transports

Publié le 29 Novembre 2014

passenavigoLa fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) ne s'est pas réjouie du futur passe Navigo au tarif unique de 70 €, estimant qu'il aurait mieux fallu « améliorer la qualité avant de baisser les tarifs ». Selon Marc Pélissier, président de la Fnaut Ile-de-France, le passe unique « peut être bien accueilli à court terme, mais à moyen terme les usagers risquent de voir des effets négatifs avec une période de vaches maigres dans l'amélioration du réseau ».  

Il pense par ailleurs que la région, qui estime que le passe unique représente un manque à gagner de 400 M€ pour le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), se trompe dans ses calculs. Se référant à des études réalisées en 2011 et 2012 par le Stif, Marc Pélissier chiffre le coût du passe unique en année pleine à « plutôt 500 M€ ». Pour Marc Pélissier, un passe Navigo à tarif unique, « cela peut donner l'impression qu'on alignera la qualité sur le prix... par le bas ».

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 27 Novembre 2014

Dès septembre ou octobre 2015, les Franciliens pourront circuler partout en Ile-de-France et de façon illimitée moyennant le paiement d'un passe Navigo à tarif unique, 70 € pour l'abonnement mensuel, quel que soit votre lieu de résidence. C'est en tous les cas la promesse qui se dessine de plus en plus précisément depuis hier. La réalisation de ce projet porté par la majorité PS-EELV du conseil régional vient en effet de recevoir un soutien déterminant : celui de Manuel Valls.Dans un communiqué publié hier, le Premier ministre salue « le pacte historique pour le développement économique de l'Ile-de-France conclu entre Jean-Paul Huchon, président du conseil régional, et la chambre de commerce et d'industrie Paris-Ile-de-France, présidée par Pierre-Antoine Gailly ».

passenavigo.jpg.png 
Jusqu'à 43,20 € d'économie mensuelle


Un accord rendu public mardi qui prévoit la participation des entreprises au financement du passe unique à travers le relèvement de 0,13 point de pourcentage du versement transports acquitté par les entreprises de 10 salariés et plus. Ce relèvement du taux ne concerne que les entreprises de Paris et de la petite couronne, les mieux desservies par les transports. Soit 8 % des entreprises franciliennes. Il permettrait de dégager 220 M€ supplémentaires sur l'année. En échange, la CCI demande le rétablissement de l'exonération de la redevance sur les mètres carrés de bureaux dans le cadre de démolitions-reconstructions. Du « gagnant-gagnant », comme le souligne Jean-Paul Huchon.

Pour se concrétiser, cet accord doit passer devant l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour l'année 2014, examiné le 14 décembre. Et le soutien du gouvernement est ici décisif. Un amendement en ce sens a d'ailleurs été voté hier peu avant 20 heures en commission des Finances. Si comme cela semble désormais acquis, le passe unique à 70 € se traduit dans les faits, il permettra à 1,2 million d'usagers de faire des économies substantielles sur leur titre de transport mensuel. Jusqu'à 43,20 € pour les plus éloignés de la capitale. Par contre, 960 000 usagers verraient leur facture de transport augmenter.


Une hausse à relativiser : la grande majorité d'entre eux, 750 000, les Parisiens des zones 1 et 2 ne devraient payer que 2,90 € de plus (1,45 € pour les salariés après remboursement de 50 % du passe par l'entreprise), le coût d'un café, avec, en échange, la possibilité de se déplacer à tout moment jusqu'aux limites de la région parisienne sans aucun supplément.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 26 Novembre 2014

busCIFUn adolescent grièvement blessé à la tête, un conducteur de bus frappé et en garde à vue, cinq lignes de bus à l'arrêt... A l'émotion suscitée par un grave accident de la route, s'est ajouté un climat de tension encore vif hier soir à Villepinte. L'accident s'est produit vers 13 h 30, boulevard Ballanger, près du parc de la Noue à Villepinte. Le garçon de 13 ans a été fauché alors qu'il se trouvait sur la chaussée. Il était vraisemblablement en train de traverser la route, lorsque le bus de la ligne 15 l'a heurté. Plusieurs sources rapportent qu'il avait un casque sur les oreilles. Le choc a été violent. Le jeune homme, touché à la tête, s'est effondré.

L'accident a dégénéré, le chauffeur étant pris pour cible, dans le bus, par plusieurs personnes. Ce ne seraient pas des passagers qui se trouvaient déjà dans ce bus de la ligne 15, mais d'autres, qui sont montés pour en découdre. « Il aurait envoyé balader des jeunes qui l'accusaient de rouler trop vite », relate une mère de famille du quartier qui n'a pas assisté à la scène mais en a entendu parler rapidement. « Le machiniste a été frappé dans le bus et il s'est exfiltré par la fenêtre de sa cabine, ce sont des collègues qui l'ont embarqué dans leur voiture ! » relate Djamal Benkissaou, secrétaire du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) des Courriers d'Ile-de-France (CIF), représentant de la CGT.

Les policiers sont arrivés nombreux sur les lieux, tandis que le Samu prenait en charge le jeune blessé jusqu'à l'hôpital Necker à Paris où il devait être opéré, tandis que la tension restait vive sur les lieux. Le conducteur de bus a été pris en charge à l'hôpital Ballanger à Aulnay pour y subir des soins, avant d'être placé en garde à vue au commissariat de Villepinte, « pour les nécessités de l'enquête », précise une source policière, ajoutant que la police cherche aussi « ceux qui ont frappé le machiniste ».


Ce dernier devra notamment subir les dépistages de rigueur après un accident de la route, concernant l'alcool et la drogue. Où se trouvait le jeune homme au moment de l'accident ? A quelle vitesse roulait le bus ? Les vidéos du bus et d'un garage voisin des lieux de l'accident ont été saisies par les enquêteurs de Villepinte. Dans le bus, nombre de témoins pourront aussi expliquer ce qu'ils ont vu s'ils acceptent d'être entendus.

Après l'accident, les bus des Courriers d'Ile-de-France ont peu à peu rejoint leur dépôt de Tremblay, les machinistes faisant valoir leur droit de retrait, craignant pour leur sécurité. Cinq lignes étaient hier soir à l'arrêt : 15, 1, 39, 45 et 100. « Parce que dès qu'il y a un accident corporel, ça peut dégénérer en lynchage contre le chauffeur », déplore Jamal Benkissaou citant deux précédents à Goussainville et Sevran. Malgré plusieurs sollicitations, la direction des CIF n'a pu être jointe.

Hier soir, à Villepinte, la plus grande inquiétude régnait sur l'état de santé du jeune blessé.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 26 Novembre 2014

passenavigo.jpgUn passe navigo au tarif unique de 70 € par mois qui permettrait de circuler partout en Ile-de-France, dès la rentrée 2015 ? Un pas décisif pour la réalisation de cette promesse phare de la majorité PS-EELV au conseil régional d'Ile-de-France a été franchi hier. Jean-Paul Huchon, le président de la région, et la Chambre de commerce et d'industrie d'Ile-de-France (CCI) ont annoncé être parvenus à un accord qui permettrait de financer ce tarif unique. Les entreprises, qui par le biais du versement transports (VT), sont déjà le principal contributeur au financement des transports franciliens (38 % du total) ont accepté un relèvement du taux de 0,13 %, qui permettrait de dégager 220 M€ supplémentaires. Il restera 180 M€ à la charge de la région pour trouver les 400 M€ en année pleine, nécessaires au financement de ce titre de transport unique.

Une mesure réclamée par les entreprises

Le VT est acquitté par les entreprises de dix salariés et plus. Par ailleurs, la hausse annoncée ne concerne que les entreprises situées dans les zones 1 et 2, les plus urbaines et les mieux desservies. C'est pourquoi, malgré une hausse de cette taxe, Jean-Paul Huchon peut soutenir qu'un « Passe unique à 70 € par mois conduira à une baisse de charges pour les entreprises franciliennes comprise entre 70 et 80 M€ du fait de la diminution des frais de transport pris en charge à 50 % par l'employeur ». Un tel engagement des entreprises ne vient évidemment pas sans contrepartie. En échange, l'exonération de la redevance pour création de bureaux, supprimée le 1er janvier dernier par la région, devrait être remise en place.


Dernière étape à franchir, obtenir l'accord du gouvernement. La question sera évoquée dès aujourd'hui par le député seine-et-marnais Olivier Faure (PS), qui défendra en commission des finances un amendement traduisant dans la loi de finances le « deal » passé entre la région et la CCI. Pour convaincre le Premier ministre Manuel Valls, une trentaine d'élus franciliens de gauche, parmi lesquels Claude Bartolone, Anne Hidalgo ou Jean-Paul Huchon, ont signé hier une tribune dans la presse pour le passe Navigo à tarif unique. Mounir Satouri, chef de file des élus EELV au conseil régional, se demande comment « Manuel Valls pourrait s'opposer à une mesure qui est réclamée par les entreprises elles-mêmes ».

Pour l'opposition régionale, Valérie Pécresse (UMP) a dès hier dénoncé « une fausse bonne nouvelle qui va constituer un impôt supplémentaire sur le pouvoir d'achat des ménages ».

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 25 Novembre 2014

Peut-être n’y avez-vous pas prêté attention mais cela fait des lustres qu’aucun article sur la blogosphère locale n’est sorti sur les trous dans la chaussée. Est-ce à dire qu’il en y en aurait de moins en moins dans la ville ?

2014-NOVEMBRE-1736.JPG

En attendant la réponse à cette question qui parfois tourne à l’obsession, à défaut d’être en capacité de refaire l’intégralité des 180 kms de routes que compte notre commune, les pastilles de goudron se multiplient notamment dans la zone pavillonnaire du quartier Vieux-Pays.

Les férus d’esthétisme pur y trouveront peut-être à redire mais au moins les automobilistes évitent-ils les nids de poule et les piétons les entorses.

Ah si seulement les trous dans les caisses d’Aulnay-sous-Bois pouvaient être rebouchés avec du goudron ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 19 Novembre 2014

sans-titre.pngC'est depuis l'assemblée nationale, l'ex-ministre et actuelle députée Cécile Duflot en tête, que les élus régionaux et nationaux d'Europe Ecologie-les Verts sont revenus à la charge, hier, sur le sujet du passe Navigo unique. Le temps est désormais compté pour obtenir la mise en place de cette mesure dès 2015.

 

Tout se jouera le 26 novembre à la commission des finances de l'Assemblée. Car si l'on veut adopter cet abonnement à tarif unique -- basé sur le coût actuel du passe Navigo zones 1 et 2 -- pour l'ensemble des usagers des transports en commun de l'Ile-de-France, il faut trouver de nouvelles ressources pour combler le manque à gagner, environ 300 M€.

 

« Une partie de cette somme est attendue de la hausse du Versement Transport payé par les entreprises, dans la loi de finance rectificative 2014 en cours de discussion à l'Assemblée nationale » rappellent les élus EELV. Et il y a urgence. « Pour mettre en place le passe Navigo à tarif unique mi-2015, cette décision de débloquer les financements doit être prise d'ici le 10 décembre, date du vote du budget du syndicat des transports franciliens », rappelle Pierre Serne, vice-président de la région en charge des transports et vice-président du Stif.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 19 Novembre 2014

RER.jpgLa proposition de la SNCF d'inciter les entreprises à décaler les horaires de travail pour désaturer le trafic ferroviaire aux heures de pointe, lancée il y a un peu plus d'un an, se concrétise à Plaine Commune. L'agglomération regroupant neuf communes du 93 autour de Saint-Denis vient de réunir une quinzaine de grandes entreprises (SFR, Orange, Siemens, Société Générale, Crédit Agricole. ..) et la SNCF pour réfléchir au sujet.

Des trains bondés aux heures de pointe

« Sur l'ensemble de la journée, les trains sont occupés en moyenne à 40 %, mais ils sont pleins à 250 % en heures de pointe, rappelle Alain Krakovitch, directeur général du Transilien. L'objectif est de diminuer de 10 % le nombre de voyageurs. » La SNCF se retrouve dans la position du transporteur qui doit inciter ses clients à ne plus utiliser ses services. Pour tester des solutions « innovantes » sur ce concept de « démobilité », la SNCF a choisi Plaine Commune, desservie par les RER B et D, qui a connu une hausse de trafic de 50 % en dix ans, à mesure que les sièges sociaux se multipliaient aux abords du Stade de France. Vendredi, élus, DRH de grands groupes et responsables de la SNCF ont donc lancé la première commission 3T (pour Trajets, Trafics, Temporalité ). Ses membres vont lancer une enquête auprès de leurs salariés, mais aussi proposer un challenge reposant sur le principe de l'incitation. L'idée : sur trois semaines, les volontaires acceptant d'emprunter les transports en dehors des heures de pointe cumulent des points. Ces derniers ne donnent droit à rien mais permettent d'évaluer l'impact de ce challenge sur les comportements. Premiers résultats attendus au printemps 2015.

Certaines entreprises n'ont pas attendu pour prendre les devants. « Nous allons élargir les plages horaires des salariés à partir du 1 er décembre pour nous adapter aux transports », explique Christian Levrel, de chez SFR. Le groupe de télécoms compte 4 500 salariés à Saint-Denis, et bientôt 4 000 de plus fin 2015. Actuellement, les employés peuvent venir entre 8 heures et 9 h 30 le matin, et repartir entre 16 h 15 et 18 h 30. Désormais, ils pourront arriver entre 7 heures et 10 heures et partir entre 15 h 12 et 18 h 42. D'autres solutions sont à l'étude pour désaturer le trafic : covoiturage, travail à domicile... Siemens incite ses salariés à travailler de chez eux au moins une demi-journée par semaine. SFR vient par ailleurs de commander une dizaine de Blue Car, le véhicule électrique du groupe Bolloré, pour permettre aux salariés d'avoir leur Autolib en interne. Et Transilien lancera un service de « covoiturage courte distance » début décembre.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 17 Novembre 2014

Toutes les fois c’est la même histoire ! En début et en milieu de mois, les rues paisibles de la zone pavillonnaire d’Aulnay-sous-Bois s’animent d’un étrange ballet de voitures orchestré par la contrainte du stationnement alterné. Pendant les deux ou trois jours qui suivent cet événement, les conducteurs semblent un peu perdus et garent subitement leurs véhicules au petit bonheur la chance. Pourtant, la règle est simple et immuable depuis la nuit des temps ou presque. Du 1 au 15, le stationnement s’opère du côté impair (le 1 étant impair) et du 16 à la fin du mois c’est au tour du côté pair (parce que 16 se termine par 6 qui est un chiffre pair). C’est simple !  Même les enfants s’en souviennent !

SAParfois, le stationnement alterné occasionne des comportements pour le moins étranges à observer. Quelques Aulnaysiens paraissent vraiment à l’affût du moment venu et change immédiatement leurs voitures de trottoir ! Le problème est que, dans le même temps, d’autres, sans doute un peu moins pressés ou zélés, n’ont pas ce réflexe. Résultat des courses, des véhicules se trouvent garés des deux côtés de la chaussée comme sur la photo ci-dessus ! Par chance, ce 16 novembre 2014 tombait un dimanche, ce qui nous a évité la sempiternelle scène du camion poubelle obligé de manœuvrer dans tous les sens pour se frayer un chemin vers nos ordures ménagères. En revanche, le 16 décembre 2014 sera un mardi, jour de passage des éboueurs, alors les paris sont ouverts !

Moralité : celui qui a inventé le stationnement alterné devait avoir l’esprit un peu trop cartésien. Or, et c’est ce qui fait la diversité et donc la richesse de l’humanité,  nous ne raisonnons et nous n’évoluons pas tous à la même vitesse.

C’est vrai pour le stationnement alterné comme pour d’autres sujets de société…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 17 Novembre 2014

Si la très fréquentée rue Jacques Duclos à Aulnay-sous-Bois se réduit souvent à une voie de circulation aux environs des commerces localisés en face de la cité de l’Europe, une situation analogue se reproduit inlassablement aux heures d’entrée et sortie du Protectorat Saint-Joseph.

Dans ces moments-là cette artère devient un véritable casse-tête pour les automobilistes et les piétons sous l’effet des stationnements en double-file et sur les trottoirs. Il n’y a pas si longtemps la présence de la police municipale avait par miracle fluidifié le trafic. Mais depuis son départ, c’est de nouveau chaotique.

Alors espérons simplement que les enfants qui fréquentent ce réputé établissement scolaire soient plus disciplinés que certains parents qui les accompagnent…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 12 Novembre 2014

Des ancêtres sorties au lendemain de la Première Guerre mondiale aux véhicules visant le marché chinois du XXIe siècle, le conservatoire de la firme aux chevrons permet de revenir sur l'héritage d'une entreprise dont des modèles comme la Traction Avant ou la 2CV ont marqué l'histoire mondiale de l'automobile. "On a une collection qui est assez complète", explique à l'AFP Marc-André Biehler, responsable du patrimoine de la marque, en parcourant les travées de cet entrepôt de plusieurs milliers de mètres carrés à Aulnay-sous-Bois, au nord de Paris, où les véhicules sont garés en rangs serrés. 

Le conservatoire n'est pas un musée à proprement parler: "il n'y a pas de scénographie, mais du stockage, de la conservation" d'environ 600 voitures et utilitaires, explique M. Biehler. Une collection qui reste vivante, puisque la plupart de ses pièces sont en état de rouler. L'idée pour Citroën est, selon M. Biehler, d'"utiliser ses racines, son expérience, pour montrer qu'il y a une vraie continuité dans l'innovation", que ce soit à ses employés, son réseau commercial ou au grand public. 

Le conservatoire n'est ouvert que sur rendez-vous à 4.000 personnes par an au maximum, rançon d'un personnel réduit. Mais il prête 150 véhicules chaque année, par exemple à des salons de voitures anciennes. L'établissement préserve aussi les archives de la marque, dont les registres de l'usine historique de Javel dans le XVe arrondissement à Paris. Les numéros de série des Traction y sont couchés à la plume. Le fondateur André Citroën lui-même avait pris conscience de l'importance de préserver les jalons de son entreprise, puisqu'il avait fait racheter la toute première Citroën, une "Type A" de 1919, dix ans après sa sortie, explique M. Biehler. 

Non loin de l'aïeule religieusement entretenue, sont garées de grands classiques: les "caisses carrées" des années 1920, de puissantes Traction à six cylindres et évidemment des DS, dont le conservatoire participera aux manifestations du 60e anniversaire l'année prochaine. 

- Pas de "rétro-design" - 

D'autres sont rares voire uniques, comme des ébauches de 2CV d'avant-guerre, un prototype "C-60", curieux hybride d'Ami 6 et de DS, ou encore l'immense limousine livrée à l'Elysée en 1968. Le conservatoire n'occulte pas certaines pages d'une marque dont l'histoire "n'est pas un long fleuve tranquille", selon l'expression de M. Biehler. Comme l'Axel, un modèle produit en Roumanie communiste ou de voitures dérivées des Peugeot, comme la Saxo, qui ont permis de doubler les volumes de vente dans les années 90 mais paraissaient loin des rêves des ingénieurs Citroën de l'après-guerre.  C'est surtout à cet âge d'or que Citroën se réfère pour faire fructifier son patrimoine, au moment où le groupe PSA donne son autonomie à DS, marque aspirant au haut de gamme. 

Designer chez Citroën, Frédéric Duvernier, auteur du style extérieur de la C3 Picasso et de la récente C4 Cactus, compare le conservatoire à un "magasin de bonbons géant" où ses collègues et lui viennent chercher une partie de leur inspiration. 

"Il y a eu une époque où Citroën n'osait pas assumer son héritage. A présent, c'est différent et on puise complètement dans nos racines pour imaginer les voitures d'aujourd'hui et de demain", explique-t-il à l'AFP. Les étonnantes poches d'air en caoutchouc des flancs de la Cactus s'inscrivent ainsi dans la continuité des nervures de carrosserie des Méhari ou fourgons HY, tandis que sur les côtés de la C4 actuelle courent des doubles lignes rappelant celles de la CX de 1974. 

Mais il ne s'agit pas de tomber dans le "rétro-design", fonds de commerce de Mini ou de Fiat, dit M. Duvernier. "On a plutôt envie d'inventer de nouvelles icônes que de réinterpréter à l'infini les anciennes", ajoute le designer qui, comme M. Biehler, confesse un faible pour la SM, coupé de grand tourisme aux lignes futuristes produit à 12.000 exemplaires au début des années 1970, et dont le conservatoire possède un exemplaire orange vif.  

Source article : http://www.lexpress.fr Par  / Vidéos : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 10 Novembre 2014

busCIF.jpgLes chauffeurs de bus des Courriers d'Ile-de-France (CIF) ont de nouveau exercé leur droit de retrait hier soir à la suite de nouveaux caillassages. Ceux-ci sont intervenus dans le Val-d'Oise à Arnouville, sur la ligne 11 (Saint-Denis-Goussainville), là même où s'était produite l'agression d'un chauffeur samedi soir, et à Garges, deux fois sur la ligne 31 (Garges-Sarcelles-Bonneuil-en-France) et une fois sur la 9502 (Roissy-RER-Montmorency), à la gare. Mais ces caillassages se sont aussi produits en Seine-Saint-Denis. En effet, selon la CGT, deux autres jets de projectiles ont été relevés, cette fois sur des bus des lignes 1 (Villeparisis-Le Blanc-Mesnil) et 44 (Sevran-Beaudottes-RER B - Sevran-Beaudottes-RER B).

Le travail avait pourtant repris hier, après l'exercice d'un premier droit de retrait samedi. Le trafic avait donc été assuré normalement sur le réseau qui couvre à la fois la Seine-Saint-Denis, la Seine-et-Marne et le Val-d'Oise. C'est dans ce département qu'avait eu lieu samedi soir l'incident de trop.

Plus de 60 faits sur neuf mois selon la CGT

Deux hommes encagoulés et gantés ont fait irruption dans le bus, gazé le conducteur de la ligne 11 et l'ont frappé avant de s'enfuir. La scène s'est produite vers 20 h 30, à Arnouville. Ce n'est pas la seule agression essuyée ce soir-là par les chauffeurs des CIF. Entre 18 h 30 et 21 h 30, des bus de la ligne 31 ont été caillassés à trois reprises, dans le secteur de la gare de Garges-Sarcelles.

« Lors de l'agression d'Arnouville, le système de sécurité n'a pas fonctionné. La vitre n'est pas montée », précise Djamel Benkissaou, délégué CGT au CHSCT des CIF qui s'inquiète devant « l'explosion des caillassages ». « Nous sommes confrontés à une montée en puissance, cela se déroule pratiquement quotidiennement. Ce sont des jeunes en gare de Garges-Sarcelles qui attendent les bus. On n'a pas d'explication. » Selon lui, plus de 60 caillassages ont été relevés sur neuf mois contre peu plus de 40 l'an dernier.

Jointe hier soir, la direction des Courriers d'Ile-de-France précisait avoir pris toutes les mesures nécessaires samedi. « Il n'était pas possible de dévier la ligne. Par précaution, nous avons fait rentrer tous les bus. Les chauffeurs ont pu ensuite exercer leur droit de retrait.» Concernant l'explosion des caillassages, la direction corrige : « Il n'y a pas de recrudescence. Nous avons connu une baisse des faits très sensibles depuis un an. Nous constatons actuellement une remontée mais pas aussi forte. » Une réunion du CHSCT doit avoir lieu la semaine prochaine.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 8 Novembre 2014

Grand oral annuel, avant-hier, des patrons de la RATP et de la SNCF, Pierre Mongin et Guillaume Pepy, devant le Syndicat des transports d'Ile-de-France(Stif) présidé par Jean-Paul Huchon. L'occasion de parler des trains qui n'arrivent pas toujours à l'heure...

RER1.JPG 
La ponctualité des RER jugée « préoccupante ». Métro, tramway, ça roule globalement. En revanche, les élus du Stif ont exprimé leur « forte préoccupation quant aux résultats de ponctualité qui demeurent très insuffisants sur les RER, en particulier le RER C ». Il est vrai que l'incendie du poste d'aiguillage des Ardoines du 23 juillet à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) a fortement pénalisé le trafic. Au lieu des trois ans de travaux pour revenir à la normale, Guillaume Pepy a annoncé un délai de deux ans et demi. Pour les autres RER, si ça va un peu mieux sur les A, B et D, les objectifs de n'avoir qu'entre 5 % et 7 % de rames en retard ne sont pas non plus atteints (voir infographie et Leparisien.fr). Côté Transilien, la ponctualité sur le réseau Saint-Lazare est elle aussi qualifiée de préoccupante. Malgré tout, de plus en plus de trains de banlieue grignotent leurs retards. Un « progrès » dont se félicite Jean-Paul Huchon.

RERB2.png
Des pénalités pour la SNCF et la RATP. Le Stif a infligé un malus de 13 M€ à Guillaume Pepy (contre 11 M€ l'an dernier). Une « amende » somme toute minime au regard de la contribution annuelle de 1,8 Md€ versée par le Syndicat des transports à la SNCF. La RATP s'en tire mieux avec un malus de 3 M€, diminué de moitié par rapport à l'année précédente, alors que la contribution annuelle du Stif grimpe à 2 Md€.

Faut-il en déduire que la RATP est meilleure élève que la SNCF ? « Arrêtez de comparer ! Eux sont en circuit fermé, nous, on a la météo, les sangliers, un réseau beaucoup plus vaste et vétuste qu'on doit en plus partager avec les TER, le fret, les TGV... », s'insurge un cheminot. Sans oublier l'affaire révélée par « le Parisien » du retard de deux ans pour le prolongement des lignes 12 et 14 au nord de Paris, avec une mise en service finalement prévue pour 2019.

Le PDG de la RATP a promis de tout mettre en oeuvre pour renforcer l'offre de bus dans le secteur en attendant.

Des investissements... et des taxes en hausse. Le plan d'investissement 2012-2015 de la RATP est en hausse de 30 % par rapport au précédent, celui de la SNCF de + 65 %. Le « programme fiabilité » prévoit 250 chantiers sur le Transilien jusqu'en 2020 (pose de nouveaux rails, rénovation des caténaires, etc). Les nouvelles taxes envisagées par le gouvernement sur les places de stationnement annexées aux bureaux et sur la taxe foncière devraient rapporter en outre 140 M€ par an et mettre de l'huile dans les rouages.

Source : Le Parisien et Stif

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 7 Novembre 2014

supermetro93.jpgQue pensez-vous du tracé du Grand Paris Express ? Un an après l'enquête publique sur la ligne 15, au sud de Paris, l'enquête publique vient de démarrer sur les lignes 14-nord, 16 et 17-sud. En 2023, elles relieront Mairie-de-Saint-Ouen à Saint-Denis-Pleyel, Pleyel à Noisy-Champs et Pleyel au Bourget. Jusqu'au lundi 24 novembre inclus, les habitants sont invités à se prononcer sur le tracé de ce futur métro automatisé. Mardi soir, la première des quatre réunions publiques s'est tenue à la Courneuve en présence d'une centaine de personnes.

« Le gain de temps pour les habitants sera considérable », rappelle en préambule la Société du Grand Paris, exemples à l'appui. Il faudra ainsi seulement dix minutes pour rallier Bobigny depuis Saint-Denis-Pleyel, et vingt minutes pour aller de Noisy-le-Grand au Bourget. Sauf imprévu, les travaux devraient démarrer dans moins de deux ans, en 2016. A l'heure actuelle, l'investissement a été voté, les ingénieurs ont été désignés, l'emplacement des gares est choisi et les architectes ont été désignés. Reste le tracé et l'emplacement des puits d'aération et d'évacuation. Concernant le tracé, ce dernier a été en partie arrêté, mais en partie seulement. « Le tracé défini à ce jour se trouve dans un faisceau de 100 m alors que la largeur du tunnel fera 10 m au final », explique la SGP.

Concernant l'emplacement des puits, qui doivent être installés tous les 800 m, rien n'est tranché. La SGP privilégiera les emplacements sur le domaine public, mais il se peut que certains puits se trouvent sur des terrains privés, sous votre immeuble, votre pavillon, votre commerce... Au total, 230 M€ ont été provisionnés pour ces acquisitions immobilières, foncières et les indemnisations des propriétaires. « Les négociations à l'amiable seront privilégiées et nous rencontrerons individuellement les propriétaires », s'engage la SGP. Si une solution à l'amiable n'est pas trouvée, une fois la déclaration d'utilité publique prise, mi-2015, l'Etat pourra exproprier. Une procédure plus complexe... et plus longue.

Prudence quant au calendrier


« Le prolongement de la ligne 14 a pris du retard à cause justement des recours déposés suites à des expropriations. Ne craignez-vous pas qu'il en soit de même sur ces lignes du Grand Paris Express ? », s'inquiète Eric, un habitant de Saint-Denis. « 2023 est un objectif, un horizon, reconnaît prudemment la SGP. Il est très difficile d'établir avec certitude un calendrier. Nous pouvons rencontrer des difficultés avec les acquisitions foncières, des problèmes techniques... Il faut rester très modeste en matière de calendrier. Mais, oui, ces lignes seront réalisées et nous aurons l'argent pour les réaliser ».

D'autres réunions publiques auront lieu le 13 novembre à Noisy-le-Grand, et le 20 novembre à Sevran. Les dossiers de l'enquête publique sont d'ores et déjà accessibles en ligne sur le site de la préfecture de région et de la Société du Grand Paris et dans les mairies et les commissaires-enquêteurs assureront 48 permanences dans les seize villes concernées (en Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne et dans le Val-d'Oise).
Plus d'infos sur www.enquetepubliquelignes14-16-17.fr.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 6 Novembre 2014

taxes.jpgL'ÉTAT A FINALEMENT TROUVÉ LA PARADE. En quête d'argent pour financer les importants projets de transports en Ile-de-France, que ce soit pour le supermétro du Grand Paris Express ou pour la modernisation des réseaux existants, le gouvernement a finalement opté pour la création d'une taxe sur les parkings des entreprises, et pour l'augmentation de la taxe foncière des particuliers et des entreprises.

Un amendement gouvernemental en ce sens a été déposé hier et sera examiné aujourd'hui ou demain en séance publique à l'Assemblée nationale. A la clé : une manne de 140 MEUR dès 2015 pour les transports en Ile-de-France. C'est la concrétisation d'une promesse faite en 2013 et réitérée par le Premier ministre, Manuel Valls, le 13 octobre. Cette somme servira à financer les schémas directeurs d'amélioration des RER, l'extension du RER E à l'ouest, les extensions des lignes 11, 12 et 14 du métro, ou encore la réalisation de nouveaux tramways, selon le gouvernement.

Une contribution sur les parkings des entreprises. Dans le détail, la nouvelle « taxe annuelle sur les surfaces de stationnement annexées aux locaux à usage de bureaux appartenant aux personnes privées ou publiques » permettra de dégager 60 MEUR de recettes. Pour l'essentiel, elle s'appliquera selon les mêmes modalités que l'imposition actuelle des parkings déjà prévue dans la taxe sur les bureaux en Ile-de-France. Trois secteurs ont été différenciés : Paris et les Hauts-de-Seine, territoires les mieux desservis en transport (où les parkings seront taxés 4,22 EUR le m 2), les autres communes de l'unité urbaine de Paris (2,42 EUR le m 2), puis les autres villes (1,22 EUR/m 2).

La taxe foncière majorée. La « taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés bâties et la cotisation foncière des entreprises (CFE) » permettra, elle, de dégager 80 MEUR par an. Elle s'appliquera donc aux entreprises, mais aussi aux particuliers propriétaires de leur logement en Ile-de-France.

« Une augmentation marginale, de l'ordre de quelques centimes », assure Razzy Hammadi, député (PS) de Seine-Saint-Denis, qui retient surtout une « belle victoire ». « C'est l'épilogue d'une bataille de plus de six mois. L'Etat a finalement tenu parole, cet amendement permet de garantir dans la durée le financement des infrastructures de transports indispensables au Grand Paris », salue le député. Les députés PS avaient voté en juin un amendement prévoyant l'augmentation de la taxe sur les hôtels, un dispositif finalement retoqué par le gouvernement. « Enfin ! », réagit de son côté Valérie Pécresse, chef de file de l'opposition UMP au conseil régional, qui rappelle que « l'Etat s'était engagé à verser, dès 2013, 150 MEUR par an à la région pour financer la modernisation des transports ». Mais elle regrette « qu'au lieu de trouver les crédits en faisant des économies, le gouvernement balaie sa promesse de pause fiscale et augmente les impôts sur les entreprises et les particuliers de 140 MEUR ».

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 4 Novembre 2014

supermetro.jpgL'enquête publique sur les lignes 14 nord, 16 et 17 sud a démarré. Une première réunion publique est organisée ce soir, à 20 heures, à La Courneuve, à l'hôtel de ville. A ce jour, l'investissement du Grand Paris Express a été voté, le tracé de ce supermétro automatisé est arrêté, les ingénieurs ont été désignés et l'emplacement des gares est choisi. Pour autant, il reste encore des choix à faire puisque le tracé actuel se trouve dans un faisceau de 100 m alors que la largeur du tunnel sera de 10 m au final. Ce soir, on devrait ainsi en savoir plus sur l'emplacement éventuel des puits d'évacuation qui n'a pas encore été tranché.

www.enquetepubliquelignes 14-16-17.fr.

Pour rappel la ligne 16 passera par Aulnay-sous-Bois avec une station prévue au rond-point de l'Europe.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 3 Novembre 2014

Comme chacun sait, le centre-gare nord de notre commune a subi ces dernières années un véritable choc de béton. A cet égard la rue Jean Charcot à Aulnay-sous-Bois a été particulièrement touchée. Dernier exemple en date aux numéros 17 et 19 avec un nouvel immeuble relativement moche appelé : Le carré d’Aulnay !

Un nom tout à fait bien choisi quand on prend le temps d’observer sa structure architecturale. En effet, il ressemble à un carré totalement uniforme !  Sa couleur « chiures de mouches » n’est pas non plus du meilleur effet.

Bref, une construction de plus, un bloc sans imagination, sans espace de respiration, qui devrait encore renforcer le sentiment d’étouffement de cette artère subissant déjà un flux de circulation incessant.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 3 Novembre 2014

RERB.jpgDes travaux de maintenance se poursuivent sur la ligne B du RER entre les gares d'Aulnay-sous-Bois et Aéroport Charles de Gaulle 2 TGV, à partir de ce lundi 3 et jusqu'au 7 novembre. La circulation des trains sera ainsi coupée à compter de 23h00 pendant cette période.

Les voyageurs d'affaires dont le vol atterrit sur Roissy en fin de soirée vont connaître un retour sur la capitale complexe cette semaine. Les RER ne circuleront pas entre Aulnay-sous-Bois et Aéroport Charles de Gaulle 2 TGV dès 23 heures en raison de travaux. Pour pallier à cette interruption nocturne, des bus de substitution sont mis en place dans les deux sens de circulation avec desserte des gares intermédiaires. Il faut néanmoins prévoir un allongement du temps de parcours.

Source article et photo : http://www.deplacementspros.com/

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 3 Novembre 2014

insecuritemetro.jpgSi elles étaient victimes d'une agression sexuelle dans le métro parisien, plus de huit femmes sur dix redouteraient qu'aucun témoin n'intervienne. C'est le terrible enseignement qui ressort d'un sondage international réalisé sur « le sentiment d'insécurité » par le groupe Yougov pour la fondationThomson Reuters dans seize grandes métropoles dans le monde disposant d'un système de transport par métro.  Enquête réalisée entre août et septembre derniers auprès de 6 550 femmes au total, sur des échantillons de 380 à 513 personnes de chaque ville concernée.

Selon 85 % des Parisiennes interrogées, donc, aucun passager ne s'interposerait pour les secourir en cas d'agression ou de viol. Une proportion largement supérieure à la majorité des villes sondées. Seules Séoul, Moscou et Londres font pire. L'une des explications est sans doute à rechercher dans l'impact qu'ont pu jouer sur le sentiment d'insécurité les affaires récentes, encore dans les esprits, comme cette agression sexuelle d'une jeune femme dans le métro de Lille en avril dernier, sous les yeux de témoins passifs.

Il n'empêche, au-delà de cette réponse effrayante, le sentiment d'insécurité des utilisatrices du métro parisien reste mesuré comparé aux autres grandes métropoles. Paris figure même parmi les mieux placées : la capitale française arrive en 6 e position derrière Séoul, Londres, Pékin, Tokyo et surtout New York, la ville où les femmes se sentiraient le mieux protégées dans les transports en commun. A l'inverse c'est à Bogotá, la capitale colombienne, que le sentiment d'insécurité est le plus intense. Mexico, Delhi, Bangkok ou Moscou font aussi partie des mal notés.

A Paris toujours, près des deux tiers des femmes interrogées disent faire confiance aux autorités de police et justice en cas d'agression dans le métro, et la moitié d'entre elles ne se sentent pas particulièrement en insécurité lorsqu'elles empruntent de nuit les métros, bus et autres RER. Quant aux gestes déplacés dont elles auraient pu être victimes, la plupart affirment que ça n'a jamais été le cas, ce qui fait de Paris la capitale la mieux placée dans ce domaine. Enfin, plus de la moitié des femmes interrogées estiment que le réseau de transports parisien est globalement sûr.

Reste à les convaincre que l'indifférence des autres voyageurs n'est pas une fatalité. 
Retrouvez la totalité du sondage sur les femmes et la sécurité dans le métro à l'adresse : http://www.trust.org/womens-rights.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 29 Octobre 2014

trains.jpgMobilisation nationale dans les transports... La CGT bat le rappel des troupes pour le 4 novembre. Objectif : la défense du service public et la lutte contre le dumping social, a indiqué la fédération CGT-Cheminots. Cette journée devrait avoir « un impact sur la SNCF, les transports urbains (tramway, métro, RER), le maritime, l'aérien et l'aéroportuaire, le fluvial et les routes », selon l'Union interfédérale des transports, qui regroupe les sections CGT du secteur, à l'origine du mouvement. La fédération CGT des services publics a déposé un préavis de grève ce même jour.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 28 Octobre 2014

Depuis quelques années déjà, la ville d’Aulnay-sous-Bois est atteinte d’une malédiction étrange qui déconcerte jusqu’aux plus éminents esprits de la communauté scientifique. En effet, les escalators de la gare RER B de notre commune tombent en panne et, malgré le degré de développement avancé de l’humanité,  personne n’arrive à les remettre en marche ! C’est le cas par exemple de celui censé desservir la sortie sud en direction de la place du Général de Gaulle qui a rendu l’âme depuis des lustres.

escalator1

Jusqu’à présent, même les hommes politiques locaux les plus téméraires s’y sont cassés les dents. A commencer par Gérard Ségura lui-même, l’ancien maire sorti, qui avait pourtant tenté de relancer la machine avec son slogan culte « l’escalator avance avec Gérard Ségura ! ». En pure perte évidemment. Côté écologiste ce n’est guère mieux. En effet, malgré la présence d’Alain Amédro (vice-président du conseil régional en charge de l’aménagement du territoire et ancien conseiller municipal) et surtout celle de Pierre Serne (vice-président du conseil régional chargé des transports et des mobilités) à la région Ile-de-France, l’escalier mécanique nargue toujours les Aulnaysiens de son imperturbable inertie.

escalator2.jpg

Jusqu’à quand cette situation peut-elle durer ? Qui trouvera la clé du mystère des signaux laissés par les extraterrestres pour nous aider à remettre en marche ce facétieux engin ? C’est cette fois-ci au nouveau maire et conseiller régional Bruno Beschizza d’affronter la terrible malédiction de l’escalator perpétuellement en panne de la gare RER B d’Aulnay-sous-Bois ? Saura-t-il y mettre fin ? 

Robert Ferrand

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Transports

Publié le 23 Octobre 2014

econopark.jpgMoins de deux ans après son lancement à Orly, le parking low-cost Econopark développe son offre sur l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Le prix: 35 € les 3 jours.

Les emplacements de ce nouveau parking Econopark se trouvent à une dizaine de minutes de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle sur le site de PSA à Aulnay-sous-Bois. La nouvelle installation est ainsi située à une dizaine de minutes de la plate-forme aéroportuaire. Les voyageurs d'affaires y déposent leur voiture puis rejoignent CDG grâce à un un système de navettes. 

Les tarifs pour Roissy restent sensiblement identiques à ceux pratiqués près d'Orly : 35 € les 3 jours, 70 € la semaine et 91 € les 10 jours. 

Une carte de fidélité est disponible et valable sur les deux parkings. Elle permet de gagner 7 jours de stationnement après seulement 5 séjours (sans durée limite de stationnement).

Source : http://www.deplacementspros.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 23 Octobre 2014

Notre camarade blogueur Jérôme Charré a mis en ligne sur son profil Facebook une photographie tout à fait édifiante. On y voit clairement une voiture emprunter en contre-sens le boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois. Voici un exemple d’incivilité très agaçant certes, mais concrètement que peut-on faire ? Les policiers ne vont  tout de même pas rester en faction 24 heures sur 24 sur cette seule artère de circulation ? Quoi qu’il en soit, redoublez de prudence dans ce secteur où transitent, semble-t-il, des fous du volant…

bld-strasbourg.pngSource photo : profil Facebook de Jérôme Charré

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 22 Octobre 2014

Faut-il élargir la rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois ? C’est la question que doivent probablement se poser les conducteurs qui empruntent régulièrement cette artère de circulation importante qui relie notamment le quartier Vieux-Pays aux secteurs nord de la commune ( Savigny, Mitry, Gros Saule, Rose des Vents).

Outre la limite de 30 km/h jamais respectée la plupart du temps, cette route offre un spectacle permanent entre les bus qui se croisent, les automobilistes qui s’arrêtent au milieu de la chaussée pour aller acheter un paquet de cigarettes au bar-tabac qui fait l’angle avec la rue Legendre, sans oublier les pompiers obligés de s’improviser agents de circulation en pleine intervention.

Cette fois-ci le show était assuré par un bus et un camion-citerne créant une jolie pagaille tristement habituelle dans cette partie de la ville malheureusement. L’occasion peut-être de rappeler qu’avant de densifier en construisant des logements et donc d’attirer toujours plus d’habitants faut-il songer à réfléchir si les infrastructures (voies de circulation, équipements…) suivent le rythme pour assurer un minimum de qualité de vie…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 20 Octobre 2014

S’il y a un endroit à éviter aux heures de pointe pour les automobilistes il s’agit bien du rond-point de l’Europe à Aulnay-sous-Bois ! Au fil des années les flux de circulation convergeant vers ce pôle routier de centralité de la partie nord de notre commune n’ont cessé d’augmenter. Il faut dire que question véhicules les chiffres locaux donnent parfois le tournis.

Ainsi, en 2010 en plein processus Agenda 21, nous apprenions qu’il y avait 38 000 véhicules à Aulnay-sous-Bois et que ce nombre était en croissance d’1% chaque année. Le parc automobile s’est quant à lui étoffé de 5000 voitures supplémentaires entre 1993 et 2009 soit l’équivalent de la superficie de 11 terrains de football.

Si l’on songe que, dans le même temps, certains axes routiers de la ville n’ont pas changé depuis 1930, il n’est pas étonnant dès lors d’avoir de plus en plus de difficultés à circuler. A ce titre, le rond-point de l’Europe est donc devenu au fil du temps un véritable goulot d’étranglement. D’autant plus que les conducteurs pressés et rapidement énervés finissent par ne plus respecter les feux de signalisation ce qui n’arrange pas la situation.

D’où cette question : il est peut-être temps de penser sérieusement à la société de l’après-voiture, non ?

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 18 Octobre 2014

Vous trouverez ci-dessous un communiqué d’Aulnay Environnement qui se réjouit des 4 arrêts supplémentaires de la ligne K à Aulnay-sous-Bois permettant une meilleure desserte en provenance ou en direction de Paris Gare du Nord. L’association rappelle ses combats en cours contre le CDG-Express et pour l’amélioration du RER B.

AA-ligneK1.png

AA-ligneK2.png


Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports