Aulnay-sous-Bois : l’école du Bourg a retrouvé ses enfants

Publié le 19 Mars 2013

« C’est une deuxième rentrée dans l’année », sourit une enseignante de l’école du Bourg, à Aulnay. Hier matin, 268 élèves de maternelle et 214 en élémentaire ont changé d’adresse. Fini le provisoire qui dure, dans des préfabriqués plus ou moins étanches, rue du Préfet-Chaleil. Les enfants ont retrouvé le chemin de l’école du Bourg, fermée en 2006 par prudence, du fait de sa proximité avec l’ancienne usine du Comptoir des minéraux et matières premières (CMMP), dont le chantier de désamiantage est aujourd’hui achevé*.

ECOLEDUBOURG.jpg

Le déménagement a commencé deux jours avant les vacances pour s’achever la semaine dernière. Et mercredi, la commission départementale de sécurité a donné le dernier feu vert. Hier matin, le maire Gérard Ségura (PS) est allé à la rencontre des parents avant l’ouverture des classes, pour lever les appréhensions qui persisteraient, malgré les visites organisées avant cette réouverture. « Je suis un peu sceptique », admet la grand-mère de Paul, croisée à 11 h 30 devant l’école élémentaire. « Ils ont réparé l’école, je ne m’inquiète pas ; s’ils ont réintégré les enfants, c’est qu’il n’y a pas de risque », lâche Tiffany, maman de 25 ans.

Quelques détails montrent qu’il faut prendre de nouvelles habitudes : les parents cherchent l’entrée, la gardienne peine à ouvrir le portail de l’élémentaire. Mais de l’extérieur (l’inspection académique a refusé de nous laisser entrer), l’école a l’air tout ce qu’il y a de plus normal, avec des couleurs chatoyantes. Ne manquent que les voix d’enfants…

A 11 h 30, c’est chose faite. La cour se remplit, la clameur des jeux d’enfants arrive. « J’étais un peu inquiet ce matin, avec ce déménagement, avant de venir, admet Sacha. J’aimais beaucoup mon ancienne classe, mais je me sens bien ici! » Lucile apprécie de retrouver les vélos dans la cour de la maternelle. La ville a tout fait pour que l’école ait l’air de vivre déjà.

* Les associations et la ville demandent qu’une enquête permette de retrouver toutes les victimes de l’usine d’amiante, en s’appuyant notamment sur les vieux registres de l’école du Bourg qui a ouvert dans les années 1920-1930. Implanté en 1938, le CMMP, lui, a cessé son activité en 1990.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article