Publié le 19 Janvier 2021

Villepinte, France, le 19 janvier 2021 (18 :00 CET) - Gaïa-Index, filiale d’EthiFinance et acteur majeur de la notation ESG (environnement, social et gouvernance) des entreprises françaises cotées de taille intermédiaire, a classé Guerbet n°1 des entreprises de « Santé » pour la deuxième année consécutive. De plus, cette année, Guerbet figure parmi les 10 premières entreprises de chiffre d’affaires supérieur à 500 millions d’euros, en progression de 2 places.

Guerbet leader mondial de l’imagerie médicale basé à Aulnay-sous-Bois distingué dans la catégorie Santé !

Au classement général, Guerbet obtient la note de 83 (+ 3 points par rapport à l’an dernier) en 13ème position sur 230 PME-ETI, gagnant une place par rapport à l’année précédente.

Ces classements, en amélioration par rapport à l’année dernière, témoignent de la maturité, de la transparence et des efforts de Guerbet sur les sujets Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Depuis 2009, Gaïa Rating mène une campagne annuelle de collecte de données couvrant l’essentiel des PME-ETI cotées en France. Sur la base de ces informations, les sociétés sont notées sur leur niveau de transparence et de performance. Les cotations sont réalisées selon 174 critères (économique, gouvernance, capital humain, environnement et parties prenantes) et utilisées par des sociétés de gestion de premier plan dans leur processus de gestion et décisions d’investissement. Depuis sa création, cet indice superforme chaque année le CAC 40 et le CAC Mid & Small.

« Nous sommes fiers de ces résultats qui récompensent l’engagement de toutes nos équipes en faveur de la Responsabilité sociétale de l’entreprise. La progression de Guerbet dans ces classements renforce sa visibilité auprès des investisseurs. Notre démarche RSE, intégrée à notre stratégie, est un véritable levier de performance globale et un facteur de différenciation », explique David Hale, Directeur général de Guerbet.

La démarche RSE de Guerbet est articulée autour de 4 axes avec des objectifs et actions clés d’ici à 2023.

  • Des produits et services d’imagerie pour améliorer le pronostic et la qualité de vie des patients ;
  • Une politique sociale responsable, déclinée en cinq grands thèmes : Diversité, Prévention, Reconnaissance, Engagement et Responsabilité ;
  • Une politique HSE qui donne la priorité absolue à la sécurité des personnes et vise également à minimiser les impacts environnementaux à tous les niveaux ;
  • Une éthique des affaires pour garantir des pratiques favorisant la lutte contre la corruption, la prévention des conflits d’intérêts et des pratiques anticoncurrentielles ainsi que le respect des règles de l’éthique médicale.

En matière de gouvernance, Guerbet a tout particulièrement amélioré son positionnement en matière d’éthique des affaires et de politique RSE, soutenue au plus haut niveau de l’organisation. Le fonctionnement des instances de gouvernance reste un point fort de Guerbet.

Sur le plan social, le score de Guerbet a progressé en matière de développement des compétences, et sa politique sociale est notée au plus haut niveau.

Dans le domaine de l’environnement, les bons résultats s’appuient sur la performance de Guerbet dans sa gestion des ressources en eau et énergie et sa maîtrise des rejets.   

Concernant les parties prenantes, le score intègre notamment les actions menées par Guerbet pour renforcer sa démarche d’achats responsables, sa culture qualité et ses actions en matière de cybersécurité.

Par ailleurs, la performance RSE de Guerbet a été reconnue en décembre 2020 par le CDP* qui lui a attribué la note A- au questionnaire Climat et par la CAHPP** avec l’indice vert A++.

* CDP : anciennement appelée « Carbon Disclosure Project », est une organisation internationale à but non lucratif qui distingue les entreprises mondiales les plus actives dans la lutte contre le changement climatique.

**CAHPP : Centrale d'achats de l'hospitalisation publique et privée accompagne 3300 établissements de santé dans leurs achats responsables avec le dispositif Indice vert.

A propos de Guerbet

Guerbet est un leader de l’imagerie médicale au niveau mondial, offrant une gamme étendue de produits pharmaceutiques, de dispositifs médicaux, de solutions digitales et IA, pour l’imagerie diagnostique et interventionnelle, afin d’améliorer la prise en charge thérapeutique des patients. Pionnier depuis plus de 90 ans dans le domaine des produits de contraste, avec plus de 2 800 collaborateurs dans le monde, Guerbet innove en continu et consacre 9 % de ses ventes à la Recherche & Développement dans quatre centres en France, en Israël et aux États-Unis. Guerbet (GBT) est coté au compartiment B d’Euronext Paris et a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 817 millions d’euros. Pour plus d’informations sur Guerbet, merci de consulter le site www.guerbet.com.

Relations presse
Guerbet Global

Alize RP 
Caroline Carmagnol
+33 (0)6 64 08 99 59
guerbet@alizerp.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 19 Janvier 2021

[VIDÉO - L'HEURE MUSICALE CONFINÉE ]

Le conservatoire d’Aulnay-sous-Bois a le plaisir de partager avec vous une partie de L'Heure Musicale Duo Nĕshiymah enregistrée en novembre dernier en raison de la crise sanitaire.

Voici Les liens d'or composé par Bertrand Peigné au saxophone accompagné au piano par Catherine Imbert, tous deux professeurs au CRD.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 19 Janvier 2021

La photo de lui qu’avait publié Libération en quatrième de couv’ n’était pas très engageante. L’air dur, le cheveu rare, Jean-Claude Cahagnet n’a pas l’air d’un rigolo. Il va pourtant falloir l’interviewer. Avec, en plus, la crise sanitaire qui lamine la profession depuis mars dernier, la rencontre avec le seul chef étoilé de Seine Saint Denis ne s’annonçait pas des plus tranquilles.  

Et puis… Coup de fil pour le prévenir que France Inter veut passer du temps avec lui. L’homme que l’on croyait taiseux est finalement assez loquace. Ok pour un rendez-vous dès le lendemain à deux conditions : pas question de polémiquer autour des aides mises en place par l’Etat pour le milieu de la restauration et interdiction de taper sur le 9-3.  

Deal ! Rendez-vous est pris dans son restaurant, l’Auberge des Saints Pères, à Aulnay-sous-Bois, deux jours avant le réveillon de Noël.   

L’Auberge des Saints Pères à Aulnay-sous-Bois à l’honneur sur France Inter !

Article complet de https://www.franceinter.fr/ à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.franceinter.fr/ / Source photo : site internet de l’Auberge des Saints Pères

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 19 Janvier 2021

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un article du journal Le Parisien paru hier. Il nous informe comment le maire du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, a décidé de réduire les indemnités des élus qui brillent par leur absence ! Une bonne idée qui pourrait peut-être faire son chemin dans d’autres villes du département, car comme nous indiquait une élue de cette commune, lors d’un échange impromptu avec nous : Le Blanc-Mesnil est souvent imitée, mais jamais égalée !

Le maire du Blanc-Mesnil Thierry Meignen réduira les indemnités des élus qui brillent par leur absence !

En juin 2019, Thierry Meignen (Libres!) était le premier maire de Seine-Saint-Denis à emboîter le pas à Valérie Pécresse lorsque cette dernière quitta Les Républicains pour fonder son mouvement. Le maire du Blanc-Mesnil prend de nouveau exemple sur la présidente du conseil régional. Lors de la dernière séance du conseil municipal, le règlement intérieur a été modifié afin d'y inscrire « l'obligation d'assiduité des élus ».

L'article 16 stipule que « le montant des indemnités de fonction que le conseil municipal des communes de 50000 habitants et plus alloue à ses membres peut être modulé en fonction de leur participation effective aux séances plénières et aux réunions des commissions dont ils sont membres ».

« Trois absences injustifiées entraîneront automatiquement une réduction d'un tiers de l'indemnité de fonction », annonce Thierry Meignen, pour qui « il appartient à chacun d'être exemplaire ».

«Si on ne les motive pas, il peut y avoir un creux en cours de mandat»

Le conseil régional d'Ile-de-France a inscrit de nouvelles règles d'assiduité des élus il y a trois ans dans son règlement intérieur. L'élu blanc-mesnilois serait, selon lui, le premier maire de Seine-Saint-Denis à prendre une telle mesure.

Cette nouvelle règle concerne les séances du conseil municipal mais aussi celles des conseils d'administration d'écoles et du bureau municipal. « La réduction éventuelle du montant ne peut excéder, pour chacun des membres, la moitié de l'indemnité pouvant lui être allouée », précise l'article 16.

Le montant des indemnités de fonction dépend de la « strate démographique ». Pour les communes dont la population est comprise entre 50000 et 99999 habitants, un adjoint au maire perçoit au maximum 1711,34 euros brut par mois. Ceux du Blanc-Mesnil risquent donc de perdre plus de 850 euros en cas d'absentéisme.

« Souvent, les élus sont motivés au début et en fin de mandat, juge Thierry Meignen. Certains de mes collègues maires m'ont confié qu'ils étaient parfois obligés d'appeler leurs élus la veille des séances. Si on ne les motive pas, il peut y avoir un creux en cours de mandat. Surtout dans les conseils d'école. »

En 2018, un adjoint «peu présent aux réunions de travail» était exclu de la majorité

Les trois conseillers municipaux communistes, qui ne perçoivent pas d'indemnités, ont voté contre le nouveau règlement intérieur. « Mais pas pour cette raison-là, signale Didier Mignot (PCF). Nous demandions la retransmission vidéo des séances du conseil municipal et la publication des photos des élus sur les tribunes libres de chaque publication municipale. »

S'il se dit « favorable à une disposition sur l'assiduité des élus », l'ancien maire égratigne au passage son successeur. « S'il se sent obligé de faire cela, c'est peut-être car il a retiré leurs délégations à quatre de ses adjoints lors du mandat précédent, notamment pour des raisons d'absentéisme. »

En juin 2018, Thierry Meignen avait exclu de sa majorité Haïkel Drine car ce dernier, déjà échaudé par leurs « divergences idéologiques fortes », avait voté contre le budget proposé par la municipalité. Une décision que le maire avait aussi justifié par le fait que son adjoint chargé des nouvelles technologies était « peu présent aux réunions de travail ».

Au conseil régional, la moindre absence injustifiée est sanctionnée financièrement

Valérie Pécresse (Libres !) goûte peu la vue des chaises vides. Il y a trois ans, la présidente du conseil régional a modifié le règlement intérieur dans le but de renforcer l'assiduité des conseillers. Elle déplorait alors « que de nombreux élus de la majorité comme de l'opposition ne siègent pas suffisamment en [séance] plénière comme en commissions ».

Depuis janvier 2018, chaque absence injustifiée est ainsi sanctionnée par « une diminution de l'indemnité de l'élu au prorata des absences injustifiées, au terme d'un semestre échu, sans pour autant pouvoir excéder 50 % de cette indemnité ».

Les données relatives à l'assiduité des élus sont consultables en libre-service depuis le site Internet de la Région. On y constate que lors du premier semestre 2019 — la dernière période pour laquelle les données sont proposées —, 15 conseillers régionaux ont été absents au moins une fois sans raison valable, ce qui représente une retenue totale de 76419 euros.

Le candidat du PS à la présidentielle de 2017 Benoît Hamon (19 % d'absences injustifiées), le secrétaire national d'Europe Ecologie - Les Verts Julien Bayou (14 %) et l'ancien ministre Jean-Vincent Placé (13 %) ont ainsi perdu une partie de leurs indemnités de fonction, qui s'élèvent au maximum à 2722,58 euros brut pour les simples conseillers régionaux.

Le trio de têtes des absentéistes est constitué par des élus de droite : Ngandu Kenya (Libres, Républicains et Indépendants), Stéphane Salini (UDI) et Arnaud Richard (UDI) présentent respectivement 42 %, 27 % et 25 % d'absences injustifiées pour le premier semestre 2019.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 19 Janvier 2021

[EN VIDÉO] Retrouvez le second numéro de l'Info du Web.

Au sommaire ce mois-ci :

Mode d’emploi sur l’Atelier Mécanique

Coup de cœur des bibliothèques

1 minute pour comprendre la rénovation énergétique

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Oxygène

Publié le 19 Janvier 2021

[MÉDI@BUS] Ce mardi 19 janvier, le Médi@bus reprend du service !

Avec des restrictions renforcées : capacité d'accueil limitée, port du masque et désinfection des mains obligatoires, profitez de cette bibliothèque itinérante proche de chez vous !

Le Médiabus fait son grand retour à Aulnay-sous-Bois !

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 18 Janvier 2021

La liste des 17 centres habilités à vacciner à partir de ce lundi les personnes âgées de plus de 75 ans en Seine-Saint-Denis ne satisfait pas Bruno Beschizza (LR), loin de là. Le maire d'Aulnay-sous-Bois a couché sa colère sur papier. Dans un courrier adressé le 15 janvier au préfet Georges-François Leclerc, il fait part de sa « totale incompréhension » quant à l'absence de l'hôpital privé de l'Est parisien dans cette liste.

 
Vaccination contre la Covid-19 : le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza en colère contre l’Etat !

L'hôpital Robert-Ballanger, situé lui aussi à Aulnay-sous-Bois, fait partie des établissements retenus pour accueillir un centre de vaccination pour seniors. « Lorsque Olivier Véran s'est rendu à Ballanger [NDLR : le 6 janvier], je lui ai dit que nous étions prêts à mettre tous nos moyens à disposition », relate Bruno Beschizza.

Dans cette ville de 86 000 habitants « coupée en deux », nombre de personnes âgées résident dans la partie sud, pavillonnaire. L'hôpital Ballanger, difficile d'accès pour cette frange de la population, se trouve au nord de la commune. « J'ai proposé au préfet de payer des cars pour les emmener, reprend le maire. Mais on ne peut pas faire de demandes groupées pour la vaccination, seulement des rendez-vous individuels. »

La proposition de l'hôpital privé de l'Est parisien (Hopep), propriété du groupe Ramsay Santé depuis 2001, tombait donc à point nommé. Dans une missive adressée elle aussi le 15 janvier au préfet, la direction et les quatre urgentistes de l'Hopep se sont portés volontaires pour vacciner les seniors.

«Nous avons les moyens d'ouvrir un centre en un claquement de doigts»

« Nous avons le personnel médical en nombre suffisant et nous disposons d'une pharmacie à usage intérieur [NDLR : pour stocker et conserver les vaccins], souligne Damien Lambert, le directeur général de cet hôpital privé. Nous avons les moyens d'ouvrir un centre de vaccination en un claquement de doigts. » La clinique d'Aulnay, ajoute-t-il, présente aussi l'avantage d'être proche de la gare et de la zone la plus pavillonnaire de la ville.

La semaine dernière, en l'espace de deux jours, l'Hopep a ainsi vacciné 300 professionnels de santé et patients dits immunodéprimés. « Des personnes dialysées ou qui souffrent de cancers, résume son directeur général. Nous possédons ici le plus grand centre de dialyse d'Ile-de-France en nombre de patients. Pour eux, la balance bénéfice-risque ne fait pas l'ombre d'un doute. S'ils attrapent le Covid, les conséquences peuvent être très graves. »

Marie-José est de ceux-là. Cette Aulnaysienne de 67 ans souffre d'insuffisance rénale. Ce lundi après-midi, elle prenait part à l'une de ses trois perfusions hebdomadaires. « Je n'étais pas vraiment favorable au vaccin, mais j'ai compris qu'il y avait finalement plus de bénéfices que de risques, raconte cette retraitée atteinte de diabète de type 2. J'ai été vaccinée mercredi dernier, sans aucun problème. Je n'ai pas eu de fièvre, ni mal au bras. »

Dans les couloirs de l'Hopep, la gestion et la conservation des vaccins font la fierté de tous les professionnels impliqués dans la campagne de vaccination. Chaque flacon en provenance de Robert-Ballanger, qui centralise la distribution des vaccins en Seine-Saint-Denis, contient jusqu'à six doses, qui doivent toutes être utilisées dans un laps de temps de six heures. « C'est une vraie course contre-la-montre, mais nous n'avons pas gâché une seule dose jusqu'ici », se félicite Zahia Sari, la pharmacienne gérante de la clinique.

«Tous les seniors veulent se faire vacciner»

Cette expérience acquise, les personnels de l'Hopep souhaitent donc la mettre au service de leurs patients les plus âgés. « Pas mal de gens appellent aux urgences aujourd'hui [NDLR : ce lundi] pour savoir si on vaccine », confie le médecin urgentiste Dominique Marec, l'un des signataires du courrier adressé vendredi dernier au préfet.

« Cela fait dix jours qu'on propose que l'équipe des urgences gère un centre de vaccination, insiste son collègue Jonathan Afriat. Les gens veulent se faire vacciner et nous sommes prêts à le faire. Tous les critères sont réunis ici pour ouvrir un centre sécurisé et, surtout, rapide. Mais le gouvernement n'écoute pas les professionnels de santé… »

Pour Bruno Beschizza, cette initiative de l'Hopep permettrait aussi de « désengorger la maison médicale de l'hôpital Robert-Ballanger », un « lieu exigu et peu facile d'accès ». Contacté, le centre hospitalier intercommunal confirme « de nombreuses demandes ». Ce lundi, il fallait ainsi attendre au moins la première semaine de février pour obtenir un rendez-vous.

« À ce rythme-là, il faudrait 16 semaines pour vacciner tout le monde, déplore le maire d'Aulnay. Le problème, ce n'est pas le préfet, c'est qu'il n'y a plus d'Etat. Dans n'importe quelle démocratie, le ministre de la Santé aurait démissionné ! »

Bruno Beschizza s'impatiente d'autant plus que ses administrés les plus âgés, donc les plus à risques, réclament leur injection. « Je distribue ce mois-ci les colis aux seniors, dit-il. J'en ai rencontré 2 200. Ils veulent tous se faire vacciner. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source information et image : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 18 Janvier 2021

L’épidémie de coronavirus se situe sur un plateau en Seine-Saint-Denis. Quinze jours après les fêtes de fin d’année, la courbe des admissions des suites du Covid-19 est de nouveau sur un plateau après un léger rebond des hospitalisations début janvier. 

 1 584 morts du Covid-19 en Seine-Saint-Denis depuis le début de l’épidémie

Sept nouveaux patients hospitalisés en 24 h

Dimanche 17 janvier 2021, 652 patients étaient hospitalisés des suites du Covid-19 en Seine-Saint-Denis. Avant les vacances et les fêtes de fin d’années, ils étaient 633.

En 24 heures, sept nouveaux patients ont été admis dans les hôpitaux du département. Au plus fort de la deuxième vague, début novembre, 119 patients ont été admis en 24 heures. 

Sur la centaine de lit disponibles en « temps normal » dans les services de réanimation de Seine-Saint-Denis, 63 sont occupés par des patients atteints du Covid-19. 

Depuis quelques semaines, les hôpitaux du département sont retombés en dessous de leur seuil maximal mais les services restent en alerte. En 24 heures, un nouveau patient a été admis en réanimation.

1 584 décès

Dimanche 17 janvier 2021, trois nouveaux décès ont été enregistrés dans les hôpitaux de Seine-Saint-Denis des suites du Covid-19. A total, 1 584 décès ont été enregistrés en Seine-Saint-Denis depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Ce sont 34 décès supplémentaires en seulement une semaine.

Entre Noël et le jour de l’an, les indicateurs ont été particulièrement scrutés alors que le gouvernement redoute une troisième vague. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a d’ailleurs indiqué qu’un troisième confinement ne serait pas exclu si la situation sanitaire l’exigeait.

Article complet de https://actu.fr à lire en cliquant : ici

Source information : https://actu.fr / Source photo d’illustration : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 18 Janvier 2021

Les premiers centre de vaccination de Seine-Saint-Denis ouvrent leurs portes ce lundi 18 janvier 2021. Au total, 17 centres ont été désignés, dont deux collèges, pour vacciner les personnes de plus de 75 ans contre le Covid-19.

Alors que tout le week-end, les villes ainsi que le Département se sont organisés pour mettre en place les centres de vaccination, ce lundi matin, Stéphane Troussel, président du Département fait un constat amer au micro de FranceInfo.

Vaccination contre la Covid-19 impossible en Seine-Saint-Denis jusqu’à la mi-mars !

Le président est en colère

« Il n’y a plus de place pour se faire vacciner en Seine-Saint-Denis. Pour l’instant, les prises de rendez-vous sont interrompues »

Le président se dit en colère face à cette situation et pointe du doigt la gestion de la vaccination par l’Etat. « Je suis en colère. C’est déjà la panne sèche. L’Etat doit faire toute la lumière sur le nombre de doses et sur la gestion des stocks ».

2 400 personnes vont être vaccinées

Pour réussir à ouvrir les 17 centres de vaccination ce lundi matin, Stéphane Troussel explique qu’il s’agit d’une « prouesse collective ». Au total, 2 400 personnes ont déjà pris rendez-vous pour se faire vacciner dans les jours à venir.

Mais pour le moment c’est tout puisque le département n’a reçu que 50 doses pour chacun des 17 centres par jour, ce qui est très peu face à la demande. Des rendez-vous ont donc été programmés jusqu’au 13 mars mais pas au-delà.

Pourtant, le président du Département estime qu’il y a plus de 80 000 personnes de plus de 75 ans en Seine-Saint-Denis donc cela « va laisser des personnes sur le carreau ».

Article complet de https://actu.fr à lire en cliquant : ici

Source information : https://actu.fr / Source photo d’illustration : Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 18 Janvier 2021

Dans un article daté d’aujourd’hui (à lire en cliquant ici), le journal Le Parisien nous apprend que 50% des maires des villes d’Ile-de-France et de l’Oise sont favorables à la légalisation du cannabis ! 22% sont contre et 28% ne se prononcent pas.

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza toujours contre la légalisation du cannabis

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza, quant à lui, persiste et signe dans son refus de la légalisation qui pourrait entraîner de son point de vue une surenchère dans le trafic de drogue. Vous trouverez ci-dessous sa position sur la question.  

Bruno Beschizza : « Je n’ai pas changé de point de vue. En tant que policier à l’époque à Synergie Officier, maire d’Aulnay, ou papa de 5 enfants : je suis contre ! Il ne faut jamais oublier le profil des grands dealeurs, plus intelligents qu’on ne le pense, ils ne laisseront pas un tel business leur échapper. Ils feront venir des produits plus fortement dosés pour ne pas perdre le marché et créer de nouvelles dépendances. On ne fera pas disparaître les voyous. On peut m’opposer que l’alcool et le tabac sont en vente libre, je pense qu’il faut des interdits sociétaux. Ça peut paraître vieux jeu mais je pense qu’il faut interdire ça. »

Source information et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 18 Janvier 2021

« Un fake news pitoyable ». Enervé par les fausses rumeurs qui circulent ces derniers jours sur les réseaux sociaux, Stéphane Blanchet, le maire divers gauche de Sevran (Seine-Saint-Denis), ville où vit Mauricette, a dû faire le point sur l'état de santé de la première vaccinée de France contre le Covid-19.

« Mauricette va bien et nous devons la respecter comme patiente, elle et ses proches », a notamment écrit dimanche sur son compte Facebook l'élu. Message qu'il a aussi relayé sur Twitter.

Mauricette de Sevran la première vaccinée contre la covid-19 en France va bien !

Depuis les images du 27 décembre dernier montrant Mauricette (78 ans) recevoir son injection du vaccin Pfizer BioNTech à l'hôpital René Muret à Sevran sous l'œil des caméras, les fake news se multiplient en effet à son sujet. Et plus récemment celle de la fausse annonce de son décès…

Contactée par Franceinfo et Libération, l'APHP (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris), dont dépend l'hôpital de Sevran, a, comme le maire de la ville, confirmé que la septuagénaire se portait bien. Mauricette devant même « recevoir sa seconde dose de vaccin dans les jours qui viennent ».

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et image : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 18 Janvier 2021

[ÉTUDIANTS] Depuis plusieurs mois, les étudiants sont privés de cours en présentiel, renforçant ainsi les inégalités et la rupture de lien social. Afin de rompre l'isolement, la Ville d'Aulnay-sous-Bois a décidé de mettre à disposition des lycéens et des étudiants des espaces de travail municipaux en libre accès à compter du mardi 19 janvier 2021.

Objectif : permettre aux jeunes de venir suivre leurs cours et étudier avec d'autres personnes, dans le respect des gestes barrières.

Aulnay-sous-Bois met en place des espaces de coworking pour les étudiants

Ce dispositif est ouvert à tous sur présentation d'une carte de lycéen ou d'une carte d'étudiant. 4 antennes jeunesse vont expérimenter ce dispositif du mardi au vendredi de 10h à 16h.

Nautilus - 69 rue Auguste Renoir

Mitry - 29 rue Henri Simon

Averino - 26 rue Louise Michel

Jules Verne - 5 rue Clément Ader

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 17 Janvier 2021

[EN IMAGES] Hier, la salle Chanteloup a accueilli une journée de dépistage de la COVID-19 en partenariat avec la région Ile-de-France et la Croix-Rouge française.

Dépistage de la Covid-19 : une centaine de personnes a été testée salle Chanteloup à Aulnay-sous-Bois

Près d’une centaine d’aulnaysiens ont fait le déplacement pour effectuer un test antigénique permettant un résultat sous 20 minutes.

Dépistage de la Covid-19 : une centaine de personnes a été testée salle Chanteloup à Aulnay-sous-Bois

A noter que notre rédacteur en chef, Marc Masnikosa, s’est lui aussi fait dépister, avec un résultat négatif à clé.

Ceci étant écrit, il semblerait que la problématique qui frappe la France désormais ne soit pas le manque de masques ou de tests, mais celui de vaccins ! Heureusement que notre pays est la cinquième puissance économique mondiale, sinon qu’est-ce-que cela serait ???!!!

Source information et images : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé, #93 Infos

Publié le 17 Janvier 2021

Suite au couvre-feu de 18 heures, les boutiques du centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois seront ouvertes dans l’amplitude horaire suivante :

Du lundi au samedi, de 09h à 18h et Carrefour de 8h à 18h.

Le dimanche de 10h à 18h et Carrefour de 9h à 12h30 (le dim 24/01 de 9h à 18h pour Carrefour).

Les horaires sont susceptibles de varier selon les boutiques alors n’hésitez pas à consulter le site internet du centre commercial en cliquant : ici

Couvre-feu de 18h : les horaires d’ouverture du centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : page Facebook du centre commercial O’Parinor

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 17 Janvier 2021

C’était le gros sujet météorologique d’hier. La neige a recouvert Aulnay-sous-Bois d’un sobre mais élégant manteau blanc. L’épisode fût de courte durée mais il a démontré l’efficacité de la mobilisation du personnel communal qui a permis le maintien d’une circulation fluide à la fois sur les axes routiers mais aussi sur les trottoirs, près de nos commerces de proximité par exemple. Merci à eux.

Aulnay-sous-Bois traverse l’épisode neigeux avec brio !

Restent désormais quelques beaux clichés en attendant, pourquoi pas, le retour de la poudreuse avant l’arrivée du printemps…

Aulnay-sous-Bois traverse l’épisode neigeux avec brio !

Source photos : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois / Source vidéo : Aulnaylibre.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 17 Janvier 2021

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un article du journal Le Parisien paru hier. Il évoque comment des copropriétaires se sont opposés physiquement à des trafiquants de drogue à Sevran. L’information est évidemment consternante. Elle illustre la faillite, de plus en plus perceptible, de l’Etat à remplir ses missions régaliennes notamment en matière de sécurité. A ce titre, on se souvient d’ailleurs de la visite en 2014 de Manuel Valls (voir notre vidéo tournée à l’époque en fin d’article), alors ministre de l’Intérieur, qui prouve que rien n’a vraiment changé depuis sept ans dans cette partie de la Seine-Saint-Denis.

Désormais, ce sont donc les régions et les territoires, incarnés ici par Valérie Pécresse (Ile-de-France) et Bruno Beschizza (Paris Terres d’Envol) qui tentent d’apporter des solutions aux carences de l’Etat…

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza et Valérie Pécresse en soutien de Sevran contre les trafiquants de drogue !

Une présidente de région, des conseillers départementaux et plusieurs maires qui débattent de sécurité dans le parking souterrain d'une résidence privée de Seine-Saint-Denis. C'est l'étonnante scène à laquelle ont pu assister des habitants de Sevran, ce samedi entre midi et 14 heures.

Valérie Pécresse (Libres!), à la tête de la région Ile-de-France, s'est rendue à la rencontre de ces copropriétaires qui s'étaient opposés à mains nues à des trafiquants, début décembre. Ces derniers lorgnaient leurs parties communes - et notamment le parking - pour y installer leur point de deal.

Installation de caméras, hausse des effectifs de police, construction, ou non, d'un commissariat à Sevran… Pendant plusieurs dizaines de minutes, les habitants et les élus ont abordé ces nombreux sujets, après avoir écouté le récit édifiant des habitants de cette résidence livrée tout récemment, il y a seulement deux ans.

Deux trafiquants ont été condamnés

Début décembre, des trafiquants s'étaient installés plusieurs jours d'affilée au sein de leur parking, jusqu'à ce que le président du conseil syndical se décide de venir à leur rencontre.

« Je leur ai dit : Ici, vous ne pouvez pas rester, il y a des familles, des enfants… Ils m'ont entouré à cinq et ils m'ont frappé, témoigne-t-il face aux élus. Quand ils ont tenté de revenir, deux jours plus tard, on était plus de 80 propriétaires, hommes et femmes, à les attendre », poursuit-il.

Les dealers reviennent alors dissimulés sous des cagoules noires et armés « de marteaux et de couteaux. » Des coups sont échangés, les trafiquants battent en retraite. Quelques jours plus tard, deux d'entre eux seront arrêtés par la police.

L'un, considéré comme le meneur, a été condamné à un an de prison ferme dont six mois avec sursis, par le tribunal correctionnel de Bobigny. Le deuxième a écopé de deux mois de prison avec sursis.

 
Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza et Valérie Pécresse en soutien de Sevran contre les trafiquants de drogue !

«On est propriétaire et on est prêt à se battre»

« Ils ont été condamnés mais ils sont déjà dehors ! » s'est emporté, devant la présidente de région, un autre copropriétaire. Ce trentenaire habite la résidence d'en face, plus proche de la nouvelle station de tramway. « Deux semaines après ce qu'il s'est passé, ils ont essayé de s'installer chez nous, cette fois, raconte-t-il. Et nous aussi, on a dû descendre à trente pour les faire partir. Il n'y a pas assez de patrouilles de police et nous, on est prêt à se battre pour défendre nos maisons et nos appartements. On n'en a pas envie, mais on le fera. »

Car les résidences de ce secteur pavillonnaire du quartier Freinville représentent un territoire stratégique pour ces trafiquants, à l'intersection de la cité Rougemont, où est déjà implanté un gros trafic de stupéfiants, et de Livry-Gargan.

« La République, ce ne sont pas des habitants qui doivent se défendre tous seuls face à des trafiquants, et ce ne sont pas non plus des dealers qui font la loi sur un territoire », a expliqué Valérie Pécresse. Laquelle a appelé la ville de Sevran à déployer la vidéoprotection et à créer « une vraie police municipale, avec de vrais effectifs. Il y a 80 policiers municipaux à Aulnay, plus de 30 à Villepinte et à Livry-Gargan. » Pour 3 à 4 à Sevran.

Les habitants vont manifester le 22 janvier

Les habitants de cette résidence baptisée « Westing Plaza » ont rendez-vous mardi après-midi avec la préfecture de la Seine-Saint-Denis. Et le 22 janvier, ils prévoient de manifester de leur quartier jusqu'à Bobigny. La présidente de la région leur a proposé de « construire le projet de [leur] rêve », autour de la sécurité : « Je peux en parler au ministre de l'Intérieur, et dès cet après-midi, j'appellerai le préfet pour lui parler de votre dossier. »

Un discours qui a parfois pris des allures de meeting de campagne, à seulement quelques mois des élections départementales et régionales qui devraient avoir lieu en juin. Et qui a un tantinet agacé le maire (DVG) de Sevran, Stéphane Blanchet.

« Dans ce quartier comme tous les autres, on travaille au quotidien sur les questions de sécurité, explique-t-il. Il n'y a pas de tabou. On travaille avec la ville de Livry-Gargan, avec la police nationale, et on obtient des résultats. La preuve, c'est que sur cette affaire, nous avons accompagné les habitants dans leur dépôt de plainte et deux trafiquants ont pu être arrêtés et condamnés. »

«Donner les moyens aux villes de recruter et garder des policiers municipaux»

Accompagné par son adjoint à la sécurité, Ludovic Jacquart, le maire a rappelé que la mairie travaille à un plan de déploiement de vidéoprotection. La ville compte prochainement passer de 65 à plus de 120 caméras. Et entend lancer un débat cette année sur les effectifs et l'armement de la police municipale.

« On a cette volonté d'améliorer la tranquillité publique et le cadre de vie, insiste Ludovic Jacquart. Mais notre difficulté, comme partout ailleurs en Seine-Saint-Denis, c'est qu'on forme ces policiers, ils restent quelques mois chez moi et ils partent. Il faut donner les moyens aux villes de pouvoir les garder. »

Face aux élus, des habitants ont aussi réclamé la construction d'un commissariat à Sevran, un véritable serpent de mer alors que la ville dépend actuellement de celui d'Aulnay-sous-Bois. « Pour ouvrir un commissariat de plein exercice, il faut huit policiers présents à l'intérieur, leur a rappelé Valérie Pécresse. Si vous obtenez ces postes, vous aurez des effectifs à l'intérieur d'un commissariat. Or nous, ce que l'on veut, ce sont des policiers dehors, sur le terrain. »

Lui aussi présent dans les sous-sols de la résidence, le maire (LR) d'Aulnay et président du territoire Paris - Terres d'Envol, Bruno Beschizza, a appuyé son discours : « Ce qu'il faut, ce sont des policiers armés et qui patrouillent! a insisté l'ancien policier. Et je vais être cash, ne comptez pas sur l'Etat mais sur les outils qui sont les nôtres, nos villes, la région… Il faut des caméras et des policiers municipaux. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photos : page Facebook de Bruno Beschizza / Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 17 Janvier 2021

[ACTU COVID] Ce vendredi, le maire Bruno Beschizza a écrit au Préfet de la Seine-Saint-Denis concernant la stratégie de vaccination de la population mise en place par l’Etat.

A cause de la pénurie de vaccin l’Etat refuse l’ouverture d’espaces de vaccination contre la Covid-19 à Aulnay-sous-Bois !

En effet, l’Etat refuse pour le moment l’ouverture d’un centre de vaccination municipal. Il refuse également l’ouverture d’un centre de vaccination par l’Hôpital Privé de l’Est Parisien en centre-ville. L’Etat justifie ces refus par le manque de doses de vaccin actuellement disponibles.

Pour le moment, les Aulnaysiennes et les Aulnaysiens de plus de 75 ans n’ont d’autres choix que de se tourner vers la Maison Médicale de Garde de l’Hôpital Robert Ballanger pour espérer obtenir un rendez-vous après plusieurs semaines d’attente. Ce lieu, exiguë et loin de tout moyen de transports, est parfaitement inadapté pour une telle campagne de vaccination.

Le maire demande donc à l’Etat de revoir urgemment sa position pour désengorger le centre de vaccination intercommunal de l’Hôpital Robert Ballanger qui est aujourd’hui saturé. La Ville est prête à accompagner dès à présent l’ouverture en centre-ville d’un centre de vaccination par l’Hôpital Privé de l’Est Parisien.

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 16 Janvier 2021

Depuis des mois nous entendons des Aulnaysiens se plaindre autant après le gouvernement que la municipalité pour avoir des masques, des tests antigéniques. Ce samedi, c'est toute la journée salle Chanteloup. Pourtant à 14h c'était vide. Nous avons eu les numéro 37, 38 et 39. Pour une grande ville comme la nôtre ce n'est rien.

Merci à la Croix-Rouge pour leur gentillesse, professionnalisme et temps.

 Pas un chat au test antigénique à Aulnay-sous-Bois !

Marc Masnikosa

Source photo : Aulnaylibre.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 16 Janvier 2021

La neige est un sujet qui figure dans le top tendance du moment sur Twitter. Ainsi, à l’instar d’une bonne partie du pays, Aulnay-sous-Bois se couvre peu à peu d’un joli manteau blanc, comme le prouve cette petite vidéo ci-dessous.

Evidemment c’est très beau et les enfants seront sans doute très heureux de cet épisode neigeux. Les parents, quant à eux, préféreraient peut-être une pluie de billets de 1 000 euros, quoi qu’il en coûte !

Source vidéo : Aulnaylibre.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 16 Janvier 2021

Quatre personnes ont été interpellées et placées en garde à vue et 188 verbalisations ont été dressées pour non-respect du couvre-feu en Seine-Saint-Denis, annonce ce samedi matin la préfecture du département. Dans plusieurs villes, les forces de l'ordre ont découvert que des bars étaient ouverts ou des fêtes privées organisées.

 
Garde à vue et contraventions pour non-respect du couvre-feu en Seine-Saint-Denis !

C'est le cas notamment à Sevran, où les policiers ont interrompu une soirée dans un appartement de la rue Youri-Gagarine, qui recensait une quarantaine de convives. Tous ont été verbalisés et l'organisateur de la fête a été interpellé.

À Saint-Denis, 40 clients dans un bar à chicha

Vers 21 heures puis à 23 heures, deux patrons de bars ont également été arrêtés et placés en garde à vue. Leurs établissements étaient restés ouverts et accueillaient de nombreux clients.

Quatorze ont d'abord été dénombrés et verbalisés dans un bar de la rue Heurtault, à Aubervilliers, puis dix autres dans une brasserie de la rue Paul-Vaillant-Couturier, à La Courneuve.

À minuit, c'est dans un bar à chicha de l'avenue Wilson, à Saint-Denis, que les policiers sont ensuite intervenus. Quarante personnes s'y trouvaient à l'intérieur.

La préfecture appelle à la vigilance

« L'épidémie de Covid-19 est suffisamment grave pour que l'on soit tous très vigilant », tient à rappeler ce samedi matin la préfecture de Seine-Saint-Denis, qui note que « de nombreuses personnes n'ont toujours pas compris que le virus continuait à se propager très rapidement. »

Elle indique que de nouveaux contrôles de police seront menés ce samedi soir dans le département. Mais cette fois, à partir de 18 heures.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo : Wikipédia 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 16 Janvier 2021

[PLAN #NEIGEVERGLAS] Ce matin, les services techniques de la ville d’Aulnay-sous-Bois ont effectué un salage préventif des axes principaux et des ponts.

Ces « points froids » sont très exposés à la formation de #verglas et à l’accumulation de #neige avec le vent.

Mobilisation des services techniques face à la neige et le verglas à Aulnay-sous-Bois

Depuis 8h30, une saleuse mécanique est sur le terrain pour répandre près de 10 tonnes de sel. Plusieurs équipes supplémentaires sont prêtes à intervenir en renfort dans la journée si besoin.

Mobilisation des services techniques face à la neige et le verglas à Aulnay-sous-Bois

Source information et photos : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 15 Janvier 2021

Ce matin, Frank Cannarozzo représentait le territoire Paris Terres d’Envol et son Président Bruno Beschizza auprès des ministres Nadia Hai et Cedric O et de la Préfète pour signer un protocole concernant l’inclusion numérique.

Aulnay-sous-Bois en pôle position pour l’inclusion numérique !

En compagnie des autres territoires de Seine Saint Denis et le président du Département l’accueil de 80 conseillers numériques a été acté. Ils auront la charge de former et éduquer dans nos quartiers à l’usage du numérique et des services associés. Une mission nécessaire ici comme partout !

Source information et image : compte Facebook de Frank Cannarozzo

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Technologies

Publié le 15 Janvier 2021

Signature

Le club est fier d'annoncer la signature d'Idriss Planeix (pur produit du club et présent depuis U7) dans le club professionnel de l'En Avant Guingamp.

Celui-ci, capitaine de l'équipe U14 R2 du club, rejoindra le club breton à l'issue de la saison 2021-2022.

À noter qu'évolue déjà dans l'équipe première de l'EAG un autre pur produit du club en la personne d' El Hadj Ba.

Le plus dur commence donc pour Idriss qui devra se battre pour suivre le chemin de son aîné.

Il s'agit du 3ème élément de la génération 2007 du club à s'engager en structure professionnel après Nolan Muteba (Bordeaux) et Josué Mayizeyi (Paris FC).

Félicitations également à tous les éducateurs ayant participé de prêt ou de loin à sa progression.

#TeamsCSL

Source information et image : compte Facebook du CSL Aulnay Football

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 15 Janvier 2021

[ACTU COVID] En application des nouvelles mesures sanitaires décidées par le gouvernement, la ville d’Aulnay-sous-Bois vous informe concernant le fonctionnement des accueils de Petite Enfance, le fonctionnement de la pause méridienne et des accueils périscolaires dans les écoles, mais aussi le fonctionnement des structures jeunesse.

Petite enfance, jeunesse : ce qui change à Aulnay-sous-Bois avec le couvre-feu à 18 heures

À compter du 16 janvier 2021 :

Petite Enfance

• Les accueils de petite enfance (crèches, assistantes maternelles) resteront ouverts aux horaires habituels.

Écoles maternelles et élémentaires

• Les accueils périscolaires (garderies, études) resteront ouverts aux horaires habituels.

Rappel : En application du couvre-feu, il est indispensable de vous munir d’une attestation dérogatoire de déplacement pour venir récupérer votre enfant au-delà de 18h. L'attestation est téléchargeable sur le site www.gouvernement.fr.

Pause méridienne dans les écoles

• La ville suspend les brassages des classes dans les cantines dès le lundi 18 janvier.

• Dans les écoles où cela est nécessaire, et en accord avec l’Education Nationale, la pause méridienne pourra être étendue de 11h à 14h.

Structures jeunesse

• Les dispositifs d’aide aux devoirs et activités extrascolaires sont maintenus dans les structures jeunesse aux horaires habituels. Les activités sportives en intérieur sont suspendues.

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 15 Janvier 2021

[ALERTE MÉTÉO] L'Île-de-France est placée en vigilance orange neige et verglas par Météo France pour la journée de demain, samedi 16 janvier.

Aulnay-sous-Bois se prépare activement pour affronter la neige et le verglas demain !

La ville d’Aulnay-sous-Bois active dès ce soir les opérations de salage préventif des chaussées et activera son astreinte durant l'ensemble de l'épisode neigeux pour réaliser les opérations de déneigement.

Rappel : Du sel de déneigement est mis à votre disposition dans 17 points de la ville. Retrouvez la liste des lieux sur le site de la ville en cliquant : ici

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois / Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement