Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 20:23

Samedi 1 février au matin, les bleus ciel (UDI) et les bleus foncés (UMP) tractaient à Chanteloup. Me voyant, Jacques Chaussat, chef de file des bleus ciel me demande audience que je lui accorde volontiers. Il me fait alors part de son mécontentement suite à l'article sur l'affichage sauvage qui démontre pourtant de façon flagrante que certains de ses colleurs salissent honteusement notre bonne ville d’Aulnay-sous-Bois.

Chaussat-Aulnay-1.jpg 

J'ai alors droit à un cours sur ma mauvaise foi, que les photos publiées sont anciennes etc, etc…le tout devant cette affiche de Jacques Chaussat collée « sauvagement » sur un pilier que les commerçants du secteur aimeraient bien voir propre de temps en temps !

Chaussat-Aulnay-2.jpg 

Alors soit Jacques Chaussat n’a aucune autorité sur ses colleurs d’affichage, ce qui est problématique lorsque l’on prétend pouvoir gérer une ville de plus de 80 000 habitants, soit il est peu à cheval sur la proprété de la commune pourvu que son image apparaisse n’importe où ! Ce monsieur n'est pourtant pas seulement candidat aux élections municipales d’Aulnay-sous-Bois, il est aussi Conseiller général du canton sud et membre du conseil d'administration du collège Le Parc tout comme moi.  Et même s'il brille par son absence depuis plusieurs mois, auparavant lorsqu'il assumait les devoirs de son mandat, c'est à maintes fois qu'il a entendu parler des problèmes de propreté devant cet établissement scolaire.

Chaussat-Aulnay-3.jpg

Ainsi, si d'un côté un travail de sensibilisation pédagogique a été fait auprès des collégiens afin de ne pas jeter de papiers hors des poubelles, le ou les colleurs de Jacques Chaussat semblent s'en fiche. (photo prise mardi 28 janvier)

A ce jour, l' équipe de « Vivre mieux, ensemble à Aulnay-sous-Bois » d'Alain Amédro ne colle pas d'affiches, mais sera sûrement exemplaire de propreté lorsqu'elle commencera. Chaque fois que j'ai croisé les colleurs de l'UMP, c'est avec une grande propreté qu'ils travaillaient. Quant à l'équipe du maire sortant, elle travaille également proprement.

Chaussat-Aulnay-4.jpg

Bref, il n’y a qu’à l’UDI qu’il y a des problèmes. Ce n’est pas un parti pris, c’est un simple constat illustré par l’article écrit précédemment. Et comme dirait l’autre : il n’y a que la vérité qui blesse ! Alors faut-il faire un appel au don de sacs poubelles pour que les colleurs de Jacques Chaussat travaillent enfin proprement ?! La question est posée...

Marc Masnikosa

 

 

 

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 18:45

Qui a dit que le blog Aulnaylibre ! n’avait aucune importance pour l’exécutif municipal actuellement en place à la mairie d’Aulnay-sous-Bois ?  Preuve en est pourtant. 

Il aura suffi d’une simple vidéo et d'un article montrant l’incroyable saleté du parking Intermarché du quartier Chanteloup pour que le ménage soit fait après 6 ans de négligence ! Voyez les photos ci-dessous. L'endroit est méconnaissable !

parking-chanteloup-aulnay-1.jpg

parking-chanteloup-aulnay-2.jpg

parking-chanteloup-aulnay-3.jpg

Alors merci qui ? Merci Aulnaylibre !

Marc Masnikosa

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:46

villepinte_640x280.jpgIl est entre la vie et la mort. Un détenu de la maison d'arrêt de Villepinte se trouvait mardi dans un état critique après avoir tenté de se suicider en se pendant dans sa cellule, lundi. Selon une source syndicale à la CFTC, il a été découvert vers 18 heures par «des gardiens qui faisaient le tour de la prison» et qui ont alerté les pompiers.   «Ils l'ont vu à temps et il a rapidement pu être réanimé», a ajouté la source syndicale, précisant que le détenu avait tenté de se suicider avec un drap attaché à l'un des barreaux de la fenêtre de sa cellule.

Âgé de 27 ans, il était incarcéré depuis le 17 janvier. Dans un premier temps hospitalisé d'office, il était revenu à la maison d'arrêt de Villepinte le 29 janvier. Un autre détenu qui avait tenté de se suicider la semaine dernière à la maison de Fleury-Mérogis (Essonne) se trouvait lundi en état de mort cérébrale. Sa famille a déposé plainte contre X pour non-assistance à personne en danger.

Source : Le Parisien avec l’AFP. 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:38

Souad-Massi.jpgVoix pure et magie des guitares et rythmes arabo-andalous. La chanteuse algérienne Souad Massi sera demain sur la scène du Théâtre Jacques-Prévert à Aulnay-sous-Bois, avec le guitariste Eric Fernandez, en compagnie de trois autres musiciens et d’une danseuse flamenco, dans ce spectacle intitulé « Chœurs de Cordoue ». Souad Massi mêle son répertoire inspiré du chaâbi et du folk, à celui du musicien influencé par les rythmes de la musique gitane.

Demain, à 21 heures, 134, avenue Anatole-France. Entrée : 22 € (TR : 19 €). Réservations : tcprevert.fr ou au 01.58.03.92.75.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Culture
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 09:47

vol-avec-violence.jpgConsidérée comme une des plaques tournantes de la drogue en Ile-de-France, la Seine-Saint-Denis voit également se développer sur son territoire d’autres types de délinquance.

De nombreux vols avec violence

Le département se caractérise notamment par son nombre élevé de vols avec violence. Les deux secteurs géographiques particulièrement touchés par ce phénomène restent Saint-Denis et Aubervilliers. Fait inquiétant : ces actes sont à 80%, selon les policiers, le fait de mineurs.

Hausse modérée pour les cambriolages

Comme dans la plupart des départements en 
France, les cambriolages (11248 faits en 2013) sont en augmentation, même si le département est plutôt plus épargné que ses voisins franciliens. La hausse des cambriolages s’élève à 5,69%, contre 6,4% au niveau national. « Le phénomène touche essentiellement les résidences principales. Les cambriolages sont en baisse dans les locaux commerciaux et industriels, qui se sont souvent équipés d’alarmes et disposent parfois de vigiles », précise Serge Castello, le patron de la police en Seine-Saint-Denis.


Les cambrioleurs impliquent de très nombreux mineurs, des populations issus des pays de l’Est, et notamment des femmes, et enfin, de jeunes majeurs venus en France à la suite du Printemps arabe.
Les villes les plus touchées sont celles qui bordent le périphérique, comme Montreuil-sous-Bois ou Les Lilas, ou encore les quartiers pavillonnaires du Blanc-Mesnil ou d’Aulnay-sous-Bois.
Pour lutter contre ce phénomène, la police a mis en place en mars 2013 un plan d’action anti-cambriolage. Elle a également renforcé ses effectifs en matière de police scientifique (relevés d’empreintes…).

En résumé :

41 375  faits de délinquance enregistrés en 2013 en Seine-Saint-Denis

11 248 cambriolages l’an passé

10 520 infractions à la législation sur les stupéfiants constatées

7 287 mineurs mis en cause, soit près d’une personne sur cinq mises en cause

1 326 ports ou détentions d’armes prohibées relevés

510 policiers blessés en service.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 08:56

flutes.jpgConsacrée au répertoire de la flûte, cette Heure musicale s’articule autour de deux œuvres emblématiques du répertoire. Tout d’abord, la Sonate en sol majeur pour deux flûtes et basse continue BWV 1039 de Jean-Sébastien Bach nous rappelle le rôle fondamental joué par la sonate en trio à l’italienne dans la musique de chambre baroque. Un siècle plus tard, la Rigoletto Fantaisie op.38 est une fantaisie virtuose et brillante écrite pour deux flûtes et piano, paraphrasant les principaux thèmes de l’opéra Rigoletto de Verdi. Elle est l’œuvre d’un flûtiste et compositeur, Franz Doppler, qui forma avec son frère un duo de flûtes. Ils firent sensation dans toute l’Europe à partir des années 1830.

Ce soir à 20h30 au conservatoire de musique d’Aulnay-sous-Bois. Entrée libre. Renseignements au 01.48.79.65.21.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Culture
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 07:43

drogue93.jpgLa délinquance ne faiblit pas et le trafic de stupéfiants reste le problème numéro 1 en Seine-Saint-Denis. Telles sont les conclusions dressées hier par le préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli, et la procureur de la République, Sylvie Moisson, à l’occasion de la présentation des chiffres de la délinquance. « Avec 141375 faits enregistrés en 2013 par les services de police, l’activité délinquante reste extrêmement soutenue, constate Philippe Galli, le préfet de Seine-Saint-Denis. L’action conjointe de tous les services, police, douanes, justice a permis de taper durement sur les trafiquants de drogue, sans cependant enrayer le trafic. »

Preuve de l’intense activité policière, les infractions relevées en matière de trafic, d’usage et de revente de stupéfiants ont augmenté de 50,8% entre 2012 et 2013. Le déploiement des ZSP (zones de sécurité prioritaires), en septembre 2012 puis janvier 2013, a incontestablement porté un coup aux trafiquants et la situation s’est améliorée dans certains quartiers, à Romain-Rolland, par exemple, à Saint-Denis, où le trafic a quasiment été éradiqué.

L’an dernier, de nombreux dealeurs, y compris des têtes de réseau, ont été arrêtés et des saisies importantes réalisées. A Saint-Denis, les services de police ont ainsi saisi 61 kg de cannabis, près de 180000 € et 22 armes; à Saint-Ouen, 81 kg de cannabis, près de 160000 € et 15 armes; à Aubervilliers-Pantin, 231 kg de cannabis et sept armes et à Aulnay-Sevran, 26 kg de cannabis et 8 armes. Le 5 août, les policiers ont notamment découvert 200 kg de cannabis, cachés dans un garage à Aubervilliers.

Pour autant, « le trafic est toujours aussi prégnant, avec des lieux de deal très importants, notamment dans les quatre zones de sécurité prioritaires * », indique Serge Castello, le directeur territorial de la sécurité de proximité. Fait inquiétant, ces points de vente sont de plus en plus souvent multiproduits, avec principalement du cannabis mais aussi de la cocaïne et de l’héroïne.

Cible numéro un des policiers, les dealeurs, qui emploient de plus en plus souvent des jeunes mineurs comme petites mains, ont appris à s’adapter. « Ils travaillent désormais à flux tendu et les saisies sont dans l’ensemble moins spectaculaires qu’avant. Il en est de même pour l’argent qui est évacué beaucoup plus vite aujourd’hui qu’il y a trois ou quatre ans », poursuit le chef de la police en Seine-Saint-Denis.

Face à ces évolutions constantes, policiers et magistrats inventent sans cesse de nouveaux moyens de lutte. Dorénavant, dès que possible, ils s’en prennent au portefeuille des délinquants, et, en 2013, trois millions d’euros d’avoirs criminels ont été saisis. « Historiquement, les dealeurs blanchissaient l’argent de la drogue dans des voitures de luxe, ils ont ensuite acheté des biens immobiliers, et, aujourd’hui, ils investissent de plus en plus dans le pays d’origine de leurs parents », note Christophe Descoms, le patron de la PJ 93.

Les trafiquants ne sont plus non plus à l’abri d’une expulsion. « Le parquet de Bobigny suscite ou accompagne systématiquement les bailleurs qui souhaitent expulser les locataires impliqués dans le trafic de drogue », indique Sylvie Moisson, la procureur de la République. En 2013, trois locataires ont ainsi été expulsés pour trouble anormal de voisinage à Saint-Denis et Saint-Ouen. Plusieurs autres dossiers sont en cours.

* 4 ZSP : Saint-Denis, Saint-Ouen, Aubervilliers-Pantin et Aulnay-Sevran.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 06:22

shutterstock_98095139.jpgLa bibliothèque Dumont propose ce mardi 4 février 2014 de 18h à 20h un atelier d’apprentissage du français animé par Myriam Falgeras. Proposé chaque semaine, cet initiation vous permettra d’améliorer votre niveau d’expression orale et écrite. Renseignements et inscriptions au 01 48 79 41 81 - Bibliothèque Dumont.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Culture
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 21:13

Vous trouverez ci-dessous une lettre des communistes d’Aulnay-sous-Bois dans laquelle ils semblent s’inquiéter grandement des intentions d’Alain Amédro au second tour des municipales de 2014. Il est vrai que la liste « Vivre mieux, ensemble à Aulnay » conduite par le vice-président au Conseil régional et conseiller municipal d’Aulnay-sous-Bois a réussi un large rassemblement d’Europe Ecologie Les Verts, du Parti de Gauche mais a aussi convaincu un militant bien connu du MoDem (Jean-Marc Engelvin qui a conduit pour le centre la campagne d’Amélie Pinheiro aux législatives de 2012) sans oublier des personnalités locales reconnues telles qu’ Alain Boulanger ou encore Mohamed Beldjoudi ancien militant socialiste.

Du coup le système Ségura vacille et pourrait bien entraîner dans sa chute l’alliance composée du Parti Socialiste, du Parti Communiste et du Parti Radical de Gauche qui tient les rênes de la mairie depuis 2008. Ce qui frappe avant tout dans cette missive est la pauvreté de l’argumentaire avancé par les communistes. Comment peut-on par exemple fustiger « la politique de régression, d’injustice en faveur du Patronat, du Medef menée nationalement par les socialistes et les écologistes » tout en appelant dans le même temps localement à l’union de ces mêmes forces pour le bien de tous les Aulnaysiens ? Cela n’a pas de sens ! Les auteurs de cette lettre semblent être avant tout préoccupés par l’angoisse de perdre leurs sièges d’élus.
De ce point de vue donc et quelle que soit leur décision le soir du dimanche 23 mars 2014, Alain Amédro et sa liste ont déjà réussi leur pari : ébranler le système Ségura. Reste plus maintenant qu’à le faire tomber…

lettre-pcf-1

lettre-pcf-2.png

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 16:50

3555593_ide-saint-denis.jpgFin d'alerte à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où une évacuation monstre avait été ordonnée ce lundi en plein centre-ville. C’est un appel au 17, le numéro de police secours disant qu’une bombe allait sauter à l’université qui avait déclenché ces opérations. Aux environs de 16 heures, après une inspection des locaux de l'IUT, les forces de l'ordre ont autorisé le retour des étudiants et du personnel dans l'établissement, ainsi que dans les autres bâtiment évacués. La circulation, notamment celle du tramway et des bus, a aussi été rétablie.

Pas moins de 2000 personnes avaient été évacuées à partir de 14 heures de l’antenne dyonisienne de l'IUT de l'université Paris-13, mais aussi d’autres bâtiments situés dans un périmètre de 100 m autour de la fac, comprenant notamment le lycée de l’ENNA ainsi que l’ESPE (école supérieure du professorat et l'éducation, ex-IUFM)) ainsi que le commissariat de Saint-Denis. La circulation des bus et du tramway avait également été déviée afin d’éviter le secteur de la place du 8-mai-1945. Deux équipes cynophiles spécialisées dans la détection d’explosifs ont inspecté la fac de fond en comble, sans rien trouver. De sources policière, l'appel téléphonique donnant l'alerte aurait été passé d'une cabine proche.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 15:34

MAGNOLIA (2)Il s'appelait Didier, employé municipal depuis 1977,vous avez pu le rencontrer aux abords du parc de la Roseraie. Il était discret, gravement handicapé suite à un accident. Il aimait son travail, ses collègues et parlait peu. J'appréciais ses connaissances en jardinage. Il est décédé au début de l'année. Il aimait les magnolias et le Service des Espaces Verts en a planté un dans ce parc aujourd'hui.

Merci à eux.

Jean-Louis Karkides

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Vous avez la parole
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 13:57

echarpes_maire_450.jpgLes maires l’arborent lors des célébrations de mariages ou des commémorations de l’Armistice. L’écharpe tricolore fait partie des attributs de fonction incontournables quand on tient les rênes d’une commune. Il fallait bien une loi — article D. 2122-4 du Code général des collectivités territoriales — pour réglementer ses usages. Les premiers magistrats sont ainsi vêtus de leur bande de tissu « dans les cérémonies publiques et toutes les fois que l’exercice des fonctions peut rendre nécessaire ce signe distinctif de leur autorité ». 

Cet insigne officiel est doté de « glands à franges d’or » alors que celui des adjoints et des conseillers municipaux est composé de « glands à franges d’argent ». Attention à ne pas se tromper de sens quand on l’enfile, de l’épaule droite au côté gauche. L’ordre des couleurs doit, selon un décret du 18 décembre 2000, faire figurer le bleu près du col, par différenciation avec l’écharpe des députés et sénateurs dont le rouge flirte avec le cou. Cette modification réglementaire permet de distinguer visuellement un édile d’un parlementaire. En cas de cumul de mandats, c’est l’étendard vestimentaire de la fonction nationale qui prévaut. Chaque maire a également le droit de porter son écharpe en ceinture, avec le bleu en haut.

Stéphane Sainsaulieu, maire sans étiquette depuis 2008 de Peille (Alpes-Maritimes), village de 2 300 habitants, l’a toujours à portée de main. « Elle est en permanence dans mon petit cartable », explique celui qui est candidat à sa propre succession. Il s’affiche notamment avec ce symbole de la République à l’occasion « des manifestations patriotiques, le 14 Juillet, le 11 Novembre, le 8 Mai… ». « C’est avec beaucoup de fierté et d’honneur que je la porte », s’enthousiasme-t-il.

Un modèle en faille de soie « infroissable » pour 100 euros

La fabrication et la commercialisation de ces ornements sont assurées par quatre entreprises privées en France. Parmi elles, la société Doublet, basée dans le Nord, spécialiste mondial des drapeaux mais aussi de tous les attributs de la République, dont les cocardes et les isoloirs. Elle propose, pour une centaine d’euros, un modèle en faille de soie « infroissable ». Deux tailles sont disponibles : l’une de 1,80 m pour les « petits » maires, l’autre de 2 m pour les « grands » maires. 

« C’est, en très grande partie, un produit made in France », vante Luc Doublet, président du conseil de surveillance. Chaque élu prend généralement soin d’acheter lui-même son écharpe, effectuant son marché dans des catalogues ou sur la Toile. « Le plus souvent, il tient à la payer avec ses propres deniers », constate Luc Doublet, qui s’attend à une vague de plusieurs milliers de commandes à l’issue des élections municipales de mars. En principe, il n’y a pas que l’écharpe qui devrait s’inviter dans la garde-robe de chaque maire. Le port du costume comprenant, notamment, un « habit bleu, broderie en argent, branche d’olivier au collet, chapeau français à plumes noires, épée argentée à poignée de nacre » reste en théorie obligatoire dans les cérémonies publiques en vertu de l’article 2 du décret du 1er mars 1852 : il n’a jamais été abrogé. A moins de vouloir se distinguer lors d’un carnaval, plus aucun élu, évidemment, ne l’applique !

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 10:57

agressionsEn quatre mois, près d’une dizaine de personnes ont été agressées alors qu’elles s’apprêtaient à retirer de l’argent, à Sevran, dans le centre-ville, toujours auprès du même distributeur bancaire. Un seul lieu, des agressions se déroulant toujours de la même manière : tout laissait penser qu’il s’agissait à chaque fois des mêmes malfaiteurs. Ils étaient entre deux et quatre, et surgissaient au moment où le client sortait sa carte bleue. Ils se montraient menaçants pour obtenir le code secret. Pendant que l’un restait avec la victime, un complice retirait de l’argent. Tout ne s’est pas passé sans heurt, puisque des victimes ont assuré avoir été brutalisées.

Des individus déjà connus de la police

Dans cette affaire, les enquêteurs ont semblé manquer de chance. Le distributeur n’était pas équipé d’une caméra. Mais les agresseurs ne semblaient pas inconnus de la police. Plusieurs victimes ont reconnu leurs visages dans le fichier photo des forces de l’ordre. Sur les lieux, près du DAB, les policiers ont collecté un mégot de cigarette, qu’ils ont fait analyser. C’est l’ADN d’un suspect qui est apparu.

Les arrestations ont finalement eu lieu mercredi, quelques jours seulement après la dernière agression. La police a arrêté trois jeunes hommes, majeurs depuis quelques mois seulement. Ils ont été déférés vendredi soir au tribunal de Bobigny. Ils ont été mis en examen pour vols en bande organisée, séquestration et escroquerie. Ils sont poursuivis pour quatre agressions. Un seul d’entre eux aurait reconnu les faits. Les investigations vont se poursuivre dans le cadre d’une information judiciaire. Présentés à un juge, les trois jeunes gens ont été placés hier soir en détention provisoire.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 09:16

Pour réaliser le super métro, la Société du Grand Paris doit obtenir quelque 6000 parcelles, la plupart en profondeur. Une procédure qui peut vous rapporter des centaines d’euros.

Il s’agit de la plus importante opération foncière en Ile-de-France depuis des décennies et elle va se passer essentiellement... sous vos pieds ! Pour réaliser son réseau de supermétro qui doit permettre de désenclaver les banlieues, la Société du Grand Paris (SGP) doit acquérir quelque 6 000 parcelles dans toute la région, à 80 % situées en souterrain.   «Pour acheter les parcelles souterraines qui nous intéressent, on va devoir contacter tous leurs propriétaires en surface, explique Benoît Labat, le directeur de la valorisation et du patrimoine de la SGP. Car on l’ignore souvent, mais dans le droit, quand on est propriétaire d’une terrain on est aussi propriétaire de tous ses tréfonds jusqu’au centre de la Terre. » Une bonne surprise pour beaucoup de gens.

3554347_1.JPG
Etes-vous concerné par ces acquisitions ?
Ces parcelles sont pour l’essentiel situées sur le tracé du supermétro. Pour l’heure, seule la ligne 15 sud (Pont-de-Sèvres - Noisy-Champs), qui doit être la première à être mise en service à l’horizon 2020, bénéficie d’un peu plus de détails. La SGP doit y acquérir pas moins de 1 800 parcelles. Pour ce qui est des acquisitions en surface, les premières enquêtes parcellaires (une par département) ont été lancées et leur avis est consultable sur Internet. Les enquêtes sur les tréfonds seront lancées cette année.

Quand vont avoir lieu ces démarches ?
Elles ont déjà débuté, en surface, sur la ligne 15 sud. Une quarantaine de parcelles ont été cédées à l’amiable (par la ville de Champigny ou le département du Val-de-Marne par exemple) ou achetées par la SGP. «Les parcelles de surface sont prioritaires, ne serait-ce que pour laisser aux propriétaires le temps de se réinstaller », détaille Benoît Labat. L’acquisition des parcelles en souterrain doit débuter courant 2014.

Qui se charge des négociations ?
La SGP fait appel à un groupement à qui elle a confié un mandat. Il comprend une vingtaine de négociateurs, des avocats, des géomètres, des experts immobiliers...
« Il s’agit d’un véritable processus industriel d’acquisitions, expliquait récemment Etienne Guyot, l’ancien directeur de la SGP. Et c’est nécessaire car quand on veut acquérir une parcelle situé sous une copropriété de cent personnes, il faut négocier avec chacun des cent copropriétaires ! »

3552239_grandparis.jpg

Combien cela peut-il vous faire gagner ?
Pour la surface comme les sous-sols, la SGP se base sur les barèmes établis par France Domaine. Si les tarifs en surface sont généralement connus, celui d’une parcelle souterraine est très variable. Il dépend à la fois de la profondeur mais aussi du prix du mètre carré en surface. Ce qui signifie que deux parcelles a priori similaires, situées à 40 m de profondeur, n’auront pas le même prix, selon qu’on se trouve dans le centre de Paris ou en grande banlieue. « Dans les faits, les propriétaires concernés peuvent en attendre quelques centaines d’euros, détaille Benoît Labat. Ça tournera généralement autour de 200 ou 300 €. »

Y a-t-il des recours ?
Relativement peu puisque le réseau du Grand Paris Express devrait bénéficier d’une déclaration d’utilité publique. Ce qui signifie qu’à terme, la SGP pourra exproprier les propriétaires qui refusent de vendre leur bien.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 07:24

pompiers-de-paris-feu-action-1.jpg« Urgence pompiers, j’écoute… » Cette phrase d’accueil, les opérateurs de la BSPP (brigade des sapeurs-pompiers de Paris, qui intervient aussi en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne) l’ont prononcée 2,1 millions de fois en 2013. Soit environ 200000 fois de plus qu’en 2012 et 600000 de plus qu’en 2011! Le nombre d’appels d’urgence passés au 18 ou au 112 (le numéro d’urgence européen) a continué de s’envoler l’année dernière. Et ce, alors que le nombre d’interventions réalisées à Paris et en petite couronne reste relativement stable (environ un demi-million de « sorties »).

Selon le lieutenant-colonel Samuel Bernès, porte-parole de la BSPP, cette flambée est due à deux phénomènes. « D’une part les appels abusifs (pour l’ouverture d’une porte, une fuite d’eau, un dépannage…) encore trop nombreux. Et d’autre part la pollution sonore ou encore les appels de poche, causés par les smartphones qui se déclenchent par inadvertance ». La hausse de ces appels intempestifs (près de 700000 l’an dernier) est allée de pair avec la montée en puissance du 112. Ce numéro international peut se composer par la pression d’une seule touche sur certains modèles.

Pour lutter contre les « appels de poche », la BSPP teste depuis le début de l’année un nouveau système « d’aiguillage » au centre opérationnel de la caserne de Champerret (XVIIe), réservant les appels du 112 à 10% des effectifs, afin de « mieux gérer l’urgence ».

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 06:35

affiche a4A l’occasion de ce forum pour l’emploi des jeunes, organisé par la Ville de Paris, Carrefours pour l’emploi et Paris Métropole, à la Grande Halle de la Villette, 236 employeurs présenteront 3 000 postes à pourvoir aux Franciliens âgés de 18 à 30 ans de tous niveaux de qualification et d’expérience professionnelle. Parmi les secteurs représentés : la grande distribution, le prêt à porter, les banques et l’hôtellerie… Grande Halle de la Villette, 211 avenue Jean-Jaurès, Paris (XIXé), demain, de 10 heures à 18 heures. Entrée libre. Se munir de plusieurs CV.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 22:11

bouchons.jpgLe nombre de déplacements en transports en commun a eu beau augmenter de 20% entre 2001 et 2011, jamais la région parisienne n’a eu un goût de bouchon aussi prononcé. D’après une étude dévoilée aujourd’hui par le fournisseur d’informations sur le trafic routier V-Traffic, que nous révélons en exclusivité, le nombre de kilomètres d’embouteillages a augmenté de 26% en quatre ans (de 2010 à 2013) aux heures de pointe. Une saturation qui atteint son paroxysme le soir dans le sens Paris-banlieue. Les responsables de l’étude estiment que « cette prolifération générale d’embouteillages est favorisée par de nombreux plans d’aménagements urbains et le programme de modernisation des tunnels d’Ile-de-France » mené ces dernières années. « Le constat aujourd’hui est que les transports en commun sont saturés ou mal adaptés et que le réseau routier est sous-dimensionné », constate Philippe Goudal, le directeur de l’innovation de V-Traffic.

La facture est lourde

Si les automobilistes s’aventurent désormais de moins en moins dans 
Paris intra-muros (- 23% de véhicules/km entre 2000 et 2010), c’est désormais sur les axes de contournement de Paris (A 86, Francilienne) que les bouchons sont les plus intenses. « L’augmentation de l’activité économique et des emplois se concentre davantage en périphérie et il y a donc de plus en plus de trajets de banlieue à banlieue », souligne Vincent Aguilera, chargé de recherches à l’école Paristech. Or, c’est précisément de banlieue à banlieue que le bât blesse en matière de transports en commun. D’où l’idée du Grand Paris Express, qui prévoit à terme 205 km de lignes de métro et 72 gares nouvelles ceinturant la capitale. Les temps de trajet seraient ainsi réduits à quarante-trois minutes contre une heure douze aujourd’hui pour rejoindre Roissy depuis le pont de Sèvres. Sans attendre ces aménagements, beaucoup de salariés, lassés de faire du pare-chocs contre pare-chocs matin et soir, ont déjà modifié leurs horaires. La direction des routes réfléchit de son côté à l’aménagement sur les principaux axes de voies dédiées aux bus qui pourraient y circuler aussi rapidement que des tramways. Il y a urgence. Selon une étude d’Inrix, un fournisseur d’Infotrafic, la facture est lourde. Dans la seule capitale, les embouteillages font perdre 1,8 Mds€ à l’économie française.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 20:48

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de Jérôme Charré du MoDem annonçant qu’il se range derrière l’UDI pour les municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois.

jerome-charréEn 2008, certains annonçaient victorieux « le temps du bonheur » pour Aulnay-sous-Bois. Aujourd’hui, six ans après, nous en sommes bien loin : clientélisme, copinage, désorganisation et minage des services communaux, dépenses publiques en hausse, etc. 

Les 23 et 30 mars, les Aulnaysiens auront à faire un choix majeur. En effet, ils auront la possibilité de mettre un terme aux dérives dans lesquelles s’enfonce notre ville. Aulnay mérite de retrouver ce que beaucoup de nos voisins nous enviaient jusqu’alors et que nous n’avons plus. En même temps, notre ville doit se retrouver et se rassembler pour relever les défis qui s’annoncent. 

Depuis plus d’un an, un travail a été mené en commun entre Jérôme CHARRÉ et Jacques CHAUSSAT sur l’analyse de la situation et l’élaboration de propositions pour notre ville. En parallèle, le Mouvement Démocrate et l’Union des Démocrates et Indépendants ont créé l’Alternative, permettant le rassemblement des centristes. 

Ainsi, le Mouvement Démocrate s’engage pleinement dans la campagne des élections municipales à Aulnay-sous-Bois en apportant son soutien à Jacques CHAUSSAT et sa participation à la liste Aulnay Demain qu’il conduit. 

Homme de convictions et dialogue, installé à Aulnay depuis de nombreuses années, maîtrisant les sujets essentiels que sont l’économie, les finances et l’insertion professionnelle, Jacques CHAUSSAT est le seul candidat qui peut rassembler enfin les Aulnaysiens autour d’un projet qui préserve notre qualité de vie, qui tire profit de nos atouts, qui mobilise les énergies et les talents. 

Ce choix pris en concertation avec les instances nationales et départementales exclut toute démarche individuelle de participation à une autre liste. Ainsi, ni le nom, ni le projet, ni la référence du Mouvement Démocrate ne pourront être utilisés par un candidat figurant sur une liste différente.

Le Mouvement Démocrate est résolument et exclusivement engagé dans une démarche permettant d’améliorer les conditions de vie des Aulnaysiens. C’est le sens de notre engagement municipal et rien ne saurait le détourner de sa mission et son objectif.

Contact presse :

Jérôme CHARRÉ

Chef de file désigné par le Mouvement Démocrate pour Aulnay-sous-Bois

Conseiller national du Mouvement Démocrate

charre.jerome@gmail.com / Tél : 06.26.84.56.17

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:56

periph.jpgDeux associations ont saisi le Conseil d'État. Elles estiment que cette baisse de la vitesse autorisée n'aura aucun effet positif sur la pollution, les nuisances sonores ou le nombre d'accidents.

 À peine un mois d'existence et déjà attaqué. Le décret qui fait passer la vitesse de 80 à 70 km/h sur le périphérique parisien depuis le début de cette année est mis en cause par deux associations. L'Automobile club des avocats et la Ligue de défense des conducteurs ont déposé, dès ce mardi, un recours devant le Conseil d'État. Les deux structures estiment que cette mesure ne peut prospérer car fondée sur «une erreur manifeste d'appréciation». En termes moins juridiques, cela signifie que l'équipe de Bertrand Delanoë, pour faire passer cette baisse, a mis en avant des objectifs qui ne tiennent pas la route, estime Me Matthieu Lesage.

 «Il a été dit que cette limitation allait faire reculer la pollution sonore et de l'air et qu'elle allait améliorer la sécurité routière. Rien de tel», dénonce ce dernier, à l'initiative de cette requête avec Me Rémy Josseaume. Des critiques identiques avaient d'ailleurs été émises par la candidate UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, dès le lendemain de l'annonce de cette mesure. Dénonçant l'absence d'impact de cette décision, cette dernière avait promis le rétablissement de la vitesse initiale, si elle était élue. Pour cette action en justice, les deux avocats ont compilé des extraits d'études figurant dans ce recours de 13 pages.

Six tués en 2011

Concernant la sécurité routière, les enjeux sont tout d'abord faibles. Par rapport au trafic journalier de 270.000 véhicules, le nombre de tués est peu élevé: six en 2011. Selon Rémy Prud'homme, professeur émérite d'économie, spécialiste des finances publiques et des transports, largement cité, cette baisse va par ailleurs générer un trafic plus dense. On roule moins vite -la vitesse moyenne qui est de 39 km/h passe à 36 km/h-, on reste donc plus longtemps sur le périphérique et la circulation augmente. Or, selon le spécialiste, la densité accrue du trafic est génératrice d'accidents. «Cela va annuler les prétendus effets positifs d'une baisse de la vitesse sur l'accidentalité», selon Me Lesage.

 Autre point passé à la moulinette: le recul annoncé des nuisances sonores. Or Bruitparif, l'observatoire d'Ile-de-France, estime que cette diminution de 10 km/h entraînera une baisse du bruit sans grand effet. «Peu perceptible pour l'oreille humaine», elle «sera insuffi­sante pour améliorer significativement à elle seule la qualité de vie des riverains les plus proches du périphérique», est-il écrit. Quant à la promesse d'une amélioration de l'air, le recours fait état de diverses études indiquant, au contraire, que la diminution de la vitesse va même détériorer la situation. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie indique: «Quand on est trop bas en vitesse, on peut émettre plus de polluants.» Contrairement à ce que l'on peut penser, rouler à très faible allure, comme c'est le cas en dessous de 40 km/h, augmente la consommation de carburant et les émissions de pollution, rappelle Rémy Prud'homme. «Cette annonce a été une mesure purement politique et il va être intéressant de connaître la position des juges», indique Me Josseaume. Or le Conseil d'État ne devrait pas statuer avant un an.

Source : http://www.lefigaro.fr/

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Environnement
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 13:51

agressions.jpgTrois adolescents de 18 ans, ont été déférés hier au tribunal de Bobigny pour plusieurs agressions devant un distributeur automatique, à Sevran. Entre octobre et janvier, neuf personnes ont été attaquées, parfois brutalisées pour extorquer leur code de carte bleue. Le parquet a demandé l’incarcération des suspects, un juge devait trancher hier soir.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 09:44

gaz-lacrymogene-pro.jpgUn couple de retraités, vivant avenue de la Division-Leclerc, au Bourget, a été abusé par des malfaiteurs, qui se sont fait passer pour un agent des eaux et un policier. Le scénario est classique, le premier prétendant venir réparer une fuite, le deuxième prétendant chasser un voleur. Mais la supercherie a dégénéré, puisque le couple a en plus été aspergé de gaz lacrymogène. Ils se sont fait dérober des bijoux et quelques centaines d’euros.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 08:45

manif-air.jpgDe faux avions survolent le Trocadéro à basse altitude. Sous ces engins, gonflables, des hommes et des femmes portent des masques et des blouses blanches. En chœur, ils scandent des slogans : « Paris ton sale air irrespirable, irresponsable, mon air, c’est mon droit, l’avenir c’est changer d’air »… Bienvenue au carnaval des asphyxiés, initié par Ile-de-France environnement (IDFE fédère 370 associations), qui se déroulait hier après-midi à Paris.

Plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées pour dire « stop à la pollution en tous genres ». « Les conséquences sur les habitants sont considérables. En France, on compte 3 millions d’asthmatiques », insiste Michel Riottot, président d’IDFE. A Paris, cette pollution provient de deux sources : « La première est liée à la circulation automobile, la seconde, au chauffage résidentiel », détaille Michel Riottot.

Pour réduire ce « sale air » IDFE propose des solutions. « En attendant des voitures électriques moins polluantes, il faut utiliser le gaz naturel pour véhicules. C’est faisable rapidement, martèle Michel Riottot. Et il faut développer les réseaux de chaleur. C’est en cours mais ça ne va pas assez vite. »

Soudainement, un bruit retentit. « Vous entendrez cela toutes les douze minutes », prévient une manifestante au micro. La raison? « Chaque année, toutes les douze minutes, une personne meurt prématurément à cause de problèmes de pollution, notamment celle engendrée par les avions », assure le président d’IDFE. C’est justement le troisième point important évoqué hier. D’ailleurs, nombreux étaient les habitants du Val-d’Oise et les adhérents de l’association de défense des riverains de l’aéroport de Roissy (Advocnar) à avoir fait le déplacement. « Quand je suis arrivée à Montlignon, en 1986, il y avait un avion toutes les cinq minutes, maintenant il y en a trois par minute », déplore Kati. Son jardin, cette quadragénaire ne s’y rend quasiment plus. « Le bruit des avions nous empêche de tenir une discussion et il faut voir l’état de la table de jardin, pleine de particules noires », souffle-t-elle.

A quelques mètres de là, Christine chante des slogans à tue-tête. Puis, elle lâche : « Je suis là pour défendre mon cadre de vie. » Comme les manifestants rencontrés, elle aimerait « que les vols de nuit soient arrêtés. A Orly (NDLR : Val-de-Marne), c’est déjà le cas ». Tous souhaitent une réduction du trafic aérien pour « protéger la santé des citoyens, martèle Patrick Kruissel, membre de l’Advocnar. La loi de juillet 2010, votée dans le cadre du Grenelle II, permet de diminuer les vols en cas de pics de pollution, mais elle n’a jamais été appliquée. »

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Environnement
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 06:00

3549409_2.JPGLa nature n’a pas dit son dernier mot en région parisienne. Même si, pour beaucoup, l’Ile-de-France est assez antinomique avec la biodiversité, Natureparif, organe du conseil régional, a récolté des données qui permettent certes de dresser un constat plutôt négatif, mais avec une phase de progression conséquente. Pour la première fois, la région dispose donc d’un diagnostic complet de sa biodiversité. Il est en train d’être adressé à tous les maires franciliens, et les particuliers peuvent le télécharger gratuitement*.

On y apprend que la région parisienne abrite 1274 espèces indigènes de fleurs (NDLR : poussant spontanément dans la région), dont plus de 200 sont protégées. Que près d’un quart du territoire est forestier, avec les massifs de Rambouillet (Yvelines) et Fontainebleau (Seine-et-Marne et Essonne) en stars, même si mités par les routes. Mais elles n’abritent pas autant d’espèces que d’autres forêts européennes. Environ 20% de la superficie francilienne est identifée comme « réservoir de biodiversité », comme les zones Natura 2000 conciliant préservation de la nature et préoccupations socio-économiques (NDLR : sites naturels identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats), les réserves biologiques…

Des joyaux à protéger

Et l’Ile-de-
France comporte « quelques sites très riches », qui représentent environ 4% du territoire francilien. Parmi ces « joyaux à préserver », outre les deux forêts principales, les zones de la Bassée (Seine-et-Marne), ainsi que les pelouses calcaires, riches en fleurs et en insectes, des coteaux de la région de La Roche-Guyon (Val-d’Oise), sur les bords de Seine et près d’Etampes (Essonne).

« Mais l’idée n’est pas de tout mettre sous cloche, a prévenu Liliane Pays, présidente de Natureparif et conseillère régionale écologiste. Car un million d’habitants supplémentaires sont attendus d’ici 2030. L’urbanisation va continuer. Il faut donc faire en sorte de réaliser cet accroissement en intégrant la biodiversité. Ce diagnostic doit aider les élus à prendre en compte la nature dès aujourd’hui. »

* Diagnostic à télécharger gratuitement sur www.natureparif.fr/attachments/observatoire/ indicateurs/2013/Natureparif- diagnostic-biodiversite-web.pdf.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Environnement
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 20:51

C’était incontestablement l’événement politique de la matinée à Aulnay-sous-Bois. Valérie Pécresse, la chef de file de l’opposition au Conseil régional d’Ile-de-France, est venue sur le marché du Vieux-Pays accompagner Bruno Beschizza dans sa campagne aux municipales de mars prochain. La pluie intense de la matinée avait fait craindre le pire mais elle a finalement cessé au meilleur des moments permettant un tour rythmé à la rencontre des habitants et des commerçants.


Rapidement le duo est devenu le centre d’intérêt de la foule chacun souhaitant échanger un mot, comme Alain Boulanger par exemple, ou poser sur la photo. La masse des militants et simples citoyens réunis pour l’occasion derrière Bruno Beschizza et Valérie Pécresse était impressionnante. A l’instar de Daouda Sanogo, l’emblématique entrepreneur Aulnaysien, la liste des soutiens de Bruno Beschizza semble s’élargir un peu plus chaque jour imprimant un véritable souffle à la campagne qui s’annonce…

Robert Ferrand

Repost 0
Publié par Robert Ferrand - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 19:45

Dans quelques semaines la zone commerciale située au carrefour de l’Europe à Aulnay-sous-Bois devrait connaitre sa configuration finale. Ainsi, après KFC, Quick et le Wok’nRoll, le terrain de l’ancien garage Renault incendié lors des émeutes de 2005 devrait accueillir très bientôt un Lidl.

Première enseigne de hard-discount en France avec plus de 1 500 points de vente et 20 000 salariés, l’entreprise allemande a généré un chiffre d’affaires de 8,4 milliards d’euros en 2012 en hausse de 4%. Désormais donc, plus la peine d’aller à Sevran ou au Blanc-Mesnil, Aulnay-sous-Bois aura son Lidl !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique