Articles avec #sante tag

Publié le 4 Mars 2019

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un article du journal Le Parisien daté du lundi 4 mars 2019. Il explique comment la Seine-Saint-Denis devient un désert médical. Treize parlementaires du 93 parmi lesquels la sénatrice Annie Delmont et le député Alain Ramadier ont interpellé le premier ministre Edouard Philippe pour alerter sur l’état du système de santé dans le département.

Aulnay-sous-Bois : la sénatrice Annie Delmont et le député Alain Ramadier mobilisés contre le désert médical en Seine-Saint-Denis
Aulnay-sous-Bois : la sénatrice Annie Delmont et le député Alain Ramadier mobilisés contre le désert médical en Seine-Saint-Denis

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 15 Février 2019

Le nombre de gynécologues médicaux a chuté de 42% en dix ans. Un danger pour la santé des femmes qui ne peuvent parfois plus prendre de rendez-vous dans leur département, dépourvu de ces professionnels.

 Il y avait les déserts médicaux, il y a maintenant les déserts gynécos. Aujourd’hui, ils sont trois pour 100 000 femmes en âge de consulter. Les gynécologues médicaux sont de moins en moins nombreux, comme le signalait une enquête du Monde il y a déjà deux ans. Contrairement aux gynécologues obstétriciens spécialisés dans la chirurgie, les gynécologues médicaux s’occupent notamment de suivre les femmes tout au long de leur vie.

Le Comité de défense de la gynécologie médicale (CDGM) a reçu environ 3500 témoignages de femmes qui peinent à trouver un rendez-vous. Galère sur galère, elles finissent par ne plus se soigner et laissent des maladies se développer. Problème : une maladie est toujours plus compliquée à soigner lorsqu’elle est détectée sur le tard.

 Plus un seul gynéco à Aulnay ou Ivry

En 2017, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) a fait état d’une véritable désertification. Il a recensé six départements dans lesquels les gynécologues se sont volatilisés. En ville comme en campagne, ce métier s’est évaporé. A titre d’exemple, en huit ans, Paris a perdu 43% de ses gynécologues médicaux. Les gynécologues libéraux ont totalement disparu de plusieurs villes de la banlieue parisienne, comme Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ou Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Lori, 23 ans, originaire de Paris, s’est installée à Bordeaux en août 2017. « À mon arrivée, impossible de trouver un·e gynécologue prêt à prendre de nouveaux patients… Ils étaient tous complets ! » Elle a dû arrêter de prendre la pilule. « Un vrai impact sur ma santé mais un impact positif ! Avant, j’avais des sauts d’humeur et j’étais souvent triste à mon réveil. » Depuis, Lori a trouvé une gynécologue installée juste en face de chez elle.« Mais j’ai quand même mis un an, c’est compliqué lorsqu’on n’a pas de voiture et qu’on ne peut pas aller en dehors de Bordeaux. » La jeune femme a eu la chance de rencontrer une gynécologue qui venait de s’installer, tout juste débarquée de Paris. Elle cherchait à se refaire une clientèle, une aubaine pour Lori.

Pour comprendre la pénurie, il faut revenir en 1987. A cette époque, le ministère de la Santé supprimait la spécialité gynécologie médicale en justifiant qu’elle était trop onéreuse. Ce n’est que plus tard, en 2003, que le gouvernement la rétablissait. Mais le processus est long et les internats sont passés de 130 places annuelles en 1987 à 20 places de 2003 à 2011.

Article complet de Neonmag.fr à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.neonmag.fr / Image d’illustration

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 15 Février 2019

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un article du journal le Parisien daté du vendredi 15 février 2019. On y apprend que les urgences de l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois sont saturées. Un préavis de grève a même été déposé.

Pour lire l’article cliquez sur l’image ci-dessous.

Prévis de grève à l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois : les urgences sont saturées !

Source article : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 21 Janvier 2019

Vous trouverez ci-dessous un article du journal Le Parisien paru dans l’édition de ce jour. Il est consacré à Emma et Hugo, dont les parents, employés à la clinique d’Aulnay-sous-Bois, tentent de récolter 4 millions d’euros. Cette somme est nécessaire pour un essai clinique qui permettrait d’enrayer la maladie neurodégénérative de Sanfilippo, dont sont atteints les deux enfants.

Pour lire l’article cliquez sur l’image.

Aulnay-sous-Bois : la course contre la montre se poursuit pour sauver Emma et Hugo

Source article : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 24 Décembre 2018

Le personnel réclame des créations de postes pour répondre aux appels d’urgence médicale.

Banderole suspendue aux fenêtres et journalistes priés de rester à l’extérieur ! La grève, à l’appel de la CGT, a débuté ce lundi à minuit une au Samu de Seine-Saint-Denis, à Bobigny. Une réunion de négociation doit avoir lieu dans la matinée, en présence du directeur de cabinet de Martin Hirsch, patron de l’AP-HP. Le personnel réclame des postes en plus pour répondre correctement aux urgences médicales.

Le mouvement de grève est symbolique : cinq assistants de régulation médicale (ARM) décrochent quand même le téléphone. Ils ont été assignés par la direction de l’hôpital.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici 

Source article et photo : Gwenael Bourdon du journal Le Parisien 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 3 Décembre 2018

Lorsqu'on s'est rendu en avril sur le tournage d'Hippocrate dans une aile désaffectée de l'hôpital Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois (93), deux choses nous ont frappés. D'abord, une sensation : celle de pénétrer dans un vrai centre hospitalier avec ses couloirs pâles et ses néons francs, ses seringues, ses hommes et ses femmes en blanc. Seule l'absence d'odeur si caractéristique (peur et médicaments) nous a évité le réflexe de foutre le camp. Ensuite, une rencontre : celle d'une Louise Bourgoin aux cernes à peine camouflés, un peu mélancolique, très concentrée.

En fait, Louise était déjà pleinement Chloé. Une interne brillante qu'un événement tenu secret contraint à renoncer au survolté service de réanimation pour basculer vers celui, réputé plus calme, de médecine interne. Là, elle rencontre deux apprentis médecins et un légiste (parfaits Alice Belaïdi, Zacharie Chasseriaud et Karim Leklou) : une équipe plus ou moins expérimentée qui, après une mise en quarantaine des titulaires, se retrouve à gérer le service en entier.

Article complet à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.grazia.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 27 Novembre 2018

« Baïkonour ? Et ben, je suis jamais allé aussi loin que ça moi. » Ce mardi après-midi, Emmanuel 87 ans, a quitté sa chambre de l’Ehpad (Etablissement d’hospitalisation des personnes âgées dépendantes) Camille Saint-Saëns d’Aulnay-sous-Bois pour… la base spatiale du Kazakhstan. « Oh ! Un cosmonaute. Sa tête me dit quelque chose… » Et pour cause : face à lui, Thomas Pesquet, le célèbre spationaute français, enfile sa combinaison et s’apprête à embarquer pour l’espace. Un voyage hors-norme… mais 100 % virtuel pour Emmanuel, un « papi volontiers blagueur ».

Comme trois autres pensionnaires de cet établissement géré par SOS Seniors, tous atteints d’Alzheimer, le presque nonagénaire, équipé de lunettes 3D, participait à un atelier de réalité virtuelle piloté par Commune Image, une « fabrique de cinéma » basée à Saint-Ouen.

De la réalité virtuelle immersive

« Aujourd’hui, l’atelier Scrabble n’est plus du tout adapté à ces pathologies. Il faut leur permettre d’accéder à des univers qu’ils ne peuvent plus fréquenter, voire auxquels ils n’ont jamais eu accès », résume Charlotte Mousset, la directrice de l’Ehpad. Pour cela, Commune Imag —, qui, outre son activité de « fabrication » de films, produit aussi des contenus 3D - a eu l’idée d’organiser ces ateliers.

« Ah tiens, je crois que je suis dans l’espace… Mais c’est un peu brumeux », note Raymonde, 81 ans, son casque 3D sur la tête. « Brumeux ? T’as bu trop de pinard », titille Emmanuel, le rigolo de l’après-midi. Au choix pour les résidents : un documentaire sur le séjour dans l’espace de Thomas Pesquet, donc, mais aussi un film sur la Chine. « II faut des choses qui soient très immersives, pas forcément interactives, comme ce que l’on peut faire pour des jeux vidéo, et surtout pas trop brutales », précise Caroline Safir, la directrice de Commune Image.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici 

Source article et photo : Thomas Poupeau du journal Le Parisien 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 23 Novembre 2018

Les ministres Agnès Buzyn et Marlène Schiappa ont visité l’unité d’accompagnement post-traumatique. Qui devient « site-pilote » sur les violences conjugales au niveau national.

« La famille ne doit plus être synonyme de violences ! » Parole de ministres. Ce vendredi, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes, étaient à l’hôpital Ballanger, à Aulnay, pour visiter l’unité spécialisée dans l’accompagnement des victimes de psycho-traumatisme (USAP). Dédié à l’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales, le lieu vient d’être retenu comme l’un des dix « sites-pilote » en la matière, en France. A la clé : 400 000 €/an pour développer l’action des quatre psychologues qui y travaillent.

« Nous avons commencé à travailler sur l’accompagnement des victimes de violences intra-familiales il y a dix ans. A cette époque, j’étais aux urgences et me suis rendue compte qu’une fois leurs plaies physiques soignées, elles n’étaient pas accompagnées, ni médicalement, ni juridiquement », se souvient Fatima le Griguer, coordinatrice de l’USAP, et à l’origine du projet.

511 passages en 2017

Au fil du temps, une équipe de quatre psychologues - dont trois détachés à temps partiel du service psychiatrie - s’est constituée. Le service a officiellement ouvert fin 2016. Il est dédié à toutes les victimes nécessitant un accompagnement post-traumatique : accidents de la route, attentats, catastrophes naturelles… « Mais 75 % de notre activité concerne les femmes victimes de violences ou d’agression sexuelles de la part de leur conjoint », résume Fatima Le Griguer. Au total, en 2017, l’unité a enregistré 511 passages.

« Le non-traitement des séquelles post-traumatiques a un lourd coût social et médical : troubles du sommeil, irritabilité, phobies, dépressions, un taux de suicide 4 fois plus fréquent, une reprise du travail très difficile », rappellent les médecins.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici 

Source article et photo : Thomas Poupeau du journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 12 Novembre 2018

Spondyl(O)action organise ce dimanche 18 novembre 2018 de 14h à 16h à la salle Chanteloup d’Aulnay-sous-Bois un événement Zumba.

Cette action sera animée par Patrick Kwenda, professeur agrée Zumba et développement personnalisé pour personnes en surpoids ou en difficulté physique.

L’entrée est ouverte à tous avec une participation de 10 euros à partir de 14 ans.

Cette participation permettra de soutenir moralement les familles des patients, leur apporter les conseils de spécialistes et de développer des actions sociales pour une meilleure connaissance de la Spondyloarthrite, maladie chronique rhumatismale inflammatoire.

L’inscription en ligne se fait en cliquant : ici

Toutes les informations sur Spondyloaction.fr ou au 07.83.61.52.93

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 9 Novembre 2018

Un petit coin de paradis à l’hôpital. Le personnel du centre hospitalier Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois, vient d’inaugurer une terrasse extérieure couverte au service pédiatrique, au 2e étage de l’établissement. Mobilier confortable, jeux et environnement joliment décoré : « On veut permettre aux enfants hospitalisés de sortir un peu de leur chambre », résument Sophie Cattiaux et Adriane, éducatrices jeunes enfants.

« L’hôpital dispose d’un parc arboré, mais nous n’avons pas toujours le personnel suffisant pour y accompagner les enfants, sans compter que le temps de descendre, ils doivent parfois déjà remonter pour une injection… Cette terrasse permet de pallier ces problèmes », estiment les éducatrices.

3 500 euros de dons

Située à l’angle des services de pédiatrie et de chirurgie pédiatrique, cette grande terrasse extérieure, entièrement grillagée, « était grise et bétonnée ». Pas l’idéal pour prendre l’air. L’association « Tout le monde contre le cancer » a donc sollicité plusieurs partenaires pour aménager cet espace, « le rendre chaleureux ». La jardinerie Truffaut a fourni du mobilier, du gazon synthétique, des décorations et même un potager. « Seace », un graffeur du 93, a même mis la main à la pâte pour décorer les murs sur le thème de l’évasion.

"Au total, c’est 3 500 € de dons. Pour un hôpital au budget serré, ce n'est pas rien", se félicite Karine Ruellan, responsable du développement de l'association. Chaque année, l'hôpital accueille 1 450 hospitalisations d'enfants.

Source article et photo : Thomas Poupeau du journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 8 Novembre 2018

Durant tout le mois de novembre, l’atelier santé ville vous accompagne dans votre démarche d’arrêt du tabac.

Vendredi 9 novembre de 10h à 17h30

Centre commercial O'Parinor - entre la boutique Orange et Histoire d'Or

Stand de sensibilisation en partenariat avec La ligue contre le cancer 93, la CPAM de Seine-Saint-Denis, le Centre de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) d'Aulnay-sous-Bois et l'atelier santé ville.

Un stand au centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois pour arrêter de fumer

Retrouvez également de l’information et des kits d‘aide à l’arrêt au CMES Louis Pasteur (8-10 avenue Coullemont) et au CMS Balagny (2, rue du Limousin).

Source information et photo : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 7 Novembre 2018

Ce n'est peut-être qu'une goutte d'eau dans le désert, mais dans le désert médical qui frappe actuellement la Seine-Saint-Denis, ainsi que de nombreux départements en France, cette nouvelle constitue une véritable oasis.

 

Ouverture d'un cabinet d'infirmières 10 Bis rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois

C'est ainsi qu'un nouveau cabinet d'infirmières vient d'ouvrir ses portes au 10 Bis rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois. Le local se situe à côté du restaurant chez David au coeur du quartier du Vieux-Pays.

Mme Sandrine PIERRE - BIENVENU et Mme Laurette RODRIGUES dispensent des soins à domicile 7 jours sur 7. Les consultations au cabinet se font sur rendez-vous uniquement. Elles sont joignables au 01.48.69.06.25.

Ouverture d'un cabinet d'infirmières 10 Bis rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois

Robert Ferrand

Source photos : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Santé

Publié le 28 Octobre 2018

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d'un article du journal Le Parisien expliquant que les cas de rougeole sont en augmentation dans le département depuis la rentrée de septembre. Une nouvelle qui devrait relancer le débat sur la vaccination obligatoire...

Gare à la rougeole ! L’augmentation des cas en Seine-Saint-Denis depuis la rentrée de septembre pousse certaines autorités à rappeler les bonnes conduites à tenir, tant en matière de vaccination que de précautions.

Au 23 octobre, 33 cas ont été identifiés et 9 personnes ont dû être ponctuellement hospitalisées, explique l’Agence régionale de Santé (ARS) en Ile-de-France. Qui se veut toutefois rassurante : aucune forme compliquée sévère de la rougeole n’a été déclarée.

 

’origine et les raisons sont inconnues. « On sait que ça se propage au gré des déplacements des familles, des étudiants… Ça n’est pas lié à la population du département », explique le docteur Christiane Bruel, conseillère médicale Veille et alertes sanitaires à l’ARS. L’épidémie de 2011 avait par exemple plutôt démarré dans les Yvelines.

Une certitude toutefois, cette maladie virale est des plus contagieuses. Un malade peut contaminer 15 à 20 personnes. Fièvre et boutons suivent, dans un délai de 14 jours. Le malade est contagieux 5 jours avant l’éruption et 5 jours après. Les nourrissons de moins d’un an et les plus de 20 ans sont les plus exposés aux complications respiratoires et neurologiques, qui imposent des hospitalisations en réanimation.

« Il faut que les gens aillent se faire vacciner ! C’est la seule protection individuelle et collective efficace contre la rougeole, or la couverture vaccinale est insuffisante en France et en Île-de-France », insiste le docteur Bruel. Et deux doses sont nécessaires pour une bonne vaccination.

L’Organisation mondiale de la santé estime qu’il faut atteindre 95 % de taux de couverture vaccinale pour une bonne protection. Or ce taux est de 80 % sur l’ensemble du pays.

A noter qu’en Seine-Saint-Denis, le taux supérieur à la moyenne nationale puisqu’il est de 85 %. « Cela est dû au réseau des PMI et centres de dépistage santé (CDPS), plus de 110 lieux sur le département », explique-t-on au conseil départemental. Le Département fournit aux villes des vaccins dans le cadre de séances publiques de vaccination.

Informations complémentaires sur www.vaccination-info-service.fr

Source article : journal Le Parisien / Image d'illustration

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 26 Octobre 2018

« Action ! » Il pourrait s'agir d'une scène classique de tournage si celle-ci n'avait pas lieu dans un hôpital.

 

Bienvenue à l'hôpital Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois, plus communément appelé le « Chirb » (pour Centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger).

Pendant environ six mois, l'établissement a servi de décor à la nouvelle création originale de Canal+, « Hippocrate », qui sera diffusée en novembre sur la chaîne cryptée. Réalisée par l'ancien médecin Thomas Lilti, la série a été tournée presque intégralement dans des bâtiments désaffectés du Chirb.

De mars à juin, il était possible de croiser, dans l'enceinte de l'hôpital, des acteurs, comme Louise Bourgoin, ou des techniciens, les bras chargés de matériel cinématographique.

Filmer des publicités

Mais la scène n'est pas rare sur ce site. « L'hôpital accueille des tournages depuis 2005. Initialement, il s'agissait essentiellement de films et de téléfilms. Cependant, depuis quelques années, l'offre s'est diversifiée et des séries télévisées ou des publicités sont désormais filmées ici », raconte la direction de l'hôpital, qui reçoit des demandes tous les mois.

Les tournages ont lieu pour la majeure partie du temps dans les bâtiments désaffectés (l'ancien bâtiment Femme-Enfant étant le plus utilisé ou bien l'ancien bâtiment de stomatologie et l'ancien Centre d'action médico-sociale précoce) mais il est possible, en fonction des horaires et de l'activité des services, de tourner dans des services ouverts au public.

Article complet à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.lesechos.fr/ / Image d'illustration : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 24 Juin 2018

A partir du 1er juin

Chaque année l'été s'accompagne de périodes de fortes chaleurs, facteurs de risques pour les plus fragiles. Dans le prolongement du plan canicule mis en place par la préfecture, la ville vous accompagne, via son centre de liaison et d'information pour le maintien à domicile (CLIMAD).

Dès à présent, les seniors de plus de 65 ans, les moins de 65 ans inaptes au travail et les personnes en situation de handicap sont invités à se faire recenser en cas de déclenchement d'une alerte canicule. 

La ville d’Aulnay-sous-Bois se mobilise et rappelle quelques bons gestes à retrouver en cliquant : ici

Source information et photo : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 22 Juin 2018

Dans un article du Parisien tout à fait passionnant, le journaliste Thomas Poupeau fait un zoom sur l’entreprise Guerbet classée dans le top 5 mondial de son secteur d’activité.

Vous pouvez lire son écrit en cliquant sous les images ci-dessous.

 

Guerbet, entreprise d’Aulnay-sous-Bois dans le top 5 mondial, fête ses 50 ans
Guerbet, entreprise d’Aulnay-sous-Bois dans le top 5 mondial, fête ses 50 ans

Source article : Thomas Poupeau du journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 26 Mars 2018

L’incroyable classement « no bed challenge » publié par le journal Le Parisien montre que plus de 200 patients dorment chaque nuit dans des conditions de fortune. Cela augmente le risque de mortalité.

Dans ce classement des urgences qui saturent le plus,  l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois figure en 6ième position en France.

Les urgences de l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois classées parmi les pires de France

Plus de 200 patients à l’hôpital dorment toutes les nuits sur un brancard. Qui le savait ? Pas grand monde. Ce chiffre incroyable est issu d’un classement très sérieux appelé «no bed challenge», que nous publions, et qui en dit plus que les grands discours sur l’hôpital. Les urgentistes (médecins et chefs de service de plus de cent services d’urgence en France) du syndicat Samu-Urgences de France ont eu l’idée de tout simplement compter le nombre de patients qui devaient rester sur un lit de fortune, faute de place en chambre. Le résultat est édifiant.

«Depuis le début de l’année, où nous l’avons mis en place on a compté plus de 19 000 patients qui ont dormi sur des brancards», explique le Dr François Braun, président de Samu-Urgences de France. Parmi les mal classés, on trouve Nîmes (Gard), Limoges (Haute-Vienne), mais aussi Argenteuil (Val-d’Oise) ou Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Est-ce pour autant si grave ? Oui affirme le docteur Agnès Ricard-Hibon, Présidente de la Société Française de médecine d’urgence, car cela a des conséquences très concrètes : «Aux urgences, l’attente sur un brancard d’un lit d’hospitalisation tue. Ces données scientifiques sont incontestables. Elles ont été validées à de nombreuses reprises par des publications. Ce n’est pas du tout un problème à prendre à la légère», nous explique-t-elle.

Les jours d’affluence, la mortalité augmente

Elle ajoute : «Il s’agit d’une mortalité retardée, donc invisible. Le risque de décès augmente de 5 % pour les patients admis les jours de grande surcharge, toutes pathologies confondues. Et si on s’intéresse aux patients les plus graves, l’impact est plus important avec un risque relatif d’augmentation de la mortalité de 30 %». C’est précisément pour cette raison que différents chefs de service d’Ile-de-France, dont les hôpitaux sont très en tension en ce moment, ont fait part cette semaine de leur inquiétude à leur tutelle.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et classement : Marc Payet et A.Renaud du journal le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 13 Février 2018

Bien que Pixar ait tenté de rendre les rongeurs infiniment sympathiques dans son fameux long-métrage de 2007, Ratatouille, les rats sont encore perçus par la population comme un véritable fléau en Ile-de-France, y-compris à Paris, ville lumière et touristique qui accueille 16 millions de visiteurs chaque année.

C’est pourquoi des sessions de dératisation sont régulièrement menées pour essayer d’endiguer ce phénomène. Aulnay-sous-Bois ne reste pas inactive dans ce domaine et c’est ainsi qu’une opération de dératisation va être lancée sur l’ensemble de notre commune du 26 février au 20 mars 2018 en prenant en compte l’ensemble des réseaux d’assainissement et les espaces publics.

Robert Ferrand

Source photo : Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Santé

Publié le 9 Octobre 2017

Du 9 au 13 octobre, c’est la traditionnelle semaine du goût.  Cette année, elle est placée sous le thème de l’automne. 

Pour l’occasion, les restaurants municipaux concocteront aux enfants et aux seniors des menus autour de cette saison. La semaine du goût, ce sont aussi des activités spécifiques qui seront proposées en classe. Les bibliothèques de la ville participent également à l’opération, et mettront à disposition des lecteurs une sélection d’ouvrages consacrés à l’automne.

Un livret pédagogique avec des recettes et des activités est à consulter en cliquant : ici

Source information et photo : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 10 Février 2017

Cela ne vous prendra que quelques heures, mais vous permettra peut-être de sauver des vies. Les pompiers de Paris organisent, ce samedi après-midi, une formation gratuite aux gestes qui sauvent au centre de secours d’Aulnay-sous-Bois. D’une durée de deux heures, elle sera divisée en deux modules. Le premier abordera les gestes à adopter en « situation d’exception » (dégagement en urgence d’une victime, pose d’un garrot…). Le second sera consacré au massage cardiaque et à l’utilisation du défibrillateur.

Ce samedi, deux séances sont proposées au public : de 13 h 15 à 15 h 15 et de 16 h 15 à 18 h 15 au 156, route de Mitry. Inscription sur www.pompiersparis.fr. Formation ouverte aux mineurs de plus de 12 ans accompagnés d’un adulte.

Source article : Le Parisien / Photo d’illustration

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 7 Mars 2016

Sensibilisation au cancer du colon au centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois

Le centre commercial O’Parinor accueillera une structure gonflable inédite, afin de sensibiliser les visiteurs au cancer du colon. L'occasion de vivre une expérience à la fois curieuse et informative.

Aulnay est une ville étape de ce colon Tour qui traite d’un sujet de santé publique difficile, de façon ludique et amusante. La venue du colon tours coïncide avec mars bleu qui est le mois "référence" pour le dépistage du cancer colorectal.

Evènement organisé par la ligue contre le cancer, la fondation aide à la recherche en cancérologie digestive et la Société française d’endoscopie digestive.

Le jeudi 10 mars 2016 de 10h à 18h au centre commercial O'Parinor.

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 17 Février 2016

Une interne en médecine raconte son stage de six mois aux urgences à Aulnay-sous-Bois

« C’était monsieur Doliprane le plus généreux, il aimait créer du lien. Il s’intéressait à nos vies. » Louise, 26 ans, interne en médecine, se souvient de son stage de six mois aux urgences d’Aulnay-sous-Bois l’année dernière. Elle raconte le ballet hebdomadaire des trois ou quatre visiteurs médicaux. « Ils nous offraient les croissants, nous apportaient des plats de traiteurs libanais, des trucs excellents. C’était toujours l’occasion de nous donner les nouveaux prospectus. »

Un matin, M. Doliprane revient à l’attaque avec un colis suspect : « Des pieds de cochons, pour qu’on s’entraine à la suture ! » Louise esquisse un sourire ironique. « D’ailleurs, il me l’a ressorti plus tard en me demandant : “Vous prescrivez du Doliprane ?” Moi, je répondais que non, que je prescrivais toujours le paracétamol, le générique. Alors il me rétorquait : “Ah ! mais attendez, c’est moi qui vous ai apporté des pieds de cochon !” »

Article complet à lire en cliquant : ici

Source article : http://www.reporterre.net

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 2 Février 2016

Installation du docteur Ahmed Oumammar à Aulnay-sous-Bois

La fermeture définitive du cabinet médical du docteur Pascal Maldiney à l’automne dernier était bien évidemment une mauvaise nouvelle pour le quartier Vieux-Pays.

Aujourd’hui, heureusement, ce secteur de notre ville peut se réjouir avec l’installation du docteur Ahmed Oumammar à Aulnay-sous-Bois qui prend la suite.

Docteur Ahmed Oumammar

Médecine Générale

25 rue Jacques Duclos à Aulnay-sous-Bois

Consultations sur RDV

Mardi et Vendredi 9h - 12h / 15h - 19h

Tél. : 01 48 69 45 29

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 2 Décembre 2015

Tous solidaires pour le téléthon 2015 à Aulnay-sous-Bois

Comme tous les ans, la ville d’Aulnay-sous-Bois participe au Téléthon. Associations, sportifs, entreprises, commerçants et les services de la mairie d’Aulnay-sous-Bois s’engagent pour aider l’AFM dans son action de guérison et d’accompagnement des malades ainsi que de leurs familles.

Vous trouverez l’ensemble des événements programmés dans notre commune autour du téléthon les vendredi 4 et samedi 5 décembre 2015 en cliquant sur le lien : ici

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 20 Novembre 2015

Une cellule d'aide psychologique à l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois suite aux attentats de Paris

Mardi matin, le téléphone n’a sonné qu’une fois. Puis, les appels se sont intensifiés dans l’après-midi. « Et mercredi, avec ce qu’il s’est passé à Saint-Denis, on a reçu de nouveaux coups de fil. On s’est dit qu’il fallait continuer », explique Toufik Selma, chef du pôle psychiatrie adulte de l’hôpital Robert-Ballanger (Aulnay-Villepinte).

L’établissement abrite depuis mardi une cellule psychologique, spécialement destinée aux personnes du secteur* traumatisées par les attentats. « Il s’agit de proches de victimes, ou de gens qui ont assisté aux événements, ont vu ou entendu des choses », indique Toufik Selma. Le dispositif qui ne devait pas durer au-delà de mercredi, est finalement prolongé sine die : les rendez-vous ont lieu tous les après-midis en semaine, et le samedi matin, pour répondre aux nombreuses demandes, et épauler la cellule de l’hôpital Avicenne, qui reçoit les habitants de Saint-Denis.

A Aulnay, depuis mardi, deux psychologues et six médecins psychiatres, tous formés au trauma, ont déjà reçu des dizaines d’appels et visites. L’essentiel des personnes reçues ont perdu un parent, ou guettent des nouvelles d’un ami en réanimation. « Les phrases que l’on entend le plus sont : j’ai eu l’impression que c’était la fin du monde, je ne me sens plus en sécurité, j’ai peur de l’avenir… », raconte le docteur Selma. Un premier entretien permet d’évaluer si les visiteurs ont besoin d’un traitement, d’un suivi de longue durée.

Le médecin a de l’expérience, puisqu’il était jusqu’à cet été le chef de la cellule d’urgence médico-psychologique de Seine-et-Marne. A ce titre, il avait notamment supervisé la prise en charge des habitants de Dammartin-en-Goële, ultime cache des frères Kouachi lors des attentats de janvier. Mais il assure que l’impact aujourd’hui est d’une autre ampleur. « En janvier, les gens pouvaient se convaincre qu’il s’agissait d’attaques ciblées, et que le citoyen lambda n’était pas vraiment concerné. Aujourd’hui, c’est différent. »

Pour prendre rendez-vous avec la psychologue en victimologie : 01.49.36.72.38. ou 01.49.36.46.66. ; psychiatrie adulte : 01.49.36.70.83. ; pédopsychiatrie : 01.75.63.61.45.*Seuls sont concernés les habitants d’Aulnay, Villepinte, Sevran, Vaujours, Livry-Gargan, Tremblay, Blanc-Mesnil.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé