout pour salir la campagne dans l’espoir de l’emporter coûte que coûte.

Robert Ferrand

Photo d’illustration : MonAulnay.com

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 7 Mars 2014

Ce jeudi a été inaugurée la 6ème édition de l’exposition « Orchidées Passion » à la ferme du Vieux-Pays, qui a lieu tous les deux ans, en collaboration avec La Fédération Française des Amateurs d’Orchidées. C’est en 2006, grâce à toute l’équipe des Espaces Verts d’Aulnay sous Bois, que cette explosion de fleurs a pu voir le jour. Il faut saluer leur engagement, leur créativité, leur  passion et leur goût artistique qui ont permis de faire perdurer cette exposition jusqu’à nos jours. Il faut juste regretter qu’elle n’ait plus lieu tous les ans, comme à ses débuts, pour nous enchanter dans ce monde morose. Voici quelques exemples de cet art floral.

Orchidees3.pngL'expo est ouverte jusqu'à dimanche ; vous pourrez visiter, acheter et obtenir des conseils de réalisation, de pousse ou de rempotage.

Orchidées4Anne-Marie Lobbé.

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie Lobbé

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 7 Mars 2014

rer-b-pas-de-trains-sur-la-ligne-nord-jusqu-a-lundi_640x280.jpgLe préavis de grève sur le RER B déposé par deux syndicats de la SNCF, SUD-Rail et la CGT, a été levé ont confirmé la direction de Transilien et les syndicats. Ce mouvement devait toucher la partie nord du RER B à partir de lundi 10 mars minuit pour protester contre le manque de personnel et le matériel vieillissant. Les discussions engagées dans la semaine entre direction et syndicats ont permis que les 900.000 voyageurs qui empruntent ce réseau, qui dessert notamment l'aéroport Roissy- Charles-de-Gaulle, d'échapper au blocage ou à de grosses perturbations. 

Selon Emmanuel Grondein, délégué de Sud-Rail, les syndicats ont obtenu qu'une équipe mobile soit mise en place pour renforcer les agents d'accueil travaillant dans des gares en cas de problème sur la ligne. 370 emplois seront affectés à cette équipe, dont la moitié provenant d'embauches et la moitié de transfert de postes, a indiqué le syndicaliste. 

Les syndicats ont également obtenu que 70 postes supplémentaires soit affectés à l'entretien de l'infrastructure «vieillissante et mal adaptée» sur cette portion de ligne, ce qui devrait permettre de résorber les retards générés par les incidents, a précisé le délégué Sud-Rail. Ils ont également obtenu qu'une réserve de conducteurs, jusqu'à présent affectée à la ligne D, soit transférée à la ligne B, ce qui devrait également aider à réguler les retards. Les agents travaillant sur la ligne pourront aussi récupérer une journée de travail, correspondant au temps de travail supplémentaire qu'ils ont effectué durant le troisième trimestre 2013, en raison des retards répétés sur la ligne.

Nouvelle réunion entre la direction et les syndicats avant l'été

Une nouvelle rencontre avec la direction est prévue avant l'été pour faire le point de la situation. Sud-Rail et la CGT demandaient davantage de conducteurs et plus de personnel de gare sur les tronçons allant de Paris Nord à Mitry (Seine-et-Marne) et à Roissy Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise).

Selon Kevin Quehen, délégué CGT, après la mise en place du plan B Nord +, en septembre 2013, des améliorations ont été enregistrées concernant la rénovation des gares et l'accès des personnes à mobilité réduite. «En revanche, sur la circulation et l'état des infrastructures et sur les moyens humains dédiés au fonctionnement de la ligne qu'il s'agisse des conducteurs ou des personnels des gares, on est bien en dessous des besoins», estime-t-il.

La mise en œuvre du plan B Nord + a entraîné une augmentation du nombre de trains par heure sur la ligne, ce qui implique un fonctionnement sur le mode omnibus et rallonge le temps de parcours pour les usagers. De plus, l'état des infrastructures et du matériel roulant entraîne des incidents, qui ont une répercussion sur toute la chaîne, a expliqué le syndicaliste.

Source : Le Parisien avec l’AFP.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 7 Mars 2014

Un Aulnaysien récemment verbalisé pour un léger dépassement de temps lors d’un stationnement boulevard de Strasbourg a transmis à la rédaction d’Aulnaylibre ! quelques clichés de la voiture de campagne de Jacques Chaussat (UDI) totalement mal garée en plein milieu de la place l’Herminier à Aulnay-sous-Bois !

photo-1--3-.jpgVoilà qui fait tout de même tâche pour un candidat qui, parait-il, souhaite faire respecter le stationnement dans notre ville ! Alors, soit le conducteur ne connait pas le code de la route ou alors il se croit tout permis !

photo--51-.jpgQuoi qu’il en soit, on ne doute pas un instant que Jacques Chaussat fasse en sorte que le contrevenant soit verbalisé comme il se doit…

2014-FEVRIER-2530.jpg


Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 7 Mars 2014

p1060193.jpgCe ne sera sans doute pas l’article de l’année mais il aura au moins le mérite de résumer simplement la situation. Il y aura donc 7 listes en course pour les municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois. Les voici énumérées ci-dessous dans l’ordre d’affichage sur les panneaux électoraux.

1. UMP- Bruno Beschizza

2. Lutte Ouvrière - Marc Darsy

3 UDI-  Jacques Chaussat

4 PS - Gérard Ségura (maire sortant)

5 EELV - Alain Amédro

6 Aulnay vers le haut - Moktar Fahrat

7 POI - Michel Lefebvre

Rendez-vous donc les 23 et 30 mars prochains pour le vote !

En attendant vous pouvez retrouver les candidats dans la vidéo ci-dessous lors du débat organisé par BFM Business TV.

Robert Ferrand

Photo panneaux électoraux : MonAulnay.com

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 7 Mars 2014

genderJean-Pierre Steenhuyse vous invite à une réflexion philosophique sur le genre, thème abordé en janvier, lors de la projection conférence. Cet atelier philo se déroule ce vendredi 7 mars à 18h30 à la bibliothèque Dumont d’Aulnay-sous-Bois située 12 boulevard Gallieni. L’entrée est libre. Renseignements au 01.48.79.41.81.

Source : http://reseaudesbibliotheques.aulnay-sous-bois.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 7 Mars 2014

3650499_11-0-4162041090_545x341.jpgCe devait être l'année Bleu Marine dans le département. Une revanche sur 2008 où aucune liste FN n'était présente aux municipales. Pour 2014, le parti annonçait, il y a encore un an, près d'une quinzaine de listes. Puis il y a deux mois, les objectifs ont été sérieusement révisés à la baisse avec seulement huit listes. Finalement, il n'y en aura... que 2 listes à Noisy-le-Grand et Rosny-sous-Bois.

Gilles Clavel, le secrétaire départemental, le reconnaît. « On n'a pas eu assez de temps et le choix des bonnes têtes de liste est difficile, soupire-t-il. Avec un an de plus, on aurait pu atteindre nos objectifs. » Un constat partagé par Nicolas Bay, le secrétaire national aux 
élections des villes de plus de 10 000 habitants venu, hier matin, soutenir Maxence Butey, le candidat FN à Noisy-le-Grand. « Ce département n'est pas vraiment notre terre de prédilections, analyse-il. Nos électeurs ont malheureusement fui ce territoire, ce qui rend plus difficile la constitution des listes. Et il ne faut pas oublier que la fédération a été reprise il y a à peine deux ans. » Alors la présence de Maxence Butey est particulièrement symbolique. « La gauche règne sans partage ici depuis 20 ans, nous représentons donc une véritable alternative, assure le candidat étudiant de 22 ans. D'ailleurs, Marine Le Pen a fait ici plus de 15 % à la présidentielle. »

Daniel Bousselaire, le second survivant, sera présent à Rosny-sous-Bois. L'homme est un vieux routier puisqu'il s'était déjà présenté en 2001. Mais jusqu'au dernier moment, son dépôt de liste était incertain. « Capillon(NDLR : le maire sortant UMP et candidat à sa succession) obligeait chacun des colistiers de toutes les listes à venir personnellement retirer son attestation d'inscription sur les listes électorales, s'insurge-t-il. Mais parmi mon équipe, certains sont en Italie, dans le sud de la France ou malades, ils ne peuvent pas se déplacer. J'ai donc attaqué en justice et j'ai gagné. Avec un mandat, j'ai pu récupérer tous les documents. Mais je sais que des membres ont subi des pressions. » Parmi les espoirs déçus, citons Patrick Julien au Raincy. « On s'y est pris très tard et on ne pensait pas que ce serait si difficile, lâche-t-il. Pourtant, le maire ne nous a jamais mis de bâtons dans les roues. Bien au contraire. » Cyril Bozonnet, militant de longue date à Gagny, n'a pas pu non plus monter sa liste. « Notre prochaine étape, c'est trouver les quarante candidats pour les élections départementales en 2015 » insiste Gilles Clavel.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 7 Mars 2014

journee-internationale-de-la-femme-2014-programme-172457_w1.jpgLa Journée internationale de la femme est célébrée dès aujourd'hui en Seine-Saint-Denis. Voici quelques-uns des événements organisés dans les villes :

Aubervilliers. Ciné débat, ce soir à 20 heures, au Studio, 2, rue Edouard-Poisson, autour du 
documentaire « Ladies Turn » et d'un court-métrage réalisé par des jeunes de l'Office municipal de la jeunesse d'Aubervilliers. Le thème de « la place des jeunes filles et des femmes dans l'espace public » sera ensuite abordé lors de la discussion. Tarif : 3,50 €

Saint-Denis. Exposition « Jeunes contre le sexisme » composée d'affiches réalisées par des jeunes du 93, à la Maison du quartier Floréal, 3, promenade de la Basilique. Vernissage ce soir à partir de 19 heures. Entrée libre

Le Blanc-Mesnil. Conférence « Femmes et création d'activité ». Plusieurs habitantes entrepreneuses raconteront leurs expériences aujourd'hui à partir de 12 h 30 à la Maison de l'
emploi et du développement économique (MEDE), 183, avenue Descartes.

Bobigny. Projection de « Twenty Feet From Stardom ». Ce documentaire, réalisé en 2013 par une Américaine, retrace l'histoire des choristes de plusieurs tubes. Ces chanteuses de l'ombre seront à découvrir, aujourd'hui à midi et à 18 h 30, au Magic 
cinéma, 2, rue du Chemin-Vert. Tarif : 3,50 €. Réservation : 01.83.74.56.78

Villetaneuse. L'hôtel de ville accueille, ce soir à 18 heures, un spectacle de danse hip-hop. L'association Tribute to Hip-Hop présentera notamment trois de ses facettes : les chorégraphies, le freestyle et l'intervention d'un DJ.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 6 Mars 2014

Le secrétaire du Parti de Gauche d’Aulnay-sous-Bois, Alain Froment, a souhaité bénéficier d’un droit de réponse suite au communiqué de Christophe Dubois et Mohamed Belmoktar, publié sur notre site le 18 février 2014, dans lequel il était demandé à Alain Amédro de clarifier sa position en vue du second tour des municipales. Vous trouverez ci-dessous le message en forme de mise au point.

PDGAulnay.png


Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 6 Mars 2014

psa.jpgIls dénoncent un «licenciement sans cause réelle et sérieuse», des «conditions de travail dégradantes» ou l’«absence de travail», et réclament une indemnisation. Le tribunal des prud’hommes de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a reçu au cours des derniers mois près de 300 dossiers déposés par des salariés ou ex-salariés de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, sur le point de fermer définitivement ses portes. Ce jeudi après-midi, près de 90 d’entre eux étaient convoqués pour une première audience de conciliation au tribunal des prud’hommes de Bobigny.

Ils étaient accompagnés par le syndicat Sud, qui affirme disposer de près de 250 dossiers. La juridiction a fixé l’audience de jugement au 2 décembre prochain. La veille, 162 dossiers avaient été déposés par d’autres anciens salariés de l’usine, escortés par la CGT, qui précise qu’une première audience se tiendra en juin. Parmi les demandeurs on trouve beaucoup d’anciens grévistes, qui avaient quitté l’usine à la fin du mois de mai 2013, à la faveur d’un protocole d’accord signé par la CGT et PSA. Celui-ci accordait une indemnité de 19 700 € aux salariés quittant en groupe rapidement, en renonçant aux mesures de reclassement. Alors que le groupe PSA affirme que 90% du personnel de l’usine (3300 personnes en juillet 2012) a trouvé une solution de reclassement, CGT et Sud prédisent que «plusieurs centaines» de lettres de licenciement seront envoyées à partir du 1 er avril prochain.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 6 Mars 2014

3647345_11-0-4159273568_545x341.jpgLa petite révolution dans la tarification des transports franciliens gagne du terrain. Le « dézonage » mis en oeuvre les week-ends, jours fériés et pendant l'été s'étend aux petites vacances dès Pâques (du 12 au 27 avril). Les abonnés aux forfaits Navigo mois, annuel, Solidarité transport mois et améthyste pourront ces jours-là circuler librement dans l'ensemble des transports d'Ile-de-France, y compris au-delà des zones de validité de leur forfait.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 6 Mars 2014

Voilà l'accueil que réservent au projet Europa City les habitants de Gonesse (Val-d'Oise) et de vingt et une communes voisines situées dans le Val-d'Oise et en Seine-Saint-Denis : 78 % d'avis favorables, et 10 % d'opinions défavorables. C'est le résultat d'un sondage Ipsos*, dévoilé ce matin, sur l'impact et l'image d'Europa City. Porté par le groupe Auchan, ce complexe de 80 ha doit ouvrir à l'horizon 2020 dans le triangle de Gonesse. 

 europa20city20-20c2aebig-europacity20-20vue20nord.jpg

Il alliera loisirs, culture et commerces avec des salles de spectacle, un parc à neige, un hall d'expositions ou encore une ferme pédagogique. Mais aussi 500 boutiques et 2 700 chambres d'hôtels. « Nous voulions mesurer la notoriété et l'accueil de ce projet, explique Christophe Dalstein, le directeur d'Europa City. Cet équipement novateur va améliorer l'image de ce territoire en créant une attraction touristique à l'échelle de toute l'Ile-de-France. »

Un projet encore peu connu. Si les acteurs 
politiques et économiques du Grand Roissy évoquent régulièrement l'équipement depuis le lancement du projet, et que les associations de défense de l'environnement ne manquent pas une occasion de manifester contre le complexe de loisirs, les sondés ne sont que 13 % à bien connaître le projet Europa City. « Nous allons poursuivre nos actions en vue d'augmenter sa notoriété », prévoit Christophe Dalstein.

L'espoir de retombées économiques. L'emploi est la préoccupation numéro un des sondés. Ils estiment à 93 % que la réalisation d'Europa City, avec 11 500 emplois prévus, va « favoriser la création d'emplois » localement. Elles pensent à 83 % que l'équipement « va contribuer à améliorer l'image du territoire » et, à 82 %, « soutenir et encourager l'implantation d'entreprises ».

30 millions de visiteurs par an attendus. Le sondage pointe que 83 % des sondés « pensent fréquenter Europa City ». Parmi eux, 48 % sont intéressés par les spectacles et la culture, et 40 % par les loisirs ; 44 % iront au parc aquatique et 34 % les grands magasins. Les sondés voient à 84 % dans Europa City « un nouveau lieu de vie et de rencontres ». Le projet table sur 30 millions de visites par an.

Les craintes des détracteurs. Pour 68 % des sondés les moins enthousiastes, « cela va générer des nuisances pendant les travaux ». « La concurrence avec des zones d'activité existantes » est l'objet de craintes pour 62 %, et pour 63 %, « cela fera augmenter les prix de l'immobilier dans la région ». Ils sont 60 % à redouter « la destruction de terres agricoles localement », et 59 % à prévoir « des problèmes de saturation des routes et des transports en commun ».

* Le sondage a été réalisé par l'institut Ipsos du 27 au 30 novembre 2013 sur un échantillon de 1 003 personnes.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 6 Mars 2014

bus-IRCEM.jpgVous travaillez dans le secteur des services à la personne et vous êtes à la recherche d'informations sur la retraite, la protection sociale, la formation professionnelle, la nutrition ou encore la prévention des risques professionnels ? Sachez que le bus du groupe de protection sociale à but non lucratif et à gestion paritaire Ircem stationnera aujourd'hui de 9 heures à 17 heures, rue Charles-Gouppy, à Aulnay-sous-Bois. Les agents sont à votre disposition pour vous informer sur vos droits et vos devoirs en matière de protection sociale obligatoire et sur les services qui vous sont ouverts. Le secteur des services à la personne compte aujourd'hui dans le département de la Seine-Saint-Denis 35 800 salariés et 34 200 employeurs.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 6 Mars 2014

32206522.jpgAULNAY. Echange de bons procédés... Une quinzaine d'élèves du collège Pablo-Neruda d'Aulnay qui reviennent de Taïwan accueillent depuis le début de la semaine leurs petits correspondants asiatiques. Les ados seront reçus cet après-midi à l'Assemblée nationale par le président socialiste Claude Bartolone. Cette correspondance entre Taïwan et la France a été mise en place par un enseignant d'anglais du collège Pablo-Neruda. Le professeur a inscrit une partie de ses élèves au programme Odyssée jeunes du conseil général, qui permet à des collégiens de Seine-Saint-Denis de voyager.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 6 Mars 2014

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse ayant pour objet l’exposition florale Orchidée Passion qui se déroulera à Aulnay-sous-Bois à partir d’aujourd’hui et jusqu’au dimanche 9 mars 2014.

Orchidées1 

Orchidees2.png

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 5 Mars 2014

greve-rerb.jpgDeux syndicats de la SNCF, SUD-Rail et la CGT, ont déposé un préavis de grève sur la partie nord du RER B à partir de lundi minuit pour protester contre le manque de personnel et le matériel vieillissant, a-t-on appris mercredi de sources syndicales. Le préavis ne porte que sur la portion SNCF de la ligne. La direction de la SNCF n'a pu être jointe.Des discussions sont actuellement en cours avec la direction sur les questions soulevées par les syndicats, a indiqué à l'AFP Kevin Quehen, délégué CGT, qui déplore cependant «l'absence de véritables avancées dans les négociations qui durent depuis déjà plusieurs mois».

La Fédération des syndicats SUD-Rail dénonce pour sa part «l'inefficacité des mesures prises par la direction» pour améliorer la situation sur la ligne. Les syndicats demandent 
davantage de conducteurs et plus de personnel de gare sur les tronçons allant de Paris Nord à Mitry et à Roissy Charles-de-Gaulle. Selon le délégué CGT, après la mise en place du plan B Nord +, en septembre 2013, des améliorations ont été enregistrées concernant la rénovation des gares et l'accès des personnes à mobilité réduite. «En revanche, sur la circulation et l'état des infrastructures et sur les moyens humains dédiés au fonctionnement de la ligne qu'il s'agisse des conducteurs ou des personnels des gares, on est bien en dessous des besoins», a-t-il ajouté.

Dans les gares, le personnel est insuffisant pour informer les usagers et pour gérer les situations en cas de perturbations, selon le délégué CGT. La mise en oeuvre du plan B Nord + a entraîné une augmentation du nombre de trains par heure sur la ligne, ce qui implique un fonctionnement sur le mode omnibus et rallonge le temps de parcours pour les usagers. De plus, l'état des infrastructures et du matériel roulant entraîne des incidents, qui ont une incidence sur toute la chaîne, a expliqué le syndicaliste. SUD-Rail réclame outre l'embauche de personnel, «la mise en oeuvre immédiate d'un chantier d'envergure de rénovation des rails et des caténaires». Près de 900 000 personnes circulent chaque jour sur cette ligne.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 5 Mars 2014

Un ensemble de facteurs peut expliquer les ratés du RER B. Inventaire.

Des caténaires fragiles

Il y avait déjà eu des pannes de caténaires, ces câbles qui assurent l'alimentation électrique des trains, mais la journée noire du 15 janvier a mis en évidence une faiblesse insoupçonnée. « Une rame a stationné à un endroit où la caténaire est fragile, elle s'est échauffée avec le pantographe(NDLR : le bras qui relie la caténaire au train) et a fondu. C'est un incident rarissime qui n'est survenu qu'une fois en vingt ans », détaille Jérôme Lefebvre, directeur de la ligne B. Des vérifications ont ensuite permis de repérer « trois autres zones de fragilité », signalées aux conducteurs de train, pour qu'ils ne s'y arrêtent pas. La maintenance et le changement des câbles vont s'accélérer au 
printemps, jusqu'en juin. Le plan de modernisation avait-il négligé cet aspect ? « Aucun élément ne permet de dire que l'alimentation caténaire n'est pas suffisamment dimensionnée », rétorque Jean Faussurier, directeur régional de RFF, précisant que cette infrastructure a environ soixante ans, vingt de moins que celle du RER C.

 

Des trains vieillissants

Fallait-il rénover ou remplacer les fameux MI79, ces trains qui, comme leur nom l'indique, roulent depuis... 1979 ? Certains affichent 4 millions de kilomètres au compteur. La SNCF, qui prévoit leur fin de vie en 2025, a misé sur la rénovation (d'un coût de 300 MEUR). Elle a déjà touché 50 rames sur 160, « plus belles, plus design, plus confortables ». Très insuffisant, selon le comité des usagers du B Nord, qui pointe des pannes fréquentes. A quand des RER à étages, comme sur la ligne A ? « C'est le seul moyen de fluidifier le trafic, affirme un agent du RER. Cela permettrait d'augmenter la capacité d'accueil, avec moins de trains. » « Techniquement c'est possible, c'est une piste », assure Jérôme Lefebvre. Mais pas avant 2025. La facture pourrait alors atteindre le milliard d'euros.

Le point noir : le tunnel Châtelet - Gare-du-Nord

Un seul tunnel pour deux RER. Dans ce goulot d'étranglement, 32 RER B et D doivent désormais circuler aux heures de pointe, entre les stations Châtelet-les-Halles et Gare-du-Nord. « Objectif tenu depuis le 15 décembre », affirme la SNCF. Sur le terrain, le démenti est unanime : c'est ce tunnel qui retarde les trains. « Moins de deux minutes entre chaque train en heures de pointe ? Dans la réalité, ça ne 
marche pas », assure Laurent Gallois, d'Unsa-Transports, conducteur sur la ligne B depuis douze ans. Que faire ? Doubler le tunnel ? Beaucoup plaident pour cette solution et le Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France) avait commandé une étude en 2012. Mais il écarte aujourd'hui cette option, qui suppose un chantier d'ampleur. « Ce n'est pas la meilleure solution, balaye Pierre Serne, élu au Stif. Il faut travailler sur l'amélioration de la signalisation et du pilotage des trains. » La commission d'enquête parlementaire sur le RER B préconisait de prendre une décision sur ce sujet épineux cette année.

Un grain de sable et tout s'enraye

La fréquentation de la ligne a bondi de 30 % en dix ans. Le trafic est si dense que le moindre incident suffit à paralyser toute la ligne. La modernisation n'a rien changé. « On arrive aux limites d'un système. En gare du Nord convergent les lignes K, H, TER Picardie, les RER B et D... On ne peut faire face sans investir à hauteur des enjeux », juge Patrick Lame, de FO-Cheminots. En décembre, RFF recensait ainsi 291 trains retardés ou supprimés après un arrachement de caténaire ; 56 trains touchés après la chute d'un voyageur ; 87 trains impactés après que deux enfants ont tiré le signal d'alarme ; 141 trains affectés, après un suicide station Saint-Michel le 17 décembre... « Le temps du retour à la normale dépend aussi des secours et de la police », précise Jean Faussurier à RFF (Réseau ferré de France). A Aulnay, le 15 janvier, les démineurs ont mis une heure quarante à arriver après la découverte d'un colis suspect. Les chantiers en cours au Bourget (tangentielle nord en 2020) et à Denfert-Rochereau (avec un troisième quai de retournement en 2016) devraient permettre, espère la SNCF, de mieux gérer les situations de crise.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 5 Mars 2014

Une grande réunion publique de soutien à la candidature de Bruno Beschizza aux élections municipales d’Aulnay-sous-Bois est annoncée le lundi 10 mars 2014 à 20h (ouverture des portes dès 19h30) à la salle Chanteloup située 1 avenue de Nonneville. Elle déroulera en présence de Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre, et Philippe Dallier sénateur-maire des Pavillons-sous-Bois. A noter qu’à cette occasion, les colistiers de Bruno Beschizza devraient être présentés. Vous trouverez ci-dessous l’image de l’invitation officielle.

MeetingJPRaffarin.jpg

Robert Ferrand

Source image invitation : http://www.beschizza2014.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 5 Mars 2014

connexionsolidaires.jpg«On était comme des aveugles, ça nous a ouvert les yeux », s'émerveille Mohamed Salah. Ce chômeur de 51 ans fait partie des premiers bénéficiaires du programme Connexions solidaires à Saint-Denis, lancé par Emmaüs Connect. Cette association a inauguré hier son local, situé à deux pas de la basilique*. Avec le soutien de SFR et de la ville de Saint-Denis, elle accueille depuis fin 2013 une centaine de personnes en situation d'exclusion ou en difficultés financières pour leur proposer des accès à Internet et à la téléphonie mobile à des tarifs préférentiels, ainsi que des formations aux télécoms.

« Sans l'informatique, aujourd'hui, on est comme illettré, confirme Mohamed Salah. Grâce à Emmaüs, on a maintenant Internet à la maison. Plus besoin de payer cher un cybercafé, ou de faire la queue à la médiathèque. Cela nous a changé la vie ! » Ce père de trois enfants a été orienté vers Connexions solidaires par la Maison de l'emploi de Saint-Denis. Il a depuis pu s'équiper à moindre coût : un ordinateur avec webcam pour 160 EUR, un appareil wi-fi pour 15 EUR, un forfait Internet de 5 EUR pour 50 heures de connexion, et une recharge de téléphonie mobile à 6 EUR pour quatre-vingt-dix minutes par mois pendant trois mois, avec appels illimités le soir et le week-end.

Ces tarifs solidaires sont, pour les exclus, une nécessité pour remettre le pied à l'étrier. « Des chômeurs ratent parfois des offres d'emploi car ils n'ont plus de numéro de téléphone, n'ayant pas renouvelé leur carte prépayée. D'autres sont dans des situations de fragilité budgétaire et ont besoin de conseils sur leur facture. Nous avons pour cela une plate-forme de médiation avec les trois opérateurs », précise Stéphanie Briatte, responsable du nouvel accueil de Saint-Denis. Connexions solidaires propose aussi des formations pour utiliser Internet, ou tout simplement pour laisser un message téléphonique à des employeurs potentiels. « J'ai appris à me servir d'Internet, de Google et de Skype, sourit Malika. J'ai pu me renseigner pour trouver un travail dans les centres de loisirs. »

L'espace ouvert à Saint-Denis est une première dans le département. Deux autres existent déjà à Paris, un à Antony (Hauts-de-Seine), et trois à Marseille, Grenoble et Lyon. Car la fracture sociale est aussi numérique. « Le développement des usages numériques est devenu un levier prioritaire de l'insertion des personnes en difficulté », explique Jean Deydier, directeur d'Emmaüs Connect. Selon un rapport publié en 2011 par le Centre d'analyse stratégique, 57 % des Français ayant des revenus inférieurs à 900 EUR par mois ne sont pas équipés d'Internet à domicile (contre 25 % des Français en moyenne), et 26 % n'ont pas de téléphone mobile (15 % de moyenne nationale).

*Connexions solidaires, 47, rue Jean-Jaurès à Saint-Denis. Renseignements au 06.25.30.37.34.

 Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 5 Mars 2014

frederic-deltour-misterfrance-1.jpgVous rêvez de devenir Mister Ile-de-France ? Alors, tentez votre chance au concours, dont le casting aura lieu samedi. Attention, il y a des critères très stricts : avoir entre 18 et 33 ans, mesurer 1,78 m minimum, être célibataire, habiter la région parisienne... La sélection ne s'appuie pas que sur des critères physiques. Les candidats doivent aussi incarner l'intelligence, la droiture et l'altruisme...
Le casting a lieu samedi à 13 heures au Labo, 37, rue des Lombards à Paris (I er).
Inscription possible sur www.mister-national.com

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal