Aulnay-sous-Bois : du Prado, de la Maison Princet et de l’intercommunalité

Publié le 11 Décembre 2012

Nous terminons aujourd'hui notre couverture des Rendez-vous d’Aulnay qui ont eu lieu sur le quartier Vieux-Pays-Roseraie-Bourg du 23 au 25 novembre derniers avec quelques questions spécifiques posées par les riverains notamment sur le patrimoine historique du secteur. Ainsi la ville pourrait acquérir à terme la Maison Princet et prévoir un aménagement l’intégrant au parc « Chopin ». L’avenir de l’ancien cinéma le Prado reste quant à lui plutôt incertain. La devanture pourrait être conservée à l’endroit actuel ou déplacée ailleurs. Enfin l’intercommunalité et ses impacts potentiels sur les choix de l’aménagement territorial ont été évoqués. Ainsi Aulnay-sous-Bois est en discussion pour intégrer la communauté d’agglomération Terres de France composée actuellement de Sevran, Villepinte et Tremblay-en-France…

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Bien avant qu'existent les constructions avoisinantes,bien avant le développement des quartiers sud suite à l'arrivée du train,ce relais existait.<br /> Il est la seule construction avec la ferme du Vieux Pays témoignant qu'avant, la vie était rurale et au nord.<br /> Si l'intérieur n'est plus le même,c'est sur son aspect extérieur,son toit pentu n'a pas changé.<br /> Il est de vieilles pierres qui disparaissent et avec elles un témoignage.
Répondre
H
je ne suis pas pour le béton, mais a par éviter un immeuble de 7étages je ne vois pas la raison de garder "le relais des pailleux" il n'y a plus rien d'origine, ou alors il faut le faire comme il<br /> était
Répondre
J
Le pavillon Jules Princet qui ne retracera pas l'histoire d'Aulnay (on n'a pas les moyens de faire un musée! Le CAHRA a des objets,des docuiments et je suis prêt à donner les miens!),la façade du<br /> PRADO reconstituée et pas un mot sur le relais des pailleux!<br /> Bref,pas de racines à transmettre pour permettre l'oubli nécessaire au béton!
Répondre