De chocs en chocs, vers l’électrochoc ?

Publié le 10 Avril 2013

choc_h.jpgLa vie est amusante…Comment ce Président, si fade, si insipide, si peu inspiré, en vient, peut-être pour se réveiller lui-même, à utiliser par trois fois le mot choc pour définir quelques maigres lignes d’action qu’il essaye de tracer, et toujours en réaction  face à des situations qu’il ne peut maîtriser ?

Comme si notre société avait besoin de chocs supplémentaires ! Le mot choc est un mot négatif.  Quand il y a choc, il y a coupure, blessure ou meurtrissure. Tout le contraire d’une société apaisée ayant l’intelligence d’arbitrer ses conflits grâce au dialogue et au bon sens. On n’attend donc pas d’un Président qu’il gouverne à coup de chocs mais qu’il fasse preuve d’une autorité naturelle lui permettant de présider aux destinées du pays en rassemblant le plus possible, c’est à dire en évitant si possible les chocs inutiles.

De quels chocs s’agit-il, donc ?

Un choc de compétitivité.

Diable, il a fallu huit mois au chef de l’Etat pour s’apercevoir que l’industrie française souffrait d’un déficit de compétitivité. D’autant qu’il a tout fait, lui-même, pour l’affaiblir dès son élection.  Un coup de barre à gauche, puis un coup de barre à droite, rien de tel pour ramer donc… quand on est, précisément, un mauvais rameur !

D’où l’adoption d’un crédit d’impôt de 20 Milliards d’euros (un cadeau dit la gauche de la gauche) ouvert en 2014 en faveur des entreprises pour restaurer leur compétitivité. Financé, pour moitié, par une augmentation de la TVA frappant les consommateurs. Laquelle, jamais, ô grand jamais, ne devait intervenir, du moins le temps de la dernière campagne électorale ! Vous avez dit « gogo » ? Oui, j’ai bien dit « gogo » !

Hélas, cette bonne idée s’est transformée, les énarques de Bercy ou de l’Elysée étant passés par là, en une véritable machine à gaz, incompréhensible pour les chefs d’entreprise et donc inefficace ! De plus, ouverte à tous, alors qu’il fallait la cibler pour les entreprises industrielles soumises à la compétition internationale. De sorte que la grande distribution, les compagnies d’assurance ou les banques vont bénéficier d’un tel dispositif. Pensez-vous qu’elles en aient vraiment besoin ? A ce stade, ce n’est plus simplement de l’amateurisme, c’est de l’incompétence.

Des machines à gaz administratives, on passe donc au fameux choc de simplification…

Un choc de simplification.

En panne d’idées, F. Hollande ressort donc ce fameux serpent de mer !... Mais comment peut-il être crédible, quand on voit, ne serait-ce que la démentielle complexification fiscale qui a été votée par le Parlement, dès l’élection de F. Hollande ? 

Avez-vous déjà eu affaire à l’Administration ? A tous ces règlements, normes, lois, décrets qui sortent tous les jours, à tel point que même les spécialistes les plus pointus finissent par s’y perdre !

A vrai dire, c’est la nature même de la bureaucratie que de produire toujours plus de bureaucratie. C’est la raison pour laquelle, il faut tout faire pour limiter le poids de ce monstre froid, sauvage et impersonnel dont le seul but est de se perpétuer lui-même. Mais croyez-vous que tous ceux qui n’ont connu comme univers que la politique professionnelle ou la haute administration publique soient les mieux placés pour conduire une telle révolution ?...Cessons d’être naïfs, une fois encore !

Et maintenant, « last but not least », tout ce qui paraissait évident à un honnête citoyen, mais ne semblant pas l’être aux plus hauts niveaux de l’Etat, voilà qu’on nous ressort, de derrière les fagots, un choc de moralisation.  On croit rêver ! Mais dans quel monde vivons-nous ?

Un choc de moralisation

Voilà donc ce qui va nous occuper cette semaine ! Des esprits « brillants » concoctent donc des projets de loi, avec force déclarations de patrimoine, comité « Théodule »  pour vérifier,  sanctions en cas de défaillance….Bref, on essaye d’amuser la galerie, en faisant semblant de réagir face aux vrais chocs que subit l’opinion publique devant les révélations en cascade dont elle prend connaissance, et qui ne sont souvent que des demi surprises, tellement la classe politique, en général, est discréditée !...

Tout se passe comme s’il fallait édicter un règlement intérieur face à des élèves d’une école primaire, tout simplement pour qu’ils ne fassent pas de bêtises. Nous savions déjà, au vu de leurs échanges à l’Assemblée ou lors d’un Conseil municipal, que c’étaient de grands enfants, mais qu’en plus  ils faillent les surveiller de près pour vérifier qu’ils ne soient pas tricheurs ou malhonnêtes, tout cela nous laisse proprement pantois !...

Dans les pays scandinaves, un ministre qui engage une dépense personnelle sur le compte de son ministère, octroie une faveur ou en bénéficie, démissionne sur le champ. On cultive la simplicité. Le ministre ne bénéficie d’aucun privilège, il est au service de ses concitoyens, conformément à l’étymologie de ce mot. Il est là pour servir et non pas se servir.

Est-ce trop demander ?  Tout cela est avant tout, une question d’état d’esprit. On aura beau faire tous les règlements que l’on voudra, si la mentalité de nos responsables ne change pas, tout cela restera lettre morte.

Vaste programme, donc, qui va bien au-delà des petites mesurettes que l’on nous prépare dans l’urgence et la cacophonie actuelles !

Ils nous ont dit « chocs », c’est plutôt un électrochoc qu’il leur faudrait !...

Veritis

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

veritis 10/04/2013 17:01

Libre à vous, camarade !

Je suis désolé, mais ce n'est pas moi, qui fait l'actualité...Et, je préfère une argumentation sur le fond, à moins que vous ne soyez passablement choqué!...

Mais, qui êtes-vous, diantre, pour savoir ce qui peut être fait au bénéfice de ce blog? Toutes les conceptions sont dans la nature et ont le droit de s'exprimer dans un blog libre comme Aulnay
libre...Tant qu'elles recueillent, tout au moins, l'assentiment du Directeur de la publication, qui, je le crois, est un esprit ouvert qui ne manie pas, comme d'autres, les ciseaux de
l'intolérance...

Tiens, tiens, y aurait-il le début d'un commencement d'un soupçon de censure, qui plus est, de la part d'un simple lecteur ? Vous avez dit bizarre? Comme c'est bizarre !

Heureusement que le comité de salut public karkidésien n'est pas en mesure de sévir, sinon, en moins de deux, j'aurais déjà eu droit à la guillotine...

Chassez le naturel, il revient au galop !

JEAN LOUIS KARKIDES 10/04/2013 16:01

Et de trois!
Jusqu'à quand le billet de veritis transformera-t'il ce blog local devant informer et faire participer les aulnaysiens à la vie de leur ville en un blog anti- Hollande?
Pour le bénéfice de qui?
Pas pour celui du blog....
Je suis pourtant loin d'être un défenseur du Président mais
je ne commenterai plus ce genre d'article.