Publié le 13 Février 2011

Il ne vous reste plus que quelques heures pour vous rendre au centre horticole de la Croix-Saint-Marc situé 72 rue Auguste Renoir à Aulnay-sous-Bois et profiter des portes ouvertes aux serres municipales.

Comme l'indique l'affiche ci-dessous : ambiance tropicale garantie !

serresmunicipales.jpg

Source : www.pariscotejardin.fr

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 12 Février 2011

La liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité a été instaurée par une convention signée en 2003 et ratifiée à ce jour par 132 pays. Elle vise à protéger des pratiques et expressions culturelles. A ce jour, 213 éléments y ont été inscrits.

Extase en France après la consécration mondiale de sa gastronomie, de son savoir-faire culinaire. "Le monde envie notre repas", écrit Le Parisien, sans aucun doute le journal le plus emphatique, mais non le seul à s'enorgueillir de la reconnaissance internationale que vient d'obtenir "le repas gastronomique des Français". C'est-à-dire cet art du "bien manger" et du "bien boire" qui, à en croire l'ancien président de la Sorbonne et gastronome de renom Jean-Robert Pitte, fait partie intégrante de l'identité française. Ces jours-ci le coq se rengorge.

FRANCEGASTRONOMIE.gif

Comment ? Vous n'êtes pas au courant ? L'UNESCO vient d'inscrire [le 16 novembre dernier] la gastronomie française au patrimoine immatériel de l'humanité. Normal, presque personne en Espagne ne s'est fait l'écho de cette décision. Nous étions trop occupés à fêter la reconnaissance bien méritée des castells [tours humaines], du flamenco et du chant de la Sibylle de Majorque. En France non plus, personne n'a parlé des castells ni de la Sibylle. Et juste un tout petit peu du flamenco (en fin de compte, les Parisiens sont des grands aficionados).

casteles.jpg

On s'intéresse toujours davantage aux choses de chez nous. Quoi de plus humain ? Les Arméniens ont sans doute fêté la reconnaissance de leurs khatchkar [stèles sculptées], les Belges le carnaval d'Alost, les Chinois l'acupuncture et la moxibustion [stimulation par la chaleur des points d'acupuncture], les Colombiens le système normatif wayuu, les Indiens la danse chhau et le théâtre rituel mudiyettu, les Iraniens la musique des Bakhshis du Khorasan et les tapis de Kashan, les Japonais le yuki-tsumugi [technique de tissage de la soie], les Lituaniens les sutartinés [chants polyphoniques], les Mexicains la pirekua [chant traditionnel], les Mongols le chant traditionnel khöömei, les Péruviens la huaconada [danse rituelle andine], les Tchèques le carnaval de Hlinecko, les Coréens le daemokjang [architecture traditionnelle en bois], les Turcs le festival de lutte de Kirkpinar... Et ainsi jusqu'à un total de 46 pratiques culturelles que l'UNESCO vient d'inscrire sur la Liste représentative du patrimoine immatériel de l'humanité.

khatchka.jpg

Vous n'avez jamais entendu parler de la plupart de ces traditions ? Ne vous en faîtes pas, les Français non plus. Qui plus est, il est probable que vous n'en entendiez plus jamais parler. Leur reconnaissance par l'UNESCO, si importante qu'elle soit, ne va pas leur valoir un plus grand rayonnement international. Pas plus qu'au flamenco ou à la gastronomie française.

Source : Lluis Uria, La Vanguardia Barcelone in Courrier International n°1056 janiver 2011.   

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #La France - vue d'ailleurs...

Publié le 11 Février 2011

Dette_Toxique.jpgC'est un montant qui donne le vertige. La dette du département de la Seine-Saint-Denis est estimée à 950 millions d'euros, dont 71% en emprunts toxiques (675 millions d'euros). De tout temps, les collectivités locales se sont endettées pour financer leurs investissements (crèches, écoles etc.). Mais les crédits à taux fixes ont peu à peu cédé la place à des taux plus bas au moment de la négociation, mais variables.Problème : lorsque les indices sur lesquels ils sont indexés (pétrole, parité dollar-euro, livre sterling) augmentent, les taux d'intérêt flambent dans leur sillage et la facture de la dette explose. Dans une interview accordée au journal le Parisien daté du 9 février 2011, Claude Bartolone, président du conseil général explique ainsi : "ce n'est pas tant ce que nous avons remboursé à ce jour qui pose problème, mais plutôt ce qui est à venir. Dès cette année, par exemple, le prêt contracté auprès de Depfa va nous coûter 1,5 millions supplémentaires, soit le coût d'une crèche ! Son taux d'intérêt est passé de 1,47% à 24,2% !"

Claude Bartolone a exprimé son intention d'assigner les banques en justice car il leur reproche de ne pas avoir suffisamment averti les responsables du département sur les risques qu'ils prenaient en souscrivant des emprunts spéculatifs devenus "toxiques" avec la crise financière. Des prêts qui, en raison de taux d'intérêt finalement très élevés, ont fait exploser l'endettement de la Seine-Saint-Denis et de nombreuses autres collectivités locales de France, de droite comme de gauche.

tirelire_cochon-A.jpg

Certes, entre des élus suffisamment crédules pour penser qu'ils pouvaient emprunter de l'argent à peu de frais, des banquiers peu regardants sur les produits structurés qu'ils vendaient, et un Etat ayant longtemps sous-estimé la bombe à retardement des prêts toxiques, les torts sont partagés.

Reste à savoir qui paiera l'addition in fine ? Certains élus se tournent vers l'Etat, lui demandant de créer une structure de défaisance qui reprendrait à son compte les emprunts les plus dangereux. D'autres estiment que les banques doivent prendre leur responsabilité mais juridiquement l'affaire n'est pas simple. En attendant, ce sont donc les contribuables qui risquent d'être mis à contribution...

Source : Olivier Baccuzat, le Parisien du 09/02/2011

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 11 Février 2011

Une atmosphère chaleureuse et sympathique pour le lancement de la campagne de F. Cannarozzo.

 

cantonalesfc.jpg

 

En dépit de la rude concurrence du match France-Brésil, (1) plus d’une centaine de personnes se sont présentées le 9 février dernier salle Chanteloup  pour encourager F. Cannarozzo candidat sur le canton Nord d’Aulnay-sous-Bois, soutenu par l’UMP, le Parti Radical et le Nouveau Centre.

 

Dans son discours F. Cannarozzo a insisté sur le double enjeu de ce scrutin :

 

Un enjeu local d’abord, en fustigeant des méthodes d’administration brutales et partisanes, et en soulignant par ailleurs que le Conseiller Général sortant n’a pas brillé par l’abondance de ses comptes-rendus  de mandat durant ces six dernières années.

 

Un enjeu départemental ensuite, en mettant notamment l’accent sur la situation plus que problématique des finances d’un département qui a toujours été géré par la Gauche.

 

Pour lui, une nouvelle donne économique est seule à même de sortir le département de l’impasse dans laquelle il s’est fourvoyé. Cela suppose une politique volontariste en matière d’emplois et d’infrastructures à l’instar des initiatives récemment impulsées par l’Etat, pour désenclaver le département et le doter de pôles d’excellence en matière économique.

 

Il appelle donc à l’émergence d’une nouvelle dynamique et d’un ressort nouveau afin que le Grand Est Parisien puisse rattraper le retard considérable qu’il a pris par rapport à son homologue de l’Ouest Parisien.

 

 

(1) Pour l’anecdote, il paraît que la date du 9 février était la seule disponible…à ceci près que la salle Chanteloup était incroyablement vide les 7 et 8 février !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #L'Odyssée des cantonales

Publié le 10 Février 2011

Lors de mon voyage en Chine, à moins qu'il ne s'agisse peut-être d'un énorme poisson d'avril, j'ai fini par tomber sur un autochtone qui m'a posé la question qui tue : et alors comment va la petite santé du parti communiste en France ? J'aurais bien voulu être sympa avec lui mais je n'ai pu m'empêcher de donner les vrais chiffres. Je suis comme ça, on se refait pas.

nuitdechine.jpg

Présidentielles 2002, Robert Hue obtient 3,4% des suffrages exprimés. 2007, Marie-Georges Buffet a obtenu 1,9% lui dis-je sans passer la savonnette. Je sens mon interlocuteur sonné, vacillant sur sa muraille, regard hagard, comme après une bonne gauche de Mehdi Bouadla. Il ne comprend pas. Il se rappelle encore des 15% de Georges Marchais en 1981, l'œil humide. Tout en lui tendant un kleenex ( j'en ai toujours un sur moi pour les cas d'urgence) , je lui parle décomposition politique, effondrement des idéologies...

Je mentionne aussi Jean-Luc Mélenchon qui, sans avoir l'air d'y toucher, semble opérer une véritable OPA sur le parti communiste. Je cite le front de gauche. Il trouve que ça sonne bien. La politique c'est sans doute des idées mais c'est aussi une bonne dose de marketing me glisse-t-il l'air malicieux. Je lui dis qu'à ce rythme là dans quelques années pour trouver des communistes il faudra aller au musée Grévin ou à celui d'Histoire naturelle.

Mon nouveau copain chinois scrute l'horizon d'un sourcil incertain. Il reste silencieux derrière son mutisme. Pour lui remonter le moral, je lui explique que je viens d'Aulnay-sous-Bois, un village d'un peu plus de 80 000 habitants, où justement il reste des communistes. Le blanc de son œil se teinte alors d'un rouge fiévreux.

Sans trop savoir pourquoi nous glissons vers la Gazette, le journal des conseils de quartier de notre commune. Je lui explique la démocratie locale ou, comment dire, les parodies de consultation de la population. Il ricane doucement d'un air entendu. Je lui raconte la première Gazette sortie pour le quartier Tour Eiffel - Balagny -La Plaine. Deux pages d'autopromotion du pouvoir en place. Jusque là rien de neuf sous le soleil. Mais innovation intéressante et inédite deux pages réservées en théorie aux habitants des quartiers concernés.

En théorie malheureusement. Parce qu'au moment de valider définitivement la Gazette avant sa diffusion, certains délégués du quartier en désaccord avec son contenu ont demandé à ce qu'elle soit soumise au vote des habitants présents. Etait-ce si illégitime dans une instance où la population est justement amenée à pouvoir exprimer sa voix plus librement qu'ailleurs ? Pourtant le co-président, pour le coup communiste,  a objecté un refus catégorique.

Comme quoi les lieux et les temps changent mais parfois les reflexes anti-démocratiques restent !

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Divers

Publié le 10 Février 2011

Lumineux, écolo, high-tech. Des adjectifs rarement rapprochés des collèges du 93. Pourtant, d'ici à 2015, vingt et un collèges  de Seine-Saint-Denis devraient ressembler plus ou moins à cet établissement idéal. Parmi les modernisations, une maison pour les parents, des salles équipées des techniques numériques, une salle d'exposition, des équipements sportifs, un espace convivial pour les enseignants...

collegessd.jpg

Coût de ces six nouveaux collèges, onze reconstructions et quatre restructurations 723 millions d'euros ( en octobre 2010 on parlait de 703 millions). Un plan exceptionnel de financement a déjà été voté en novembre dernier. Quatorze de ces collèges nouvelle génération devraient être prêts pour la rentrée 2014. Le septième collège d'Aulnay-sous-Bois, prévu dans le sud de la ville, fait partie de ce programme type de collège du 3e millénaire.

cartecollège

Source : Oihana Gabriel 20 minutes du 10.02.2011

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 9 Février 2011

pistecyclabletotale

Je croyais l'avoir trouvée dans le quartier de l'Hôtel de Ville, avenue Germain Papillon, du nom du cultivateur du Vieux-Pays qui a ravitaillé en farine tous les habitants d'Aulnay  qui étaient restés sur place pendant la guerre de 1870 et durant toute l'occupation de la commune par les soldats de l'infanterie de la garde prussienne. Mais non.

PC1.JPG

C'était sans compter la rue Roger Lemaire, du nom du pompier qui perdit la vie le 20 août 1944 pendant les combats pour la libération de Paris. C'est donc dans cette rue que j'ai mis la main dessus ou la roue plutôt. Une piste cyclable oui Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs de seulement 5 mètres 24 ! Probable record du monde.

PC2.JPG

Toutefois, si vous trouvez à Aulnay-sous-Bois une piste cyclable encore plus courte, n'hésitez pas à nous le signaler. 5 mètres 24, record en cours. En attendant, je remercie infiniment Evelyne Blaza de m'avoir aiguillé par un commentaire dans cette direction. Je lui dois cette note.

Stéphane Fleury    

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports

Publié le 9 Février 2011

Photo 9

S1I9

S'agit-il d'un cerf ou d'un renne je ne suis pas expert en la matière. Ce que je sais en revanche c'est qu'il se situe au niveau du pont de la Croix-Blanche, point de passage maintes fois emprunté vers Chanteloup, le pont de l'Union ou le centre gare.

haltepontcroixblanche-copie-1.jpgCet endroit rappelle une page d'histoire, celle d'une époque où le train passait à Aulnay mais ne s'y arrêtait pas. C'est Dominique-Armand De Gourgue (avec un s sur la plaque du boulevard du même nom), dernier marquis d'Aulnay et maire de notre commune entre 1866 et 1893, qui obtint qu'une halte avec passage à niveau soit installée en 1874 : la halte de la Croix-Blanche, depuis remplacée par le pont du même nom.

Photo 10

S1I10

C'est lors d'une réunion publique de conseil de quartier Chanteloup/pont de l'Union, le 4 décembre 2009 exactement, que j'ai entendu plus particulièrement parler des antennes-relais sur la ville d'Aulnay-sous-Bois. Un habitant et délégué de quartier de Chanteloup était plutôt remonté expliquant qu'elles envahissaient ostensiblement le secteur sans que cela semble susciter le moindre intérêt de quiconque. Il avait mentionné la présence de 19 de ces antennes à 50 mètres de chez lui.

A l'époque et dans le cadre du Grenelle des ondes, Robin des Toits, association nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, avait proposé que des villes tests expérimentent le seuil d'exposition de 0,6V/m pour la population, supposé être le maximum avant que des effets néfastes sur la santé puissent survenir.

Aulnay-sous-Bois ne faisait pas partie de cette liste à ce moment là, ce qui avait fortement chagriné le délégué de quartier en question. J'avoue ne pas avoir suivi ce dossier depuis (on ne peut pas être partout) mais si un délégué de quartier du coin veut bien nous faire un point sur la situation (clin d'œil appuyé en direction de Marc) il en sera fortement remercié.

Ce cliché presque futuriste a éveillé en moi des vieux souvenirs d'objectif lune, on a marché sur la lune et autres Space Oddity, Ziggy Stardust & The Spiders From Mars de David Bowie...

Stéphane Fleury

Photo Halte de la Croix Blanche Oxygène n°68 13/01/2010

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 8 Février 2011

Photo 7

S1I7

Non ce n'est pas une extension de l'actuelle piscine municipale. Reconnaissable à sa soixantaine de pavillons aux volets verts, il s'agit de la cité Arc en ciel et plus particulièrement de la parcelle où s'érige actuellement un immeuble de quatre étages. En filigrane l'éternel débat, qui agite tant Aulnay-sous-Bois en ce moment, sur l'opportunité de faire cohabiter habitat collectif et pavillonnaire.

arcencielplan.JPG

On pourrait parler pendant des heures de la manière dont ce dossier a été traité par rapport à d'autres. En particulier le cas de la rue de Pimodan où des habitants, défendant une zone pavillonnaire de centre-ville située dans le même type de zonage au niveau du plan local d'urbanisme (UD), ont reçu un véritable tapis rouge de la mairie : compréhension, écoute, réunions publiques et solution rapide.

L'Arc en ciel fait pour l'instant office de sacrifié. L'exécutif municipal aurait tort de s'en réjouir. Car il y a des moments clés dans la gestion d'une ville qui déterminent l'orientation d'une mandature. Au lieu de la concertation, de la pédagogie, les élus ont choisi la force des bulldozers créant de fait un climat de méfiance de la population autour des questions d'urbanisme. Cristallisant aussi les peurs et les résistances de tous ordres matérialisées par une création sans précédent d'associations de défense des quartiers qui ont fini par se regrouper en collectif envahissant la mairie le 5 juin dernier.

Rarement chantier de construction n'aura à ce point créé la polémique dans notre ville. Symbole fort des premières tensions vives et visibles au sein de la majorité municipale, il restera gravé à jamais comme le premier exemple  flagrant d'un urbanisme imposé de façon barbare aux habitants d'un quartier.

Pourtant lors d'une intervention au Conseil municipal le 23 septembre 2010, au moment de la modification du Plan Local d'Urbanisme(PLU), Xavier Toulgoat pour le Parti Communiste avait prononcé ces mots : "Une démarche participative qui refuse tout abus de délégation de pouvoir est la garantie pour les élu-e-s que nous sommes d'éviter les écueils qui nous conduiraient immanquablement vers les pires déboires. L'histoire ne nous enseigne-t-elle pas que l'on ne fait pas le bonheur des gens sans eux et encore moins contre eux."

Pas sûr qu'envoyer les tronçonneuses un petit matin d'août couper les arbres et massacrer le cadre de vie des riverains de la cité Arc en ciel soit la voie royale qui conduise vers le bonheur et le bien vivre ensemble ! Question de point de vue j'imagine ! En attendant les mots de Xavier s'envolent mais les faits eux restent. Bien gravés dans la mémoire des habitants...

Photo 8

S1I8

Il s'agissait du chantier situé au niveau de la rue des écoles et l'avenue du 14 juillet qui accueillera ce qu'on appelle la villa Jasmin du nom de la plante dont on a parlé récemment suite aux événements tunisiens. Voilà ce que cela devrait donner au final. L'image n'est pas contractuelle j'imagine ! Si évidemment chacun semble s'accorder sur la densification de centre-ville, près de la gare, des commerces, des écoles, qui s'inscrit en principe dans une démarche de développement durable, espérons tout de même que la qualité architecturale sera au rendez-vous.

villajasmin.jpg

Construire c'est bien mais construire en respectant l'existant dans un souci d'harmonie c'est encore mieux. Côté prix la villa Jasmin c'est du grand standing. 218 000 euros pour un deux pièces, 242 000 euros pour un trois pièces et 339 000 euros pour un quatre pièces. Pas sûr qu'il y ait la place pour le logement social et la mixité en centre ville à ce tarif ! Toutefois si jamais vous avez des informations confirmant la présence de logements sociaux dans la villa Jasmin n'hésitez pas à l'indiquer en commentaires. Les blogs sont des espaces libres qui permettent de confronter les points de vue ! Ne les négligeons pas...

Stéphane Fleury (blogueur libre, indépendant et itinérant)

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 8 Février 2011

Manifestation contre les conditions de voyage en train, les usagers s'organisent.

"Meuh ! J'en ai marre d'être du bétail !" Jeudi 3 février, des centaines de voyageurs des lignes Paris-Rouen et Paris-Cherbourg ont manifesté devant la gare Saint-Lazare (8e) au son des clarines. Ils vivent aux confins de l'Ile-de-France, à Bueil, Vernon ou Mantes-la-Jolie, et travaillent à Paris. Réunis en associations, ils ne reculent devant rien pour faire entendre leur ras-le-bol des retards. Les usagers ont compté 137h de retards en 2010, sur deux lignes. Ils dénoncent les conditions de voyage, dans des trains parfois non chauffés, sans toilettes. Ils demandent une indemnisation.

gare.jpg

Association d'associations

Il ya quelques semaines, des abonnés du TGV ont obtenu un dédommagement de la SNCF après s'être fédérés entre lignes. Depuis, l'idée que l'union fait la force fait son chemin. Hier, quatre associations manifestaient de concert. "Les usagers n'ont pas de mode d'action institutionnalisé, donc ils doivent être inventifs, explique Louis Gomez, président du comité des usagers de l'Ouest francilien. Ce type de rassemblement correspond à l'époque : on reste indépendant et on se retrouve sur certaines causes."

Mais la protestation star reste le refus de présenter son titre de transport. Une arme née dans les années 2000, souvent dégainée sur les lignes de Saint-Lazare. Et d'autres, comme Paris-Nevers, où les voyageurs font la "grève du contrôle" depuis deux mois. "La SNCF riposte avec des contrôles musclés à quai, soupire Alexandre Blandin, de l'Association Nivernais-Berry des usagers du train. Mais la dernière fois, nous avons réussi à le stopper en nous regroupant."

La SNCF a en effet du mal à réagir face à cette contestation organisée. "Il y a de plus en plus de rencontres entre cheminots et usagers, ajoute Jean-Claude Delarue, président de la Fédération des usagers des transports. Ces derniers limitent les contrôles dissuasifs." "On travaille avec les associations depuis quatre ou cinq ans, confirme Eric Bezou, de SUD-Rail. Nous aussi nous souffrons de la dégradation du service. Il y a un an, nous avions associé les usagers à notre anniversaire de la fermeture de Saint-Lazare. Et aujourd'hui, nous les soutenons."

Source : Hélène Colau 20 minutes Paris du 04/02/2011

 

 

       

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 7 Février 2011

C'est le moment d'en profiter !

DSCN1419.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 7 Février 2011

Vendredi 4 février, sur les coups de 20h00 à la mairie, la nature était en fête avec la traditionnelle soirée de remise de prix pour les maisons fleuries 2010. Des tablées entières de petits fours et de rafraîchissements avaient tenu à être présents pour l'événement.

MF1.JPG

Cette année a distingué un habitant bien connu du Vieux-Pays, en outre pilier incontesté de notre conseil de quartier (Vieux-Pays Roseraie Bourg). Il s'agit bien entendu vous l'aurez tous reconnu de Monsieur Robert Ferrand.

MF2-copie-1.JPG

L'an passé il avait impressionné le jury avec son muguet de juillet sans pour autant rafler la moindre récompense. Cette année c'est chose faite puisqu'il a obtenu le 12ème prix et remporté pour l'occasion un mur végétal de toute beauté. C'est seulement sa deuxième participation à cet amical concours et ce résultat est évidemment un encourageant pour le futur.

MF3.JPG

Malgré un petit couac à l'annonce de son nom au moment de la remise du trophée, une langue fourchée ayant prononcé Robert Fernand au lieu de Robert Ferrand, l'heureux vainqueur de cette distinction s'est montré ravi.

MF4.JPG

Le maire, également présent à cette manifestation, a du également se réjouir de ce prix récompensant un habitant des zones pavillonnaires qui participent tant au rayonnement paysager de notre ville. Il faut dire en effet que Gérard Ségura ne ménage pas ses efforts pour protéger les zones pavillonnaires du bétonnage, notamment dans notre quartier (sourires gênés).

Mais le printemps se profile déjà à l'horizon... Alors, si vous avez la main verte, n'hésitez pas à vous lancer...

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 6 Février 2011

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #La Chanson du dimanche

Publié le 4 Février 2011

Vous trouverez ci-dessous un article du Parisien, paru le 1er février, à propos du centre d'éveil artistique d'Aulnay (Créa) qui a été sélectionné pour animer les Victoires de la musique classique à Nantes le 14 février prochain. Ambiance...

Source : Marie-Pierre Bologna. Le Parisien du 01/02/2011creapart1.jpg

creapart2.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 4 Février 2011

Photo 5.

S1I5

Prenez le boulevard Lefèvre (du nom du docteur officiant à Aulnay-sous-Bois vers 1880), qui pour la petite histoire fut débaptisé en 1936 au profit du  nom de Lénine avant de retrouver son appellation d'origine juste après la dernière guerre... jusqu'au croisement avec la rue Honoré-Sohier, aulnaysien fusillé par les Allemands en février 1942. Vous trouverez à la fois une plaque commémorative en hommage à ce dernier mais aussi un passage au nom plutôt mystérieux : la sente du berger.

sente.JPG

La sente du berger, c'est la réponse que j'attendais. J'y reviendrai plus tard avec une note spécifique...

Photo 6.

Situé rue Maximilien Robespierre (je fais l'impasse sur sa biographie !) , il s'agissait du Vélodrome. Bien qu'il y ait quelques supporters de l'OM clairement identifiés à Aulnay-sous-Bois, notre Vélodrome n'a pas grand chose à voir avec celui des marseillais. J'ai entendu une fois en réunion publique organisée par la mairie qu'il aurait besoin d'une bonne rénovation. C'est une idée qui se défend mais il faudrait plus de sous dans la cagnotte pour que cela arrive parait-il, enfin je veux dire pour parler en terme financier plus approprié, trouver une ligne dans le budget.

S1I6

Je termine sur cet endroit par une anecdote assez cocasse pour le coup. Le vendredi 11 juin 2010, lors de la retransmission au Vélodrome sur écran géant du premier match de coupe du monde de la France face à l'Uruguay, une pétition à signer était présentée à l'entrée. Le contexte était particulier puisqu'on était en pleine enquête publique sur la dernière modification en date du PLU. Cette pétition allait terminer quelques jours plus tard sur le bureau de la commissaire enquêteur une fin d'après-midi du 18 juin 2010. J'étais là aussi à ce moment précis.

Cette pétition de masse allait certainement valoir son pesant de cacahuètes dans la décision finale d'approuver sans la moindre réserve cette modification.  L'Histoire ne dira sans doute jamais si j'ai été assez facétieux pour la signer. En attendant, et c'est l'objet principal de mon propos, c'est un joli pied de nez à ceux qui pensent que le football n'est pas un sport très stimulant pour les neurones. A Aulnay-sous-Bois il sert de module d'introduction aux premiers fondamentaux d'urbanisme, ce qui n'est pas rien !

Stéphane Fleury (oui celui des blogs !)

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 3 Février 2011

Contre Nice, les banlieusards n'ont perdu que 0-1

Il faut se dresser sur la pointe des pieds pour deviner, derrière l'autoroute et les barres d'immeubles, la lumière orangée de Saint-Denis et son Stade de France. Pour les joueurs de la JA Drancy, sortis hier de la Coupe de France par Nice (0-1), ces lueurs resteront celles d'un mirage. Leur aventure s'est terminée en 8es de finale, dans le froid de La Courneuve, où les Drancéens ont trouvé une enceinte digne de l'événement (5000 personnes environ).

drancycoupe.jpg

Drancy était à la hauteur

Rempli de bonnets bleus aux couleurs du club, le stade Marville avait pourtant ce côté désuet propre aux exploits de la Coupe de France. un terrain où les rebonds sont parfois rebelles et où le panneau d'affichage vous pète entre les doigts en pleine rencontre. Un centre de Paisley repris par Mounier après un contrôle de la poitrine a pourtant brisé le rêve des joueurs de Malik Hebbar juste avant la pause (42e).

 

"Il n'a pas manqué grand-chose, regrette le coach des Franciliens, 15e de leur groupe de CFA. Ils ont été à la hauteur, ont joué au foot, montré ce dont ils sont capables. C'est tout ce qui compte". De cette aventure, il retient aussi "ces choses ressenties lors des mises au vert entre les joueurs". Des moments forts sur lesquels il faudra s'appuyer pour assurer le maintien en championnat. "On a créé un engouement dans la ville, c'est beau savoure Abdelrani Bekka, dix ans de présence au club. Mais bon, même si on est amateurs, et qu'on perd contre des pros, on aurait bien aimé aller plus loin. C'était faisable."

 

Source : Romain Scotto. 20 minutes Edition de Paris du 03.02.2011. Photo : A.Bibard/Fep/Panoramic

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 3 Février 2011

Il y a quelques temps j'avais fait une note (ici) sur le diagnostic de performance énergétique (DPE) obligatoire.  Grosso modo l'objectif est de classer les habitations en fonction de leur consommation d'énergie sur une échelle allant de A à G soit du logement le plus économe à celui qui est le plus énergivore. Exactement comme pour la consommation énergétique d'une machine à laver ou d'un frigo.

Hier, dans ma boîte aux lettres, il y avait le magazine d'une agence immobilière listant les annonces de la Seine-Saint-Denis. J'ai pu constater que l'immense majorité d'entre elles fournissait cette information désormais obligatoire. J'ai eu alors l'idée de regarder d'un peu plus près dans quelle catégorie étaient classés les logements actuellement à la vente ou à la location. Ci-dessous voici l'échelle représentée en fonction des kilowattheures consommés par mètre carré par an.

etiquette energieSur 15 annonces à Aulnay-sous-Bois, 7 logements sont classés en catégorie D, 4 en E, 3 en F et 1 en G. Ce n'est pas très brillant. Mais cette tendance n'est pas spécifique à notre commune. En effet, si on étend le champ de l'analyse à l'ensemble des villes du secteur ( Bondy, Gagny, Drancy, Bobigny, Le Blanc-Mesnil, Le Bourget, La Plaine St-Denis, Livry-Gargan, Les Pavillons-sous-bois, Villemomble, Bagnolet, Montreuil, Romainville, Neuilly Plaisance, Neuilly sur Marne, Noisy Le Grand, Pantin, Aubervilliers, Rosny-Sous-Bois, Saint-Denis, Sevran, Villepinte)  la situation n'est guère meilleure.

Ainsi sur 152 annonces au total (Aulnay-sous-Bois y compris) on obtient 1 logement classé en catégorie B, 7 en C, 41 en D, 55 en E, 29 en F et 19 en G. Evidemment ce n'est qu'un échantillon mais il semble confirmer de manière assez nette que nos villes ne sont pas durables ! Ce n'est pas une surprise ! Sur le 4ième de couverture du livre de Denis Clerc, Claude Chalon, Gérard Magnin et Hervé Vouillot intitulé pour un nouvel urbanisme la ville au cœur du développement durable figure ce qui suit et que je trouve plutôt juste.

Montrez-moi votre ville et je vous dirai qui vous êtes ! L'exercice serait aujourd'hui cruel pour notre société : nos villes sont dispendieuses, étalées, éclatées, irresponsables. Elles sont colonisatrices et féroces avec les campagnes qui les entourent, dangereuses pour l'air et l'eau qui les traversent et dures avec les personnes qui les habitent.

Le constat n'est pas tout à fait nouveau, mais les enjeux se précipitent : raréfaction des ressources énergétiques, réchauffement climatique entre autres accélèrent la mutation de notre société vers un développement durable. Mais comment espérer y arriver à l'échelle planétaire si chacune de nos villes continue sur sa lancée ?

En résumé, il y a un sacré travail ! Mais il n'est pas interdit de commencer maintenant !

Stéphane Fleury

Références du livre : Denis Clerc, Claude Chalon, Gérard Magnin, Hervé Vouillot. Pour un nouvel urbanisme, la ville au cœur du développement durable. Adels Revue Territoires. Editions Yves Michel.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 2 Février 2011

Le saviez-vous ? Une partie de la population d'Aulnay-sous-Bois est actuellement en cours de recensement. Entamée le jeudi 20 janvier 2011 , cette opération s'achèvera le samedi 26 février prochain. Si jamais vous faîtes partie du panel des heureux élus n'hésitez pas à nous faire un petit coucou... !

Le recensement, ce n'est pas seulement compter le nombre d'habitants vivant en France, c'est aussi suivre chaque année l'évolution de la population, des communes et plus généralement de la société. Que ce soit en matière de crèches, d'hôpitaux, de pharmacies, de logements, de transports publics, de rénovation de quartiers, d'infrastructures sportives, etc., les réponses sont essentielles pour aider les élus à mieux répondre aux besoins.

population               ( Evolution de la population d'Aulnay-sous-Bois entre 1968 et 2007. Source : Insee) 

En 2011, une partie d'Aulnay-sous-Bois est recensée. En effet, chaque année, une enquête est organisée par la mairie et l'Insee dans les communes de 10 000 habitants ou plus, auprès d'un échantillon de 8 % de la population. Ainsi, il se peut que vous soyez recensé cette année, alors qu'un membre de votre voisinage ne l'est pas.

Si vous êtes concerné, un agent recenseur se rendra à votre domicile à partir du 20 janvier 2011. Vous pourrez le reconnaitre grâce à sa carte officielle tricolore comportant sa photographie et la signature du maire.

Il vous remettra une feuille pour le logement recensé, un bulletin individuel pour chaque personne vivant dans ce logement et une notice d'information sur le recensement. Si vous le souhaitez, l'agent recenseur peut vous aider à remplir les questionnaires.

Lorsque ceux-ci sont remplis, ils doivent être remis à l'agent recenseur par vous-même, ou en cas d'absence, sous enveloppe, par un tiers (voisin, gardien, etc.). Vous pouvez aussi les retourner à la mairie ou à la direction régionale de l'Insee au plus tard le 26 février 2011.

Les quelques minutes que vous prendrez pour répondre aux questions sont importantes. La qualité du recensement dépend de votre participation. C'est avant tout un acte civique, mais aussi une obligation légale en vertu de la loi du 7 juin 1951 modifiée.

Toutes vos réponses sont confidentielles. Elles sont transmises à l'Insee et ne peuvent faire l'objet d'aucun contrôle administratif ou fiscal.

Pour savoir si vous êtes recensé cette année ou pour obtenir des renseignements complémentaires, contactez la mairie au 0800 77 99 33 (appel gratuit depuis un poste fixe) ou 01 48 79 65 59.

Pour trouver les réponses à vos principales questions sur le recensement de la population 2011 : www.le-recensement-et-moi.fr

Pour en savoir plus et consulter les résultats du précédent recensement : www.insee.fr

Source : http://www.aulnay-sous-bois.com/

  

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Démographie

Publié le 2 Février 2011

ballon.jpgCe soir la Seine-Saint-Denis du football aura les yeux rivés sur Drancy. La Jeanne d'Arc de Drancy, comme on l'appelle, qui évolue en CFA (4éme niveau national) affronte en effet aujourd'hui à 20 heures, au stade Marville de La Courneuve, l'OGC Nice actuellement classé 17éme de Ligue 1. L'enjeu : une qualification historique pour les quarts de finale de la coupe de France ! Ce matin dans le Parisien, Malik Hebbar, l'entraineur de la JA Drancy estimait que son club avait 40% de chances de passer et qu'il n'y avait aucun complexe d'infériorité à avoir. De fait, Drancy a déjà sorti, au tour précédent, Boulogne-sur-Mer évoluant pourtant deux divisions au dessus. Les Aiglons (le surnom des joueurs niçois) étaient d'ailleurs relativement prudents dans les colonnes de l'Equipe daté de ce jour estimant qu'il fallait se méfier de Drancy dans la mesure où dans ce genre de confrontation la valeur des équipes se trouve nivelée. En cas d'exploit le club de Drancy recevrait 272 500 euros de la Fédération Française de Football.

Le match n'est pas télévisé ce qui laisse présager une affluence de l'ordre de 5 000 spectateurs ce soir au stade. En attendant une telle aventure du côté du CSL d'Aulnay-sous-Bois nous garderons une oreille sur la rencontre en souhaitant le meilleur à nos voisins du 93...

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 1 Février 2011

Je ne suis pas un fin connaisseur du monde de la boxe mais, en lisant la note de Jean-Gauthier sur MonAulnay.com, j'ai quand même eu envie de jeter un œil samedi soir en direction du gala organisé salle Pierre Scohy. J'en profite au passage pour saluer l'initiative de la ville qui a retransmis en direct l'événement sur son site. Malgré l'handicap numérique qui est le mien en vivant dans le nord d'Aulnay-sous-Bois, j'ai pu observer combats et interviews de manière plutôt fluide.

gantspaulamar.jpg

C'est ainsi que j'ai vécu en live la victoire de notre boxeur local Mehdi Bouadla aux points à l'unanimité du jury après huit rounds de virtuose. Ceci dit, plus la soirée avançait et plus je me suis mis à penser à Paul Amar. En son temps, ce présentateur de journal télévisé avait sorti des gants de boxe sur le plateau lors d'un débat politique entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie. C'était sa manière à lui d'exprimer que cela allait cognait.

Sa mise en scène lui valut d'être suspendu d'antenne. On lui reprocha notamment d'avoir montré ostensiblement un sac Décathlon et d'avoir manqué de respect à cette chose si importante que l'on nomme politique. Du reste,  Bernard Tapie s'était drapé dans une dignité offusquée déclarant que la politique c'était du sérieux !

Avec le recul je crois qu'effectivement Paul Amar avait tort. Finalement la boxe et la politique n'ont pas grand chose en commun. J'ai parfois l'étrange et désagréable impression qu'en politique il y a infiniment plus de coups bas...

Pour revoir la vidéo des gants de boxe cliquez ici.

Pour un compte-rendu complet sur la soirée de samedi cliquez .

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Humeur

Publié le 1 Février 2011

La maison de l'emploi (Meife) d'Aulnay lance un appel aux parrainages. Elle propose à des volontaires, en activité ou à la retraite, d'aider des chercheurs d'emploi dans leurs démarches. Il s'agit à la fois de leur transmettre un peu de leur expérience sur le monde de l'entreprise, de les conseiller dans la rédaction de CV et lettres de motivation, de les préparer à l'entretien d'embauche... La Meife a déjà recruté six parrains, et souhaite au moins doubler ce chiffre.

Renseignements auprès de la Meife, 1 rue Auguste-Renoir. Tél 01.48.19.36.00

Source : Le Parisien du 01/02/2011

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal