Même les prisons ne sont plus sûres !….

Publié le 18 Avril 2013

Daltons-sont-toujours-laUn pistolet. Une prise d’otages de quatre gardiens. Un explosif. Et en moins de 15 minutes, un détenu, parmi les plus dangereux de France, s’est fait la belle !...Cela aurait pu arriver, sous d’autres latitudes, d’autres gouvernements. Mais voilà, c’est arrivé en France, le week-end dernier.

Et C. Taubira, Ministre de la justice et Garde des sceaux,  de déclarer : « Il n’y a pas de défaillance dans le système ! ». Bien  sûr, le gouvernement n’est pas responsable d’un tel acte. Mais, quand même, à force de dire de telles bêtises, on va finir par croire que c’est elle, la défaillance…

Au Ministère, plus personne ne la supporte, dit-on. Son directeur de cabinet a démissionné. Les parapheurs s’accumulent sur son bureau. Redoutable orateur et débatteur à l’Assemblée nationale elle imagine, peut-être, que cela, seul, lui suffira comme bilan.

En attendant, les prisons sont surpeuplées et dans un état déplorable, les caïds y règnent en maître, les gardiens sont au bord de la crise de nerfs et rien ou presque n’est fait pour la réinsertion. La justice manque de moyens et les affaires s’entassent. Et surtout, le langage de C. Taubira semble ouvrir la voie à une politique laxiste, celle qui a tendance à expliquer, un peu trop facilement, la délinquance par des conditions sociales difficiles.

De plus, et sans nier sa forte personnalité, il est cocasse de constater que sa nomination doit beaucoup plus, semble-t-il, à des raisons de dosage ou d’affichage politique qu’à une véritable expérience dans ce domaine.

Un peu, dans un autre genre, comme N. Sarkozy l’avait fait avec R. Dati. Laquelle, disaient les mauvaises langues,  semblait plus préoccupée par ses robes de soirée et sa carrière politique et médiatique que par sa réelle présence et son efficacité au Ministère. Laquelle, si l’on en croit les gazettes, était aussi largement détestée par son entourage en raison de ses foucades et de son comportement tyrannique.

Mais comme dirait l’autre, les ministres passent et les affaires restent. Jusque là, tout va bien !

Veritis.

 

 

 

 

Rédigé par Veritis

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Veritis 19/04/2013 14:31

@ bessaguet

Je ne pense pas que les travaux forcés soient la solution...Je préfère les travaux de réinsertion comme ceux qui sont proposés par le père Guy Gilbert (le curé des loubards) ou des expériences
comme celles de B.Ollivier (marches accompagnées dans la nature avec un encadrement pédagogique)ou encore celles du père Jaouenne avec son bateau.

Cela étant, ce ne sont que des gouttes d'eau. Et tout le monde peut-il être réinséré?

Malheureusement,la prison est un milieu criminogène dont les codes sont terribles. Voyez,ce détenu particulièrement dangereux mais intelligent aux yeux de son avocat, qui s'est fait la belle, après
avoir écrit un ouvrage et être passé sur Canal + en affirmant que tout cela était désormais derrière lui !

Quant au travail, bien que l'étymologie du mot vienne en effet de tripalium, je crois, en effet, qu'il est trop souvent synonyme de souffrance comme l'ont clairement établi M.F. Hirigoyen et
S.Dejours. C'est la raison pour laquelle je plaide, autant que faire se peut, pour un travail épanouissant et enrichissant. Ce qui suppose d'abord le respect des individus que ce soit dans les
entreprises privées ou les collectivités locales.

Ne dit-on pas qu'il n'y a pas de sots métiers, mais seulement de sottes gens?

Romuald Weymann 19/04/2013 14:15

On ne pourra pas m'accuser de faire montre de bienveillance envers le gouvernement normal, mais le laxisme ambiant n'est pas totalement imputable à Mme Taubira et son parti.

Prenons les fouilles menées dans les prisons. A plusieurs reprises, notre pays a été condamné par la Cour européenne des droits de l'Homme pour fouilles abusives.

En 2007, un Comité de prévention de la torture (sic !!!!!)a jugé qu'un nombre trop élevé de fouilles à corps pratiquées sur un détenu présentait un risque élevé de traitement dégradant.
Lire l'article bisounours sur Rue89 (forcément) http://www.rue89.com/2011/09/07/prisons-la-france-championne-des-fouilles-au-corps-abusives-220875


On nage en plein délire, bientôt la détention de délinquants, criminels sera assimilée à un acte de torture.

Il y a quelques jours, la justice a suspendu les fouilles aux corps pratiquées à Fresnes des détenus revenant du parloir, au motif que ces fouilles constituent, je cite : « une atteinte grave et
manifestement illégale à la liberté fondamentale ».
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/03/29/la-justice-suspend-la-fouille-corporelle-integrale-a-la-prison-de-fresnes_3150716_3224.html

On croit rêver : leur liberté fondamentale, elle n'est pas un peu bafouée par leur détention ? Supprimons la détention source de privation de liberté fondamentale !!

T'es délinquant/criminel et tu réclames des libertés fondamentales ? Non mais allô, quoi !


PS : pour l'anecdote, dernier lien, en début de mois, la justice marseillaise a eu un sursaut de lucidité, en interdisant à un détenu la possibilité d'avoir dans sa cellule une... PS3, au motif
qu'il pouvait se connecter à internet avec.
http://www.01net.com/editorial/592513/en-prison-un-detenu-est-prive-de-ps3-par-la-justice/#?xtor=RSS-16

Mais que fait la CEDH !! :(

bessaguet 19/04/2013 12:35

Et si une des solutions apparaissait dans l'image servant d'illustration à cet article : le retour des travaux forcés. Outre l'aspect répressif, cette sanction pourrait revêtir un aspect
pédagogique chez certains jeunes en leur apprenant ce qu'est souffrir en travaillant qui étymologiquement reste un pléonasme.
Avec tous les encadrements médicaux et sociaux que cela induirait, cela constituerait également une sorte de compensation à la Société française en tant que victime des exactions de ces criminels.

Dalton JR 18/04/2013 21:53

Il faut reconnaître que, depuis, Manuel Valls a reconnu, à juste raison, qu'il y avait bien une faille dans le système.
Valls et Taubira bras dessus, bras dessous...ou le temps d'une dernière valse ?