logement

Publié le 8 Mars 2013

balagny.jpgC’est lors d’une journée ensoleillée, que la résidence Balagny située au 7 et 9 rue de Corse, a été inaugurée. L’événement, organisé à la suite des « rendez-vous d’Aulnay » - présentation du projet de ville aux habitants du quartier a rassemblé un bon nombre de riverains venus découvrir cette construction neuve. L’opération s’est renouvelée le 2 mars pour célébrer cette fois-ci la résidence Savigny, au 4 et 6 allée des Genêts. 

Après un discours du Président de l’OPH, Gérard SEGURA et la traditionnelle coupe du ruban tricolore, les participants ont été invités à visiter quelques appartements « témoins ». Parmi les personnalités présentes: le député Daniel Golberg, les élus de la ville, l’entreprise GTM (Maitre d’œuvre), les architectes Philippe Muller (Balagny) et Humbert Dileege (Savigny), les financeurs. Un buffet cocktail a ensuite clôturé chaque événement pour célébrer ces livraisons de logements 

savigny.jpgDeux résidences, un chantier exemplaire 

Composées de 40 logements chacune, les résidences Balagny et Savigny participent à la politique de construction d’Aulnay Habitat en faveur de nouveaux logements neufs de qualité. Les travaux, initiés à l’automne 2011, ont fait l’objet d’un programme innovant. C’est en effet une seule et même entreprise qui s’est chargée de mener à bien les travaux sur les deux résidences. Cette démarche,  dénommée « CQFD » pour « coût, qualité, fiabilité, délai » a permis de réaliser des économies d’échelle  par la conduite des deux projets en parallèle par un seul maître d’œuvre. Un processus qui a fixé les principes d’une construction rapide, à coûts et charges maitrisés tout en utilisant des matériaux garantissant la qualité et la durabilité des futurs logements. 

Source : http://www.oph-aulnay.org

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Logement

Publié le 3 Mars 2013

malloges.jpg

Hier, cent cinquante personnes ont défilé entre la mairie de Saint-Denis et le fort de l’Est pour réclamer la réquisition des logements vacants en Seine-Saint-Denis. Ils sont estimés à 30000 sur le territoire, tandis que la demande de logements s’élève à 50000. A l’appel de Droit au logement, Plateforme 93, Réseau solidarité logements et d’une dizaine de collectifs, les manifestants ont voulu marquer le coup quinze jours avant la fin de la trêve hivernale, le 15 mars. Après cette date, les expulsions vont redémarrer. Laure Labrosse de Plateforme 93 a énuméré les revendications des mal-logés : « Nous voudrions obtenir l’application immédiate de la loi sur les réquisitions, de la loi Dalo et le respect de la loi d’accueil inconditionnel des sans-logis.»

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 1 Mars 2013

immobilier1.pngLa France rentre dans le rang ! Les prix de l’immobilier ont baissé de près de 2% en 2012 et de 0,7% en Ile-de-France. Même Paris (1%) ne fait plus exception. « Nous étions déconnectés des autres pays européens, exceptées la Suède et la Finlande. Nous faisions figure d’extraterrestre », a résumé hier Thierry Delesalle, notaire à Paris, lors de la divulgation des derniers chiffres. A en croire la chambre régionale des notaires, c’est bien parti pour durer : « L’environnement actuel décourage les acheteurs. » La crise économique se traduit par des demandes qui s’effritent. Le volume des ventes a ainsi chuté de 12% en région parisienne et de 21% dans la capitale lors du dernier trimestre 2012. D’où le recul général des prix. La solvabilité des ménages qui se dégrade, le durcissement de l’obtention des prêts et de la fiscalité sur les plus-values constituent « un contexte peu porteur, sans perspective d’amélioration à court terme ».
8 270 € le m2 à Paris. Sur les trois derniers mois, la baisse des prix dans l’ancien (- 2%) s’est accélérée dans la capitale. Mais il faut relativiser : le marché reste encore supérieur de 2 250 € par rapport au trou d’air de 2008-2009! Le recul actuel n’est qu’une modeste correction. Le IIe arrondissement continue à résister (+ 3,8%), contrairement au VIe, le plus cher, qui enregistre la plus forte baisse (- 5,6%)… et repasse sous la barre des 13 000 €! Quartiers les plus abordables : la Chapelle, la Goutte-d’Or et Saint-Fargeau (6620€/m2).

immobilier2.png

4 420 € le m2 en petite couronne. Avec des prix globalement divisés par deux par rapport à Paris, le prix des appartements avait atteint un record historique dans la proche banlieue au troisième trimestre 2012. La tendance s’est depuis inversée (- 1,3%), pour retrouver les mêmes niveaux qu’il y a un an. A noter une baisse spectaculaire à Montreuil (- 12,3%), alors que Saint-Maur continue à séduire (+ 3,4%)

3 130 € le m2 en grande couronne. Les prix étant bien plus bas dans les départements franciliens les plus éloignés de Paris, ils ont stagné pour les appartements dans l’ancien (- 0,1%). La Seine-et-Marne et l’Essonne se disputent la palme du département le moins cher. Meaux est la ville qui monte (25,9%), Corbeil s’effondre (-13,5%). Mais le record du bon marché revient à Evry, où l’on peut devenir propriétaire de son logement pour 2010 le m2.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 21 Février 2013

EELVLes élus verts d’Aulnay-sous-Bois s’inquiètent à leur tour d’une hausse annoncée de la TVA sur le logement, la culture et les transports (elle passerait en 2014 de 7 à 10%). « Cette décision, si elle se confirmait, rendrait impossible la mise en œuvre des engagements du président de la République pour la construction de 150000 logements sociaux par an […] », indiquent-ils dans un communiqué. Les élus écologistes proposeront ce jeudi au conseil municipal, présidé par le socialiste Gérard Ségura, un vœu en faveur d’un abaissement de cette taxe à 5% sur les « biens de première nécessité ». Avant eux, d’autres élus de gauche ont déjà pris position en faveur de cette mesure dans le 93, comme le président du conseil général, Stéphane Troussel (PS), ou l’élu de Saint-Denis, Stéphane Peu (PC). Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 12 Février 2013

logementsLa mobilisation grandit parmi les élus de Seine-Saint-Denis contre la hausse de la TVA sur le logement social. Le 6 novembre dernier, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé que le taux applicable aux travaux d’investissement dans le logement social passerait au 1er janvier 2014 de 7% à 10%. La mesure est jugée inacceptable par de nombreux élus et bailleurs de Seine-Saint-Denis. Ils craignent en effet qu’elle ne freine la construction et qu’elle pèse aussi sur les finances des offices.

Stéphane Peu, président de l’office Plaine Commune Habitat et vice-président de l’Union sociale de l’habitat (USH), vient d’adresser une lettre ouverte à Elisabeth Guigou, Matthieu Hanotin et Bruno Le Roux, les trois députés PS de l’agglomération Plaine Commune qui ont voté la loi. « Cette hausse fait suite à l’augmentation de 5,5 à 7% décidée en 2011 par le gouvernement Sarkozy, rappelle cet élu communiste de Saint-Denis. Elle impacte les capacités financières des organismes HLM, ce qui aura une conséquence négative sur le secteur du bâtiment, grand pourvoyeur d’emplois. »

3,6 millions de personnes en France sont mal logées

 A la tête de l’office HLM départemental OPH93 (23000 logements), Stéphane Troussel, président du conseil général (PS), a de son côté signé la pétition lancée par l’USH. « Cette hausse représenterait une charge financière de 1,5 million par an pour notre office, indique-t-il. Elle met en péril l’objectif affiché du gouvernement de construire 150000 logements sociaux par an durant le quinquennat. » Cette mesure risque également de se traduire par une augmentation du montant des charges locatives. L’office PCH la chiffre à « environ 30 € par an pour les locataires de Plaine Commune Habitat ».

DANIELGOLDBERGTout aussi inquiet, le député PS Daniel Goldberg en appelle à la mobilisation des élus de gauche du département. Il leur propose de faire adopter dans les conseils municipaux un vœu demandant « que le logement social puisse bénéficier du futur taux de TVA le plus réduit, à 5% ». Mesure qui suppose de reconnaître le logement HLM comme « un bien de première nécessité ». Pour appuyer cette demande, Daniel Goldberg rappelle que la Fondation Abbé Pierre vient d’établir un chiffre record : 3,6 millions de personnes en France sont mal logées.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 8 Janvier 2013

93-Seine-Saint-DenisParis et le 9-3 en hausse  ! Dans un contexte général de baisse des prix, la capitale et la Seine-Saint-Denis se font remarquer. Certes, rien de comparable entre la Ville Lumière et le département de proche banlieue le moins cher. A Paris, le prix du mètre carré est en moyenne le plus élevé de France (8518 €, encore un record). Il fait mieux que résister, avec une progression de 1,5% sur 2012. 

Une augmentation des prix entretenue par des acheteurs étrangers mais aussi par les cadres supérieurs qui, l’année dernière, ont représenté près de la moitié des acquéreurs (45,5%), contre 15% en moyenne nationale. Les moins de 30 ans ont aussi beaucoup acheté en 2012 dans la capitale (15% des transactions, soit une hausse de 9%) grâce aux donations effectuées par leurs parents.

En Seine-Saint-Denis, la hausse des prix (+ 3,8%) relève davantage d’un rattrapage. Les prix ont été tirés vers le haut, souligne-t-on chez Century 21, « par l’arrivée d’une population d’employés, de cadres moyens et de retraités » attirés par des prix accessibles (3278 € le mètre carré en moyenne) et qui n’avaient pas connu de véritables hausses depuis 2009.

Les prix de l’Ile-de-France en baisse

Malgré ces deux exceptions, l’Ile-de-France n’échappe pas au mouvement général de baisse. Le prix du mètre carré y recule de 1,1% en moyenne. Ce qui a permis aux acquéreurs, souligne encore Century 21, de s’offrir des surfaces plus grandes de 1 m2 en moyenne à un peu plus de 75 m2 (56 m2 pour les appartements et 103 m2 pour les maisons).

Le département remportant la palme de la baisse est le Val-de-Marne (- 5,9%). Il faut dire que le 94 avait « fait l’objet depuis 2009 de hausses de prix spectaculaires », note l’étude de Century 21. Les Hauts-de-Seine, malgré un léger recul de ses prix, restent le département le plus cher de la banlieue (5626 € le mètre carré). Un logement s’y achète en moyenne 350664 €. Bien plus que pour s’offrir un toit dans les Yvelines (280648 €), l’Essonne (230595 €), le Val-d’Oise (234818 €) ou la Seine-et-Marne (204446 €).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 3 Décembre 2012

prixappart.pngTout le monde campe sur ses positions. C’est en résumé la situation du marché de l’immobilier en Ile-de-France, selon les derniers chiffres fournis par les notaires. Les acquéreurs potentiels espèrent une baisse des prix qui se fait attendre, et les vendeurs ont peur de devoir brader leur bien.

Résultat : au 3e trimestre 2012, 37700 logements ont été vendus dans la région, soit une chute de 21% sur un an. Cette baisse des transactions est sensible depuis six mois maintenant. La baisse des ventes n’épargne aucun département d’Ile-de-France. En dehors de l’attentisme des uns et des autres, il devient aussi beaucoup plus difficile d’obtenir des prêts pour financer son achat.

Malgré ces facteurs qui pèsent sur les transactions, les notaires n’observent pas de repli des prix au mètre carré. Paris s’envole encore pour un nouveau record, la petite couronne reste stable et les seules baisses sont enregistrées en grande couronne, et encore, elles sont très faibles. Que peut-il se passer maintenant? « Difficile de voir le scénario qui va se dessiner », selon les notaires, qui notent cependant : « La baisse continue du nombre de ventes devrait finir par avoir un impact sur les prix qui restent très élevés. »


8440 € le mètre carré à Paris. Et un nouveau record pour les prix au mètre carré à Paris dans les appartements anciens! Certes la hausse n’est pas vertigineuse, avec 1% seulement d’augmentation au 3e trimestre 2012 et 0,8% sur un an. Six arrondissements ont même connu une baisse sur ces trois derniers mois, dont le VIIe et le IVe, qui figurent parmi les arrondissements les plus chers de la capitale. Le VIe arrondissement reste le plus onéreux pour se loger avec un prix du mètre carré qui dépasse les 13000 €. Si vous voulez trouver le prix le plus bas, visez la Goutte-d’Or dans le XVIIIe, avec un prix moyen de 5880 € le mètre carré.

4480 € en proche banlieue. Passé le périphérique, les prix n’ont plus rien à voir avec Paris, mais on n’observe pas de baisse significative des prix. C’est plutôt la stabilité sur un an avec un petit 0,3% d’augmentation. La hausse est plus sensible au 3e trimestre (+ 1,9%), mais, selon la chambre des notaires de Paris Ile-de-France, « ce n’est pas alarmant dans la mesure où le 3e trimestre est toujours la période de l’année où les prix augmentent le plus en raison de la saisonnalité des ventes ». Dans deux départements, les prix ont légèrement baissé sur l’année : la Seine-Saint-Denis (- 0,5%) et le Val-de-Marne (- 0,1%).

3140 € en grande couronne. Situation très contrastée en grande couronne. Dans l’ensemble, les prix baissent sur l’année (- 1%), mais relèvent la tête au 3e trimestre (+ 1,4%). Un écart qui se retrouve dans chaque département. C’est l’Essonne et le Val-d’Oise qui ont connu la baisse la plus significative depuis le début de l’année, avec respectivement - 1,6% et - 1,4%.

Source : Le Parisien 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 3 Juillet 2012

La Seine-Saint-Denis serait-elle le nouvel eldorado des acquéreurs immobiliers? D’après les chiffres publiés hier par le groupe Century 21 — qui a passé au crible ses transactions entre les premiers semestres 2011 et 2012 —, le marché immobilier de Seine-Saint-Denis est le seul marché francilien à noter une hausse des prix avec Paris.  Les transactions augmentent ainsi de 5,98% sur un an, contre 1,6% dans la capitale. Une augmentation en forme de rattrapage en quelque sorte puisque par rapport aux autres départements limitrophes de Paris (Hauts-de-Seine et Val-de-Marne qui sont désormais à la baisse), « la hausse a été moins forte en 2011 en Seine-Saint-Denis (5,94%) », explique Laurent Vimont, président de Century 21. Mais ici comme ailleurs, cette période d’augmentation, « devrait être suivie d’une prochaine baisse des prix », prédit-il. Reste que si les prix des ventes montent, la Seine-Saint-Denis est encore le département le moins cher d’Ile-de-France avec la Seine-et-Marne.

Saint_Denis_Canal_Saint_Denis.jpg

La capitale devenue trop chère

Le marché est surtout boosté par l’arrivée des Parisiens. « Ils quittent la capitale car les biens immobiliers sont trop chers », analyse Laurent Vimont. A Pantin par exemple, les acheteurs cherchent des biens près des deux premières stations de métro. « Soixante à 70% de nos acquéreurs viennent de Paris. Ils arrivent avec un bon apport et prennent souvent des crédits sur dix ou quinze ans », note Julien Agnès, directeur de l’agence Century 21 locale. Dans le département, les acquéreurs de 40 à 50 ans progressent de 14% sur un an, la plus forte hausse. « Ce sont des gens qui recherchent des maisons avec un bout de jardin », note Laurent Vimont. Les ventes des maisons augmentent d’ailleurs de 11,84% sur un an, quand celles d’appartements baissent de 1,44%.

Selon les chiffres de la Chambre des notaires de Paris - Ile-de-France, cités par Century 21, Tremblay-en-France connaît la plus forte hausse de prix pour les appartements anciens. Plus 39,6% sur un an contre 6,2% à Montreuil, aux abords de la capitale. Le prix au mètre carré y reste quand même bien moins élevé : 3190 € pour la première, contre 4420 € pour la seconde.Venant contredire ces résultats, la Chambre des notaires d’Ile-de-France enregistre de son côté une stagnation des prix en petite couronne sur les six derniers mois. « Je ne pense pas qu’on soit sur une réelle hausse du marché en Seine-Saint-Denis. Il cherche son équilibre. On observe des cycles de transactions plus longs, on est déjà plutôt dans une logique de baisse », commente Frédéric Dumont, notaire à Montreuil.

Source : Le Parisien Photo : Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 22 Juin 2012

Les chantiers de construction de logements se multiplient en ce moment à Aulnay-sous-Bois notamment en centre-ville à proximité de la gare. L’avenue Coullemont en face du parc Dumont ne fait pas exception. Autrefois peuplée de pavillons cossus dont quelques-uns subsistent encore, cet artère située en zone UD au niveau du plan local d’urbanisme (ce qui permet de construire à une hauteur de 15 mètres), va accueillir deux nouveaux bâtiments d’habitat collectif appelés les résidences du parc Dumont. Une association de quartier avait tenté en vain de bloquer le projet réussissant simplement à contraindre le promoteur à scinder le bâti en deux et imposer l’alignement avec l’existant.   


L’ensemble reste néanmoins relativement massif, même si à cet endroit , en cœur de ville, la pertinence de la densification peut s’envisager si l’on souhaite préserver la zone UG pavillonnaire. 55 nouveaux logements sont donc sur le point d’être livrés : 20 T1, 19 T2, 14 T3 et 2 T4. Certains regretterons sans doute la destruction des anciens pavillons, dont quelques-uns d’une belle facture architecturale, et par là-même de leur cadre de vie tandis que d’autres comprendront que l’inexorable croissance de la population dans le département de la Seine-Saint-Denis couplée à l’absence d’offre et au désir légitime de la jeunesse de décohabiter  justifie cette évolution urbanistique. Ces questions mériteraient un vaste débat entre élus et habitants d’Aulnay-sous-Bois, n’est-il pas ?  

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Logement

Publié le 9 Juin 2012

La résistance des prix de l’immobilier en Ile-de-France reste surprenante. La dernière livraison des relevés de prix de la chambre des notaires de Paris-Ile-de-France pour le 1er trimestre 2012 (portant sur les transactions déjà effectuées) traduit bien un tassement du prix médian des appartements anciens. Mais, après la forte hausse des années 2010 et 2011, si les prix commencent à s’assagir, ils restent élevés malgré la morosité ambiante et les incertitudes fiscales. 

seinesaintdenisprixm2.jpg

 8 260 euros le m² à Paris

Au premier trimestre 2012, les prix des appartements anciens ont baissé de 1,1% dans la capitale par rapport au dernier trimestre 2011. Seuls cinq arrondissements restent à la hausse. La baisse trimestrielle atteint même 5,8% dans le VIe, le plus cher. Et, sur un an, les prix n’ont augmenté « que » de 0,6% dans le VIIe. Une érosion modérée qui devrait continuer. Les avant-contrats laissent entrevoir un prix médian à 8200 € pour juillet (le record est de 8380 € en novembre 2011.

 4 430 euros le m² en petite couronne

Les prix des appartements anciens ont reculé légèrement cette année au cours du 1er trimestre dans deux départements (- 0,4% dans les Hauts-de-Seine, toujours le plus cher, et la Seine-Saint-Denis), tandis qu’ils font du surplace dans le Val-de-Marne (+ 0,1%). Les prix des maisons anciennes stagnent aussi sauf en Seine-Saint-Denis où ils reculent (-1,4%).

3 140 euros le m² en grande couronne

 Les prix des appartements anciens en grande banlieue ont eu tendance à stagner en début d’année (- 0,3% dans les Yvelines, + 0,4% dans le Val-d’Oise et + 0,6% dans l’Essonne), mais ils avaient baissé le trimestre précédent. Seule le département de la Seine-et-Marne a vu les siens progresser (+ 1,1%). Les prix des maisons anciennes se sont stabilisés, sauf dans le Val-d’Oise où ils ont progressé au 1er trimestre.

Source : Le Parisien du samedi 9 juin 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 25 Avril 2012

coeurville.jpg

Une résidence au cœur de la ville d'Aulnay-sous-Bois située à 350 m de la gare RER cela vous intéresse ? Et bien c'est ce que propose le programme "Coeurville" qui devrait voir le jour à l'angle des rues Jean Charcot et Charles Dordain dans les mois à venir. Pour l'occasion, dans son annonce, le promoteur Promogin sort le grand jeu et les violons évoquant notamment la rue Charles Dordain, petite rue calme desservant les pavillons voisins. Pas sûr que cela dure très longtemps avec ce nouvel aménagement ! Quoi qu'il en soit, le site selogerneuf.com donne une idée indicative du prix des futurs logements : appartement 2 pièces (39 m²) à partir de 154 000 euros, appartement 3 pièces (54 m²) à partir de 198 000 euros et enfin appartement 4 pièces (80 m²) à partir de 286 000 euros. Tous les détails sont disponibles en cliquant ici.

Source information et photo : http://www.selogerneuf.com  

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 15 Avril 2012

manifdalo.jpgPlusieurs centaines de personnes ont manifesté, hier, dans les rues de La Courneuve et de Bobigny pour demander la fin des expulsions locatives et l'application de la loi du droit au logement opposable (DALO) en Seine-Saint-Denis. Le cortège, formé d'associations locales, a rejoint la préfecture de Bobigny. Quelques participants de la Marche des banlieues se sont joints à la manifestation.

Source information et photo : Le Parisien, Hélène Haus, le dimanche 15 avril 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 4 Avril 2012

residenceparcavenue.JPG

C'est une nouvelle qui n'étonnera personne compte-tenu de la visible accélération des projets de construction notamment dans la zone UA du plan local d'urbanisme, celle amenée à se densifier en priorité sur la ville d'Aulnay-sous-Bois. Cette fois-ci c'est un pavillon situé à l'angle des rues Anatole France et Louis Coutant qui va céder la place à la résidence "Parc Avenue" composée de 22 appartements BBC du studio au 4 pièces. Cette municipalité avait promis de construire. Elle semble tenir cette promesse...

residenceparcavenue2.JPG 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Logement

Publié le 15 Mars 2012

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d'un communiqué transmis à la rédaction d'Aulnaylibre ! par les élus PS/PRG et apparentés d'Aulnay-sous-Bois à propos des expulsions locatives et du droit au logement.

 

DALO.jpg

 

 

Communiqué des élus PS/PRG et apparentés :

 

Stop aux expulsions locatives :

Le droit au logement doit être une réalité pour tous !

 

Après cinq années d’existence, le droit au logement opposable reste un échec, loin des belles

promesses de la droite et très loin d’être à la hauteur des enjeux.

 

Les expulsions sans relogement vont reprendre le 15 mars, jetant des milliers de familles à la

rue, faute de pouvoir payer leur loyer du fait de l’augmentation du chômage, d’un pouvoir

d’achat attaqué de toute part, d’une flambée des loyers, des charges et du coût de l’énergie. La

situation est devenue insoutenable ! Elle conduit des familles fragilisées, vivant dans

l’angoisse permanente, à des situations d’exclusion, dégradant ainsi tous les domaines de leur

existence : éducation, santé, emploi….

 

Pourtant, aucune mesure conséquente n’a été prise par le gouvernement Sarkozy-Fillon en

cinq ans ! Bien au contraire : la loi Boutin a divisé par trois les délais d’expulsion, passant de

3 ans à 1 an, remettant en cause le maintien dans les lieux et abaissant les plafonds de

ressource ; Les décisions d’expulsion ont augmenté de 48% en 10 ans.

 

Toutes ces mesures marquent la volonté du gouvernement de rendre le statut de locataire de

plus en plus précaire, niant de fait la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (« Toute

personne a droit à un niveau suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa

famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement… »). Parallèlement, l’Etat

a drastiquement réduit les moyens alloués à l’hébergement d’urgence.

 

Pourtant les menaces se multiplient : De jeunes adultes sont contraints de retourner vivre chez

leurs parents, des enfants souffrent de saturnisme car obligés de vivre dans des logements

insalubres, des parents vivent dans la rue, dans des foyers, dans leur voiture, dans des

caravanes, d’autres attendent des années avant de pouvoir accéder au logement social faute de

HLM en nombre suffisant : Aujourd’hui, plus de 3 millions de personnes sont mal logées en

France.

 

Une véritable politique du logement est nécessaire :

 

La priorité de François Hollande est de lutter contre le logement cher pour permettre à chacun

de bien se loger, sans se ruiner. L’encadrement des loyers, la construction de 2,5 millions de

logements intermédiaires, sociaux et étudiants dont 150 000 logements très sociaux grâce au

doublement du plafond du livret A, le renforcement de l’article 55 de la loi SRU sont autant

de chantiers prioritaires pour François Hollande.

 

A quelques jours de la fin de la trêve hivernale, les élus PS/PRG et apparentés tirent la

sonnette d'alarme et en appellent aux plus hautes autorités de l'Etat pour qu'elles

prennent leurs responsabilités face au risque de jeter des familles à la rue.

 

M. Raoul Mercier                                                                  M. Ahmed Laouedj

Président du groupe PS                                                        Président du groupe PRG

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 22 Décembre 2011

logementsvides.jpgVous trouverez ci-dessous un large extrait d'un article du Parisien paru ce matin. Il permet de faire un point précis sur le nombre de logements vacants en Ile-de-France. Ils seraient plus de 322 000 dans notre région. En Seine-Saint-Denis par exemple, si on dénombre 56 000 demandes de logements sociaux en attente, 31 638 logements sont vides soit 5,2 % du parc...

C'est le paradoxe de l'Ile-de-France : il est de plus en plus difficile de s'y loger et les listes d'attente pour obtenir un logement social ne cessent de s'allonger dans les différentes préfectures. Pourtant, le nombre de logements vacants reste impressionnant. Les chiffres, issus du dernier recensement de 2008, publiés il y a quelques jours par l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) révèlent que ces logements sans occupants sont 322 431 en Ile-de-France.

Un phénomène qui, même s'il est en légère diminution depuis le précédent recensement de 1999, touche toujours l'ensemble des départements et prend des proportions particulièrement importantes à Paris et dans les Hauts-de-Seine. Dans la capitale, l'Insee dénombre plus de 110 000 appartements vides, ce qui représente tout de même 8,2 % des logements. Dans les Hauts-de-Seine, ces chiffres sont de 50 000, soit 6,4 %.

LOGEMENTSVACANTS.jpg

Selon l'Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil), ces vacances s'expliquent d'abord par le fait que ces habitations nécessitent parfois des travaux. Certains propriétaires ont aussi peur des mauvais payeurs. C'est d'autant plus le cas dans les quartiers chics du XVIe ou de Neuilly. Les bailleurs possèdent aussi des logements voués à la démolition. Difficile donc d'évaluer le nombre de logements louables. Mais pour l'association Droit au logement (DAL), ces vacances représentent un véritable scandale. "Quand on voit le nombre de personnes à la rue, c'est révoltant de savoir qu'il y a autant de logements vides. A Evry (Essonne), on a déjà vu des appartements l'abandon durant plusieurs années", dénonce Christiane Laigneau, de la délégation locale.

Cette militante n'envisage qu'une seule solution. "L'Etat devrait réquisitionner les logements vacants des bailleurs. ça leur mettrait la pression pour louer plus vite." Ces logements vides, même s'ils appartiennent le plus souvent à des propriétaires privés, sont à mettre en parallèle avec la liste toujours plus longue des demandes de logement social. A Paris, plus de 120 000 personnes sont en attente d'un appartement en HLM...

Source article et image : Hélène Haus avec F.C. Le Parisien du jeudi 22 décembre 2011

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 13 Décembre 2011

Vous trouverez ci-après un article du journal Le Parisien paru dans son édition de ce matin. Il revient sur la journée de mobilisation (hier)  d'une partie des salariés de l'OPH (Office public de l'habitat) et de représentants d'amicales de locataires inquiets des conséquences que pourraient entraîner une fusion avec l'OPH 93 qui gère le parc des logements sociaux au niveau départemental. Les craintes se situent au niveau des emplois d'une part, et des risques d'augmentation des loyers d'autre part. Nous en saurons plus début 2012...

OPH.jpgNon à la fusion. La banderole a été déployée hier matin devant le siège d'Aulnay Habitat. L'office public de l'habitat, qui gère 2 500 logements, a vécu hier une journée mouvementée, au gré de la mobilisation d'une partie de ses salariés et de représentants d'amicales de locataires.

La signature d'un accord en deux temps - d'abord par le syndicat SUD vendredi, puis l'Unsa hier - n'a pas balayé toutes les inquiétudes. L'hypothèse d'un rapprochement entre l'office aulnaysien et son grand frère départemental, l'OPH 93 ( 22 565 logements), est à l'étude depuis le mois de septembre. Et elle suscite bien des craintes. "On ne sait pas si on pourra rester à Aulnay ou s'il faudra aller travailler ailleurs, explique ainsi une salariée. Certains ici travaillent à l'office depuis vingt-cinq ans, ils n'ont pas de permis de conduire, ils ne pourront pas se déplacer."

Au sein des amicales de locataires, on redoute des hausse conséquentes de loyers et de charges : " A Aulnay, les loyers ont toujours été plus bas qu'au sein des autres offices. C'est une dimension sociale qui va disparaitre s'il y a fusion", explique ainsi Michel Bleuze, ancien responsable de l'association de locataires Amiva.

"Aucune décision n'est prise et elle ne le sera qu'après consultation de tout le monde", martèle le maire PS, Gérard Ségura, président du conseil d'administration d'Aulnay Habitat. Il confirme que le scénario fait bien l'objet d'études, sur la "faisabilité d'un rapprochement" et sur la situation financière de l'office aulnaysien.

Nouvelles constructions

Une note présentée en conseil d'administration il y a quelques mois avançait des arguments en faveur d'un rapprochement avec l'OPH 93 : le désengagement financier de l'Etat ou encore la reprise d'une activité de construction "ambitieuse" ( 27 logements sur le point d'être livrés à la cité Arc-en-Ciel, 160 bientôt en construction dans les secteurs du Vélodrome, de Savigny et Balagny). Gérard Ségura affirme que des garanties existent sur le "maintien de tous les emplois, sans perte de salaire". Quant aux loyers, explique l'élu, ils augmenteront "même si l'office reste autonome. Ils sont inférieurs de 18 % à la moyenne des loyers dans les offices publics du département. Je vois mal comment on pourrait continuer à entretenir et construire des logements dans ces conditions."

Les premiers résultats des études en cours devraient être présentés aux administrateurs d'Aulnay Habitat début 2012.

Source article et photo : Gwenael Bourdon, Le Parisien du mardi 13 décembre 2011

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 27 Novembre 2011

«Une résistance surprenante. » C’est ainsi que Christian Lefebvre, le président de la chambre des notaires de Paris, analyse la performance des prix de l’immobilier en Ile-de-France. Les statistiques de la chambre pour le 3e trimestre 2011 traduisent une nouvelle hausse — certes plus modérée — qui défie les pronostics. Il y a tout juste trois mois, sur la foi des promesses de vente, les notaires envisageaient une amorce de baisse à Paris. Malgré la diminution sensible du nombre de transactions, on l'attend toujours.

 

8360 € du m2 à Paris

 

Au cours du 3e trimestre, les prix des appartements anciens ont deux fois moins augmenté dans la capitale qu’il y a un an. La progression annuelle a beau repasser sous la barre des 20%, les prix atteignent un nouveau sommet.

 

Sept arrondissements centraux se situent désormais au-dessus de 10000 €/m2 (le VIe et le VIIe sont même au-dessus de 12000 €/m2). Et sur un an, tous restent en forte hausse, de 16,7% dans le XIIIe et le XXe à 20,6% dans le VIIIe et le XVIe.

 

seinesaintdenispriximmobilier.jpg

      (  Ci-dessous prix au m² des appartements anciens en Ile-de-France  / Chambre des notaires )

 

4490 € du m2 en petite couronne


Avec une augmentation de 12,5% sur un an pour le prix des appartements anciens, la petite couronne ne connaît qu’une « légère décélération de la hausse » (+ 13,5% dans les Hauts-de-Seine, + 11,7% dans le Val-de-Marne, + 10,5% en Seine-Saint-Denis). Malgré une baisse du nombre de transactions, la hausse y est plus forte qu’en grande couronne. Pour les maisons, c’est à une accélération de la hausse qu'on assiste.

 

3180 € du m2 en grande couronne

 

Tous les départements de grande couronne connaissent un ralentissement de la hausse du prix des appartements anciens (+ 7,5% en un an). C’est dans les Yvelines qu’elle est la plus importante (+ 9%) et en Seine-et-Marne qu’elle est la plus faible (+ 4,6%). Sur le marché des maisons anciennes, la hausse des prix s’accélère dans les Yvelines et dans le Val-d’Oise, tandis qu’elle ralentit en Seine-et-Marne et en Essonne.

 

Source : J-P V Le Parisien du 26/11/2011

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 15 Avril 2011

Aulnaylibre ! l'avait évoqué par une note intitulée l'OPH d'Aulnay-sous-Bois, le paradis des directeurs ? (ici). Cette fois-ci c'est la CNL, association représentant les locataires, qui l'écrit dans sa lettre du mois d'avril 2011 : l'OPH en ébullition.

Dans cette missive, dont vous pouvez prendre connaissance ci-dessous, la CNL s'interroge sur la réelle efficacité de la réorganisation de l'OPH et notamment sur la dérive de la masse salariale suite à l'embauche de cadres et responsables...  

CNLAVRIL2011.JPG

L'OPH en ébullition

Nous avons quelques interrogations sur la réelle efficacité dans la réorganisation de l'OPH qui va coûter aux locataires, et se répercutera dans les hausses du loyer :

                - Embauche de cadres, de responsables

                - Réorganisation des services

                - Changement de logo

 

Est-il utile, au vu de la taille de notre organisme de 2 484 logements, d'avoir 4 directeurs ? Cela entraine une augmentation de la masse salariale. Pendant ce temps sur le terrain, la lenteur des travaux est ressentie... Suite à un incendie de hall en décembre 2010 au 17 rue du 8 mai 1945, 3 mois sans intervention à ce jour, toujours en état de délabrement, les locataires subissent. C'est inacceptable ! Des travaux de réfection de peinture, halls et cages d'escaliers au Vieux-Pays sont toujours en attente. L'entretien des travaux courants attendus par les locataires se fait au ralenti.

 

La CNL se prononce pour une gestion maîtrisée, une masse salariale conforme à la taille de notre organisme, des travaux de gros entretien et amélioration de l'habitat sur fonds propres, l'urgence de travaux au quotidien, le contrôle des charges et contre toute augmentation de loyers.

 

Source : la lettre de la CNL Avril 2011

 

Stéphane Fleury 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Logement

Publié le 7 Avril 2011

ophaulnayVous êtes Francilien, vous êtes directeur, et vous cherchez un emploi de directeur. Tout de suite vous pensez La Défense. Evidemment. Avec des reflets d'euros dans les yeux. Mais, comme il manque encore une corde à votre Arc Express pour faciliter vos transports de banlieue à banlieue, La Défense c'est pas top finalement. Alors ne cherchez plus. Voici peut-être la solution. Envoyez vos CV et lettre de motivation à l'OPH d'Aulnay-sous-Bois, le paradis des directeurs.

Après plusieurs échanges avec des membres du conseil d'administration de l'OPH aulnaysien, il semblerait en effet qu'il n'y ait pas moins de quatre directeurs actuellement en place. Un directeur général (une directrice en l'occurrence), un directeur financier, un directeur technique et enfin un directeur de proximité. Pas étonnant alors que les dépenses de personnel tendent à augmenter, m'a-t-on fait remarquer...

L'objet de cette note n'est pas de mettre en question les compétences de ces personnes, ni même le montant de leur rémunération, mais avant tout d'expliquer que cette situation commence à faire jaser dans un OPH qui est l'un des plus petits du département avec seulement 2 450 logements dans son parc...

N'y-aurait-t-il pas une certaine forme d'indécence à avoir autant de directeurs dans une structure qui a pour vocation de loger des personnes aux revenus modestes ?

En attendant la réponse à cette question, j'observe qu'il n'y a pas encore de directeur de la communication. Je me demande si je ne vais pas envoyer un dossier de candidature. On ne sait jamais...

Stéphane Fleury 

Source logo OPH : http://www.oph-aulnay.org/

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Logement

Publié le 22 Février 2011

Lancé par le gouvernement début 2011, le PTZ+, un prêt complémentaire, pourra être accordé à tous ceux qui rêvent d'acheter leur première résidence principale. Plusieurs critères sont pris en compte pour son obtention. Décryptage.

pret-taux-zero-plusAlors que les taux des crédits viennent de reprendre leur ascension, ceux qui achètent une résidence principale pour la première fois ont un ballon d'oxygène : ils peuvent bénéficier du "prêt à taux zéro plus" ou "PTZ+", lancé par le gouvernement au début de l'année 2011. Contrairement à l'ancien prêt à taux zéro, il n'est pas soumis à un plafond de ressources. Son calcul relève d'un savant cocktail de paramètres : la localisation du logement, sa performance énergétique, son statut (neuf ou ancien), le nombre de personnes dans la famille. Le nouveau PTZ est censé aider en priorité ceux qui cherchent à se loger dans les zones où le prix du mètre carré est le plus élevé. Fera-t-il toutefois des miracles à Paris ou en Ile-de-France ? Précisons qu'il s'agit d'un prêt complémentaire : son montant ne peut pas représenter plus de la moitié du total des prêts nécessaires à l'achat. Une famille de cinq personnes souhaitant, par exemple, acquérir un appartement de 80 m², à Nanterre (Zone A), pour 400 000 euros, et disposant de 200 000 euros d'apport personnel, ne pourra pas avoir plus de 100 000 euros de prêt à taux zéro, soit l'équivalent de ses emprunts bancaires.

ptz.jpgEn outre, le PTZ+ est plus intéressant dans du logement neuf, c'est-à-dire construit ou acquis en vue d'une première occupation. Or, il y en a très peu à Paris : 200 seulement étaient disponibles fin 2009. En outre, ils coûtent encore plus cher que les logements anciens. Ces derniers sont souvent mal classés énergétiquement (E à G), ce qui diminue le coût du prêt. Un célibataire souhaitant emprunter 200 000 euros pour l'achat d'un studio dans de l'ancien pourra prétendre à un PTZ+ de 12 400 euros seulement, si l'appartement a une mauvaise étiquette énergétique. Si l'appartement était bien classé (de A à D), il pourrait prétendre au double, soit 24 800 euros. Si l'appartement était neuf et classé basse consommation, il aurait droit à 49 600 euros. Pour savoir à quelle somme il peut prétendre, le primo-accédant peut utiliser le simulateur du ministère du logement (Ptz-plus.gouv.fr) ou demander un diagnostic financier gratuit dans une agence départementale d'information sur le logement (Adil) dont la liste est disponible sur le site Anil.org.

L'Adil 75, qui est située boulevard Edgar-Quinet, dans le 14e arrondissement, reçoit de nombreuses demandes. Elle a ainsi pu bâtir le plan d'un homme célibataire de 38 ans, gagnant 1 771 euros net par mois, et bénéficiant d'un apport personnel de 122 000 euros, du fait qu'il loge chez ses parents. Celui-ci pourra acheter 28m² dans le 19e arrondissement, moyennant 215 000 euros, grâce à un prêt bancaire de 50 000 euros sur 20 ans, au taux de 3,50%, à un prêt de 36 300 euros à taux zéro sur 15 ans, proposé par la Ville de Paris, et à un PTZ+ de 6 200 euros sur 25 ans.

L'Adil constate toutefois que, dans la capitale, l'accession à la propriété devrait rester hors de portée des familles modestes sans apport personnel. Une famille monoparentale de trois personnes disposant de 2 500 euros de revenus mensuels ne pourrait ainsi prétendre à un trois pièces de 60 m² dans le 19e arrondissement. Avec, sur trente ans, des mensualités de 750 euros, soit 30% de ses revenus, elle devrait se contenter de 30 m²;

Source : Rafaële Rivais Le Monde pour Direct Matin 14/02/2011

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 17 Novembre 2010

L'Insee publie un Portrait de la France dans lequel elle dessine le logement des Français.

Dans cette étude qui brosse un tableau de la population française et de ses évolutions entre 1996 et 2006, l'Insee se préoccupe de la manière dont sont logés les Français.

Et voilà ce qu'il en ressort :
-
91m², c'est la surface moyenne du logement principal des foyers (+5% sur 10 ans, +10% sur 22 ans) avec en moyenne 2,3 personnes par logement.
-
57% des Français sont propriétaires de leur logement (+12,8% en 22 ans)
-
57% des logements sont des habitations individuelles.
-
9,7% des logements en France sont des résidences secondaires (un chiffre stable depuis 10 ans)

En ce qui concerne le prix : les inégalités se sont creusées.
Pour les foyers les plus modestes, le poids du logement dans le portefeuille atteint
39% en 2006, contre 34% en 1996 dans le parc privé, 22% contre 21% en 1996 dans le parc social.
Pour les autres, le logement représente 27% des dépenses en 2006 contre 25% dix ans plus tôt.

Et cette augmentation des prix ne s'explique pas forcément par une amélioration du confort (
1,5% des logements sont considérés comme sans confort sanitaire parce que ne disposant pas d'eau chaude ou pas de WC ou pas d'installation sanitaire, contre 4,1% en 1996)... mais par une hausse importante des loyers.

L'Insee nous apprend également que
les Français se sont petit à petit éloignés du centre des villes pour aller s'installer en périphérie. Ils sont 36% contre 32% en 1985. Et ce n'est pas sans conséquence...

Les dépenses liées aux déplacements ont augmenté pour les personnes qui se sont déplacées en périphérie : +10% en moyenne sur la facture énergétique en 20 ans.

Source : Le Post  http://www.lepost.fr/


Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement