Aulnay-sous-Bois, quartier Mitry-Ambourget : les mamans du hall du 12 rue des Aulnes font déguerpir les dealeurs !

Publié le 16 Juillet 2013

mamansvsdealers.jpgA Aulnay, les habitants d’une tour occupent régulièrement leurs parties communes. Objectif : éviter le retour d’un point de vente de stupéfiants.

A les entendre, c’est devenu un réflexe du quotidien. Quelques habitants du quartier de la Morée ont pris l’habitude de s’installer dans le hall de leur immeuble, au 12, rue des Aulnes. Leur but : empêcher l’arrivée d’intrus en lien avec le trafic de drogue qui sévit dans le quartier. « Des voisins donnent l’alerte quand ils entendent du bruit. On descend à plusieurs, et on s’installe dans le hall. En général, ça suffit à les faire partir », glisse un résident, qui tient, comme beaucoup, à rester anonyme. Début juin, une petite fête a réuni une quarantaine d’habitants de cette tour de 85 logements. « Ils sont descendus à tour de rôle. C’était une manière d’occuper symboliquement les lieux », explique Arnaud Biaou qui loue le rôle des mamans : « Elles arrivent à faire partir les jeunes qui s’installent dans les parties communes. »

Les CRS partis à l’automne 

La tour du 12, rue des Aulnes abritait encore il y a un an un point de deal, identifié par les pouvoirs publics. L’immeuble était alors squatté tous les jours, ce qui n’est plus le cas. A la suite d’une 
manifestation des habitants, l’ex-préfet Christian Lambert avait envoyé des CRS et renforcé la surveillance. Le hall s’est vidé de ses occupants. « Mais les CRS sont partis. On voit que les trafiquants essaient de revenir, dit une dame. Ils envoient des plus jeunes en éclaireurs. Si on les laisse faire, on sait que d’autres vont venir… » La préfecture confirme le départ des CRS à l’automne, « remplacés par des effectifs locaux ». Et affirme n’avoir constaté « aucune réimplantation du point de vente de produits stupéfiants sur le secteur », malgré « deux tentatives au 12, rue des Aulnes courant mai 2013 ». La surveillance policière reste importante, selon elle, avec « une dizaine de passages (visites des halls et parties communes) par jour ».

Les habitants estiment, eux, que leur action est déterminante et décrivent un réseau toujours à l’œuvre autour de leur tour : « Ils planquent leur marchandise dans les buissons », explique l’un d’eux. « On entend les coups de klaxon des voitures qui font les livraisons en fin de semaine », selon une autre. La copropriété de la Morée, aujourd’hui en travaux de réhabilitation, touche le quartier du Gros-Saule, classé en zone de sécurité prioritaire (ZSP), et se situe non loin de la cité des Beaudottes (Sevran), point névralgique du trafic. En mairie, on souligne « l’insuffisance des effectifs de police ». « Le trafic se déplace en fonction de la présence policière », estime Arnaud Biaou. S’il est le seul à donner son nom, c’est que le jeune homme est aussi membre de l’équipe du candidat UMP aux municipales Bruno Beschizza. Lequel a déjà pris la parole sur la sécurité. Le thème sera à n’en pas douter au cœur de la campagne, tant du côté de la droite que de celui du maire PS sortant Gérard Ségura.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Thanks
Répondre
B
Je félicite également ces dames courageuses et au sens civique exemplaire pour ces actions. Mais, je déplore que les pouvoirs publics, et ce, à tous les échelons soient déficients quand à la
suppression des ces occupations illicites sous couvert que ces espaces revêtent le caractère d'une propriété privée. Mais les squats de pavillon et de terrains par les roms sont également du
ressort du droit privé avec un recours, dans ce cas précis, à une procédure judiciaire systématique, contrairement devant ces occupations illicites avec nuisances et menaces : la paix sociale dans
certains quartiers a un prix, mais ce sont au résidents honnêtes de payer.
Ce problème devra être évoqué dans le cadre de la campagne pour les prochaines élections municipales.
Répondre
H
Bravo pour leur courage beaucoup devraient en prendre exemple
Répondre