Aulnay-sous-Bois : déclaration des femmes de ménage suite à la fin du conflit avec TFN

Publié le 3 Février 2012

Vous trouverez ci-dessous la déclaration des femmes de ménage suite à la fin du conflit avec la société TFN. Nous ne pouvons que saluer leur victoire qui ponctue un combat long et légitime. Espérons que cet épisode ne soit bientôt plus qu'un lointain souvenir. Le travail a repris mais la vigilance reste de mise...

Le 2 février 2012

DECLARATION DES SALARIÉES de TFN

Notre combat nous a ouvert les yeux sur la force que nous avons à nous unir.

Malgré les factures rejetées, les loyers impayés, les fêtes de Noël gâchées, et un stress permanent. Nous, femmes de ménage, nous avons tenu bon.

TFN, notre nouvel employeur a dans un premier temps mis en application les engagements pris, et nous a réaffirmé que sans les femmes et les hommes de ménage, TFN n’existerait pas.

Qu’est ce que nous revendiquions ?

·         Nos droits à être payées pour le travail effectué,

·         A signer des contrats de travail dans des conditions normales,

·         A être respecter pour notre travail et dans notre dignité.

Car l’argent que nous gagnons difficilement est le fruit de notre travail, rien de plus.

Oui victoire il y a et elle est d’abord la nôtre.

Mais nous voulons aussi y associer et remercier :

·         Monsieur le maire et ses équipes dans son implication pour résoudre ce conflit,

·         Tous les responsables des structures municipales ainsi que les personnes y travaillant

·         Les directeurs et directrices d’écoles ainsi que le corps enseignant

·         Les parents d’élèves qui malgré les désagréments subis, inhérents à notre grève, nous ont soutenues, et tout particulièrement les enfants pour leur patience.

Sachez que nous avons repris le travail mais que nous restons vigilantes.

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

KL2012 18/02/2012 19:33

Quelle honte !!! cette société n'en finit pas de déshonorer le secteur de la propreté française puisqu'elle doit confondre le droit du travail des pays de l'est dans lequel elle doit cruellement
exploiter ses salariés, avec celui de notre pays qui est honnête et respectueux...
à quoi bon se vanter d'être n°2 français et d'avoir rebaptiser le groupe "atalian" si le résultat est toujours aussi dramatique... je dirai plutôt qu'ils sont les n°2 des conflits sociaux et des
procès aux prud'hommes... bon courage à celles et ceux qui n'ont d'autres choix que de souffrir au travail... @ un camarade syndicaliste en colère!

bessaguet 03/02/2012 17:39

En effet, ce n'est uniquement quand le conflit sera résolu, c'est à dire que toutes les revendications des femmes (et homme) de ménage seront satisfaites que la vigilance pourra être relevée :
vigilance du personnel, du corps enseignant, des élus et de tous les administrés que nous sommes.
Je réitére ici mon voeu : proposer d'autres salles que les écoles pour les conseils de quartier et autres réunions extérieures tant que ce conflit ne sera pas résolu.

JEAN LOUIS KARKIDES 03/02/2012 13:25

Conflit fini ou pas?Infos contradictoires en "site concurrent"...