Aulnay-sous-Bois, fermeture de l'école maternelle du Bourg : l'incompréhensible double jeu du maire Gérard Ségura

Publié le 15 Décembre 2011

algecoRésumons les choses simplement. Forts d'une pétition de deux cent signatures, les parents d'élèves de la liste FCPE de l'école maternelle du Bourg, élue à une large majorité, écrivent au préfet de Seine-Saint-Denis pour l'alerter des dangers que courent les enfants scolarisés dans des préfabriqués délabrés suite à l'allongement de la durée des travaux de dépollution de l'ancienne usine d'amiante.

Interpellé de la même manière sur ce sujet, le maire Gérard Ségura semble faire la sourde oreille. Qu'à cela ne tienne, une petite quinzaine de ces mêmes parents d'élèves organisent un concert improvisé de casseroles un soir de conseil municipal afin d'engager le dialogue et rompre ce silence embarrassant. Sans plus de succès.  

Etrangement, en parallèle, un autre groupe de parents d'élèves de la même école, dont la légitimité n'est pas en cause puisqu'ils sont eux-mêmes élus bien que moins largement, organise sa propre action en recevant cette fois-ci un traitement bienveillant de ce même Gérard Ségura qui écrit de son côté au sous-préfet et programme une visite aujourd'hui des préfabriqués sans prévenir la liste FCPE mentionnée dans le paragraphe ci-dessus (voir le communiqué ici). Monsieur Ségura serait-il atteint du syndrome Docteur Jekyll et Mister Hyde ?

Plus sérieusement, comment peut-on en arriver là sur une question aussi vitale que celle de la sécurité des enfants qui est l'affaire de tous  ? Le maire d'une ville n'est-il pas censé savoir prendre de la hauteur pour rassembler au delà de ce qui pourrait  a priori diviser les parents ou les habitants ? N'est-ce pas son devoir premier lorsqu'une situation potentiellement conflictuelle se présente de calmer le jeu plutôt que de souffler sur les braises ? Ainsi, de ce point de vue, n'aurait-il pas été plus judicieux de mettre simplement tous les parents d'élèves, quelle que soit "l'étiquette", autour d'une table pour poser clairement et sereinement les problèmes et envisager ensemble des solutions expliquées et acceptées de tous plutôt que de jouer la carte de la division ?

chantier-250x187Franchement, de quoi le maire peut-il avoir peur ? Que la gestion pénible de cette fin de chantier de dépollution ne perce dans les médias ? Cette crainte est en soi un non sens. Quoi qu'on en dise, Gérard Ségura et son équipe ont parfaitement tenu leurs engagements sur cette question. Les bâtiments ont été démolis sous bulle étanche en toute transparence et dans des conditions de sécurité maximale.

Tout au plus peut-on reprocher aux élus de ne pas avoir mesuré dans quoi ils s'embarquaient. Mais avaient-ils toutes les clés en main pour clore cet épineux dossier dans des conditions optimum ? Entre la mauvaise foi du CMMP qui n'a jamais facilité les choses, l'imbroglio judiciaire long et incertain, l'étendue de la pollution des sols, l'absence de financements, rien n'aura été simple dans cette histoire. Mais, au moins, l'exécutif municipal aura-t-il eu le courage de prendre ses responsabilités et d'agir face à ce scandale sanitaire.  De ce point de vue, personne ne pourra le blâmer d'inertie.  

C'est pourquoi, dans ces conditions, "l'affaire des Algeco" de l'école maternelle du Bourg, où des parents d'élèves et des enseignants demandent simplement pour les enfants des conditions de scolarité décentes parait surréaliste compte-tenu des difficultés rencontrées pendant tout le déroulement du chantier. Il incombait à la municipalité, qui a déjà englouti près de 15 millions d'euros depuis le début de la dépollution, d'apporter des solutions concrètes et visibles pour rassurer tout le monde. Quel qu'en soit le prix. Changer ou louer de nouveaux Algeco à installer pendant les vacances scolaires ou même utiliser les locaux vacants d'une autre école, il y avait forcement une porte de sortie par le haut qui aurait évité cette mascarade inacceptable qui consiste à écouter une liste de parents d'élèves et pas l'autre.

A vouloir se lancer dans un incompréhensible double jeu, Gérard Ségura pourrait finir par perdre en crédibilité et voir cette fin de chantier se retourner contre lui...

 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Amiante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rachel 15/12/2011 16:44

Plutôt l'un, plutôt l'autre…, il serait bien que les parents FCPE de la maternelle arrête de tirer la couverture à elle et qu'elles voient un début de résultat existant. C’est tout de même le plus
important. En tant que parents, si vos demandes avaient aboutis vous seriez contents et n’hésiteriez pas à en faire votre éloge. Si de notre coté nous arrivons à aboutir, nous serions content pour
les enfants et leurs enseignants. Si vous voulez encore et toujours gaspiller votre énergie à ca, faites donc mais cette petite guéguerre contre nous n’a aucun sens puisque nous demandons de
meilleurs conditions pour nos enfants. Mme dauvin Présidente de la FCPE n’a pas manqué de nous remercier pour la visite, a pu constater le début des travaux et a également pu discuter avec le Maire
et les élus présents.
Que de polémiques inutiles. L’autre liste comme vous le dites si bien a été élu bien que moins largement parce qu’à la force des choses cette liste a du se créer en une semaine. Elue bien que moins
largement parce que c’est aussi une nouvelle liste. Et alors, cela veut il dire que nous devons moins travailler ? Vous gaspiller du temps inutilement et vous nous en faites gaspiller aussi en
écrivant ces lignes. C’est toujours croustillant quand les gens se chiffonnent, on ne le sait que trop bien ca fait des lecteurs. C’est marrant de voir comment tu écris tout cela mon cher Stéphane
alors que lorsque nous parlons, tu ne sais jamais ou te positionner. Et comme je te le disais la dernière fois en sortant de notre rdv pour l’école, tu suis comme un mouton. Libre à toi, c’est
juste dommage.