culture

Publié le 3 Janvier 2015

Africolor.jpgAvec une fréquentation en hausse de 10 %, le festival des musiques africaines Africolor, qui vient de se terminer, atteint pour la seconde fois en 25 ans le seuil des 6 000 spectateurs. 167 artistes se sont produits dans plus de vingt-cinq lieux partenaires à travers toute l'Ile-de-France et principalement en Seine-Saint-Denis.

A l'inverse de nombre de programmations culturelles, le budget artistique est aussi en hausse de 10 %. Sébastien Lagrave, son directeur, a le sourire : « L'édition 2014 a été un succès. Entre foyers de travailleurs migrants et centres dramatiques nationaux, de nombreux concerts ont été complets. »

Sur le plan créatif, le bilan est au beau fixe. L'hommage rendu à Francis Bebey a été porté par la truculente équipe de l'Afrique Enchantée et la famille Bebey, avec Expérience Ka ou l'irrésistible Franco Na Biso ou encore le très savant Radio Kayes. « Ces créations Africolor ont affiché complet lors des soirées qui renouvellent profondément l'avenir de l'innovation musicale autour des musiques africaines », poursuit l'équipe du festival. A côté des valeurs sûres se profile la relève. De jeunes artistes en devenir ont confirmé leur talent : Chérif Soumano, le BKO Quintet d'Aymeric Krol... Les grands frères d'Africolor, Danyel Waro, Abdelkader Chaou, Zao, Ray Lema ont également été au rendez-vous de soirées qui ont su mélanger les publics et les époques. Mais la révélation de cette édition fut sans aucun doute le premier concert en France du duo « Djénéba et Fousco », griots et étoiles montantes du « Sumu » à Bamako (Mali).

« Cette édition démontre la solide implantation territoriale du festival auprès de tous les publics. Africolor ne connaît ni crise de projet ni crise de sens. Le travail artistique et territorial en profondeur, très attendu par les partenaires associatifs et les institutions culturelles, y a fortement participé », constate le directeur.

2015 ne sera peut-être pas aussi belle, en raison d'une baisse du nombre de concerts et des budgets. « Le festival anticipe malheureusement les effets désastreux de la baisse des dotations aux collectivités territoriales, conjuguée à la casse culturelle amorcée dans certaines villes depuis les dernières municipales », conclut l'équipe organisatrice.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 2 Janvier 2015

Si le dernier film d’Eric Lartigau « la Famille Bélier » a été projeté en avant-première le 4 décembre 2014 au cinéma UGC d’Aulnay-sous-Bois, il est encore possible de s’offrir une séance de rattrapage à Jacques Prévert. Le long métrage est en effet diffusé les vendredi 2 et samedi 3 janvier 2015.


Bien que le handicap lié à la surdité soit un thème central de la Famille Bélier, cette comédie adopte un ton résolument optimiste rendant l’ensemble léger et tendre. Les spectateurs semblent en tout cas au rendez-vous puisque le film a déjà dépassé la barre des 2 millions d’entrées.

La Famille Bélier au cinéma Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois. Vendredi 2 janvier 2015 : 14h30, 16h30 et 20h30. Samedi 3 janvier 2015 : 20h30.  

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 26 Décembre 2014

Le 23 décembre dernier, Vald était sur l’antenne de Skyrock dans l’émission Planète Rap. A cette occasion il a interprété en live le titre Aulnay-sous-Bois, une excellente occasion de mettre en avant ce jeune rappeur du cru à la langue bien pendue. Bonne écoute !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 26 Décembre 2014

Malgré un très bon démarrage en salles et déjà près d’un million de spectateurs au compteur, le dernier film d’Eric Lartigau "La Famille Bélier" suscite la polémique notamment outre-manche où une journaliste de The Guardian considère qu’il constitue une insulte à la communauté sourde. Ainsi, le choix d’attribuer les rôles principaux à François Damiens et Karin Viard, acteurs entendants, lui a paru inapproprié.


Assez loin de ce tapage médiatique, le long métrage projeté en avant-première au cinéma UGC d’Aulnay-sous-Bois le 27 novembre dernier a reçu un accueil très chaleureux du public. Ce soir-là, Eric Lartigau et Louane Emera, présents dans la salle, ont expliqué le choix du casting et les conditions du tournage évoquant notamment la surdité et les prestations de François Damiens, Karin Viard et Eric Elmosnino, ce dernier campant le rôle d'un professeur de chant à la verve démesurée. Nous vous proposons de revivre ce moment à travers deux vidéos tournées sur place par la rédaction d’Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 23 Décembre 2014

Le cinéma UGC d’Aulnay-sous-Bois accueillait une nouvelle avant-première le 27 novembre 2014 à l’occasion de la sortie du film d’Eric Lartigau intitulé « La Famille Bélier ». Le réalisateur connu pour des comédies à succès comme « Prête-moi ta main » avec Alain Chabat et Charlotte Gainsbourg ou des longs métrages plus sombres à l’instar de « L’homme qui voulait vivre sa vie » nominé à deux reprises aux Césars présentait à cette occasion sa nouvelle création.


La Famille Bélier tourné dans la région de Domfront à la limite entre l’Orne et la Mayenne brosse le portrait d’une adolescente vivant dans une ferme autour de ses père, mère et frère qui ont la particularité d’être sourds. Elle est donc en quelque sorte une passerelle naturelle entre sa famille et le monde extérieur. L’harmonie et l’équilibre qui règnent dans ce clan très uni est pourtant subitement remis en cause lorsque la jeune fille se découvre un don vocal qui pourrait lui faire quitter le cocon rural pour la capitale.

Ce soir-là, Eric Lartigau accompagné de Louane Emera, repérée grâce à sa prestation dans l’édition 2013 de The Voice, étaient sur le devant de la scène du cinéma UGC d'Aulnay-sous-Bois pour parler du film. La rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose de revivre ce moment à travers deux vidéos.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 16 Décembre 2014

contes-de-noel-aulnay-sous-bois.jpgL’équipe du Médiabus et les élèves du Conservatoire de musique vous propose ce mercredi 17 décembre  2014 une lecture d’albums, comptines et chansons de Noël. La musique s’invite dans les contes traditionnels de Noël. Une moufle, des lutins, un petit sapin…

Rendez-vous à 11h à l’auditorium du Conservatoire et à 16h à l’arrêt du Médiabus du canal de l’Ourcq. Réservations au 07.77.96.94.97

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 13 Décembre 2014

Une rencontre exceptionnelle

avec ROBERT HUE

SAMEDI 13 DECEMBRE

de 11h à 12h30

à l’occasion de la parution de son nouveau livre

Les partis politiques vont mourir et ils ne le savent pas.

Robert-HueLa gauche sinistrée est devenue étrangère aux souffrances quotidiennes des gens. Les populismes et l’extrême droite occupent l’espace laissé en jachère. Et l’attitude des Français vis-à-vis des « politiques » passe du désintérêt à l’exaspération. Face à la tentation du repli des citoyens sur eux-mêmes, de nouvelles constructions collectives sont indispensables. Les partis traditionnels sont condamnés à mourir, car ils ne remplissent pas leur mission démocratique. Un « travail de deuil » commence, afin que se revivifie la politique. Adieu « appareils », technostructures vieillissantes et « antichambres du pouvoir » ! Il faut réinventer le goût, l’envie, l’intérêt pour la politique. Afin de remplacer le capitalisme financier qui contamine la mondialisation, une révolution progressiste est possible. Bousculer l’action politique, lui redonner sens et vertu, la construire et la partager : telle est l’ambition de ce livre de réflexion où Robert Hue évoque ses années de formation et de militantisme au PC.

Rendez-vous à la librairie Folies d’encre 41 boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 3 Décembre 2014

autocropC'est ce soir que débute à Aulnay- sous-Bois la 18e édition du Festival de danse hip-hop H2O. Quatre représentations sont programmées jusqu'à dimanche avec, à chaque fois, quatre chorégraphies. La moitié d'entre elles sont des créations. Cette année, le festival a particulièrement fait appel à des chorégraphes femmes comme, par exemple, Tishou Aminata Kane, Camille Moineau (notre photo) ou encore Sonia Duchesne, qui présentent des danses légères et élégantes. L'idée est de rendre encore plus universel le hip-hop.

Ce soir, vendredi et samedi à 19 h 30, dimanche à 16 heures, au Théâtre Jacques-Prévert ou au Cap. Tarif : 6 € ou 12 € ou 16 €-32 € le passe festival. Tél. 01.58.03.92.75 ou sur www.festival-h2o.com.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 30 Novembre 2014

Le 29 octobre dernier se déroulait au cinéma UGC d’Aulnay-sous-Bois l’avant-première du nouveau long métrage de François Ozon intitulé « Une nouvelle amie » avec au casting Romain Duris et Anaïs Demoustier. Le réalisateur connu notamment pour « Dans la maison », « Potiche » ou encore « Huit femmes » était dans la salle pour parler de son film qui explore les multiples méandres du sentiment amoureux.

Une ultime séance d’Une nouvelle amie est projetée aujourd’hui à 14h au cinéma Jacques Prévert.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 24 Novembre 2014

Charlotte Lambour et Sylviane David, deux artistes Aulnaysiennes, exposent leurs aquarelles et dessins jusqu’au 20 décembre 2014 à l’office de tourisme d’Aulnay-sous-Bois.

2014-NOVEMBRE-1802.JPG

Le vernissage de l’exposition est prévu le mardi 25 novembre à 18h. Alors soyez curieux et franchissez la porte du 23 boulevard de Strasbourg !

2014-NOVEMBRE-1804.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 22 Novembre 2014

La corruption, peste des Etats et fléau des peuples, coûte à l’intérêt général et ne rapporte rien au bien commun. A Mediapart, Fabrice Arfi est à l’origine de plusieurs enquêtes qui portent aujourd’hui les noms d’affaires Karachi, Bettencourt, Takieddine, Kadhafi ou Cahuzac. Elles pourraient être vécues comme une simple suite de faits divers politico-financiers impliquant des personnalités publiques. Pourtant ces affaires ont un sens. Elles nous concernent tous, nous en sommes collectivement les victimes invisibles. Dans Le sens des affaires, récit formidablement documenté, Fabrice Arfi raconte ce qu’un journaliste révèle trop rarement : ses méthodes de travail, ses doutes et les raisons de son combat. En rupture avec l’hystérie médiatique, il réaffirme avec force le rôle du journaliste dans notre société, qui est d’insuffler de l’intranquillité au sein du système politique, au nom des valeurs de la démocratie.

ARFI.jpgRencontre à 17h avec Fabrice Arfi à la librairie Folies d’encre, 41 boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 22 Novembre 2014

Jolie distinction pour le Créa, l'école de chant vocal d'Aulnay-sous-Bois. Son disque « Pinocchio » (Black and Blue, Socadisc), un opéra jazz créé en 2012, s'est vu décerner le grand prix Charles-Cros dans la catégorie disque jeune public. La distinction consacre l'interprétation des jeunes choristes, mais aussi les auteurs, Thierry Lalo (musique), Christian Eymery (paroles), Didier Grojsman (direction musicale et directeur du Créa). Le disque est disponible sur Internet et auprès du Créa (16 €).

pinocchio1Source article : Le Parisien / Photo : Aulnaylibre.com !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 11 Novembre 2014

4279289_11-1-582763994.jpgDépêchez-vous si vous voulez en profiter : les dernières places vont s'arracher pour le concert de Juliette à Aulnay-sous-Bois. La grande dame de la chanson française y sera mercredi pour interpréter les titres de son dernier album « Nour », au Théâtre Jacques-Prévert.

Mercredi, à 21 heures, au Théâtre Jacques-Prévert, 134, avenue Anatole-France.
Tarif : 22 €. Réservations au 01.58.03.92.75.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 9 Novembre 2014

2014-NOVEMBRE-1561.JPGDans l’objectif d’une ouverture de la MAS Toulouse Lautrec d’Aulnay-sous-Bois sur l’environnement au bénéfice des personnes accueillies, l’établissement ouvre un espace culturel à travers une galerie rassemblant des créations artistiques, sculptures et tableaux de ses résidents.

2014-NOVEMBRE-1564.JPGCette exposition appelée l’Art pour tous se déroule à la Maison du Sausset au parc départemental du Sausset à Aulnay-sous-Bois jusqu’au 28 novembre 2014

2014-NOVEMBRE-1566.JPG

2014-NOVEMBRE-1568.JPG

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 8 Novembre 2014

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 4 Novembre 2014

tina.jpgDe ces petites danseuses, on ne voit pas les visages, mais ce sont les corps ici qui s'expriment, par la courbe d'un bras, la tension d'une jambe, sur des fonds aux couleurs acidulées... En résidence depuis janvier dernier à Aulnay-sous-Bois, la photographe Tina Merandon expose son travail à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 7 décembre, à l'espace Gainville. Durant son séjour à l'école d'art Claude-Monet, l'artiste a multiplié les rencontres avec les habitants, par le biais des associations, des centres de loisirs, des agents de la ville...

Des ados du Galion et du conservatoire de la ville

Elle a braqué son objectif sur des corps enfantins : ceux des jeunes danseurs hip-hop du centre du Galion et du conservatoire d'Aulnay, mais aussi de petits Aulnaysiens posant avec leurs animaux de compagnie dans des clichés colorés et inattendus. Les visiteurs pourront découvrir le résultat, en une trentaine de tirages grand format.

Tina Mérandon reste fidèle à ce qui constituait déjà le coeur de son travail, lors d'une précédente résidence au Bourget en 2013 : la représentation des corps. Lors de son passage à la Capsule, lieu dédié à la photo, elle avait photographié des footballeurs, des comédiens, des retraités et déjà des danseurs...

L'artiste, remarquée en 2012 pour son travail sur les hommes 
politiques, animera elle-même plusieurs visites de l'exposition, censée accueillir quelque 1 200 scolaires de la ville. Une conférence consacrée à son travail aura lieu le 14 novembre, à 19 heures, à l'école d'art Claude-Monet (1, rue Aristide-Briand). Un catalogue sera distribué aux visiteurs de l'exposition.

Jusqu'au 7 décembre, du mardi au dimanche de 13 h 30 à 18 h 30, à l'Espace Gainville, 22, rue de Sevran.
Entrée libre. Fermé le 11 novembre.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 28 Octobre 2014

L’Office de Tourisme d’Aulnay-sous-Bois, devenu au fil des mois un espace d’accueil privilégié des artistes Aulnaysiens, proposait hier soir d’assister au vernissage de l’exposition d’Isabelle Cobos-Forster. Au programme, un moment d’échanges convivial autour de l’art et d’un petit buffet gourmand (le cake aux olives était tout simplement divin).

2014-OCTOBRE-1349.JPGBref, une belle occasion de rappeler à quel point notre ville regorge de talents et qu’il est bienvenu de les montrer en pleine lumière. La rédaction d’Aulnaylibre !, représentée sur place par Marc Masnikosa, vous propose quelques photographies prises lors de cet événement. Puissent-elles vous donner envie  d’aller voir les œuvres présentées au 23 boulevard de Strasbourg jusqu’au 20 novembre.

2014-OCTOBRE-1337.JPG

En attendant une prochaine visite, vous trouverez ci-dessous les impressions de notre camarade blogueur Jérôme Charré, venu pour le Before du vernissage. Il a fait une jolie dédicace sur le livre d’or (à lire ci-dessous en italique) , témoignage d’un public visiblement conquis par l’artiste.

2014-OCTOBRE-1339.JPG« Des œuvres qui traduisent un regard torturé mais en même temps qui permettent de donner une vision plus naturelle, plus profonde des êtres, des choses et du monde. Les éléments apportés au traitement de l’image sont plus complexes qu’il n’y parait. Ils traduisent une autre conception de la perception. Un travail remarquable et une artiste à connaître. »

2014-OCTOBRE-1345.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 22 Octobre 2014

Abou.jpgÀ la sortie de l'avant-première, lundi, à Paris, son sourire avenant efface d'emblée le rictus effrayant sous lequel on l'a vu apparaître à l'écran. Dans le film « Bande de filles », de Céline Sciamma, qui sort aujourd'hui en salles, Djibril Gueye est Abou, un féroce caïd de cité qui s'intéresse à la jeune Marieme (Karidja Touré). « Ce n'est pas une racaille des bas-fonds, un cliché de plus sur les cités, mais un beau méchant, à la Al Pacino », juge le comédien. Son personnage règne sur ses troupes par la terreur. Djibril, lui, a plutôt « joué les nounous » auprès des quatre jeunes comédiennes qui tiennent les rôles principaux : « Pendant le tournage, on était tous logés dans un grand appartement à Bagnolet. Je m'occupais d'elles, un peu comme de mes petites sœurs ». « On a tissé un super lien, confirme Karidja Touré. C'est lui qui nous a fait connaître les ficelles du métier ! »

Des ficelles que Djibril a lui-même appris sur le tas. Rien ne prédestinait ce « métis sénégalo-italien », qui a grandi à la cité de l'Europe à Aulnay dans la même tour que le rappeur Sefyu, à embrasser une carrière de comédien. Comme Karidja ou la Bagnoletaise Mariétou Touré (qui campe l'une des héroïnes, Fily), repérées à la Foire du Trône, Djibril a rencontré le cinéma... dans la rue.


« J'avais quinze ans, je me baladais sur les Champs-Elysées, et on m'a proposé de passer un casting. C'est comme ça que j'ai débuté, dans la série Brigade de mineurs sur M 6 », raconte le trentenaire, qui a ensuite connu une longue traversée du désert. « J'ai décidé de reprendre il y a cinq ans, j'ai fait les choses sérieusement. J'ai pris un agent, des cours de théâtre... ».

De petits rôles en petits rôles, de séries en courts-métrages, Djibril s'est frayé un petit chemin dans le monde du cinéma. On l'apercevra bientôt dans plusieurs longs-métrages : « Tout, tout de suite » de Richard Berry, sur l'affaire Ilan Halimi, mais aussi « Le Père Noël », comédie d'Alexandre Coffre avec Tahar Rahim, ou encore « Après la bataille », de Simon Leclère.

Il confesse que le propos du film de Céline Sciamma l'a d'abord heurté. « En lisant le scénario, puis en découvrant le film, je me suis dit : c'est trop cliché... Quelle image donne-t-on des hommes, de la famille des cités ? », se souvient-il. C'est au fil des avant-premières qu'il a changé d'avis : « J'ai beaucoup discuté lors d'avant-premières, avec des militantes, noires ou blanches. En tant que mec, plutôt dominant dans mon quartier, je n'avais jamais eu de problème. Il faut prendre du recul pour admettre qu'une autre réalité existe. Et ce n'est pas une question de couleur de peau ou de religion, mais une question de conditions de vie ».

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 21 Octobre 2014

La prochaine exposition de l’Office de Tourisme accueillera Isabelle Cobos-Forster, artiste Aulnaysienne, qui présentera son travail au travers de ses collages, encres et techniques mixtes jusqu’au 20 novembre 2014.

 Le vernissage aura lieu lundi 27 octobre à partir de 18h30.

cobos-forster_central.jpg.jpg

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 12 Octobre 2014

Après les productions de grande ampleur que constituaient les avant-premières de Samba avec Omar Sy et Balade entre les tombes avec Liam Neeson, le cinéma UGC d’Aulnay-sous-Bois accueillait le vendredi 10 octobre 2014 au soir le réalisateur Tony Gatlif  à l’occasion de la sortie de son nouveau film intitulé Geronimo. Lors de cet événement la jeune équipe du long métrage s’est livrée à un numéro d’acrobaties spectaculaires enflammant la moquette toute neuve de la salle numéro 3 du multiplex comme le montre la vidéo ci-dessous. (Note de la rédaction : réfléchissez avant de tenter de faire la même chose à la maison !)

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 12 Octobre 2014

DIMANCHE 12 OCTOBRE

à partir de 11H00

Dédicace avec Fanny DUCASSE

pour son premier album

Louve (éditions Thierry Magnier).

louve_exe150414_dp_page_3.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 11 Octobre 2014

SAMEDI 11 OCTOBRE à 17H00

Rencontre avec Valérie ZENATTI,

l'auteure de notre grand coup de coeur de la rentrée littéraire,

Jacob Jacob (éditions de L'Olivier).

La rencontre sera suivie d'une dédicace et d'un apéro !

Etre la traductrice attitrée d'un grand écrivain et parvenir à trouver sa propre voix relève du miracle. Pour restituer avec tant de finesse celle d'Aharon Appelfeld, au fil des parutions françaises, Valérie Zenatti a dû s'enfouir corps et âme dans son œuvre si intensément chuchotée. Quand elle ressort la tête pour donner à entendre sa propre musique, aucun mimétisme, aucun haussement du col. L'imprégnation a bel et bien eu lieu, mais l'assimilation s'est faite en bonne intelligence, pour laisser parler ses propres rêveries. Valérie Zenatti porte en elle les oubliés de l'Histoire, les candides au dévouement sans limites, les anges parachutés sur des fronts de guerre lointaine, afin de sauver ceux qui n'ont rien fait pour eux.valerie-zenatti-2749668-jpg_2385014.jpg

Jacob, Jacob, son prénom est martelé, bégayé, dédoublé dans le titre. Le jeune juif de Constantine porte le prénom d'un grand frère mort, il est l'ombre d'un autre, et l'ombre de lui-même. Sa douceur et sa candeur font de lui l'ange idéal pour libérer la France, en juin 1944. Pour décrire ce vol plané vers l'inconnu, ce catapultage vers des cieux opaques et funestes, Valérie Zenatti déroule de longues phrases viscérales, où se bousculent les questions intérieures sans réponses, les déductions inavouables, les régressions paisibles. Le secret de cette écriture sauvage, proche de celle de Laurent Mauvignier, vient d'un grand attachement à l'enfance. Si la romancière a trouvé le ton juste pour dire la cacophonie destructrice qui peut tonner dans une cervelle d'homme en guerre, c'est qu'elle écrit à hauteur d'enfant. Avec cette lucidité impulsive, ce regard à la fois immédiat et distant, cette sensibilité aux goûts, aux formes et aux couleurs des sentiments. Et cette rage dans un écrin d'innocence.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 11 Octobre 2014

territoire.jpgUn an après le déroutant « Code 93 », Olivier Norek signe un deuxième polar : « Territoires », sorti cette semaine aux Editions Michel Lafon. L'ancien flic de la police judiciaire du département, en disponibilité depuis deux ans, nous propose de retrouver son enquêteur fétiche, Victor Coste, capitaine de police à la PJ du 93. 

Dans « Territoires », il enquête sur l'exécution de trois caïds. Des retraités qui servent de nourrices, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire trouvé mort chez lui... L'intrigue aborde « des stratégies criminelles loin d'être aussi fictives qu'on pourrait le croire » promet l'éditeur de ce polar qu'on espère aussi bon que le premier.

« Territoires », d'Olivier Norek, 395 p, Editions Michel Lafon, 18,95 €.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 10 Octobre 2014

Depuis l’ouverture du cinéma UGC au centre commercial O’Parinor, les stars défilent à Aulnay-sous-Bois ! Ainsi, après Omar Sy le 7 octobre, c’est l’acteur mondialement connu Liam Neeson qui a foulé le sol Aulnaysien hier soir pour l’avant-première du thriller « Balade entre les tombes ».


La salle numéro 1 du multiplex était pleine à craquer pour assister à cet événement. Le comédien nord-irlandais a pris le temps de parcourir une partie de la galerie marchande, déambulant nonchalamment sur un tapis rouge dressé pour l’occasion. Après avoir signé des autographes et s’être prêté de bonne grâce à la mode du selfie, il a été accueilli par une foule en délire.

Avant la projection il a accordé une courte interview d’environ 5 minutes sur le thème des « premières fois ». Il a ainsi évoqué son premier choc filmographique à savoir le péplum « Ben-Hur », visionné dans sa ville natale de Ballymena située à une trentaine de miles au nord-ouest de Belfast.

La rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose de revivre ce moment unique en vidéo dans son intégralité. 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 10 Octobre 2014

 « Aux confluences du Brésil et de l'Afrique de l'Ouest, le trio explore des rivages à la beauté sauvage. Un appel à la rêverie, groovy et lancinant. Le projet world de l'année» Télérama + NDIDI EN 1ÈRE PARTIE

Rivière Noire nous convie à un voyage au long cours entre Rio, Paris et Bamako, à la croisée de la musique populaire brésilienne et du folk mandingue. C’est une vraie rencontre, qui sonne aujourd’hui comme une évidence entre un chanteur brésilien Orlando Morais, un songwriter guadeloupéen, Pascal Danaé et un brillant producteur Jean Lamoot. Ensemble, ils descendent le fleuve Niger, calés sur les riffs des guitares électriques et les tambours africains, au fil de douces mélodies lumineuses, accrocheuses et habitées. Kassé Mady Diabaté, dont la voix lancinante hante le somptueux titre Bate Longe, sera également à bord de cette pirogue qui fera escale au Cap.

Rivière Noire est en résidence de pré-production au Cap du 6 au 10 octobre.

En concert samedi 11 octobre – 20h30

Source : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture