Articles avec #environnement tag

Publié le 27 Novembre 2014

cynthia-saddaka-aulnay.jpgC’est devenu un rituel. Chaque vendredi matin, à 8h30, Cynthia Roulin, éco-animatrice au sein de la régie de quartier Saddaka, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), prend un fourgon, enfile ses gants et plonge son nez dans les poubelles. Sa tournée comprend neuf points de collecte dans les quartiers nord de la ville et ne s’intéresse qu’à un seul et unique déchet: le pain. Ce Grand détournement du pain fait le bonheur des chevaux d'un centre équestre non loin de là. C’est là que Cynthia Roulin amène le pain collecté qui sera dévoré comme des friandises.

En finale du concours «S’engager pour les quartiers»

En pleine semaine européenne de réduction des déchets, l’opération, lancée en septembre 2013, pourrait très bien être primée ce jeudi dans le cadre de «S’engager pour les quartiers». Un concours national qui récompense des projets innovants menés dans les quartiers en rénovation urbaine. Sur les 116 dossiers présentés, le Grand détournement du pain est en tout cas dans les trois finalistes dans la catégorie «Innovation sociale et sociétale». «C’est peut-être la capacité du projet à avoir mis autour d’une même table de nombreux acteurs d’Aulnay-sous-Bois, avance Cynthia Roulin. Le Grand détournement du pain fédère les trois bailleurs sociaux de la ville, des associations locales, plusieurs services municipaux de la ville et reçoit des aides de la région, de la ville, des syndicats de traitement de déchets…»

«L’habitude ici est de le jeter par la fenêtre»

L’action, aussi, sort de la norme. Habituellement, le pain n’est guère ciblé dans les campagnes de prévention des déchets. Mais à Aulnay-sous-Bois, il était devenu un vrai problème une fois devenu rassis ou trop mou pour être mangé. «Trop souvent, ici, il est jeté par la fenêtre, raconte Cynthia Roulin. Culturellement, il y a une gêne à mettre du pain à la poubelle. Les habitants préfèrent encore qu’ils nourrissent les pigeons.»Mais l’oiseau peut rapidement devenir un nuisible, surtout lorsqu’il arrive en masse. «Et ce pain laissé au pied des immeubles attire aussi les rats, un autre problème dans ces quartiers d’Aulnay-sous-Bois, raconte Jonathan Baudry, lui aussi employé à la régie Saddaka et venu prêter main-forte ce vendredi.

Pas les pains tartinés, pas les croûtes de pizza, les sacs de semoule…

Le Grand détournement du pain se veut donc une alternative à la fenêtre. Les Aulnaysiens des quartiers nord sont invités à déposer leur surplus de pain avant le vendredi matin dans des poubelles spécialement dédiées au pied des immeubles. Cynthia Roulin en ramasse en moyenne 500 kg par tournée, qu’elle trie sur place. «Je ne prends que les pains secs, les seuls que les chevaux peuvent manger sans risque.» Et non pas les pains tartinés, les croûtes de pizza ou ce sac de semoule de couscous trouvés dans les poubelles vendredi dernier. «Malgré les campagnes de sensibilisation, il y a toujours des erreurs commises, poursuit Cynthia Roulin qui garde en moyenne 300 kg de pain à la fin de sa collecte. Le Grand détournement du pain porte toutefois déjà ses fruits à Aulnay-sous-Bois. Sur la propreté déjà. Dans le quartier de la Brise par exemple, le ramassage des déchets n’a plus besoin d’être fait une fois par jours, mais trois fois par semaine, glisse Cynthia Roulin. C’est déjà ça.»

Source : 20minutes.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 21 Novembre 2014

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 18 Novembre 2014

recyclage.jpgTri sélectif. Avec seulement 21% de ses déchets recyclés, l’Ile-de-France fait beaucoup moins bien que beaucoup d’autres régions européennes. C’est le bilan de l’étude Regions 4Recycling menée pendant deux années.

En temps de recyclage des déchets, l'Ile-de-France est encore très loin des objectifs fixés par l'Union européenne. Avec seulement 21 % de ses rebuts qui sont recyclés, elle fait beaucoup moins bien que beaucoup d'autres régions européennes, comme la Flandre ou la Catalogne. D'ailleurs, les seules régions qui recyclent moins que la région parisienne sont celles de Lisbonne (Portugal) et d'Athènes (Grèce), situées dans des pays soumis à une cure d'austérité drastique.  

Ce sont les enseignements tirés du projet européen Regions 4 Recycling, qui s'est intéressé, pendant deux ans, à la destination des déchets dans treize régions européennes. Une étude qui ne met donc pas vraiment la région à l'honneur mais qui, selon Corinne Rufet (EELV), vice-présidente chargée de l'environnement au conseil régional, a permis d'identifier des pistes d'amélioration. « Ce qu'on constate en premier dans les régions qui s'en sortent mieux que nous, c'est qu'elles disposent d'un tas de moyens pour agir que l'Ile-de-France n'a pas. C'est notamment le cas de la TVA incitative. En Ile-de-France, elle est identique en matière de recyclage ou d'enfouissement. Par ailleurs, il y a des régions, comme la Catalogne, où les règles de tri sont partout les mêmes. En Ile-de-France, les règles diffèrent selon que vous soyez à Cergy (Val-d'Oise), Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne) ou Paris », note-t-elle.

« Le vrai problème de la région, c'est qu'on peut développer les ressourceries et les déchetteries mais il y a certains leviers, comme la fiscalité, où nous n'avons pas la main et où nous ne pouvons que plaider notre cause auprès de l'Etat et espérer qu'elle soit entendue. » Geneviève Wortham (PS), présidente de l'Observatoire régional des déchets en Ile-de-France (Ordif), tempère les mauvais résultats de l'Ile-de-France en rappelant que « c'est le territoire étudié le plus densément peuplé, ce qui explique aussi les difficultés rencontrées à accélérer en matière de recyclage ». Elle souhaite également que soient créées une « TVA et une fiscalité incitative en ce qui concerne les déchets recyclés », à laquelle la ministre de l'Environnement Ségolène Royal serait « très favorable ». « Mais l'actualité récente nous a aussi montré que Ségolène Royal n'aime pas beaucoup se fâcher avec les entreprises... », déplore l'élue régionale, un brin frondeuse...

L'objectif fixé par l'Union européenne est que 70 % des déchets soient recyclés d'ici à 2030.

Les Franciliens trient 31 kg d’emballages par an

Avec une moyenne annuelle de 31 kg d'emballages triés par habitant, l'Ile-de-France est loin d'être exemplaire en la matière. Ces résultats, compilés par Eco-Emballages, sont en effet au-dessous de la moyenne nationale, qui est de 46 kg par habitant. Dans le même ordre d'idée, seulement 37 % des Franciliens trient systématiquement leurs emballages, alors qu'ils sont 44 % au niveau national. Parmi les raisons invoquées par les Franciliens, interrogés dans le cadre de l'Observatoire du geste de tri, le manque d'informations.

Ainsi, 31 % d'entre eux considèrent que les consignes de tri sont difficiles à comprendre et 38 % d'entre eux disent même avoir renoncé à trier un emballage parce qu'ils ne savaient pas dans quelle poubelle le jeter. Pour améliorer les performances des Franciliens, Eco-Emballages, avec la région, prévoit le déploiement de 20 000 bacs de tri en plus et d'accentuer ses efforts pour sensibiliser le public.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 13 Novembre 2014

Dans un monde de plus en plus citadin, notre commune offre tout de même l’occasion de belles échappées au milieu de la nature. Un chiffre résume à lui seul cette situation : 15 % du territoire Aulnaysien est composé d’espaces naturels !  A cet égard, le parc départemental du Sausset situé à cheval sur les villes d’Aulnay-sous-Bois et Villepinte étonne par sa diversité.

C’est ainsi que dimanche dernier, en fin d’après-midi, la rédaction d’Aulnaylibre ! a profité d’un spectacle a priori tout à fait improbable en milieu urbain. Un nombre conséquent d’oiseaux s’est livré à un impressionnant ballet sur le lac de Savigny devant le regard fasciné des petits et des grands. Notre caméra a capturé ce moment où le temps a suspendu son vol…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 10 Novembre 2014

Certains y verront peut-être le symbole d’une République ou d’un Etat décadents incapables d’assurer a minima l’entretien de l’espace public. D’autres accepteront sans doute la situation comme une fatalité.

Quoi qu’il en soit, en sortant d’Aulnay-sous-Bois en direction de l’A104, vous tomberez sur un amas de déchets plutôt conséquent. Sa simple présence, depuis des années, vous donnera peut-être le sentiment d’une image ternie de la banlieue, dont la triste réputation n’est malheureusement  pas usurpée ou bien encore l’idée qu’il est peut-être vraiment temps de partir ailleurs…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 26 Octobre 2014

Les vendanges – cuvée 2014

Les vendanges se sont bien déroulées entre le 6 et le 10 octobre 2014, par un temps qui n’était – hélas - pas très clément. Le vignoble du Parc ayant aussi des objectifs pédagogiques, certaines classes ont aidé à cette récolte qui a permis d’engranger  une belle quantité de raisins. Comme la vigne n’a pas trop souffert d’intempéries, ni surtout de la grêle, M. Laurent Prieur – Maitre de Chai – pense  pouvoir obtenir  entre 550 et 600 L de vin blanc et rouge, en quantité à peu près équivalente. En effet il n’y aura quasiment pas de déchets grâce à l’absence de maladies ou de pourriture et tout pourra être utilisé. Pour l’instant, 680kg de raisin rouge ont été récoltés, il reste quelques rangs de raisin blanc à vendanger et  Mme Maryline Barré  - chef de service adjointe du Parc - estime que la quantité de raisin blanc sera à peu près semblable, ainsi qu’elle nous l’a confirmé dans cette petite interview.

Selon les premières estimations, grâce à un mois de septembre bien ensoleillé, le degré d’alcool futur du vin peut être estimé à 12,5°, comme l’année dernière.

Vendanges.jpgMme Barré, M. Prieur et leur équipe montrent leur engagement et leur dynamisme en innovant pour aller de l’avant. Pour la première fois cette année,  grâce à la bonne quantité de fruits, ils ont pu fabriquer de la gelée, du jus de raisin blanc ou rouge et des raisins secs.  Nous avons même vu des figues séchées !! Ces produits ne sont pas libres à la vente ; ils sont réservés pour les écoles, dans des buts pédagogiques, ou pour des manifestations officielles. Nous avons eu le privilège de les goûter : un vrai régal, du bio vraiment naturel!  Excellent produit du 93.

Anne-Marie 

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie

Publié dans #Environnement

Publié le 20 Octobre 2014

dahlia.jpg

Une fidèle lectrice d’Aulnaylibre nous a envoyé la photo d’un autre de « nos » dahlias. Une nouvelle victoire sur la suppression du  C.O.S. !

Et vous ?  Pouvez-vous témoigner ? Envoyez-nous vos photos.

La rédaction

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 20 Octobre 2014

potelets.pngPresque novembre…

Le potelet nouveau est arrivé… et il s’est bien lâché….et il fleurit!  Contrairement à ses frères déjà en faction dans le souterrain de la gare. Et il nous fait de beaux clins d’œil. Heureusement qu’il y en a un de sérieux dans l’équipe.  Ça doit être le chef !

Anne-Marie

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie

Publié dans #Environnement

Publié le 18 Octobre 2014

Dans le cadre de l’exposition « Le gaspillage alimentaire, c’est aussi ton affaire » la Maison de l’Environnement d’Aulnay-sous-Bois propose un intéressant atelier jeu suivi d’une alléchante dégustation de chocolat ce samedi 18 octobre à partir de 15h30. Renseignements au 01 48 79 62 75 ou par mail : mde@aulnay-sous-bois.com

MDE

Robert Ferrand

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Environnement

Publié le 16 Octobre 2014

Vous avez aimé « Le jardin préféré des Français » ? et bien le Service des Espaces Verts nous a emmenés dans deux beaux jardins remarquables situés dans la région de Montmirail.

Jardin-Pépinière du Point du Jour

C’est un beau jardin plein de surprises, mêlant réalité, rêve  et imagination, comme ce piano trônant au milieu d’une pelouse, ou ces buis-boule hébergeant des animaux ou ce miroir suspendu ou cet arbre à dames-jeannes, ou cet être mystérieux tout droit sorti du grand Nord . Partout, on a l’impression d’être dans un conte de fées.

garden1.pngLes jardins de Vieils-Maisons

Nous avons continué la visite par un jardin tout à fait différent mais non moins remarquable. A commencer par un cadran solaire analemmatique basé sur le nord géographique. Comme il faisait beau, nous avons pu en constater l’exactitude.

garden2.pngNous continuons ensuite en traversant les saisons. Quatre massifs représentent les 4 saisons de l’année, avec chacun une couleur dominante différente. 

garden3.pngSous l’œil protecteur du 1er propriétaire, nous traversons des massifs alternant les couleurs et les odeurs, mélangeant rosiers, géraniums, pivoines, fuchsias…

garden4.png

Et puis surprise, nous passons devant une fable de La fontaine où le jardinier se plaint à son seigneur que des lièvres lui mangent tous ses choux et ses salades. Le Seigneur voulant l’aider, découvre alors sa fille – magnifique – et le pauvre jardinier perdra ses salades …et sa fille !!

garden5.png

Et nous terminons par le bois des petits enfants : 23 petits enfants = 23 arbres : les filles des arbes à fruits et les garçons un magnifique feuillage d’automne.

Magnifique promenade et merci aux Espaces Verts

Allez-y au printemps prochain

Jardins de Vieils Maisons – 02540 Vieils-Maisons

Hameau du Point du Jour – 77510 Verdelot

Anne-Marie

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie

Publié dans #Environnement

Publié le 16 Octobre 2014

dahlia.png

En mai 2013, nous avons pu enfin voir et acheter le nouveau dahlia :   « Ville d’Aulnay-sous-Bois » qui avait été créé et baptisé à l’automne précédent. Il a une belle couleur rose et fait l’orgueil de nos jardins, car il a  réussi à s’épanouir  malgré les tentatives de réductions de nos espaces verts suite à la suppression du C.O.S. (coefficient d’occupation des sols), imposée par l’ancienne majorité municipale. Imaginez ! plus il y a de béton, moins il y a de dahlias !

Cette « Ville d’Aulnay-sous-Bois » qui refleurit cette année – encore plus belle que l’année dernière – qui a résisté aux limaces, aux escargots et aux pucerons, est bien le signe d’une renaissance de notre ville. Préservons les jardins, préservons notre environnement, soignons notre qualité de vie et de notre « oxygène ».

Anne-Marie

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie

Publié dans #Environnement

Publié le 12 Octobre 2014

« Déposez ici votre pain sec pour nourrir les animaux d’une ferme. » Penchée au-dessus d’un vaste container affichant ce message, les mains dans des gants de caoutchouc, Cynthia Roulin, éco-animatrice prévention des déchets, se livre à un tri sans merci. Depuis 8 heures, comme chaque vendredi, la jeune femme est sur le pont, sillonnant avec sa camionnette les quartiers Nord d’Aulnay-sous-Bois (93), pour ramasser le pain rassis ramené par les habitants.

Son circuit compte huit points de collecte situés devant des loges d’immeubles et un centre social. Avec énergie, Cynthia isole les viennoiseries, pizzas et autres tartines qui n’auraient pas dû atterrir là et récupère le pain. « Je note à chaque fois les quantités ramassées », témoigne la coordinatrice de ce dispositif mis en place en 2013, après une expérimentation réussie. En fin de tournée, les sacs seront remis à la ferme d’un centre équestre de Gonesse (95).

 Le pain, c’est sacré

Portée par le collectif Mieux vivre ensemble, réunissant trois bailleurs sociaux, la ville, et des acteurs associatifs, l’initiative, soutenue par la Région, est née du constat que les habitants abandonnaient d’immenses quantités de pain au pied des immeubles et de la volonté des partenaires de trouver une solution durable. « Ces jets d’ordures posent pour nous, bailleurs, des problèmes de propreté urbaine et de respect du cadre de vie », souligne Aurélie Lamandé chez le bailleur social Logement francilien.

La mairie a quant à elle pour priorité « de limiter au maximum la production de déchets, pour préserver l’environnement et diminuer les coûts », complète Marianne Liechty, responsable du programme local de prévention des déchets. « Pour beaucoup de familles de ces quartiers, c’est mal de mettre du pain à la poubelle », pointe-t-elle. Ce que confirme Meral Guvel, habitante d’origine turque. « Dans nos cultures, le pain, c’est sacré ! On nous a appris à ne pas le gâcher. Alors, ici, les gens le jettent par les fenêtres pour que les oiseaux en profitent », explique-t-elle.

Mais nourrir les pigeons, c’est risquer de voir leurs fientes salir les façades. Sans compter les problèmes de salubrité. « Le pain attire aussi les rats, les souris, les cafards », constate Daniel Poltorak, gardien à la loge Zéphyr.

collecte_du_pain_940x300.jpgApprendre à moins jeter

L’opération a d’ores et déjà séduit les habitants. « Le réflexe a été pris, remarque l’un d’eux, Youssouf Kamara. Ça fait moins de gaspillage et ça donne une meilleure image du quartier. » De même, les gardiens de la loge France Habitation se réjouissent. « Ici, ça marche super bien ! On ne ramasse plus de pain par terre et les locataires sont satisfaits », assurent Kelly Évrard et Jérôme Froment.

Reste cependant à creuser en amont les raisons d’un tel gaspillage de pain pour le prévenir. « Outre la collecte, j’ai pour mission d’organiser des animations favorisant la réduction des déchets ménagers », résume Cynthia Roulin. Dès avril, à l’aide d’un questionnaire, les habitudes d’achat et de consommation des habitants seront sondées en porte à porte. « L’idée est de repérer les mauvaises pratiques pour les faire évoluer, mais sans discours moralisant », pointe Aurélie Lamandé.

Le ton se veut à l’inverse festif puisque des événements seront proposés dans les quartiers. Au programme : des ateliers cuisine anti-gaspillage, d’échanges de recettes à base de pain rassis… Et un objectif : qu’il n’en reste plus une miette.

Source article : http://www.iledefrance.fr/ Photo : Eric Garault/Picturetank

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 10 Octobre 2014

Drancy-ManifestationLe corigat (Collectif des riverains de la gare de triage de Drancy) organisait mercredi soir son assemblée générale. Cette association de 170 membres, qui milite depuis plus d'un an pour l'arrêt du transport et du tri de matières dangereuses sur le site de la gare de triage, à cheval sur Drancy, Le Blanc-Mesnil et Le Bourget, accueillait à cette occasion Philippe Galli, préfet de Seine-Saint-Denis. « Je comprends bien votre volonté d'éloigner le risque, mais aujourd'hui, dans l'organisation du fret, il n'est pas envisagé de se passer de Drancy », a reconnu, sans détour, le représentant de l'Etat. Chaque année, 250 000 wagons transitent par ce site, dont 13 000 transportant des matières dangereuses. Dans la salle, Rachid s'est dit « résigné » : « il va falloir vivre en permanence avec cette menace... »

La « transparence » est devenue le maître mot

Le préfet a cependant voulu rassurer. Un comité local d'information, réunissant préfecture, RFF, 
SNCF, élus, cheminots et habitants, s'est réuni à deux reprises. La « transparence » est devenue le maître mot. Une visite du site sera prochainement organisée, a assuré Philippe Galli. « On limitera l'usage de la sirène, qui est anxiogène. La plupart du temps, il ne s'agit que d'un incident mineur », assure le préfet, qui réfléchit à informer la population par radio ou SMS. Le préfet s'est aussi exprimé sur le « porter à connaissance » prescrit par son prédécesseur en avril 2013, qui recommande de ne pas ajouter de population dans une zone de risques de 620 m autour de la gare. Une décision qui a attisé l'inquiétude et compromis les opérations immobilières dans cette zone d'environ 30 000 habitants. « Ce niveau de réponse n'est pas satisfaisant, on est au milieu du guet », a reconnu Philippe Galli. « On informe du danger, mais on ne tire pas toutes les conséquences en termes d'interdiction à construire, en laissant la responsabilité aux maires. » Le maire (UDI) de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, a prévu de « mettre l'Etat face à ses contradictions », en agrandissant une école maternelle dans le périmètre.

Le tribunal administratif de Montreuil, saisi deux fois, pourrait permettre de trancher le problème, en faisant tomber le « porter à connaissance ». « J'attends avec impatience la décision de 
justice, qu'elle soit favorable ou non à l'Etat », a reconnu le préfet. L'Etat est aussi poursuivi au pénal par Jean-Christophe Lagarde, pour non-assistance à personne en danger. Hier, le maire de Drancy a été auditionné par les gendarmes de l'office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), à Arcueil (Val-de-Marne).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 8 Octobre 2014

sausset.jpgBOTTES AUX PIEDS et sécateurs à la main, une douzaine d'apprentis en restauration du Centre de formation de Villepinte, ont vendangé, hier, au parc départemental du Sausset à Aulnay-Villepinte. Pour la deuxième année, le parc ouvrait ses vignes pour permettre à ces élèves, en brevet professionnel ou en CAP, de découvrir la fabrication du vin, de la cueillette des grappes jusqu'aux premières étapes de la vinification.

Le matin est consacré au ramassage d'une partie des 2 000 pieds de vigne. Patrice Bersac, oenologue et président des vignerons franciliens explique les précautions à prendre pour couper le raisin sans danger. « Mettez bien une main sous la grappe afin que le plan de travail du sécateur ne soit pas dans le même plan que celui des doigts », prévient-il.

Accroupis dans la boue, les apprentis s'appliquent. Les clacs s'enchaînent, les seaux se remplissent avant que les premiers signes de fatigue et quelques coupures n'apparaissent. Heureusement, la boîte à pharmacie n'est pas loin, les blessés se remettent vite au travail. « Avec l'habitude de la cuisine, la fatigue, ça va », sourit Florian, 22 ans. William, lui, a déjà fait les vendanges en Champagne. « Ici, c'est cool », observe-t-il. L'ambiance est bon enfant. Le raisin, un pinot noir, est très beau, selon le maître de chai du parc. Il servira à produire du vin rouge, des confitures et du jus de raisin.

Hier après-midi, la cueillette terminée, les élèves ont découvert la vinification, dans une autre partie du parc. Pour M. Costé, formateur en cuisine au Cefaa, cette journée dans les vignes est « un gain de temps considérable ». « Cela permet à nos apprentis de mieux comprendre comment se fabrique un élément indispensable de la cuisine française. » Benjamin comme Fatima en sont conscients : « il est indispensable de connaître l'oenologie si l'on veut travailler dans la restauration ».

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 7 Octobre 2014

Peut-être ne le savez-vous pas, mais Aulnay-sous-Bois a été choisie il y a quelque temps pour tester un tout nouveau panneau susceptible d’être ajouté prochainement au code de la route. De forme rectangulaire, il représente un automobiliste qui semble jeter des détritus par la fenêtre. Pour indiquer que c’est mal, une croix rouge barre ostensiblement le véhicule et un message en gros caractère explicite le propos : NE JETEZ PLUS !

2014-OCTOBRE 0962Evidemment, vous l’aurez compris, cet article et le photo-montage qui l’accompagne sont bien entendu un énorme poisson d’avril avant l’heure ! En effet, qui aurait l’idée saugrenue d’inventer une telle signalétique pour rappeler une règle élémentaire de civisme nécessaire au bien vivre ensemble : la propreté c’est l’affaire de tous !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 29 Septembre 2014

mauvaise-odeur.jpgA moins d’avoir le nez complétement bouché, de nombreux habitants de notre commune ont probablement senti comme une drôle de mauvaise odeur à Aulnay-sous-Bois il y a quelques semaines. Ces effluves nauséabondes provenaient en réalité des campagnes d’épandage de lisiers et effluents d’élevage sur les terres agricoles situées en Seine-et-Marne à l’Est de notre ville.

 

fumier_epandage.jpgIl faut savoir que ce procédé est autorisé par la loi et qu’il est même bénéfique pour les sols et les cultures. L’agriculteur a pour obligation d’enfouir ces effluents sous 24 heures pour en limiter les nuisances. L’épandage se déroule deux fois par an en fin de printemps et en automne.

Par malchance les vents n’étaient pas favorables cette année et les odeurs se sont propagées jusqu’à Aulnay-sous-Bois.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 27 Septembre 2014

En regardant la photo ci-dessous vous devez instinctivement vous dire : non mais c’est bien sûr, voici un cliché pris à Giverny la commune de Haute-Normandie (Eure) bien connue pour abriter la maison et les jardins du peintre impressionniste Claude Monet !

2014-JULY-0341.JPG

Et bien en fait non ! Cette image a été prise à Aulnay-sous-Bois dans le parc départemental du Sausset. Ouvert en 1981, l’idée de cet espace vert, situé à cheval sur notre commune et Villepinte, a germé dans l’esprit du Conseil Général de Seine-Saint-Denis dès 1972 puisqu’une réserve foncière de 200 hectares de terres agricoles avait été constituée pour équilibrer l’implantation de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et anticiper la densification des zones alentours restées constructibles.

Parmi les joyaux de ce lieu classé Natura 2000 il y a le Marais. Créé de toute pièce par la main de l’homme, il a pourtant tout de suite été adopté par des espèces d’oiseaux qui y nichent régulièrement ou occasionnellement. Les photos illustrant ces quelques lignes ont été prises de cet endroit.

2014-JULY 0343Alors, si vous n’avez pas le temps d’aller dans l’Eure, rendez-vous au parc du Sausset à Aulnay-sous-Bois et vous verrez qu’il suffit d’attendre la lumière complice du soleil pour qu’il prenne les teintes des tableaux de Claude Monet…

Robert Ferrand

Source données historiques de l’article en provenance du Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (C.A.H.R.A.)

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Environnement

Publié le 25 Septembre 2014

Chaque année c’est la même histoire. Alors que la saison fait tourner au ralenti la végétation, invariablement le miracle de la nature accomplit son œuvre. C’est ainsi qu’aux alentours du 22 septembre le muguet d’automne fleurit à Aulnay-sous-Bois.

2014-JULY-0960.JPGPour tenter d’en savoir un peu plus sur ce phénomène qui intrigue le jury des maisons et jardins fleuris de notre commune et ébranle même les certitudes des experts botanistes, la rédaction d’Aulnaylibre est allée à la rencontre de celui qui perpétue cette tradition séculaire.

Lou Ferrigno, jardinier Aulnaysien, témoigne :

« J’ai toujours eu la main verte vous savez ! Le secret du muguet d’automne ?  C’est le mélange. Mon terreau maison est enrichi avec des épluchures d’oranges de Sicile et des grains de sable du désert Tunisien. Mais le petit coup de génie je vous le livre : c’est les Gipsy Kings ! Et oui, le sol Aulnaysien étant composé de grandes quantités de Gypse, je diffuse tous les soirs à mes boutures un titre version karaoké du groupe  en fredonnant : Poussare, oh, oh ! Sans engrais, oh oh oh oh ! Voilà vous savez tout ! ».

Alors que l’urbanisation galopante gagne chaque jour un peu plus de terrain, écrasant sous le béton les humains, Lou Ferrigno, sous la bienveillante protection de Dame Nature, résiste et cultive son jardin où pousse l’incroyable muguet d’automne d’Aulnay-sous-Bois.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 25 Septembre 2014

velib.jpgPour la deuxième semaine consécutive, la Ville de Paris a décidé d'instaurer la gratuité de Vélib' et d'Autolib' en réponse à l'épisode de pollution qui touche la capitale. Airparif, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air en Ile-de-France, prévoit un nouveau dépassement du seuil d'information aujourd'hui. En conséquence, les abonnés au service Autolib' bénéficient d'une heure de gratuité, tandis que les cyclistes pourront circuler à Vélib' sans payer si leur trajet n'excède pas trente minutes. La gratuité du stationnement résidentiel, mise en place hier, est reconduite. La mairie de Paris prépare actuellement un « plan d'envergure » contre la pollution atmosphérique liée au trafic routier qui devrait être présenté devant le Conseil de Paris en novembre.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 11 Septembre 2014

potager.jpgC'est gratuit.
Nature. 
A Aulnay-Villepinte, les secrets du potager vous seront inculqués dimanche au parc du Sausset. Rendez-vous est donné à 14 h 30 par l'association Jardinot à la Maison du Sausset (inscription obligatoire sur parcsinfo.seine-saint-denis.fr ou au 01.71.29.20.80. Gratuit, enfant dès 10 ans.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 10 Septembre 2014

Paris et une grande partie de l’Ile-de-France sont bâtis sur des vides, conséquences de l’extraction du calcaire en sous-sol depuis le Moyen-Age. Albin Guyon, de l’exploitation générale des carrières, veut sensibiliser les habitants.

Habiter au-dessus d'une ancienne carrière est fréquent en Ile-de-France (voir carte) et cela comporte des risques. Ces dernières semaines, par exemple, des jardins se sont effondrés en Seine-Saint-Denis, à Clichy-sous-Bois comme à Sevran. Albin Guyon, chef de l'inspection générale des carrières, veut sensibiliser les particuliers à ce « risque invisible » comme il l'appelle. En cas de dommage, c'est leur responsabilité qui est engagée, car lorsqu'on achète un terrain, on est aussi propriétaire du sous-sol.

gyspe.pngQuels sont les risques liés au sous-sol ?

Albin Guyon. Une carrière, c'est un vide en sous-sol, qui peut se dégrader, remonter en surface et entraîner des fissures, un effondrement de terrain... On appelle ça un fontis. Nous en constatons au moins une dizaine par an, à Paris et en petite couronne. L'événement le plus marquant du XX e siècle, ce fut l'effondrement d'une carrière de craie à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, tout un quartier est descendu de plus de 3 m, en 1961, il y eut 21 morts. En 1991, dans le massif de l'Hautil, en limite du Val-d'Oise et des Yvelines, il y a aussi eu un décès.

Que savez-vous de l’état des carrières ?

On dispose d'un état des lieux assez précis, sur la base d'un atlas entamé au XIX e siècle et continuellement remis à jour. On dispose aujourd'hui de 458 cartes sur Paris et la petite couronne. Chacun peut savoir quelle carrière il y a sous sa maison.

Qu’allait-on chercher dans ces carrières ?

Au sud de Paris, on exploitait du calcaire pour construire. Cela a duré du Moyen Age jusqu'au début du XX e siècle. Le calcaire se situe de quelques mètres à plus d'une trentaine de mètres de profondeur selon les endroits. Au-dessus, on trouve parfois du gypse, qui sert à faire du plâtre. On en a au sud, mais aussi à l'est sur les buttes Montmartre, les buttes-Chaumont, à Belleville à Paris, et plus à l'est avec Vaujours, Coubron en Seine-Saint-Denis, en Seine-et-Marne et dans le Val-d'Oise. On en exploite encore dans certaines communes. On a aussi exploité la craie, sur les coteaux de la Seine (Issy-les-Moulineaux, Meudon et Sèvres) et dans les Yvelines. Ces carrières ont donné des vides un peu partout.

Peut-on se prémunir des risques ?

Il faut se renseigner et tout mettre en oeuvre pour le réduire au maximum. Nous avons pour cela un portail d'information. En rentrant son adresse, on sait si son bien est en zone de carrière*. Et nous donnons notre avis pour la délivrance des permis de construire. On peut être amené à refuser un permis si on a une connaissance insuffisante des sols. Il faudra alors réaliser des sondages supplémentaires ou des travaux de consolidation.

Vous voulez dire qu’on ne peut pas prévoir un effondrement ?

Non ! D'ailleurs les anciennes carrières abandonnées sont considérées juridiquement comme des risques naturels. Les vides sont la conséquence de l'action de l'homme, mais les matériaux se dégradent ensuite progressivement, ce sont des phénomènes lents et imprévisibles qui peuvent être aggravés par les fuites de réseau d’eau par exemple.

Quels autres risques existent ?

Le gypse antéludien (qui date d'environ 40 millions d'années) peut provoquer également des effondrements. On en trouve surtout à Paris et en Seine-Saint-Denis. Dans cette zone, il y a un risque de dissolution qu'on ne peut pas évaluer. Lors du creusement du RER B, une cavité a été découverte sous la gare du nord, qui faisait une quinzaine de mètres de diamètre et autant en hauteur ! C'était à proximité d'un endroit où la SNCF pompait l'eau pour les machines à vapeur. Le gypse étant soluble dans l'eau, s'il se dissout, ça crée un vide. Et comme pour les anciennes carrières, il va falloir entreprendre des travaux de réduction des risques, c'est le même traitement que pour les carrières. On sait que ce risque existe mais on ne sait pas s’il y aura des désordres ni quand.

*http ://igc.paris.fr.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 29 Août 2014

Un fidèle lecteur d’Aulnaylibre !, qui a visiblement la main verte, nous a transmis une photo présentant sa récolte du jardin. De quoi rappeler peut-être que, malgré un environnement de plus en plus urbanisé, il est encore possible de produire ses fruits et légumes à Aulnay-sous-Bois.  En tout cas, ce cliché nous a donné envie de relire un classique parmi les classiques à savoir Candide de Voltaire où il est écrit que pour être heureux il suffit de cultiver son jardin…

SAM_1599--3-.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 29 Août 2014

chauve-souris-copie-1.pngLa nuit internationale de la chauve-souris se déroule ce week-end. Comme chaque année, le parc départemental du Sausset, à Aulnay-Villepinte, vous invite à venir découvrir ce drôle de petit animal. Demain après-midi, de 15 heures à 18 heures, un jeu de piste et un atelier de création de masques attendent les enfants qui pourront profiter ensuite, jusqu'à 19 heures, de contes. De 20 h 30 à 23 heures, une sortie nocturne avec des animateurs vous permettra d'observer les chiroptères dans la nature. C'est gratuit mais il faut impérativement s'inscrire*.

D'autres sorties dans le Vexin

Pour mieux voir ces insectivores volants, on peut aussi se rendre dans le département du Val-d'Oise, l'un des derniers bastions des chauves-souris en Ile-de-
France. Dans le Vexin, sont concentrées 18 espèces différentes sur les 20 encore présentes dans la région, la pipistrelle bien sûr mais surtout un type de chauve-souris qui est en train de disparaître : le petit rhinolophe. Ce chiroptère d'à peine 5 g, qui a la particularité de se draper complètement dans ses ailes lorsqu'il est au repos, se voit de moins en moins. « Il y a un siècle, on en voyait partout en Ile-de-France, mais aujourd'hui il n'en reste plus que dans le Vexin », observe Nicolas Galand, chargé de mission faune au parc naturel régional. Cette espèce très fragile s'installe dans les combles des vieilles maisons.

Si la nuit internationale de la chauve-souris remplit une mission de sensibilisation, c'est bien toute l'année que les habitants sont invités à être attentifs à la présence des chiroptères. « Nous demandons aux gens qui localisent des colonies de nous prévenir », explique Nicolas Galand. « Ces rassemblements de femelles (pendant l'été au moment de la reproduction) sont rares, il est donc important de les protéger. » Car d'une manière générale, toutes les populations de chiroptères ont tendance à régresser en Ile-de-
France. Les chauves-souris sont pourtant d'une grande utilité. « Elles ont un rôle d'insecticide naturel, s'il n'y en avait plus nous serions envahis de moustiques et d'insectes nuisibles pour les cultures. »

* Demain, au parc du Sausset, à Aulnay-Villepinte. Inscription obligatoire au 01.71.29.20.80
Aujourd'hui et demain au bois du moulin de Boisemont à Chars (Val-d'Oise), inscriptions obligatoires 01.48.60.13.00.
Demain, à 20 h 30, à Bernes- sur-Oise (Val-d'Oise), projection sur le mode de vie nocturne des chauves-souris et insectes puis sortie pour les observer dans le marais, inscriptions au 06.10.03.74.19.

 Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 11 Juin 2014

 

Vous trouverez ci-dessous un tract de l’association Aulnay Environnement qui annonce la commémoration des inondations du 19 juin 2013 à Aulnay-sous-Bois. Rendez-vous est donné le samedi 21 juin 2014 à 11h place du Général de Gaulle en face de la gare RER. Vous êtes invités à venir nombreux avec vos seaux, vos amis et vos voisins.

EAU1.png 

EAU2.png

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 19 Mai 2014

QUEL AVENIR POUR AULNAY ?

Qu’en est-il du « bétonnage » ?

Quelles modalités de la révision et des modifications du PLU ?

Quelle réflexion sur la prévention des inondations ?

QUELLE VILLE VOULONS-NOUS ?

AulnayEnvironnement.jpgAulnay Environnement, association dont la réflexion et l’action sont centrés sur la maîtrise de l’urbanisation, a, dans le respect le plus strict de l’indépendance associative, pris contact avec les 4 listes déclarées dès novembre 2013 pour leur soumettre un questionnaire afin de mieux connaître leur projet d’évolution urbaine. 

La liste du maire élu a inscrit dans son programme entre autres: 

Réviser le PLU en début de mandat en concertation avec les habitants.

Stopper le bétonnage qui défigure la ville

Rétablir le COS (coefficient d’occupation des sols)  pour lutter contre la densification de la zone pavillonnaire… 

Nous pensons que notre action n’est pas étrangère à cette intention de révision.

Notre tâche sera d’abord de négocier les modalités de la révision pour qu’il y ait une véritable concertation avec la population et les associations.

Mais sans attendre la révision (qui peut durer plus de 2 ans) nous voulons une modification du PLU qui revienne rapidement sur les modifications que nous avions dénoncées.

rétablissement du COS,

fin des facilités de division de terrains en zone UG (pavillonnaire)

Freiner l’imperméabilisation des sols est fondamental pour la prévention des inondations !

Nous demandons aux élus une réunion sur ces sujets sans attendre l’anniversaire des inondations du 19 juin.  Pour faire le point avec la municipalité et la population, nous vous invitons à une

Réunion publique le 23 mai à 20 heures

au foyer Dumont 

Nous appelons les « inondés » à être présents au conseil municipal de fin juin

en espérant avoir des premières réponses.

Pour les « inondés » nous revendiquons aussi de nouveaux bassins de rétention :

rue de Picardie et sur le terrain des « Impôts » de la Croix Blanche. 

Prévenir et empêcher les inondations c’est urgent ! 

La révision du PLU et le retour au COS  (coefficient maximum d’occupation des sols)

c’est grâce à l’action d’Aulnay Environnement !

Adhérez à AULNAY Environnement !  

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement