Publié le 9 Novembre 2012

Tout est parti d’une panne de caténaire sur la ligne B en Seine-et-Marne, avant-hier soir. Des incidents en chaîne ont paralysé toute la soirée le trafic du réseau de la gare du Nord qui voit transiter 500000 voyageurs chaque jour.

RERBPARIS.jpg

17h34 Une caténaire fond sur 10 cm de long près de Mitry-Claye (Seine-et-Marne). Le trafic est interrompu dans les deux sens sur cette branche de la ligne B. 


18H00 Michel, conducteur de RER depuis quatorze ans, est bloqué entre Stade-de-
France et Sevran. Idem un peu plus haut pour Emeline qui rentre chez elle en Seine-et-Marne depuis la gare du Nord. La SNCF active une cellule de crise.

18h10 La SNCF décide de continuer à faire partir des trains plutôt que de tout stopper en attendant un retour à la normale. « Les trains se sont entassés lamentablement, déplore Michel. La régulation était perdue. On a dû s’appeler entre conducteurs pour savoir si on pouvait avancer parce qu’on ne savait pas nous-mêmes ce qu’il se passait. »

18h14 A bord de trains bloqués, un signal d’alarme est tiré en Seine-et-Marne par des voyageurs impatients qui descendent sur les voies. Au cours de la soirée, dix autres signaux seront déclenchés. Le trafic est alors totalement interrompu sur le réseau Paris Nord (lignes B, D, H et K). « Sans cela, le trafic aurait pu reprendre moins d’une heure après l’incident de caténaire », assure le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier.

18h45 Dans le RER d’Emeline, à 100 m de la gare de Sevran, une jeune fille est prise de panique. Depuis trois quarts d’heure, les voyageurs y sont compressés, les esprits s’échauffent. Le conducteur finit par admettre qu’il ne sait pas quoi faire.

19h05 Emeline arrive enfin en gare de Sevran. Son père est venu la chercher en voiture pour les dix derniers kilomètres. Quinze minutes après, ceux qui prennent le train pour Mitry-Claye y resteront coincés deux heures et demie…

20h15 Francis monte à la gare du Nord pour rejoindre l’Oise. Au Bourget, il est bloqué. Il ne redémarrera que deux heures et demie plus tard.

20h35 Aux abords de La Plaine, « les gens commencent à paniquer et se disputent », témoigne Eric, débarqué à l’aéroport d’Orly. Des voyageurs tirent encore les signaux d’alarme pour rejoindre à pied la gare la plus proche.

21h00 Aux alentours du Blanc-Mesnil, François patiente debout depuis deux heures devant les WC d’un train bondé qui doit le mener à Crépy-en-Valois (Oise) et emprunte le même trajet que le RER B. « On se moquait du conducteur paniqué. Ça faisait dix fois qu’il nous disait qu’il n’avait pas d’informations, s’amuse le trentenaire. Certains cherchaient désespérément un coin pour fumer. »

21h06 Partie de la gare de Sarcelles-Saint-Brice (Val-d’Oise), Laurence, infirmière de 54 ans, est bloquée à Deuil-Montmagny puis à Epinay-Villetaneuse et enfin à Saint-Denis. Autour d’elle, les voyageurs se disputent. Elle arrivera chez elle (Paris Xe) à minuit et demi.

21h20 Bloquée entre Gare-du-Nord et Stade-de-France depuis une heure, Marie marche sur les voies. « J’ai parcouru 800 m dans le noir en quarante minutes. On a dû passer un pont, c’était très dangereux », témoigne la juriste. A Stade-de-France, deux conducteurs sont assaillis, mais eux non plus n’ont pas d’explications. A ce moment, près de 800 personnes sont sur les voies. Au pire de la crise, on compte 14 trains bloqués l’un derrière l’autre.

21h50 Eric est resté dans sa rame « avec les seniors et les bébés ». « Le conducteur est venu nous voir, il avait les yeux exorbités. Il nous a dit qu’il s’était fait agresser, soupire ce responsable formation. J’ai appelé le numéro d’urgence pour dire qu’il n’y avait pas d’eau pour les bébés, mais ils ne maîtrisaient rien. »

23h10 Des agents SNCF escortent les derniers voyageurs présents sur les voies vers les gares. Le trafic de la ligne D a repris depuis cinq minutes. Le redémarrage des autres lignes de trains de banlieue, des grandes lignes et des TGV s’étale de 23h30 à 0h15. Plus de 50000 voyageurs ont pâti de cet enchaînement d’incidents et de dysfonctionnements pendant six heures.

Source : Le Parisien Photo : AFP

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 9 Novembre 2012

PSARECUP« Varin, assassin », « Hollande, menteur », « Aucune usine ne doit fermer »… Les slogans déterminés ont retenti hier dans les rues de Bobigny, scandés par 500 manifestants, dont beaucoup de salariés de l’usine PSA Peugeot Citroën d’Aulnay. A la préfecture de Bobigny, on parlait un autre langage, fait de dates et de chiffres. Lors de la réunion tripartite consacrée au sort de l’usine censée fermer en 2014, la direction du constructeur automobile a dessiné un début de calendrier pour l’implantation d’entreprises nouvelles sur le site : 400 emplois créés d’ici à la fin 2013, 800 à la mi-2014, et près de 1250 au total d’ici à 2015.

PSA a évoqué quelques nouvelles pistes : l’arrivée d’une blanchisserie industrielle (50 emplois) et d’une société de nettoyage (250 postes), s’ajoutant aux arrivées déjà annoncées dont celle de Galloo (30 postes) et de la société ID Logistics (500 à 600 emplois), dont il se murmure qu’elle pourrait acheter une parcelle pour s’installer. Il a aussi été question d’une société étrangère, prête à s’implanter rapidement. Des informations guettées avec impatience par ceux qui, comme le délégué FO Jean-Philippe Hardy, attendaient des « garanties sur la revitalisation du site ». Mais dans le camp syndical, on a largement critiqué ces annonces, jugées « floues », et déploré l’absence de discussions sur la liste de revendications présentées par cinq syndicats de l’usine (SIA, CGT, CFDT, CFTC, FO).

PSAMairieTanja Sussest, responsable du SIA, aurait aimé que l’Etat s’engage à financer un plan de départs en préretraite pour les anciens : « Le gouvernement veut laisser le bébé à PSA, mais il faut que chacun prenne ses responsabilités! » L’autre inquiétude, tenace, tient à la nature des emplois qui seront proposés. Abdallah et Gaël, syndiqués SUD, restent sceptiques : « Pour être embauché à ID Logistics, il faudra d’abord déposer un CV. Ils n’auront pas d’obligation de prendre des gens de PSA. » Daniel Vernet, technicien de 56 ans, s’interroge : « Est-ce que les gens auront le même salaire, la même ancienneté? » Lionel, ouvrier du montage, confie qu’il songe à quitter PSA : « Mais je ne veux pas partir une main devant, une main derrière : il faut des garanties. »

De son côté, le maire PS, Gérard Ségura, se prépare à recevoir « dans les semaines qui viennent » les demandes de permis de construire de PSA. « Bien sûr, il faut que les entreprises s’implantent vite, mais il faudra des précisions sur la nature des emplois. Je consulterai les syndicats », explique l’élu, qui s’inquiète du « décalage entre le moment où l’usine va fermer et celui où les postes nouveaux seront créés ». Hier, la direction a refusé de préciser la date envisagée de fin de production. La CGT réclame son maintien jusqu’en 2016 pour que, dans l’intervalle, chaque salarié obtienne « un CDI acceptable » : « On n’est pas prêts à lâcher la production », prévenait hier Jean-Pierre Mercier, délégué CGT.

Source : Gwenaël Bourdon. Le Parisien du vendredi 9 novembre 2012.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 9 Novembre 2012

Wang Li et Wu Wei sont deux artistes d’exception, maîtres reconnus de leurs instruments : la guimbarde chinoise ou « Kouxian » pour l’un, l’orgue à bouche ou « sheng » pour le second. Cette création en résidence au Cap est une occasion unique de pouvoir faire rencontrer des musiciens à la fois porteurs de traditions antiques et d’une grande modernité d’esprit. Wang Li et Wu Wei ont développé chacun de leur côté, et depuis des années, un art à la fois intime et nécessairement nouveau. La tradition n’a jamais offert en Chine l’occasion de mêler la guimbarde et le Sheng, la pratique de ces instruments étant liés à des contextes sociaux bien déterminés.


 

Le Cap, 56 rue Auguste Renoir, le 9 novembre à partir de 21h. Tarifs (places assises) : 5, 8 ou 10 euros.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 9 Novembre 2012

Vespa_velutina_abeilles.jpgLes frelons asiatiques vont-ils franchir le périphérique ? L’insecte nuisible s’est invité lors du dernier Conseil de Paris. Une subvention va permettre de lancer une campagne de piégeage. « Si le frelon est dangereux, une piqûre unique sur l’homme n’est pas mortelle. Mais il faut être capable de repérer les nids (NDLR : l’un d’eux l’a déjà été au Blanc-Mesnil) et penser prévention », souligne Fabienne Giboudeaux, adjointe au maire de Paris chargée des espaces verts et de la biodiversité. Le Vespa velutina, grosse guêpe rayée noir orangé aux pattes jaunes, attaque les abeilles à l’entrée de la ruche. Il les déchiquette et en fait des boulettes pour nourrir ses larves. Mais certains scientifiques craignent que le piège (du Picon-bière ou du sirop de fruit) attire aussi d’autres insectes.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 8 Novembre 2012

cannabis.jpgDeux hommes suspectés de trafic de drogue sont, depuis mardi soir, en garde à vue au commissariat d’Aulnay-sous-Bois. Ce soir-là, les policiers, qui effectuaient une surveillance dans le quartier Mitry-Ambourget (cité des Mille-Mille) constatent plusieurs transactions de produits stupéfiants aux abords d’un hall, allée des Cerisiers. Deux suspects sont arrêtés. Les perquisitions menées au domicile de l’un d’entre eux confirment les soupçons des policiers puisqu’ils découvrent 5,6 kg de résine de cannabis et 8 980 euros en espèce. Le commissariat d’Aulnay-sous-Bois a été chargé de l’enquête.

Mentionner de façon brute ce fait divers paru ce matin dans les colonnes du Parisien offre peu d’intérêt si ce n’est celui d’affoler quelque peu les compteurs de visites des blogs d’Aulnay-sous-Bois. Toutefois si on l’examine en se rappelant la manifestation du 12 mai dernier dans ce même quartier (voir notre article ici) contre  l’insécurité et le trafic de drogue, notamment, il prend un relief un peu différent. A l’époque en effet on s’en souvient, suite à un courageux mouvement de révolte des habitants du secteur (politiquement instrumentalisés diront certains), contre les dealers, un dispositif policier particulier avait été mis en place pour assurer durablement, croyait-on, la tranquillité de la cité Mitry-Ambourget. Ces événements s’étaient déroulé il ne faut pas l’oublier en plein cœur de la campagne électorale des législatives.  

Or à lire les lignes de l’article du Parisien maintenant que cette élection est passée, force est de constater que, même si l’intervention de la police parait efficace pour le coup, les trafiquants n’ont semble-t-il pas l’air d’avoir été définitivement dissuadés d’arrêter d’occuper ce secteur de la ville. Cette situation n’est donc toujours pas réglée…

Source article : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 8 Novembre 2012

Jacques ChaussatAprès l’Alliance Démocratique Ecologiste et Sociale (ici), l’Union Pour Aulnay (), c’est au tour du  conseiller municipal d’opposition et conseiller général de Seine-Saint-Denis, Jacques Chaussat (photo ci-contre), de se positionner ostensiblement en vue de l’échéance municipale de 2014. Ce ne sera une surprise pour personne dans la mesure où monsieur Chaussat a souvent clairement exprimé, notamment lors de conseils municipaux, sa volonté de faire barrage à une possible réélection de l’actuel maire Gérard Ségura.

Ces derniers temps néanmoins il semble avoir nettement accéléré le rythme multipliant les communiqués et occupant l’espace en vue d’atteindre son objectif. A ce titre, dans un message adressé aux aulnaysiens (à lire ci-dessous), Jacques Chaussat dresse un bilan sans équivoque sur l’état actuel de notre commune qui « va mal » et dont « la qualité de vie ne cesse de se détériorer » selon lui. Il se propose donc de préparer l’alternance « pour faire à nouveau gagner Aulnay ».

Ainsi, après l’UMP, c’est donc le Centre droit qui entre dans la bataille municipale offrant à tous l’image d’une droite déjà divisée alors que la campagne n’a pas encore officiellement démarré. Alors qui sortira vainqueur de cette primaire déguisée qui s’annonce ? Gérard Gaudron l’ancien député-maire qui y croit encore un peu, Frank Cannarozzo chef de file naturel de l’UMP locale garant d’un certain renouveau  ou bien Jacques Chaussat nouvellement élu président départemental du Parti Radical ? Quel que soit le nom de l’heureux gagnant, il n’est pas sûr qu’il sorte très renforcé de cette lutte fratricide avant d’affronter la majorité actuelle. De même, ces duels, au sein des deux formations politiques les plus crédibles actuellement à proposer une alternative, pourraient dissuader bien des personnes de la société civile, pourtant favorables au changement, de les rejoindre dans le dur combat qui s’annonce…

JacquesChaussat.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 8 Novembre 2012

secours-catholique.jpgA l’occasion de la remise aujourd’hui du rapport statistique national du Secours catholique sur l’état de la pauvreté en France, l’antenne départementale a établi également une étude uniquement sur le territoire de la Seine-Saint-Denis. Elle porte sur la période 2001-2011. Au total, les 21 équipes ont rencontré 29300 personnes dont 14600 enfants venus demander l’aide du Secours catholique. Et pendant dix ans, elles ont systématiquement rempli des fiches qu’elles ont fait remonter auprès de leur direction. Ces chiffres sont donc issus directement du terrain et le constat est accablant.

Les revenus les plus bas de la région parisienne

Les ménages suivis par le Secours catholique en Seine-Saint-Denis ont un revenu mensuel moyen de 564 €, inférieur à ceux aidés au niveau régional (585 €) et même national (576 €). Des niveaux bien en dessous du seuil de pauvreté (964 €.) Pour Claude Bobbey, le délégué départemental de l’association, si les minima sociaux ne sont pas revalorisés, la situation va empirer. « On pousse les gens à faire la manche, analyse-t-il. Loyer, énergie, alimentation, tout augmente sauf les minima ou en tout cas, pas au même rythme. »

67% des ménages aidés ont des dettes de loyer

D’après les chiffres de l’association, les loyers HLM, après les aides pour le logement (APL), sont passés de 191 € en 2001 à 287 € en 2011 alors que la moyenne nationale est à 232 €. Pire. Dans le parc privé, la moyenne, toujours après les APL, est passée de 283 € à 426 €. Parmi les personnes aidées durant cette période, 59% avaient des dettes de loyers en 2001, mais ce chiffre monte à 67% en 2011. « C’est pourquoi lorsque nous accueillons ces gens, nous cherchons à savoir si elles ont bénéficié de toutes les aides possibles (APL, fonds solidarité logement ou fonds solidarité énergie, tarif social énergie…), détaille Claude Bobey. Nous avons également une commission d’aide financière qui a distribué 250000 € en 2011 et devrait avoisiner les 300000 € en 2012. »

60% sont des familles monoparentales

Les familles monoparentales représentent 60% des cas rencontrés en 2011 au Secours catholique, contre 39% en 2001. Quant aux femmes, sur la même période, elles sont passées de 21%, en 2001, à 36%. C’est pourquoi l’association a fait un effort concernant les sorties en famille (39 en 2012) et l’accompagnement scolaire (400 enfants en 2012). « En cinq ans, nous sommes passés de 5 à 10 ateliers, détaille le délégué de l’association. Un 11e doit ouvrir à Pantin en janvier 2013. C’est aussi un moyen de faire un soutien à la parentalité. »

Davantage d’étrangers en difficulté

L’obtention de la nationalité française s’est clairement durcie en dix ans. Ainsi, en 2001, seuls 8% des cas rencontrés dans l’association étaient des étrangers sans papiers. Ils étaient 25% l’année dernière.

86% des personnes sont envoyées par les services sociaux

« Les services sociaux nous renvoient de plus en plus de gens, se désespère Claude Bobbey. Les aides sont tellement insuffisantes qu’ils viennent nous voir en nombre. Dans le 93, 86% des personnes que nous avons vus l’année dernière étaient envoyées par l’Etat. » Et son budget accompagne ce mouvement. En cinq ans, il est passé de 900000 € à 1500000 €, dont une part infime est financée par l’Etat.

La délégation 93 du Secours catholique est installée au 33, rue Paul-Cavaré, à Rosny. Tél. 01.45.28.17.82. L’association recherche toujours des bénévoles pour ses différentes actions.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 8 Novembre 2012

rerB.JPG

Chaos voilà le mot qui résume le mieux l’état déplorable de fonctionnement du RER B et de la ligne K (Crépy-en-Valois – Paris)  hier soir . Suite à un problème d’alimentation électrique suivi de personnes sur les voies, ce mode de transport public nous a offert à nouveau un grand moment de n’importe quoi. Information confuse et désordonnée, arrogance pour ne pas écrire mépris d’une partie du personnel SNCF refusant ostensiblement de faire le moindre effort pour aménager des arrêts supplémentaires sur les rares trains qui circulaient, incapacité à organiser un service alternatif de bus pour gérer ce type d’événements exceptionnels, bref rien n’aura été épargné aux pauvres voyageurs coupables de vouloir simplement  rentrer chez eux.


Il n’y pas si longtemps le député de notre circonscription Daniel Goldberg planchait parait-il au sein d’une commission parlementaire sur le fonctionnement du RER B. Il suffit pourtant d’être un simple usager quotidien de cette ligne pour constater à quel point le moindre incident est géré avec un amateurisme consternant. Ainsi, face aux événements d’hier soir, on peut légitimement se demander où sont passées les conclusions et les plans d’action de ces brillants cerveaux de l’Assemblée nationale ?!  Mais il est vrai que, depuis sa réélection, monsieur Goldberg s’est vu attribué de nouvelles responsabilités dans une autre commission du même type mais consacrée cette fois-ci aux coûts de production en France. L’objectif est probablement de trouver les leviers qui permettraient d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises. Espérons donc pour notre député que ces dernières ne soient pas dans un aussi triste état que celui du RER B…

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports

Publié le 8 Novembre 2012

PSARECUPLes PSA manifesteront ce matin à Bobigny, depuis la place de la Libération jusqu’au parvis de la préfecture, à 10 heures. Leurs représentants syndicaux y rencontrent en effet ce matin les représentants de la direction de PSA (le n°2 du groupe Denis Martin doit être présent) et de l’Etat, lors d’une réunion tripartite consacrée au sort de l’usine qui doit fermer en 2014. La rencontre est organisée sous la houlette du préfet de région Daniel Canepa et du préfet du 93 Christian Lambert. L’ensemble des sept syndicats de l’usine d’Aulnay sera représenté, y compris SUD qui n’était pas invité au départ. Hier, les responsables de la CGT ont regretté que la délégation soit limitée à deux représentants par syndicat : « la préfecture avait accepté au point de départ le chiffre de quatre représentants, explique Philippe Julien, délégué CGT. La direction de PSA choisit ses représentants, nous demandons à pouvoir faire de même. »

Source : Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 8 Novembre 2012

affiche-du-film-le-capital-10756936xdgmg

« Continuons à prendre aux pauvres pour donner aux riches ».

Adapté du roman de Stéphane Osmont, Le Capital nous conte la résistible ascension d’un valet de banque dans le monde féroce du Capital. Un film indispensable dans le contexte économique actuel. L’Espace Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois vous propose en avant-première la projection de ce long métrage de Costa Gavras le vendredi 9 novembre à 20h30. Elle sera suivie d’une rencontre exceptionnelle avec le réalisateur dont  vous trouverez ci-dessous la note d’intention :

« Le marché, réalité sans entité matérielle, ressemble à un grand malade qu’il faut rassurer, soigner, contenter pour qu’il se porte mieux. Nous sommes devenus des otages des marchés et de la conjoncture. Il y a des personnes qui ne vivent pas la maladie dans l’inquiétude, dans l’angoisse. Ils vivent de la maladie. C’est leur job. Ils ne la dirigent pas. La conjoncture va au gré du grand malade, c’est-à-dire des orgueils, des cupidités, des futilités du clanisme, des avidités… »

Renseignements au 01 48 68 00 22

Source : programme cinéma Espace Jacques Prévert du mois de novembre

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 7 Novembre 2012

Nous achevons aujourd’hui notre reportage sur la cérémonie d’inauguration concernant la construction du 7e collège dans le sud d’Aulnay-sous-Bois avec une vidéo représentant le maire et vice-président du conseil général Gérard Ségura et le conseiller municipal d’opposition et conseiller général du canton sud Jacques Chaussat  visiblement satisfaits du projet.  Les deux hommes, semble-t-il à l’unisson, ont profité de l’occasion pour faire quelques observations quant à ce nouvel équipement scolaire tant attendu dans le secteur. Monsieur Ségura a vanté l’intégration du futur bâtiment à l’architecture existante de la  rue du Havre et de la route de Bondy ainsi que l’ouverture au public et au quartier d’un nouvel équipement sportif et d’une salle pour les associations. Monsieur Chaussat quant à lui a rappelé l’importance d’apporter aux riverains des informations complémentaires vis-à-vis du déroulement du chantier afin d’apaiser toute inquiétude éventuelle.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Publié le 7 Novembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de l’association Croix-Blanche (QCBE) qui déplore l’absence de réponses de la municipalité vis-à-vis des problématiques soulevées par les riverains de ce secteur de la ville. Ces dernières concernent principalement le futur aménagement du terrain de l’ancien centre des impôts ainsi que le nouveau plan de circulation devant entrer en vigueur dans le sud d’Aulnay-sous-Bois prochainement. Dénonçant une mairie sourde à ses appels le communiqué QCBE détourne ironiquement un slogan de début de mandature, devenu depuis légendaire, qui vantait les vertus de la démocratie participative sous l’ère Gérard Ségura : la démocratie c’est maintenant ! D’après l’association, au contraire, la démocratie à Aulnay, ce n’est pas pour maintenant !

L'ASSOCIATION Q.C.B.E. REGRETTE L'ATTITUDE DE LA MUNICIPALITÉ A L'EGARD DES RIVERAINS : LA DÉMOCRATIE A AULNAY, CE N'EST PAS POUR MAINTENANT !

QCBEL'association Q.C.B.E. tient à dénoncer solennellement l'attitude de la municipalité aulnaysienne à l'égard des riverains du quartier : trop c'est trop !

Il n'est pas acceptable que le Maire Gérard SEGURA et ses adjoints puissent vanter ça-et-là une prétendue démocratie en se comportant de la sorte envers une association qui travaille sans relâche pour la qualité de vie des riverains des quartiers de Nonneville et de la Croix-Blanche. 

Est-il normal que nos demandes de renseignements - sur des sujets touchant le terrain de l'ancien Hôtel des impôts ou encore sur la somme que la Mairie a dépensée pour élaborer un plan de circulation qui ne convient à personne - restent sans réponse ? 

Est-ce parce que nous n'allons pas dans le sens de cette prétendue démocratie participative, que nous tenons bon face aux attaques multiples.

A moins que ce ne soit parce que nous reprenons une pétition sur le futur plan de circulation, qui doit en gêner plus d'un, et pas seulement au sein de l'Hôtel de Ville...

Toujours est-il que l'association ne baissera pas les bras, tenez-le vous pour dit. 

Mesdames, Messieurs, continuez à nous attaquer ou à jouer la sourde-oreille : cela fait plusieurs courriers envoyés en recommandé auxquels la Mairie ne répond pas. Cela fait quatre courriels envoyés auxquels la Mairie ne répond pas.

Mais, curieusement, cela n'empêche pas à certains responsables politiques de se faire interviewer devant les caméras aux alentours du terrain Croix-Blanche un certain lundi 5 novembre, sûrement pour vanter la démocratie et le dialogue à Aulnay... 

C'est que l'association Q.C.B.E., qui compte de nombreux adhérents et sympathisants, qui a recueilli plus de 1 300 signatures (attestées par huissier Monsieur le Maire !) contre un projet sans concertation et une modification de PLU - qui assiste à toutes les réunions municipales qui s'avèrent aujourd'hui malheureusement bien inutiles (on pense tous à un certain appel d'offres municipal sur le projet Croix-Blanche, qui devait faire l'objet d'une réunion du comité de pilotage qui ne s'est malheureusement jamais tenue) - compte se mobiliser davantage et intensifier ses moyens d'action.

Que de belles paroles au début de nos "travaux" avec la Municipalité ! Lorsque cette dernière s'est rendue compte que l'association Q.C.B.E. tiendrait bon sur ses principes et ses engagements devant les riverains, elle a malheureusement changé d'attitude. 

Ces liens rompus unilatéralement par la Mairie, ces refus de répondre à des courriers venant d'une Association représentant tout un quartier, ou encore ces attaques pour le moins infantiles voire pathétiques de certains responsables locaux accusant les représentants associatifs "d'impolitesse" ou encore de "sous-marin politique", ne font que renforcer l'Association et multiplier des demandes d'adhésion de riverains excédés ou lassés par cette attitude municipale pour le moins méprisante

Benjamin GIAMI, Président de l'Association QCBE

Séverine DELAMARE, Vice-Présidente.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Communiqués

Publié le 7 Novembre 2012

ATHINA.pngLa rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose aujourd’hui un voyage culinaire en vidéo  à la découverte d’Athina, un traiteur situé 2 Bis Boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois. Ouvert depuis décembre 2011 ce commerce est avant tout l’aboutissement d’ une histoire familiale riche d’une culture diverse. Elle se décline à travers les différentes spécialités proposées en vitrine. Si les mets grecs sont bien entendu au cœur d’Athina, l’Europe de l’est, notamment la Pologne, ou encore le Liban sont aussi représentés comme autant d’invitations à la dégustation. L’offre est belle, variée et le plus souvent faite maison : plats cuisinés, entrées et salades fraîches, charcuterie, pâtisseries, produits d’épicerie fine ( du miel aux vins de culture biologique en passant par les olives). Qualité et saveur sont mises en avant pour le plus grand plaisir des amateurs de goût. Alors n’hésitez pas à faire la visite…


 

Coordonnées :

Athina Traiteur

2 Bis Boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois

Tél : 01 43 30 32 94

Mail : lesdelicesdathina@yahoo.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Commerce

Publié le 7 Novembre 2012

vousdesirez.pngDans le monde de la danse, la revue est un genre à part, réservé à un certain style de cabaret, et souffrant le plus souvent d’une image un peu désuète. Pour la première fois, Vous désirez ? dépoussière cet univers par le biais de la danse hip-hop. Six danseurs et danseuses réinventent une nouvelle forme de revue, mettant en valeur les corps à travers une esthétique urbaine.

A priori éloignés, ces deux univers ont pourtant bien des points en commun : frontalité, culture du show, plastique des corps. Mais le hip-hop s’est rarement aventuré sur la piste de la sensualité. C’est chose faite avec Vous désirez ? qui mêle habilement performances physique, esthétique du désir et vidéos. Résolument moderne, cette nouvelle revue flirte avec les classiques du genre, revisitant la comédie musicale hollywoodienne, le jazz de Bob Fosse, ou bien le French Cancan du Moulin Rouge. Les nouvelles technologies y côtoient le Strip-Tease, les revues à plumes et le hip-hop.

Jeudi 8 novembre à  partir de 20h30 à l’Espace Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois. Tarif de 8 à 14 euros. Ce spectacle est déconseillé aux spectateurs de moins de 12 ans

Source : programme saison 2012 – 2013 Espace Jacques Prévert

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 7 Novembre 2012

PSARECUPC’est la première fois qu’un tel document va apparaître dans le face-à-face entre syndicats et direction de PSA. Les représentants syndicaux de l’usine d’Aulnay-sous-Bois arriveront ce mercredi au siège du groupe à Paris munis d’un « cahier unique de revendications ».

L’expression est de Jean-Pierre Mercier, délégué CGT, mais le document en question portera aussi les sigles du SIA (Syndicat indépendant de l’automobile, majoritaire dans l’usine d’Aulnay), de la CFTC, de la CFDT et de FO. Ni la CGC (absente lors des réunions), ni les représentants de Sud — farouchement opposés à la fermeture de l’usine — ne s’y sont associés.

La réunion de ce mercredi est la première du cycle de négociations consenti le 25 octobre par Philippe Varin, le PDG du groupe. Les discussions ne porteront que sur les mesures d’accompagnement, et non sur les suppressions de postes. Aujourd’hui, il s’agira surtout de fixer un calendrier et des thèmes. Mais la délégation d’Aulnay espère bien pouvoir présenter ses demandes, avant de les détailler demain, lors de la réunion tripartite (Etat, direction, syndicats) à Bobigny.

« Elles ont été approuvées lors des assemblées générales qui ont réuni 500 personnes mardi », souligne Jean-Pierre Mercier. Le document, explique ce dernier, réclame notamment à la direction de PSA une « obligation de résultat sur le fait que les salariés obtiennent des contrats à durée indéterminée ». Parmi les demandes « générales », figure le « maintien de la production jusqu’à ce que PSA trouve un CDI acceptable pour chaque salarié, jusqu’en 2016 ».

Mais au-delà de cette position de principe, le document décline ses exigences sur les mesures d’accompagnement du plan. Principale demande, celle d’un dispositif de préretraite pour les salariés à partir de 55 ans, avec paiement du salaire à 100% jusqu’à la retraite. Les syndicats veulent que le dispositif coure jusqu’en 2018, afin d’être ouvert aux plus de 50 ans. Cela concernerait à Aulnay plus de 1000 employés. Pour les personnes « à capacité restreinte » — 200 environ — « il faut que la priorité soit donnée à des mobilités internes », explique Brahim Loujahdi, représentant CFTC. Viennent ensuite les revendications liées aux reclassements : « On veut que chaque salarié ait la garantie écrite qu’il retrouvera un poste équivalent en acceptant de partir pour un autre site. On a l’exemple de gars qui ont débarqué à Poissy où personne ne savait quel travail leur donner. Il n’y a rien de pire », explique Tanja Sussest, déléguée du SIA.

Enfin, dans le cadre de la réindustrialisation annoncée du site d’Aulnay, les syndicats demandent une clause de « droit au retour », si les entreprises s’installant à la place de l’usine mettaient la clé sous la porte au bout de quelques années. Ils souhaitent que les salariés embauchés par ces entreprises conservent l’ancienneté et les avantages acquis chez PSA. Enfin, un chiffre est avancé. Pour les salariés quittant l’entreprise, les syndicats veulent une prime de départ de 130000 € ainsi que 2500 € par année d’ancienneté. C’est beaucoup plus que les propositions formulées dans le projet présenté en juillet par la direction.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 7 Novembre 2012

guerbetGuerbet, spécialiste des produits de contraste, dont l’usine est installée à Aulnay-sous-Bois, participe demain à la 1ere Journée internationale de radiologie, comme plus de 66 sociétés dans 38 pays. Cet événement marque le 117e anniversaire de la découverte des rayons X et les récentes avancées en matière d’imagerie médicale. « Le groupe français Guerbet est l’une des cinq entreprises pharmaceutiques mondiales, actrice de ce secteur et la seule spécialisée depuis son origine dans les produits de contraste, des molécules utilisées lors d’examen au scanner ou en IRM », précise la direction dans un communiqué.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 6 Novembre 2012

Nous poursuivons notre couverture de la cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée le lundi 22 octobre dernier pour marquer le début du lancement des travaux du 7e collège d’Aulnay-sous-Bois. Cette fois-ci nous vous proposons une vidéo de présentation qui résume les différents aspects de la future construction notamment son intégration dans la zone pavillonnaire existante ou encore sa dimension écologique avec l’utilisation de la géothermie pour la chaufferie, l’application des normes BBC et l’importance des espaces verts pour la respiration du quartier…

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Publié le 6 Novembre 2012

Le 15 décembre à Nuremberg (Allemagne), Mehdi Bouadla défiera Arthur Abraham, l’Allemand d’origine arménienne qui mettra en jeu sa ceinture WBO des super-moyens. Chaque mardi, les semaines précédant sa première chance mondiale, le boxeur du CSL Aulnay nous ouvre son quotidien. Ses souffrances à l’entraînement comme des moments de sa vie privée. Troisième round, aujourd’hui, en compagnie de sa famille.

MehdiBouadla.jpg

En traversant la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Mehdi Bouadla nous ramène sur le lieu de sa jeunesse, au pied d’immeubles achevés en 1972 sur ce qui étaient des terres agricoles. La voiture du boxeur s’arrête, il fixe son regard sur la gauche. « Notre appartement était là, au 2e étage. Et mon terrain de jeu était sous le balcon. » Ici, il jouait au foot, là commençait le chemin de son école. A quelques pas de là, on croise le Cosec de la Rose des vents, où Mehdi a découvert la boxe après avoir été initié au pied-poing par son aîné Karim (37 ans). « Nous sommes au nord d’Aulnay, la partie populaire de la commune, une ville dans la ville, explique-t-il. Au sud, c’est les petits pavillons. Quand j’étais gamin, mes parents ne me laissaient pas y aller car il fallait prendre le bus et traverser des routes. »

Un tempérament fait pour le noble art

Aujourd’hui, Mehdi Bouadla (30 ans) se rend régulièrement dans le vieux pays. Sa famille y réside depuis 2010, après trente ans de vie aux 3000. « Mehdi a fait un grand parcours par rapport à l’endroit où il a grandi, estime Dominique, sa maman. Il a toujours fait preuve d’un très grand sérieux. Et il a toujours eu un grand cœur. » « On est fier de lui, prolonge son père, Lahcen. Il n’y a pas plus belle satisfaction que de voir ses enfants dans le droit chemin. » Chauffeur de poids lourds, le chef de famille n’a eu de cesse de leur montrer la voie à suivre. « On n’avait pas le droit à l’erreur si les mômes nous échappaient, dit-il. Je connaissais l’emploi du temps de Mehdi et comme je suis un peu magicien, il me trouvait parfois où il ne m’attendait pas… »

 

Passionné de sport — il a pratiqué le football et le judo —, ce papa voyait pourtant son cadet « dans le monde du spectacle ». « Avant la boxe, il a fait l’école du cirque et participait à des spectacles équestres. Il était très bon. » Son oncle Nasser est, lui, plutôt content de son choix pour le noble art. « C’était un casse-cou, sourit-il. Il lui fallait un sport qui corresponde à son tempérament. Il a montré qu’il en voulait et je lui ai toujours dit qu’il serait champion du monde. Il obtient toujours ce qu’il veut. »

Mais dès que leur protégé monte sur le ring, l’appréhension gagne le foyer. « Ça fait mal au bide », reconnaît le papa. « On est stressé et inquiet », concède la maman, opératrice de saisie, qui n’a assisté qu’à deux combats de son fils. Les liens familiaux sont très forts. « J’ai eu la chance de vivre longtemps chez mes parents », lance Mehdi. Et aussi auprès de sa grand-mère maternelle, Yvonne, décédée en octobre 2011. « Elle habitait à l’étage du dessus et j’avais ma chambre chez elle. » « Et pour te voir, il fallait faire une demande d’extradition! » plaisante son père avec émotion.

En souvenir de Mamie Jardin et pour cette famille soudée, Mehdi Bouadla s’est juré la victoire.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 6 Novembre 2012

bouquinsUne trentaine de personnes, passionnées de culture (théâtre, cinéma, ateliers artistiques, musique, philosophie…) se retrouvent à la conférence littéraire mensuelle sur un livre, un auteur. En amont, le groupe se réunit un jeudi par mois pour partager ses lectures et ses découvertes culturelles sur un pays mis à l’honneur. Rendez-vous donc de jeudi 8 novembre à la bibliothèque Dumont à partir de 14h.

Source : Oxygène n°164

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 5 Novembre 2012

image.gifDes tonnes de déchets amiantés provenant d’Ile-de-France, et notamment de la faculté de Nanterre (Hauts-de-Seine), ont été enfouies en toute illégalité dans le sol du département de l’Oise. Voilà ce qu’ont découvert les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique.  Après trois longues années d’investigations, trois hommes sont aujourd’hui dans le viseur de la justice. Parmi eux, deux anciens dirigeants de la SARL Minore, ancienne société basée à Bouconvillers (Oise), spécialisée dans la dépollution et la gestion des déchets. Ils ont été mis en examen par un juge d’instruction parisien.

Ces trois personnes sont soupçonnées d’avoir planifié et organisé l’enfouissement et le stockage clandestins de déchets dangereux composés d’amiante et de plomb. Le tout sur quatre sites — deux dans l’Oise, un en Seine-Maritime et un dans le Val-d’Oise, à Persan. Tous les déchets ou presque proviendraient de travaux de déconstruction, de curage et de démolition effectués en région parisienne. « Il y a eu le chantier de l’université de Nanterre en 2007, où des centaines de chambres ont été désamiantées. Puis un curage d’immeuble à Argenteuil (NDLR : Val-d’Oise), ou le retrait de plaques d’amiante à Saint-Cyr-l’Ecole (Yvelines) », énumère une source proche du dossier.

D’autres déchets dangereux proviendraient même de travaux effectués dans le célèbre cabaret parisien le Lido ou encore à la base aérienne militaire de Vélizy-Villacoublay (Yvelines). Le procès des trois mis en examen devrait s’ouvrir dans les prochains mois devant le tribunal correctionnel de Paris. Le Roso (Regroupement des organismes de sauvegarde de l’Oise) et France Nature Environnement se sont constitués partie civile. 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 3 Novembre 2012

DSC04132.JPG

A partir d’aujourd’hui, l’Assemblée nationale ouvre ses portes aux visiteurs individuels, et non plus seulement aux groupes inscrits par l’intermédiaire d’un député. Les curieux pourront désormais entrer au Palais-Bourbon à la seule condition de réserver. Tous les samedis, la salle des Quatre-Colonnes et l’hémicycle seront présentés à 9h30, 10h30, 14h et 15h par un fonctionnaire de l’Assemblée. Lors de la suspension des travaux parlementaires, les visites se dérouleront aux mêmes horaires du lundi au samedi. Réservation par e-mail à visites-individuels@assemblee-nationale.fr ou par téléphone au 01 40 63 56 00.

DSC04125.JPG

Source : Le Parisien Photos : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 3 Novembre 2012

97samedi3nov.jpg

Nous sommes en pleins congés et la discothèque 9.7 Evasion d’Aulnay-sous-Bois a semble-t-il décidé de coller au plus près de l’actualité en organisant ce soir à partir de 23h la nuit des vacanciers.

L’ambiance musicale sera assurée  par DJ Alain tandis que Sabrina Berton, Eric Brouta et Philip Metura apparaitront en guest pour un showcase qui s’annonce prometteur. A noter que l’entrée est gratuite pour les femmes jusqu’à minuit. Rendez-vous donc 107 galerie Surcouf à proximité immédiate du centre commercial du Galion.

Source : http://www.97evasion.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 2 Novembre 2012

Le MuMo vous connaissez ? Littéralement Musée Mobile (MuMo) il s’agit d’un camion insolite qui fait découvrir l’art aux plus jeunes d’entre nous. Sous forme de container, le véhicule se déploie  pour s’ouvrir sur quatre espaces distincts, chacun plongeant les enfants dans un univers  différent : peinture, sculpture, installation, vidéo, design. Il sera en visite à Aulnay-sous-Bois le lundi 5 novembre à l’EMP René Lalouette 81 avenue Jean Jaurés.

mumo.jpg

Ingrid Brochard à l’initiative de ce musée mobile explique le sens de cette démarche : « L’art occupe une  place importante dans ma vie. C’est à mes yeux un formidable outil d’ouverture et de partage qui abolit  les frontières, les différences culturelles. Cela m’a  donné envie de concevoir un projet pour les enfants, principalement en direction de ceux qui n’ont pas accès à l’art, ou du moins n’ont jamais eu de contact direct avec les œuvres ».

Ce musée itinérant lancé en 2011 sur les routes de France et d’Afrique propose une confrontation directe avec les œuvres d’art spécialement conçues pour les plus jeunes d'entre nous par 15 artistes de renommée internationale. MuMo est un musée mobile destiné à aller à la rencontre des enfants sur leurs lieux de vie : cour d’école, centre de loisirs, parking d’un quartier...

Pour en savoir plus vous pouvez cliquer sur le site du musée mobile : ici.

Source : France3.fr Ile de France Photo : André Morin

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 2 Novembre 2012

RDVAULNAY« Les rendez-vous d’Aulnay » vous connaissez ? C’est nouveau cela vient de sortir ! De prime abord on dirait presque un titre de film de Claude Lelouch. On entend déjà les envoûtants Chabadabada Chabadabada chantonnés par Nicole Croisille. Sauf que dans le cas présent la démarche est infiniment plus politique qu’artistique bien que certains politiciens se révèlent d’excellents comédiens surtout au moment de distiller leurs promesses électorales.

Mais revenons à nos rendez-vous d’Aulnay et voyons un peu de quoi il retourne. En quelques mots, lors de notre dernier conseil de quartier Vieux-Pays-Roseraie-Bourg, notre chargée de développement local nous a expliqué comment seraient organisées sur les différents territoires de la ville des rencontres entre habitants et élus, notamment le maire Gérard Ségura. L’objectif affiché est de faire remonter à l’exécutif municipal les préoccupations quotidiennes de ses administrés. N’était-ce pas pourtant le but premier des conseils de quartier créés depuis 2008 ?

Si , sur le papier, l’idée peut paraitre bonne, elle est néanmoins loin d’être nouvelle. En effet, pour peu que l’on ait de la mémoire, au tout début de la mise en place de la démocratie participative, monsieur Ségura avait fait le tour des 12 conseils de quartier que compte la ville pour un marathon effréné de réunions publiques à la rencontre des aulnaysiens. A l’époque il avait sans doute en tête de pouvoir consolider son image d’homme nouvellement élu à l’écoute des habitants. Or c’est plutôt le contraire qui s’est produit.

gerardseguraEn effet ces rencontres ont plutôt fini par cristalliser la colère des mécontents généralement déçus par des promesses non tenues ou lassés par des concertations de façade notamment en matière d’urbanisme. C’est d’ailleurs lors de ces rendez-vous que bon nombre d’associations ont fini par se croiser, échanger et consolider leurs actions jusqu’à une importante manifestation en mairie un certain samedi 5 juin de l’année 2010. Dès lors, Gérard Ségura s’est ostensiblement écarté des conseils de quartier préférant sortir de temps à autre de son chapeau quelques gadgets marketing de communication orchestrée autour de l’Agenda 21 et des Assises de la ville pour lesquels la population a montré une indifférence plus que polie.

Cette prise de distance vis-à-vis de la démocratie locale, qui tendait probablement à éviter les confrontations publiques directes avec les habitants afin de corriger son image détériorée, n’a pourtant pas empêcher le maire actuel d’être réélu dans un fauteuil lors des cantonales nord de 2011 alors que certains sans doute trop sûrs d’eux lui prédisait un possible revers. Mais 2014 se profile à l’horizon et l’opposition s’organise. Certes en ordre totalement dispersé ce qui constitue en soi pour monsieur Ségura une excellente nouvelle. Ce dernier devra toutefois tôt ou tard sortir du bois. (Enfin façon de parler tant les arbres sont parfois bien maltraités dans notre commune).

D’où finalement la création de ces rendez-vous d’Aulnay qui permettront au maire d’entrer discrètement en campagne pour occuper de nouveau  l’espace qui nous sépare de mars 2014. En parlant de 2014 justement, on a hâte d’y être…

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 2 Novembre 2012

CHARLYNous sommes tombés sur cette affiche ce matin avant de prendre le train. Elle aurait pu faire l’objet d’une énième chronique de l’écho du tunnel mais nous préférons la publier telle qu’elle :

Perdu Charly. Chat roux tigré non tatoué (pucé) perdu ce lundi dans la rue du Maréchal de Lattre de Tassigny. Merci de nous contacter au 06 58 17 24 53 ou au 06 62 63 00 78. Si le cœur vous en dit vous pouvez faire tourner, on ne sait jamais…

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !