Réunion sur la sécurité par le PCF d’Aulnay-sous-Bois (2) : de l’insécurité sociale

Publié le 4 Mars 2013

Nous poursuivons notre couverture de la réunion du PCF d’Aulnay-sous-Bois autour du thème de la sécurité avec l’intervention de Joël Biard syndicaliste et militant communiste qui considère que la plus grande des insécurités est l’insécurité sociale…

Si le sentiment d’incivilité ou d’insécurité peut se révéler lors de cambriolages ou d’actes de vandalisme sur les biens privés il ne faudrait pas limiter la question à la seule sphère privée. Ainsi, du point de vue de Joël Biard, la plus grande des insécurités est l’insécurité sociale qui se traduit notamment par une précarisation du travail ou encore des inégalités territoriales. Par exemple, comment construire une société sur des bases saines et solides avec des taux de 45 % de chômage dans la Cité ? La sécurité est selon lui une mission de service public dont la responsabilité incombe à l’Etat. Enfin, le tout sécuritaire n’est pas à son avis une fin en soi. Il suffit à ce titre de regarder chez nos voisins londoniens pour constater que l’omniprésence des caméras de vidéosurveillance n’a pas réglé toutes les questions de sécurité. Il n’y a pas que la répression. Il faut aussi miser sur la prévention. C’est pourquoi un débat élargi avec les citoyens est nécessaire pour ouvrir leurs horizons notamment sur les enjeux du travail et de la vie en société. 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
pour la "délinquance routière" je pense que la mairie pourrait au lieu de diminuer les places de stationnement dans la ville en créer, exemple dans une rue de la ville il y a un emplacement réservé
aux transports de fonds alors que la banque est fermée depuis plus d'un an et pas de DAB
je pense qu'une des solutions a envisager serai de mettre aulnay en zone bleu
Répondre
B
Outre les formes de l'insécurité les plus souvent médiatisées, il en une qui sévit continuellement et qui, ici, est du ressort du Maire : la délinquance routière qui constitue une véritable
agression par rapport aux autres automobilistes et piétons. Le stationnement de véhicules anarchique de façon continue en est un exemple : ces délinquants appartiennent à toute les catégories
socio-professionnelles. Quand nous faisons remarquer qu'ils sont en infraction, nous recevons insultes et autres âneries telles que : passez sur l'autre trottoir, de quoi je me mêle t'es de la
police, ....
Nous passons même pour des "emmerdeurs" alors que nous demandons simplement à se déplacer d'un point de la ville à un autre, en prenant le moins de risque possible : ainsi, rue débit Louis Coutant,
un artisan (qui a un encart dans Oxygène)a décrété que la partie du trottoir devant sa propriété lui appartenait alors que ce tronçon est très utilisé par les piètons en raison de la proximité de
deux groupes scolaires et d'une zone commerciale.
Ce genre de cas fait pléthore et est symptomatique du comportement de beaucoup d'aulnaysiens et franciliens : les délinquants, c'est les autres.
Répondre
J
Je le répète,même notre Maire qui était complètement contre en début de mandat semble prêt à étudier la possibilité de mettre des caméras de surveillance à certains endroits critiques tels que les
abords de certains établissements scolaires.
Si la vidéo surveillance permet de sécuriser un endroit, ce n'est qu'un moyen parmi d'autres.
La liste est longue tant sur le plan de la prévention que sur le plan de la répression.
Si l'insécurité sociale existe comme le dit le PCF, elle ne doit pas occulter l'insécurité réelle dans notre ville.
Parlez en aux collégiens et lycéens qui ont alerté de leur propre chef notre Maire.
Ils ont beaucoup à nous dire.....
Répondre
S
C'est bien là que le bas blesse ! La répression n'est peut-être pas LA solution mais je reste persuadé que la prévention est UNE solution et je suis personnellement convaincue que la
vidéo-protection par l'installation de caméra sur la voie publique pour prévenir d'actes d' atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux exposés à des risques d’agression, de
vol ou de trafic de stupéfiants.
Ce dispositif permet également de faciliter le secours aux personnes. Celui-ci était installé sur notre Ville mais le choix fût tout autre depuis la nouvelle majorité et nous en voyons les effet...
la gare, entre autre, est devenue un lieu insécure au possible.
Répondre