emploi

Publié le 21 Octobre 2014

MEIFE.jpg« On m'a coupé la tête », lâche-t-elle d'une voix tremblante au lendemain de sa mise à pied. Marie-Anne Cabanier, la directrice financière de la maison de l'emploi, de l'insertion, de la formation et de l'entreprise (Meife) d'Aulnay devrait être fixée sur son sort dans les jours qui viennent.

La cadre de 56 ans est menacée de licenciement. Le couperet est tombé de façon spectaculaire, le 10 septembre, sur ordre de l'adjoint au maire 
UMP Franck Cannarozzo, président de la structure. Pour avoir, semble-t-il, détenu de façon irrégulière les clés d'un local de vidéosurveillance, Marie-Anne Cabanier a été raccompagnée manu militari à sa voiture par un agent de sécurité qui a fouillé son sac à main avant de la laisser partir.

Message d'apaisement du maire UMP

La brutalité de la scène contraste avec le message d'apaisement distillé par la nouvelle municipalité. Le 18 septembre se tenait un séminaire de travail au parfum de thérapie de groupe, avec une psychosociologue. En préambule, le maire UMP présentait aux employés de la Meife leur « nouveau patron », Sébastien Aubry, directeur général adjoint, un ancien de la structure (2002-2006). Devant 25 salariés, Bruno Beschizza lâchait alors : « C'est comme la fermeture de l'usine PSA. Après un drame, soit on geint, soit on reconstruit. »

C'est plutôt un interminable psychodrame que les salariés de la Meife ont le sentiment de vivre depuis des années. L'association, créée en 2001 à la lisière de la cité de la Rose-des-Vents, était censée promouvoir l'emploi et l'entreprise et aider à l'insertion des chômeurs. Elle fut même la première maison de l'emploi labellisée de France... Puis elle s'est embourbée. Les dotations de l'Etat ont diminué, les effectifs aussi, dans un quartier pourtant particulièrement frappé par la crise.

Mais un autre mal a rongé la maison de l'intérieur, qui intéresse la justice. Depuis mai 2012, une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Bobigny, suit son cours. Elle se fonde sur de sérieux soupçons de harcèlement et de détournement des fonds. Depuis, les langues se délient un peu, toujours anonymement. Et décrivent un climat tendu, irrespirable. Le point d'orgue semble avoir été atteint dans les années 2010-2011, avec l'irruption de visiteurs agressifs, des pneus crevés, des menaces et plaintes croisées entre salariés, responsables, élus... La Meife vivote au gré des départs de ses responsables. L'ancien directeur d'exploitation a été licencié pour motif économique fin 2013. Son successeur, arrivé il y a un an, est en congé depuis des mois pour inaptitude. Marie-Anne Cabanier, qui avait été embauchée en 2009, sous l'ancienne mandature PS, s'était portée candidate cet été pour diriger la Meife. Avant d'être donc, aujourd'hui, sous la menace d'un licenciement. La nouvelle municipalité assure qu'elle ne se livre pas à une chasse aux sorcières.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 13 Octobre 2014

gare.jpgLe supermétro rentre dans le concret. Enfin ! Le Premier ministre signera cet après-midi dans le Val-de-Marne l'acte d'achat du terrain sur lequel verra le jour la gare du Grand Paris Express de Créteil-L'Echat. Et c'est aujourd'hui également que débute en Seine-Saint-Denis l'enquête publique sur les lignes 14 nord, 16 et 17 sud. Si tout se passe bien, en 2023, les voyageurs pourront prendre le métro à Saint-Denis-Pleyel pour rallier Bobigny en dix minutes, ou partir de Noisy-le-Grand (gare de Noisy-Champs) pour rejoindre Le Bourget en vingt minutes. Cette enquête publique succède à celle qui s'est tenue sur la ligne 15 au sud de la capitale (Pont-de-Sèvres - Noisy-Champs). En l'occurrence, les travaux du supermétro devraient démarrer d'ici quelques semaines pour une mise en service en 2020. Quant au chantier du prolongement de la ligne 14 au nord de Saint-Lazare vers Mairie-de-Saint-Ouen, il est déjà en cours.

La venue de Manuel Valls, accompagné notamment de plusieurs ministres (Macron, Pinel, etc), se déroulera dans la foulée du comité interministériel sur le Grand Paris. Outre des mesures sur les logements, Manuel Valls va faire — ou officialiser — plusieurs annonces :

La desserte des aéroports améliorée. Le calendrier des dessertes vers les grands bassins d'emplois sera accéléré. Objectif : desservir Orly, Roissy et le plateau de Saclay dès 2024 (et non 2030 comme au tout début du projet). Un coordinateur interministériel s'assurera de la réalisation dans les délais du CDG-Express. Et des voies dédiées aux bus et taxis seront bien créées entre Paris et les aéroports sur l'A 1 et l'A 6 au premier semestre 2015.

La maintenance des métros sur le site de PSA-Aulnay. Le futur centre de maintenance des lignes 16 et 17 permettra la réindustrialisation de l'ancienne usine Peugeot-Citroën. Matignon évoque la création de 350 emplois directs.

Des ports provisoires. Le supermétro, ce seront 40 millions de tonnes de remblais à évacuer. Les péniches seront privilégiées. Rien que pour la ligne 15, des ports provisoires verront le jour à Vitry-sur-Seine (94) et à Sèvres (92).

Des financements « confortés ». C'est le nerf de la guerre. Pour compenser la hausse de la TVA qui a entraîné un manque à gagner de 100 M€ pour la modernisation des transports déjà existants en Ile-de-France, l'Etat versera 140 M€ par an. De quoi redonner le sourire à Jean-Paul Huchon (PS), président de la région dont le fauteuil sera remis en jeu en décembre 2015... Sans oublier une enveloppe de 1,4 MdEUR dans le cadre du plan Etat-Région 2015-2020. Enfin, la Société du Grand Paris, chargée du financement du supermétro, pourra bénéficier de prêts à taux attractifs de la Caisse des dépôts, voire de la Banque européenne d'investissement.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 30 Septembre 2014

musee-du-bourget.jpgLa mission emploi de la ville de Drancy organise aujourd'hui un salon de l'emploi, au musée de l'Air de l'aéroport du Bourget. Environ 75 entreprises seront présentes dans des secteurs qui recrutent (intérim, hôtellerie, restauration, sécurité, logistique...). Des poids lourds comme Aéroville, Kyriad ou O2, mais aussi de nombreuses PME récolteront vos CV. Le salon est ouvert à tous, des jeunes sans diplôme aux seniors en recherche d'emploi. « Nous voulons redynamiser un territoire un peu oublié entre les pôles de Roissy et de Saint-Denis », lance Jérôme Laverny, directeur de la mission emploi. Cette structure municipale, qui fête son 1er anniversaire, a permis à 593 personnes de trouver un job, en mettant en relation des chômeurs de la ville avec des entreprises, en les entraînant à la rédaction de CV ou aux entretiens d'embauche. Des organismes similaires sont en cours de création au Bourget et au Raincy.

Aujourd'hui de 9 heures à 18 heures, musée de l'Air du Bourget.
Tél. 01.48.96.39.05.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 29 Septembre 2014

forumconcorde.jpgJeudi et vendredi se tiendra, sous un immense chapiteau, place de la Concorde à Paris, le plus grand forum de recrutement généraliste de France, selon les organisateurs. Pas moins de 500 entreprises, collectivités et organismes de formation seront présents, soit un total de 2 000 recruteurs et 10 000 offres d'emploi à pourvoir, ainsi que des formations et des stages d'apprentissage. Si aucune préinscription n'est demandée, il est recommandé aux candidats de se préparer dès maintenant avec de bons CV.

Jeudi et vendredi de 9 heures à 18 heures. Place de la Concorde (Paris VIIIe), métro Concorde. Entrée libre. Accessible aux personnes à mobilité réduite.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 25 Septembre 2014

polemploi810 chômeurs de moins en un mois. Pour la première fois depuis des mois, le chômage a baissé en Seine-Saint-Denis comme en Ile-de-France. Le département comptait 115 110 demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé) fin août, soit - 0,7 % par rapport à fin juillet. Si l'on prend en compte les catégories A, B, C (y compris ceux ayant travaillé quelques heures), on atteint 156 640 chômeurs, en baisse de 0,9 %. La situation s'améliore dans toute l'Ile-de-France. C'est en Seine-et-Marne (-1,1 %) et dans le Val-de-Marne (-1,0 %) que la baisse est la plus forte.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 22 Septembre 2014

forum_jeunesse.jpg.jpgA l’occasion du 6ème Forum pour l’emploi des jeunes de Seine-Saint-Denis organisé par le Préfet et la DIRECCTE IDF/UT93, la Ville a mis à disposition de la Mission Locale un car de 50 places pour permettre aux jeunes Aulnaysien(ne)s de se rendre à cet évènement riche en opportunités.

Lors de cette nouvelle édition seront proposées par plus de 80 entreprises pas moins de 4 000 offres d’emplois de tous niveaux dans de nombreux métiers et secteurs d’activité.

Infos pratiques : 9h heure de départ de la Meife (ouverture du forum à 9h30) / 16h30 heure de retour du stade de France (fermeture du forum à 16h30).

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 22 Septembre 2014

polemploiUNE PREMIÈRE pour Pôle emploi. Partant du constat que 82 % des ménages étaient désormais équipés de connexions Internet (chiffres Insee 2013), l'organisme chargé de mettre en relation demandeurs d'emploi et entreprises a décidé de lancer son premier salon de l'emploi sur le web. Salon qui débute aujourd'hui et préparera les rendez-vous de l'emploi organisés simultanément dans toutes les agences d'Ile-de-France entre le 6 et le 17 octobre.

Le principe est simple : tout comme sur un salon ordinaire, 57 entreprises participantes parmi lesquelles Norauto, la Fnac, Swisslife, Allianz, la SNCF ou PSA Peugeot... proposeront plusieurs centaines de postes à pourvoir dans de nombreux secteurs d'activité en région parisienne et ailleurs. La différence principale est que ces postes, bien réels, seront mis en ligne sur le site Internet spécialement dédié à l'opération, site sur lequel les entreprises disposeront d'un stand virtuel. De la même façon, les candidats pourront postuler sur ces différents emplois directement sur le site, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 5 octobre.

 Des entretiens par téléphone, webcam ou chat

Les recruteurs seront informés par mail à chaque candidature et sélectionneront les postulants au fur et à mesure des demandes. Charge aux entreprises d'organiser ensuite, à partir du 6 octobre et jusqu'au 17 octobre, les entretiens de recrutement selon le mode d'échange choisi : par téléphone, webcam ou « chat ». Car c'est aussi la grande nouveauté, les entretiens filmés et par Internet font désormais partie des outils de plus en plus utilisés par Pôle emploi. Parallèlement, ceux qui le souhaitent pourront encore postuler durant cette période sur quelques offres encore en ligne.

Salon de recrutement en ligne, à partir d'aujourd'hui et juqu'au 17 octobre, sur http ://salonenligne.pole-emploi.fr.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 19 Septembre 2014

parc-asterix-menhir-express.jpgLe parc d'attractions de l'Oise renouvelle son événement « Peur sur le parc » et recrute du personnel. Danseurs, hôte d'accueil, agent de nettoyage, maquillage, costumier, électricien... En tout, il y a 180 postes à pourvoir dont près de 80 rien que pour les intermittents du spectacle. L'avantage, c'est qu'il sera possible à ceux qui sont embauchés pour cette période d'être retenus pour la saison 2015 du parc. « Chaque année, nous avons besoin de près de 1 000 saisonniers », rappelle ainsi Géraldine Regnault, chargée de communication du parc. A préciser tout de même, les saisonniers doivent trouver leur hébergement. 

Pour postuler  : www.recrutement.parcasterix.fr.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 15 Septembre 2014

boitecmoi.jpgUne date à noter dans vos agendas ! Demain, la Maison de l'emploi, de l'insertion et de la formation et de l'entreprise (MEIFE) d'Aulnay organise le salon Ma boîte c'est moi, dédié à la création d'entreprise. Les visiteurs pourront s'informer sur les aides existantes, rencontrer des financeurs et être conseillés par des entrepreneurs. Deux tables rondes permettront de débattre du « crowdfunding » (ou financement participatif) -- cette méthode consistant à financer un projet en faisant appel aux dons --, et de l'isolement dans lequel se trouvent certains patrons de PME.

Demain, de 9 heures à 17 heures, au gymnase Marcel-Cerdan, rue Alain-Mimoun. Entrée gratuite.

Source article : Le Parisien / Image : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 12 Septembre 2014

usine-psa-d-aulnay-sous-bois-le-25-octobre-2013.jpgLa commission européenne a proposé jeudi d’accorder une enveloppe de 12,7 millions d’euros pour aider 2.357 anciens salariés licenciés par le constructeur automobile PSA Peugeot-Citroën dans ses usines françaises d’Aulnay-sous-Bois et de Rennes «à trouver un nouvel emploi».

Cette somme, «signe de la solidarité de l’Union avec ces travailleurs, devrait aider ceux-ci à se doter de nouvelles compétences, à trouver un nouvel emploi ou à lancer leur propre entreprise», a souligné le Commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, László Andor, cité dans un communiqué.

Au total, 6.120 salariés de chez PSA ont été licenciés, mais les aides vont se concentrer sur «les 2.357 travailleurs qui ont le plus de mal à trouver un emploi» en leur proposant des aides à l’orientation ou encore des formations.

Cet argent doit permettre de pallier les conséquences «très néfastes» des licenciements sur l’économie locale, notamment en Seine-Saint-Denis, où la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, 3.000 salariés, a «réduit la main d’oeuvre salariée dans la région de 13,6%», selon le communiqué.

Ces mesures d’aide coûteront au total 21,1 millions d’euros, une somme à laquelle l’Europe propose de contribuer à hauteur de 60%. Proposée au titre du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM), cette aide doit encore recevoir l’approbation du Parlement européen et du conseil des ministres de l’UE.

Ces instances doivent donner leur feu vert à ce financement «afin que l’Europe incarne un peu plus les valeurs sociales et citoyennes qui doivent être les siennes», a plaidé dans un communiqué séparé le président PS du département de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel.

Fin 2013, le fonds d’ajustement à la mondialisation, qui co-finance aux cotés des Etats des mesures d’aide aux travailleurs lors de licenciements massifs, a été prolongé jusqu’en 2020, mais avec un budget fortement réduit.

En 2012, l’UE avait décidé du versement de 12 millions d’euros pour venir en aide à 2.089 anciens salariés de PSA Peugeot-Citroën, licenciés en France en 2009 et 2010.

Source : AFP via Libération.fr / Photo : Eric Piermont AFP

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 6 Septembre 2014

Carnomise-s-installe-sur-l-ancien-site-de-PSA-Aulnay-96918.jpgLa location de véhicules entre particuliers via des entreprises qui servent d’intermédiaires est en plein boom. Carnomise, qui s’est spécialisée dans la location destinée aux voyageurs, annonce son installation sur l’ancien site PSA d’Aulnay-sous-Bois (93).

Carnomise fait partie de ces entreprises qui surfent sur la mode de la location « de particulier à particulier » avec une nuance de taille : elle s’est spécialisée dans la location autour des aéroports, ce qui explique son intérêt pour l’ancien site PSA Peugeot Citroën d’Aulnay. Carnomise a en effet profité du programme de revitalisation de l'ancienne usine automobile située dans le Nord de la région parisienne pour y installer une agence et bénéficier d'un parking à moindre coût situé à seulement huit minutes des terminaux de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle. Gui Bulaty, co-fondateur de Carnomise justifie la nouvelle implantation : « C’est tout d’abord une très belle opportunité pour nous en ce qui concerne l’implantation stratégique de notre société. De plus, c’est une évolution plutôt positive pour ce site dont l’âme reste centrée sur l’automobile. C’est une bonne chose que l'ancienne industrie automobile aide la nouvelle économie du partage de véhicules ».

Source : http://www.caradisiac.com/

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 28 Août 2014

La MEIFE d’Aulnay-sous-Bois réitère  le projet du « BUS REGIONAL DE LA CREATION D’ENTREPRISE ». Cette opération se déroulera du 1er au 5 septembre 2014.

bus1.png

Les quartiers et lieux d’étapes suivants ont été retenus :

bus4.png

Cet événement est animé par la Boutique de Gestion de Paris qui mettra à disposition deux conseillers qui accueilleront et informeront le public sur la création d’entreprise.

bus2.png 

bus3.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 28 Août 2014

logo pole emploi 469 1905b290 chômeurs de plus de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé) ont été recensés fin juillet en Seine-Saint-Denis par rapport à fin juin. Pôle emploi dénombre désormais 115 920 demandeurs d'emploi, en hausse de 0,3 % sur un mois (+ 8 % sur un an). Si l'on prend en compte les catégories A, B et C (y compris les chômeurs ayant travaillé quelques heures), la hausse est de 1,1 % en un mois (+ 8,3 % sur un an). On atteint alors 154 980 demandeurs d'emploi. Dans le même temps, en Ile-de-France, le nombre d'inscrits de catégorie A a très légèrement baissé de 0,2 % sur un mois, mais a progressé de 0,9 % pour les catégories A, B et C.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 26 Juillet 2014

Logo Pôle Emploi1 070 chômeurs supplémentaires en un mois. La Seine-Saint-Denis n'échappe pas à la nouvelle hausse du chômage avec 0,9 % de demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant pas travaillé du tout au cours du mois) entre fin mai et fin juin. Les listes de Pôle emploi comptent désormais 115 630 personnes dans le département. En un an, le nombre de chômeurs a augmenté de 8,3 %. Un chiffre supérieur à la tendance régionale puisque le nombre de demandeurs d'emploi en Ile-de-France a augmenté de 1,1 % par rapport à fin mai 2014 et de + 6,9 % en un an.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 29 Mai 2014

logo pole emploi 469 1905bLe chômage continue d'augmenter en Seine-Saint-Denis avec 0,5 % de demandeurs d'emploi supplémentaires de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé) entre fin mars et fin avril, soit 610 personnes. Le département compte désormais 113 500 chômeurs, soit deux fois plus que dans le département de l'Essonne, par exemple. Ce chiffre qui monte à 151 180, si l'on ajoute les catégories B et C (qui ont travaillé quelques heures dans le mois). En Ile-de-France, le chômage est quasiment stable avec 0,1 % de hausse entre mars et avril.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 9 Mai 2014

« Pas un jeune en  CFA (NDLR : centre de formation d'apprentis) ne sera sans employeur à la rentrée prochaine. » C'est le souhait formulé par François Rebsamen, le ministre du Travail, il y a quelques jours. Pourtant, la formation en alternance accuse une baisse de 8 % en France. En Seine-Saint-Denis, le recul n'est que de 6 %. « C'est l'un des départements les moins touchés », précise la préfecture.

 93.jpg

Du côté des employeurs, les offres restent aussi déprimées. Moins de 7 % d'entre eux embauchent des apprentis en alternance. Dans le département, 692 jeunes étaient toujours à la recherche d'un employeur fin 2013. Résultat : les centres de formation d'apprentis peinent à pourvoir leurs stages. Forte de ce constat, la préfecture de Seine-Saint-Denis vient de financer et de créer, en partenariat avec le réseau Convergence 93 (une association qui fédère les missions locales), un portail d'accès sur Internet dédié à l'alternance*. Didier Leschi, préfet à l'Egalité des chances, explique la philosophie de ce nouvel outil de promotion : « C'est une première en Ile-de-France. Il s'agit de mettre en réseau les CFA, les centres d'information et d'orientation et les missions locales. »

Le taux de chômage des jeunes du 93 bat des records

Car dans le labyrinthe des structures -- elles sont près de 35 000 --, difficile d'y voir clair quand on est un jeune en quête d'un métier. Dans un département où le taux de chômage des jeunes bat des records (+ 44 % depuis septembre 2008) et où le niveau de qualification reste l'un des plus faibles de France, l'apprentissage prend tout son sens, estime Didier Leschi. « Cela peut représenter une seconde chance pour se former », souligne-t-il. Le portail promet de remédier à ces handicaps.

Sur la page d'accueil du site, deux onglets apparaissent : « Se former en alternance » permet de visualiser sur une carte du département les adresses des CFA, des missions locales etc. Bien pratique pour repérer la structure la plus proche de son domicile. Ensuite, apparaissent toutes les informations pratiques « pour s'inscrire dans un parcours de formation ». Une première étape. Car pour décrocher le Graal il faudra encore de la persévérance. On peut reprocher au site son esthétique austère. Pour l'instant, son interactivité est limitée.

Côté employeur le deuxième onglet, « Recruter en alternance », informe sur les démarches administratives à accomplir. Là encore, pas sûr que cela suffise à motiver les chefs d'entreprises. L'annonce, à l'été 2013, de la suppression des aides aux entreprises qui recrutent des apprentis et de la non-imposition des salaires des apprentis a échaudé les employeurs qui se sont détournés de l'apprentissage.

Le portail de la préfecture constitue le premier étage de la fusée. La prochaine étape visera à mettre bon ordre dans les filières proposées par les centres de formation et à créer de nouveaux débouchés plus porteurs. « Nous réfléchissons à des filières autour de la fibre optique et des métiers du Grand Paris », indique Didier Leschi.

* www.lepassalternance93.fr.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 26 Avril 2014

logo pole emploi 469 1905b112 890 demandeurs d'emploi en Seine-Saint-Denis. D'après les chiffres du chômage publiés hier par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE Ile-de-France), 112 890 chômeurs de catégorie A (n'ayant pas travaillé au cours du mois) étaient inscrits à Pôle emploi fin mars dans le département.Ce chiffre est en augmentation de 1 % par rapport au mois précédent (1 130 demandeurs d'emploi de plus). Sur un an, la hausse atteint 7,7 % (elle est de 6 % à l'échelle régionale). Ce sont surtout les seniors qui affichent d'inquiétantes augmentations avec des statistiques à deux chiffres aussi bien pour les hommes (+ 14,3 % en un an) que pour les femmes (+ 12,6 % en un an).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 10 Avril 2014

DocPSA.jpgCaméra colée à l'œil, elle s'est glissée plus d'une fois à l'intérieur de l'usine PSA... en jouant au chat et à la souris avec les cadres chargés de mettre dehors les intrus. La documentariste Françoise Davisse a suivi durant plus de deux ans des syndicalistes et salariés du site industriel d'Aulnay -- dont la fermeture est en cours --, et s'apprête à en tirer un documentaire. Le film est en cours de montage et a été largement financé par le « crowfunding » (appel au financement participatif sur Internet)*. Il devrait sortir au cinéma cet automne, ainsi que sur quelques chaînes de télévision locale.

La réalisatrice assure que le film ne prend pas parti

Compagne du maire (PC) de Saint-Denis, Françoise Davisse est entrée rapidement en contact avec Philippe Julien, conseiller municipal sous l'étiquette Lutte ouvrière au sein de la commune, mais aussi délégué syndical CGT à l'usine PSA. « La CGT avait dévoilé le plan secret de la direction(NDLR : une note planifiant la fermeture de l'usine) en juin 2011. J'ai commencé à les suivre en novembre. » A l'époque, la direction du groupe automobile assurait que la disparition du site d'Aulnay n'était pas d'actualité. « On était en pleine campagne présidentielle. Les militants de la CGT ne se faisaient aucune illusion sur la fermeture. » En collant aux talons des syndicalistes, Françoise Davisse a pu filmer les réunions, la préparation de la grève déclenchée en janvier 2013, des manifs, mais aussi les rencontres avec les ministres, le PDG de PSA, ou encore les difficiles négociations de fin de conflit... Elle s'est également attachée à suivre de simples ouvriers, s'engageant dans la grève. « Ce n'est pas une chronique, mais une aventure humaine », explique-t-elle. « Ceux qui se sont battus ont gagné un peu plus d'argent (NDLR : une indemnité de 19 700 € a été versée à une partie d'entre eux) et surtout, je les ai sentis bien plus en forme que les autres salariés , même à la fin. » Françoise Davisse assume volontiers d'être une militante. En 2004, elle avait réalisé le film « Des gens comme nous », qui suivait les démarches d'habitants de Saint-Denis dénonçant des violences policières. Mais elle assure que ce documentaire ne sera pas partisan. « Je ne l'ai pas fait pour convaincre, mais pour que chacun se demande : Qu'aurais-je fait à leur place  ? » * Les donateurs peuvent encore adresser leurs chèques à l'adresse suivante : Films du Balibari, 23, rue de Cronstadt, 75015 Paris.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 28 Mars 2014

letterPSA.jpgPSA va envoyer 204 lettres de licenciement à partir du 1er avril, la phase contrainte du plan social lié à la fermeture prochaine de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) s'achevant lundi 31 mars. Ce chiffre vient d'être annoncé par la direction lors d'un comité d'établissement ce vendredi, selon une source syndicale. 

Ces 204 salariés de 
Peugeot-Citroën restant n'ont pas trouvé de solution de reclassement (mutation au sein du groupe ou embauche à l'extérieur). 

Ils ont encore la possibilité d'opter pour un congé de reclassement, d'une durée maximale d'un an, durant lequel ils toucheront tout ou partie de leur salaire. Ceux qui atteindront la fin de cette période sans solution seront licenciés.

L'usine, qui produisait des C3 à la chaîne, doit fermer définitivement cette année. En juillet 2012, lorsque la fermeture a été annoncée, elle employait 3000 salariés.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 27 Mars 2014

logo_pole_emploi_469__1905b.jpg1 010  chômeurs de plus en un mois. Le chômage a progressé de 0,9 % en Seine-Saint-Denis entre fin janvier et fin février. Le département compte 111 760 demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé). Si l'on prend en compte les catégories A, B et C (y compris les personnes ayant travaillé quelques heures), on atteint un total de 148 410 personnes, stable par rapport à janvier. Le nombre de demandeurs d'emploi continue à baisser légèrement pour les moins de 25 ans. C'est pour les femmes de plus de 50 ans que la situation s'aggrave le plus. En Ile-de-France, le chômage a augmenté de 1,1 % en moyenne, c'est dans les Hauts-de-Seine qu'il a progressé le plus (+ 1,6 %).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 11 Mars 2014

3649521_11-0-4161377910_640x280.jpgLe tribunal de grande instance de Paris a condamné ce mardi le groupe PSA pour «inégalité de traitement», après le versement d’une prime de fin de conflit de 19 700 € à d’anciens grévistes de l’usine automobile d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).  C’est ce qu’annonce Me Philippe Lejard, avocat du Syndicat indépendant de l’automobile (SIA), à l’origine de cette procédure. La direction de PSA, contactée, n’était pas encore au courant de cette décision. 

 La justice ordonne à l’entreprise de verser cette prime supplémentaire à tous les salariés qui en avaient fait la demande avant le 16 août 2013. Cela représente au moins 550 personnes, selon Me Lejard.  Alors qu’un plan social accompagnait la fermeture de ce site industriel, la direction de l’entreprise a passé en mai 2013 un accord avec le syndicat CGT, pour mettre fin à une grève de quatre mois au sein de l’usine. Dans un premier temps, 120 à 130 salariés ont pu quitter l’entreprise en touchant la prime supplémentaire, à condition de partir rapidement et de renoncer aux mesures de reclassement. 

Une deuxième vague de 350 personnes ont à leur tour touché la prime mais ont dû pour cela présenter une promesse d’embauche ou les preuves d’une création d’entreprise. 550 autres salariés ont vu leur demande refusée. C’est en leur nom que le SIA avait entamé sa procédure.  L’usine PSA d’Aulnay, qui comptait plus de 3000 salariés en juillet 2012, va fermer ses portes cette année.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 8 Mars 2014

3653937_2_545x341.JPGMême si les Franciliennes font partie des meilleures élèves de l’Hexagone, elles ne dirigent que 33% des entreprises d’Ile-de-France. Une proportion que le gouvernement espère monter à 40% en 2017.

Elles représentent la moitié de la population active, mais seulement 33 % des chefs d'entreprises d'Ile-de-France. La proportion de femmes créatrices d'entreprises a du mal à décoller depuis dix ans. C'est ce que le révèle une étude menée par trois chercheuses de l'IAU (Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France) et de l'Insee, qui pour ce 8 mars 2014, ont tenu à faire le point sur la place des femmes sur le marché du travail.  

Les Franciliennes font pourtant partie des meilleures élèves de l'Hexagone, distancées de très peu par les Pays de la Loire (34 %). Sans surprise, c'est à Paris qu'elles créent le plus (près de 40 entreprises sur 100). A la traîne, la Seine-Saint-Denis (24 %) et les Hauts-de-Seine (27 %), deux départements qui ont pourtant des taux de chômage aux antipodes : 16,8 % des femmes en Seine-Saint-Denis contre 9,7 % dans le 92.

Les domaines de prédilection des entrepreneuses : le conseil (audit, ressources humaines...), l'action sociale et la santé où là, elles sont majoritaires (64 %). C'est le cas des infirmières ou des sages-femmes qui se mettent à leur compte. Ces secteurs ne nécessitent pas forcément beaucoup d'investissements : un quart des créatrices franciliennes démarrent avec moins de 2000 EUR (contre 18 % des hommes). Mais comparées à celles des hommes, les entreprises créées par les femmes sont tout aussi pérennes.

Comment expliquer cet écart entre les hommes et les femmes ? Sur le terrain Victorin Gopkon, consultant Premier Conseil qui accompagne chaque année une centaine de projets d'entreprises en Ile-de-France voit une différence majeure : « les femmes sont plus prudentes, prennent moins de risque et sont capables de se rétracter au dernier moment ». « Huit créatrices sur 10 créent pour la première fois et elles recommencent moins spontanément que les hommes en cas d'échec », ajoute Carine Camors, économiste à l'IAU et co-auteure de l'enquête.

Les motivations aussi diffèrent. « Les femmes créent leur entreprise par volonté d'indépendance, tandis que les hommes vont vouloir développer un investissement ou affronter de nouveaux défis », compare Carine Camors. Même si diriger une entreprise relève du défi, comme en témoigne Christelle Sogbadji, infirmière libérale basée à Sevran Beaudottes (Seine-Saint-Denis). « On fait trois boulots en un, les soins, la prospection, la facturation, et on n'est pas préparé à ça », admet cette jeune femme de 32 ans. Elle ne s'est pas payée pendant trois mois. Elle a été tentée de jeter l'éponge après 3 ans. Mais elle a tenu bon et ne le regrette pas. « C'est plus dur pour les femmes aussi parce qu'elles doivent assumer la famille, estime Djamila Ibanez, gérante de Methodes +, créé en 2004 aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et spécialisée dans le conseil en gestion. J'ai eu la chance que mes enfants ne soient plus à charge quand j'ai créé mon entreprise et que mon conjoint adhère au projet, mais je me levais à 5 heures du matin pour tout faire. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 8 Mars 2014

PSARECUPIl se définit comme « quelqu'un de mesuré, qui cherche l'équilibre ». Hier, lors d'un point presse en mairie d'Aulnay-sous-Bois, aux côtés de responsables de PSA, du maire et du député d'Aulnay, Jean-Paul Bailly a précisé les contours de sa mission auprès du patron du groupe automobile.

L'ancien 
président de la Poste doit conseiller le patron du groupe, Carlos Tavarès, sur la reconversion des terrains de l'usine. Celle-ci, qui abrite encore 215 salariés en attente d'une solution, doit fermer cette année. Pas d'annonce fracassante, mais une précision sur le calendrier : un schéma directeur, élaboré par les services immobiliers de PSA, pourrait être présenté d'ici le début de l'été. D'ici là, Jean-Paul Bailly, qui a déjà visité le site, veillera au dialogue entre les parties prenantes, notamment lors des réunions présidées par le préfet de région.

Des tractations depuis des mois entre les divers acteurs

Le devenir de ces 160 ha est depuis des mois au cœur de tractations entre les collectivités, l'Etat et l'entreprise. « Nous avons rétabli une relation de confiance avec l'entreprise, après des relations difficiles sur certains sujets, indiquait hier le maire (PS), Gérard Ségura. Notre préoccupation est aujourd'hui l'emploi et le développement économique. » Hormis l'installation confirmée d'ID Logistics et de 590 emplois en 2015, les autres projets sont encore en suspens pour ce site qui abritait en juillet 2012 plus de 3 000 salariés. Parmi les pistes déjà évoquées, l'installation d'un site de maintenance du futur métro du Grand Paris, les ateliers de Siemens, ou encore une usine de l'entreprise Lucibel...

Jean-Paul Bailly soulignait hier qu'il faudrait des dizaines d'années pour réaménager le site. En attendant, Sigrid Duhamel, directeur immobilier de PSA, envisage des baux précaires pour permettre à des sociétés de s'y installer pour une courte durée. Même si plusieurs élus socialistes militent pour une « maîtrise publique du foncier », Sigrid Duhamel a répété hier que le sujet n'était pas d'actualité. « Avant de parler de vente, il faut qu'on ait un projet. Qu'on puisse vendre n'est pas exclu. Aucune hypothèse n'est exclue », a-t-elle précisé. Pour le député (PS) Daniel Goldberg, l'essentiel est de trouver les moyens d'éviter la constitution d'une friche industrielle, « comme les terrains Westinghouse ou Kodak à Sevran », restés en l'état durant des années.

Cette conférence de presse n'a pas été du goût de tout le monde à Aulnay. Bruno Beschizza, candidat UMP aux municipales, y a vu la main du gouvernement, tout juste entré dans le capital de PSA, et une « l'intrusion du gouvernement guidée par une pitoyable manœuvre électoraliste », en faveur de Gérard Ségura.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 6 Mars 2014

psa.jpgIls dénoncent un «licenciement sans cause réelle et sérieuse», des «conditions de travail dégradantes» ou l’«absence de travail», et réclament une indemnisation. Le tribunal des prud’hommes de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a reçu au cours des derniers mois près de 300 dossiers déposés par des salariés ou ex-salariés de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, sur le point de fermer définitivement ses portes. Ce jeudi après-midi, près de 90 d’entre eux étaient convoqués pour une première audience de conciliation au tribunal des prud’hommes de Bobigny.

Ils étaient accompagnés par le syndicat Sud, qui affirme disposer de près de 250 dossiers. La juridiction a fixé l’audience de jugement au 2 décembre prochain. La veille, 162 dossiers avaient été déposés par d’autres anciens salariés de l’usine, escortés par la CGT, qui précise qu’une première audience se tiendra en juin. Parmi les demandeurs on trouve beaucoup d’anciens grévistes, qui avaient quitté l’usine à la fin du mois de mai 2013, à la faveur d’un protocole d’accord signé par la CGT et PSA. Celui-ci accordait une indemnité de 19 700 € aux salariés quittant en groupe rapidement, en renonçant aux mesures de reclassement. Alors que le groupe PSA affirme que 90% du personnel de l’usine (3300 personnes en juillet 2012) a trouvé une solution de reclassement, CGT et Sud prédisent que «plusieurs centaines» de lettres de licenciement seront envoyées à partir du 1 er avril prochain.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 6 Mars 2014

bus-IRCEM.jpgVous travaillez dans le secteur des services à la personne et vous êtes à la recherche d'informations sur la retraite, la protection sociale, la formation professionnelle, la nutrition ou encore la prévention des risques professionnels ? Sachez que le bus du groupe de protection sociale à but non lucratif et à gestion paritaire Ircem stationnera aujourd'hui de 9 heures à 17 heures, rue Charles-Gouppy, à Aulnay-sous-Bois. Les agents sont à votre disposition pour vous informer sur vos droits et vos devoirs en matière de protection sociale obligatoire et sur les services qui vous sont ouverts. Le secteur des services à la personne compte aujourd'hui dans le département de la Seine-Saint-Denis 35 800 salariés et 34 200 employeurs.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi