Articles avec #environnement tag

Publié le 23 Décembre 2013

wagon-drancy_640x280.jpgUn train qui transportait des matières radioactives a déraillé ce lundi après-midi dans la gare de triage de Drancy, où transitent chaque année des milliers de wagons de déchets dangereux.  Les secours ont été appelés à 16h13. Les roues seraient sorties des rails alors que le train circulait à faible vitesse, explique un porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de ParisnLe wagon dangereux s'est retrouvé incliné. Il ne s'est pas couché, selon nos informations. Comme il y a quinze jours, lors d'un précédent incident, les sirènes ont retenti dans la gare et autour. Des mesures de confinements ont été prises par précaution avant l'arrivée des secours. 

Trente-cinq pompiers venus de sept casernes, équipés de tenues de protection, sont intervenus. Ils ont procédé à une série de mesures de la radioactivité et de produits chimiques sans rien relever d'inquiétant. «Il n'y a aucun risque de contamination», assure le porte-parole des sapeurs-pompiers.

Le député-maire (UDI), Jean-Christophe Lagarde, pousse un nouveau coup de colère. «Pour la population, c'est insupportable de vivre avec ce danger de mort.. Cette fois-ci, je veux que legouvernement se saisisse de ce dossier. Qu'est-ce qu'ils attendent pour réagir, des morts ?»

Depuis des mois, Drancy comme le Blanc-Mesnil et Le Bourget, voisins de la gare, se battent pour que les trains dangereux ne passent plus par ce site classé Seveso et site en zone urbanisé. 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 18 Décembre 2013

bruits_nuisances_sonores.pngVictor Haïm est en colère. Le président de l’Autorité de contrôle des nuisances aériennes (Acnusa) dénonce le projet de loi de finances 2014 qui, selon lui, prévoit le plafonnement du fonds d’aide à l’insonorisation des riverains des plates-formes aériennes. Alimenté par la TNSA (taxe sur les nuisances sonores aériennes) prélevée sur chaque billet d’avion au départ ou à l’arrivée d’un aéroport français, le fonds a bénéficié en 2012, à hauteur de 54 M€, à près de 5000 logements et bâtiments. Pourtant, le gouvernement s’apprêterait à se prononcer sur un plafonnement de ce fonds à 49 M€, la taxe continuant à être prélevée pour alimenter alors… les caisses de l’Etat!

« C’est du détournement de fonds! » s’insurge le gendarme du ciel par la voix de son président. « Le projet de loi de finances est en train de vider de sa substance la TNSA pour enrichir le budget de l’Etat sur le dos des riverains des aéroports mais aussi des clients des compagnies aériennes! » dénonce Victor Haïm. En 2012, plus de 22 M€ ont été prélevés au titre de la TNSA sur la plate-forme aéroportuaire de Roissy-Charles-de-Gaulle, tandis que 20,06 M€ ont été récoltés à Orly.

Les habitants des zones intégrées à un plan de gêne sonore (PGS), lui-même en cours de révision, peuvent bénéficier d’aides pour lutter contre le bruit généré par les avions. L’an passé, 4900 dossiers de diagnostics ont été acceptés en France. « Nous constatons une nette augmentation du nombre de demandes des riverains », assure-t-on chez Aéroport de Paris (ADP), qui est chargé de la gestion de l’attribution des aides pour les aéroports franciliens de Roissy-CDG, Orly et Le Bourget.

nuisances-sonores-LM004107.jpg« L’Etat cherche, par tous les moyens, à trouver de l’argent au détriment du budget dédié aux riverains, s’insurge à son tour Alain Péri, le vice-président de l’Association de défense contre les nuisances aériennes (Advocnar). Nous sommes déjà très loin d’avoir couvert tout le monde, et on puise déjà dans les réserves ». Il alerte également sur le possible non-renouvellement de l’aide à 100% pour les travaux d’insonorisation qui doit se décider d’ici à la fin de l’année.

« La recette de la TNSA estimée pour 2014 est de 49 M€, justifie-t-on au ministère de l’Economie et des Finances. Si toutefois elle était supérieure, elle atterrirait dans le budget de l’Etat. Le Parlement a un pouvoir de contrôle sur les taxes, ce plafonnement est une démarche de rationalisation des taxes affectées. Le plafond peut être réévalué d’une année sur l’autre. »

Le nouveau plan de gêne sonore déjà critiqué

La carte du plan de gêne sonore (PGS) est sur le point d’être modifiée. Ce document trace les frontières des zones considérées comme les plus survolées par les avions. Seuls les habitants vivant à l’intérieur de cette zone peuvent prétendre aux aides financières relatives aux travaux d’insonorisation. La carte actuelle a été élaborée en 2004. La nouvelle sera légèrement élargie au sud, dans les zones les plus urbanisées, mais réduite au nord. « Actuellement, le doublet sud (NDLR : les pistes d’atterrissage et de décollage situées au sud de l’aéroport de Roissy) est beaucoup plus utilisé que le doublet nord, regrette Patric Kruissel, de l’associaiiton Advocnar. Il n’est pas normal d’avoir davantage de nuisances là où il y a le plus de population. » Ce nouveau PGS laissera probablement encore des victimes des nuisances exclues des dispositifs d’aide à l’insonorisation.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 16 Décembre 2013

peripherique-parisien_640x280.jpgVitesse maximale : 70 km/h. La vitesse autorisée sur le périphérique parisien, actuellement fixée à 80 km/h, va être abaissée de 10 km/h dans les prochaines semaines, indique-t-on lundi de source gouvernementale, confirmant une information du Monde.fr. Cette mesure, qui prendra effet après l'examen du décret en Conseil d'Etat et sa publication «avant la fin janvier», «vise à lutter contre la pollution, automobile et sonore», a-t-on précisé de même source.  La décision aurait été prise par le Premier ministre, à l'issue d'une concertation avec les ministères de l'Intérieur, de l'Ecologie et des transports. Le Conseil d'Etat est en train d'examiner le décret sur cette mesure, qui a été signé par les trois ministères concernés. 

La modification de la vitesse maximale sur le périphérique 
est attendue depuis plusieurs mois. Cette décision, qui relève du gouvernement, était voulue par le maire socialiste de la capitale, Bertrand Delanoë. Alors que la pollution est régulièrement à des niveaux élevés et notamment ces derniers jours, à Paris et dans plusieurs régions françaises, le maire de la capitale considère que l'abaissement de la vitesse sur la rocade parisienne permettra notamment de limiter la pollution. Aux heures creuses, la circulation serait plus fluide ; aux heures de pointe, les ré-accélérations seraient moins brusques, limitant les émissions de polluants. Les autres bénéfices attendus de cette mesure sont un bruit moins important produit par les véhicules, ce qui profiterait aux riverains du périphérique, ainsi qu'une amélioration de la sécurité routière.

Déjà des critiques et des réserves
L'Automobile Club Association rappelle que la vitesse moyenne sur le périphérique n'est que de 37 km/h en raison de l'encombrement des voies. Par ailleurs, en 2006, une étude des services de la voirie indiquait que la baisse de 10 km/h des vitesses conduirait à la réduction des émissions d'oxyde d'azote de seulement 1%. Concernant la pollution, l'association 40 millions d'automobilistes estime, pour sa part, que «le renouvellement progressif du parc automobile national» avec des filtres à particules de qualité est «la première lutte contre la pollution». «Une véritable politique de pédagogie en faveur de l'éco-conduite» contribuerait, elle aussi, à réduire la pollution. A propos du bruit, 40 millions d'automobilistes appelle plutôt à «investir dans les infrastructures routières telles que les enrobés de nouvelle génération». Ces enrobés réduiraient le bruit de neuf décibels contre un seul avec une réduction de 10 km/h de la vitesse. Enfin, Chantal Perrichon, porte-parole de la Ligue contre la violence routière, a par ailleurs déclaré à l'AFP que, «d'un point de vue sécurité routière, (la baisse de 10 km/h) n'apporte rien, car, «avec la mise en place des radars, on est passé de quinze morts à deux ou trois tués par an»

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 15 Décembre 2013

CORIGAT.jpg«Stop au danger. Nous exigeons l’arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses sur le site de la gare de triage de Drancy. » Cette banderole orne le capot d’une des voitures du cortège. Hier matin, cinq jours après le déraillement heureusement sans conséquence d’un wagon, une cinquantaine de riverains, pour la plupart originaires du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, ont défilé en voiture dans les rues de la ville, mais aussi dans celles de Drancy et du Bourget. Ils entendaient dénoncer le passage de produits toxiques à la gare de triage, située au cœur de quartiers pavillonnaires. Chaque année, plus de 200000 wagons transitent sur ce site majeur du fret ferroviaire, dont 20800 transportant des matières dangereuses.

La publication d’une étude de l’Etat datant de mai 2011 et mettant au jour les dangers potentiels pour la population a éveillé les consciences. L’arrêté préfectoral pris au 
printemps dernier — qui interdit désormais toute construction nouvelle dans un périmètre de 620 m autour de la gare —, loin de calmer les inquiétudes, a mis le feu aux poudres.

« Je vis au Blanc-Mesnil depuis vingt-deux ans. Je savais qu’il y avait des produits dangereux, mais je croyais naïvement que la 
SNCF nous garantissait la sécurité! Or, au printemps, j’ai découvert que je vivais dans une zone à risques », dénonce Anne-Marie, 55 ans. A ses côtés, Tania, 58 ans, acquiesce : « Et si, mercredi, le wagon avait été plein, qu’est-ce qu’on aurait fait? On ne sait même pas quelles sont les conduites à tenir en cas d’accident. » Les riverains sont aussi inquiets pour leur portefeuille. « J’ai acheté un pavillon il y a trois ans, raconte Ludovic, 34 ans, père de deux fillettes. Il a perdu 30% de sa valeur. » 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 12 Décembre 2013

drancy-gare.jpgVers 8h15, hier matin, les sirènes de la gare de triage de Drancy retentissent. Rapidement, six ou sept véhicules de pompiers et des policiers se rendent à proximité des voies ferrées, rue Anatole-France, où un wagon de produits chimiques a déraillé. Les riverains commencent à s’inquiéter, ainsi que la mairie, qui conseille à la direction du collège Anatole-France, tout proche, de garder ses élèves dans les classes. La SNCF lance son plan d’urgence interne (PUI) et un périmètre de sécurité est établi par la préfecture. Fort heureusement, le scénario catastrophe s’arrête là. A 9h40, l’alerte est levée. Aucun drame n’est à craindre : le wagon, censé transporter de l’acide chlorhydrique, était vide. Seule une roue a sauté du rail, sans doute après un choc avec un autre wagon. L’enquête technique de la SNCF le déterminera.

Mais cet incident finalement sans gravité n’a pas manqué d’alimenter les peurs autour de la gare de triage, site majeur du fret ferroviaire francilien, où transitent chaque année près de 250000 wagons de marchandise, dont 13000 chargés de matières dangereuses. « Ça m’a fait très peur. On entendait les consignes au micro qui disaient d’évacuer le site », confie Sébastien, qui tient le bar-tabac de la gare avec son père, juste au-dessus des voies. « On ne se sent plus en sécurité, ajoute Marco, Drancéen depuis dix-sept ans. Samedi dernier, déjà, il y a eu un déraillement. Il n’y a pas eu d’alarme, ils ne veulent pas que le voisinage se révolte. »

La gare de triage est revenue sur le devant de la scène il y a près de deux ans quand une étude a identifié des risques potentiels sur le secteur. Cela a conduit le préfet à prendre un arrêté interdisant toute nouvelle construction dans un périmètre de 630 m autour de la gare. Depuis, élus et habitants sont mobilisés pour dénoncer les dangers du site. « Il y a quatre ou cinq incidents de ce type chaque année, indique-t-on à la préfecture. Avant, ils passaient inaperçus, mais nous avons baissé le seuil d’alerte il y a deux ans. L’opérateur est désormais obligé de déclencher le PUI, ce qui implique les sirènes, les pompiers et le bouclage du secteur. » Hier, c’était le premier PUI déclenché depuis une fuite de gaz mercaptan, en mars dernier.

« Ce qui s’est passé confirme le danger que nous dénonçons depuis deux ans, déplore Jean-Christophe Lagarde, député-maire (UDI) de la commune. Que se serait-il passé si le wagon avait été plein? Derrière l’acide chlorhydrique, il y avait un wagon de nitrate d’ammonium. Le même mélange qui a provoqué l’explosion d’AZF, à Toulouse en 2001. Je souhaite que l’on aille trier ailleurs les matières dangereuses avant qu’une catastrophe n’arrive. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 11 Décembre 2013

En cas de grande crue en Ile-de-France, 850 000 personnes seraient victimes des inondations. Pourtant, les constructions se poursuivent dans les zones exposées.

En Ile-de-France, plus de 430 000 logements sont directement menacés par la montée des eaux en cas de grande crue. Autrement dit, si le lit de la Seine venait à déborder comme en 1910, 8% de l’habitat francilien serait inondé et 850000 personnes auraient les pieds dans l’eau. C’est ce que révèle l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (IAU), un bureau d’études du conseil régional, dans sa dernière note*.  Pourtant, architectes et promoteurs ne cessent de convoiter les bords de Seine, de la Marne et de l’Oise. En l’espace de trente ans, de 1980 à 2009, 100000 nouveaux logements ont été bâtis en zone inondable. « Et le rythme des chantiers s’accélère, souligne Ludovic Faytre, responsable de l’enquête. Il a été particulièrement soutenu au cours de la dernière décennie. » Ainsi, les zones inondables franciliennes se sont chargées de 38000 logements supplémentaires entre 2000 et 2009, contre 36000 pour la décennie 1990, et 26100 pour la précédente.

123 000 logements menacés rien que dans le Val-de-Marne

Le Val-de-Marne a accueilli, à lui seul, un quart des constructions opérées dans des secteurs à risques ces trente dernières années. Arrosé par la Seine et la Marne, il est d’ailleurs le territoire le plus menacé d’Ile-de-France, avec plus de 123000 logements en zone inondable, devant Paris (107700) et les Hauts-de-Seine (94450). Beaucoup moins exposée au fleuve, la Seine-Saint-Denis n’est concernée qu’à hauteur de 11700 logements. En grande couronne, ce sont la Seine-et-Marne et l’Essonne qui présentent le plus de risques, avec pour chacune plus de 36000 logements menacés.

La crue de 1910 avait vu la Seine monter de 8,68 m. Selon la note de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme, les ouvrages de protection développés par la ville de Paris, depuis, peuvent théoriquement protéger d’une inondation semblable. Mais le reste de l’agglomération paraît « beaucoup plus vulnérable ». L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime qu’une telle crue « impacterait cinq millions de citoyens et de nombreuses entreprises », représentant un tiers de l’activité économique du pays. De son côté, Ludovic Faytre avance qu’une inondation majeure en Ile-de-France causerait 17 à 20 Mds€ de dommages directs, imputés pour moitié à l’habitat.

* http://www.iau-idf.fr. 

Source article : Le Parisien. Vidéos : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 1 Décembre 2013

Vous trouverez ci-dessous une lettre de l’association Capade-sud interpellant Gérard Ségura sur la future usine de méthanisation prévue à Aulnay-sous-Bois et Le Blanc-Mesnil. Jusqu’à présent le maire sortant n’a semble-t-il pas jugé utile de s’exprimer sur ce sujet potentiellement sensible. Ce n’est pourtant pas la place qui manque dans le magazine municipal Oxygène ! Alors, l’actuelle majorité municipale se déroberait-elle devant les questions qui fâchent ?

Lettre-mairie-1--2-.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 26 Novembre 2013

dahlia-aulnay-1.jpg

Peut-être ne le savez-vous pas mais notre ville dispose d’une fleur qui porte son nom : le Dahlia d’Aulnay-sous-Bois ! Lors des journées portes ouvertes aux serres municipales en mai dernier cette plante tubéreuse originaire des régions chaudes d’Amérique centrale avait été mise à la vente aux particuliers.

dahlia-aulnay-2.jpg

Un fidèle lecteur d’Aulnaylibre ! qui a visiblement la main verte en avait fait l’acquisition et nous envoie aujourd’hui quelques clichés datant de la floraison. Voilà de quoi patienter jusqu’au prochain printemps…

dahlia-aulnay-3.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 20 Novembre 2013

semaine-europeenne-reduction-dechets-aulnayLa semaine européenne de réduction des déchets se terminera le vendredi 22 novembre 2013 à Aulnay-sous-Bois. Vous trouverez ci-dessous le programme.

Jusqu’au 22 novembre de 9h-12h et 13h30 -16h

exposition

thèmes : propreté, tri, recyclage et compostage 

Ferme du Vieux Pays 

Aujourd’hui

opération récupération de piles et ampoules

10 points de collecte

Foyers clubs, mairies annexes, Centre Administratif, Hôtel de Ville, Ferme du Vieux Pays

Aujourd’hui de 9h-12h et 13h30 et-16h

 atelier cuisine

thème : le gaspillage alimentaire

 Animatrice : Marianne LIECHTY    

Marché du Vieux Pays

sur réservation : 01 48 79 66 47

nombre de places : 16

22 Novembre 

visite de la déchetterie

22 novembre à partir de 14 h 00

sur rendez-vous au 01 48 79 66 47

Transport : mini car ville

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 14 Novembre 2013

mde-aulnay.jpgLes 16 et 17 novembre 2013, la Maison de l’environnement ouvre ses portes pour un week-end 100 % nature !

A l’occasion de la semaine européenne de réduction des déchets, la Maison de l’environnement retourne à la terre en proposant de nombreuse animations le temps d’un week-end. Pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore vue, ce sera l’occasion de découvrir l’exposition Le sol, source de vie qui permet de se rendre compte de l’importance de la terre en tant qu’écosystème, qui recèle la vie de la microfaune, des décomposeurs et autres vers de terre et collemboles, mais aussi l’importance de réduire toute les pollutions du sol qui peuvent aussi nous nuire.

De nombreux ateliers (accessibles dès 2 ans) seront organisés, comme l’atelier créatif «Monsieur Gazon » ou l’atelier « Bout de chou ». Pendant ce temps, les plus grands pourront assister à la permanence info énergie, qui permet de tout savoir pour réduire sa facture énergétique.

Week-end à la Maison de l’environnement. Les 16 et 17 novembre de 15 h à 18 h. Allée circulaire - Parc Faure. Entrée libre. Renseignements au 01 48 79 62 75

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 3 Novembre 2013

tournesol-aulnay-1.jpg

On connaissait les rebelles du parking à vélo, ceux qui préfèrent s’accrocher à une quelconque grille de la gare RER plutôt que de stationner à l’endroit qui leur est en principe réservé dans la ville. Désormais il faudra compter avec le tournesol rebelle d’Aulnay-sous-Bois ! Alors que plusieurs de ses congénères ont rendu l’âme dès les premiers frimas de l’automne, celui-ci faisant fi des saisons a subitement germé de terre et se porte ce matin comme un charme ! Décidemment la nature, même en milieu urbain, réserve toujours des surprises. Alors passera-t-il l’hiver, telle est la question ?  D’autres, plus petits, n’auront pas cette chance et ont déjà mordu la poussière. Voilà sans doute une excellente occasion ce dimanche de relire quelques pages de l’œuvre de Darwin et se souvenir que, dans bien des domaines, pour survivre ou tout simplement continuer d’exister l’union fait souvent la force…

tournesol-aulnay-2.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 2 Novembre 2013

Le Centre Ornithologique Ile-de-France  (CORIF) organise ce dimanche 3 novembre 2013 entre 14h00 et 16h30 au parc départemental du Sausset une session d'observation des oiseaux. Alors n'hésitez pas à prendre votre envol jusqu'à la Maison du Sausset où une hôtesse vous indiquera où retrouver l'ornithologue. Il devrait en toute logique se situer aux abords de l'Etang de Savigny... (Voir le plan ci-dessous). Entrée libre. Renseignements au 01 48 19 28 28.

PLANPARCDUSAUSSET

Source : http://www.corif.net/site/programmeactivites/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 2 Novembre 2013

Le Parc Départemental du Sausset a introduit ces chèvres pour pratiquer une sorte d’Eco-pâturage. Elles sont robustes et s’accommodent très bien de la pluie et du vent. Elles consomment la végétation et en écorçant les arbres, elles permettent de maintenir un milieu ouvert, respectant les principes du développement durable.

chevres-parc-sausset-aulnay-3.jpg

(Les chèvres des Fossés.)

Et c’est un plaisir pour les yeux. Ne sont-elles pas mignonnes ?

Allez vite les voir, avant qu’elles ne prennent leur quartier d’hiver en d’autres lieux où elles seront protégées du froid. 

chevres-parc-sausset-aulnay-1.jpg

(Là, elles posent vraiment pour la photo.)

chevres-parc-sausset-aulnay-2.jpg

(Là aussi.) 

Anne-Marie Lobbé

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie Lobbé

Publié dans #Environnement

Publié le 27 Octobre 2013

baillet-2.jpgDans le plus grand village de pavillons témoins d’Ile-de-France, chez Domexpo à Baillet-en-France (Val-d’Oise), la maison basse consommation tente de convaincre les futurs acheteurs. Jusqu’à ce soir, les vendeurs des différents constructeurs informent les visiteurs sur les nouvelles normes en matière d’économies d’énergie dans les quatre sites Domexpo de région parisienne. Les visiteurs rencontrés hier commencent à intégrer l’aspect économies d’énergie dans leur démarche d’achat. « On souhaite une maison très bien isolée pour faire baisser la note de chauffage, indiquent par exemple Frédéric et Emmanuelle, actuellement locataires d’un appartement dans le XVIIe arrondissement de Paris. L’écologie, ça coûte cher à l’investissement, il faut vraiment que ça soit rentable par la suite. »

Karine et Cyril, de Chantilly (Oise), ont les mêmes préoccupations. « On est sur un projet de construction depuis le mois de mai, explique Karine. On a choisi un terrain dans un éco-lotissement à Saint-Leu-d’Esserent, qui impose certaines normes. On est par exemple obligés d’avoir des panneaux solaires pour chauffer l’eau de la salle de bains. » Le couple a également opté pour une chaudière thermodynamique au gaz toujours dans l’espoir de faire des économies. « J’espère qu’on dépensera moins qu’avec les vieux radiateurs électriques de notre appartement qui nous coûtent 120 €/mois, mais on ne sait pas du tout combien on va gagner au final! » conclut Karine.

Six nouvelles maisons contemporaines sont en chantier ou viennent d’être livrées à l’entrée du site val-d’oisien de Domexpo pour présenter les dernières innovations. « Aujourd’hui, nous sommes contraints de proposer des constructions écologiques, explique Denis, commercial chez Balency (l’un des 23 constructeurs du site). On doit répondre aux normes RT (réglementation thermique) 2012. C’est l’obligation de ne pas dépenser plus de 60 kW/m2 d’énergie par an. Ça coûte en moyenne 10% de plus à la construction, mais c’est amorti en 6 ans à condition de respecter certaines obligations comme de ne pas ouvrir ses fenêtres plus de 10 minutes par jour, été comme hiver! »

De 10 heures à 19 heures, village Domexpo, route des Rouges-Gorges à Baillet-en-France. Egalement à Coignières dans les Yvelines, La-Ville-du-Bois en Essonne et Mareuil-lès-Meaux en Seine-et-Marne.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 1 Octobre 2013

pollution-air.jpgSelon les données transmises par Airparif, le seuil de pollution atmosphérique aux particules (PM 10) est susceptible d’être atteint aujourd’hui en Ile-de-France. Il est conseillé aux usagers de la route de différer leurs déplacements dans la région, de contourner l’agglomération de Paris pour le trafic de transit, de réduire leur vitesse et d’emprunter prioritairement les réseaux de transports en commun. Les enfants et les personnes sensibles doivent privilégier des activités calmes. Pour plus d’information : www.airparif.asso.fr

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 29 Septembre 2013

sol-source-de-vie-aulnay.jpg« Sous nos pieds, la terre, la vie » telle est la trame de la nouvelle exposition proposée par la Maison de l’Environnement d’Aulnay-sous-Bois à partir du 30 septembre. Conçu par l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France (Natureparif) cet événement se veut un voyage sur la terre ferme à la découverte des trésors que recèle le sol, source de toute vie. Un jeu de l’oie sur la terre et le sol, le terrarium, un lombricomposteur vous attendent ainsi que d’autres surprises…

A noter que le vernissage de cette exposition se tiendra le 20 octobre à 14h.

Maison de l’Environnement 13/15 Allée circulaire dans le parc Faure. Entrée libre. Renseignements au 01.48.79.62.75.

Robert Ferrand

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Environnement

Publié le 26 Septembre 2013

Depuis quelques années, les perruches à collier prospèrent en Ile-de-France. Estimés à 1 600 fin 2011, ces oiseaux originaires d'Afrique équatoriale et de l'Asie du sud seraient désormais plus de 3 000 ! Jusqu'ici cantonnées essentiellement aux alentours de leurs lieux de reproduction historiques (aux confins des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne et de l'Essonne ainsi qu'à la frontière de la Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise), leur présence tend à s’étendre dans toute la région.

 

Un comptage national est en cours

C'est notamment le cas en Seine-et-Marne et dans l'Oise, dont elles étaient quasiment absentes avant 2008. « Nous avons eu énormément de retours de particuliers dans ces deux départements à partir du printemps », indique Philippe Clergeau, professeur chargé du dossier « perruches à collier » au Museum national d'histoire naturelle. Cela nous laisse penser que des sites de nidification ont émergé dans le secteur », ajoute le professeur. Le professionnel dirige actuellement une étude financée par les conseils généraux de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine afin de recenser la population, les principaux lieux de nidification, d'alimentation et les dortoirs.

Le phénomène est d'ailleurs loin de se cantonner à la région parisienne. « En parallèle de l'étude francilienne, nous avons mis en place un comptage national car on en observe de plus en plus en province, notamment à Marseille (Bouches-du-Rhône), Toulouse (Haute-Garonne) et à Villeneuve-d'Ascq (Nord) », précise Philippe Clergeau. Mais aussi dans une douzaine de pays européens, comme le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, la Grèce ou l'Espagne.

Source : Le Parisien Vidéo : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 22 Septembre 2013

gare-drancy1.jpg

Hier entre Le Blanc-Mesnil et Drancy, une chaîne humaine, de 700 à un millier de personnes, s’est formée le long de la gare de triage.

gare-drancy2.jpg

Sur ce nœud ferroviaire transitent chaque année 20800 wagons de matières dangereuses. Associatifs et riverains ont réclamé la suppression de ces convois. A leurs côtés, des élus, du PCF à l’UDI, se sont donné la main, en solidarité. Le 5 octobre, une nouvelle manif est prévue devant la préfecture à Bobigny.

gare-drancy3.jpg

Source article : Le Parisien. Photos de Jean-Louis Karkides le chasseur de Castors le plus connu d’Aulnay-sous-Bois !

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 22 Septembre 2013

93lesausset.jpgVenez découvrir ce dimanche de 14h à 17h le potager du parc du Sausset avec ses drôles de fruits et légumes aux formes et couleurs étonnantes, comme des tomates rondes, ovales ou à aiguilles, des aubergines blanches ou encore notre variété de plantes aromatiques.

Pour adultes et enfants de plus de 4 ans. Sur inscription au 01 48 19 28 28. Rendez-vous à la Maison du Sausset

Source : http://www.tourisme93.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 19 Septembre 2013

abeillesethommes.jpgEntre 50 et 90 % des abeilles ont disparu depuis quinze ans. Cette épidémie, d’une violence et d’une ampleur phénoménales, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout, le même scénario : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible.

Arrivée sur Terre 60 millions d’années avant l’homme, l’Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à notre économie qu’à notre survie. Aujourd’hui, nous avons de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits, ni de légumes. Il y a soixante ans, Albert Einstein avait déjà insisté sur cette relation de dépendance : « Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». Réalité ou fiction ? En parallèle, six ruches ont été installées en juin au centre technique municipal. Afin de sensibiliser le public au rôle que les abeilles jouent au service de la biodiversité et de la vie, la cellule pédagogique des espaces verts et la Maison de l’environnement mèneront des animations destinées aux écoles et aux familles.

Vendredi 20 septembre à 20h30

Des abeilles et des hommes de Markus Imhoof

Projection suivie d’une rencontre avec Stéphane Dupont, apiculteur d’Aulnay-sous-Bois, et l’Observatoire de Natureparif. Dégustation et vente des produits de la ruche à l’issue de la projection. Réservations : 01 48 68 00 22 ou par mail à brigitte.bettiol@ejp93.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 19 Septembre 2013

C’est un avertissement à la région Ile-de-France. Selon un pré-rapport rendu par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la région parisienne n’est pas suffisamment armée pour lutter contre une inondation importante comme celle de 1910. « L’absence d’une vision stratégique d’ensemble autour de ce risque majeur pour ce territoire stratégique essentiel révèle un déficit de la politique française de gestion des risques », écrit sans détour l’OCDE. L’organisation internationale pointe du doigt notamment quatre principales lacunes :

Un problème de gouvernance : En France, la problématique des inondations est portée par le ministère de l’Intérieur, par le ministère de l’Ecologie mais aussi par les collectivités locales ou encore l’Agence de l’eau. Une multitude d’acteurs qui, selon l’OCDE, « ont tendance à faire valoir leurs visions et intérêts spécifiques plutôt que de soutenir les objectifs d’ensemble ». Conséquence, selon ce pré-rapport, « le risque est celui de l’inefficacité, du saupoudrage des ressources et que les efforts qui sont pourtant réalisés, ne puissent pas totalement porter leurs fruits ».

« Paris est protégée, la banlieue non » : « Il n’y a pas eu d’investissements importants pour prévenir ce risque majeur depuis une vingtaine d’années, assure l’OCDE. Et ces investissements découlent de la crue de 1910. Depuis la métropole s’est agrandie. Aujourd’hui Paris est protégée, la banlieue non ».

 

Une urbanisation trop importante : « La dynamique du développement local n’incite pas les municipalités à limiter les constructions en zone inondable, écrit l’OCDE. De leur point de vue, la prise en compte d’un risque majeur d’inondation est contre-productive car elle nuit au développement économique, ne rapporte pas de soutien aux élections ».

Des entreprises insuffisamment préparées : Si des sociétés comme la RATP ou la SNCF ont mis en place des plans de continuité d’activité (PCA) en cas d’inondation, la démarche reste limitée. Pourtant l’enjeu est de taille. L’Ile-de-France concentre un tiers de l’activité économique du pays. « Comment la France pourrait fonctionner si son poumon économique est sous les eaux? », interroge un spécialiste.

Commandé par l’Etablissement public territorial de bassin Seine grands lacs (EPTB), en partenariat avec le ministère de l’Ecologie et le conseil régional, ce rapport doit aider la France à transposer une directive européenne qui impose de mettre en place avant 2015 un plan d’évaluation et de la gestion des risques d’inondation. « Tout le monde a tendance à penser que Paris sous les eaux ce n’est plus possible, décrypte Frédéric Molossi, président de l’EPTB. Mais c’est faux. Une inondation majeure coûterait environ 40 Mds d’euros ». Le rapport définitif de l’OCDE doit être rendu en janvier.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 15 Septembre 2013

dechargesauvage.jpgLe président PS du conseil général, Stéphane Troussel, est en colère. A l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre les décharges sauvages, aujourd’hui, il vient d’écrire au préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli, pour se plaindre des dépôts de déchets qui se multiplient un peu partout dans le département sur les talus, accotements ou délaissés.  « S’agissant des autoroutes, de leurs bretelles et de leurs dépendances dont la gestion dépend de la direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Ile-de-France (Driea), je constate le développement de dépôts d’ordures, parfois de produits dangereux, et l’abandon du nettoiement de ces espaces. Cette situation ne peut plus durer » écrit-il.

L’élu demande au préfet de lui présenter les mesures qu’il compte prendre pour remédier à cette situation. « Au bout de combien de temps le terre-plein central de l’A 103 ou le demi-échangeur entre l’A 104 — ancienne N2 — auraient été nettoyés s’ils se trouvaient à Paris ou dans les Hauts-de-Seine? Sans doute rapidement : ils semblent contenir de l’amiante », souligne Stéphane Troussel dans un communiqué.
Par ailleurs,  ce dimanche, le conseil général soutiendra les bénévoles de l’association Let’s do it pour le nettoyage de deux sites, à Saint-Denis et à Clichy-sous-Bois. Quant aux services de l’assemblée territoriale, ils réaliseront en parallèle deux nettoyages à Montreuil et à Aulnay-sous-Bois. « L’objectif est double : rendre le département plus accueillant et envoyer un message fort aux habitants comme aux acteurs publics et privés, à savoir que l’amoncellement des déchets et la détérioration de notre cadre de vie ne sont pas une fatalité » explique l’élu.

Source : Le Parisien / Photo d’illustration

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 8 Septembre 2013

Attention ! Les membres du jury communal sont à pied d’œuvre pour le concours des maisons fleuries d’Aulnay-sous-Bois édition 2013. Si jamais votre décoration florale a retenu l’attention et fait l’objet d’une appréciation vous devriez trouver dans votre boîte aux lettres un carton du même type que celui qui apparait sur la  photo ci-dessous avec ce petit mot : « Merci de contribuer à l’amélioration du cadre de vie de la cité ! ». Les résultats seront connus dans le courant de l’année prochaine. D'ici là, patience…

tournesolaulnaysousbois


Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 6 Septembre 2013

dechetterieaulnaysousbois.jpgSituée dans la zone industrielle des Mardelles, la déchetterie municipale, rue Henri Becquerel, reçoit les déchets que les particuliers apportent. Depuis mi-août, elle délivre désormais  aux particuliers une carte d’accès nominative gratuite. Pour l’établir, vous devez vous présenter sur place l’après-midi, muni d'une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile daté de moins de trois mois. Une carte électronique  vous sera remise quelques minutes après. Vous n’aurez plus qu’à la présenter à chaque passage, accompagnée d’une pièce d’identité. Cette carte permettra de mesurer le volume de déchets apportés ( pas plus 2 m3 par usager et par semaine de déchets ).

Pour rappel, a déchetterie est ouverte du lundi au dimanche  :

Horaires d’hiver : du 1er novembre au 31 mars
Du lundi au vendredi 13 h - 18 h
le samedi 10 h - 18 h
le dimanche 9 h – 13 h

 

Horaires d’Eté : du 1er avril au 31 octobre

Du lundi au vendredi 14 h -19 h
le samedi 10 h -19 h
le dimanche 9 h – 13 h

Déchetterie municipale

Rue Henri Becquerel

Tél : 01 48 68 55 74

Source : aulnay-sous-bois.fr

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 1 Septembre 2013

Les-outils-de-jardinage.jpgLe parc du Sausset accueille ce dimanche 1er septembre de 14h à 17h un atelier consacré aux  bons gestes et postures du jardinier. Voici donc une excellente occasion de découvrir le potager et de s’essayer aux pratiques du jardinage mais pas n’importe comment !! L’association « Jardinot – le Jardin du Cheminot » sera présente pour  vous conseiller afin que le jardinage reste un plaisir.

Cet après-midi de 14h à 17h avec l’association Jardinot, le jardin du Cheminot. Rendez-vous à la Maison du Sausset. Animation gratuite pour adultes et enfants de plus de 10 ans sur inscription au 01-48-19-28-28.

Source : http://www.tourisme93.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement