Aulnay-sous-Bois : rumeurs et accusations en série contre la majorité municipale

Publié le 13 Février 2012

S'agit-il des premières tensions avant les élections à venir ? D'un microclimat particulièrement délétère ? A plusieurs reprises ces derniers semaines, la majorité municipale et, plus particulièrement, le maire (PS), Gérard Ségura, ont été mis en cause par des accusateurs parfois anonymes. Le sujet s'est invité au conseil municipal de jeudi soir lors d'un débat rapidement clos par le maire lui-même. Celui-ci a lu une déclaration déplorant une «dangereuse dégradation des mœurs politiques dans notre ville ».

aulnayleaks

Des documents internes dévoilés. Il y a quinze jours, le site Aulnayleaks était mis en ligne. S’inspirant de Wikileaks, célèbre pour avoir dévoilé des secrets déstabilisant l’administration américaine, le blog annonce vouloir publier des documents internes de la mairie, à raison d’un par semaine. Ses créateurs? Des « Aulnaysiens soucieux de plus de transparence dans la gestion de leur ville », écrivent-ils. « Toutes les informations publiées sont vérifiées et recoupées mais leur publication se fera sous la règle de l’anonymat afin d’éviter les pressions et la censure judiciaire pratiquée à outrance par certains élus», annonce la page d'accueil.

Le maire porte plainte. Premier document mis en ligne : une liste d’employés embauchés après l’élection de Gérard Ségura en 2008, salaires compris, assortie de commentaires sur leurs liens avec des membres de la majorité municipale. La semaine dernière, les internautes ont pu découvrir le mail d’adieu envoyé aux employés communaux par le directeur général des services, remercié en 2011. Depuis, Gérard Ségura a annoncé avoir déposé plainte et a pourfendu jeudi un blog « où, sous couvert d’anonymat, des noms d’employés communaux sont jetés en pâture, assortis de leur prétendue rémunération et de commentaires diffamatoires».

Polémique sur l’achat d’un pavillon. Autre point évoqué lors du conseil, l’achat par la ville d’un pavillon route de Bondy. Le terrain devrait servir à construire le futur 7e collège de la ville. Alain Amédro, conseiller d’opposition (Europe Ecologie) a réclamé jeudi à Gérard Ségura de « mettre le contrat de vente sur la table ». La maison en question aurait appartenu à la fille du premier adjoint au maire et aurait été acquise pour la somme de 836000 €, « prix extraordinairement élevé », selon les élus écologistes.

Un tract accusateur à la maison de l’emploi. Enfin, dans un tract, le syndicat SUD-Territoriaux porte une série d’accusations contre le maire et le directeur de la maison de l’emploi, de l’insertion, de la formation et de l’entreprise (Meife) : pressions, dégradation des conditions de travail, « utilisation abusive de fonds »… Un tract jugé « calomniateur » par Gérard Ségura. Les élus UMP (voir communiqué de presse ici) ont annoncé de leur côté qu’ils allaient « saisir la justice afin qu’elle détermine la réalité des faits et les responsabilités de l’exécutif municipal dans cette incroyable affaire ».

Source : Gwenael Bourdon, Le Parisien du 13 février 2012

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 13/02/2012 08:13

Ce n'est pas d'aujourd'hui que le climat aulnaysien est quelque peu chahuté par la manière dont nous sommes gérés et les élections dont l'enjeu est national en est bien loin.
Mais rien n'empêche de faire une comparaison entre les deux gouvernances tout du moins sur la forme.
Et on peut s'imaginer aussi que le résultat dans les urnes aura un air de ressemblance......