Publié le 14 Octobre 2014

Un fidèle lecteur d’Aulnaylibre ! en manque de petite énigme vient de nous envoyer à l’instant ce cliché plutôt insolite avec cette question : c’est où donc à Aulnay-sous-Bois ? Saurez-vous le deviner ?!

2014-OCTOBRE-1097.JPG 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 14 Octobre 2014

Un habitant du centre-gare nord nous a transmis un courrier reçu dans sa boîte aux lettres le lundi 13 octobre 2014 de la part du maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza. Il y est question de la circulation, notamment des bus, dans le centre-gare nord de notre commune, précisément au niveau des rues Fernand Herbaut, du Onze Novembre et Anatole France. L’objectif affiché est de fluidifier ces axes très fréquentés qui génèrent de nombreux embouteillages. Vous pouvez en prendre connaissance ci-dessous :    

Dans le cadre d’une réflexion globale sur la circulation dans votre quartier et suite à de nombreuses demandes, la Municipalité s’interroge sur la pertinence de faire passer la circulation, notamment des bus, sortant de la gare routière nord, par la rue du Onze Novembre et la rue Anatole France. En effet cette solution augmente le temps de trajet des voyageurs, génère des embouteillages et est peu compatible avec les livraisons des commerces. Aussi je vous saurais gré de me donner votre avis sur le sens de circulation des rues Fernand Herbaut et Anatole France, à l’aide du coupon réponse ci-après.

FH1.jpgDeux options sont proposées : solution 1) favorable à la mise en sens unique de la rue Fernand Herbaut, dans le sens rue du Onze Novembre vers rue Anatole France 2) favorable à la mise en sens unique de la rue Fernand Herbaut dans le sens rue Anatole France vers rue du Onze Novembre.

FH2.jpg

Cette missive de l’édile et les solutions proposées ont immédiatement fait réagir Christian Picq, président de l’association de défense des riverains de la rue Fernand Herbaut/Impasse des Marronniers, bien connu pour avoir fait partie du collectif PLU (Plan Local d’Urbanisme) lorsqu’il luttait contre l’implantation de l’immense immeuble Evidence.  Vous pouvez prendre connaissance de ses remarques, adressées au maire et une partie de ses élus, ci-après :

Suite au courrier distribué par la mairie et concernant la circulation dans notre secteur, je souhaite vous faire part d'une première et succincte réflexion à ce sujet qui sera suivie de courriers justificatifs, demande de rendez-vous et éventuellement pétition.

En effet, les riverains des rues Fernand Herbaut, 11 Novembre et impasse des Marronniers ont reçu:

"Réflexion globale sur la circulation du quartier"

pourtant datée du ...19 septembre 2014 et qui aurait pu faire l'objet d'une première information lors de la réunion de ce quartier du jeudi 9 octobre 2014 , évitant peut être les interventions individuelles de type  "chats écrasés" dont la réunion a été malheureusement nourrie.

Or, la proposition unique de changement soit la solution N°1, impliquerait que tous les véhicules (bus voitures particulières, camions...) transiteraient obligatoirement pas la rue F.Herbaut, ce qui semble invraisemblable, véritable entonnoir totalement inadapté à un tel trafic ce qui avait déjà été l'occasion de très nombreuses péripéties et sera explicité rapidement. J'espère que nous ne replongeons pas dans les défauts de communication que vous avez à l'occasion dénoncés et que nous avons vécus pendant 6 ans sous l'ère Ségura et me tiens à votre disposition avec d'autres riverains concernés sur la vie du quartier et plus spécifiquement sur les rues concernées. 

bus--3-.jpg

Voici donc à ce jour les premiers éléments de ce dossier. Gageons que la mise en place toute récente de la démocratie de proximité permettra sans doute de se donner le temps de la réflexion et de la discussion. En tout cas les riverains du centre-gare nord n’ont visiblement pas envie de revivre l’époque Ségura caractérisée par des passages en force systématiques opérés au mépris des conseils de quartier.

Robert Ferrand

Source : lettre transmise par un riverain du centre-gare nord. / Photo d'illustration envoyée par Christian Picq

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Transports

Publié le 14 Octobre 2014

couteau 193155 H3KPFH 0Un lecteur d’Aulnaylibre ! nous a transmis ce matin cette information corroborée par d’autres habitants du secteur centre-gare nord. Nous relayons donc son message :  

Une agression au couteau s'est produite le lundi 13 octobre 2014 vers 8 heures du matin dans un parking en sous-sol de l’impasse des Marronniers à Aulnay-sous-Bois. Une mère a dû céder ses clefs de voiture car elle avait le couteau sous la gorge. En voyant son fils, les agresseurs se sont enfuis. Ils étaient au nombre de trois. La police nationale est intervenue juste après pour prendre des éléments.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 14 Octobre 2014

strasbourg.jpgÀ Aulnay comme ailleurs sans doute, six mois n'ont pas suffi pour que le nom du nouveau maire soit entré dans les têtes. « Il est de droite ? Alors, il est forcément bien ! », assure une passante du boulevard de Strasbourg. En ce jeudi, jour de marché, l'artère commerçante s'anime. Frédéric, rôtisseur, y fait tourner ses broches depuis « plus de trente ans ». Et il n'a pas mis longtemps avant de retenir le nom et le visage du nouvel édile. « Il vient souvent ici, il est à l'écoute. Pas comme l'ancien maire, qui était assez fermé, assure-t-il. Depuis qu'il est élu, on voit plus de rondes de police, plus d'interventions... Il connaît la sécurité, et c'est important qu'il soit respecté par les forces de l'ordre. »

Devant le Monoprix, un vieil homme tend la main aux passants. L'arrêté antimendicité, que le maire 
UMP vient de reconduire, était-il utile ? « Ce n'était pas une priorité, je ne considère pas les mendiants comme une nuisance », glisse Delphine, professeur de collège, qui ne constate pas encore les effets du changement d'exécutif.

Amine, informaticien à son compte, n'avait pas voté pour Bruno Beschizza. Il n'a pas d'a priori contre l'élu, mais désapprouve totalement sa 
gestion des nouveaux rythmes scolaires, avec l'instauration d'une matinée d'école le samedi. « On l'a appris le dernier jour de l'année scolaire, en juin ! Personnellement, je ne mets pas mes enfants à l'école le samedi, avoue ce papa de trois enfants, dont deux scolarisés en maternelle et en élémentaire. C'est trop compliqué pour nous. Je dois renoncer à mes rendez-vous professionnels le mercredi, pour les garder pendant que ma femme travaille... » Yazid, dit « Zizou », qui tient une boutique de téléphonie non loin de la gare, avait quant à lui quelques inquiétudes, en voyant arriver à la mairie un homme « que ses adversaires décrivaient comme quelqu'un de limite raciste ». « Il était présenté comme quelqu'un qui ne saurait pas gérer les problèmes sensibles comme le trafic de drogue. Finalement, c'est comme avant... » « Notre maire est un homme charmant, et sans doute un grand politique, réagit cette passante, d'un air entendu. Mais est-il franc ? Je lui ai écrit au sujet d'un problème de stationnement, il a semblé se moquer de moi. Je crois qu'il n'est que de passage ici, en Seine-Saint-Denis. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 14 Octobre 2014

gareLE FUTUR GRAND PARIS se fera en douceur, sans précipitation, avec des moyens appropriés mais sans changer de cap, notamment en maintenant la disparition des conseils généraux en petite couronne. Telle est, en résumé, la nature des propos tenus par Manuel Valls hier après-midi.

Venu à Créteil (Val-de-Marne) pour la signature de l'acte d'achat symbolique du terrain de la future gare du Grand Paris Express, le Premier ministre PS en a profité pour préciser les choses quant à la gouvernance de la future métropole du Grand Paris. Il a notamment confirmé la nécessaire « progressivité » dans la mise en oeuvre de la métropole du Grand Paris. Cette dernière doit être créée au 1 er janvier 2016. Mais sa mise en route s'étendra entre 2016 et 2020 « pour que les compétences en matière de logement, d'urbanisme, de développement économique, d'environnement se doublent de moyens opérationnels ».

Autre « bonne nouvelle », lâchée ici ou là par les élus présents, la volonté de Manuel Valls de « doter les territoires (NDLR : intercommunalités qui composeront le Grand Paris) d'une ressource fiscale dynamique ». Le Premier ministre répond ainsi favorablement à la demande des élus du comité de pilotage de la mission de préfiguration de la future métropole qui ont voté en ce sens mercredi dernier, à 86 %, toutes couleurs politiques confondues. Une réflexion va être engagée autour de la CFE (cotisation financière des entreprises) par des simulations. « C'est ce qu'on attendait », réagissent en choeur Christian Favier, président PC du conseil général du Val-de-Marne, et Patrick Ollier, député-maire UMP de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), membres du comité de pilotage (MGP). « Comme nous l'avions proposé, le Premier ministre a donné, par exemple, son accord pour un statut juridique des territoires et une fiscalité propre (la CFE) », souligne Patrick Ollier, qui voit là un gage de « pragmatisme, s'agissant de la construction d'une métropole de près de 7 millions d'habitants ».

Reste un point d'achoppement, et de taille : pour Manuel Valls, pas question pour autant de lâcher sur « les principes de la réforme territoriale ». L'ensemble de la fiscalité économique doit être transférée à la métropole. Et de fait, les conseils généraux doivent bel et bien disparaître, « ici plus qu'ailleurs », selon le Premier ministre, à l'horizon 2020. Un discours qui, sur ces deux points, ne correspond pas vraiment aux propositions des élus. Une délégation sera reçue prochainement à Matignon pour évoquer la question.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 13 Octobre 2014

Assez loin de l’image plutôt sombre bien trop souvent relayée dans les medias, Aulnay-sous-Bois dispose, quoi qu’on en dise, de nombreux atouts qui font que beaucoup cherchent à s’y installer encore aujourd’hui. C’est dans l’optique de montrer aussi les aspects positifs de notre ville que nous poursuivons la série vidéo tournée lors de la visite guidée et commentée en bus, organisée pendant la matinée d’accueil des nouveaux résidents le 4 octobre dernier.

Après le pôle gare et la ligne du RER B qui, malgré ses divers dysfonctionnements, reste un axe de transport stratégique majeur, place au poumon vert du centre-gare à savoir le parc Dumont. Ecrin de verdure incontournable du secteur, il abrite aussi un superbe bâtiment qui sert de cadre privilégié à la bibliothèque. N’oublions pas non plus le foyer Dumont qui permet aux personnes du troisième âge de se retrouver. Et bien entendu l’incontournable Fête de l’Arbre.

Pour rappel, notre commune dispose du label 4 fleurs et sur 180 km de voiries, 45 km sont arborés. 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 13 Octobre 2014

Benjamin-Giami-Nicolas-Sarkozy-Aulnay-sous-BoisL'épanouissement intellectuel de tout un pays, son rayonnement, son enrichissement moral, politique et culturel, passe avant tout par le travail de ses universités. Poumon intellectuel, moteur économique, l'Université est le lieu-clé de la production des connaissances, de leur diffusion, et de l'insertion professionnelle de ses étudiants.  Mais que fait l'Université française quand seulement 20% de nos étudiants en première année décrochent un Master, engendrant ressentiment, mal-être et perte de confiance pour nos jeunes et leur entourage, et de surcroît un gouffre financier pour la collectivité? 

On enchaine les rapports comme on enfile les perles.  

Pour quels résultats? Au mieux une stagnation dans les classements internationaux? Un volume croissant d'étudiants diplômés - mais quelle valeur ont leurs diplômes? Des enseignants-chercheurs dont le salaire horaire se rapproche lentement mais sûrement de celui du SMIC? Qu'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas le niveau de nos étudiants qui est à dénoncer, mais une absence édifiante d'orientation et d'aide personnalisées! Leur potentiel est sous-exploité. Cela représente non seulement un gâchis pour notre société mais surtout un gâchis humain. Quand un gouvernement méprise la méritocratie et l'excellence au point de supprimer la bourse au mérite, quel message envoie-t-on à nos jeunes diplômés?  

La seule politique qui ferait sens serait donc celle du volume et de la massification? 

Et pourtant l'Etat investit sur ses étudiants.  En moyenne, ce sont 11 600€ par an et par étudiant qui sont dépensés. Est-il normal qu'un individu perde une à deux années d'études en faculté avant de se réorienter ou même d'abandonner? Est-il normal que l'Etat gaspille autant d'argent dans un contexte économique des plus difficiles? Est-il logique qu'un jeune bachelier suive des études de psychologie, de droit ou de gestion sans en avoir fait au lycée et sans s'être renseigné sur les tenants et aboutissants de la discipline choisie? Tentons même d'aller plus loin: est-il logique qu'un bachelier sans mention soit accepté dans une université prestigieuse parce qu'il est sectorisé, tandis qu'un bachelier mention "Très Bien" en serait exclu du fait d'une absence de sectorisation? 

Il est temps de revenir à nos fondamentaux, qui relèvent avant tout du bon sens.  

etudiants.jpgTout d'abord, une politique publique de l'orientation doit voir le jour. Et dès maintenant! Expérimentons la "démonstration d'intérêt" où tout postulant à telle filière devra rédiger une note d'intérêt pour la matière (les raisons de son choix, l'orientation professionnelle qu'il envisage...). Donnons à l'Education Nationale la possibilité de rémunérer des enseignants du supérieur pour assurer dans les lycées dix à vingt heures de présentation des matières et débouchés professionnels. Même chose avec des professionnels du monde de l'entreprise. On ne peut se permettre de laisser couler nos étudiants en faculté!  

La licence doit être réorganisée. La réussite des classes préparatoires, auxquelles le gouvernement s'attaque, et depuis quelques années le succès des IUT/IUP, montrent qu'un grand nombre d'étudiants ne souhaite pas une spécialisation trop précoce, préférant se laisser 2 ou 3 années de réflexion avant d'effectuer un choix concret et difficilement réversible dans leurs études.  

Répondons à leurs demandes! Fluidifions l'université et créons des Majeures et des Mineures. Plutôt que de s'orienter définitivement dès la première année, l'étudiant devrait choisir un domaine d'étude majeur, et un autre mineur, sur des périodes de 6 mois. Il pourra se réorienter plus aisément et ainsi éviter de perdre plusieurs années d'études.  

Ces dernières années, ce modèle a d'ailleurs permis à l'Angleterre et aux Etats-Unis de stopper la diminution d'étudiants en master scientifique, domaine actuellement déserté en France. 

Cessons d'instaurer une défiance réciproque entre étudiants et entreprises. Le Premier Ministre a récemment déclaré "aimer les entreprises" : il a ici l'occasion de le prouver! La revalorisation du diplôme et de nos étudiants est une étape nécessaire mais pas suffisante. Notre responsabilité est de professionnaliser davantage nos étudiants en valorisant les entreprises auprès des universités, sous la forme de partenariats. Les stages en entreprise, voire l'apprentissage, doivent devenir obligatoires dans le cadre d'une scolarité en Master. Il est impératif de briser des tabous trop communément répandus: les entreprises sont intéressées par des profils différents, notamment des étudiants en sciences humaines. En Grande-Bretagne, les firmes privilégieront rarement un jeune diplômé dans une discipline en lien avec la profession, mais davantage un étudiant qui aura obtenu d'excellents résultats dans le supérieur et qui aura démontré sa pleine capacité à réussir dans n'importe quel domaine.  

Les moyens existent. Les talents sont là. Faisons confiance à nos universités, à leurs Présidents et à nos enseignants. N'égarons pas nos étudiants.  

Mobilisons-nous pour leur permettre d'attirer et de déployer les moyens humains et financiers afin de devenir les véritables concurrentes des plus grandes universités mondiales. 

Il est urgent de faire respirer nos universités! 

Pour le collectif "Une droite d'avance" (proche de l'UMP) 

Louis-Nicolas DOUMET 

Chargé du développement d'une Communauté d'Universités 

Benjamin GIAMI 

Adjoint au Maire d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) 

Maître de conférences dans l'enseignement supérieur 

Adeline HUBERT 

Adjointe au Maire de Longjumeau (Essonne) 

Julia SERENI 

Collaboratrice parlementaire 

Aurore BERGE 

Conseillère politique de l'UMP 

Chef de file de l'opposition à Magny-les-Hameaux et conseillère communautaire (Yvelines) 

Source : http://www.lexpress.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 13 Octobre 2014

Pour la première fois le restaurant l’AMBIANCE situé 16 avenue Eugène Schueller à Aulnay-sous-Bois organise une grande soirée espagnole le 25 octobre 2014. Un menu à l’honneur de l’Espagne vous sera proposé avec une formule à 25 euros (entrée-plat-dessert).

Le groupe ALDA, chanteuse et danseuse, sera là pour assurer l’ambiance, avec la participation de César et José Correia.

Info et réservation au 09.82.45.57.06 ou au 06.50.64.04.09

Ambiance.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 13 Octobre 2014

gare.jpgLe supermétro rentre dans le concret. Enfin ! Le Premier ministre signera cet après-midi dans le Val-de-Marne l'acte d'achat du terrain sur lequel verra le jour la gare du Grand Paris Express de Créteil-L'Echat. Et c'est aujourd'hui également que débute en Seine-Saint-Denis l'enquête publique sur les lignes 14 nord, 16 et 17 sud. Si tout se passe bien, en 2023, les voyageurs pourront prendre le métro à Saint-Denis-Pleyel pour rallier Bobigny en dix minutes, ou partir de Noisy-le-Grand (gare de Noisy-Champs) pour rejoindre Le Bourget en vingt minutes. Cette enquête publique succède à celle qui s'est tenue sur la ligne 15 au sud de la capitale (Pont-de-Sèvres - Noisy-Champs). En l'occurrence, les travaux du supermétro devraient démarrer d'ici quelques semaines pour une mise en service en 2020. Quant au chantier du prolongement de la ligne 14 au nord de Saint-Lazare vers Mairie-de-Saint-Ouen, il est déjà en cours.

La venue de Manuel Valls, accompagné notamment de plusieurs ministres (Macron, Pinel, etc), se déroulera dans la foulée du comité interministériel sur le Grand Paris. Outre des mesures sur les logements, Manuel Valls va faire — ou officialiser — plusieurs annonces :

La desserte des aéroports améliorée. Le calendrier des dessertes vers les grands bassins d'emplois sera accéléré. Objectif : desservir Orly, Roissy et le plateau de Saclay dès 2024 (et non 2030 comme au tout début du projet). Un coordinateur interministériel s'assurera de la réalisation dans les délais du CDG-Express. Et des voies dédiées aux bus et taxis seront bien créées entre Paris et les aéroports sur l'A 1 et l'A 6 au premier semestre 2015.

La maintenance des métros sur le site de PSA-Aulnay. Le futur centre de maintenance des lignes 16 et 17 permettra la réindustrialisation de l'ancienne usine Peugeot-Citroën. Matignon évoque la création de 350 emplois directs.

Des ports provisoires. Le supermétro, ce seront 40 millions de tonnes de remblais à évacuer. Les péniches seront privilégiées. Rien que pour la ligne 15, des ports provisoires verront le jour à Vitry-sur-Seine (94) et à Sèvres (92).

Des financements « confortés ». C'est le nerf de la guerre. Pour compenser la hausse de la TVA qui a entraîné un manque à gagner de 100 M€ pour la modernisation des transports déjà existants en Ile-de-France, l'Etat versera 140 M€ par an. De quoi redonner le sourire à Jean-Paul Huchon (PS), président de la région dont le fauteuil sera remis en jeu en décembre 2015... Sans oublier une enveloppe de 1,4 MdEUR dans le cadre du plan Etat-Région 2015-2020. Enfin, la Société du Grand Paris, chargée du financement du supermétro, pourra bénéficier de prêts à taux attractifs de la Caisse des dépôts, voire de la Banque européenne d'investissement.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 13 Octobre 2014

BBZ.jpgSUR LES ÉTAGÈRES de son bureau, des képis et la photo encadrée d'une rangée de CRS. On y reconnaît sans peine le Bruno Beschizza d'il y a vingt ans, calot sur le crâne. Au mur, une caricature de Cabu dédicacée, où l'ancien syndicaliste policier est croqué dans la galaxie de l'ère Sarkozy :Brice Hortefeux, l'ancien préfet de police de Paris Michel Gaudin...

Son passé sous l'uniforme, Bruno Beschizza aime le rappeler. Il en garde le jargon et une priorité revendiquée : la sécurité. Dès son arrivée à la tête d'Aulnay, un audit a été lancé sur la vidéosurveillance -- « Le logiciel ne permettait même pas de lire une plaque d'immatriculation, dans une affaire de vol ! ».

La police municipale tourne désormais 24 heures sur 24, sous la houlette d'un nouveau directeur. Un « ancien de l'Intérieur » a été appelé pour travailler sur la sécurisation des bâtiments publics. Bruno Beschizza vient aussi de reconduire son fameux arrêté « anti-mendicité », attaqué par des associations. Dans les rangs de l'opposition, l'élu PC Miguel Hernandez y voit l'oeuvre de « l'homme de Sarkozy ». « Il veut faire d'Aulnay le laboratoire de la nouvelle politique de l'UMP. Bruno Beschizza, c'est Sécurité, famille, patrie », ironise l'élu, en pointant la participation du maire à la « Manif pour tous » du 5 octobre.

Mais plus qu'un képi, c'est une casquette de « VRP » que l'édile affirme vouloir coiffer aujourd'hui : « VRP d'Aulnay ! Je parle de ma ville partout où je passe ! » Le discours est volontariste : « Je veux attirer les entreprises pour donner du travail aux jeunes, attirer les promoteurs pour leur permettre de trouver un logement. » L'élu entend aussi décrocher, dans le dialogue avec PSA, l'aménagement d'un campus de formation sur le site de l'ancienne usine.

Mais un autre chantier se profile : celui du budget et des économies. Alors que les réunions de préparation commencent, Bruno Beschizza annonce la couleur. « Cette année, il fallait économiser 7 MEUR. L'an prochain, le trou sera de 15 MEUR », indique-t-il. Il n'est pas encore question d'augmenter les impôts. Les coupes à effectuer ne sont pas décidées. Le maire évoque la restructuration des services municipaux -- « 2 600 agents pour une ville de 83 000 habitants, le ratio est gigantesque ». Il veut se concentrer sur les prestations « prioritaires pour les Aulnaysiens » : « Pas question de toucher à la sécurité, la propreté, le matériel pour l'éducation », assure-t-il.

Enfin, des investissements programmés par son prédécesseur sont remis en cause. C'est le cas de la Maison des services publics, ou encore de l'aménagement de la Ferme du Vieux-Pays, censée devenir l'écrin du Centre d'éveil artistique (Créa). « Renoncer à la Maison des services publics, c'est assez symbolique », note le député socialiste Daniel Goldberg, échaudé par le « mauvais climat des conseils municipaux ». Ce dernier dénonce aussi la mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires, assortie d'une matinée travaillée le samedi : « Un raté complet. On a proposé aux familles les pires conditions possibles, avec une pause très longue le midi. Il faudrait une première évaluation dès les vacances de la Toussaint. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 12 Octobre 2014

Après les productions de grande ampleur que constituaient les avant-premières de Samba avec Omar Sy et Balade entre les tombes avec Liam Neeson, le cinéma UGC d’Aulnay-sous-Bois accueillait le vendredi 10 octobre 2014 au soir le réalisateur Tony Gatlif  à l’occasion de la sortie de son nouveau film intitulé Geronimo. Lors de cet événement la jeune équipe du long métrage s’est livrée à un numéro d’acrobaties spectaculaires enflammant la moquette toute neuve de la salle numéro 3 du multiplex comme le montre la vidéo ci-dessous. (Note de la rédaction : réfléchissez avant de tenter de faire la même chose à la maison !)

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 12 Octobre 2014

« Déposez ici votre pain sec pour nourrir les animaux d’une ferme. » Penchée au-dessus d’un vaste container affichant ce message, les mains dans des gants de caoutchouc, Cynthia Roulin, éco-animatrice prévention des déchets, se livre à un tri sans merci. Depuis 8 heures, comme chaque vendredi, la jeune femme est sur le pont, sillonnant avec sa camionnette les quartiers Nord d’Aulnay-sous-Bois (93), pour ramasser le pain rassis ramené par les habitants.

Son circuit compte huit points de collecte situés devant des loges d’immeubles et un centre social. Avec énergie, Cynthia isole les viennoiseries, pizzas et autres tartines qui n’auraient pas dû atterrir là et récupère le pain. « Je note à chaque fois les quantités ramassées », témoigne la coordinatrice de ce dispositif mis en place en 2013, après une expérimentation réussie. En fin de tournée, les sacs seront remis à la ferme d’un centre équestre de Gonesse (95).

 Le pain, c’est sacré

Portée par le collectif Mieux vivre ensemble, réunissant trois bailleurs sociaux, la ville, et des acteurs associatifs, l’initiative, soutenue par la Région, est née du constat que les habitants abandonnaient d’immenses quantités de pain au pied des immeubles et de la volonté des partenaires de trouver une solution durable. « Ces jets d’ordures posent pour nous, bailleurs, des problèmes de propreté urbaine et de respect du cadre de vie », souligne Aurélie Lamandé chez le bailleur social Logement francilien.

La mairie a quant à elle pour priorité « de limiter au maximum la production de déchets, pour préserver l’environnement et diminuer les coûts », complète Marianne Liechty, responsable du programme local de prévention des déchets. « Pour beaucoup de familles de ces quartiers, c’est mal de mettre du pain à la poubelle », pointe-t-elle. Ce que confirme Meral Guvel, habitante d’origine turque. « Dans nos cultures, le pain, c’est sacré ! On nous a appris à ne pas le gâcher. Alors, ici, les gens le jettent par les fenêtres pour que les oiseaux en profitent », explique-t-elle.

Mais nourrir les pigeons, c’est risquer de voir leurs fientes salir les façades. Sans compter les problèmes de salubrité. « Le pain attire aussi les rats, les souris, les cafards », constate Daniel Poltorak, gardien à la loge Zéphyr.

collecte_du_pain_940x300.jpgApprendre à moins jeter

L’opération a d’ores et déjà séduit les habitants. « Le réflexe a été pris, remarque l’un d’eux, Youssouf Kamara. Ça fait moins de gaspillage et ça donne une meilleure image du quartier. » De même, les gardiens de la loge France Habitation se réjouissent. « Ici, ça marche super bien ! On ne ramasse plus de pain par terre et les locataires sont satisfaits », assurent Kelly Évrard et Jérôme Froment.

Reste cependant à creuser en amont les raisons d’un tel gaspillage de pain pour le prévenir. « Outre la collecte, j’ai pour mission d’organiser des animations favorisant la réduction des déchets ménagers », résume Cynthia Roulin. Dès avril, à l’aide d’un questionnaire, les habitudes d’achat et de consommation des habitants seront sondées en porte à porte. « L’idée est de repérer les mauvaises pratiques pour les faire évoluer, mais sans discours moralisant », pointe Aurélie Lamandé.

Le ton se veut à l’inverse festif puisque des événements seront proposés dans les quartiers. Au programme : des ateliers cuisine anti-gaspillage, d’échanges de recettes à base de pain rassis… Et un objectif : qu’il n’en reste plus une miette.

Source article : http://www.iledefrance.fr/ Photo : Eric Garault/Picturetank

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 12 Octobre 2014

telephone-illustration_640x280.jpg«Ceci est un message important concernant votre facture...» Si vous recevez un appel téléphonique sur votre ligne fixe provenant du numéro 01.84.88.39.34 avec une messagerie vocale vous demandant de payer votre facture EDF d’emblée, raccrochez car il s’agit d’une arnaque ! La voix automatique indique un montant pour votre facture d’électricité et vous informe ne pas avoir «reçu de paiement de votre part».

Elle vous demande alors d’aller chercher votre facture... et votre carte bleue. «C’est un faux numéro, confirme le service communication d’EDF. Nous ne demandons jamais les coordonnées de nos clients par boîte vocale.» De plus, en fin d’appel, la voix automatique explique qu’il s’agit du service d’EDF Pro. Ce sont pourtant des particuliers qui sont sollicités.

«Les fichiers professionnels et particuliers sont tout à fait distincts, poursuit-on à EDF. Cela doit alerter le client, car EDF pro ne possède pas les données des clients particuliers. C’est donc clairement une arnaque.» EDF fait régulièrement face aux arnaques appelées «phishing» ou «hameçonnage» qui consistent à récupérer des informations privées et confidentielles, type coordonnées bancaires, de la part des clients eux-mêmes. Le fournisseur d’électricité affirme qu’il fait fermer chaque mois un nombre important de services «pseudo-EDF» qui agissent par emails frauduleux envoyés aux clients ou par téléphone.

Patrick, 60 ans, habitant de Puteaux (Hauts-de-Seine), a reçu cet appel jeudi soir mais il n’a pas mordu. Lorsque la voix automatique lui indique qu’il n’a pas payé sa dernière facture de 66,22€, il a eu le réflexe de vérifier ses factures sur Internet : «J’ai vu que non seulement ma facture avait bien été réglée mais que le montant était différent. C’est inadmissible que des gens soutirent de l’argent aux autres en ces temps difficiles.»

Source : LeParisien.fr

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 12 Octobre 2014

DIMANCHE 12 OCTOBRE

à partir de 11H00

Dédicace avec Fanny DUCASSE

pour son premier album

Louve (éditions Thierry Magnier).

louve_exe150414_dp_page_3.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 12 Octobre 2014

Corrida-A.jpgLa 25éme édition de la corrida pédestre, courses à pied ouvertes à tous, se déroulera le mardi 11 novembre 2014 dans le complexe sportif Marcel Cerdan rue Alain Mimoun à Aulnay-sous-Bois. Au programme, parcours 1, 2, 3 et 5 km suivant les catégories et parcours 10 km qualificatif pour les championnats de France. Règlement et modalités d’inscription sont disponibles en cliquant ici.

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 11 Octobre 2014

bobigny.jpgVoilà de quoi raviver les discussions dans les foyers et les cafés de Bobigny. Après l'affaire du tract dénonçant les liens de parenté d'une adjointe avec l'un des membres du Gang des Barbares, à la suite de l'entretien musclé enregistré par Sabrina Saïdi dont l'affaire est encore entre les mains du procureur, après les salaires inadaptés au profil de jeunes récemment embauchés, voilà un nouveau dossier ennuyeux sur la pile de la municipalité. Hier, l'hebdomadaire « Marianne » affirmait dans ses pages que Stéphane de Paoli percevait une allocation de 1 851 € net par mois en plus de son indemnité de maire de 4 500 € net, la plus élevée des maires du département.

Et si bénéficier d'une allocation de la part de Pôle 
emploi n'est pas illégal puisque le maire touche une indemnité et non un salaire, elle a néanmoins suscité de vives réactions de la part de l'opposition. « Quand on annonce dans une réunion que 33 % des habitants de la ville vivent en dessous du seuil de pauvreté, je trouve cela indécent de cumuler ces deux revenus », dénonce Romain Bentegeat, secrétaire de section du Parti socialiste de Bobigny.

Stéphane de Paoli a tenu à réagir, hier soir, dans un communiqué. Il y affirme qu'à la suite d'une décision prise en septembre (plus de six mois après le conseil d'installation), il « ne figure plus sur les listes des demandeurs d'emploi sollicitant une indemnisation. Licencié de son emploi au début de sa campagne électorale, il a consacré l'essentiel de son temps jusqu'en mars à son engagement citoyen. »

Mais le communiqué remet de l'huile sur le feu pour, dit-il, répondre à « l'acharnement ». Afin de répliquer face aux critiques sur les salaires élevés de certains employés récemment embauchés à la mairie, le communiqué liste les salaires de l'ancienne équipe et notamment celui de la maire PCF Catherine Peyge qui, selon les informations, cumulait « 7 881,21 € brut par mois ». Voilà de quoi raviver les tensions en interne, entre les employés municipaux, alors que la CGT organise une assemblée générale lundi pour « discuter des salaires ». Ambiance...

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 11 Octobre 2014

SAMEDI 11 OCTOBRE à 17H00

Rencontre avec Valérie ZENATTI,

l'auteure de notre grand coup de coeur de la rentrée littéraire,

Jacob Jacob (éditions de L'Olivier).

La rencontre sera suivie d'une dédicace et d'un apéro !

Etre la traductrice attitrée d'un grand écrivain et parvenir à trouver sa propre voix relève du miracle. Pour restituer avec tant de finesse celle d'Aharon Appelfeld, au fil des parutions françaises, Valérie Zenatti a dû s'enfouir corps et âme dans son œuvre si intensément chuchotée. Quand elle ressort la tête pour donner à entendre sa propre musique, aucun mimétisme, aucun haussement du col. L'imprégnation a bel et bien eu lieu, mais l'assimilation s'est faite en bonne intelligence, pour laisser parler ses propres rêveries. Valérie Zenatti porte en elle les oubliés de l'Histoire, les candides au dévouement sans limites, les anges parachutés sur des fronts de guerre lointaine, afin de sauver ceux qui n'ont rien fait pour eux.valerie-zenatti-2749668-jpg_2385014.jpg

Jacob, Jacob, son prénom est martelé, bégayé, dédoublé dans le titre. Le jeune juif de Constantine porte le prénom d'un grand frère mort, il est l'ombre d'un autre, et l'ombre de lui-même. Sa douceur et sa candeur font de lui l'ange idéal pour libérer la France, en juin 1944. Pour décrire ce vol plané vers l'inconnu, ce catapultage vers des cieux opaques et funestes, Valérie Zenatti déroule de longues phrases viscérales, où se bousculent les questions intérieures sans réponses, les déductions inavouables, les régressions paisibles. Le secret de cette écriture sauvage, proche de celle de Laurent Mauvignier, vient d'un grand attachement à l'enfance. Si la romancière a trouvé le ton juste pour dire la cacophonie destructrice qui peut tonner dans une cervelle d'homme en guerre, c'est qu'elle écrit à hauteur d'enfant. Avec cette lucidité impulsive, ce regard à la fois immédiat et distant, cette sensibilité aux goûts, aux formes et aux couleurs des sentiments. Et cette rage dans un écrin d'innocence.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 11 Octobre 2014

La rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose un moment inédit à savoir une visite guidée et commentée en bus d’Aulnay-sous-Bois ! Et oui exactement comme si vous étiez un touriste ! Ce document a été tourné lors de la matinée consacrée à l’accueil des nouveaux résidents de notre commune le samedi 4 octobre dernier.     

 


Nous commençons cette série avec le pôle gare RER B par lequel 35000 personnes, réparties de façon égale entre le nord et le sud de la ville, transitent chaque jour.


 

 


 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 11 Octobre 2014

territoire.jpgUn an après le déroutant « Code 93 », Olivier Norek signe un deuxième polar : « Territoires », sorti cette semaine aux Editions Michel Lafon. L'ancien flic de la police judiciaire du département, en disponibilité depuis deux ans, nous propose de retrouver son enquêteur fétiche, Victor Coste, capitaine de police à la PJ du 93. 

Dans « Territoires », il enquête sur l'exécution de trois caïds. Des retraités qui servent de nourrices, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire trouvé mort chez lui... L'intrigue aborde « des stratégies criminelles loin d'être aussi fictives qu'on pourrait le croire » promet l'éditeur de ce polar qu'on espère aussi bon que le premier.

« Territoires », d'Olivier Norek, 395 p, Editions Michel Lafon, 18,95 €.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 11 Octobre 2014

foireL'association de commerçants Les Vitrines d'Aulnay organise aujourd'hui sa 43e foire gastronomique, boulevard de Strasbourg. Une trentaine d'exposants seront présents de 9 h 30 à 19 h 30, proposant aux gourmets des vins et mets de Bretagne, Corse, Auvergne, Alsace...

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 11 Octobre 2014

Déclaration des élus PCF-Front de Gauche d’Aulnay-sous-Bois 

Aulnay-sous-Bois le 9 octobre 2014

pcffdg.pngFaisant fi des instances de démocratie participative et consultative mises en place par la précédente municipalité, le maire d’Aulnay s’apprête à déboulonner la plaque de la Place Camélinat

Nous tenons à rappeler, même si certains feignent de le savoir, qui il était.

Dirigeant syndical, militant socialiste, Zéphirin Rémy Camélinat participa activement à la commune et échappa à la répression versaillaise.

Homme politique ancien député et directeur de la Monnaie de la commune de Paris il a marqué l’histoire sociale de la France.

Son parcours est marqué par le travail, les luttes sociales et ses convictions républicaines et d’égalités.

En 1867 il participe aux grandes grèves des bronziers parisiens. Communard, il devient le porte-drapeau du 209eme bataillon de Paris de la garde nationale et combat à Champigny, à Montretout. Elu de la commune, il est nommé directeur de la Monnaie.

Zéphyrin Camélinat sortira indemne de la semaine sanglante et dans les dernières heures de la commune évacuera 3000 pièces de monnaie de cinq francs au nez et à la barbe des versaillais pour les distribuer aux combattant fédérés.

Figure tutélaire, vétéran respecté, il finit ses jours en homme modeste, dans l’indéfectible fidélité aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui avaient guidé son long parcours d’un siècle à l’autre, de la commune au communisme.

Sous prétexte de rendre hommage à l’ancien maire d’Aulnay Jean-Claude Abrioux, la nouvelle municipalité veut effacer de la mémoire des Aulnaysiens le nom de cette place tant fréquenté par cet ancien édile.

B.Bechizza préfère au détour d’une délibération revenir à d’anciennes pratiques celles de l’effacement des noms et des valeurs.

En cela, il reprend le chemin peu glorieux de celles et ceux qui ont déboulonné la plaque de l’avenue du président Salvador Allende ou de la bibliothèque Nata Caputo.

Les élus du groupe communiste souhaitent qu’une démarche de rassemblement soit trouvée et non pas une démarche qui mettrait les Aulnaysiens en opposition avec leur passé et leur l’avenir.

Les élus du groupe communiste et le parti communiste s’étaient associé à l’hommage républicain rendu à Jean-Claude Abrioux.

Nous nous opposons à la disparition du nom de la place Camélinat

Nous souhaitons qu’un lieu, une rue ou un équipement porte son nom comme nous l’avions également proposé pour l’ancien Maire Pierre Thomas.

Nous demandons, il en est encore temps, au Maire d’Aulnay de retirer cette délibération de l’ordre du jour du prochain conseil municipal du 16 octobre prochain.

Nous proposons au maire d’Aulnay-Sous-Bois de relancer et de réunir rapidement le comité consultatif de dénominations des rues, de l’espace public et des équipements publics mis en place par la délibération 19 du 11 juin 2009 adoptée à l’unanimité afin de trouver une solution unanime et légitime pour honorer la mémoire des anciens maires d’Aulnay-Sous-Bois aujourd’hui disparus.

Miguel HERNANDEZ – Marie-Jeanne QUERUEL

Elus PCF-Front de Gauche d'Aulnay-Sous-Bois

Contact :

Groupe des élus PCF - Front de Gauche

PCF Aulnay-sous-Bois

25 rue Jacques Duclos

93600 Aulnay-sous-bois

eluscommunistesaulnay@orange.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 10 Octobre 2014

Drancy-ManifestationLe corigat (Collectif des riverains de la gare de triage de Drancy) organisait mercredi soir son assemblée générale. Cette association de 170 membres, qui milite depuis plus d'un an pour l'arrêt du transport et du tri de matières dangereuses sur le site de la gare de triage, à cheval sur Drancy, Le Blanc-Mesnil et Le Bourget, accueillait à cette occasion Philippe Galli, préfet de Seine-Saint-Denis. « Je comprends bien votre volonté d'éloigner le risque, mais aujourd'hui, dans l'organisation du fret, il n'est pas envisagé de se passer de Drancy », a reconnu, sans détour, le représentant de l'Etat. Chaque année, 250 000 wagons transitent par ce site, dont 13 000 transportant des matières dangereuses. Dans la salle, Rachid s'est dit « résigné » : « il va falloir vivre en permanence avec cette menace... »

La « transparence » est devenue le maître mot

Le préfet a cependant voulu rassurer. Un comité local d'information, réunissant préfecture, RFF, 
SNCF, élus, cheminots et habitants, s'est réuni à deux reprises. La « transparence » est devenue le maître mot. Une visite du site sera prochainement organisée, a assuré Philippe Galli. « On limitera l'usage de la sirène, qui est anxiogène. La plupart du temps, il ne s'agit que d'un incident mineur », assure le préfet, qui réfléchit à informer la population par radio ou SMS. Le préfet s'est aussi exprimé sur le « porter à connaissance » prescrit par son prédécesseur en avril 2013, qui recommande de ne pas ajouter de population dans une zone de risques de 620 m autour de la gare. Une décision qui a attisé l'inquiétude et compromis les opérations immobilières dans cette zone d'environ 30 000 habitants. « Ce niveau de réponse n'est pas satisfaisant, on est au milieu du guet », a reconnu Philippe Galli. « On informe du danger, mais on ne tire pas toutes les conséquences en termes d'interdiction à construire, en laissant la responsabilité aux maires. » Le maire (UDI) de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, a prévu de « mettre l'Etat face à ses contradictions », en agrandissant une école maternelle dans le périmètre.

Le tribunal administratif de Montreuil, saisi deux fois, pourrait permettre de trancher le problème, en faisant tomber le « porter à connaissance ». « J'attends avec impatience la décision de 
justice, qu'elle soit favorable ou non à l'Etat », a reconnu le préfet. L'Etat est aussi poursuivi au pénal par Jean-Christophe Lagarde, pour non-assistance à personne en danger. Hier, le maire de Drancy a été auditionné par les gendarmes de l'office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), à Arcueil (Val-de-Marne).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 10 Octobre 2014

Association "Les Amis de Camélinat"                                             Aulnay, le 10 octobre 2014

56 avenue Clermont-Tonnerre

93600 AULNAY-SOUS-BOIS

michel.lefebvre11@free.fr                                                                                                              

Lettre ouverte à Monsieur le Maire d'Aulnay-sous-Bois

Monsieur le Maire,

Camelinat1854Vous avez fait inscrire à l'ordre du jour du conseil municipal du 15 octobre votre intention de débaptiser la place Camélinat pour lui donner le nom de Jean-Claude Abrioux, ancien maire de 1983 à 2002 et qui a habité le quartier proche de la place Camélinat.

Déjà en 2011, l'ancien maire, M. Segura, sur proposition du député Gérard Gaudron, avait annoncé son intention de rebaptiser la place Camélinat en place J.C. Abrioux. L'émotion des habitants du quartier, la mobilisation d'élus, d'enseignants, de professeurs d'histoire et de notre association avaient amené le maire d'alors à y renoncer. Et la commission municipale avait sagement suggéré de donner le nom de J.C Abrioux au futur 7e collège - ou à une maison d'accueil médicalisée située rue Robespierre, ce qui n'a pas été fait

Zéphirin Camélinat, membre actif de la Commune de Paris (mars-mai 1871), député de Paris (1885-1889), premier candidat communiste aux présidentielles en 1924, fait partie de la mémoire du mouvement ouvrier. C'est pour l'honorer que son nom a été donné à la place, c'est aujourd'hui inscrit dans la mémoire des citoyens, dans les habitudes des gens du quartier et nul ne comprendrait que l'on modifie cela.

Il nous parait légitime de vouloir attacher le nom d'un ancien maire à une rue, un bâtiment,... Mais cela ne peut se faire au détriment de notre patrimoine et nous vous demandons de sauvegarder le nom de "place Camélinat".

Persuadés que vous entendrez cette demande, nous vous demandons de recevoir une délégation avant le prochain conseil municipal du mercredi 15 octobre.           

Veuillez recevoir l'expression de nos respectueuses salutations.

Pour l'association "Les amis de Camélinat" :

Michel LEFEBVRE, son président

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 10 Octobre 2014

Depuis l’ouverture du cinéma UGC au centre commercial O’Parinor, les stars défilent à Aulnay-sous-Bois ! Ainsi, après Omar Sy le 7 octobre, c’est l’acteur mondialement connu Liam Neeson qui a foulé le sol Aulnaysien hier soir pour l’avant-première du thriller « Balade entre les tombes ».


La salle numéro 1 du multiplex était pleine à craquer pour assister à cet événement. Le comédien nord-irlandais a pris le temps de parcourir une partie de la galerie marchande, déambulant nonchalamment sur un tapis rouge dressé pour l’occasion. Après avoir signé des autographes et s’être prêté de bonne grâce à la mode du selfie, il a été accueilli par une foule en délire.

Avant la projection il a accordé une courte interview d’environ 5 minutes sur le thème des « premières fois ». Il a ainsi évoqué son premier choc filmographique à savoir le péplum « Ben-Hur », visionné dans sa ville natale de Ballymena située à une trentaine de miles au nord-ouest de Belfast.

La rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose de revivre ce moment unique en vidéo dans son intégralité. 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 10 Octobre 2014

L’enquête publique relative au Grand Paris Express s’ouvre à partir du 13 octobre et jusqu’au 24 novembre 2014. Elle concerne les lignes 14 (nord), 16, et 17 (sud) du métro du Grand Paris. Pour rappel, la ligne 16 passera par Aulnay-sous-Bois avec une station prévue au niveau du carrefour de l’Europe.

enquete-publique-central

Quatre réunions publiques d’information sur ce projet sont programmées, mais aucune n’aura lieu dans notre commune. En compensation, trois permanences de la commission d’enquête publique seront assurées au centre administratif situé 16 boulevard Félix Faure. Pour plus de détails vous pouvez cliquer ici.

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports