Aulnay-sous-Bois : compte-rendu du Conseil municipal du jeudi 20 octobre 2011 : voyage en intercommunalité (1/2)

Publié le 24 Octobre 2011

CMAulnay.JPG

Nos élus étaient réunis à l'Hôtel de Ville le jeudi 20 octobre 2011 pour le traditionnel Conseil municipal mensuel. Le premier sujet d'importance évoqué ce soir là a été celui de l'intercommunalité. Aulnaylibre ! était bien entendu présent dans la salle pour vous relater la substantifique moelle des débats...

Mais d'abord l'intercommunalité qu'est-ce que c'est ?

Imaginez un instant qu'Aulnay-sous-Bois décide de ne plus rester seule et de s'associer à d'autres villes au sein d'une communauté d'agglomérations. Une fois réuni, ce groupe de communes pourrait gérer ensemble un certain nombre de compétences (aménagement du territoire, développement économique, habitat...) à l'échelle du territoire ainsi créé. Voilà de façon simplifiée résumée la philosophie de l'intercommunalité.

carteinterco93

Or il se trouve que le préfet a fait une proposition à  la ville d'Aulnay-sous-Bois. Celle de rejoindre, dans le cadre du contrat de développement territorial (CDT) la communauté d'agglomération formée en 1997 par les deux communes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil. S'y ajouteraient Sevran et Livry-Gargan.

philippegente.jpgComme l'a expliqué Philippe Gente, passé de la délégation de la démocratie locale à celle du Grand-Paris et de l'intercommunalité pendant le mercato d'été, l'objectif de ce processus serait de ne plus rester seul et de mettre en commun les moyens dont dispose chaque ville. L'intercommunalité permettrait en théorie de lutter contre les inégalités sociales et territoriales, de stimuler le développement économique dans un souci de compétitivité accrue, de répartir l'effort de construction de logements etc... Elle sonnerait comme "la fin des égoïsmes" a poursuivi M. Gente. Néanmoins, en l'état actuel, la proposition du préfet a été jugée "peu ambitieuse" et une "demande d'avis défavorable"  a été formulée par l'élu concernant cette délibération. Les débats ou plutôt les interventions successives des différents groupes politiques se sont alors enchaînées...        

Jacques-Chaussat.jpgJacques Chaussat, s'exprimant au nom du Parti Radical, a considéré pour sa part que la proposition du préfet représentait "un document de travail intéressant qu'il appartenait aux élus d'enrichir". Bien qu'Aulnay-sous-Bois n'ait pas l'obligation impérieuse d'entrer en intercommunalité, Monsieur Chaussat a expliqué que "notre ville y avait intérêt et ceci dans les meilleurs délais". Toutefois la sagesse voudrait que nous commencions par former "une première ossature" avec quelques villes avant d'envisager "un élargissement progressif". Se précipiter tout de suite dans un regroupement de communes à grande échelle pourrait s'avérer hasardeux dans l'optique de la réussite d'une cohésion territoriale, sociale et économique. Il a conclu en insistant sur le fait qu'un tel processus devait viser "l'intérêt supérieur de la population" et s'élaborer en laissant de côté les clivages politiques.

alainamedro.jpgAlain Amédro, pour Europe Ecologie Les Verts, a marqué ostensiblement sa satisfaction de voir le débat sur l'intercommunalité "enfin" engagé. Il a déploré qu'il ait fallu attendre la proposition du préfet pour avancer sur le sujet. De son point de vue, l'intercommunalité doit s'envisager sous l'angle de "la solidarité et du rééquilibrage des richesses entre les communes". Les villes d'un même territoire doivent cesser de se concurrencer. Fidèle aux thèmes de sa formation politique, le vice-président du conseil régional a de plus insisté sur la nécessité de "préserver les terres agricoles et de recycler les zones d'activités vieillissantes plutôt qu'en créer de nouvelles". Il a terminé en expliquant qu'il restait encore de nombreuses inconnues dans l'équation et notamment l'état d'avancée des discussions avec les autres communes.

A l'instant précis de la fin de l'intervention de l'élu écologiste, le maire de la ville Gérard Ségura, tel Chronos le maître du temps, a fait remarquer qu'Alain Amédro avait parlé huit minutes et demi et ainsi respecté les dix imparties... Le premier édile est assez tatillon sur les temps de parole on dirait.

Nous faisons une pause dans notre compte-rendu... En seconde partie, nous évoquerons les interventions d'Alain Boulanger, des élus de l'UMP et la conclusion du maire.

Stéphane Fleury

Source photo : Philippe Gente (aulnay-sous-bois.fr), Jacques Chaussat (partiradical.fr), Alain Amédro ( bagnoletenvert.com)

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Conseil municipal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article