Aulnay-sous-Bois : Sniper prend le Cap pour cible le 14 janvier

Publié le 9 Janvier 2012

Le Cap d'Aulnay-sous-Bois ouvre l'année 2012 avec une soirée spéciale consacrée au rap avec en vedette Sniper, mais aussi des artistes locaux comme Jeunky Feelasz et Les Frères de la Rue. Voici quelques lignes et deux extraits vidéo pour vous mettre dans l'ambiance avant ce rendez-vous qui s'annonce... 

L'album A toute épreuve signe le grand retour de Sniper sur la scène rap hexagonale. Après cinq ans de maturation, Tunisiano et Aketo reviennent avec une collection de titres prometteurs, colériques, polémiques mais toujours authentiques. Entre rimes et larmes, entre réflexions et émotions, ce concert s'inscrit déjà comme un événement rapologique.


En première partie, trois groupes accompagnés par le Cap ouvriront la soirée. Absolut Street, savant mélange de productions originales influencées aussi bien par le rap français (La Cliqua, Scred Connexion, l'Skadrille, ATK...) que par le rap US (Dr Dre, Swiz Beatz, The Alchemist, Wu-Tang Clan...). Jeunky Feelasz, artiste aulnaysien, MC sans frontières, a commencé à rapper en province, et jusqu'au Niger. Sa mixtape Ma livraison et l'album Jeunk Bower saison 1 sont en préparation. Les Frères de la Rue, composés de Malax, Maro, Zaska, Klec, Cenzo, NGH &Dj Sooams, sont sept rappeurs originaires des quartiers nord d'Aulnay-sous-Bois. Leur deuxième album est annoncé en 2012.

 

Le Cap 56 rue Auguste Renoir. Le 14 janvier à partir de 20h30. 5, 8 ou 10 euros. Renseignements au 01 48 66 94 60.

Source : Programme Cap Janvier à Avril 2012

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 09/01/2012 11:04

En cherchant tout à l'heure à en savoir un peu plus sur l'Association Sportive et Sociale d'Aulnay - citée par le dénommé Yousri à la suite de l'article sur un match de foot - je suis tombé sur un
Compte-rendu de séance de Conseil municipal daté de juillet 2011.

Voici ce qu'on peut y lire (je cite) :

----------
Prestations de diffusion de la Scène de Musiques Actuelles « Le Cap » concernant les manifestations suivantes :

• « Slam Session », le 11 mai 2011 (Association RIPOSTE),
• « Madjo », le 29 avril 2011 (PYRPROD),
• le Spectacle de Musique et de Danse, le 29 mai 2011 (Association
V’N’R),
• « Push Up », le 20 mai 2011 (SARL Caramba Spectacles),
• « CAP’N GROOVY MOTION », les 26 et 29 mai 2011 (Association
Direction de l’Océan),
• « Ami Karim », le 28 mai 2011 (Association ONE WAY), 3
• « El Mawsili », le 17 juin 2011 (Association El Mawsili),
• « Ba Cissoko », le 21 juin 2011 (SARL AZIMUTH),
• « Calypso Rose », le 21 juin 2011 (SARL AZIMUTH),
• « TRIO LPG », le 21 juin 2011, dans le cadre du projet « Be Live »
(Association RIPOSTE),
• « Tumi & The Volume », le 25 juin 2011 (Mad Minute Music)
---------
http://www.aulnay-sous-bois.fr/fileadmin/aulnay-sous-bois/MEDIA/Votre_mairie/Le_conseil_municipal/CR_CM_2011/CRS_7_juillet_2011.pdf

Cela dit, j'ai également trouvé un autre CR, publié par Hervé, où il est question de jazz notamment
http://cdn1.suaudeau.fr/monaulnay.com/wp-content/uploads/2011/12/2011-12-decisions1.pdf


Bref, par musiques dites « actuelles » (??), doit-on comprendre « musiques propres à certaines communautés » ? Ca en laisse en tout cas la furieuse impression.


Quant à ce groupe de rappeurs « Sniper », que dire...

J'observe qu'il est possible à un artiste de cracher sur un pays et ses habitants; ce n'est pas condamnable au prétexte de la liberté d'expression artistique.
N'oublions pas que leurs propos anti-homos qui, comme leurs potes de Sexion d'Assaut, n'ont été suivis, étrangement, d'aucune poursuite judiciaire.
Cf leur titre « J'aime pas » (« T'aimes pas La BAC les travelots et les gays, le système français »).
Source notamment ce site homo http://reloaded.e-llico.com/article.htm?articleID=2028

Et, depuis quelques années, il a été observé que les Techno-parade sont la cible de jeunes issus des cités, s'abreuvant de ce genre de propos anti-homos - les adeptes de la techno-parade sont
probablement assimilés à des homos - que ce soit chez Sniper, Sexion d'assaut et autres groupes de rap ou ragga/reggae antillais.


Imaginons qu'un groupe de crânes rasés lance, dans une chanson, « « T'aimes pas les tar*ouzes, les nég*o, les boug*oules et les nha quê »; je doute que les assoc pseudo-antiracistes laisseraient
passer et que la justice considérerait cela comme relevant de la liberté d'expression artistique...


Bref pourquoi, lorsqu'il s'agit de rappeurs, leur haine anti-France, anti-homo est-elle passée sous silence, et ces groupes vus avec bienveillance ?