Une employée de la mairie d’Aulnay-sous-Bois soupçonnée d’avoir organisé des vols aux domiciles de retraitées

Publié le 15 Septembre 2013

securite publiqueL’affaire a été traitée dans la plus grande discrétion par les policiers du commissariat d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Deux femmes, soupçonnées d’avoir organisé des vols aux domiciles de plusieurs retraitées, ont été mises en examen, le 6 septembre, puis placées en détention provisoire à Fleury-Mérogis (Essonne) et Fresnes (Val-de-Marne). L’une d’elles, employée depuis peu par la mairie d’Aulnay-sous-Bois, est suspectée d’avoir fourni les adresses des victimes à sa complice. Le 13 août, avenue de Savigny, une femme se présente à la porte du pavillon d’une retraitée, âgée de 84 ans. Cette dernière, en grand état de faiblesse, ouvre sans se méfier. L’inconnue explique qu’elle est assistante sociale et qu’elle a été missionnée par la mairie d’Aulnay pour lui rendre visite dans le cadre de « la mise en œuvre du plan canicule ».

Elle ciblait les retraitées

« La fausse assistante sociale a eu le temps de fouiller rapidement les lieux avant de ressortir, confie une source proche de l’affaire. Elle a réussi à s’emparer de la carte bancaire, de bijoux et d’un carnet de chèques appartenant à la victime. » Quelques heures plus tard, la même retraitée reçoit un appel téléphonique d’une femme, qui se fait passer pour la gestionnaire de son compte. Elle lui indique qu’elle doit faire opposition sur sa carte bancaire qui semble être utilisée à son insu. La fausse banquière lui demande le code confidentiel de sa carte. « Une fois en possession de ce moyen de paiement et du code, la voleuse, qui s’était évidemment fait aussi passer pour la gestionnaire du compte, a multiplié les achats dans plusieurs commerces, poursuit la même source. C’est ce qui a permis de l’identifier. »

Interpellée le 4 septembre, Dalila A., 39 ans, passe rapidement aux aveux. Elle confie avoir été renseignée sur les adresses de plusieurs de ses victimes par une assistante de vie, salariée de la ville d’Aulnay-sous-Bois. Dans la foulée, Maria L., 52 ans, est arrêtée. Selon les premiers éléments de l’enquête, une deuxième victime, âgée de 87 ans, a été identifiée et une quinzaine d’autres pourraient l’être prochainement. « L’employée de la ville est également impliquée dans une affaire de trafic de stupéfiants, indique un proche de l’affaire. Elle est soupçonnée d’avoir servi de nourrice à des dealeurs de la cité des Beaudottes à Sevran. » Sollicité, le maire d’Aulnay-sous-Bois n’a pas donné suite à nos appels.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

launay 29/04/2017 21:33

en effet ou sont les pavillons avenue de Savigny

launay 29/04/2017 21:32

aucun pavillon avenue de Savigny !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

VL5 16/09/2013 20:58

Ou sont les pavillons de l'avenue Savigny ?????????
A vérifier.

Jean Louis Karkides 15/09/2013 20:42

Entre info poubelle et mise en cause des employeurs,cet article est juste une info.
Du calme.....

RA 15/09/2013 20:27

ça sent un petit peu l'info "poubelle", triste site à devenir...

Romuald Weymann 15/09/2013 09:42

Carrément abject de profiter de la faiblesse des personnes âgées.
Ironie de l'histoire, la municipalité diffuse un message d'alerte sur les panneaux d'information comme quoi il faut se méfier des personnes se présentant comme envoyées par la mairie.

Je suis bien curieux de savoir comment a été recrutée cette truande (présumée, on va me tomber dessus sinon) : a-t-elle été chaudement « recommandée »; si oui, par qui; s'agit-il de clientélisme,
ou les 2 ?...

Dans certaines administrations d'Etat, les fichiers police/gendarmerie sont consultés, une enquête de moralité peut être menée.
Je trouverais normal que cela soit aussi le cas pour des employés de mairie, en tout cas ceux amenés à consulter des fichiers sensibles comme les données personnelles des administrés.

En tout cas, bravo aux policiers pour avoir réussi à neutraliser ces pathétiques personnes (malfrat existe-t-il au féminin ?).