Publié le 24 Novembre 2012

Le Cap, la scène des musiques actuelles du monde, vous donne rendez-vous ce soir à partir de 20h30 avec Sallie Ford et Captain Kid pour deux concerts pop rock vintage. Vous trouverez ci-dessous quelques mots sur ces artistes agrémentés d’extraits musicaux.

Du rock à l’état pur ! Native de Caroline du Nord, Sallie Ford donne à sa musique des allures twist très 50’s. Formée au violon classique, elle rhabille le rock façon Bécassine avec espièglerie et fantaisie. Accompagnée sur scène d’une basse, une contrebasse, une batterie et une guitare, « l’antidiva » nous communique sa fougue joyeusement énergique. On reconnaîtra par moment des sonorités blues, jazz, gospel et country dans les morceaux du groupe, sans doute inspirées de leurs modèles Tom Waits, les Beatles et Etta James.


La parfaite harmonie des instruments donne toute son élégance à cette pop-folk d’inspiration anglo-saxonne. Un cocktail de fraîcheur mélancolique pour chasser la grisaille, tel le titre sifflotant We and I. Sébastien Sigault alias Captain Kid nous offre des chansons intimes, à l’image de son premier album 67 songs, sorti en mai 2012. Il s’est entouré d’un quatuor magique de musiciens et de Julien Ribot avec qui il dessine un joli tableau de maître aux allures virevoltantes de classique.

 

Le Cap, 56 rue Auguste Renoir, à partir de 20h30. Tarifs 5, 8 ou 10 euros.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 24 Novembre 2012

racsuperloto.jpgLe RAC, Rugby Aulnay Club, organise ce soir à 19h un super loto à la salle Pierre Scohy, située 1 rue Aristide Briand. Le premier prix est un séjour de 8 jours / 7 nuits en formule tout inclus pour 2 personnes.

D’autres lots sont également en jeu comme un week-end pour 2 au futuroscope de Poitiers, un téléviseur LCD 117 cm ou bien encore un VTT, des jambons et des bouteilles de vin.

Le prix du carton est fixé à 6 euros. Le forfait 3 cartons est à 15 euros. 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 24 Novembre 2012

mingarelli-un-repas-en-hiver.gifLa librairie Folies d’encre, située 41 boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois, accueille aujourd’hui à partir de 16h Hubert Mingarelli à l’occasion de la sortie de son dernier roman « un repas en hiver ». Cette rencontre-dédicace sera suivie d’un apéritif. Vous trouverez ci-dessous quelques mots sur l’auteur et son livre.

L'histoire en quelques mots :
Trois soldats allemands pendant la seconde guerre mondiale se tiennent les coudes au milieu de l'horreur. Ils réussissent à échapper pour une journée à la sale tâche de fusiller à la chaîne des prisonniers qui ne cessent d'arriver. Leur excuse : partir à la chasse aux juifs cachés, aux échappés. Malgré le froid, malgré la faim, ils marchent et se préoccupent des soucis familiaux de l'un d'eux : comment aider Emmerich à dissuader son fils de fumer... Une question tellement décalée dans ce contexte et pourtant c'est cet aller-retour avec la vie d'avant, avec la vie tout court, qui semble les maintenir debout et ensemble. Et puis, sans le vouloir, ils en trouvent un, un pauvre gars planqué. Et puis sans le vouloir ils vont partager un curieux repas dans une maison abandonnée.

On est de l'autre côté de la barrière, du côté des méchants pourrait-on dire, mais leur camp ne semble pas si loin d'un camp de prisonnier où dominent la faim, le froid et la dictature de l'autorité. Hubert Mingarelli rend, sans emphase, un hommage à l'amitié. Son écriture en retenue, d'une subtilité qui se fait rare, fait s'imbriquer petite et grande histoire, sans artifice. L'évidence des dialogues et des relations qui se trament dans ce froid saisissant nous convainc d'emblée...

Quelques repères sur Hubert Mingarelli : 

À 17 ans il arrête l'école pour s'engager dans la marine qu'il quitte trois ans plus tard. Entre-temps il a pu voir la Méditerranée et le Pacifique. S'ensuit des voyages à travers l'Europe. Il finit par s'installer à Grenoble où il exerce de nombreux métiers. Il commence à publier à la fin des années 80. Il est lauréat du Prix Médicis en 2003 pour son roman Quatre Soldats. Il vit aujourd'hui dans un hameau de montagne de Matheysine dans les Alpes françaises. ( source : wikipédia)

LIBRAIRIE FOLIES D’ENCR

41 BD DE STRASBOURG

93600 AULNAY-SOUS-BOIS

01.48.66.12.85

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 24 Novembre 2012

rer_b-copie-2.gif

Ce week-end, en raison de travaux, la circulation des trains est allégée entre Aulnay-sous-Bois et Mitry-Claye. Les gares de Sevran-Livry, Vert Galant, Villeparisis et Mitry-Claye seront desservies par un train toutes les trente minutes. Le trafic sera interrompu entre Aulnay-sous-Bois et Aéroport-CDG. Des navettes de bus seront mises en remplacement entre Aulnay-sous-Bois et Aéroport CDG-1. Il vous faudra ensuite emprunter la navette CDG Val.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 23 Novembre 2012

Avant de partir en week-end la rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose ce cliché pris dans notre bonne ville d’Aulnay-sous-Bois avec la question désormais rituelle : c’est où donc ? Si vous avez une idée n’hésitez pas à la partager avec nous en laissant un commentaire… En attendant bons samedi et dimanche et à très bientôt !

enigmetest.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 23 Novembre 2012

C’est une évidence pour beaucoup d’entre nous, se garer sur le parking du Conservatoire de musique et de danse de la ville d’Aulnay-sous-Bois est devenu un vrai casse-tête chinois ! Les jours de marché c’est même carrément l’enfer ! Tout le monde stationne n’importe comment, le sens normal de circulation est vite oublié et parfois des voitures ne peuvent même pas sortir ! Les petits malins qui connaissent bien le quartier se rabattent alors sur le parking du Foyer Club André Romand empêchant du même coup celles et ceux qui souhaitent s’y rendre de stationner à proximité ! Bref, vous l’aurez compris, nous sommes clairement en présence d’un équipement qui n’est plus en capacité d’absorber la demande d’où ce capharnaüm capté sur place par notre caméra samedi dernier au matin.

Au-delà du questionnement légitime à pouvoir concilier société de l’après-voiture et prospérité du secteur automobile en France, ce petit film montre à sa manière que les enjeux de l’urbanisation ne tournent pas uniquement autour de la construction de logements. Il est en effet assez fréquent d’entendre dans la bouche des élus actuels de la majorité municipale qu’une ville dont la population n’augmenterait pas serait une ville qui meurt à petit feu. Cette théorie, qu’elle s’avère juste ou non au final, justifierait ainsi à leurs yeux la multiplication galopante des chantiers d’immeubles qui germent un peu partout dans la commune.

Si nul ne songerait à nier la crise du logement, faut-il pour autant qu’une ville surestime ses capacités d’accueil en terme démographique si elle n’est même pas capable de faire évoluer en harmonie l’ensemble de ses infrastructures ? Voies de circulation, parkings, équipements sportifs, éducatifs et culturels, commerces de proximité, tissu attractif d’entreprises etc…, notre commune peut-elle ainsi accroître son offre à l’infini dans ces domaines pour franchir par exemple le seuil symbolique des 100 000 habitants, de surcroît en période de contrainte budgétaire ?  Cette question ne se doit d’ailleurs pas seulement s’envisager au sens quantitatif. La qualité de vie, les espaces de respiration, l’impression de bien-être sont aussi des paramètres intangibles à ne pas négliger.

Or, depuis mars 2008, la municipalité en place a été incapable de porter sereinement le débat sur la place publique. Au contraire, elle a dans la majorité des cas étouffé toute tentative de dialogue constructif avec les habitants préférant imposer ses vues en opérant des simulacres de concertation. Une large frange de la population s’est rebellée face à ces méthodes en manifestant un certain samedi 5 juin 2010 mais le souffle est retombé au fil du temps pour tout un tas de mauvaises raisons. Même l’adjoint à l’urbanisme Alain Amédro (EELV) avait fini par s’opposer, sans grand résultat malheureusement, aux projets immobiliers du maire Gérard Ségura. Un comble quand on y songe !

Finalement, avec le recul des années, force est de constater que le maire et son équipe ont lamentablement échoué cette mandature sur au moins deux points précis : la lisibilité de son projet de ville et l’organisation d’une concertation réelle et véritable avec la population à travers les conseils de quartier. La mésaventure arrivée à la Cité Arc en Ciel reste à cet égard l’exemple le plus cruel et le plus flagrant à ce jour.  L’autre erreur enfin, et sans doute la plus grave politiquement parlant, est que l’actuel exécutif municipal, par son attitude cynique et arrogante, aura réussi l’exploit de se mettre à dos des personnes qui sont fondamentalement de Gauche mais qui, le jour du scrutin municipal de 2014, préféreront se couper une main plutôt que de glisser un bulletin Gérard Ségura dans l’urne…

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports

Publié le 23 Novembre 2012

Alors que les commerces de proximité semblent péricliter à Aulnay-sous-Bois (voir notre article de ce matin), le journal Le Parisien visitait hier le chantier du gigantesque centre commercial Aéroville. Dans un an, 200 boutiques, un hypermarché ou encore un cinéma vont ouvrir leurs portes au pied des pistes de Roissy…

aeroville.jpg 

Il faut encore un peu d’imagination pour visualiser les vitrines « innovantes », les terrasses de restaurants, les bars à jus de fruits ou champagne, et la foule des clients… Mais en un an, depuis la pose officielle d’une première pierre, le centre commercial Aéroville a poussé comme un champignon, dans la zone de fret de l’aéroport Charles-de-Gaulle.  Côté sud, les façades se sont progressivement couvertes d’une « double peau » de verre, qui entourera à terme tout l’équipement. Plusieurs voies d’accès ont été aménagées et les panneaux de signalisation sont déjà installés aux abords du site. Au total, l’aménageur Unibail-Rodamco a consacré 12 M€ aux travaux de voirie facilitant la circulation aux abords du futur centre, qui sera également accessible à pied

A l’intérieur du vaste chantier, qui emploie 450 personnes environ, les larges allées se dessinent petit à petit, sous des structures métalliques souvent encore à nu, percées de verrières. A d’autres endroits, les colonnes de béton émergent à peine du sol. « Nous procédons par phases. Sur un chantier aussi grand, tenir en vingt-sept mois tient du challenge », assure Eric Houviez, directeur de programme d’Unibail-Rodamco. Si tout va bien, donc, le centre aux 200 boutiques pourrait ouvrir ses portes dans un an. Une nouvelle étape doit débuter en février : le groupe Auchan et la société EuropaCorp vont prendre possession de leurs « coques » de béton pour les aménager. Auchan disposera d’une surface de 15000 m2 pour son hypermarché. EuropaCorp s’apprête à créer un cinéma de 12 salles et 2500 places, dont l’architecture promet d’être imposante.


Création de 2 500 emplois

Tirées par ces deux locomotives, les enseignes affluent petit à petit : Marks & Spencer, Antony Morato, Little Marcel, Joué Club… 70% des surfaces disponibles sont déjà réservées. Eric Houviez en est convaincu : « Ce centre commercial sera révolutionnaire, dans une logique de nouveau centre-ville. » L’ombre du projet Europa City à Gonesse, la proximité du centre O’Parinor à Aulnay ne semblent pas l’inquiéter : « La vraie concurrence, c’est celle du commerce alternatif, sur Internet. » Unibail-Rodamco mise donc sur des vitrines spectaculaires, un espace de restauration de 700 m2, des services (dont une crèche de 35 berceaux) pour attirer les habitants d’une zone de chalandise s’étendant jusqu’à l’Oise, les salariés de l’aéroport et les voyageurs transitant par l’aéroport.

Le centre commercial devrait créer 2500 emplois, destinés à 75% à la population locale. La Maison de l’emploi du Val-d’Oise, la communauté d’agglomération Terres de France l’aménageur travaillent ensemble sur des actions de formation, censées débuter au printemps.
Les recrutements commenceront en principe l’été prochain.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 23 Novembre 2012

Hier soir, comme tous les troisièmes jeudis de chaque mois en général, avait lieu la traditionnelle séance du Conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois. Régulièrement, notre camarade blogueur Hervé Suaudeau abat un travail impressionnant à la fois pour mettre en ligne les documents (décisions, délibérations) mais aussi et surtout en donner une lecture plus visible aux non-initiés. Ce moment est important dans la vie démocratique d’une commune puisqu’à cette occasion sont débattues les petites et grandes questions qui préludent aux destinées de notre bonne ville d’Aulnay-sous-Bois. En résumé c’est là que ça passe et que sont décidées beaucoup de choses ! Malgré cela, la salle du public était quasiment vide hier soir en dehors des éternels habitués, comme si une fois les échéances électorales passées les citoyens rentraient tranquillement chez eux laissant les élus s’occuper de tout ! La rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose ainsi ci-dessous une visite vidéo virtuelle de ce moment , tournée en direct de l’Hôtel de Ville et commentée à l’inspiration sans préparation, pour mieux se rendre compte de la situation et pourquoi pas susciter quelques vocations ! 


Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 23 Novembre 2012

BOUCHERIECHEVALINE.JPGC’est peut-être un détail pour vous, mais pour les habitants du Vieux-Pays cela veut dire beaucoup. Depuis plusieurs semaines déjà, en effet, le rideau de fer de l’unique boucherie chevaline du secteur est désespérément clos. Pour un certain nombre d’entre nous, Michel était un repère immuable du quartier ouvrant tôt, fermant tard et volontiers disert sur l’actualité locale qu’il suivait de près. Bref, sa boutique était un vrai commerce de proximité aussi bien qu’un lieu d’échanges pour les habitués.

D’après plusieurs sources concordantes, des raisons médicales inhérentes au propriétaire sont à l’origine de cette fermeture. La boucherie, quant à elle, aurait été vendue en une seule journée. Reste à savoir maintenant quel type d’activité prendra la succession ? Un commerce de bouche ou une énième activité tertiaire ? Quoi qu’il en soit c’est encore un commerce de proximité qui met la clé sous la porte au moment même où, ironie du sort, l’ouverture de la gigantesque zone commerciale Aéroville se profile à l’horizon 2013 au nord de Paris. Si dans la bible David l’emporte face à Goliath, il semblerait qu’en matière de commerces cela ne soit pas le cas…

Post-scriptum : telle était la réponse à l’une de nos petites énigmes du week-end évoquée pour rappel ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Commerce

Publié le 23 Novembre 2012

PSARECUPEst-ce parce qu’une nouvelle séance de négociations s’ouvre aujourd’hui entre syndicats et direction du groupe PSA? Hier en tout cas, une partie des salariés de l’usine d’Aulnay-sous-Bois a de nouveau donné de la voix, à Paris ou à l’intérieur même des ateliers. En début d’après-midi, une centaine de manifestants faisaient ainsi irruption au congrès de l’Association des maires de France, au parc des Expositions de la porte de Versailles, à Paris, alors que la ministre de la Réforme de l’Etat et de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, s’apprêtait à prendre la parole devant les élus.  Le petit cortège a réussi à atteindre la scène, scandant le mot d’ordre « Ouvriers licenciés, communes étranglées ». Il a ensuite réussi à déployer sa banderole « Non à la fermeture d’Aulnay » sur la scène. Les délégués CGT Jean-Pierre Mercier et Philippe Julien ont pris la parole, dénonçant les « promesses non tenues » de François Hollande sur l’organisation de négociations tripartites. Ils ont également réclamé un rendez-vous au ministère du Travail, qu’ils auraient obtenu grâce à l’entremise de la ministre.

Un peu plus tôt, l’équipe de l’après-midi à l’usine d’Aulnay a assisté à un début de débrayage. Vers 14h30, 60 à 80 salariés ont cessé le travail, parcourant les ateliers pour tenter de rallier leurs collègues. Parmi eux, des délégués CFDT et SUD. La veille, un tract circulait dans l’usine, sans sigle syndical et signé par des « salariés de PSA Aulnay » : « Nous nous sentons oubliés par nos syndicats qui n’arrivent pas à se mettre d’accord. Certes, la fermeture du site est inéluctable mais nous ne vendrons pas notre CDI pour une bouchée de pain. » Le mouvement a cessé vers 16h30. « Mais on recommencera peut-être la semaine prochaine », confie un salarié. La séance de négociations de ce vendredi, au pôle tertiaire de Poissy (Yvelines), va examiner le sort des salariés dits « fragiles » dans le cadre du plan de 8000 suppressions de postes que la direction du groupe automobile veut mettre en œuvre au plan national.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 22 Novembre 2012

Vous trouverez ci-dessous une lettre de l’adjoint au maire Philippe Gente (voir photo) en réponse à celle envoyée par l’association Croix-Blanche au préfet concernant de possibles tentatives d’intimidation lors du déroulement de la prochaine réunion de comité de pilotage, prévue le 6 décembre prochain en salle du Conseil municipal, censée aboutir au futur projet d’aménagement du terrain de l’ancien centre des impôts. (voir notre article à ce sujet ici). Dans cette missive monsieur Gente appelle à la modération et à la maîtrise de soi. Il annonce par ailleurs la retransmission en direct et en intégralité par OXY TV de cette réunion ce qui constitue selon lui une petite avancée démocratique.

source photo : aulnay-sous-bois.fr

PhilippeGente.jpgBonjour à tous,

Je me permets de signaler qu’il s’agit de la trentième interpellation publique de l’association QCBE depuis la rentrée de septembre, soit un rythme soutenu de plus de deux interventions par semaine. Je n’épiloguerai pas sur le ton utilisé, chacun est à même de se faire son opinion.

Les insinuations contenues dans cette dernière lettre sont d’autant plus graves qu’elles restent totalement floues. J’invite les responsables de l’association à étayer leurs propos par des éléments tangibles et à déposer plainte auprès de la Justice. Ils me trouveront à leurs côtés, ainsi que le maire, pour soutenir leur démarche. Faute de quoi, ces accusations risquent fort d’être confondues avec une manœuvre grossière, ne serait-ce qu’en raison de la hâte avec laquelle certains opposants politiques s’en sont emparés, manœuvre à laquelle je doute que Monsieur le préfet veuille, lui, se prêter dans la période pré-électorale que nous connaissons.

Les membres de l’association QCBE se sont rendus en mairie à de multiples reprises ces derniers mois, soit dans le cadre de rencontres avec Monsieur le maire, soit pour manifester leur mécontentement, comme lors des Conseils municipaux. Ils ont chaque fois été reçus avec courtoisie et je ne sache qu’ils se soient jamais plaint de maltraitance. Je ne conçois pas que d’apporter la contradiction à une personne suffise en effet à caractériser un délit de pression.

Je renouvelle mon souhait de modération et de maîtrise de soi afin que les débats de comité de pilotage du projet Croix-Blanche se déroulent dans les conditions de sérénité les meilleures. Cette volonté d’apaisement s’est révélée majoritaire après consultation orale des membres du comité. C’est d’ailleurs ce souci de calmer les esprits qui nous a conduit à prendre la décision de fermer la porte de nos travaux aux partisans de tel ou tel camp, sans distinction.

Pour finir, je souhaite réparer une omission de l’association QCBE en indiquant que, par esprit de transparence, nos travaux du jeudi 06 décembre seront intégralement retransmis en direct sur OXY TV à partir de 19h30. Le quartier Croix Blanche en a été informé par affichage public. A ma connaissance, pareille retransmission, pour ce type de débat, est une première à Aulnay et, je le crois, une petite avancée démocratique.

Merci.

Philippe Gente,

      Adjoint au maire de quartier

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Publié le 22 Novembre 2012

Dans la classe de CP de Bernard Liberman à l’école les Perrières d’Aulnay-sous-bois, le numérique a fait son entrée et se confond désormais avec les méthodes d’enseignement traditionnelles. TNI, tableau interactif mobile, Mobiview et boîtiers de réponse sont les indispensables de cet enseignant convaincu par l’usage du numérique en classe. Le petit dernier arrivé « le logiciel Flow »,  fait l’unanimité auprès de notre enseignant.

La journée démarre comme toutes les autres ; les « rituels » du matin sont de rigueur. Date du jour, météo et emploi du temps et activités sont détaillés par un élève désigné qui change chaque jour. Le but, faire parler l’enfant, lui faire compter le nombre de présents et lui faire faire des phrases complètes et construites… bref, des méthodes « classiques » pour commencer la classe.

Des objectifs différents dans l’utilisation des boîtiers

Tout de suite après, les élèves récupèrent leur boîtier personnel qui va leur servir tout au long de la matinée. Au programme ce matin en mathématiques, une activité de numération : définir le nombre le plus grand ou le plus petit parmi 3 propositions. Pour ce faire, le TNI et les boîtiers simplifient la tâche de Bernard.

« J’utilise les boîtiers dans cette session car je peux voir en temps réel leur manière de réfléchir, voir ce qu’ils vont répondre et surtout analyser ensemble comment ils ont fait pour trouver », explique l’enseignant.

Tous les élèves participent, même les plus timides ou ceux qui seraient moins à l’aise devant une feuille blanche.
De plus, les élèves sont moins stigmatisés s’ils font une erreur que par écrit ; les boîtiers permettent de discuter plus facilement autour d’une erreur sans qu’elle ne semble pénalisante pour l’élève.

On peut, pour les expliquer, utiliser des méthodes traditionnelles  au moyen de petits cubes qui s’emboîtent ou d’une frise accrochée au mur positionnant les nombres par ordre croissant. Les élèves, après avoir répondu  avec leur boîtier, écoutent attentivement leur « maître » qui s’active, le Mobiview dans une main et une grande règle dans l’autre.
Le Mobi View permet à Bernard de ne pas être en permanence au tableau, de pouvoir se déplacer dans la classe tout en maintenant l’attention des élèves sur le TNI.

L’enseignant  utilise également les boîtiers pour une évaluation « diagnostique » du niveau de compréhension des enfants. Par exemple, dans ce même exercice de numération, il propose des nombres supérieurs à 20, encore jamais étudiés depuis le début de l’année. Il peut donc se rendre compte si les élèves sont déjà à l’aise ou pas. C’est donc une utilisation en guise de travail préparatoire.

La lecture emboîte le pas aux mathématiques. Le travail commence par une distribution d’étiquettes papier représentant différentes syllabes. Les élèves vont devoir retrouver les mots énoncés par Bernard et replacer les syllabes dans le bon ordre puis les coller sur une feuille. Le travail avec les boîtiers suit : trois mots sont proposés aux enfants et ils doivent retrouver celui demandé oralement par l’enseignant.

« L’usage des boîtiers dans ce cas précis me permet de faire une évaluation, de voir quels élèves sont à l’aise avec ces mots-là et ceux qui ne sont encore à regarder que le début du mot(…) ».

De plus, l’utilisation du Mobi View lui permet de voir en temps réel les réponses des élèves, ce qui peut les aider à corriger leur réponse si le maître leur demande s’ils sont sûrs de ce qu’ils ont répondu et permet à l’enseignant de voir ceux qui prennent le temps de réfléchir, ceux qui répondent rapidement, etc Les élèves savent que l’enseignant a les réponses sous les yeux et ont conscience qu’ils doivent faire attention à ce qu’ils répondent.

Le logiciel Flow permet, par ailleurs, une sauvegarde des résultats et des questions sous forme de fichier Excel ou html, ce qui pour l’exploitation des résultats, autorise un suivi individualisé des élèves.

Une utilisation presque « innée » de la technologie par les enfants

Bernard Liberman nous précise : ses élèves, alors même qu’ils n’utilisent les boîtiers que depuis 1 mois, sont tout à fait à l’aise avec tous les outils numériques présents dans la classe. Ces enfants, tout juste sortis de la maternelle, ont intégré, dès la première séance, comment se servir de ces nouvelles technologies.

« Au bout d’une séance, ils étaient déjà aptes et ce n’était même pas une séance pour jouer mais bien du travail (…). Les boîtiers sont très ergonomiques, ils ont bien compris qu’il fallait appuyer (…) Et ils connaissent par cœur le numéro de leur boîtier, ce qui prouve bien leur motivation » !

Chaïma, Naila, Hasadia et Abdramane que nous avons interrogés nous confirment « en chœur » cet engouement : « Nous aimons bien utiliser les boîtiers, nous aimons les mots et les questions (…).C’est pas compliqué pour nous d’utiliser les boîtiers (…). C’est sympa de travailler avec le Tableau (TNI) et les boîtiers, nous aimons avoir un écran».

Un enseignant convaincu qui aimerait bien convaincre les collègues…

Bernard Liberman ne travaille que sur TNI ; pour lui, pas d’hésitation, avec le TNI,  le Mobiview,et les boîtiers, il capte plus facilement l’attention de tous ces élèves en même temps.
« Souvent dans les exercices que nous faisons, ils ont la même chose sur leur cahier que sur le TNI, ça les aide à être plus concentrés ».

Il ne pourrait pas dire si le TNI améliore les résultats de ses élèves mais il reste persuadé que les outils numériques facilitent la concentration et la motivation, surtout pour les élèves en difficultés.

Bernard nous rapporte que dans la même école, sa collègue qui enseigne aussi au CP, suit les méthodes traditionnelles. Bien que n’utilisant pas le numérique, elle avoue à Bernard que pour certaines activités la numérique peut être un «plus». Elle faisait même le constat qu’elle passait plus d’énergie en explications alors qu’avec le numérique cela semblait évident.

Il utilise également ces différents outils numériques en remédiation, pour des petits groupes ou dans le cadre de l’aide individualisée.

En début d’année, Bernard invite les parents et leur présente les outils numériques qu’il va utiliser pendant l’année, ce qui leur permet de mieux comprendre quand les élèves reviennent de classe et expliquent qu’ils ont utilisé les boîtiers de réponse. Il a également créé un blog de classe pour mieux correspondre avec les parents d’élèves.

Source : http://www.ludovia.com

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Education

Publié le 22 Novembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué (accessible au format pdf en cliquant ici) du maire Gérard Ségura réagissant à l’agression d’une habitante d’Aulnay-sous-Bois séquestrée et frappée par erreur le 19 novembre dernier (voir article du Parisien à ce sujet ici). Dans cette missive il explique que la commune « a pris ses responsabilités en améliorant l’organisation de la police municipale en vue d’une présence renforcée sur le terrain et d’une plus grande efficacité d’intervention ». Il réitère enfin sa demande « d’un commissariat digne de notre temps et des effectifs de police en conséquence » pour la ville.

Aulnay-sous-Bois, le 22 novembre 2012

Communiqué de Gérard Ségura, Maire d’Aulnay-sous-Bois

gerardseguraJ’ai été particulièrement horrifié par l’agression dont a été victime une habitante d’Aulnay-sous-Bois, ligotée et frappée à son domicile par une bande de malfrats.

Je tiens à exprimer toute ma solidarité à la victime et à l’assurer de ma plus vive sympathie.

Je demande aux autorités de la police nationale de mettre tout en oeuvre pour interpeller les coupables et les déférer à la Justice.

Notre ville a pris ses responsabilités en améliorant l’organisation de la police municipale en vue d’une présence renforcée sur le terrain et d’une plus grande efficacité d’intervention. Au-delà, je renouvelle ma demande qu’Aulnay-sous-Bois dispose enfin d’un commissariat digne de notre temps et des effectifs de police en conséquence.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 22 Novembre 2012

«Où sont les Américains? Partis prendre un sandwich? » La foule des grands jours dans le hall de l’hôtel de ville hier après-midi, des horaires pas franchement respectés et une rencontre houleuse avec des salariés… Dans une ambiance brouillonne, la municipalité d’Aulnay a profité de son festival de blues pour organiser une « opération séduction ». Objectif : attirer les investisseurs pour l’après-PSA. Alors que l’usine automobile doit fermer en 2014, la revitalisation du site est devenue un enjeu national. Hier, le maire PS, Gérard Ségura, et le député PS Daniel Goldberg ont joué les guides pour une délégation américaine, tandis que des entrepreneurs français étaient eux aussi invités

aulnayoperationseduction.jpg

Les Américains intéressés. Pas de grands investisseurs au sein de la délégation venue de Louisiane, mais des personnalités politiques et associatives ainsi que le responsable de l’aéroport Armstrong, Nolan Rollins qui confirme être venu « pour envisager un échange culturel mais aussi économique ». La direction de PSA a accepté la visite mais à distance de l’usine, en ouvrant simplement son conservatoire Citroën. « Si la ville fait venir des investisseurs américains, tant mieux », note une porte-parole de la direction. Nolan Rollins repart convaincu : « Cet endroit a un fort potentiel, la localisation est très bonne, proche de l’aéroport. La reconversion peut être rapide puisqu’il n’y a rien à construire. » Arrivé en fin de journée, le préfet Christian Lambert propose son aide : « Si vous avez besoin de quoi que ce soit, nos services sont à votre disposition. »

La piste aéronautique revient. Déjà évoquée en juillet par Gérard Ségura, l’hypothèse semble sérieuse pour ce site situé entre les aéroports du Bourget et de Roissy. Plusieurs acteurs du secteur sont déjà présents dans le département : Eurocopter, mais aussi EADS, qui a installé une activité recherche au Bourget en juin. « L’Ile-de-France est la première région aéronautique d’Europe », souligne Virginie Jolly, déléguée générale du Medef de l’Est parisien, qui évoque la création d’un « pôle avec une forte image internationale liée au Salon du Bourget et, pourquoi pas? une école d’ingénieurs ». Parmi les visiteurs d’hier, Nicolas Simon, directeur du développement immobilier au sein de Vinci Construction. Ce dernier revient dès ce soir au conseil municipal, présenter un concept novateur en provenance des Pays-Bas : un « leer park », sorte de quartier hybride où se côtoient campus de formation, entreprises, logements… Pas contradictoire, donc, avec l’idée d’un pôle des métiers de l’aéronautique. Mais pour l’heure, le projet s’esquisse à peine.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 22 Novembre 2012

paradisbete.jpgL’Espace Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois propose aujourd’hui deux séances du film Le Paradis Des Bêtes à 13h30 et 20h dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faîtes aux femmes. Organisées par le Bureau d’Aide aux Victimes (BAV) en partenariat avec le Centre de Danse du Galion, ces projections seront suivies d’un débat animé par Géraldine Kahn, psychologue au BAV, puis d’un bord de scène Corps et Graphique par la danseuse Tishou Aminata Kane. Un cocktail sera offert aux spectateurs après chaque séance. Vous trouverez ci-dessous le synopsis du long métrage primé (Prix du Public) au festival Premiers Plans d’Angers.  

Dominique, un père impressionnant et possessif, dirige avec sa soeur un grand magasin animalier : le Paradis Des Bêtes. Violent, alors qu’il a dépassé un point de non-retour dans sa relation avec sa femme Cathy, il s’enfuit avec leurs enfants Clarisse et Ferdinand. Réfugié avec eux de l’autre côté de la frontière, dans un grand hôtel d’une station de sport d’hiver huppé, il y tente de construire un monde d’illusion, afin de reconquérir sa fille et son fils… qui l’aiment pourtant sans condition.

L'entrée est libre dans la limite des places disponibles. Réservations et renseignements au 01 48 79 40 22. 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 21 Novembre 2012

hague.jpg

C'est confirmé : la blanchisserie de La Hague qui traite les vêtements des salariés du centre de retraitement fermera ses portes en 2014. Areva considère que les travaux de rénovation du bâtiment concerné auraient été trop coûteux. Le géant du nucléaire a établi un nouveau contrat avec une entreprise néerlandaise, Unitech, et annonce l'ouverture prochaine d'une nouvelle blanchisserie, avec au moins une cinquantaine de créations d'emploi, en territoire français. Problème : cette blanchisserie devrait se situer en région parisienne, à Aulnay-sous-Bois. Une absurdité selon les syndicats, qui s'étonnent notamment des coûts de transport qui seront engendrés par cette nouvelle localisation. En compensation de cette annonce, Areva a promis de reclasser les 24 salariés en poste actuellement à la blanchisserie de La Hague.

Si cette nouvelle se concrétisait la situation serait tout de même assez cocasse lorsque l’on songe que régulièrement les écologistes d’EELV d’Aulnay-sous-Bois se mobilisent justement par détourner les trains de déchets hautement radioactifs censés passer dans notre gare ! (voir article ici)

Source : http://www.tendanceouest.com

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 21 Novembre 2012

QCBEVous trouverez ci-dessous une lettre de l’association Croix-Blanche adressée au Préfet de Seine-Saint-Denis lui demandant de garantir qu’il n’y aura aucune forme d’intimidation à l’égard des représentants de l’association Croix-Blanche (QCBE) aux abords de la réunion du comité de pilotage qui se déroulera à huis clos le 6 décembre prochain dans la salle du Conseil municipal de l’Hôtel de Ville d’Aulnay-sous-Bois. Elle joint également à cette missive un article du magazine « Oxygène » publié le mois dernier annonçant que les réunions de ce comité de pilotage se déroulent dans de bonnes conditions, et démentant ainsi les accusations de pressions qui seraient exercées par certains riverains envers la municipalité. Vous pouvez récupérer au format pdf la lettre adressée au préfet ici et l’article d’Oxygène .

LETTREQCBE1.png

LETTREQCBE2.png


Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Publié le 21 Novembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué ( à télécharger ici au format pdf) du maire d’Aulnay-sous-Bois Gérard Ségura qui annonce la signature de l’acte de vente, pour un montant de 2 340 000 euros, du terrain devant accueillir la future gare du Grand Paris Express. Pour information, elle devrait se situer à proximité immédiate du carrefour de l’Europe.

Grand Paris : l’acte de vente des terrains a été signé ce matin

grandparisGS.pngCe matin, Gérard SEGURA , maire d’Aulnay-sous-Bois, Vice-Président du Conseil général, a signé l’acte de vente du terrain de 2 hectares qui accueillera la future gare du Grand Paris Express située sur le tronçon Le Bourget /Noisy-Champs de la Ligne rouge.

Il s’agit du premier acte signé en Seine-Saint-Denis avec la Société du Grand Paris.

Après presque deux ans de travail entre la ville d’Aulnay-sous-Bois et la Société du Grand Paris, la signature de l’acte de vente du terrain pour un montant de 2 340 000 euros, conjointement à la convention cadre pour la programmation de l’opération d’aménagement, est une étape décisive pour la réalisation du projet.

La ville d’Aulnay convaincue de la chance historique que constitue le Grand Paris pour l’avenir de son territoire a réuni l’ensemble des conditions pour favoriser l’arrivée du métro circulaire.

Le nouveau réseau de transport public du Grand Paris Express, composante déterminante du projet du Grand Paris, aura un impact majeur sur l’évolution du territoire souhaitée et portée par l’exécutif municipal, notamment en ce qui concerne les aspects de désenclavement et de développement économique.

Source photo : communiqué mairie. Gérard Ségura et Nadir Bentouta de la société du Grand Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports

Publié le 21 Novembre 2012

resf93.jpgVous trouverez ci-dessous un communiqué de RESF (Réseau Education Sans Frontières) 93 transmis à la rédaction d’Aulnaylibre ! par Daniel Goldberg annonçant la régularisation d’une lycéenne d’Aulnay-sous-Bois, Nazia Taroo, scolarisée au lycée Jean Moulin du Blanc-Mesnil. Le député de Seine-Saint-Denis avait parrainé Nazia lors du rassemblement départemental de RESF 93 à la bourse départementale du travail en mars 2012 et avait continué depuis lors à lui apporter un soutien actif. Ce premier résultat de la mobilisation ne saurait occulter que d’autres situations de jeunes majeurs restent encore dans l’attente d’une  solution, selon lui.

 

Jeudi 22 novembre : une journée de solidarité

avec les jeunes majeurs scolarisés privés du droit au séjour 
en Seine-Saint-Denis. 

Un premier résultat de la mobilisation : 
Nazia est régularisée !


Il a fallu peu de temps après l’annonce de notre mobilisation pour obtenir un résultat : le Sous-préfet a appelé RESF 93 pour annoncer la régularisation de Nazia, la lycéenne du lycée Jean Moulin au Blanc Mesnil, sur décision du Préfet de Seine-Saint-Denis. Nous remercions tous ceux, lycéens, enseignants et simples citoyens, ainsi que les nombreux élus qui lui ont manifesté leur solidarité ou sont intervenus en sa faveur. 
  
Il reste que de nombreux cas restent encore en suspens dans le département : sur les 37 jeunes majeurs scolarisés parrainés en mars dernier, seuls quinze ont été régularisés à ce jour ! 
  
C’est pourquoi RESF 93 et le collectif RESF de Jean Moulin ont, d'un commun accord, seulement suspendu leur rassemblement prévu jeudi à 15 h 30 et demandé au sous-préfet du Raincy une audience très rapide sur les situations qui dépendent de son autorité. 
  
Un appel à venir soutenir massivement la délégation reçue sera lancé dès que nous connaîtrons la date de cette audience. 
  
Par contre nous maintenons notre appel pour Marthe et Christelle jeudi 22 au matin. 
  

Jeudi 22 novembre à 9 h - devant le Tribunal administratif de Montreuil
 

SOUTIEN À CHRISTELLE ET À MARTHE

Venez soutenir ces deux jeunes filles, victimes d'un refus de séjour avec obligation de quitter le territoire, dont le recours sera examiné ce jour par le Tribunal.

à l'appel du Réseau Education Sans Frontières 93
Tribunal administratif, 7 rue Catherine PUIG
,  93100 Montreuil 
au niveau du 206 Rue de Paris. [Métro ligne 9 ou bus 318, station Robespierre]

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Communiqués

Publié le 21 Novembre 2012

Aulnay All Blues 2012 em 380 0Moins de concerts et un budget resserré. Le festival Aulnay All Blues, qui débute véritablement aujourd’hui, au théâtre Jacques-Prévert, avec les rythmes de la Nouvelle-Orléans autour du pianiste David Batiste, est-il victime de la crise? Pas tout à fait. « Il est à la croisée des chemins », explique-t-on parmi les organisateurs. Le budget reste d’ailleurs honorable cette année : 230000 €, contre 350000 en 2010, une année particulièrement faste après la nomination de l’album « Chicago Blues » aux Grammy Awards.

La ville a certes réduit sa participation de 80000 à 60000 €, mais elle a embauché le producteur Larry Skoller pour préparer l’événement et déployé d’importants moyens logistiques. Les mécènes ont été un peu moins généreux (la compagnie United Airlines n’offre plus les billets d’avions), mais l’association américaine Nosaconn, fondée par Damon Batiste, a pris en charge le transport d’une partie des artistes américains – ils sont un peu plus d’une vingtaine à participer cette année à l’événement.

Reste que l’affiche est nettement plus courte que les années précédentes : deux représentations publiques seulement, contre cinq l’an dernier. Le choix semble avoir été de cibler des artistes de grande renommée… et d’en limiter le nombre. « Les créations présentées sont des créations de qualité », souligne Mohamed Beljoudi, ancien responsable de la Culture à Aulnay.

Et pour l’an prochain? Dans l’entourage du maire PS Gérard Ségura, on insiste sur la volonté de « pérenniser le festival, c’est l’une de nos priorités ». La réflexion est donc engagée sur l’évolution de la manifestation, quasi confidentielle avant que les Grammy Awards n’en fassent un événement de poids. Le directeur du théâtre Jacques-Prévert, Christophe Ubelmann, qui a contribué à la création de ce festival, avec Mohamed Beljoudi et Larry Skoller, espère pouvoir, l’année prochaine, « revenir à des fondamentaux, avec la musique partout dans la ville ».

Source : Le Parisien  

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 21 Novembre 2012

forum-insertion-A.jpgDeux jours pour rebondir à Aulnay-sous-Bois. Voilà ce que propose le Forum Emploi Insertion qui se déroulera les jeudi 22 et vendredi 23 novembre de 9h à 17h au Gymnase Pierre Scohy situé 1 rue Aristide Briand. Placé sous les signes de la formation, l’entreprise, l’accompagnement et la création d’activité, cet événement se déclinera en deux temps :

jeudi 22 novembre : forum insertion/RSA avec les secondes rencontres des réussites et solidarités actives « vous êtes les auteurs de votre insertion »

vendredi 23 novembre : forum emploi avec des rencontres de l’emploi « votre meilleur CV c’est vous ! »

N’oubliez pas de vous munir de plusieurs CV.

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Publié le 20 Novembre 2012

Aulnaylibre ! était dans la tribune du Vélodrome au milieu des supporters dimanche après-midi pour vivre en direct le match de coupe de France de football opposant le CSL Aulnay à Mondeville. L’événement était d’importance puisque même quelques politiques avaient fait le déplacement. Le député Daniel Goldberg, les adjoints au maire Marie-Jeanne Queruel (Patrimoine) et Rolland Gallosi (Sports) sans oublier le conseiller municipal d’opposition Frank Cannarozzo ont ainsi assisté à la rencontre. Comme le montre la vidéo ci-dessous l’ambiance dans le cop battait son plein assurant un fond sonore constant dans le stade.


L’entame de match fût incontestablement aulnaysienne, nos joueurs locaux ratant une occasion à bout portant dans les premières minutes du match (voir vidéo ici). Par la suite, les débats s’équilibraient chaque équipe s’efforçant de développer du beau jeu. C’est d’ailleurs le grand enseignement de la partie. Le CSL Aulnay n’a pas eu à souffrir de la différence de niveau supposée avec  Mondeville qui évolue pourtant dans une division bien supérieure en CFA 2.

 

C’est en fin de première période que la domination des normands se faisait davantage sentir mais le CSL tenait bon. La seconde mi-temps fut également équilibrée, chaque équipe tentant de prendre l’avantage dès que l’opportunité se présentait. Et c’est finalement par un coup du sort que la partie a fini par basculer puisque sur un coup de pied arrêté venant de la gauche le défenseur aulnaysien Petit (n°5) propulsait malencontreusement le ballon dans son propre but en voulant dégager de la tête.


Dans les arrêts de jeu, sur une contre-attaque fulgurante, Mondeville enfonçait le clou en inscrivant un deuxième but par Haubert (n°7) sonnant le glas des espoirs aulnaysiens.

Même si l’élimination laisse un goût amer, le CSL Aulnay n’a pas à rougir de sa défaite. Notre club devrait d’ailleurs s’appuyer sur ce match pour consolider ses certitudes en Division Supérieure Régionale où il demeure invaincu. Notre équipe a de l’allure comme l’a d’ailleurs reconnu l’USONM Mondeville sur sa page facebook. Finalement comme le chantait les supporters : « nous sommes des aulnaysiens et fiers de nos couleurs ! ». A noter également l’excellent esprit dans lequel s’est disputée la partie puisque les mondevillais ont fait une haie d’honneur aux aulnaysiens à la fin du match.

De nombreuses 'autres vidéos du match sont disponibles sur la chaine YouTube d'Aulnaylibre ! en cliquant ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 20 Novembre 2012

cadre-noir-010.jpgCes derniers jours, le Cadre Noir, ancienne galerie d’art située en plein cœur du boulevard de Strasbourg, est en pleine ébullition. De nouveaux aménagements sont en effet en cours et semblent redonner vie à ce commerce dont les portes sont restées closes pendant plusieurs mois. D’après différentes sources concordantes le loyer d’un montant d’environ 6 000 euros était acquitté jusque-là par la municipalité.

Pour celles et ceux qui s’en souviennent, lors des réunions des Assises de la ville, appellation plutôt pompeuse pour qualifier un exercice laborieux de démocratie participative,  il avait été annoncé que ce lieu pourrait devenir à terme un office de tourisme. Si, a priori, Aulnay-sous-Bois n’est pas la destination de vacances qui vient immédiatement à l’esprit, il n’en reste pas moins que notre commune dispose d’une histoire et d’un patrimoine (Eglise St-Sulpice, Conservatoire André Citroën, Parc du Sausset, Canal de l’Ourcq…) qui méritent indéniablement d’être davantage mis en valeur.

cadre noir 008Comme le prouvent les photos prises sur place par la rédaction d’Aulnaylibre ! le 16 novembre dernier, la mairie a donc visiblement décider d’ investir le Cadre Noir. A première vue on pourrait s’en réjouir, tant la vitrine vide de ce commerce faisait triste mine, mais il semblerait que cette démarche serve avant tout des intérêts de propagande électorale plutôt que la noble cause du tourisme local. Ainsi, les supports des Rendez-Vous d’Aulnay, tentative désespérée pour faire croire que la démocratie locale vit encore dans notre ville, sont clairement exposés ce qui tend à étayer fortement notre propos.

Alors, au moment où, dans les coulisses, la campagne pour les prochaines élections municipales de 2014 s’organise, l’exécutif municipal profite-t-il de l’occasion pour s’offrir une vitrine à peu de frais en plein cœur de la ville pour tenter de redorer son blason ? On peut légitiment se poser la question ?

cadre noir 002


Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Commerce

Publié le 20 Novembre 2012

Le 15 décembre à Nuremberg (Allemagne), Mehdi Bouadla défiera l’Allemand Arthur Abraham, qui mettra en jeu sa ceinture WBO des super-moyens. Chaque mardi, le boxeur du CSL Aulnay nous ouvre son quotidien. Cinquième round, aujourd’hui, en compagnie de sa fille, Lalia et de sa femme, Aurélie.

MEHDI.jpg

Elle aurait pu lui chanter « la Marseillaise » le 15 décembre sur le ring de Nuremberg. Mais Lalia (3 ans et demi), capable d’entonner l’hymne national avec beaucoup d’enthousiasme, ne sera pas en Allemagne auprès de son papa. « Je ne lui parle pas du Championnat du monde, explique Mehdi Bouadla. Le lundi soir, veille de mon départ, je l’évoquerai tout juste.  On en discutera plus tard, lorsqu’elle sera grande. » Pour sa fille, l’Aulnaysien (30 ans) est surtout un père. « Un papa poule, précise-t-il, et personne ne s’attendait à ça. J’aime passer du temps avec elle et suivre son évolution. En contribuant à son avenir, je me remets aussi en question. Ça m’éduque. »

Tous les matins avant d’aller s’entraîner, il dépose sa fille à la maternelle : « J’aime me promener avec elle, on parle beaucoup. » « Mehdi est un papa en or pour sa fille, assure Aurélie, la maman, assistante de direction dans une société d’informatique. Il lui réserve beaucoup de temps et en a donc moins pour s’occuper de la maison. A l’approche d’une échéance, on s’adapte à son quotidien de sportif et on le ménage au maximum. » Trois lessives par jour pour les tenues d’entraînement et des repas équilibrés rythment la vie de la famille. La boxe, elle, n’est évoquée qu’au sein du couple.

Sa fille l’a vu aller au tapis

« Lalia a regardé le début du combat contre Kessler (NDLR : défaite par arrêt de l’arbitre au 6e round, face au Danois, alors champion WBC). Et elle m’a vu aller au tapis. A mon retour, je lui ai dit que j’avais glissé. Heureusement, il n’y a pas eu de KO. » « On la protège de ça, insiste Aurélie, mariée à Mehdi depuis trois ans. Moi, même si j’ai confiance en lui, j’ai toujours la boule au ventre. Mais Mehdi n’est jamais rentré très marqué d’un combat. Heureusement, et c’est mieux pour Lalia. »
Le 15 décembre, Aurélie sera chez sa mère, qui fêtera son anniversaire, avec Lalia. « Je ne sais pas encore si je regarderai le combat car, pour une fois, il y aura beaucoup de pression, avoue l’épouse. Mais je suis fière et heureuse pour lui, Mehdi a travaillé dur pour gravir les échelons.
J’espère qu’il aura le titre. Pour lui, pour nous. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 20 Novembre 2012

CREOADAM.jpgC’est dans les locaux plutôt chics du centre de recherches L’Oréal, dans le sud d’Aulnay, qu’ont été remis la semaine dernière les prix Révélateurs de talents 2012, organisés par l’association Créo-Adam. Des chèques de 1 000 à 5 000 € sont attribués à un jeune homme du Blanc-Mesnil qui veut ouvrir une salle de fitness, au créateur d’une ligne de bijoux d’inspiration ethnique, à un restaurateur itinérant qui nourrit les équipes de tournage dans le département, ou encore à une toute nouvelle société spécialisée dans le mariage low-cost… Une soirée au cours de laquelle se sont côtoyés les cadres de L’Oréal, les officiels (le préfet à l’égalité des chances, le président de la chambre de commerce et d’industrie, le maire…), mais aussi un public plus jeune, venu d’Aulnay et des villes voisines. C’est une réussite pour l’association aulnaysienne, dont l’objectif était précisément « d’associer des gens qui ne se côtoient pas » habituellement.

 210 entreprises ont vu le jour

Voilà six ans qu’elle accompagne des habitants dans la création de leur entreprise. Ses fondateurs, Mohamed Haddou et Moktar Farhat, deux trentenaires issus du quartier des 3000 à Aulnay, étaient partis d’un constat. « Quand on a voulu créer notre société, on a réalisé à quel point c’était difficile, explique Mohamed Haddou. On ne voulait pas donner de leçons. Simplement comprendre quels étaient les freins, les rendez-vous manqués… dans un coin où les gens n’ont pas fait de grandes études. » Avant d’intégrer le réseau des Adam (microcrédit), l’association a démarré modestement, trouvant dans de grandes entreprises des parrains pour conseiller les porteurs de projets. Toujours logée aux 3 000, elle affiche un bilan flatteur : 210 créations d’entreprises, des partenaires comme L’Oréal, PSA, O’Parinor, Randstad, et une réputation solide. « C’est extraordinaire, une association capable de drainer des jeunes qui ont envie de réussir, et qui colportent ensuite leur réussite dans leur quartier », juge Jean-Paul Crombez, directeur de L’Oréal Chanteloup.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Economie