Aulnay-sous-Bois : les femmes de ménage en grève reçues en mairie demain à 10h30

Publié le 26 Janvier 2012

phototractfemmesdemenageComme nous l'évoquions hier dans un article à (re)lire ici, les femmes de ménage d'Aulnay-sous-Bois ont repris le chemin de la grève pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail suite à l'externalisation de leurs prestations de service au profit de la société privée TFN. Si cette opération s'est accompagnée d'une économie de 700 000 euros pour la ville, ce qui est loin d'être négligeable en période de crispation budgétaire, les aspects humains semblent être totalement passés à la trappe.

Après un premier mouvement de grève,  des engagements pris conjointement par TFN et la municipalité  paraissaient avoir mis un terme au conflit. Pourtant, lors de la cérémonie des voeux d'Aulnay-Ecologie-Les-Verts mardi soir, on apprenait avec stupeur que rien n'était réellement réglé. Profitant  de l'occasion, bon nombre d'entre elles ont pris la parole pour exprimer leur détermination face à l'inacceptable.

Ce matin, les femmes de ménages distribuaient à nouveau leur tract ( à consulter ici) notamment à l'école Anatole France ou encore devant la gare expliquant les raisons de leur cessation de travail. Cette situation qui s'éternise péniblement a fait réagir le maire Gérard Ségura rapidement, celui-ci, se fendant d'une lettre adressée à l'UL CGT située rue Jacques Duclos. Un rendez-vous à l'Hôtel de Ville a été fixé pour demain 10h30.

La rédaction d'Aulnaylibre ! vous tiendra bien entendu informés des développements de cette affaire qui n'a que trop duré...

 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 31/01/2012 12:14

Tout comme Madame BOVAIS-LIEGEOIS,je trouve que la personne qui a mis un commentaire dévalorise son propos par ce pseudo.
D'autant plus que ce que vit actuellemnt Madame BOVAIS-LIECEOIS n'est pas acceptable.
On peut se moquer d'un nom mais pas dans de telles circonstances.

Françoise Bovais-Liégeois 30/01/2012 16:52

J'espère que la signature du commentaire précédent n'a pas pour objectif d'introduire une quelconque confusion avec moi.

Je souligne que la CAO a effectué le classement suivant :
1/ TFN
2/ ANER
3/ Guilbert Propreté
4/ Audacieuse
A cette CAO siégeait le représentant de la Direction de la Prévention des populations (fusion de l'ancienne Direction départemental des services vétérinaires ET de l'ancienne Direction
départementale de la répression des fraudes.

Comme il s'agissait d'un appel d'offres, la CAO a jugé, sur pièces, l'offre la "mieux disante" et non pas la moins disante (sinon il se serait agi d'une adjudication.

Elle a donc noté le contenu des offres présentées par les entreprises, sur la base du réglement de la consultation, à savoir :
- le prix (40 % de la note finale),
- l'insertion sociale (10% de la note finale),
- la valeur technique : organisation, management, suivi qualité et démarche environnementale (50% de la note finale)... critère comprenant 10 items à noter

C'est donc l'entreprise recueillant le meilleur score qui a été classé 1ère... et non pas nécessairement celle qui proposait le meilleur prix.

C'est donc à travers la vérification que l'entreprise effectue bien réellement ce à quoi elle s'est engagée dans son offre, aussi bien en terme de résultat à atteindre (la propreté) qu'en termes
d'organisation, management, suivi qualité que nous pouvons intervenir... puisque l'offre a valeur contractuelle.

L'entreprise doit effectuer le service attendu dans les conditions attendues.

Nous nous y attachons, y compris par la mise en oeuvre d'astreintes, et le recours éventuel à un autre prestataire (aux frais et risques du titulaire du marché).

cafe-liégeois 30/01/2012 15:23

Messieurs,

Nous vous rappelons que la société TFN a été choisie alors qu'elle présentait une offre 4 % supérieure à celle de la société antérieurement en place sur des critères de "qualité" supérieurs. Nul
n'a le droit de mettre en cause ce choix dicté par le maire lors de la commission d'appel d'offres. Ceci est un fait avéré.