Publié le 24 Octobre 2013

Les services propreté, collecte, espaces verts, voirie, assainissement et gestion urbaine de proximité concentrent leurs moyens et investissent plus particulièrement un quartier de la ville lors de l’opération Quartier Propre  pour effectuer en une journée des missions d’entretien et de maintenance de l’espace public et se rapprocher des habitants. N’hésitez pas à les rejoindre au point information sur le parvis de la mairie pour vous renseigner et mieux les connaître.

Le mardi 5 novembre 2013 de 8h à 16h. Quartier Mairie - Vieux-Pays. Rendez-vous sur le parvis de la mairie.

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 24 Octobre 2013

Vous trouverez ci-dessous une déclaration du maire Gérard Ségura concernant le site PSA d’Aulnay-sous-Bois.

Une déclaration de Gérard Ségura,

Maire d’Aulnay-sous-Bois,

Vice-président du Conseil général chargé de la reconquête industrielle

« Pas de fermeture définitive du site avant que chaque

salarié ne dispose d’une solution d’avenir »

gerard-segura-2014Ce vendredi, les salariés des chaînes de production de PSA-Aulnay produiront une dernière voiture. C’est une page de l’histoire ouvrière de notre ville qui se tourne, une page inséparable de la naissance d’une partie des ensembles d’habitations du nord de notre commune.

L’émotion est d’autant plus vive qu’à ce jour plus d’un millier de salariés de l’usine ne sont pas fixés sur leur sort. Il est impératif que la fermeture définitive du site n’intervienne pas avant que chacun d’entre eux ne dispose d’une issue à sa situation personnelle. À deux mois et demi du terme de la période de volontariat, la direction de PSA doit tenir son engagement pris solennellement d’aboutir à un plan social exemplaire.

Dès l’annonce de la fermeture de l’usine, j’ai indiqué que la municipalité d’Aulnay n’accepterait ni plan social, ni réindustrialisation au rabais. À chaque étape de ce dossier éminemment douloureux, notre ville a pris ses responsabilités, que ce soit dans les témoignages concrets de solidarité en faveur des salariés, que dans notre volonté de valoriser les capacités du site à préparer un rebond économique.

J’ai notamment souligné l’importance cruciale de ne pas transformer cet espace, sans équivalent en Région parisienne, en manteau d’arlequin rapiécé, mais d’en maintenir tout au contraire la vocation industrielle au travers d’une reconversion ambitieuse, cohérente et durable. C’est dans cette optique que notre Conseil municipal unanime a pris la responsabilité de frapper de périmètre d’étude l’ensemble du site de sorte à ce que nous disposions d’un droit de regard sur les aménagements futurs.

Depuis, nous contribuons pour la part qui nous revient, aux côtés des échelons territoriaux que sont la Région et le Département, à favoriser l’émergence d’un projet haut de gamme, créateur de milliers d’emplois, sur ce site aussi vaste que celui de La Défense et unique en France par son positionnement entre deux aéroports internationaux.

Je crois fermement en la possibilité de réaliser ici une vitrine de l’industrie du futur, comprenant une dimension écologique et urbanistique. Pour peu qu’une volonté politique nationale s’affirme, et que la direction de PSA admette nos préoccupations, nous pouvons faire de ce site un concentré emblématique de la France industrielle de demain. 

Fait à Aulnay, le 22 octobre 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Communiqués

Publié le 24 Octobre 2013

FIFA-2014-Centre-Albatros-Aulnay.jpgTous les jours on entend quelqu’un dire qu’il bat tout le monde ! Donc pour mettre tout le monde d’accord, le Centre social Albatros organise au sein de son antenne située 5 rue de Bougainville un tournoi FIFA 14 ce vendredi 25 octobre 2013 à partir de 14h ! L’inscription est fixée à 2 euros. Des surprises sont à gagner. Renseignements sur place.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 24 Octobre 2013

passe-navigoIl faudrait un miracle… Sauf retournement de situation, la TVA dans les transports passera bel et bien de 7 à 10% dès le début de l’année prochaine. Avec, comme conséquence, une répercussion pour les voyageurs qui devront payer plus cher leurs tickets ou passe Navigo (voir infographie). En Ile-de-France, ce sera même la double peine puisque le Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) a jugé indispensable d’augmenter ses tarifs de 3% environ pendant les douze prochaines années - soit plus que l’inflation - pour financer notamment les 200 km de nouvelles lignes de métro du Grand Paris express. 

Les députés ont approuvé le relèvement de la TVA

C’est Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, qui a confirmé mardi que la TVA augmentera dans les transports, malgré de nombreuses réclamations. Guillaume Pépy, le président de la SNCF, n’avait pas hésité à réclamer une exonération sur « les transports de la vie quotidienne » en qualifiant cette augmentation « d’impôt sur les billets de trains ». De son côté, Jean-Paul Huchon (PS), président du Stif et du conseil régional d’Ile-de-France, avait carrément écrit au Premier ministre pour le prier de renoncer à cette mesure, craignant une explosion sociale comme cela s’était produit au Brésil pour des raisons similaires en juin dernier. Une requête restée lettre morte.

Le relèvement de la TVA participera au financement du Crédit d’impôt compétitivité emploi. Les députés viennent d’approuver ce passage de 7 à 10% lors de l’examen du projet de loi de finances. Reste maintenant aux sénateurs d’examiner à leur tour cette mesure. Sachant que de toute façon, en cas de désaccord, les députés ont le dernier mot, il n’y a plus guère de suspense… 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 24 Octobre 2013

93-SNCF.jpgC’est une belle histoire d’amour qui est en train de s’écrire entre la Seine-Saint-Denis et la SNCF. Les deux parties viennent, hier, de s’engager, et c’est une première, en faveur de l’emploi, du logement et du développement local. En guise de dot, l’entreprise publique a ainsi organisé une session de recrutement à laquelle devaient participer une centaine de candidats issus, en partie, de quartiers sensibles. Trois autres opérations de ce type doivent être menées dans les mois à venir dans le département.

La SNCF est le premier employeur du 93 avec environ 10000 salariés. Une implantation qui s’est renforcée avec l’arrivée du siège de la société en juillet dernier à Saint-Denis. Il s’agit d’un premier pas pour le président (PS) du conseil général, Stéphane Troussel, qui espère voir ce type d’initiatives se multiplier. « Ni le lieu où l’on réside, ni un parcours scolaire chaotique, ni son nom ou son origine ne peuvent justifier l’absence d’accès à l’emploi, martèle-t-il. Nous sommes le poumon économique du Grand Paris. Nous avons du foncier, six pôles de compétitivité, une population jeune et dynamique, bref, nous avons tous les atouts pour réussir. »

La convention prévoit un recrutement important dans les zones urbaines sensibles. Au niveau national, il atteint 19% des effectifs de l’entreprise qui a la volonté de dépasser les 20%. « Nos clients viennent de tous les horizons, il est donc normal que nos agents aussi », confirme François Nogué, directeur général délégué à la cohésion. Mais la convention va plus loin. « Nous avons près de 6000 logements en Seine-Saint-Denis et nous voulons les proposer à nos futurs recrutés afin qu’ils soient au plus près de leur lieu de travail, souligne Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Par ailleurs, nous nous engageons aussi à prendre prioritairement des élèves du 93 dans le cadre des stages de 3e. »

Les candidats, qui ont passé leurs tests hier, avaient été présélectionnés par Pôle emploi ou les missions locales. Quatre types de métier étaient proposés : entretien du matériel roulant, entretien du réseau, accueil en gare et sécurité ferroviaire. Dans un premier temps, tous les candidats ont passé un examen éliminatoire sur ordinateur. Puis, les rescapés ont enchaîné avec un entretien. Comme Sofiane. Le jeune homme habite Tremblay mais n’arrive pas à trouver du travail malgré son bac pro, en maîtrise équipement industriel. « Sans expérience, personne ne t’engage, regrette-t-il. Au moins, la SNCF est une grande boîte avec beaucoup de possibilités d’évolution. » Jerry, qui cherche dans la maintenance électrique, estime que ces recrutements sont une belle opportunité. « Quel que soit l’endroit où l’on habite et notre couleur de peau, on est tous traités pareil ici, apprécie-t-il. Tout le monde a ses chances. Moi, je n’ai pas bien réussi la première partie mais grâce à ma motivation, l’entretien s’est bien passé. » Résultat dans 15 jours.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 24 Octobre 2013

soiree-cabaret-new-resto-aulnay.jpgLe New Resto, établissement prisé d'Aulnay-sous-Bois pour ses soirées à thèmes accueille les 5, 6 et 7 novembre 2013 les filles de Cabaret pour 3 diners spectacles, des shows à la parisienne à l'occasion des salons qui se déroulent à cette période. Sortez autrement, venez profiter de ce spectacle !

Le New Resto, 24 rue Jules Princet. Du mardi 5 au jeudi 7 novembre 2013. De 20h à minuit. Diner Spectacle : apéritif, entrée, plat, dessert, vin, café, coupe de champagne et spectacle de 90 min. Tarif : 45 euros. Réservations au 06 63 36 70 26.

 

Source : http://www.parisetudiant.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 23 Octobre 2013

Vous trouverez ci-dessous une lettre signée conjointement par Sébastien Ville, de la Gauche Anticapitaliste,  et Christophe Dubois, du Parti de Gauche. Dans celle-ci, ils appellent clairement à se démarquer du Parti Socialiste dont ils fustigent la politique nationale et locale. Dès lors ils souhaitent présenter une liste du Front de Gauche au premier tour des élections municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois et demandent aux militants du Parti Communiste de les rejoindre dans cette démarche. 

Municipales 2014

Lettre ouverte aux militants du Parti Communiste Français d’Aulnay-sous-Bois.

par

Sébastien Ville, Gauche anticapitaliste, courant unitaire pour l’écosocialisme,

Christophe Dubois, Parti de Gauche.

Aulnay, le 20 octobre

Chèr-e-s camarades,

front-de-gauche-aulnay.pngGérard Ségura est en campagne pour sa réélection et les Verts ne devraient pas tarder à présenter leur liste alternative à gauche.

 Pendant ce temps, le Front de Gauche est l’arme au pied, suspendu à votre décision et vos négociations départementales avec le Parti Socialiste..

Pour nous, il est temps d’affirmer que le Front de Gauche doit présenter une liste indépendante du Parti Socialiste à l’occasion de cette échéance municipale, tant pour des considérations politiques nationales que locales.

Une politique nationale du PS calamiteuse

Nationalement, cette élection est la première depuis que la droite a été battue et le constat partagé dans le Front de Gauche est que ce gouvernement a décidé de mettre en oeuvre une politique économique et sociale compatible avec le dogme libéral, une politique faite d’austérité qui s’en prend d’abord aux salariés, à leurs conditions de travail et à leur pouvoir d’achat.

La refondation de l’école rabâchée par le gouvernement n’a pas lieu et se met en place progressivement de nouveaux rythmes scolaires qui aggravent les inégalités entre les territoires et accentuent le précariat dans les temps péri-scolaires.

Le ministre de l’intérieur, Manuel valls, met ses bottes dans celles de ses prédécesseurs, lâche les Roms à la vindicte populaire et n’hésite pas à exclure sur le temps scolaire des enfants scolarisés en se protégeant derrière les lois votées par le gouvernement précédent.. Quelque fut la popularité de cet homme et de sa politique, c’est une insulte à la gauche et aux résistances que nous avons construites sous la droite.

La gauche n’est-elle pas d’abord le courant qui se bat pour l’égalité des droits ?

Le PCF avec l’ensemble du Front de Gauche a décidé justement de se démarquer de ce gouvernement en n’y participant pas. Cette non-participation a d’ailleurs permis un élargissement de notre Front avec la venue entre autres d’une partie importante du NPA (la Gauche Anticapitaliste) qui combattait l’isolement de la gauche révolutionnaire, ou encore les Alternatifs, petite force représentant la tradition autogestionnaire de la gauche.

Une politique locale controversée

Localement, vous avez participé pendant toute la mandature à la majorité municipale après avoir participé il y a 6 ans à une liste d’union PS-PC-Verts. Vous avez pu imprimer à l’occasion un peu membres du de votre marque de fabrique et vous revendiquez légitimement une partie du bilan de la mandature de Ségura.

Mais vous êtes aussi associés à des politiques que nous combattons ensemble par ailleurs. Le collège au Sud de la Ville est un Partenariat Public-Privé qui fait des ponts d’or à la multinationale Vinci et qui coûtera plus cher au contribuable ; le vote pour le travail le dimanche qui accompagne la pression sur les salariés et affaiblit le commerce de proximité ; une urbanisation qui ne semble pas maîtrisée ; aucun progrès sur la gestion publique de l’eau ; le soutien à l’implantation de nouvelles grandes surfaces ; la polémique sur la réalité des politiques de démocratie participative. Et la campagne sera polluée par la politique nationale précisée ci-dessus ainsi que par la mise en route des nouveaux rythmes du péri-scolaire.

Pour un Front de Gauche indépendant du PS.

L’élection qui s’annonce doit pour nous avoir deux objectifs.

Le premier est de battre la droite qui a commencé une campagne largement démagogique et sécuritaire.

Le second, c’est que pour battre cette droite, il faut offrir une alternative à gauche à la gestion de la municipalité qui est aussi contestée par des électeurs traditionnels de gauche qui seront tentés par la politique du coup de balai tant les attentes placées dans la victoire de Ségura n’ont pas été au rendez-vous pour ces secteurs.

Notre liste devrait être celle d’une alternative politique de défense intransigeante des intérêts de la population salariée, une gauche capable de porter devant les aulnaysiens notre cohérence.

Pour construire une société plus juste, il faut développer les services publics, refuser l’austérité du gouvernement, utiliser les municipalités comme des points d’appui dans nos bagarres nationales et ne pas se contenter de gérer les transferts de compétences dans le carcan budgétaire qu’impose l’Etat.

Notre responsabilité de Front de Gauche, c’est de nous démarquer de la politique mortifère du Parti Socialiste, porter notre message sans censure, mesurer l’écho qu’ont nos propositions dans la population, proposer une voie alternative à gauche au risque de voir la droite réactionnaire ramasser les fruits de l’adaptation au dogme néolibéral du Parti Socialiste.

Au contraire, s’associer au PS, c’est entraîner le PCF dans l’immense déception qui s’entend partout où notre peuple souffre.

Membres du PG et de la GA, nous ne serons pas d’une liste avec le PS.

Membres du Front de Gauche, nous nous donnerons tous les moyens de faire entendre notre voix lors de cette élection municipale.

Veuillez recevoir, chèr-e-s camarades, nos sentiments anticapitalistes, unitaires et républicains.

Pour la Gauche Anticapitaliste, courant unitaire pour

l’écosocialisme,

Sébastien Ville

(ancien candidat NPA aux élections cantonales et

législatives)

Pour le Parti de Gauche,

Christophe Dubois

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 23 Octobre 2013

En pleine période de vacances scolaires, Aulnaylibre ! vous propose une séquence nostalgie originale à travers les cahiers d’élèves de l’ancienne école primaire du Parc d’Aulnay-sous-Bois qui se situait à l’intérieur de l’actuel collège. Puissent ces quelques photos d’archives datant des années 60 ranimer les souvenirs des plus anciens et éveiller la curiosité des plus jeunes…

ecole-primaire-parc-aulnay-1.jpg

Les cahiers d'époque.

ecole-primaire-parc-aulnay-2.jpg 

Le nom de l'ancienne propriétaire n'est que pure coïncidence !

 ecole-primaire-parc-aulnay-3.jpg

Vous rappelez-vous de ces anciens protège-cahiers ?

 ecole-primaire-parc-aulnay-4.jpg

Ils servaient à payer des vacances aux orphelins.

 ecole-primaire-parc-aulnay-5.jpg

Les panneaux de signalisation ont eux aussi changé.  Vous vous remémorez ?

ecole-primaire-parc-aulnay-6.jpg 

L'indispensable buvard ! On écrivait à la plume sergent major.

ecole-primaire-parc-aulnay-7.jpg 

Il était impératif d'avoir une écriture soignée.

ecole-primaire-parc-aulnay-8-copie-1.jpg 

Ces deux cahiers sont de niveau CM1. L'écriture était appliquée en ce temps-là.

Alors chers lecteurs plein de souvenirs reviennent ?

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 23 Octobre 2013

93La SNCF qui a implanté son siège social à Saint-Denis a accepté de s’engager pour s’ancrer un peu plus en Seine-Saint-Denis où travaillent 10000 de ses agents. Le président du groupe, Guillaume Pepy, signera aujourd’hui la charte Seine-Saint-Denis Egalité avec Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil général. Il mènera ainsi durant trois ans des actions en faveur de l’accès à l’emploi et de la reconnaissance des qualifications des habitants du cru. Il s’agit de la première entreprise du département à parapher cette charte.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 23 Octobre 2013

En voyant des panneaux annonçant des travaux avenue Anatole France, certains riverains espéraient qu’enfin les arbres seraient élagués ! Fausse joie puisqu’en réalité le chantier qui se prépare concerne l’assainissement. Ce matin une machine TP occupait ostensiblement le centre de la place l’Herminier et de nombreuses places de parking étaient condamnées. Ces opérations menées au croisement des rues Camille Pelletan, Roger Lemaire, des Frères Aspis et de l’avenue Anatole France ne devraient donc pas faciliter la circulation sur un axe routier déjà bien encombré… L’occasion peut-être pourquoi pas de privilégier pour une fois les transports doux : bicyclette, marche…  

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 23 Octobre 2013

RERBAULNAYLe nouveau RER B lancé le 2 septembre, et exploité par la SNCF et la RATP, est un succès aux yeux des transporteurs. Sur le seul mois de septembre, le taux de ponctualité est passé à 86,5 % (il était de 82,2 % en septembre 2012) tandis que la satisfaction des clients a fait un bond de 18 points (de 46 % à 64 %). Quasiment du jamais vu sur une si courte période ! Rappelons que cinq années de travaux d’amélioration de cette ligne, la deuxième plus fréquentée d’Europe, permettent désormais d’offrir plus de services et de faire circuler plus de trains : 25 % de RER en plus avec en heure de pointe, un train toutes les trois minutes entre Paris et Aulnay-sous-Bois (l’offre est passée de 8 à 20 trains à l’heure) et toutes les six minutes entre Aulnay-sous-Bois et Mitry-Claye/Aéroport-Charles-de-Gaulle.

Source : http://laviedurail.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 23 Octobre 2013

statistiques-cambriolage1Hier matin, 130 gendarmes (mobiles, départementaux, militaires), aidés d’un hélicoptère, ont arrêté à l’aube une équipe de cambrioleurs. Quatre suspects ont été interpellés chez eux à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), un autre à Pierrefitte. Un sixième a été extrait de la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne). Tous ont été placés en garde à vue à la gendarmerie de Meaux (Seine-et-Marne). Ce coup de filet est l’aboutissement d’une longue enquête menée par la cellule anti-cambriolages de la compagnie de Meaux. Les six auteurs présumés, âgés de 18 à 31 ans, sont impliqués dans 64 cambriolages commis entre septembre 2012 et mars dernier, dans dix départements.

L’enquête avait démarré après plusieurs intrusions chez des particuliers à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). L’équipe a aussi frappé dans cinq autres communes du 77 ainsi que dans l’Aisne, l’Eure, l’Essonne, le Val-d’Oise, les Yvelines, l’Oise, l’Eure-et-Loir, la Marne et la Somme.

Elle a dérobé au total 54000 € d’argent liquide et fait main basse sur des objets facilement transportables : bijoux, vêtements, ordinateurs, téléphones portables, caméscopes, maroquinerie. Le préjudice global s’élèverait entre 200000 € et 300000 €.

Les enquêteurs ont pu retrouver les auteurs des cambriolages grâce aux prélèvements ADN, aux constatations de traces sur les lieux et aux écoutes téléphoniques. Cinq cambrioleurs sont roumains, le sixième est algérien. Ils doivent être déférés devant le tribunal de Meaux vendredi.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 23 Octobre 2013

PSARECUPLe ministre du Redressement productif n’écarte pas l’hypothèse d’une arrivée de l’Etat ou de Chinois dans le capital du constructeur automobile.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, assure que le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën "restera une entreprise française", sans exclure l'hypothèse d'une arrivée au capital d'un actionnaire chinois. "PSA restera une entreprise française", affirme-t-il dans un débat "face aux lecteurs" du quotidien "Le Parisien" du mardi 22 octobre. "Donc pas de Chinois dans le capital de Peugeot ?", rebondit l'un des participants. "Je n'ai pas dit ça. Je dis que l'entreprise restera en France et française", répond le ministre, qui ne se prononce pas plus explicitement sur l'éventualité, elle aussi fréquemment avancée, d'une entrée de l'Etat au capital de PSA. "PSA est une entreprise en très grave difficulté. L'objectif est que ce constructeur qui emploie 100.000 personnes en France se relance et embauche à nouveau. C'est possible !", ajoute le ministre, en prenant pour exemple le cas de General Motors.

Le constructeur américain, qui détient depuis février 2012 7% du capital de PSA, "a fait faillite, a perdu 28.000 salariés et se remet aujourd'hui à embaucher", fait-il valoir. Les difficultés persistantes de PSA à sortir la tête de l'eau, malgré une restructuration drastique, ont ravivé ces dernières semaines l'hypothèse de l'arrivée de nouveaux actionnaires pour soutenir le numéro un français de l'automobile. Le dernier scénario évoqué par la presse est le recours à une augmentation de capital de 2,5 à 3 milliards d'euros à laquelle souscriraient conjointement l'Etat français et Dongfeng, le partenaire chinois du groupe. La semaine dernière, le président de Dongfeng, Zhu Fushou, a affirmé que son groupe étudiait encore "la rationalité" d'une prise de participation dans PSA.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Economie

Publié le 22 Octobre 2013

bague.jpgDepuis le 13 septembre, elle n’a pas remis les pieds chez elle, à Bagnolet. Cette femme de 89 ans a trouvé refuge chez ses enfants, mais elle fait des cauchemars, a perdu l’appétit et vit dans l’angoisse, comme en atteste une récente expertise qui a réévalué le traumatisme à 25 jours d’ITT (incapacité totale de travail). « Sa vie s’est arrêtée quand elle a ouvert sa porte », martèle le substitut du procureur de Bobigny en tapant du plat de la main sur son pupitre. Il tente de ramener à la conscience deux prévenus de 21 et 24 ans jugés hier par la 17e chambre correctionnelle, pour une agression dont le récit est glaçant.

Matignan et Brahima se sont fait passer pour des électriciens, venus en urgence rue Molière. Ils n’ont pas frappé à n’importe quelle porte. Ils venaient chercher des bagues et n’ont rien pris d’autre. « Oui, c’était juste pour ça », répond Matignan, qui comptait ainsi « rembourser des dettes » auprès d’un homme qu’il refuse de nommer, par « peur de représailles » et qui lui aurait fourni l’adresse.

Ils étaient en récidive

La retraitée, qui venait de recevoir la visite d’un médecin et attendait un serrurier, se laisse avoir. Elle ouvre, sans mettre l’entrebâilleur. Avec ses 45 kg et son pacemaker, elle ne fait pas le poids face à ces deux gaillards. « C’est moi qui l’ai mise au sol », répond Brahima, qui nie toute violence. « Vous en parlez comme si vous étiez des parents qui couchent leur enfant, mais vous l’avez balancée! », reprend le procureur. « Pour vous, ce n’était qu’une vieille avec ses bagues en diamant. » Les bagues, c’est Matignan qui s’en est chargé. « J’en ai tiré une et coupé l’autre avec une pince », pince qu’il avait amenée, dit-il pas très distinctement. « Ça ne vous gênait pas de couper la peau? » interroge la présidente. Matignan admet « une éraflure peut-être mais rien de tout ça ». « Il y a pourtant eu des points de suture », reprend la juge.

Si des policiers n’avaient pas été en planque dans la rue, la victime n’aurait pas été secourue si vite. Ils ne savaient pas qu’elle gisait au sol, une main en sang, les lèvres blessées et des douleurs au thorax. Ils ne l’ont découverte qu’après avoir contrôlé les deux hommes, pris en filature jusqu’à 
Paris. C’est à ce moment que les policiers ont vu les bagues et ce papier avec l’adresse et le nom de la victime. Rue Molière, la femme gémissait.

La peine encourue par les deux hommes était de vingt ans, puisqu’ils étaient en récidive. Maintes fois condamnés, ils étaient sous le coup d’une mise à l’épreuve. Leur avocate, commis d’office, s’est dite « choquée par leur absence de conscience face à la gravité des faits » et a suggéré un suivi plutôt qu’une longue incarcération. Le parquet a requis cinq ans, le tribunal les a condamnés hier soir à trois ans de prison ferme. « Et si on avait fait ça à votre mère, ou à votre grand-mère?? », a interrogé la présidente durant le procès. « Je serais énervé, en colère », répond Matignan. « Triste et en colère », enchaîne Barhima qui, à la fin, a tenté de dire qu’il était « franchement désolé » et « pas fier ». 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 22 Octobre 2013

souterrain-gare-aulnay3 

Suite à notre article du 30 septembre 2013 consacré à l’illettrisme et au sous terrain de la gare RER B d’Aulnay-sous-Bois, on peut imaginer l’effet de panique provoqué jusque dans l'antre de la mairie ! Convocation des responsables, du directeur des services techniques, du bureau d'études, appel au fournisseur et peut-être bien d’autres intermédiaires encore. Devant la gêne sans doute générée par Aulnaylibre ! à quelques mois des suffrages,  réparation et correction orthographique ont été faîtes. Sous terrain est donc devenu souterrain comme le prouvent ces nouvelles photos !

souterrain-gare-aulnay4

Ainsi oui le mot souterrain (auparavant écrit sous terrain) a été correctement corrigé. En bon professeur des écoles nous écrirons sur le carnet de notes : bravo ! Avec toutefois une annotation supplémentaire : en progrès mais relisez-vous davantage ! En effet, il ne fallait pas jeter le S de SOUS mais le recycler façon scrabble pour le placer à la fin de interdit. Car ce sont les vélos qui sont interdits. Il faut donc employer le pluriel et accorder convenablement ! Sans rancune, mais révisez un peu vos règles de grammaire nous ne serons pas toujours là pour vous corriger ! Bien entendu personne ne dira merci à la rédaction d’Aulnaylibre ! mais autant de déplacements pour orthographier correctement un panneau doit avoir un coût pour le contribuable, non ? Ce n’est certainement pas François Hollande en couverture de Marianne qui prétendra le contraire…

souterrain-gare-aulnay5

Marc Masnikosa

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 22 Octobre 2013

feuille-morte-aulnay.jpgJusqu’à la mi-décembre, la municipalité active son plan anti-feuilles mortes.

Souffleuse en main ou au volant de balayeuses, les agents des espaces verts sont à pied-d’œuvre. En plus des interventions habituelles, qui s’étalent de la mi-octobre à la mi-décembre, un dispositif renforcé se déploie dans les quartiers.

Six jours sur sept, de 5h du matin à 19h le soir, neuf équipes mécanisées se relaient ainsi. Trois aspire-feuilles reconnaissables à leur long tuyau flexible sillonnent les rues. Trois balayeuses en font de même. S’y ajoutent plusieurs agents avec un souffleur portatif sur le dos.

En cas de chutes accélérées, vous pouvez appeler Proxim’ Aulnay (numéro vert) au 0 8000 93600

Source : aulnay-sous-bois.fr

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 22 Octobre 2013

hommage-mamadou-fofana-aulnay.jpgC’est dans l’émotion qu’a débuté, hier, la deuxième journée du procès aux assises de Kamel, un homme de 25 ans poursuivi pour un meurtre à l’arme blanche et deux tentatives, au cours d’une rixe survenue dans la nuit du 13 au 14 avril 2009 devant la Gare de Lyon à Paris (XIIe). « Je souffre encore de cette histoire », a-t-il d’emblée déclaré, au bord des larmes. « Je demande encore pardon à la famille de la victime », a poursuivi ce jeune homme fluet aux airs encore juvéniles. Le procès devra déterminer si cet habitant d’Athis-Mons (Essonne) a agi en état de légitime défense ou a délibérément atteint au cœur Mamadou Fofana, un jeune homme de 17 ans, originaire d’Aulnay-sous-Bois, décrit comme non-violent et inconnu des services de police, et blessé au dos Moussa et Stevy, eux aussi mineurs à l’époque. Cette nuit-là, vers 4 heures, deux groupes qui ne se connaissaient pas attendent le bus qui doit les ramener chez eux. L’un est composé de sept garçons d’Athis-Mons, l’autre de 30 à 40 jeunes pour la plupart d’Aulnay-sous-Bois. Ces derniers reviennent de Juvisy, où des échauffourées après une soirée annulée les ont déjà opposés à des habitants de l’Essonne.

Il encourt jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle

Le ton monte entre les deux bandes à cause de moqueries de la part de la bande d’Aulnay, après une chute de Vélib’ d’un membre du groupe d’Athis-Mons. Une bagarre éclate. Les Essonniens sont roués de coups. Kamel a notamment le nez cassé. Calmée dans un premier temps, la rixe reprend cent mètres plus loin, sur le boulevard Diderot. Les deux parties se rejetaient hier la responsabilité de cette reprise des hostilités, l’accusation niant la thèse de la défense selon laquelle les jeunes d’Athis-Mons ont été poursuivis. Convoqué à la barre comme témoin, un agent de sécurité d’une tour proche a évoqué hier « une vague » humaine se ruant vers l’autre groupe.

C’est au cours de cette deuxième altercation que Kamel dit s’être « souvenu qu’il avait un couteau ». Il aurait alors effectué de grands gestes circulaires pour se protéger et touché involontairement Mamadou Fofana. Une version jugée compatible avec les résultats de l’autopsie par le médecin légiste appelé à la barre hier. Dans ce procès, accusation et défense ne semblent d’accord que sur un point : si Mamadou Fofana était au cœur de l’action, c’est parce qu’il était le seul, parmi ses 30 à 40 amis, à tenter de calmer les esprits. Il en est mort. Kamel, qui comparaît libre après un an passé en détention provisoire, encourt jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle. Le procès doit se poursuivre jusqu’à vendredi.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 22 Octobre 2013

Vous trouverez ci-dessous un communiqué d’Alain Boulanger qui, suite à sa démission de la présidence de CAPADE Sud, annonce sa candidature aux élections municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois. Monsieur Boulanger compte notamment s’appuyer sur les thématiques abordées depuis une dizaine d’années par cette association bien connue du sud de la ville (démocratie participative, commerces, urbanisme, intercommunalité…) pour créer une dynamique et bâtir un programme permettant d’associer pleinement la société civile aux destinées futures de notre commune.

  COMMUNIQUE

Alain-Boulanger-2014Ma démission de la présidence de l’association CAPADE Sud, officialisée devant MM. Amédro, Chaussat, et Beschizza, mais aussi de nombreux adhérents et amis, m’a permis de faire l’historique des actions menées depuis sa création.

Contrairement à ce que cette municipalité a laissé entendre de façon démagogique en parlant de co-élaboration, les acteurs associatifs « indépendants » ne sont pas écoutés. Ils sont même écartés des lieux où ils pourraient apporter leur contribution à un débat respectueux.

Les pouvoirs de décision étant en fait et en droit exclusivement entre les mains des élus de la majorité municipale, j’ai pris la décision en m’engageant

 aujourd’hui dans la campagne des Municipales de 2014 :

 

  • De créer une dynamique ayant pour but de bâtir un programme basé sur les thématiques portées par CAPADE Sud touchant à la qualité de vie des Aulnaysiens, résidants d’un territoire  qui doit être appréhendé avec les villes voisines
  • D’associer la société civile à cet avenir en ayant

une réflexion globale pour mieux agir local

et tenter d’obtenir que la réunion publique du 9 décembre, organisée par la Société du Grand Paris et la Mairie d’Aulnay, et consacrée uniquement  sur le sujet  « gare du Grand Paris Express d’Aulnay », porte aussi sur le projet de la gare du Triangle de Gonesse dont les 500 boutiques seraient un véritable tsunami commercial pour OParinor (un 2ème PSA) déjà mis à mal par l’ouverture d’Aéroville

  • De gommer sur le long terme les effets négatifs de l’urbanisme des années 60
  • De tirer le Nord-Est parisien par le haut
  • De lutter contre le risque de transformation de notre ville en ville dortoir

Telles sont mes préoccupations pour cette entrée en campagne.

Si des solutions se trouvaient être partagées avec d’autres bonnes volontés, l’aventure pourrait créer des rapprochements d’abord programmatiques et ensuite humains.

Aulnay le 21 octobre 2013

Alain BOULANGER – 06.22.41.81.75

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 22 Octobre 2013

residence-etudiant-93.jpgDeux résidences universitaires livrées en 2013 à Bondy et Saint-Denis, plusieurs autres en construction. La situation s’améliore même si 17 % seulement des demandes sont satisfaites.

Elles se mettent à pousser un peu partout dans le département. Quelques jours après la rentrée universitaire, une résidence étudiante vient d’être inaugurée à Bondy, une autre va être livrée avant la fin d’année à Saint-Denis, et plusieurs sont en construction sur le territoire de Plaine Commune, à Bobigny ou à Villetaneuse.   « C’est vrai qu’il y a beaucoup de projets », reconnaît Fatima Mellouli, directrice du logement au Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de Créteil, qui fait toutefois la différence entre les résidences gérées par le Crous, et le parc de logements du privé ou d’autres bailleurs sociaux. « Tous n’ont pas la même expertise en matière de logement étudiant, et les tarifs peuvent varier par rapport à ceux du Crous », prévient-elle.

En Seine-Saint-Denis, le Crous a en 
gestion 1858 logements étudiants*, auxquels on peut ajouter environ 4500 logements gérés à l’extérieur. Des possibilités d’hébergement encore trop faibles au regard des besoins. Cette année, seules 17% des demandes auprès du Crous ont pu être satisfaites, sur un total d’environ 3000. Le Crous espère donc rapidement augmenter son parc pour pallier la pénurie. 520 logements supplémentaires sont attendus d’ici 2015 à Bobigny et Villetaneuse.


Des bâtiments modulaires construits en six mois

A Bondy, la nouvelle résidence inaugurée le mois dernier est un modèle de ce que veut faire l’organisme universitaire. Des bâtiments modulaires, à ossature en bois, qui ont nécessité moins de six mois de travaux. Cette résidence flambant neuve accueille près de 80 étudiants depuis la rentrée, sur le campus de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Une quinzaine d’entre eux suivent les cours de l’IRD, les autres étudient pour la plupart à Paris-XIII.

Le Crous traite surtout des demandes d’étudiants arrivant d’autres départements, hors de l’Ile-de-France. « Le problème, ce sont les étudiants étrangers qui viennent en dehors des programmes d’échanges officiels. Ils ne peuvent pas prétendre aux logements du Crous, n’ont pas de revenus, pas de garants pour trouver un logement dans le privé. Leur situation est très difficile », confie Fatima Mellouli. A Saint-Denis, une résidence de 129 logements (destinée aux étudiants et aux jeunes actifs) est en passe d’être livrée, d’ici à la fin de l’année dans le quartier du Bel-Air. Elle sera gérée par le bailleur Espacil. Deux autres sont en construction, à Pleyel et à la Porte de Paris. « Nous avons construit 1000 logements étudiants dans la commune depuis 2008. Nous allons continuer, car la demande est très forte », indique Stéphane Peu, adjoint au maire (PC) en charge de l’urbanisme.

De nouveaux projets devraient voir le jour dans le futur quartier des bords de Seine, Néaucité (200 logements), et dans le cadre de la rénovation du quartier de la gare.

*A Bobigny, Saint-Denis, Stains, Villetaneuse, Epinay, le Pré Saint-Gervais, Bondy et Noisy-le-Grand. 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 22 Octobre 2013

PSARECUPOn l’avait aperçu à plusieurs reprises, dans les manifestations des grévistes, aux portes de l’usine d’Aulnay… Sylvain Pattieu, maître de conférence à la fac d’histoire Paris VIII de Saint-Denis, a « cheminé », durant de longs mois, avec les ouvriers de PSA. Noircissant un carnet de notes, au gré des anecdotes et confidences des uns et des autres. Alors que la dernière Citroën C3 sortira vendredi de la ligne de montage, le jeune enseignant de 34 ans, auteur de plusieurs essais historiques et romans, vient de publier « Avant de disparaître ».

Le livre, qu’il nomme « documentaire littéraire », dévoile ces témoignages recueillis par fragments. Une vingtaine de salariés y content par petits bouts l’annonce de la fermeture, l’incertitude du lendemain, l’usine à l’arrêt, mais aussi leur attachement au métier, leur usure, les relations avec les chefs… « Des fragments de vie, de travail, de loisir », glisse Sylvain Pattieu. Une employée du ferrage parle de moto, un ouvrier évoque Dostoïevski, un syndicaliste dit sa « fierté » d’avoir « gardé la tête haute ».

« C’est un livre qui montre le monde ouvrier d’aujourd’hui », indique Sylvain Pattieu. Il avait commencé à fréquenter l’usine à l’automne 2012, soit quelques mois après l’annonce de sa fermeture. Il a mis un point final à son ouvrage en mai dernier, avec la fin de la grève (conduite par la CGT, et décriée par la direction de PSA et certains responsables syndicaux). « Au début, avec mon petit carnet, certains m’ont pris pour un flic », se souvient-il avec amusement. Le début de la grève, en janvier, lui a permis d’entrer dans l’usine, de se rapprocher de certains salariés.

L’auteur assume un regard subjectif. Même s’il a pris soin de recueillir le point de vue de non-grévistes et d’ouvriers non-syndiqués, Sylvain Pattieu, par ailleurs militant au Front de gauche, a pris position du côté de ceux qui ont débrayé, un matin de janvier, et ont tenu jusqu’au printemps. « Ils ont été courageux et n’ont pas baissé la tête. Ils savaient que l’usine fermerait de toute façon, mais ils ont réussi à gagner certaines choses », estime-t-il.

Au plus fort de la grève, et alors que PSA et plusieurs responsables syndicaux dénonçaient la « violence » de la grève, Sylvain Pattieu avait signé, avec le sociologue Vincent Gay, une tribune dans le journal Le Monde, mettant en cause la « violence patronale », exercée à l’encontre des salariés d’Aulnay. « Une usine qui ferme, ce sont des gens qui perdent leur boulot, mais dont on bouscule aussi les relations sociales, les repères », rappelle-t-il aujourd’hui. Au fil du livre, c’est aussi sa voix qu’on entend. Celle de l’historien, qui exhume du passé d’autres figures ouvrières, d’autres grèves. Et du militant, peu clément à l’égard d’un gouvernement qui s’est montré, dit-il, « en dessous de tout ».

« Avant de disparaître », chronique de PSA-Aulnay (Editions Plein Jour), 344 pages, 19,50 €.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 22 Octobre 2013

golf-poudrerie-sevran.jpgLe deuxième golf du département fête ses 10 ans et pour l’occasion, le conseil général propose de gagner des séances d’initiation au golf, pour les adultes mais aussi pour les enfants. Créé en 2003, ce terrain de 9 ha compte neuf trous dits « compacts », rassemblés sur une petite distance, un site idéal pour débuter. Pour tenter sa chance et s’essayer au swing, il suffit de répondre à trois questions et de remplir un formulaire sur le site www.seine-saint-denis.fr. Renseignements au 01.41.52.19.30.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 21 Octobre 2013

Il y a quelques temps déjà nous avions appris que les panneaux d’affichage libre du passage souterrain de la gare d’Aulnay-sous-Bois pourraient être transformés en panneaux réservés exclusivement à l’affichage municipal. Cette nouvelle semble désormais se confirmer puisque ce matin la caméra d’Aulnaylibre ! a pu constater que sur bon nombre d’entre eux était apposée une étiquette sommaire portant le simple message: réservé à l’affichage municipal. Certains s’étonneront surement de ce changement soudain qui intervient comme par hasard à six mois des élections municipales ! Le maire et son actuelle majorité chercheraient-ils par ce moyen à limiter de façon détournée la communication et l’exposition des autres candidats dans ce lieu particulièrement fréquenté ?  

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 21 Octobre 2013

Quelques analystes en herbe sans doute mal informés prévoyaient un conseil municipal mouvementé le jeudi 17 juin dernier à cause de la mise au vote du projet d’aménagement du terrain de l’ancien centre des impôts. L’association Q.C.B.E avait au contraire appelé bien avant l’événement à ne pas manifester devant cette instance où le public n’est de toute façon pas convié à s’exprimer. C’est donc sans surprise l’option numéro trois qui a été entérinée par l’actuelle majorité après il est vrai un long débat sur lequel nous reviendrons en détail d’ici peu. En attendant vous trouverez ci-dessous le dernier tract signé Q.C.B.E intitulé : le bras de fer est désormais lancé entre l’association Q.C.B.E et le maire Gérard Ségura ! Il a été distribué à plus de 2 000 exemplaires dans le quartier concerné.

LE CONSEIL MUNICIPAL A ADOPTÉ JEUDI 17 OCTOBRE LE PROJET CROIX-BLANCHE

LE BRAS DE FER EST DESORMAIS LANCÉ

ENTRE L’ASSOCIATION Q.C.B.E. ET LE MAIRE GERARD SEGURA

QCBEJeudi 17 octobre 2013, le Maire et sa majorité municipale ont adopté le projet n°3 prévoyant 45 logements, sans même avoir écouté nos attentes ni avoir respecté leur promesse d’organiser un référendum, comme ils s’y étaient engagés en 2008.

Pourtant nous avons cru au débat et à l’échange - c’était d’ailleurs tout le sens de la lettre cosignée il y a deux ans par le maire et l’Association. Nous n’étions donc pas fermés à tout dialogue, bien au contraire. Malheureusement, après avoir donné l’illusion de la démocratie participative au travers d’un Comité de pilotage qu’il n’a jamais écouté, Gérard SEGURA a décidé de passer en force et de ne pas écouter les riverains du quartier de la Croix-Blanche.

Ainsi, en regardant le projet n°3, vous pourrez voir que :

- le caractère pavillonnaire du quartier n’est pas respecté,

- le caractère unique des espaces verts est oublié,

- le nombre de logements est de 45, contrairement aux demandes de QCBE d’en faire 30 afin de respecter les impératifs du quartier (écoles, cabinets médicaux surchargés etc.),

- les questions hydrauliques et d’égout n’ont pas été étudiées,

- un second équipement public, notamment une crèche, n’a même pas été envisagé.

Nous en prenons bonne note et attendons donc le dépôt du permis de construire qui doit intervenir prochainement.

Nous serons au rendez-vous pour rappeler au Maire que nous utiliserons tous les moyens mis à notre disposition pour faire respecter l’Etat de droit. Si, pour le Maire, la démocratie directe est une promesse électorale, la décision finale sera soumise au juge administratif.

Par conséquent, nous tenons à vous assurer du fait que l’Association QCBE a pris la décision de faire un recours administratif dès que le permis de construire sera affiché sur le terrain de l’ancien Hôtel des Impôts.

C’est pourquoi un appel aux dons sera prochainement lancé pour nous aider dans nos démarches.

Il s’agira d’une bataille que nous prévoyons longue et difficile, mais nous tiendrons bon. Notre détermination reste totale ! 

Séverine Delamare - Présidente Q.C.B.E

Albert Giami - Vice-Président Q.C.B.E

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Urbanisme

Publié le 21 Octobre 2013

Certains articles s'écrivent à la première personne. Ce sera le cas de celui-ci rédigé à 4h du matin.

berthollet-aulnay.jpg

Dans la nuit de vendredi à samedi vers minuit et demi, mon fils aîné me réveille. Il a entendu le bruit de vitres brisées provenant de la rue. En moins d'une minute me voilà sorti afin de constater et vérifier l’état de ma voiture. En général tout se passe très vite dans ces moments-là. J’aperçois un individu au bout de la rue de l’Égalité vêtu d'un blouson bleu et une automobile partant à vive allure dans la rue de la Liberté. Constat est fait que deux véhicules ont la vitre latérale cassée. Réveil du voisin, appel à la police qui arrive 5 minutes plus tard, deux mots d’échange à leur fenêtre et les forces de l’ordre partent voir plus loin s'il y a quelqu'un à interpeller. La police reviendra vers 1h30 débordée par une nuit de vandalisme gratuit dans les rues d’Aulnay-sous-Bois :  véhicule brûlé avenue Berthollet, voitures cassées avenue du Raincy, allée de la Clairière, rue des Friches et en bien d'autres endroits encore, il semblerait que les auteurs aient frappé un peu partout dans cette partie de la ville.

rue-egalite.jpg

J'ai eu l'information qu’au moins 150 véhicules avaient été vandalisés la nuit du 14 au 15 octobre dans la commune voisine des Pavillons-sous-Bois suivant apparemment le même mode opératoire. Jeudi 17, lors du conseil municipal j'en informais Mr Ronan Wiart, chargé des questions de sécurité à Aulnay-sous-Bois, précisant que le tour de notre commune allait sans doute bientôt arriver. Il semblerait que cette prédiction était exacte !

liberte-aulnay.jpg

Quelles leçons tirer de ces événements ? Que le sentiment d’insécurité va grandir un peu plus ? Que cela aurait pu être évité en organisant quelques rondes de surveillance ? La répétition de ces méfaits risque en tout cas d’accentuer les tensions autour des questions de sécurité. Alors, à qui profite le crime ?

Marc Masnikosa

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 21 Octobre 2013

planes.jpgIl ne vous aura pas échappé que nous sommes en pleines vacances de la Toussaint. Voici donc une excellente occasion de fréquenter le cinéma Jacques Prévert  ! A ce titre,  hier après-midi,  la séance de la nouvelle production des Studios Pixar, Planes, affichait quasiment complet dans la salle Méliès, preuve s’il en est de la belle vitalité de cet espace culturel du quartier Vieux-Pays.

Si ce dessin animé est un divertissement de facture plutôt classique, qui n’est pas sans rappeler Cars évidemment, son ambiance est suffisamment rythmée pour captiver les enfants de 5 ans et plus sans oublier leurs parents. Les spectateurs ont d’ailleurs applaudi à la fin de la projection de dimanche, ce qui témoigne de leur enthousiasme. Ainsi, après Cars, et dans l’attente d’un hypothétique Bicycles en hommage aux circulations douces, ne boudez pas votre plaisir et prenez votre envol en famille ou entre amis avec Planes !  

Cinéma Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois. Dernières séances : aujourd’hui à 14h30 et 16h30. Demain à 14h30, 16h15 et 18h15.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture