Aulnay-sous-Bois , l'erreur musicale du 15 novembre : "Pipossimo !"

Publié le 15 Novembre 2011

pipeau.jpgCe soir, l'erreur musicale d'Aulnay-sous-Bois sera consacrée à un instrument qui n'a plus de secret pour nos hommes politiques : le pipeau. Amateurs de belles promesses laissez-vous tenter par cette petite flûte au son champêtre d'une douceur de miel, idéale pour envoûter les électeurs un peu trop crédules !

Au programme, donc,  de l'astucieusement bien nommé "Pipossimo !" trois mouvements qui permettent de mieux cerner l'éventail des sonorités musicales offertes par le pipeau.  

Le premier d'entre eux s'intitule "Il Tempo di Alegría" que l'on traduira par le temps de la joie ou le temps du bonheur. C'est une époque bénie qui suit généralement les lendemains d'élections. Elle est pleine d'espoirs et d'illusions. Elle vous permettra une meilleure familiarisation avec le petit pipeau appelé communément "piccolo" qui plonge l'auditeur dans une sorte d'ivresse extatique.

pipeau2.pngLe second s'appelle "Il Tempo di la desillusion"  soit le temps de la désillusion. Il frappe de plein fouet les électeurs le plus souvent à mi-mandat lorsque le charme du "piccolo" s'estompe peu à peu. Ils réalisent alors qu'ils se sont sans doute laissés un peu trop bercer. Le réveil est brutal et les vapeurs d'alcool font place à la gueule de bois. Les hommes politiques sortent alors en général un nouveau pipeau d'une gamme légèrement supérieure, le "pipo alto" mais il est souvent trop tard et le charme n'opère déjà plus...   

Enfin, le dernier mouvement porte le nom sans équivoque de "sopa à la grimaça !" autrement dit soupe à la grimace. L'électeur prend totalement conscience de ce qu'il lui arrive et du temps qu'il lui reste encore à ingurgiter ce breuvage aux saveurs bien amères. En désespoir de cause les politiciens sortent du placard leur plus  grand pipeau ou "pipo altissimo fortissimo maximo" mais les électeurs, tel Ulysse bravant les sirènes,  préfèrent se boucher les oreilles !

Voilà donc ce qui vous attend à peu près ce soir pendant cette erreur musicale. A noter que ce moment est totalement gratuit et ne requiert pas la présence d'un animateur rémunéré 400 euros de l'heure ce qui, en ces temps de disette budgétaire, est une excellente nouvelle !

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stéphane Fleury 24/11/2011 11:24

Un article pour chaque blog local à la manière de... voilà une excellente idée qui pourrait m'inspirer... D'ici mars 2014 date de la fin programmée d'Aulnaylibre ! je tenterai de m'y atteler...
Sinon pour la pige merci je suis flatté... Je tâcherai de faire de mon mieux et ceci pour un tarif défiant toute concurrence !!!!!

Jean-Gauthier 22/11/2011 18:17

Bel hommage en tout cas, merci ! Et je constate que tu excelles dans le style "à la manière de..." ! Tu devrais faire une note à la façon de chaque autre blogueur d'Aulnay :-)... Pour le timing,
mea culpa, planning surchargé de mon côté, la vie de blogueur n'est pas toujours un long fleuve tranquille, tu sais ce que c'est, et l'urgence du retard (...) m'a obligé à faire sobre, en effet.
Comme aujourd'hui d'ailleurs (cf http://www.monaulnay.com/2011/11/heure-musicale-du-22-novembre.html, pour le trio hautbois, cor et piano) ! Mais je sais maintenant qu'en cas d'empêchement ultime
je peux te proposer une pige sur le sujet ;-) !

Stéphane Fleury 16/11/2011 17:29


@Frank Je maîtrise mieux l'espagnol que l'italien malgré pourtant de nombreux séjours professionnels du côté de Turin où on m'a même proposé de travailler ! J'ai donc quelque peu improvisé comme on
dit ! L 'opéra en castellano est peut-être en effet davantage dans mes cordes sait-on jamais !

@Romuald Au départ c'est effectivement plutôt l'angle local qui m'a inspiré. C'est à la relecture que j'ai réalisé sa portée plus générale qui me satisfait au final. J'ai ri aussi un peu en
l'écrivant. Quant au bonheur voilà l'objectif essentiel je crois...

@Jean-Gauthier Comme tu t'en doutes, c'est une sorte d'hommage certes quelque peu décalé à tes chroniques musicales ciselées. D'ailleurs tu as tardé à poster alors que j'attendais ton écrit pour
m'inspirer ! Comme tu as fait plutôt dans la sobriété cette fois-ci j'ai dû improviser quelques effets ! Pour dire les choses clairement ce sont les lectures successives des tes heures musicales
qui ont fini par me décider à aller, quand le temps le permet, assister à ces instants aussi légers qu'essentiels offerts par les musiciens du CRD. CQFD !

Pour Hamelin on verra... Pour le moment je planche sur un trio hautbois, cor et piano qui s'annonce épique !


Jean-Gauthier 15/11/2011 23:06


Bravissimo maestro Fiorito !
Et comme je te sens d'humeur, j'attends avec impatience ta version locale de la légende du joueur de flûte de Hamelin (en souhaitant néanmoins une fin plus heureuse pour les enfants...) !


Romuald Weymann 15/11/2011 22:16


Ce qui est terrible, c'est que ce récit peut s'appliquer tant aux dirigeants locaux, que nationaux...

J'ai bien ri en tout cas, merci (en plus je regarde l'émission de Frédéric Lopez sur le bonheur, sur France 2) !


frank cannarozzo 15/11/2011 19:06


Bravo pour ce petit opus assez réaliste. et comme je passe ces derniers temps pas mal de semaines chez nos voisins transalpins, j'ai cru retrouver une sonorité particulière.

manque plus qu'à écrire un opéra, mais à l'espagnole !