Barto, le fantassin de la transparence ? !...

Publié le 16 Avril 2013

francois-ghost-grand-miroir-kartell-cristal-0_1.jpgDélivrer au grand public l’ampleur de son patrimoine, diable, quelle d’ordre d’idée ! …

Ou vous n’avez rien ou presque, et on est en droit de se poser la question de savoir comment vous gérez vos affaires personnelles  et donc les affaires publiques dont vous avez la charge.  En supposant bien sûr, qu’il n’y ait pas d’évasion… Car la pratique des enveloppes et des fonds secrets pour les ministres a, en principe, disparu depuis 1995 et l’ère Jospin. Mais quid de la corruption diverse et variée (dessous de table, trafic d’influence,...) qui sévit encore trop souvent ?

Ou alors, vous avez quelque bien, comme l’on dit, et on vous demandera de justifier de leur origine : héritage, épargne personnelle ou argent mal acquis ? Pourquoi pas, après tout, puisque nous vivons l’ère de la transparence !... Nul doute, cependant que si de l’argent a été mal acquis, il aura, entretemps, été blanchi de manière ou d’une autre…Encore que, fort heureusement, l’étau semble aussi se resserrer dans ce domaine.

Puis, on dressera des hit-parades : par exemple, ceux qui sont soumis à l’ISF et les autres. Il faudra distinguer aussi, si on le peut, ceux dont le patrimoine, en partie du moins, est au nom de leur femme, voire de leur maîtresse,  ou bien encore de leurs enfants.

Sans parler de ceux qui ont ou ont hérité de tableaux de maîtres…Ou ceux qui ont bénéficié d’honoraires d’avocats d’affaires (principe plus que contestable…) ou de chirurgiens célèbres ou que sais-je encore ? Ou encore de ceux qui, élus dans des communes populaires, telles celles de la Seine-Saint-Denis, ont, bien entendu, un train de vie et/ou un patrimoine de « bon bourgeois » installé, aux antipodes de leurs électeurs populaires, lesquels ne manqueraient pas, peut-être alors, d’être choqués par de telles révélations, tant il est vrai, comme dit le dicton populaire, que « chacun voit, midi, à sa porte… »

Il est donc amusant, de voir les réactions des uns et des autres devant ces projets de déclaration publique de patrimoine ! Elles ne sont donc, peut-être pas, quelles que soient les pétitions de principe des uns ou des autres, dépourvues de toute arrière-pensée.

Voilà, peut-être pourquoi, notre ami Barto, toujours prompt à être facétieux et de bonne humeur, de façon générale, et ayant conquis de haute lutte sa place au perchoir de l’Assemblée, - faute, peut-être, d’avoir obtenu la place Beauvau et le ministère de l’Intérieur ( ?) - a adopté une position en flèche contre celles du Président et du Premier Ministre. En se déclarant dubitatif devant une telle mesure de transparence publique !

Par parenthèse, on nous dira après que c’est nous qui ajoutons de la cacophonie à la cacophonie ! Non tout cela est plutôt le résultat d’une stratégie du « sauve qui peut » au plus haut sommet de l’Etat, adoptée dans la précipitation, tant il est vrai, qu’il faut donner en pâture au « bon peuple » quelques gages de transparence et d’honnêteté pour tenter d’éteindre l’incendie…Désolé, chers amis lecteurs, telle est l’exacte vérité…

Mais, tout cela n’est peut-être qu’une hypothèse parmi d’autres, parce que,  à la décharge de ceux qui s’élèvent contre une telle mesure, il faut bien dire que le rapport des Français à l’argent est loin d’être sain et simple ! Dans ces conditions, on n’est, peut-être, pas loin, en effet, de l’insupportable inquisition, de l’ère du soupçon ou du voyeurisme,  probablement pires que le mal !

Par la faute d’un homme, rattrapé par son inconscient, qui savait bien qu’il trichait, et a, donc, comme un lapsus révélateur, appuyé sur la mauvaise touche de son portable, de sorte qu’un de ses adversaires politiques locaux  a pu en récupérer le continu. Lequel, par des voix impénétrables, mais dont on voit bien qu’elles ne peuvent être uniquement locales, s’est retrouvé à la Une de toutes les radios et télés. Grande Sagesse devant l’Eternel, peut-être !

Mais surtout par la faute d’un système qui n’a que trop duré, à l’heure où les économies européennes souffrent, et où une certaine oligarchie inconsciente des devoirs qui sont les siens persiste à échapper, à due proportion, à ce que l’on demande au commun des mortels, c’est-à-dire à une participation à l’effort de redressement engagé ici ou là.

Si tout cela n’avait servi qu’à traquer profondément, les abus et les lacunes d’un système à bout de souffle, on pourrait dire alors que d’un mal naîtra, à terme peut-être, un bien. Ne soyons pas trop naïfs, pour autant…

Que l’information, de caractère public circule donc. Oui. Que le droit a la vie privée soit également préservée. Oui aussi. Reste à bien définir ce qui revient à l’une et à l’autre. A l’heure des Google, Facebook et Compagnie, on peut donc légitimement s’interroger.

C’est bien parce qu’il y a des délinquants qu’il faut des juges et des policiers. Et, aujourd’hui, au stade international. Mais vivre dans une société policière, sous une forme ou une autre, non merci ! Il est amusant ainsi de constater que ce que l’on nomme,  « Big Brother »  comme symbole d’une société de surveillance et que l’on traduirait en français par « Grand Inquisiteur » signifie aussi, au sens littéral, « Grand Frère » ! Comme quoi, l’enfer, souvent pavé des meilleures intentions, n’est jamais bien loin du paradis.

Tout dépend de nous, du chemin que nous voulons prendre : aucune société n’est possible sans liberté. Cependant, aucune liberté n’est possible sans honnêteté et responsabilité. A trop vouloir oublier ces vérités premières, les « élites » qui nous gouvernent courent à leur perte. Cela ne serait pas trop grave s’il ne s’agissait que d’elles car elles pourraient, alors, être avantageusement remplacées. Cela serait plus grave si elles entrainaient dans leur chute, la société toute entière.

Veritis.

 

Rédigé par Veritis

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
« (...) dans une zone pavillonnaire calme de banlieue »

J'invite furieusement tous les ardents défenseurs du mieux vivre-ensemble, de la diversité « sociale » et d'ultra-tolérance à déménager dans des endroits présentés comme vivants, colorés, sources
d'enrichissements cultu(r)els.

Pitoyables sont ces éternels redresseurs de torts, qui, depuis leurs cossues demeures, se permettent de délivrer leurs leçons de morale.


Je propose ainsi aux Bartolone et autres donneurs de leçons de déménager dans de coquets appartements sis au Clos St Lazare (Stains), au Val-Fourré (Mantes-la-Jolie), aux Tarterêts
(Corbeil-Essonne) ou encore vers le boulevard Barbès afin de mieux s'imprégner de ce tant fantasmé vivre-ensemble.

Quant à ces déclarations de patrimoine de la part des membres du gouvernement normal, quel étalage grandguignolesque.
On a ainsi pu apprendre que Yasmina Benguigui disposait de 5 comptes en banque sur lesquels elle ne disposerait que de 200 euros; que Montebourg entretenait 2 livrets A (la République intègre et
exemplaire est en marche, il en a fait fermer un en urgence); que telle autre ministre a un découvert de 500 euros etc etc.
Bon, évidemment, les oeuvres d'art de Fabius restent toujours non soumises à l'ISF puisque ce même Fabius, lorsqu'il était ministre de l'Economie au début des années '80, a eu la chouette idée
d'écarter les oeuvres d'art de papounet de l'assiette fiscale...


PS : l'article du Parisien sur la modeste masure de Bartolone, le type qui emploie son épouse, pardon, qui a « épousé sa collaboratrice » se défendait-il face aux soupçons de conflits
d'intérêts.
http://www.leparisien.fr/les-lilas-93260/bartolone-rattrape-par-la-transparence-17-04-2013-2734467.php
Répondre
J
Je vais finir par croire que Veritis est un medium ou qu'il est sacrément bien renseigné.

Je viens, en effet, de lire un article du Canard Enchaîné, soigneusement documenté qui fait état d'une maison que C. Bartolone a fait construire sur les hauteurs des Lilas, tout près de Paris, et
conçue dans un souci de discrétion et de modestie... Une bâtisse de 380 m2.

D'après le Canard, la fiche de présentation, consultable, sur le site de ses architectes, le cabinet RVA, en donne la raison : "La notoriété du client conditionne une relative discrétion de la
façade principale sur la rue, dans une zone pavillonnaire calme de banlieue".

Mais, poursuit le Canard : " côté coteau, la modeste se fait conquérante, avec ses trois étages, ses larges baies vitrées et sa vaste terrasse ". Ce qui fait dire au cabinet RVA : " Si la commande
sur rue bridait la libre expression, une large quête de vue et de lumière était attendue côté jardin, plein ouest et face à la la banlieue et à Paris".

Comme tout cela est joliment dit.

Selon les professionnels interrogés par "Le Canard", cette villa vaut, au bas mot, 2 millions d'euros.

Cela a permis au Premier ministre de lancer cette boutade, au détour d'une réunion à l'Assemblée : "Attention, Claude, pour être Premier ministre, il faut d'abord déclarer son patrimoine! " Et,
tout le monde de s'esclaffer !
Répondre