Le campement de Roms de La Courneuve en sursis ?

Publié le 31 Juillet 2013

campromscourneuve.jpgLa ville de La Courneuve a saisi la justice en urgence pour faire évacuer les Roms roumains, installés pour certains depuis plus de quatre ans.

«Est-ce qu’ils vont casser le platz? », demande Deborah, inquiète. Cette petite  fille de 9 ans, qui doit passer en CE2 à la rentrée n’a pas tout compris de l’audience en référé à laquelle elle a assisté, lundi, au tribunal de grande instance de Bobigny avec son père. Mais elle sait bien que le sort du « platz », comme les Roms nomment leur campement, à La Courneuve, en dépend.  C’est le plus ancien bidonville d’Ile-de-France. Près de 300 personnes y vivraient. Les premières cabanes se sont dressées il y a plus de quatre ans sur cette parcelle municipale, au fond d’une zone industrielle, près de l’A86. Un camp surprenant par son organisation et sa tenue : on entre par une porte fermée le soir, un chien surveille l’entrée, des toilettes ont été improvisées dans une cabane, accessible avec une clé, des extincteurs sont à portée de main au début de l’allée centrale. 

Délibéré le 30 août 

Malgré tout, les conditions sanitaires sont plus que précaires : pas d’eau, pas d’assainissement non plus, un ramassage d’ordures aléatoire, comme en témoignent Médecins du monde, qui suit les habitants depuis 2010 ou l’association « Rromeurope ». « Parmi les bidonvilles où nous intervenons, il s’agit de celui où nos actions de médiation ont le mieux porté ses fruits », atteste par courrier le responsable de la mission Bidonville à Médecins du monde, reprochant à la ville de ne pas vouloir améliorer des conditions de vie des familles. « Il y a des rats partout », assure un voisin qui fait de l’élevage canin. La situation a en tout cas été jugée si alarmante que la municipalité a trouvé urgent de faire évacuer le terrain. Le service d’hygiène a dressé un rapport, avec constat d’huissier, le 18 mars 2013. « Il y a des déchets toxiques, et un trouble manifestement illicite, la ville veut recouvrer son bien de propriété », explique Me Bernard Galdin-Gastaud, avocat de la ville. « C’est à l’Etat de s’occuper du problème des Roms, pas à la ville », insiste-t-il. 

Un courrier signé du préfet assure qu’un diagnostic d’accompagnement sera effectué au prononcé du verdict. « Mais c’est avant l’évacuation qu’on fait ce diagnostic, pas après! rappelle Me Henri Braun, l’avocat des Roms. Voilà quatre ans qu’ils vivent là, et tout à coup la ville se réveille comme s’il y avait urgence à les évacuer. C’est à la ville de fournir un branchement en eau et de ramasser les ordures, ce sont des Courneuviens, même s’ils sont étrangers. »

Le délibéré sera rendu le 30 août.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

habitant_saint_denis 14/08/2013 01:54

En juin 2013 un camp de roms s'est créé sur l'avenue Roger Salengro à La Courneuve juste après le passage sous l'autoroute A1 en direction de Stains. Les roms se servent des abords de l'autoroute
A1 comme de toilettes. Quand on se rend à pied à l'entrée Montjoie du parc départemental, alors l'odeur est insoutenable. Désormais il vaut mieux passer par l'entrée des Pyrus en face de la cité
Floréal. Une association a du conseiller aux roms de s'installer sur le bord de la Nationale 301 car le terrain doit appartenir à l’État. Pourquoi le maire de La Courneuve ne fait-il pas évacuer ce
camp ? Les roms sont-ils un instrument politique pour le maire de La Courneuve ?

arnaud 01/08/2013 08:16

Qui va payer la consommation d'eau, électricité, ordures etc, il est vrai la municipalité de La Courneuve aurait dû faire le nécessaire avant, mais là aussi je pense qu' y a des raisons politiques
et seull le maire pourrait répondre