Publié le 23 Mai 2013

Peut-être ne l’avez-vous pas remarqué mais en ce moment les grues fleurissent littéralement à Aulnay-sous-Bois ! On se croirait presque à Guardamar Del Segura, la bien nommée, au temps où l’Espagne pensait encore tenir la clé de son miracle économique basé essentiellement sur le tourisme et la construction. Pas de point commun a priori entre les côtes ibériques et la banlieue de l’Est parisien si ce n’est que les promoteurs semblent pouvoir s’en donner à cœur joie sous l’œil plutôt complaisant des élus locaux.

Grue2.JPG

Ainsi, suivant le mouvement, les chantiers immobiliers tels des champignons à l’automne poussent un peu partout dans notre ville la remodelant sous la baguette implacable de la sacro-sainte densification. C’est dans le centre-gare, notamment sa partie nord, que ce phénomène est particulièrement perceptible en ce moment. Les maisons, dont quelques-unes pourvues d’un certain cachet architectural, sont irrémédiablement détruites pour faire place à des immeubles relativement massifs.

Si l’urbanisation dans les secteurs de centralité, près des moyens de transports en commun et des commerces notamment, peut paraitre cohérente à condition toutefois d’éviter un bétonnage à outrance sans harmonie avec l’existant et la disparition systématique d’espaces de respiration nécessaires aux citadins, en va-t-il de même pour la zone pavillonnaire qui représente environ 40 % du territoire aulnaysien ? Visiblement non, puisqu’en mars 2008 Gérard Ségura, conscient de cette caractéristique atypique de notre commune  dans le département, avait bien pris soin de préciser dans son programme électoral qu’elles seraient protégées et même étendues !

Cinq ans plus tard, force est de constater que cette belle promesse semble être totalement tombée aux oubliettes ! Conforté par un arsenal législatif de plus en plus favorable, l’exécutif municipal actuellement en place s’apprête donc au contraire non seulement à densifier massivement les grands axes mais aussi à miter la zone pavillonnaire. La crise du logement et l’intérêt général vont servir de cautions opportunes à quelques délires mégalomanes de rejoindre à marche forcée et le plus rapidement possible  Saint-Denis et Montreuil au rang des villes de plus de 100 000 habitants. Au diable les conditions de vie ! L’essentiel est de construire un maximum sur chaque espace inoccupé.  

Grue4.JPG

A l’approche des élections municipales de 2014 et de l’immanquable bilan, le maire et sa majorité de rescapés, dignes de figurer sur le tableau « le radeau de la Méduse » de Géricault, auront donc échoué à convaincre sur les épineux dossiers de l’urbanisme et de la concertation. Plutôt que d’exposer dès le début de la mandature leurs projets à la population en toute transparence, les élus ont fait le choix d’opérer en catimini et d’arriver avec des dossiers déjà ficelés qu’il était impossible de modifier. Le gadget de communication constitué par  la tablette 3D graphique, sorti tardivement, n’effacera pas le désastre de cas comme celui de la cité Arc en ciel de sinistre mémoire.

A ce titre, d’autres secteurs de la ville pourraient d’ailleurs subir prochainement le même sort. A commencer par la Croix-Blanche. Surtout lorsqu’on peut lire en page 14 du dernier numéro d’Oxygène que le processus de consultation relatif au futur aménagement de l’ancien centre des impôts est déjà programmé jusqu’au dernier mot du conseil municipal. Voilà un scenario cousu de fil blanc. Les élus de la mairie ont visiblement comme d’habitude décidé de n’en faire qu’à leur tête. Dès lors, finalement, la seule bonne nouvelle qui se profile à l’horizon est celle du scrutin de mars 2014. Car cette fois-ci ce sont les électeurs qui auront le dernier mot…   

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Publié le 23 Mai 2013

Alors que démarrent demain les premiers recrutements pour Aéroville, une étude révèle que les projets autour du Grand Roissy vont générer d’ici 2030 des milliers d’embauches…

grandroissy.JPG

Aéroville embauchera environ 2 500 salariés d’ici à l’an prochain. Le centre commercial de Roissy-Tremblay qui ouvrira ses 84000 m² et ses cinémas et ses 200 boutiques en octobre, commence à recruter. Demain et jusqu’à la fin juin, la locomotive, Auchan, a programmé, à Goussainville (Val-d’Oise) et dans les villes voisines de Roissy, des sessions de recrutement pour des postes de vente. Un peu plus loin, le futur gigantesque complexe de loisirs, culturel et commercial EuropaCity du groupe Auchan, lui, annonce 11500 emplois directs et 6500 indirects entre 2021 et 2025.

Au 
total, les 25 plus importants projets économiques du Grand Roissy et du Pôle Métropolitain du Bourget programmés d’ici à 2030 « vont générer jusqu’à 132000 nouveaux emplois. » C’est en effet ce que prévoient les économistes du cabinet Ecodev Conseil, dans leur dernière étude commandée par des élus du territoire et mise dernièrement en ligne sur Internet par l’Établissement public d’aménagement Plaine de France (EPA), le grand aménageur de ce territoire.

« Ce document permet d’avoir une idée précise de ces emplois et de travailler sur les formations professionnelles nécessaires pour les pourvoir. Un maximum de riverains doit profiter de ces postes : les entreprises signeront massivement des clauses d’insertion et recruteront localement », assure Damien Robert, le directeur général de l’EPA. Pour établir ces résultats, les chercheurs ont estimé, de la fin 2011 à l’été 2012 et site par site, le nombre d’embauches et ont aussi recensé les filières professionnelles et le type d’emplois susceptibles d’être créés. Tour d’horizon.


Trois vagues de recrutements

Dès l’horizon 2017, environ 26000 emplois nouveaux devraient apparaître dans le Grand Roissy. La seule construction d’EuropaCity en nécessite 18000 directs. Le reste concerne principalement Aéroville, ainsi que l’achèvement du Parc des Tulipes et du quartier d’affaires Roissy Parc International. Une deuxième vague de 75000 emplois est attendue à l’orée de 2025, car la majorité des projets du Grand Roissy et du Bourget (Seine-Saint-Denis) seront arrivés à leur phase de concrétisation : quartiers d’affaires du Triangle de Gonesse (Val-d’Oise), montée en puissance de l’ITC, ouverture d’EuropaCity, densification de la zone d’activité Paris Nord 2… Enfin, au-delà de 2025, 31000 nouveaux emplois seront destinés à renforcer l’activité des entreprises du Triangle de Gonesse, EuropaCity, mais également au Bourget où des sociétés tertiaires sont attendues autour du pôle Gare.

Les plus gros pourvoyeurs

Le secteur aérien n’est pas le moindre des pourvoyeurs d’emplois. Les spécialistes calculent que chaque million supplémentaire de passagers génère 1450 emplois. Les grands complexes prévus sur le territoire vont également embaucher massivement : 2600 emplois directs pour l’International Trade Center (ITC), son Palais des congrès, son immeuble de bureaux et ses 1748 chambres d’hôtel. Au Bourget, le quartier d’affaires abritera 3500 emplois. Le Dôme-Arena de Sarcelles, cette salle de 20000 places attendu pour 2017 emploiera une centaine de salariés fixes et jusqu’à 500 indirects, selon les événements.

La vente et l’hôtellerie en tête

Le cabinet spécialisé Sémaphore a recensé 80 métiers, répartis en 16 grandes familles professionnelles. Parmi les plus recherchées : la vente et le commerce de détail, l’hôtellerie (10000 nouvelles chambres sont prévues dans le Grand Roissy et la Plaine de France) et la restauration, mais aussi les transports, la logistique et le tertiaire supérieur, en raison de l’arrivée d’un grand nombre d’entreprises dans les différents quartiers d’affaires à l’étude ou en chantier. Les métiers du bâtiment et de la construction auront le vent en poupe. On recrutera également, à une moindre échelle, dans l’aérien.

Du BEP à bac + 5

« Les attentes des entreprises vont ainsi se renforcer, à la fois en termes de compétences et de niveaux de qualification », explique Damien Robert. Globalement, les emplois demanderont dans chaque branche une qualification allant du BEP à bac + 5. L’essentiel restera accessible aux personnes peu qualifiées. Pour le commerce, le transport et la logistique, 60% des profils recherchés seront de niveau CAP ou BEP. Dans le commerce, ils seront 40%. A l’inverse, dans les secteurs de la construction et de la maintenance aéronautique ou du tertiaire supérieur, 35% des embauches concernent des personnes diplômées de bac + 3 à bac + 5.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 23 Mai 2013

piscine.jpgParmi les points qui seront abordés ce soir lors du conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois, le tarif d’entrée au stade nautique. La ville envisage d’augmenter ses prix (de 3,30 à 3,80 euros pour une entrée adulte, de 2 à 2,50 euros pour une entrée enfant). Les élus vont également statuer sur la création d’une taxe de séjour, liée à l’ouverture prochaine d’un office municipal du tourisme. D’autres sujets (Créa, Grand Paris, personnel municipal) sont aussi à l’ordre du jour. Pour beaucoup plus de détails n’hésitez pas à cliquer sur l’excellent article d’Hervé Suaudeau posté sur MonAulnay.com :ici.

Séance publique ce soir à 19 heures à l’Hôtel de Ville. 

Source : Le Parisien Photo : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 23 Mai 2013

RERB2Il y a des jours comme ça. Deux incidents sont intervenus presque coup sur coup hier en fin d’après-midi sur le RER B, perturbant sérieusement le trafic. C’est d’abord sur la branche nord que les difficultés ont commencé, avec une bande de gamins qui se sont amusés à jeter des pierres sur un train en gare du Blanc-Mesnil (93). Bilan : trois vitres cassées et des retards de dix à quinze minutes. Le trafic aurait dû revenir à la normale vers 18 heures sauf qu’au même moment, à l’autre bout de la ligne, un octogénaire était victime d’un accident grave en gare de Lozère, près de Palaiseau (91). Un accident qui a entraîné la suspension du trafic entre les gares d’Orsay-Ville et de Massy-Palaiseau jusqu’à environ 20 heures.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 22 Mai 2013

 

Suite à sa réunion publique du 13 mai dernier le comité des usagers du RER B Nord nous a transmis un tract confirmant la manifestation prévue le vendredi 7 juin à 18h en gare d’Aulnay-sous-Bois. Pour appuyer ses revendications développées ci-dessous une pétition a été lancée. Elle est disponible ainsi que le tract au format pdf en cliquant ici


A LARME RER B !

USAGERS et CITOYENS :

comiterernord.jpgEn septembre prochain, le STIF mettra en place le RER B Nord en omnibus avec arrêt à chaque station entre Paris et Roissy / Mitry, aux heures de pointe. Le temps de trajet sera donc globalement augmenté d’une dizaine de minutes.

Ce qui va changer ( ou non ) le 2 septembre 2013

Les trains seront rénovés d’ici … 2015 ! mais avec moins de confort : moteurs vieux de 34 ans déjà fatigués, moins de places assises (une quarantaine par wagon), plus de voyageurs debout entassés, vitres et portes souvent non remplacées, climatisation déjà en panne … tout cela avec quelques vieux RER A en renfort !

Les habitants de Drancy et Blanc-Mesnil ont besoin de plus de trains : nous sommes d’accord , mais l’omnibus leur offrira plus de trains saturés  des voyageurs montés dans les gares précédentes.

Rappelons que la fréquentation de cette ligne s’est accrue de 35 % en 10 ans, qu’en sera-t-il demain avec les nombreuses constructions de logements prévues. La saturation, qui ne peut que s’accroître avec le temps, pénalisera tous les usagers entassés dans les wagons avec des temps de trajet de plus en plus longs.

Le temps de trajet plus long avec un moindre confort c’est ce que dénonçait le rapport parlementaire de mars 2012 qui voulait « mettre les usagers au centre du système » : 

« la pénibilité du même trajet de trente minutes augmente de 50% lorsque l’on est debout plutôt qu’assis et deux fois plus lorsque l’on est « debout serré  ».

 

Pour tous les usagers il faut une offre supplémentaire et immédiatement.

 

Nous demandons donc pour le 2 septembre 2013 :

L’arrêt au moins à Aulnay des trains directs Paris-Roissy aux heures creuses

Un train de la ligne K entre Gare du Nord (surface) Aulnay, Mitry, Crépy toutes les 15 min

 c’est à la portée sans coûts importants, les trains de ligne K ont été rénovés et sont agréables avec des strapontins (désengorgement immédiat du RER B et plus de place pour les stations proches de Paris).

Cette revendication a le soutien de Daniel Goldberg député qui a présidé la commission parlementaire RER.

A ce jour, la Région et le STIF ne répondent pas à cette demande.

Il est donc nécessaire de mobiliser les usagers. 

 

PEUPLE DU RER : INDIGNEZ-VOUS ! MANIFESTEZ !

 

RASSEMBLEMENT le vendredi 7 juin

 

Place de la gare à AULNAY à 18 heures

 

Nous voulons une première avancée

                                                                                 

 D’autres mobilisations suivront :

 contre un CDG-Express qui veut utiliser les voies existantes.

pour des investissements importants pour un RER B qui transporte tous les jours près de 1 million de voyageurs : voitures à 2 étages et/ou doublement du tunnel en gare du Nord.

pour un débat et des décisions sur la tarification et le financement des transports en Île-de-France avec un élargissement de l’assiette du versement transport.

pour un vrai « comité de ligne » permettant une vraie participation des usagers.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports

Publié le 22 Mai 2013

don_du_sang.jpgAujourd’hui de 15h à 20h se tiendra à la salle Chanteloup d'Aulnay-sous-Bois, située 1 avenue de Nonneville ( proche gare T4 Rougemont),  une après-midi où vous pourrez donner votre  sang.

En cas de don pour la première fois, il faut se munir d'une pièce d'identité. Il est également conseillé de ne pas être à jeun.    

Vous pouvez trouver un ensemble d'informations consacrées à ce sujet sur le site de l'Etablissement Français du Sang ( www.dondusang.net ) en cliquant ici.

"La vie, on a ça dans le sang ! Partageons-là en donnant"

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Santé

Publié le 22 Mai 2013

Les enfants sont censés aller en classe aujourd’hui, pour compenser l’allongement des vacances de la Toussaint. Mais tous les établissements du 93 n’ouvriront pas.

1195342_des-eleves-dans-les-couloirs-d-un-college.jpg

Ecole ou pas école? Bien malin qui peut dire, dans le département, quels sont les élèves du premier degré qui iront en classe aujourd’hui.

Ce mercredi pourtant est censé être une journée complète d’école pour compenser l’un des deux jours ajoutés aux vacances de la Toussaint de novembre dernier. L’autre journée est prévue le vendredi 5 juillet. Sauf que visiblement, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Certaines villes comme Epinay ont bien fait les choses. « Les enfants ont eu un mot dans le cahier pour rappeler qu’il y avait cours et la municipalité a fermé les centres de loisir pour éviter de créer la concurrence avec les activités périscolaires », se félicite Mathieu Glayman, délégué des parents FCPE. Sur d’autres communes, la situation est plus floue.

Ainsi à Saint-Ouen, au sein du groupe scolaire Victor-Hugo, les élèves de l’élémentaire ont été prévenus mais pas ceux de maternelles. « Pas de mot dans le cahier, ni sur le tableau d’information de l’école, ni sur le site de la mairie, bref on ne sait rien », s’insurge Anne, une mère d’élève qui a décidé de garder sa fille à la maison « vu qu’il n’y aura probablement personne en classe ». A Stains et à Aubervilliers, la situation est encore plus radicale. « L’inspection d’académie nous a dit que les enseignants utilisaient ce mercredi pour leur demi-journée d’information syndicale donc nous avons fermé les écoles, souligne Michel Beaumale, le maire PC. Nous ne l’avons pas décidé et cela manque vraiment de cohérence. »

Même chose à Aubervilliers. « Résultat : les élèves de la ville auront une journée de moins que les autres, déplore Daniel Garnier, maire-adjoint chargé du scolaire. C’est injuste. » L’inspection avait pourtant affirmé que tous les établissements seraient ouverts dans le département. Pour les syndicats, ce système est inefficace. « Même s’il n’y avait pas eu cette demi-journée d’information, beaucoup d’élèves ne seraient pas venus à cause des activités périscolaires qui sont maintenues », analyse Martine Caron, déléguée Snuipp. Pas sûr que le vendredi 5 juillet, dernier jour avant les vacances, rencontre un franc succès.

Source : Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 22 Mai 2013

La concession Renault d’Aulnay, qui avait déménagé après l’incendie de 2005, met la clé sous la porte. Onze salariés sont au chômage.

 renault.JPG

A 54 ans, Alain devient aujourd’hui, malgré lui, un tout jeune demandeur d’emploi. Une inconnue pour ce mécanicien aulnaysien, 1500 € par mois. Il a commencé à travailler il y a trente-trois ans, comme apprenti chez Renault et n’a jamais quitté la marque au losange. Il était employé à la concession du Carrefour de l’Europe, à Aulnay déjà, jusqu’à l’incendie des locaux lors des émeutes de l’automne 2005. 

Il a continué rue Waldeck-Rousseau, trois mois plus tard sur un nouveau site. Avec 25 salariés au lieu de 70 et des services moins nombreux. La carrosserie, par exemple, se fait sur Villepinte. Sept ans plus tard, le garage ferme définitivement, et pour onze salariés — les autres ont été reclassés — c’est l’inconnue du chômage.

Une banderole a été accrochée hier sur la grille à l’adresse des clients, les invitant à aller à Villepinte. Les salariés, eux, ont été mis au courant le 26 mars. « C’est allé beaucoup trop vite », note Jocelyn Timos, délégué CGT qui peine à réaliser. A 56 ans, il vit aux Beaudottes, à Sevran et touche un peu plus de 1300 € par mois. « Heureusement que je n’ai pas de crédit », souffle ce père de deux enfants.

Un chiffre d’affaires insuffisant selon le PDG

En un rien de temps depuis lundi, le garage s’est vidé de ses voitures d’occasion et les dernières Clio et Megane neuves devaient libérer la salle d’exposition. Dans l’atelier, les employés, affairés au nettoyage, trouvent l’épilogue bien amer. « C’est d’autant plus difficile à admettre, qu’à l’atelier, ça tournait bien, il y avait une semaine d’attente pour un rendez-vous contre deux jours ailleurs, on fait le meilleur chiffre du groupe, 110000 € par mois. On a réussi à fidéliser la clientèle, même après l’incendie de 2005 et on a toujours touché nos primes de productivité mensuelles. Pourquoi n’avoir pas laissé un Renault Minute? » questionne David, de Mitry-Mory, 33 ans et déjà quinze ans d’ancienneté. Mais pour la direction, l’activité d’un garage ne se morcèle pas. « Le chiffre d’affaires est insuffisant », déplore Cyril Paumier, PDG du groupe Nep Car, à la tête de six concessions dans le Nord-Est parisien (Aulnay, Villepinte, Sarcelles et Gonesse dans le Val-d’Oise, Chelles et Longperrier en Seine-et-Marne), soit près de 200 salariés au total. Fin 2011, la concession de la rue Waldek-Rousseau cumulait un déficit de 569000 € sur les quatre dernières années. Sur l’ensemble du groupe, la perte à fin 2012 avoisine 2,5 M€.

Les mécaniciens de Renault savent que le marché de l’automobile est en crise. Mais ils ne peuvent s’enlever de l’esprit que l’incendie criminel de 2005 a favorisé la chute du garage. Des jeunes gens, vivant cité de l’Europe, avaient été interpellés après s’être vantés d’avoir mis le feu. Devant les policiers, ils ont toujours nié et rien n’a jamais pu être prouvé contre eux ni personne d’autre..

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 22 Mai 2013

PSARECUP“L’idée d’une deuxième grève circule. Les gens ont en parlé entre eux ce matin ». Réaction épidermique ou véritable réflexion collective, difficile de le dire. Hier était jour de reprise après plus de quatre mois de conflit au sein de l’usine PSA, à Aulnay, condamnée à fermer en 2014. Une fois franchis les tourniquets réservés au personnel, la plupart des ouvriers filent sous la pluie, muets comme des carpes. Les non-grévistes étaient hier incrédules après l’annonce vendredi d’un accord et de l’attribution d’un « forfait compensatoire » de 19 700 euros aux grévistes prêts à quitter le groupe avant le 31 mai.

« C’est injuste. C’est de la discrimination, estime un père de deux enfants qui travaille depuis onze ans sur le site et vit dans le Val d’Oise. Je n’ai pas fait grève parce que je ne pouvais pas me le permettre. » Son collègue qui a au contraire suivi le mouvement l’écoute en silence. Il n’en pense pas moins. C’est la première fois qu’ils en parlent tous les deux. Et encore à demi-mot. « J’aurais aimé continuer le conflit » indique le second ouvrier qui habite à la Plaine-Saint-Denis.

Une manif dans les ateliers

Hier matin, à 7 heures, la CGT a réuni une assemblée générale, sur la « place de la grève », au cœur de l’entrepôt de la chaîne de montage. Une manif s’est ensuite déroulée dans les ateliers. « Ils se sont fait entendre en jetant des pétards » commente un salarié de 46 ans, dont vingt-quatre ans d’ancienneté. « Je gagne 1 750 euros, j’ai trois enfants et des crédits et je n’ai cessé le travail qu’une semaine. Je suis très déçu par la tournure des choses. » L’homme, qui vit dans le Val-de-Marne, a par ailleurs décliné un transfert à l’usine de Poissy, trop loin de chez lui.

« C’est bien fait pour eux. Ils n’avaient qu’à faire grève », rétorque durement un autre salarié, en ajoutant quelques jurons bien sentis. Un second résume la pensée de ses collègues : « Les grévistes se sont battus. Il y a quatre mois, ils se sont engagés pour tout le monde. Les 20 000 euros, c’est une compensation pour le litige que nous avions avec la direction ». Hier, la CGT, la CFDT et la direction PSA se sont retrouvées à la Direction du travail, à Bobigny, pour la présentation du protocole de fin de grève. «Nous restons mobilisés », commente sobrement Jean-Pierre Mercier, leader de la CGT à Aulnay.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 21 Mai 2013

Vous trouverez ci-dessous un tract distribué ce week-end par les élus écologistes d'Aulnay-sous-Bois faisant référence à l’acte commis sur le terrain de l’ancienne usine d’amiante. Ceux-ci demandent à l’actuelle majorité municipale que la transparence soit faîte sur la possible re-pollution du site. 

 

 Usine d’amiante :

La transparence doit être faite sur

la possible re-pollution du site !

EELVLogoLe 6 avril 2013, le site de l’ancienne usine d’amiante (CMMP) a été fracturé et des milliers de mètres cubes de terre, probablement polluée, ont été déversés sur ce terrain attenant à l'école maternelle du Bourg qui accueille 250 élèves.

Un mois plus tard, alertés par les associations de défense des riverains et des victimes de l’usine qui ont montré encore toute leur vigilance, les écologistes ont relayé cette information au public (1). Ce n’est qu’à partir de ce moment que la municipalité a réagi.

Une telle négligence dans le traitement de ce grave délit est inacceptable. Pour Alain AMEDRO, ancien adjoint à l'environnement qui a initié en 2008 une dépollution exigeante sous bulle du site et obtenu en 2012 du Conseil Régional 2 millions d’euros pour cela : "Il faut tout mettre en oeuvre pour trouver ces délinquants. Ils ont commis un acte particulièrement odieux au regard du difficile combat pour obtenir un chantier de dépollution exemplaire et la reconnaissance des victimes du site. "

Les écologistes demandent au Maire :

Que les analyses de la terre déversée soient rendues publiques, qu’elles soient indépendantes,

qu’elles testent tous les polluants ainsi que la nature géologique de la terre déversée pour

retrouver les coupables.

Que la municipalité fasse toute la transparence et nous explique pourquoi, les élus, les parents

d'élèves, l’inspectrice de l’Education Nationale, les enseignants et les riverains n'ont pas été

tenus informés de ces faits datant d'un mois et demi (deux conseils municipaux sans évoquer le

délit).

Que le Conseil Municipal auditionne DeltaVille, entreprise publique en charge de la sécurité des lieux, pour expliquer ce retard d'information, le défaut de surveillance du site sensible, et sa

responsabilité dans le financement de la communication du maire (2).

Les écologistes condamnent fermement les tentatives d’intimidation pour discréditer les parents d’élèves qui ont permis d’informer la communauté éducative tenue à l’écart par la mairie. Le sujet mérite que chacun garde la dignité nécessaire face à ce grave problème de sécurité sanitaire exposant les enfants et les riverains.

Tout doit être mis en oeuvre pour que les coupables soient retrouvés et jugés.

(1) communiqué Aulnay Ecologie - Les Verts du 3 Mai 2013 ; (2) Le Maire a reconnu lors du conseil municipal du 18 avril 2013 que Deltaville avait payé le dispositif des 58 réunions autour de la tablette 3D.

Groupe Local EELV Aulnay-sous-bois

contact@aulnayecologie.fr - Secrétariat : 01 48 79 44 48

Imprimé par nos soins

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 21 Mai 2013

ISRLa Seine-Saint-Denis est le département le plus pauvre d’Ile-de-France. Les statistiques fournies par la direction nationale des impôts le confirment une fois de plus. Ainsi, dans le 93, moins d’un foyer sur deux (49,8%) gagne suffisamment d’argent pour être imposable, alors que 62,8% des ménages franciliens payent des impôts sur le revenu.

La moyenne « du revenu fiscal de référence », ce que chaque foyer déclare pour une année, n’est que de 20030 € en Seine-Saint-Denis, soit 10 000 € de moins que la moyenne régionale. On gagne beaucoup plus à 
Paris (37764 €), dans les Hauts-de-Seine (36889 €) et dans les Yvelines (35 000 €). Le Val-d’Oise, le plus proche de la Seine-Saint-Denis en termes de revenu, atteint tout de même 25658 € de moyenne par foyer.

La Courneuve, Aubervilliers, Clichy, les plus pauvres. C’est dans ces trois villes que l’on comptabilise le plus grand nombre de ménages non-imposables puisqu’ils représentent près des deux tiers de la population (entre 64 et 66%). Côté revenu, La Courneuve a le plus bas, 14069 € par an et par foyer juste devant Aubervilliers, 14527 €. A Clichy-sous-Bois, comme à Bobigny, Stains et Villetaneuse, on dépasse tout juste les 15000 € par an. Si l’on analyse les tranches, on a une meilleure idée de la répartition. Le site des impôts nous informe ainsi qu’à Aubervilliers, 17538 foyers ont un revenu fiscal inférieur à 10000 € tandis que 87 dépassent les 100000 €.

Le Raincy et Gournay, les plus riches. La petite ville de Gournay-sur-Marne (6400 habitants) est celle qui compte le plus fort taux de foyers imposables, trois sur quatre payent des impôts. En termes de revenu moyen, la commune avec 37313 € rejoint… la moyenne parisienne. Au Raincy, le revenu moyen est de 38198 €, plus haut niveau du département avec juste un peu moins de foyers imposables (71%). A Coubron, la plus petite commune du 93, on dépasse aussi les 30000 € de revenu moyen (31645 €) avec seulement 26% des ménages qui ne payent pas d’impôts.

Montreuil, dans la moyenne. Avec 20138 € de revenu moyen par ménage et un foyer sur deux imposable, la deuxième ville de Seine-Saint-Denis se situe pile dans la moyenne départementale. Ses habitants gagnent plus que ceux de Saint-Denis, la ville la plus peuplée du 93 qui n’atteint que 16576 € de revenu par ménage. A Montreuil, 575 foyers déclarent plus de 100000 € de revenus par an — record dans le département — mais dans cette même ville, plus de 20 400 foyers déclarent moins de 10000 €, cela représente une famille sur trois.

Ces villes où le revenu a baissé. Si l’on compare avec l’année 2010 (revenus de 2009), on note une faible évolution, + 1,22% du revenu moyen pour le département. Dans trois villes, le revenu moyen a baissé en un an : à Aulnay (-6,19%), à Clichy-sous-Bois (-0,64%) et au Blanc-Mesnil (-0,24%). Peut-être peut-on y voir les effets de la 
crise et du chômage qui s’intensifie. Il faudra attendre les statistiques 2012 et 2013 pour en avoir la confirmation.

Ce qui a changé en 7 ans. En Seine-Saint-Denis, comme ailleurs, les revenus ont progressé en 7 ans, + 41,3% entre 2011 et 2004 (année la plus ancienne des statistiques mises en ligne), soit un peu moins que l’augmentation moyenne de l’Ile-de-France (+ 44,5%). Les deux villes les plus pauvres étaient déjà Aubervilliers et La Courneuve, et les plus riches Le Raincy et Gournay. Mais à l’époque, Saint-Denis et Saint-Ouen comptaient aussi parmi les plus bas revenus du département. Dans ces deux villes, les revenus moyens ont grimpé de plus de 50% depuis 2004, ce qui s’explique notamment par l’installation d’une nouvelle population un peu plus aisée. Dans le « palmarès de la pauvreté », Saint-Denis est ainsi passé de la 4e à la 7e place et Saint-Ouen de la 8e à la 11e place.

Comment lire le tableau ci-dessus :

Le revenu fiscal de référence est calculé à partir de la déclaration de revenu. Il correspond au montant global des revenus avant l’application des abattements, exonérations et dégrèvement. Sur le site de la direction nationale des impôts, un montant global est indiqué pour chacune des communes. Pour obtenir le revenu fiscal moyen, ce chiffre a été divisé par le nombre de foyers fiscaux. Les chiffres que nous publions sont les derniers disponibles, ils remontent à 2011 (revenus de 2009). La deuxième colonne de notre tableau présente le taux de foyers imposables. C’est là où il y en a le moins que la population est la plus pauvre.

Ces données sont à prendre avec prudence à plusieurs titres. Comme il s’agit de moyennes, ces chiffres peuvent cacher des disparités. Ainsi, quelques très hauts revenus d’une petite commune à la population pas forcément aisée peuvent tirer la moyenne vers le haut. A l’inverse, une ville dont le revenu fiscal moyen est peu élevé peut bien abriter quelques familles très fortunées. Par ailleurs, la composition des foyers fiscaux (familles ou personnes seules) a aussi un impact sur les données. Elles constituent néanmoins un indicateur très parlant pour appréhender les disparités territoriales de richesse.

Source : Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Finances

Publié le 21 Mai 2013

rachmaninov.jpgIl aura fallu de nombreuses années avant de redécouvrir, d’éditer et de diffuser les œuvres de musique de chambre de Sergueï Rachmaninov. Toutes antérieures à 1902, elles montrent une facette bien différente de la personnalité de celui que l’on a uniquement voulu voir comme un grand pianiste virtuose. Le Trio élégiaque n°1 pour piano, violon et violoncelle et la Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur op.19 explorent le tempérament tour à tour passionné, angoissé, introverti mais toujours intensément romantique de la personnalité sensible et complexe de Sergueï Rachmaninov.

Ce soir à 20h30 au conservatoire de musique situé 12 rue de Sevran à Aulnay-sous-Bois. Entrée libre.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 21 Mai 2013

hip-hop.jpgRetour sur les origines du hip-hop, son esprit contestataire et ses expressions dans le monde… C’est ce que vous propose, cet après-midi, la scène des musiques actuelles du Cap à Aulnay-sous-Bois à travers la projection d’un documentaire « Hip-hop, le monde est à vous », réalisé par Joshua Atesh. Pour l’occasion, Sidney, musicien et pionnier de l’émission H.I.P-H.O.P et Madj, ancien responsable du Label Assassin Productions, viendront animer les débats.

Cet après-midi à 14 heures au Cap, 56 rue Auguste Renoir à Aulnay-sous-Bois. Entrée libre.

 Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 21 Mai 2013

centresdeloisirs.jpgLes parents doivent confirmer l'inscription de leurs enfants dans les centres de loisirs d’Aulnay-sous-Bois. Cette procédure a été mise en place afin de répondre au mieux aux besoins des parents en termes d'accueil et de sécurité. Si vous souhaitez inscrire votre enfant dans un centre de loisirs pour la période juillet/Août, il est primordial que l'inscription s'effectue entre le 21 mai et le 15 juin 2013.

Lors de la confirmation de présence de votre enfant, vous devez remettre un bulletin de confirmation, disponible dans les centres de loisirs, les mairies annexes ou au centre administratif. Vous pouvez également le télécharger en cliquant ici.

Ce document doit être, exclusivement, remis auprès d'un agent des mairies annexes ou du centre administratif, aucun envoi par courrier ou par mail ne sera accepté. Un récépissé de validation d'inscription vous sera remis, précisant le centre de loisirs d'affectation et le planning de présence de votre enfant. Les enfants dont la présence n'aura pas été préalablement confirmée, dans les délais, ne pourront pas être accueillis dans un centre de loisirs. Des frais de pénalités seront instaurés d'un montant de 10 euros par journée d'absence non justifiée s'ajoutant à la tarification habituelle de la journée

N'hésitez pas à contacter le centre administratif au 01 48 79 63 63 pour tout renseignement.

Vous trouverez par ailleurs le courrier des élus à destination des parents des centres de loisirs en cliquant ici.

Source : aulnay-sous-bois.fr

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 20 Mai 2013

Décidemment quand ça ne veut pas ça ne veut pas ! Le temps maussade de ces dernières semaines n’aura même pas daigné épargner la brocante d’Aulnay-sous-Bois qui en ce lundi de pentecôte s’étale du rond-point de la rue Jacques Duclos  jusqu’au la place du Général Leclerc. Comme notre caméra a pu le constater ce matin dans le quartier Vieux-Pays les parapluies étaient de sortie et l’ambiance plutôt au gris. Pas sûr que tout le monde fasse de bonnes affaires dans ces conditions !


Au rayon des curiosités nous avons remarqué dans un coin un stand un peu spécial qui proposait à prix hyper bradés de vieilles promesses électorales non-tenues ! Une aubaine pour les futurs candidats ou candidates en mal d’idées pour leur programme de 2014 en vue des municipales ! Ils pourront les recycler avantageusement ! Excellente journée à toutes et à tous !

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 20 Mai 2013

talents_cites_2013.jpgVous avez jusqu’au 31 mai pour participer au 12e concours Talents des cités 2013 lancé par le ministère de la Ville. Cette initiative, qui vise à encourager et à soutenir la création d’entreprises dans les quartiers défavorisés, s’adresse aux créateurs et aux associations dont l’activité a été lancée entre 2010 et 2012 ou aux porteurs de projets qui souhaitent les concrétiser. Les lauréats, une quarantaine par an, reçoivent entre 1 500 et 7 000 euros et sont parrainés par un des partenaires de l’opération. Modalités et formulaire d’inscription sur le site www.talentsdescites.com

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 19 Mai 2013

Après l’annonce de la signature d’un protocole de fin de conflit entre La CGT et la direction de l’entreprise le 17 mai, mettant fin à une grève impulsée par SUD et rejointe par la CGT qui aura duré plusieurs mois, de nombreux salarié-e-s ont déchanté par le contenu de l’accord et de ce qu’il donne comme "perspectives".

Comme prévu, le syndicat SUD PSA Aulnay reste le seul syndicat du groupe PSA à contester devant la Cour d’Appel de Paris le « Plan de Sauvegarde de l’Emploi » qui prévoit la suppression de 11 200 emplois dans le groupe PSA et la fermeture définitive du site PSA d’Aulnay sous-bois.

 

En effet, 5 autres syndicats avaient déjà signé le plan de la direction, restant plus que SUD et la CGT qui s’y étaient opposés. 

La Direction de PSA se réjouit désormais d’avoir signé un accord de fin de conflit avec la CGT, qui valide ainsi le plan social et qui entérine par sa signature la fermeture du site PSA d’Aulnay sous-bois. La CGT, par son abandon de l’action judiciaire aux côtés de SUD devant la Cour d’Appel de Paris, le 12 juin prochain, se prive de la possibilité de faire annuler le PSE, puisque l’Accord signé entre PSA et la CGT impose à la CGT l’abandon de toute poursuite judiciaire à l’encontre du PSE.

Le syndicat SUD condamne cet accord qui valide le plan social et qui permet à PSA de mettre en marche son plan de licenciement massif, avec le versement d’une prime à la valise de 19 700 € à tous les salariés qui souhaitent quitter le groupe avant le 31 mai 2013. Au lieu de négocier des primes au départ, c’est l’emploi qui devrait être défendu, avec une unité entre tous les sites face à PSA - comme nous l’avons appelé à plusieurs reprises - mais aussi face au patronat de l’automobile dans son ensemble, des sous-traitants aux autres constructeurs.

L’Union syndicale Solidaires industrie et le syndicat SUD PSA Aulnay restent aujourd’hui les seuls sur le front de la contestation du plan social de PSA, le rendez-vous est donné le 12 juin 2013 à 9 H devant la cour d’Appel de Paris. Nous réaffirmons que l’action juridique doit être au service de l’action syndicale, et tenons à féliciter toutes et tous les grévistes qui se sont battu-e-s et continueront de le faire dans les prochains mois pour ne rien lâcher, au-delà des "postures médiatiques de lutte". Nous invitons également la CGT à rendre public cet accord.

Contact Presse : Mohamed Khenniche : 06.66.61.04.12

19 mai 2013 

Source : http://www.solidaires.org 

Vidéo Aulnaylibre ! : Manifestation devant le siège de PSA à Paris le 28 juin 2012. Syndicat SUD Peugeot-Citroën

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Publié le 18 Mai 2013

Le week-end, a fortiori lorsqu’il dure trois jours, est sans doute propice à s’aérer un peu l’esprit au milieu d’une actualité parfois lourde à Aulnay-sous-Bois ou ailleurs. A la rédaction d’Aulnaylibre ! nous ne cédons cependant pas à la déprime. Bien au contraire. Chaque seconde qui passe et tend inexorablement vers mars 2014 suffit à nous remplir de joie ! Allez comprendre pourquoi ?! En attendant, une fidèle lectrice qui, à l’instar de Candide, cultive son jardin pour être heureuse nous a envoyé ce cliché en forme d’énigme avec cette question : de quelle fleur s’agit-il ? A une semaine de l’opération portes ouvertes aux serres municipales cette photo tombe vraiment à pic !

1.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 18 Mai 2013

animauxmde.jpgLa Maison de l’environnement d’Aulnay-sous-Bois située allée circulaire dans le parc Faure propose cet après-midi en clôture de son exposition « Vivre avec les animaux » un moment convivial à partager en famille. Vous trouverez ci-dessous le programme complet de cet événement à ne pas manquer :

de 14 h à 15 h : présentation éthologique du poney garrano par Sophie NICOD, éthologue de 15h à 16 h : démonstration du dressage des poneys . L’éthologie équine est la science du comportement , qui étudie les chevaux, aussi bien dans leur milieu naturel ou en relation avec les autres espèces et avec nous, les hommes.

de 16 h à 18 h : tours en calèche dans le Parc Faure
 
à 17 h
 : clôture de l’exposition autour d’un verre

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 18 Mai 2013

roms« La situation n’est plus tenable sur un plan sanitaire et humanitaire », estime François Siebecke. Avec lui, l’ensemble des élus Europe Ecologie d’Aulnay s’émeuvent après l’évacuation début mai d’un campement rom le long de l’autoroute A3. «Il faut que les villes se coordonnent entre elles. On sait que les Roms expulsés se sont installés à quelques kilomètres de là », note François Siebecke. Le groupe écologiste participera à la manifestation régionale du 25 mai prochain devant l’hôtel Matignon à Paris.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 17 Mai 2013

fingrevepsa.jpgPARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a obtenu vendredi la fin de la grève à l'usine d'Aulnay-sous-Bois à l'issue de négociations avec le syndicat CGT, moyennant l'abandon des poursuites contre certains grévistes et l'indemnisation d'une centaine de départs anticipés. Le site de Seine-Saint-Denis, voué à la fermeture définitive en 2014, était quasi paralysé depuis janvier par une grève qui a coûté au groupe la production de 14.000 Citroën C3. Dans le cadre de l'accord conclu vendredi, la CGT renonce également à son recours en justice contre le plan de restructuration de PSA. "Il restait deux problèmes : la grève à Aulnay et la contestation juridique devant la cour d'appel de Paris. Par ce protocole que nous avons signé aujourd'hui, ces deux problèmes sont levés", a déclaré à des journalistes Philippe Dorge, directeur des ressources humaines de PSA.

Le plan social du constructeur automobile, qui prévoit 8.000 suppressions d'emplois en France sur la période 2013-2014 pour endiguer de lourdes pertes financières, reste contesté en justice par le syndicat Sud et par des représentants de salariés d'un site de la filiale Faurecia. Concernant cette dernière plainte, le tribunal de grande instance de Paris doit rendre sa décision le 6 juin. Jean-Pierre Mercier, représentant de la CGT à Aulnay, a estimé que les quatre mois de grève avaient permis de peser dans la négociation sur la restructuration. Il s'est aussi félicité d'avoir obtenu l'annulation des poursuites pénales et disciplinaires contre les grévistes accusés par la direction de dégradations ou de violences, ainsi qu'une indemnité forfaitaire supplémentaire pour ceux qui choisiraient de quitter le groupe avant la fin du mois. "Au total, les pertes financières de la grève sont atténuées", a-t-il dit.

Philippe Dorge a expliqué que l'indemnisation correspondait notamment aux 10.500 euros d'accompagnement-formation prévus par le plan social et auxquels deux tiers environ des 180 grévistes semblent vouloir renoncer en quittant le groupe dès la fin mai, sans attendre l'issue de la période de volontariat. Aulnay sera la première usine automobile à fermer ses portes en France depuis plus de vingt ans. Le travail doit y reprendre normalement mardi et la production continuera tant que l'effectif sur place le permettra. PSA prévoit de transférer environ 1.600 des 2.500 salariés d'Aulnay vers d'autres sites, essentiellement l'usine voisine de Poissy (Yvelines). Il proposera aux 900 autres de rejoindre des entreprise comme ID Logistics, dont le projet d'entrepôt sur le site devrait voir le jour d'ici la fin de l'année prochaine, ou encore ADP, la SNCF et la RATP.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Source : http://www.rmc.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 17 Mai 2013

expo-noubliez_pas_A.jpgComme c’est la tradition à la même époque, les travaux des élèves de l’école d’art Claude Monet d’Aulnay-sous-Bois s’exposent à la Ferme du Vieux-Pays du 17 mai au 2 juin 2013. Le thème présenté cette année s’articule autour de la mémoire. Certains y feront sans doute un saut dans l’espoir chimérique de se souvenir de leur date de naissance ! Alors n’oubliez pas… pensez-y !

Ouverture de 14h à 17h30 du lundi au vendredi et de 14h à 18h les samedis et dimanches. Fermeture le 20 mai. Renseignements au 01 48 79 65 26.

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 17 Mai 2013

Un fidèle lecteur d’Aulnaylibre ! nous a transmis ces quelques clichés pris dans le sud de notre belle commune en suggérant ce titre : Aulnay-sous-Bois où l’art de rafistoler les trottoirs ! Il est vrai que dans bien des endroits de la ville la voirie fait triste mine. La faute à pas de chance ou à la crise sans doute… 

phototrottoirs.jpg

phototrottoirs2.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 17 Mai 2013

Dans le cadre du festival l’Afrique dans tous les sens, le Cap, la scène des musiques actuelles du monde, accueille une pointure du Rap américain Blitz The Ambassador ce soir à partir de 20h30. La première partie sera assurée par le groupe parisien Chlorine Free. Vous trouverez ci-dessous quelques mots sur ces artistes.

Blitz The Ambassador

blitz.jpgProducteur, compositeur, percussionniste, vidéaste et lyriciste, Blitz s’affranchit des codes musicaux. Il mélange avec talent sonorités africaines, comme highlife, afrobeat, et hip-hop originel. Né au Ghana, Blitz The Ambassador a grandi bercé par des influences à la fois jazz et Motown. Quand il découvre l’album mythique de Public Enemy, It Takes A Nation of Millions to Hold Us Back, sa vision de la musique change à tout jamais. Il s’empare d’un nouveau mode d’expression musicale. Avec son live band, The Embassy Ensemble, Il puise dans ce background pour donner voix à toute une génération et montrer un nouveau visage de l’Afrique, une Afrique au passé riche et à l’avenir positif. Il enregistre actuellement son deuxième album, Native Son, une sorte de fusion Afro-hip-tronic. Blitz promet de donner au public quelque chose qu’il n’a encore jamais entendu. Prêts pour la découverte?

1e partie: Chlorine Free

chlorine-free_art_01.jpg.jpgLa «french touch» n’a pas finit de nous surprendre. La formation parisienne Chlorine  free allie avec malice scratchs, beats hip-hop, jungle et jazz seventie’s. Un son revival qui n’est pas sans échos à celui des Headhunters et d’Herbie Hancock. Les expérimentations électroniques des 7 musiciens du groupe font des étincelles aux côtés de la flûte, du trombone, de la basse et la batterie. Une production 100% instrumentale qui se passent de samples, un tour de force qui fait l’identité du groupe. Avec Magic Malik, Tribeqa, General Elektriks ou encore Booste, Chlorine free portent haut et fort les couleurs du groove à la française.

Ce soir à partir de 20h30. Le Cap, 56 rue Auguste Renoir à Aulnay-sous-Bois. Tarifs 5, 8 ou 10 euros. Réservations au 01 48 66 94 60.

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 17 Mai 2013

amianteterreJusqu’à quel point les terres déversées le mois dernier sur le site de l’ancienne usine d’amiante du CMMP à Aulnay sont-elles polluées ? Pas encore de réponse à cette question, mais déjà une indication. « Il n’a pas été constaté un niveau anormal de radioactivité sur les terres frauduleusement déposées ». C’est ce qu’indique Jean-Pierre Beckmann. L’ancien maître d’œuvre du chantier de dépollution du terrain du CMMP a effectué mardi des relevés sur place. Le maire PS Gérard Ségura a écrit aux parents d’élèves de l’école du Bourg, voisine du site, afin de leur annoncer la nouvelle. L’élu indique également dans son courrier que d’autres analyses sont en cours, mais que les monticules de terre « présenteraient un niveau de pollution classique qui ne constituerait pas un danger pour l’entourage ».

L’enquête se poursuit pour retrouver le commanditaire de ce dépôt sauvage. Le 6 mai au matin, une noria de camions avait en effet pénétré sur le site fermé et déversé près de 1000 t de terre et gravats, sur un terrain dont la longue dépollution venait tout juste de s’achever. Une partie du site devait prochainement être recouverte d’une chape de béton, pour former un bouclier antipollution.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante