Législatives 2012 10e circonscription du 93 : moi, Sylvine Thomassin maire de Bondy et très petite suppléante de Daniel Goldberg... sur l'affiche

Publié le 24 Mai 2012

On connaissait les TPE, les Toutes Petites Entreprises au cœur des préoccupations de l'association aulnaysienne Créo Adam, il faudra désormais compter avec les TPS, les Toutes Petites Suppléantes sur les affiches de campagne électorale aux législatives de 2012. Regardez à ce titre ci-dessous celle de Daniel Goldberg candidat PS et PRG dans la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis (Aulnay-sous-Bois, Bondy-sud-Est, Les Pavillons-sous-Bois).

SylvineThomassin.JPG

N'y-aurait-t-il pas un petit quelque chose qui cloche ? Bien entendu vous l'aurez noté la portion congrue à laquelle est réduite l'image de Sylvine Thomassin, pourtant maire de Bondy. Pour une formation politique prétendument soucieuse de la parité, à laquelle la nouvelle majorité gouvernementale s'est d'ailleurs pliée de façon exemplaire, cela fait quelque peu désordre. D'où cette question que l'on croirait sortie d'un autre âge mais à laquelle l'affiche de Daniel Goldberg fait immanquablement songer : les femmes en politique ne seraient-elles que de simple faire-valoir de leurs homologues masculins... ?  

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2012 !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 29/05/2012 11:50

Je suis assez réservé sur ces histoires de parité imposée. Pour la Rochelle, par exemple, le PS a imposé la candidature de celle qui brigue la tête de l'Assemblée nationale, Royal, au prétexte que
cette circonscription devait avoir une femme pour la représenter...
Dans telle autre circonscription, c'est tel candidat « issu de la diversité » qui, parachuté au prétexte de la diversité, contraint la/le candidat(e) local(e) à s'effacer.

Ce qui, forcément, créer de l'incompréhension, de la rancoeur. Bref la discrimination positive en politique, qu'elle s'applique aux femmes ou aux « issus de la diversité », je n'y suis pas plus
favorable que pour le monde du travail.


Un jour, telle « communauté » ethnique, religieuse, ou se caractérisant par une même orientation sexuelle, exigera elle aussi la parité : comment la refuser, alors qu'on le faut pour les femmes et
on commence à l'appliquer pour les « issus de la diversité » ?

Et au passage, comment mesure-t-on cette fameuse représentativité ? pour telle « communauté » exigeant d'être représentée, 20% est-il une proportion acceptable ? 30 ? 50 ?

Jean Louis KARKIDES 29/05/2012 10:24

C'est vrai,Henri la parité n'est pas une fin en soi mais quand on voit, par exemple au PS, seules 25 pour cent des circonscriptions gagnables sont représentées par des femmes,on voit que le
machisme est loin d'être mort'

Olivier Attiori 29/05/2012 10:18

Les 2 photos ne semblent pas avoir été prises à la meme époque. Ceci dit un coup de photoshop aurait fait l'affaire.
Toutefois dire que "la suppléante n'a aucune responsabilité" est un peu réducteur quand meme. si le role des suppléants est encadré par le code électoral (art L.O 176 du code électoral), la notion
de "député suppléante n'est encadrée par aucune autre disposition législative. Mais dans la pratique le député suppléant joue un rôle non négligeable dans la circonscription.

henri 29/05/2012 08:29

il faut mieux 2 femmes ou 2 hommes valable qu'une mauvaise parité

JEAN LOUIS KARKIDES 28/05/2012 22:41

Oui,le propos de Stéphane est quelque peu simpliste.Ce qui est important c'est de savoir quel parti applique réellement la parité pour les legislatives.
Je laisse à chacun de faire une étude et ils seront peut être étonnés......
Ce site ne permet pas le copier-coller mais allez sur :
www.egalite-infos.fr/2012/05/03/candidates-aux-elections-legislatives-la-parite-recule
Seul EELV et le FN respectent la parité!

Christophe 25/05/2012 23:26

Par ailleurs dans la 6e circonscription, Elisabeth Guigou a choisi de mettre également en médaillon la photo de son suppléant Bertrand Kern.

Daniel Goldberg 24/05/2012 22:59

Chacun est bien entendu libre de juger les communications électorales, mes affiches en particulier. Mais, utiliser la défense de la parité pour critiquer ces affiches me semble déplacé. Tout
d'abord, si les citoyens de la 1Oème circonscription me font confiance les 10 et 17 juin, la vérité est de dire qu'il n'y aura qu'un député, et non un couple de députés ! Le rôle de suppléant(e)
est précisé par la loi qui ne lui confère aucune responsabilité, sauf si le député en titre décède ou encore s'il devient membre du gouvernement.
Par ailleurs, critiquer la parité au PS en évoquant la situation de Sylvine Thomassin dont je suis fier qu'elle soit maire d'une ville de plus de 50 000 habitants, fier aussi car elle l'est devenue
suite au choix de son prédécesseur, Gilbert Roger, de s'appliquer le principe du non cumul des mandats, au moment où lui même a été élu au Sénat.
Quant à la parité à l'Assemblée nationale, nous pourrons en reparler lorsque les député-e-s auront été élu-e-s et chacun constatera quelle est la formation politique qui a fait avancer en pratique
ce juste combat de la place des femmes en politique.
Daniel Goldberg

Poyer 24/05/2012 13:54

C'est la nouvelle parité revue et corrigée par le PS