Aulnay-sous-Bois, ville célibataire, cherche autres villes pour union au sein d'une intercommunalité... (2/3)

Publié le 25 Mai 2011

Seine-Saint-Denis et Intercommunalité, encore quinze villes à marier...

Il reste encore quinze villes à marier. Le préfet les invite à créer une communauté de communes ou à rejoindre l'une des cinq déjà en place dans le département. Des projets émergent, comme hier au Blanc-Mesnil, mais d'autres villes font encore de la résistance.

Une "large intercommunalité", regroupant 8 à 10 villes entre les deux aéroports du Bourget et de Roissy. "L'idée n'est pas neuve, mais elle gagne du terrain", assure le maire (PC) du Blanc-Mesnil, Didier Mignot. L'élu se chargeait en tout cas de la relancer dans une déclaration commune, hier, avec le maire (Front de Gauche) de Tremblay, François Asensi, et celle (divers gauche) de Villepinte, Nelly Rolland.

carteinterco93

Tous trois imaginent le regroupement de deux intercommunalités existantes, celle de l'aéroport du Bourget (Drancy, Dugny, Le Bourget), et Terres de France (Tremblay, Villepinte, Sevran), en englobant au passage Aulnay, Le Blanc-Mesnil, et deux villes de Seine-et-Marne, Mitry et Compans. L'ensemble compterait environ 400 000 habitants, l'équivalent de ce que pèsent aujourd'hui Plaine Commune ou Est Ensemble. "Nous serions une force de lobbying de première importance", souligne François Assensi, tandis que Nelly Rolland insiste sur la "mutualisation des moyens", face à la diminution des dotations de l'Etat.

Des projets d'alliances qui se télescopent

Si l'hypothèse refait surface aujourd'hui, c'est que les élus ont été sollicités par le préfet du 93 pour élaborer un "schéma départemental de la coopération intercommunale". Mais contrairement au reste du territoire français, les villes de la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne) n'ont pas l'obligation de rejoindre une intercommunalité d'ici à 2013-2014. Le préfet se contente de lancer des pistes.

Du coup, les idées jaillissent, et se télescopent parfois. La ville de Sevran a beau faire partie de Terres de France, son maire (Europe Ecologie), Stéphane Gatignon, défend un projet légèrement différent : "Il faut une grande intercommunalité sur l'est du département avec le Blanc-Mesnil, Aulnay, Livry, Clichy, Montfermeil, Coubron, Vaujours, Tremblay, Villepinte et Sevran." On sait que le maire PS d'Aulnay, Gérard Ségura, s'est surtout mobilisé autour du futur métro automatique du Grand Paris, dans une association avec Sevran, Livry, Clichy et Montfermeil.

Enfin, l'alliance des villes entre les deux aéroports, prônée par Didier Mignot, ne convainc pas totalement Vincent Capo-Canellas, président (Nouveau Centre) de la communauté d'agglomération du Bourget. "Sur le long terme, pourquoi pas ? Mais avant de rassembler les deux aéroports, il faut déjà réunir l'intégralité des villes autour de chacun d'eux !" indique l'élu, lui-même en pleines négociations avec la ville de Bonneuil-en-France (Val-d'Oise). Mais les tractations vont bon train : " Rien n'est contradictoire", assurait hier François Asensi. A la préfecture, on souligne que les communes vont avoir de plus en plus de mal à rester isolées : "Comment feront-elles lorsqu'il faudra démarrer les études autour des projets de transports, de logements dans le cadre du Grand Paris ?"

A suivre partie 3 : concertation et intercommunalité, l'exemple d'Est Ensemble

Source : Gwenael Bourdon. Le Parisien du 25 mai 2011  

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Intercommunalité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stéphane Fleury 26/05/2011 21:01


J'avoue, Evelyne, partager cette analyse. Malheureusement oserais-je écrire ! Les égos en politique sont monnaie courante et après évidemment on parle d'intérêt général ! Bien entendu !


Evelyne BLAZA 26/05/2011 16:41


Quels sont, pour nos maires, les critères qui les guideront dans leur choix des partenaires de l'intercommunalité ?
La première question à se poser devrait concerner le passé commun de ces villes : Aulnay-sous-bois est-elle plus proche par son histoire et ses projets de Blanc-Mesnil, Villepinte, Sevran, Tremblay
ou bien de Livry-Gargan, Clichy et Montfermeil ?
Or la question qui préoccupe les maires n'est-elle pas plus politique qu'humaine ? "Si je représente la plus importante commune en matière de finance, je pourrais revendiquer la présidence de
l'interco". A moins que la couleur politique soit primordiale ?
Ah ! le pouvoir ! toujours la course à plus de pouvoir !