Grosse intervention de la police municipale contre les fraudeurs des transports en commun à la gare d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 11 Février 2016

Hier, aux alentours de 15h, un fidèle lecteur d’Aulnaylibre ! a été intrigué par la présence en nombre des forces de la police municipale en gare d’Aulnay-sous-Bois du côté de la place du général de Gaulle.

Grosse intervention de la police municipale contre les fraudeurs des transports en commun à la gare d’Aulnay-sous-Bois

En fait, la dizaine de policiers municipaux présents intervenait suite à l’inspection des titres de transport à la sortie d’un bus de la ligne 613 en support des contrôleurs officiels.

Il est à noter que l’intervention policière s’est déroulée dans le calme.

Si nous évoquons aujourd’hui ce sujet, c’est parce que cette opération a le mérite de coller de façon saisissante à l’actualité présente. En effet, Valérie Pécresse (LR), qui dirige désormais le conseil régional d’Ile-de-France évoquait dans le journal Le Parisien (lire ici) la nécessité de sanctions anti-fraudeurs plus lourdes.

Sur le même thème, Didier Migaud, premier président de la cour des comptes, expliquait ce matin sur l’antenne d’Europe 1 que la fraude aux transports en commun en Ile-de-France était estimée à 1 million d’euros par jour (lire ).

Voilà autant d’argent qui manque dans les caisses pour financer l’entretien des infrastructures existantes ou en envisager de nouvelles au moment même où une augmentation des tarifs pour les usagers est déjà évoquée…

Robert Ferrand

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

RV 12/02/2016 20:56

Le préventif ne sert strictement à rien.
Dans les bus que je prends régulièrement et qui traversent Aulnay Nord, figurent des messages de sensibilisation à la fraude.
Du type "50% de fraudeurs, et si demain vous aviez 50% de bus en moins", des messages de ce genre.

Ca ne sert strictement à rien, on doit être moins de 50% à valider qui le passe Navigo qui un ticket. Je ne parle même pas des groupes d'élèves.

Sur certaines lignes, je vois même des médiateurs. Qui passent leur temps à papoter avec le conducteur, plutôt que de ne serait-ce inviter les usagers à valider leur ticket.

Bref, le répressif s'impose, non de façon ponctuelle, mais durable.
Le hic, c'est que cela implique des effectifs conséquents...