Aulnay-sous-Bois : faut-il rendre la place de l'Eglise St-Sulpice aux piétons ?

Publié le 3 Avril 2012

En 2009, un groupe de travail du conseil de quartier Vieux-Pays-Roseraie-Bourg avait réalisé un rapport tout à fait intéressant et documenté sur la circulation, le stationnement et la place de la voiture en général sur ce secteur de la ville. Parmi les thèmes évoqués, l'organisation chaotique du parking de la place de l'Eglise St-Sulpice. Il faut bien l'avouer cet endroit historique d'Aulnay-sous-Bois n'est absolument pas mis en valeur.

placeeglise.jpg

Le constat d'époque était sans appel : stationnement anarchique sur le parking en cas d'affluence, piétons sans espace de passage ou de vie sécurisé sur cette place pourtant historique et centrale, enfants ne pouvant être laissés seuls car les voitures circulent sur l'ensemble de la place. Le fait que cette ancienne place de village, véritable cœur de vie historique d'Aulnay, soit devenue au fil du temps un grand parking plusieurs jours par semaine n'apparaissait pas à la hauteur de la dimension historique de la place elle-même, de sa position centrale, de son potentiel commercial, de vie ou d'animation, ou du plus vieux monument religieux de Seine-Saint-Denis qu'est l'église.

placeeglise2.jpg

Les délégués de quartier proposaient alors une réorganisation de cette place avec notamment les objectifs suivants : redonner de la vie à ce cœur historique, répartir mieux l'espace entre les voitures et piétons tout en trouvant une solution lors de l'affluence générée par les grands spectacles de Jacques Prévert, mettre en valeur le monument historique, préserver l'espace de marché.

Quelque solutions étaient suggérées : créer une partie complètement piétonnière avec un véritable espace de vie (par exemple un kiosque à musique, un terrain de pétanque, des bancs, un petit marchand de crêpes ou de glace...) pour dynamiser les commerces et l'animation du quartier et recréer l'ambiance de place de village plutôt qu'un parking temporaire et dangereux pour les piétons.

Hier soir, soit plus de trois ans après sa réalisation, cette étude menée bénévolement par les habitants est ressortie du chapeau pendant le conseil de quartier Vieux-Pays-Roseraie-Bourg. Avec un constat identique, le même débat passionné entre place de la voiture et du piéton dans la ville et finalement l'absence de solution concrète et précise. Comme si la démocratie participative à Aulnay-sous-Bois tournait désespérément en rond tel Sisyphe poussant son rocher qui revient toujours à la même place...

Information et photos issues des propositions du groupe de travail "la rue espace commun" T3Q2

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
j'aimerais que l'on m'explique:<br /> -1) n'apparaissait pas à la hauteur de cette dimension historique de cette place elle même<br /> je me trompe peut être mais je ne vois pas la hauteur historique de cette place même si il y a une très belle et vieille église<br /> -2) de son potentiel commercial<br /> je ne pense pas que le potentiel commercial augmentera en suppriment le parking<br /> il est vrais qu'il faut le modifier un peu<br /> cela était dans le rapport fait M Suédo en 2009
Répondre
U
en 2009 j'avais vue les commerçants proches et ils n'étaient pas d'accord pour supprimer le parking il y avait même eu une réunion de travail ou il avait été décidé de laisser le parking 50% pour<br /> le maintient 50% contre je ne comprend pas pourquoi l'on ressort cette suppression de parking
Répondre
P
je ne sais pas pour le vieux pays , mais les voitures place du grand Charles seraient bien inspirées d'utilisées l'heure gratuite de stationnement de ce toujours au trois quart vide PIR qui me<br /> semble bien disproportionné.<br /> mais peut être que les automobilistes ne veulent pas faire Cinq mètres de plus a pied ;.)
Répondre
B
Question d'ordre pratique : les voitures on les met où ?<br /> Cela risque de poser les mêmes problèmes que sur la place du général de Gaulle devant la gare : c'est une catastrophe !
Répondre