Enormes perturbations dans les trains de banlieue hier soir

Publié le 6 Mars 2012

Des dizaines de milliers de passagers ont été affectés par une série d'incidents survenus sur les lignes ferroviaires d'Ile-de-France.

cohuerer.jpg 

Hier soir, des dizaines de milliers de voyageurs de la région parisienne ont dû prendre leur mal en patience pour rentrer chez eux. Des incidents en série ont provoqué de fortes perturbations dans les RER B et D ainsi que sur le Transilien dans le Val-d’Oise. Dans le hall de la gare du Nord (Paris), vers 20h30, plusieurs messages d’informations de la SNCF tentaient d’expliquer les raisons des retards, voire des suppressions de trains. Mais pour la plupart des voyageurs, il était difficile, dans le brouhaha, de connaître réellement les raisons des perturbations. C’est une étonnante série d’incidents qui a provoqué la pagaille.

Retour progressif à la normale

Premier épisode sur les RER B et D qui transportent chaque jour respectivement 900000 et 550000 voyageurs. Un peu avant 19 heures, un voyageur fait un malaise à hauteur de la station Châtelet. Selon la SNCF, « des personnes impatientes sont descendues sur les voies dans le tunnel entre la gare du Nord et Châtelet-les Halles », ce qui a alors considérablement compliqué la reprise de la circulation dans le tunnel. Vers 20h30, le trafic reprend peu à peu. Le retour à la normale est annoncé pour 21h30, mais des RER sont toujours à quai et des voyageurs attendent encore à cette heure-là.

Dans le Val-d’Oise, un entrepôt désaffecté, situé près de la gare de Pontoise, prend feu. « L’entrepôt était accolé aux voies ferroviaires, expliquent les pompiers. La fumée s’est répandue sur les voies. » Maîtrisé vers 20h15, l’incendie a causé de longs retards et des suppressions de trains sur la ligne H, qui relie la gare du Nord à Pontoise (Val-d’Oise). « L’urgence est de tout faire pour que les gens puissent rentrer chez eux », indiquait hier soir un porte-parole de la SNCF.

Tandis que, pour les Franciliens, le trafic semblait reprendre doucement vers 21h30, la galère était loin d’être terminée pour les voyageurs des grandes lignes qui souhaitaient se rendre dans le Nord. Dans l’après-midi, une rupture de caténaire, provoquée par la chute d’une ligne à haute tension due à la neige, a totalement interrompu le trafic TGV dès 16 heures au départ de Lille.

Source information et photo : Aurélie Lebelle, Yann Foreix, Le Parisien du mardi 6 mars 2012

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

beda bruno 07/03/2012 20:38

je connais pourtant bien d'autres manieres de faire fonctionner mes cellules grises et à priori celles des gestionnaires des rer ont grillées depuis longtemps , 2 h 20 minutes pour faire massy
palaiseau aulnay sous bois , aucune explication , aucune indication , du top niveau comme d'hab

Amy 06/03/2012 09:33

Ah ça oui, c'était le souk!
Alors pour l'anecdote,j'avais fait exprès un halte à chatelet pour regarder un truc aux Halles... et quand je retourne au niveau c'était le souk : les tourniket avait été déverrouillés pour laissé
les gens passé... en effet, comme il n'y avait plus de trafic sur la B et la D les gens se rabattait sur le ligne 4 du métro qui saturait.

J'ai rusé.

J'ai même finement rusé pour atteindre Gare du Nord sans trop d'encombres...

Je vous donne THE astuce :
à Chatelet, vous prenez alors la A direction Auber (bon, là aussi, j'ai cru que je n'y arriverai pas car le trafic était légèrement perturbé à cause d'un rail cassé à Nanterre) Puis, vous prenez la
E jusqu'à Gare du Nord. (l'option que j'ai choisie, avant de prendre des train en surface)
Sinon, il faut prendre la E jusqu'à Bondy.

J'adore les transports en communs : il nous offre moultes occasions de mettre nos cellules grises en action ! :-)