Publié le 26 Juillet 2013

PSAAULNAYVIDE.jpgIls discutent par petits groupes, assis à l’ombre des arbres devant l’usine. Certains jouent aux cartes entre les lignes de montage pendant qu’un autre fait la sieste sur un matelas déposé à la va-vite, dans le coin de l’un des ateliers désespérément vides. Hier matin, les ouvriers de PSA Peugeot Citroën d’Aulnay sous Bois attendent leur paie et la traditionnelle coupure estivale qui doit commencer dans quelques heures à peine. « Mercredi nous avons sorti 19 voitures quand l’usine peut en produire 700 », soupire Hassan Chedraoui, mécanicien et responsable de la CFTC. « Les gars partent en vacances mais ils pensent au retour, pas au départ. » Le retour, ce sera le 2 septembre.

Trois mois plus tard, l’usine doit fermer définitivement. L’une des salariées, qui ne souhaite pas donner son nom, ne sait pas ce qu’elle fera à son retour. Elle n’a pas été replacée sur le site de Poissy (Yvelines) où trois cents de ses collègues ont déjà été envoyés. Dans ce contexte, la question des vacances ne fait plus partie de ses préoccupations principales : « Je suis déprimée. D’habitude, à cette époque de l’année mes valises sont bouclées, tout est prêt. Là je ne parle pas de vacances, je ne parle que de PSA. »

Roger Torrinha travaille pour le groupe depuis 35 ans. Il fait partie des 1500 salariés officiellement toujours présents sur les lieux et à 55 ans, il observe l’usine où il a passé presque toute sa vie se vider : « la fermeture, c’est comme un gouffre qui se rapproche. Partir en vacances c’est essentiel, même si pour la majorité des gens, la maison, les enfants, les vacances ça passe à la trappe. » Qu’ils soient mutés à Poissy ou sur un autre site de PSA, qu’ils partent à la retraite, en formation ou que leur destin reste flou, tous les travailleurs redoutent la reprise.

Marcel* fait parti de ceux qui iront dès la rentrée grossir les rangs de l’usine de Poissy. « Je vais devoir me lever à 2 heures du matin pour prendre un bus à 3h30 et commencer le boulot à 5h30. Mais je n’ai pas peur », glisse-t-il. Malgré tout, il se méfie : « partout où on va, on entend : “à Aulnay c’est des révolutionnaires, ils foutent le bordel” alors qu’on est des bosseurs! » Quelques mètres plus loin, Jurgen est amer : « La direction nous a donné la carte d’un psy une semaine avant le départ en vacances alors qu’on ne sait pas ce qu’il va se passer à la rentrée. C’est une honte. »

De son côté, la direction précise que le service des ressources humaine assure une permanence tout le mois d’août. « Les salariés pourront joindre quelqu’un s’ils ont besoin d’information pour leurs projets de reconversion », ajoute la responsable de la communication.

* Le prénom a été change

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 25 Juillet 2013

chantiersaulnay.jpgL’été marque l’occasion pour les services techniques de la ville l’occasion de réaliser de nombreux travaux dans les équipements de la ville, qu’ils soient scolaires, culturels ou sportifs. Du côté des écoles, celle du Bourg va bénéficier d’une nouvelle couche de surface, quand celles de Paul-Eluard et d’André-Malraux vont avoir de nouvelles grilles de clôture. À Ambourget, c’est toute la cour de l’école maternelle qui va être rénovée. En ce qui concerne la voirie, des aménagements de sécurité vont être réalisés au niveau du rond-point de Lattre de Tassigny et du rond-point du Coudray, et la chaussée va être reprise avenue Dumont, rue Anatole-France, rue de Toulouse, rue Auguste- Renoir et chemin de Roissy en France.

À cette liste non exhaustive, on peut ajouter de nombreux travaux de rénovation, de peinture, de remplacement de système d’éclairage pour générer des économies d’énergie, de changement de sanitaires dans les groupes scolaires ou encore d’étanchéité de toitures ou terrasses, sans oublier la remise en état des bâtiment municipaux touchés par les intempéries du 19 juin. Des interventions qui ne sont pas sans causer parfois certains désagréments, mais qui contribuent au confort et à la sécurité des habitants, et donnent à la ville un meilleur aspect.

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 25 Juillet 2013

psa.jpgL’usine francilienne ferme ses portes pour cinq semaines de congés. Depuis mi-juin, l’usine produit à peine une petite dizaine de véhicules chaque jour.

Le site PSA d’Aulnay-sous-Bois ferme, jeudi 25 juillet, ses portes pour cinq semaines de trêve estivale (quatre semaines de congés suivies d’une semaine de chômage partiel). Mais depuis la fin de la grève mi- mai et surtout le passage à une équipe le 10 juin, la production n’est plus le principal objectif du site. La priorité aujourd’hui est le reclassement et l’avenir des salariés. "Le plan social avance bien à Aulnay-sous-Bois", a confié vendredi 19 juillet le DRH de PSA, Philippe Dorge. Sur les 3 000 salariés touchés par la fermeture de l’usine, 2 000 ont déjà trouvé ou sont en bonne de voie pour trouver une solution de reclassement. De source syndicale, 853 ont déjà quitté Aulnay.

853 salariés déjà partis

423 occuperont ainsi un poste dans un autre site du groupe PSA. Ce chiffre comprend une bonne partie des salariés qui avaient été détachés depuis mai dans d’autres sites en prêts temporaires. L’ambiance lourde dans l’usine pendant la grève de quatre mois menée par la CGT et SUD avait conduit la direction de PSA à engager ces prêts temporaires. "90% des salariés partis dans ce dispositif resteront définitivement dans leurs nouveaux sites", précise la direction d’Aulnay. Au total, sur 3 000 salariés, 700 ont demandé à être reclassés en interne. Sur les 853 déjà partis, 430 autres ont eux définitivement quitté PSA, la plupart pour réaliser un projet personnel (formation, création d’entreprises), les autres en congé senior.

1 000 postes à pourvoir en interne

Mais sur le volant de postes mis à disposition dans le groupe, la direction précise qu’un millier n’est toujours pas pourvu, en particulier des postes d’opérateurs et de managers sur la ligne de montage. En cause souvent : l’appréhension du changement de site et de région, et les conséquences matérielles pour le conjoint. "Certains salariés sont en phase de réflexion, explique Brahim Loujadhi, représentant syndical CFTC. La visite organisée mi-juillet à l’usine de Mulhouse par la direction est une bonne chose, elle permet aux salariés de découvrir le site, de se faire leur propre idée". Le délégué syndical estime qu’en septembre, beaucoup de salariés vont arrêter leur choix. En attendant, ils fréquentent régulièrement le pôle de mobilité professionnel installé dans des préfabriqués sur le site.

Des entreprises qui se font attendre

Un certain nombre attend en effet des réponses d’entreprises extérieures. Des salariés ont même déjà signé des promesses d’embauche avec la SNCF ou la RATP. Sur les parkings de l’usine, la compagnie de transports urbains forme actuellement une vingtaine de salariés à devenir chauffeurs de bus, en chemise et cravate, sur un véhicule école. Mais on est loin des 100 postes promis à la fois à la Régie des Transports Parisiens, à la SNCF ou chez ADP. Plus largement, en dehors d’ID Logistics, peu d’entreprises ont vraiment fait montre de leur intérêt pour s’installer sur les terrains d’Aulnay ou reprendre des salariés. Philippe Dorge, le DRH de PSA, citait bien la semaine dernière un fabricant d’équipement en restauration et hôtellerie, mais à Aulnay, cette solution ne dit rien à personne. "La société Guerbet, qui fait des produits pour la pharmacie haut de gamme, avec beaucoup de contrôle qualité, embauchera environ 5 personnes d’Aulnay" avance la porte-parole du site, pour montrer que les choses bougent un peu.

Des calendriers décalés

Une fois signé un contrat avec une autre entreprise, le départ n’est pas pour autant immédiat. La direction a décidé de tout faire pour permettre aux gens de quitter rapidement leurs fonctions pour démarrer leur nouvelle carrière ailleurs. Mais les délais varient d’une entreprise à l’autre. Les salariés qui ont, par exemple, signé chez ID Logistics ne démarreront pas avant l’année prochaine. La production continue donc en s’adaptant aux départs progressifs des opérateurs. Depuis mi-juin, une dizaine de voitures grand maximum sort des chaines chaque jour, contre 700 en temps normal, une production qui fluctue selon les opérateurs encore présents. "Quand les salariés ont trouvé une solution, du travail ou une formation, ils partent à des échelles de temps différentes et il faut ensuite organiser la production. Il y a ainsi pas mal de difficultés au montage" souligne la porte-parole de l’usine.

Le 31 décembre comme date butoir

Aucune date pour l’arrêt de la production, encore moins pour la fermeture de l’usine n’ont pour autant été fixées. La période de volontariat prendra fin au 31 décembre. Après cette date, les salariés qui n’auront pas trouvé de solutions se verront proposer deux postes. S’ils les refusent, PSA enclenchera des licenciements économiques. Fin juillet, 1 660 salariés travaillent toujours sur le site d’Aulnay-sous-Bois.

Source : http://www.usinenouvelle.com

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 25 Juillet 2013

 


C’était incontestablement l’un des événements festifs majeurs du week-end dernier à Aulnay-sous-Bois. Sous un soleil bienveillant, la péniche Anako  accueillait une nouvelle édition du traditionnel bal barge. Au programme : musique, danse, bonne chair, sourires et ambiance détendue. Il faut dire que le cadre magnifique incitait amateurs et habitués à prendre irrésistiblement possession de la piste de danse aménagée pour l’occasion. Comme le démontrent de façon éclatante nos vidéos tournées sur place samedi dernier, les bords du canal de l’Ourcq demeurent un atout majeur de notre commune qu’il convient de mettre en valeur pertinemment. Ce n’est pas notre office de tourisme qui dira le contraire bien entendu !

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 25 Juillet 2013

polemploi.jpg610 chômeurs de plus en un mois. La stagnation constatée le mois dernier n’aura pas duré. En juin, le chômage a de nouveau progressé en Seine-Saint-Denis, + 0,6% de demandeurs d’emploi de catégorie A (n’ayant pas du tout travaillé dans le mois), soit 610 personnes (+0,4% pour l’Ile-de-France). Fin juin, 106820 hommes et femmes étaient inscrits à Pôle emploi. Si l’on prend en compte l’ensemble des catégories (A, B, C), y compris ceux qui ont travaillé quelques heures dans le mois, la hausse est de 0,3%. Sur un an, le chômage a progressé de 11,6% (catégorie A) et de 9,9% (catégories A, B, C).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 25 Juillet 2013

stadedefrancesaintdenis.jpgFouler l’herbe bien verte du Stade de France à Saint-Denis. Ils sont venus pour cet instant que bien des supporteurs trouveraient magique. Pieds nus pour certains, les visiteurs tâtent le gazon et, du bout de l’orteil, effleurent le mythe. On imagine 80000 voix hurler : « Et un, et deux, et trois-zéro. » Ces passionnés se sont inscrits aux promenades d’une heure et demie consacrées aux coulisses de l’enceinte sportive. Au circuit habituel, le Stade de France a ajouté l’ouverture exceptionnelle de la pelouse au public, jusqu’à dimanche. Avec en prime, une séance de penaltys.

« Nous ne le faisons pas normalement, pour préserver le terrain qui est fragile », précise le staff. Maillot de l’équipe de France sur les épaules, Tom et Salomé, frère et sœur de 8 et 10 ans, attendent impatiemment de taper dans le ballon. Des touristes étrangers sont aussi de la visite. Dans les cages, Abdoulaye, joueur de 23 ans au club l’Entente Sannois-Saint-Gratien (Val-d’Oise), se prépare à être défié. « Pour moi, c’est plutôt amusant, résume le jeune sportif qui habite à Saint-Denis. Et les gens sont contents de venir sur la pelouse. »

Salomé est effectivement ravie. « C’est impressionnant », confirme la petite fille. Ses parents qui vivent à Senlis (Oise) sont en revanche déçus par le « musée ». « Il y a surtout des affiches et des vidéos, mais pas de véritables collections comme il peut en exister dans d’autres stades célèbres. » Quant aux vestiaires de l’équipe de France, ils n’ont laissé personne insensible. Une jeune femme photographie avec sa tablette numérique chacune des places de joueur. Assise sur le banc de Zizou, une visiteuse se relève en riant : « On sent de bonnes vibrations! »

Inscriptions sur Internet (www.stadedefrance.fr). Visite d’une heure et demie, avec à la clé, un tir au but. Prix : 15 € pour les adultes et 10 €, pour les enfants.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 24 Juillet 2013

Après le retrait de l'abri-bus-situé rue Jean Charcot (face Ford), un lecteur d’Aulnaylibre ! vient de constater que celui situé face à l'hôpital Robert Ballanger a été lui aussi enlevé. Dès lors, les personnes attendant leur bus ne pourront plus être assises et abritées. Cela deviendrait-il une épidémie ?

hopital-ballanger.jpg

Par ailleurs, vous vous apercevrez de l'état de vétusté des trottoirs environnants qui transforment  l'accès au site de l'hôpital en vrai parcours du combattant pour les personnes à mobilité réduite. 

 Cette partie de trottoir n'est peut-être pas sur la ville d’Aulnay, mais cette structure hospitalière étant intercommunale, le maire Gérard Ségura fait donc partie du conseil d'administration.

hopital-ballanger-2.jpg

Espérons quoi qu’il en soit que cet état ne soit pas définitif.

Structure texte et photos transmis à la rédaction par un fidèle lecteur d’Aulnaylibre ! Nous l’en remercions.


Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Vous avez la parole

Publié le 24 Juillet 2013

Les immenses locaux (environ 10 mètres carrés ) de l'unique antenne jeunesse d'Aulnay-sud.

breves6.jpg

25, rue des écoles, subsiste une mercerie, alors amateurs de tricots ou de vrai fil à couture notez l'adresse.

breves7.jpg

breves8.jpg

C'est un coup de cœur. La jeune Myriam créatrice de tee-shirts originaux se lance sur le marché du centre-gare les jeudi et dimanche. Voilà l’adresse de son site ligne2myr.com. Nous lui souhaitons bonne chance.

breves9.jpg

Une photo insolite, un peuplier a décidé de pousser sur les berges en béton du canal. Comme quoi la nature reprend toujours le dessus…

breves10.jpg

Marc Masnikosa


Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 24 Juillet 2013

busecole.jpegIl faut rouler un bon kilomètre entre des murs gris pour atteindre le centre de transition professionnelle depuis l’entrée visiteurs du site PSA d’Aulnay-sous-Bois. « L’usine a été construite dans les années 1970, raconte Anne-Laure Desclèves, responsable de la communication. À l’époque, on ne pensait pas aux économies d’énergie, on prenait de la place. »  Aujourd’hui, les 160 hectares de l’usine sont quasi déserts. Une petite quinzaine de C3 sort chaque jour des chaînes de montage. Pour profiter de l’espace, la direction a choisi de placer dans ses locaux le Centre de transition professionnelle (CTP) qui doit former les anciens de PSA aux 300 postes proposés par la SNCF, Aéroports de Paris (ADP) et la RATP.

Un hangar reconverti en salles de classes

Le gigantesque hangar du centre de recherche et développement, d’où sortaient les fleurons de Citroën, a été reconverti: contre le mur dentrée, quelques préfabriqués servent de salles de classe pour la remise à niveau en français et en mathématiques. Tout au fond, des établis et des tableaux électriques ont été installés pour former les anciens monteurs au vissage et au forage. Mais aujourd’hui, l’immense hangar est silencieux. Seule une poignée d’ouvriers regarde un film pédagogique dans un préfabriqué plongé dans le noir. Les premières recrues ne sont pour l’instant que 17, première vague des 100 embauches prévues par la RATP. Sur un grand parking, un bus école de l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) finit sa manœuvre. À l’intérieur, cinq élèves se sont relayés au volant. Chemise blanche, pantalon noir et cravate sombre, Sébastien a déjà le look du chauffeur de bus.

Apprendre « un nouveau métier »

« C’est une bonne chose de commencer un nouveau métier », affirme-t-il, même si l’ancien ne lui déplaisait pas. Assis à côté de lui, Abdallah approuve: « Il faut bien avancer. » Lui a choisi une cravate argentée sur chemise noire, qui lui donne des airs de prince de la nuit. Les 17 anciens ouvriers ont dû remplacer la blouse par un costume, le temps de la formation. « Pour la RATP, les vêtements ne sont qu’un détail, mais l’attitude des candidats compte beaucoup, affirme Nicolas Rivier, responsable du CTP d’Aulnay. La représentation et la relation avec les usagers sont plus importantes que chez PSA. Il faut être aimable, pouvoir gérer des petits conflits. Ils seront capitaines à bord de leur bus. »  La notion de service est encore plus importante chez Aéroports de Paris, qui exige que ses employés soient capables de répondre aux touristes – y compris les ouvriers de maintenance, futur métier des ex-PSA. Et pourquoi pas en anglais.

Redonner confiance

Intégrer cette nouvelle donne est un défi pour des salariés qui ont tous au moins huit ans d’ancienneté – depuis 2005, le site d’Aulnay n’a pas embauché. « J’avais beaucoup d’appréhension au début, se souvient Abdallah, 36 ans. J’ai eu mon permis en 1996, alors le code… », soupire le jeune papa en mimant un mouvement de brasse. Pour éviter les pertes en ligne, l’Afpa fait passer des tests cognitifs aux candidats: bon sens, logique et petits calculs. « Souvent, cela leur redonne confiance de voir qu’ils sont capables de valider ces tests », constate Marie-Christine Isla, consultante de l’Afpa. Mohammed, la quarantaine et douze ans d’ancienneté chez PSA, n’est pas totalement rassuré: « Là, on a fait 50 % en étant sélectionnés, mais il nous reste le plus dur: avoir le permis. Et dans le bus, on ne sera quavec des gens quon ne connaît pas. Il faudra sympathiser, rester calme quand il y a des tensions… » Ces aptitudes-là, les trajets du bus école sur les parkings vides d’Aulnay n’y préparent pas. « Il faut refaire nos preuves, conclut Mohammed. Retour à la case départ. »

« un contrat gagnant-gagnant »

Si les salariés ont encore des craintes, les recruteurs se montrent sereins. « On retrouve des compétences communes entre la construction automobile et les métiers de maintenance de la SNCF », affirme Vincent René, chef du département recrutement à la SNCF. Pour l’entreprise qui a prévu 10 000 embauches en 2013, des salariés habitués au travail et au respect des horaires et de la sécurité sont précieux. « On avait déjà recruté des salariés de l’automobile en 2008 et ça avait bien fonctionné. » D’autant que les salariés sélectionnés par la SNCF arriveront avec la formation adéquate, grâce au CTP. « On est dans un contrat gagnant-gagnant », se réjouit le recruteur.

Du côté des syndicats, l’accueil est aussi positif. « Pour l’instant, on n’a eu que des bons retours, reconnaît Tanja Sussest, déléguée du syndicat indépendant de l’automobile (SIA), majoritaire à Aulnay. C’est même la seule mesure du plan de sauvegarde de l’emploi qui fonctionne bien. » Pour la syndicaliste, le pôle mobilité professionnelle ne parvient pas à faire de l’accompagnement au cas par cas. Résultat, des ouvriers déboussolés viennent la voir en quête de conseils. Ceux qui ont choisi le CTP ont décidé de passer tout de suite à autre chose. « Avant, ce parking était plein à craquer, on devait se garer sur l’herbe autour, se souvient Abdallah. Aulnay, c’était un site modèle, ça fait mal au cœur de le voir fermer. Mais on ne va pas rester là jusqu’à ce qu’ils nous cassent l’usine dessus! »

----------------------------------

Le plan social de PSA, 11 200 postes en moins entre 2012 et 2014

Le plan social de PSA prévoit au total 11 200 suppressions de postes entre mai 2012 et mai 2014. À Aulnay, direction et syndicats estiment qu’un tiers environ des 3 000 salariés du site sont candidats au reclassement au sein du groupe, un tiers ont un projet personnel solide et le dernier tiers un projet jugé pour l’instant « pas solide ». La période de reclassement « volontaire » du plan social dure jusqu’à fin 2013. Tous les postes disponibles dans l’entreprise seront alors ouverts pendant trois mois. Pour les personnes restantes, les licenciements économiques auront lieu en avril 2014.

Source : http://www.la-croix.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 24 Juillet 2013

piscine_aulnay.jpgLa chaleur des derniers jours a provoqué une cohue dans les piscines de Seine-Saint-Denis. Conséquences : des fermetures temporaires et quelques tensions. A Aulnay-sous-Bois ce ne sont pas moins de douze agents de sécurité qui maintiennent le calme autour et dans l’eau.

 Des fermetures en cascade. C’est la conséquence de la cohue enregistrée dans les piscines du département, envahies par les baigneurs en ces jours de fortes chaleurs. Même les plages éphémères, comme Bajo Plage, à Bagnolet, ont dû évacuer leur bassin quelques minutes, ce week-end, afin de procéder à des vérifications de la qualité de l’eau.« On a eu énormément de monde sur le site, confirme le service des sports de la ville. Cela nous oblige à pratiquer régulièrement des analyses. On interdit l’accès au bassin durant dix à quinze minutes, puis ça repart. » A Epinay, les résultats des tests n’étant « pas bons », au centre aquatique du Canyon, le grand bassin a dû être évacué samedi après-midi.

Ailleurs, c’est souvent l’horaire de fermeture des piscines qui est avancé en cas de grande affluence, comme ce fut le cas le week-end dernier à Bobigny, Drancy ou Sevran. Des évacuations temporaires ont également été nécessaires à Bondy ou à Saint-Ouen, plusieurs fois dans la journée. Chaque piscine se doit en effet de respecter la fréquentation maximale instantanée (FMI) pour des raisons de sécurité et d’hygiène. Cette FMI est fixée à un baigneur par mètre carré pour les bassins couverts et 1,5/m2 pour les bassins extérieurs. « On filtre l’entrée de temps en temps, puis on rouvre », confirme-t-on au centre nautique Delaune, à Saint-Ouen.

« C’est de la folie depuis plusieurs jours », admet un employé de la piscine municipale d’Aubervilliers, qui a accueilli jusqu’à 900 personnes lundi et plus de 1000 dimanche. De nombreuses structures conseillent donc aux nageurs d’éviter les heures de pointe. A Villepinte, un employé indique qu’« il y a tellement de monde, l’après-midi, qu’il est impossible de nager ne serait-ce qu’une longueur ». C’est, en revanche, la présence d’un enfant malade qui a entraîné la fermeture de la piscine Henri-Wallon du Blanc-Mesnil pendant environ quatre heures. L’enfant ayant régurgité dans le bassin, les employés ont dû s’affairer au nettoyage et au traitement des eaux. L’afflux des nageurs a aussi engendré des tensions dans plusieurs piscines du département. A Saint-Denis, où la Baleine reçoit 450 à 500 personnes par jour, le public est « très dissipé et l’ambiance parfois très tendue », admet l’un des responsables du centre nautique.

A la piscine Marville, toujours à Saint-Denis, il y a eu « deux petites bagarres » mais celles-ci n’ont pas nécessité de fermeture. Aulnay, où l’ambiance a parfois été très tendue il y a quelques étés, emploie douze agents de sécurité pour maintenir le calme autour et dans l’eau. A Montreuil, enfin, où la construction d’une deuxième piscine est en cours, les disputes dans le bassin du stade nautique Maurice-Thorez ne sont pas rares. Mareyana, Montreuilloise âgée de 38 ans, explique ainsi « avoir déjà vu plusieurs bagarres » alors qu’elle était avec ses deux enfants. Cette mère de famille d’origine égyptienne explique donc entrer dans la piscine « dès l’ouverture des bassins », afin d’éviter l’agitation. « Il y a beaucoup de jeunes qui veulent avoir toute la place dans le bassin moyen. Les gens se poussent. Ce n’est pas très agréable… », conclut-elle.

Source : Le Parisien Photo : www.tourisme93.com

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 23 Juillet 2013

 

Une alerte orage de niveau 2 dans le département 93 est lancée pour la soirée. Une perturbation orageuse s’installe au-dessus de la Seine-Saint-Denis. Orages et pluies sont au programme. Soyez donc attentifs et vigilants sur les routes et dans les rues si vous devez vous déplacer. Les conditions de circulation peuvent se révéler difficiles et dangereuses. Espérons que le spectre des inondations du 19 juin dernier ne se matérialise pas à nouveau à Aulnay-sous-Bois…

Source : Météo City

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 23 Juillet 2013

parcfaure.jpgAvec Lucille Bourgeais, du Centre ornithologique d’Ile-de-France (Corif), une balade dans le parc Faure d’Aulnay-sous-Bois est proposée le mercredi 24 juillet de 15h30 à 17h. Des histoires vraies ou non seront contées pour un voyage dans le rêve et le fantastique. Ce moment est à partager en famille à partir de 4 ans. Gratuit sur inscription au 01 48 79 62 75 à la Maison de l’environnement située allée circulaire.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 23 Juillet 2013

Rock, swing et danseurs étaient au rendez-vous ce samedi 20 sur les berges du canal de l'Ourcq.

breves1.jpg

 On pouvait s'y restaurer d'une paella.

breves2.jpg

 Gisela Michel, l’adjointe à la culture, a rendu une visite.

breves3.jpg

 L'agrandissement du parking de l’Hôtel de ville est terminé.

breves4

 Les élus de la majorité vont peut-être enfin l'utiliser !

breves5.jpg

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 23 Juillet 2013

RERBAULNAY.jpgHier encore, la vitesse de plusieurs trains a été limitée à 40 km/h sur des lignes RER, comme l’annonçait la SNCF sur son site Transilien, occasionnant des retards allant de 10 à 30 minutes. En cause, les fortes températures qui favorisent la dilatation des joints entre les rails et peuvent aussi avoir un impact sur les caténaires. « Nous agissons ainsi par précaution et pour ménager le matériel », explique-t-on à la SNCF en rappelant que ces dispositions sont prévues par le plan canicule. Un plan qui prévoit aussi des stocks de bouteilles d’eau ou l’installation de brumisateurs pour les voyageurs. Mais fait particulièrement surprenant, les ralentissements n’ont pas lieu sur toutes les lignes, ni sur l’intégralité de la même ligne, selon qu’elle est gérée par la SNCF ou par la RATP.

 C’est le cas de la ligne B, cogérée par la RATP au sud puis par la SNCF au nord. « Sur la partie RATP, on pouvait encore rouler à 90 km/h sur le tronçon central et jusqu’à 100 sur la portion Gif-sur-Yvette - Saint-Rémy-lès-Chevreuse », précise Laurent Gallois, conducteur sur cette ligne et délégué syndical Unsa Transports-RATP. A la direction de la RATP, on confirme qu’aucune limitation de vitesse n’a été préconisée quand bien même le mercure dépassait les 34 degrés. Laurent Gallois pointe du doigt l’état des infrastructures. « Sur la B, côté RATP, les rails ont été changés tout comme les poteaux de caténaires, et l’on roule normalement, constate-t-il. Si l’on en vient à réduire la vitesse quand on a des températures estivales l’été, où va-t-on? » La SNCF se défend pourtant de négliger ses infrastructures. « Cela n’a aucun lien avec la vétusté ni l’ancienneté des infrastructures », assure-t-on à la direction sans toutefois expliquer pourquoi les trains au départ de gare de Lyon et Saint-Lazare ne sont pas concernés par ces ralentissements.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 22 Juillet 2013

oui-pour-legalite.pngLa date du 20 juillet 2013 sera à archiver dans la  mémoire de notre ville puisque c’est en ce jour qu’a été célébré le premier mariage de même sexe à Aulnay-sous-Bois. La rédaction d’Aulnaylibre ! souhaite tous ses vœux de bonheur aux mariées et ne diffusera aucune photo, ni vidéo de ce moment qui s’est déroulé dans la plus stricte intimité.

Beaucoup d'élus étaient présents en cette occasion. Tout d'abord bien entendu le maire Gérard Ségura qui a célébré le mariage, mais aussi le député de la 10ecirconscription de Seine-Saint-Denis Daniel Goldberg ainsi que les adjoints Aline Benhamou, Nicole Siino, Henri Annoni, Roland Gallosi ou encore Mario De Olivera. Certains avaient la larme à l’œil comme c’est souvent de tradition en ce beau moment.  Daniel Goldberg a enfin rappelé le long cheminement qui a été nécessaire afin de faire évoluer les textes de loi qui ont abouti à l’égalité de tous dans le mariage.

Marc Masnikosa

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 22 Juillet 2013

Les fortes chaleurs d’hier ont eu des conséquences inattendues pour les voyageurs de la SNCF en Ile-de-France et en Picardie. La vitesse des trains a dû être revue à la baisse, causant des retards en particulier sur la ligne D du RER. « Des limitations de vitesse, imposées par de fortes chaleurs, perturbent la circulation des trains » de plusieurs lignes du réseau ferré francilien, expliquait Transilien sur son site internet. « La dilatation des rails nous oblige à une modification du plan de transport. » Selon la direction de l’entreprise, il s’agissait de « ménager le matériel ». La vitesse maximale des RER a ainsi été limité à 40 km/h, occasionnant des retards de 30 à 40 minutes sur le RER D, de 20 minutes en moyenne sur les TER et de quelques minutes sur les TGV.


Note de la rédaction : la dernière fois que nous avons eu affaire à notre très cher RER B, le 16 juillet une fumée épaisse a soudain envahi un train sans explication à la gare de Livry – Sevran (voir nos vidéos). Et le 17 dans une rame pourtant flambant neuve, la climatisation ne fonctionnait pas alors que la chaleur était torride. Tout cela est évidemment de très bon augure avant la mise en place dans quelques semaines du RER B+ omnibus !

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 22 Juillet 2013

Parc-du-sausset.jpgVenez découvrir la diversité des milieux et des espèces présents sur le parc du Sausset au gré d’une balade à vélo commentée. Rendez-vous au parking des gardes / Avec la Maison de l’Environnement d’Aulnay-sous-Bois. Ouvert gratuitement aux adultes et enfant de plus de 8 ans sur inscription au 01.48.79.62.75

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 21 Juillet 2013

Aulnay-sous-Bois le 17 juillet 2013 

La violence de l’intervention de la Compagnie de Sécurisation de la Seine-

Saint-Denis est inacceptable !

pcfaulnayLa cité de l’Europe de la ville d’Aulnay-sous-Bois a été de nouveau le théâtre d’une intervention violente des forces de l’ordre.

En effet, les 10 et 11 juillet, ce quartier a vécu des affrontements entre police et population.

Alors que le 10 juillet, les forces de l’ordre n’ont pas pu rentrer dans la cité, une démonstration de force de la « Compagnie de Sécurisation de la Seine-Saint-Denis » a eu lieu le lendemain. En fin d’après-midi, beaucoup de parents et d’enfants étaient dehors. De nombreux policiers sont alors intervenus de façon violente et injurieuse envers la population : tirs de Flash-Ball, insultes, coups et violences. De nombreux habitants et salariés du quartier, choqués par cette intervention, sont encore sous le coup de l’émotion.

Miguel Hernandez, Président du groupe des élus communistes s’est rendu sur place pour dénoncer ces méthodes inacceptables et pour soutenir les habitants. Certains d’entre eux portent encore les marques physiques de cette intervention musclée. Il a interpellé le maire.

Par ailleurs, le soir du 14 juillet, des agents de la ville d’Aulnay dans le quartier de la Rose des Vents ont reçu des coups dans l’exercice de leurs missions de médiation et de prévention par ces mêmes forces de l’ordre.

C’EST INACCEPTABLE ! AVEC L’AUSTERITE, LA REPRESSION VA-T-ELLE DEVENIR LE LOT QUOTIDIEN DES AULNAYSIENS ?

Aucune violence n’est admissible venant des forces de polices qui doivent assurer la sécurité publique de tous les habitants.

Monsieur VALLS, Ministre de l’intérieur, votre responsabilité est engagée ! Nous vous demandons d’arrêter le bras de cette police qui frappe et tire sur les populations sans discernement.

Les habitants de la ville d’Aulnay-sous-Bois ont besoin d’une police républicaine et de proximité. Sous les années SARKOSY, de nombreux moyens ont été supprimés mettant fin à un travail de prévention et les effectifs ont été réduits. AUJOURD’HUI, la politique menée par le gouvernement AYRAULT ne prend pas la voie du changement !

La police doit pouvoir exercer ses missions de sécurité publique dans le respect des droits des personnes. Elles ne peuvent s’effectuer au détriment des libertés individuelles.

Les élus communistes protestent contre ces méthodes qui créent un climat de tension dans les quartiers de la ville. Ils appellent la population à garder son calme et à dénoncer toutes violences.

Avec la population et tous les acteurs locaux, nous devons rester mobilisés pour construire une ville respectueuse des droits et citoyenne qui garantit le vivre ensemble.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 21 Juillet 2013

 

Vous trouverez ci-dessous la tribune des élus du groupe Aulnay Ecologie – Les Verts à paraitre dans le magazine Oxygène de lundi.

Groupe de propositions municipales les Verts - Aulnay Ecologie

Nos enfants méritent un accueil de qualité !

EELVLogoNous regrettions dès les orientations budgétaires 2013 le manque d'anticipation sur de nombreux sujets :

Le besoin d’écoles : 

Les nouveaux arrivants sur les quartiers centre notamment, vont-ils trouver une place dans l’établissement de leur secteur ? Il manque une vraie vision de notre ville qui anticipe, programme et finance les équipements et services nécessaires aux aulnaysiens. Créer du logement sans équipement, nous éloigne de la ville vivable et nous réserve des réveils difficiles.

La réforme des rythmes scolaires :

Deux réunions ont été organisées à la demande des parents mais ont suscité un fort sentiment d’improvisation et d’impréparation. Les directrices et directeurs d’écoles n'ont pas été associés.

Les besoins de formation, de recrutement, d’organisations nouvelles, de synergie avec les différents organismes de la ville mais aussi les associations, les artistes, les musiciens, devraient être pris en compte, pour assurer leur financement. Il faut porter une ambition forte de notre ville pour nos enfants, pour la qualité de leur accueil. Nous dénonçons les coupes sombres dans les budgets des écoles et des temps périscolaires.

Accueil de nos enfants : une situation préoccupante

Dès cette année, il aurait fallu effectuer un vrai effort pour améliorer la qualité de l'accueil de nos enfants dans les temps périscolaires et des centres de loisirs. Il faut travailler à améliorer la formation, la motivation, les projets et les moyens pédagogiques et matériels pour aider les animateurs à faire pleinement leur travail avec un objectif : permettre l'épanouissement de nos enfants. Nous réclamons la qualité.

Education : les centres de loisirs doivent être accessibles à tous !

La pré-inscription aux centres de loisirs prend beaucoup trop de temps : bien avant chaque période de vacances scolaires, il est exigé de se rendre en mairie, et ensuite d’attendre sans être assuré d'une place. En cas d'absence, 10€ de pénalité vous seront facturés, en plus du prix de la journée, même si vous prévenez bien à l’avance ! Aucune possibilité de souplesse pour aider les parents qui auraient vu leur emploi du temps changer depuis l’inscription, il y a plus d’un mois.

Nous partageons la colère des parents et avons voté contre ce règlement absurde. Nous réclamons sa révision au plus vite d'autant plus que la hausse de la fréquentation des centres de loisirs aurait dû être anticipée et accompagnée d'une hausse du budget, ce qui n'a pas été le cas.... Agents communaux et parents sont victimes de décisions politiques irréfléchies.

Cet exemple illustre la dégradation de la qualité des services rendus aux aulnaysiens.

Bel été à toutes et à tous !

Secrétariat des élus : 01.48.79.44.48 -  http://elusvertsaulnay.over-blog.com

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Oxygène

Publié le 21 Juillet 2013

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de presse du groupe UMP au conseil régional d’Ile-de-France transmis à la rédaction d’Aulnaylibre ! Il est intitulé : Baisse des aides à l’apprentissage : le gouvernement et la région Ile-de-France poursuivent leur travail de sape contre l’emploi des jeunes. 

Paris, le 18 juillet 2013 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Baisse des aides à l’apprentissage : le gouvernement et la région Ile-de-France poursuivent leur travail de sape contre l’emploi des jeunes.

logoumpiledefrance.pngValérie Pécresse, présidente du groupe Mouvement Populaire au conseil régional, dénonce la suppression annoncée de l’indemnité compensatrice forfaitaire versée aux employeurs d’apprentis par les régions, ainsi que le double langage du Gouvernement et de la région Ile-de- France.

Aux antipodes de leurs engagements en faveur de la jeunesse, cette mesure constitue, malgré le recul du Gouvernement sur les aides aux TPE, un coup fatal porté aux entreprises, au développement de l’apprentissage et à l’emploi.

Pour boucler un budget 2014 qui s’annonce catastrophique, François Hollande et Jean-Marc Ayrault font le choix de faire des économies sur le dos des jeunes et notamment des moins qualifiés.

En période de crise, c’est un contresens lorsque l’on sait que près de 80 % des apprentis trouvent un emploi à l’issue de leur formation.

Valérie Pécresse dénonce surtout l’hypocrisie de Jean-Paul Huchon, qui s’émeut de cettemesure alors qu’il n’a cessé d’amputer ces dernières années le budget régional consacré à la formation professionnelle et à l’apprentissage.

Alors que pour la première fois le chômage augmente plus vite en Ile-de-France que dans le reste du pays, Valérie Pécresse rappelle que la gauche régionale a baissé en 2013 la prime versée aux employeurs et détourné les 12 millions € du Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM) en faveur de l’apprentissage afin de financer les emplois d’avenir.

Pire encore, la région PS-Verts n’utilise pas chaque année la dotation que lui verse l’Etat pour indemniser les employeurs d’apprentis : en 2012, la région a ainsi touché 119 millions € de l’Etat alors qu’elle n’a reversé aux employeurs que 94,7 millions €.

Valérie Pécresse demande à ce que la région Ile-de-France prenne à sa charge les 100 millions € qui ne seront plus financés par l’Etat afin d’assurer la sauvegarde des filières d’apprentissage et de pérenniser un moyen de lutte efficace contre le chômage des jeunes.

Conseil régional

Groupe Mouvement Populaire

Contact presse : François Demas

01 53 85 68 67 - 06 43 72 38 51 – fdemas@ump-iledefrance.fr

www.ump-iledefrance.fr

 Twitter : @umpidf

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Publié le 21 Juillet 2013

rucherparcdusaussetLe parc du Sausset pro­pose aujourd’hui de 15h à 17h une opération porte ouverte de son rucher. A cette occasion les api­cul­teurs du parc vous dévoi­le­ront la vie et le rôle de nos amies les abeilles autour d’une visite et d’une dégus­ta­tion de miel.  

Cette animation s’adresse aux adultes et enfants à par­tir de 6 ans, sur ins­crip­tion (ren­sei­gne­ments au 01–48-19–28-28). Rendez-vous à la Mai­son du Saus­set ou direc­te­ment au rucher, avec une tenue adap­tée (chaus­sures fer­mées et pan­ta­lon long) et sans par­fum (les abeilles y étant très sen­sibles).

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 20 Juillet 2013

Valls.JPGVous trouverez ci-dessous une lettre du maire d’Aulnay-sous-Bois Gérard Ségura adressée au ministre de l’Intérieur Manuel Valls (photo ci-contre) dans laquelle il dénonce des violences policières qui se seraient déroulées rue Edgar Degas lors des fêtes du 14 juillet contre le responsable du service médiation de la ville, l’un des agents médiation ainsi que le directeur prévention sécurité.

SEGURAVALLS1.png

 

SEGURAVALLS2.png

SEGURAVALLS3.png

SEGURAVALLS4.png

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 20 Juillet 2013

petards 5Au lendemain de chaque 14 juillet se pose le même dilemme au ministre de l'Intérieur, qu'il soit de droite ou de gauche : doit-il publier les chiffres des incidents et des arrestations survenus au cours de la nuit de la fête nationale ? Manuel Valls, l'actuel patron de la Place Beauvau, avait promis lors d'une conférence de presse en début d'année qu'il renouerait avec la pratique initiée par Nicolas Sarkozy, lorsqu'il occupait les mêmes fonctions, de publier ces chiffres.  Si aucun bilan n'a été délivré concernant les faits délictueux du week-end dernier, est-ce alors parce que les chiffres ne sont pas à l'avantage du ministre ? "Le ministre s'était engagé à la transparence pour les faits qui concernent les nuits de Noël et de la Saint-Sylvestre. Pas pour le 14 juillet", précise-t-on au ministère. "Le ministre n'a pas donné d'ordre pour ne pas communiquer. Chaque préfecture est libre de le faire", affirme le cabinet du ministre de l'Intérieur. À Paris, la préfecture de police (PP) n'est pas plus loquace et se défend en renvoyant la balle dans le camp du ministère de l'Intérieur. "Les statistiques sont à la disposition du ministère de l'Intérieur. C'est ensuite lui qui décide de les rendre publiques ou non", explique-t-on à la PP.

Tirs de mortier et cocktails Molotov

Selon des documents officiels que le Point.fr a pu consulter, 21 fonctionnaires de police ont été blessés à Paris et dans les trois départements limitrophes de la capitale (92, 93, 94) au cours de la soirée. En 2012, le bilan faisait état de 3 policiers malmenés dans l'exercice de leurs fonctions.  Le nombre de véhicules incendiés a augmenté de 30 % par rapport à 2012, passant de 196 à 256 en 2013. Les tirs de mortier et les jets de projectiles sur les agents de la force publique se maintiennent à un niveau élevé. On a dénombré 386 faits de caillassage, mais surtout 337 tirs de mortier contre 210 l'an dernier. Les pétards tirés au mortier font de plus en plus de dégâts : si les utilisateurs peuvent y perdre leur main, ces gros pétards peuvent aussi déclencher des incendies. À Suresnes (92), cette nuit-là, un tir de mortier sur le toit d'un immeuble a provoqué l'incendie de deux appartements.

À Aulnay-sous-Bois, les forces de l'ordre ont été visées par une vingtaine de tirs de mortier ainsi que des cocktails Molotov. Les policiers se sont dégagés en tirant au Flash-Ball. Par rapport aux festivités des 13 et 14 juillet 2012, le nombre d'interpellés a diminué de près de 30 %, passant de 543 à 387. Les individus arrêtés l'ont été principalement pour des vols aggravés ou simples et pour des jets de projectiles sur les fonctionnaires de police. De même, il y a eu, selon les statistiques officielles, 294 personnes placées en garde à vue contre 330 l'an dernier. Au vu de ce bilan, on peut comprendre que le ministre de l'Intérieur n'ait pas opté pour la transparence. 

Source : http://www.lepoint.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 20 Juillet 2013

Tout est prêt : les 5000 t de sable, les 800 chaises, 600 transats et bains de soleil, les 250 parasols et 40 hamacs. Après quatre jours et cinq nuits de montage, Paris-Plages, qui s’ouvre aujourd’hui, attend près de 2 millions de visiteurs jusqu’au 18 août. Au total, 1,5 km de plages accessibles dès ce matin : un tiers au bord du bassin de la Villette (XIXe), les deux autres le long de la Seine, entre le pont des Tuileries et le virage du pont de Sully, sur la voie Georges-Pompidou. Pour la première fois, les promeneurs pourront aussi rejoindre les berges de Seine piétonnes réaménagées sur la rive gauche avec brasserie, buvettes, glaciers et espaces pique-nique.

plan-paris-plages.png

Côté animations : cours de danses de salon et matchs de baby-foot près du Pont-Neuf (Ier), bibliothèque éphémère aux 300 livres devant le pont Marie (IVe). Quant aux amateurs de beach-volley, ils profiteront à nouveau des brumisateurs en cas de surchauffe. A la Villette, c’est toujours BMX, bal et jeux de société pour les enfants. Les plus grands apprécieront la douceur d’une promenade en pédalo, en kayak ou en aviron.

Jusqu’au 18 août, de 8 heures à minuit. Animations gratuites dès 13 heures. Renseignements sur www.paris.fr/parisplages

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 20 Juillet 2013

grandparis.jpgLa métropole, c’est maintenant, ou plutôt ce sera pour le 1er janvier 2016. Hier, l’Assemblée nationale a voté en première lecture l’article de loi qui prévoit la création d’une métropole du Grand Paris. Un nouveau pas significatif vers ce mastodonte administratif regroupant Paris et les trois départements de petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), soit 124 villes et 6,7 millions d’habitants. Par rapport au projet gouvernemental, qui s’inspirait de l’accord historique passé entre les ténors PS franciliens Anne Hidalgo, Jean-Paul Huchon et Claude Bartolone, peu de différences mais quelques ajustements.

UMP, UDI et Front de gauche sont contre

Au 1er janvier 2016 donc, et non plus 2015, la future métropole du Grand Paris sera bien une super intercommunalité, c’est-à-dire, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui pourra lever l’impôt. Ses compétences seront au nombre de trois : habitat, environnement et aménagement, les transports continuant à relever de la région Ile-de-France.

Les intercommunalités existantes au sein de son périmètre, comme Est Ensemble ou Plaine Commune, seront supprimées. A la place seront découpés des « territoires », d’au moins 300000 habitants. Nouveauté : leurs conseillers seront élus au suffrage universel direct. Ceux-ci siégeront avec les représentants des communes et du Conseil de Paris au sein d’un conseil métropolitain. Autre nouveauté : avant le 1er janvier 2016, les intercommunalités de grande couronne, limitrophe de la métropole, pourront y adhérer. La même règle s’appliquera pour les communes limitrophes isolées. A la demande du député-maire PS de Cachan (94), Jean-Yves Le Bouillonec, une mission de préfiguration de la future métropole (rassemblant élus et société civile), sera mise sur pied, probablement début 2014.

Hier, Marylise Lebranchu a vanté une organisation synonyme de « simplification » et de « solidarité accrue entre territoires ». Au contraire UMP et UDI ont voté contre une organisation jugée coûteuse et génératrice de doublons. Le Front de gauche, qui a réclamé en vain un référendum, est encore plus remonté dénonçant « un monstre technocratique ». Le débat, déjà houleux, risque de continuer après les vacances lorsque le texte repartira au Sénat.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Intercommunalité