Zvonimir Novak à la librairie Folies d'encre d'Aulnay-sous-Bois pour son livre Tricolores : une histoire visuelle de la droite et de l'extrême droite

Publié le 26 Novembre 2011

Certains froissent les tracts sans les lire, passent devant les affiches sans y jeter un oeil. Zvonimir Novak, lui, leur fait raconter un siècle de vie politique en France. Ce prof d'arts appliqués, enseignant à Bobigny et habitant à Aulnay, vient de publier "Tricolores : une histoire visuelle de la droite et de l'extrême droite".  Il sera aujourd'hui à 17h à la librairie Folies d'encre d'Aulnay-sous-Bois (située  41 boulevard de Strasbourg), pour une présentation -débat.

zvonimirnovak.jpg

Au fil de l'ouvrage, on découvre les papillons des mouvements nationalistes et royalistes du début du XXe siècle, les affiches gaullistes, les photos aux couleurs criardes d'un Chirac en campagne, les tracts péremptoires du Front national... Mais aussi les propos et dessins choquants d'affiches ouvertement antisémites ou racistes. "Fallait-il les montrer ou pas ? La question était posée indique Zvonomir Novak. Nous en avons discuté avec l'éditeur, il y a eu des relectures. Je pense qu'il faut montrer ces images, tout en les décodant."

La plus grosse collection de France d'autocollants politique

Tricolores.jpgNi encarté "ni même engagé", l'auteur a voulu décortiquer "sans polémique" des images de propagande. On découvre ainsi la persistance de certains thèmes, comme celui de l'insécurité, brandi par Paul Déroulède il y a un siècle. Zvonimir Novak avait déjà signé un premier livre sur l'utilisation des autocollants par les partis de gauche, "la Lutte des signes" (Les Editions libertaires, 2009). Ce passionné a amassé près de 20 000 tracts, flyers, affiches et revendique "la plus grosse collection en France d'autocollants". Selon lui, l'image a parfois un poids déterminant en politique, "comme ces faux billets de banque distribués par le Front national pour la présidentielles en 2002".

Que seront les images de la campagne de 2012 ? Pour l'UMP, Zvonimir Novak hésite : "les affiches de De Gaulle exaltaient la grandeur de la France, celles de Giscard évoquaient la modernité, la famille, à la manière d'un Kennedy... Mais l'UMP semble avoir du mal à se projeter." Du côté du Front national, en revanche, la tendance est à l'adoucissement : "toutes les affiches de Marine Le Pen sont d'un bleu tendre, elle fait tout pour atténuer l'image du père.

Source article et photo Zvonomir Novak : Gwenael Bourdon, Le Parisien du samedi 26 novembre 2011   

Pour aller plus loin vous pouvez accéder à un autre article sur le sujet en cliquant ici. 

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article