Aulnay-sous-Bois : modification du Plan Local d'Urbanisme pour la construction du 7e collège (2/2)

Publié le 16 Janvier 2012

entreeporte135.JPGLe second volet de la modification du Plan Local d'Urbanisme en vue de la construction du 7e collège risque sans doute de créer la polémique. En effet, il prévoit la réduction du ratio d'espaces verts de pleine terre dans les zones d'équipements (Zone US).  A l'heure actuelle, le règlement de la zone US prévoit dans son article 13/3.1 que la superficie des espaces verts en pleine terre doit être au moins égale à 20 % de la superficie du terrain.

 

Afin de donner plus de souplesse aux concepteurs et de favoriser ainsi une insertion harmonieuse des équipements, il est proposé de baisser le minimum exigible en matière d'espaces verts de pleine terre de 20 à 10 %. Cependant, conscient de l'impact de l'imperméabilisation croissante des sols et de ses conséquences sur l'environnement en particulier les risques d'inondation, il est proposé de compenser la réduction de la pleine terre par une végétalisation des toitures. Ainsi il est proposé de végétaliser au minimum 20 % des surfaces de toitures afin de compenser les 10 % de perte au sol.

 

Si la raison affichée est de limiter la hauteur des futurs équipements au profit d'une emprise au sol plus importante, il n'est pas certain que cette coupe franche dans les espaces verts fasse l'unanimité. Le débat est ouvert...

 

 

 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 16/01/2012 16:06

il est vrai qu'à la lecture de l'objet de la modification prévue, on pourrait imaginer que cette mesure est un coup supplémentaire porté à la protection de l'environnement.
Or à y regarder de plus près, cela ne semble pas évident. Ainsi le mimimum d'espaces plantés à conserver sur une parcelle a deux principaux avantages : celui de limiter le rejet supplémentaire
d'eau pluviale dans le réseau d'assainissement. L'autre vertu recherchée est celle de favoriser la bio-diversité en encourageant la plantation de nouvelles essences de plantations.
Il ressort que ces deux buts recherchés peuvent être atteints que les plantations soient réalisées de pleine terre ou sur des terrasses plantés.
De plus, une terrasse plantée demande un entretien permanent sous peine de causer des préjudices à tout l'immeuble, alors que bien souvent les plantations réalisées en surface derrière des places
de stationnement ne sont ou peu entretenue.
Une vigilance devra être accrue quant au choix des plantations prévues ainsi que sa mise en application en toiture-terrasse sous peines de se retrouver avec des dalles vermoussues.

Romuald Weymann 16/01/2012 14:30

Curieuse compensation environnementale, que de créer hors-sol des espaces verts, tandis que les potentielles zones où auraient pu être laissés/mis en place des espaces verts serviront, elles, à
bétonner toujours plus...

Mais quelle frilosité de la part de la mairie, allons plus loin !! supprimons tous les parcs, laissons construire à leur place des résidences, HLM etc, mais, et l'honneur sera sauf, que les
architectes n'oublient pas d'intégrer des toits en terrasse sur lesquels pourront pousser de la verdure !...