Articles avec #education tag

Publié le 16 Novembre 2020

Le département de la Seine-Saint-Denis vient d’annoncer son intention d’investir un milliard d’euros d’ici 2030 pour la rénovation des établissements scolaires entrant dans le champ de ses compétences. Construire, rénover et réussir la transition écologique, telles sont les ambitions du plan éco-collège.

Importante rénovation en vue pour le collège Claude Debussy à Aulnay-sous-Bois

C’est le collège Claude Debussy à Aulnay-sous-Bois qui devrait bénéficier de la rénovation la plus importante. Les autres collèges de la commune devraient quant à eux pouvoir compter sur une amélioration de la performance énergétique et du confort.

Pour plus d’information vous pouvez consulter le site du département (ici) et lire un article du journal Le Parisien consacré à ce sujet (là).

Source carte : https://seinesaintdenis.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 8 Novembre 2020

« Pourquoi faites-vous ce métier ? » Les masques cachent leurs sourires, mais les yeux de Rahma, Nabila, Yamina et Salima pétillent. « Parce qu'on a un cœur ! », lance l'une d'elle.

Le secteur de l’enfance recrute à Aulnay-sous-Bois et dans le 93 !

Un cœur avec lequel elles ont tenté, ce samedi après-midi, d'éveiller quelques vocations parmi les promeneurs du parc départemental du Sausset, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toutes quatre sont assistantes familiales. Un vrai métier, que le grand public connaît davantage sous le nom de « familles d'accueil ». En Seine-Saint-Denis, parmi les quelque 8 000 enfants et adolescents suivis par les services de l'Aide sociale à l'enfance, 1 200 sont placés chez des assistants familiaux — des femmes dans l'écrasante majorité des cas.

Mais la profession vieillit, et souffre, comme d'autres métiers de l'enfance, d'un manque d'attractivité. Le problème est devenu si aigu que le conseil départemental de Seine-Saint-Denis a lancé, en octobre, un « Bus des métiers de l'enfance » sur les routes du 93. Avec un message clair : le secteur offre des emplois, et même des emplois en CDI, qu'il s'agisse des assistants familiaux, des éducateurs, des auxiliaires de puériculture! Ce samedi, il s'est stationné en plein parc, face à une aire de jeux pour enfants.

Prospectus en main, les assistantes familiales vont au contact des parents venus avec leur marmaille. Les réactions sont mitigées. Le métier fait parfois peur. « C'est un métier difficile, mais on n'est pas tous seuls, assure Yamina, forte d'une expérience de vingt ans. On travaille en équipe, avec des psychologues, des médecins, des éducateurs… » Toutes admettent avoir connu des moments difficiles. Mais, ajoute Yamina, « vous accueillez un enfant démoli par son histoire, vous lui donnez de la tendresse, du réconfort. Et puis vous le voyez petit à petit prendre confiance en lui, se rétablir… » Et ça, complète Rahma, assistante familiale depuis 32 ans à Livry-Gargan, « ça n'a pas de prix ».

« La France est le seul pays où les assistants familiaux perçoivent un salaire et non une indemnité »

Comment mettre un pied dans cette profession ? Le panneau planté devant le bus donne une partie de la réponse : « Vos qualités humaines sont votre meilleure carte de visite ». « C'est très vrai, assure Firyel Abdeljaouad, responsable de l'accueil familial départemental. Faire preuve de bienveillance, d'écoute, de tolérance, avoir quelques capacités éducatives, offrir à l'enfant un cadre cohérent où on ne change pas d'avis toutes les trois minutes, c'est déjà très bien. Le reste, on l'apprend en formation. »

Les candidats doivent d'abord obtenir un agrément de la PMI avant de postuler auprès du service départemental de l'Aide sociale à l'enfance. Une fois recrutés, ils bénéficient d'une formation de 300 heures permettant d'exercer le métier et d'obtenir un diplôme d'Etat. « La France est le seul pays où les assistants familiaux perçoivent un salaire et non une indemnité », souligne encore Firyel Abdeljaouad. Le salaire en question varie selon le nombre d'enfants accueillis (de 1 521 € à 3 529 € brut), et s'y ajoute une indemnité d'entretien, pour permettre de faire face aux frais liés à la nourriture, l'hygiène, les loisirs, des déplacements…

Timidement, les visiteurs s'approchent. Devenir assistante familiale, cette habitante de Bondy y a bien songé, mais n'a jamais osé, « à cause de mon logement, trop petit ». L'accueil d'un enfant suppose en effet de disposer d'une chambre dédiée. Le conseil départemental réfléchit à une solution, face à cette problématique récurrente qui empêche certains candidats d'obtenir l'agrément.

Pour s'informer et postuler, les prochaines étapes du Bus des métiers de l'enfance en Seine-Saint-Denis : mardi 10 novembre à Rosny-sous-Bois ; vendredi 13 à Noisy-le-Grand ; samedi 14 au parc départemental de la Poudrerie à Sevran ; mardi 17 à Aubervilliers ; vendredi 20 à Saint-Ouen. Horaires et lieux de rendez-vous sur ssd.fr/15652

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 1 Novembre 2020

[ACTU COVID] Suite au reconfinement décidé par monsieur le président de la République, le ministère de l'éducation nationale a produit un nouveau protocole sanitaire qui sera en vigueur dans toutes les écoles à partir du lundi 2 novembre 2020. Ce protocole prévoit le port du masque obligatoire pour tous les élèves à partir de 6 ans. L'Etat a précisé que ces masques seront à la charge des parents.

 Distribution gratuite de masques pour les enfants dans les écoles à Aulnay-sous-Bois

Compte tenu de la soudaineté de cette annonce et dans l'intérêt des enfants, la municipalité a décidé de fournir à chacun des élèves d'Aulnay-sous-Bois des masques de protection en tissu lavables et réutilisables. En raison des délais importants de production, seuls élèves de CP et de CE1 auront des masques en tissu dès ce lundi. Pour les autres élèves, 4 masques chirurgicaux jetables seront distribués lundi. Ensuite, dès jeudi, deux masques en tissu lavables et réutilisables seront distribués pour chaque enfant.

La municipalité et les agents de la Ville restent pleinement mobilisés dans la gestion de cette nouvelle étape de la crise sanitaire.

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 30 Octobre 2020

C’est un rétropédalage qui parait totalement invraisemblable à ce nouveau de responsabilité mais l’éducation nationale a finalement décidé d’ouvrir les écoles à l’heure habituelle le lundi 2 novembre 2020 et non pas à 10h comme annoncé initialement notamment pour rendre hommage à Samuel Paty.

Le contexte sanitaire et sécuritaire serait à l’origine de ce changement de dernière minute… A moins que les choses changent à nouveau demain !

Pour plus de détails cliquez : ici

Robert Ferrand 

Source photo : Wikipédia

 

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Education

Publié le 29 Octobre 2020

[SCOLARITÉ] Lundi 2 novembre 2020, les équipes enseignantes de l’Education Nationale vont se réunir afin d’organiser un temps d'hommage aux victimes des récents actes terroristes, et en particulier à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine assassiné le 16 octobre dernier.

Sur décision du Ministère de l'Education Nationale, les enseignements commenceront exceptionnellement à 10h ce jour-là.

Afin de faciliter le quotidien des parents qui travaillent, un accueil périscolaire sera proposé de 8h30 à 10h à l'initiative de la Municipalité dans l’ensemble des écoles maternelles et élémentaires d’Aulnay-sous-Bois. Les familles qui souhaitent bénéficier de cet accueil pourront déposer leurs enfants à l’école entre 8h20 et 8h30. La garderie du matin est par ailleurs maintenue de 7h30 à 8h20.

Source information : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois / Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 15 Octobre 2020

«Je vous préviens, ici on récite le Coran, et on dit Bismillah. Peut-être même que les enfants vous diront Salam Aleykoum.» Sourire en coin, le directeur de l'école Bougainville, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ouvre le portail de son établissement, ce mardi 13 octobre, à 8 heures.

 
La belle réussite de l’école musulmane Bougainville à Aulnay-sous-Bois

Dans dix minutes, 180 enfants, de la petite section au CM1, vont s'engouffrer dans les classes de cette école privée musulmane ouverte il y a trois ans, en plein cœur de la cité de la Rose-des-Vents. «Je taquine, argumente le maître des lieux, qui préfère que son prénom ne soit pas cité. Mais ce n'est pas naturel d'ouvrir les portes d'une école à un journaliste. Et vu le contexte de détestation des musulmans, on est en droit d'être un peu méfiant !»

L'homme fait référence, notamment, à la perquisition opérée début octobre par des policiers à la mosquée Omar, à Paris, en plein cours d'arabe, devant des enseignants et des élèves. L'opération avait déclenché un tollé au sein des associations cultuelles. La semaine dernière, c'est une école clandestine qui a été fermée à Bobigny, nourrissant, selon bon nombre de responsables associatifs, «des amalgames» sur les écoles privées.

« Nous sommes représentatifs de la plupart des écoles musulmanes de France »

Bougainville n'est pas une mosquée, ni une association des cours du soir : c'est une école privée confessionnelle hors contrat avec l'Education nationale — c'est-à-dire déclarée. Il y en a 980 comme elles en France, une majorité écrasante d'obédience catholique. En 2015, on dénombrait une trentaine d'établissements privés musulmans.

«Nous sommes représentatifs de la plupart des écoles musulmanes de France», dit son directeur. Mais, «avec l'ambiance actuelle, le discours gouvernemental sur le séparatisme qui vise essentiellement les musulmans, notre hantise est de voir débarquer des policiers pour un contrôle devant des élèves, une perquisition qui se baserait sur on ne sait pas trop quoi et qui aboutirait à une fermeture», analyse une professeure.

La plupart des maîtresses portent le voile

Ce matin-là, il pleut. Les dix classes, en rang dans la cour, attendent que leur enseignante donne le feu vert pour monter dans leur salle. La plupart des maîtresses portent le voile, une poignée de fillettes aussi. «Dans une école musulmane, ça ne devrait pas surprendre», note une enseignante. On distribue du Salam Aleykoum à qui l'on croise. Même aux visiteurs d'un jour. Même au journaliste. «La politesse, cela fait partie de l'islam. Les valeurs, c'est fondamental, c'est même le plus important de mon point de vue», estime le directeur, qui s'auto-qualifie de «conservateur».

Au programme pour les CP de Sabrina ce jour-là : lecture, écriture, récré, grammaire, sciences sous forme d'une discussion intitulée «Questionner le monde», pause déjeuner, puis sortie au parc sur le thème de l'automne.

Des manuels validés par les autorités académiques

«Sortez vos manuels, page 30», demande Sabrina, voix forte et claire, masque sur le visage. Les manuels en question sont issus des collections Istra, jugés «conformes et appropriées» par les autorités académiques, utilisés dans de nombreuses écoles de France.

L'exercice du jour : reconnaître le son d'une voyelle dans chaque syllabe d'un mot. Les enfants se frottent à l'exercice avec enthousiasme. «Aaaaa» s'applique ainsi à chanter Ayoub, qui a identifié la voyelle «A». Les doigts se lèvent, les réponses fusent. Un comportement perturbateur ? «C'est la seconde fois, tu passes au jaune», prévient Sabrina à l'adresse d'un garçon, glissant son nom sur un tableau de sanctions. Le vert pour les enfants sages, puis, après le jaune, c'est le rouge, et le noir, l'exclusion de la classe.

Symboles républicains sur le mur

A la fin de chaque activité, Sabrina sonne une clochette pour lancer un autre atelier. Un peu de poésie avec les vers de Karine Persillet sur la «Dame de fer», la Tour Eiffel, puis place aux sciences. Autour de l'institutrice, dotée d'un écran, il faut définir l'état physique de l'eau — solide, liquide, ou gazeux.

 

La belle réussite de l’école musulmane Bougainville à Aulnay-sous-Bois

Dans cette salle de classe, plusieurs affiches aux murs : l'alphabet, les chiffres, une carte du monde, et surtout de nombreuses déclinaisons du «Loup», ce personnage ludique adulé des enfants et enseignants. Ici, les «émotions» du loup. Là, les «règles de vie» du Loup. Et ainsi de suite. Dans le mur faisant dos aux enfants, une grande affiche, réalisée en début d'année, sur les symboles républicains : le drapeau bleu-blanc-rouge, celui de l'Europe, la Marianne, et les paroles de la Marseillaise.

Deux heures d'arabe par semaine

Pause déjeuner à 12 heures. L'école, ouverte en 2018, n'a pas encore de cantine. Les enfants sont tenus de ramener leur gamelle, déjeunent par niveau de classe, dans des salles séparées, sous surveillance de plusieurs adultes. Avant le repas, les enfants prononcent les traditionnelles invocations à Allah, les Dou'â. «Dans le catholicisme, on appellerait cela les bénédicités», précise le directeur.

L'après-midi, les CP n'ont exceptionnellement pas cours d'arabe. «On a prévu une chasse aux trésors d'automne au parc du Sausset, indique Sabrina, l'enseignante. On travaillera ensuite en classe sur les objets collectés - feuilles mortes, marrons, etc.» L'arabe est dispensé deux heures par semaine comme langue vivante principale en élémentaire, la seconde étant l'anglais, enseigné une heure trente hebdomadairement.

«Ceux qui veulent faire leur prière, allez-y»

Alors, à 13h30, direction la classe de CE2 pour l'heure d'arabe enseigné par une professeure diplômée. «C'est sur ce cours-là qu'est intégré la mémorisation du Coran, le religieux», précise le directeur de l'école. Ils sont une petite vingtaine dans la classe, sous les ordres de Nawell (prénom modifié).

«Ceux qui veulent faire leur prière, allez-y, j'ai disposé les tapis dans le coin de la salle», annonce d'entrée l'enseignante. Les deux tiers de la classe se lèvent. Omar (prénom modifié) indique à ses camarades : «C'est moi qui fais l'imam !» Il psalmodie doucement. Les garçons entament leur prière au rythme de sa voix. Les filles, elles, prennent le temps d'enfiler un voile, rangé dans l'armoire de la classe, et se lancent aussi dans une prière.

Moins de dix minutes plus tard, début du cours. En vitesse, les filles remettent leur foulard dans le placard. «Aujourd'hui, c'est le premier cours d'arabe de l'année, je vais évaluer votre niveau de lecture et d'écriture», explique Nawell en distribuant des photocopies sur lesquelles est inscrit un texte en arabe. Celui-ci, enfantin, conte l'histoire de Bouchra et Zineb, qui, lors de leur premier jour de classe, s'intéressent mutuellement à leurs hobbies.

 «N'oubliez pas : on lit de droite à gauche», rappelle l'enseignante. En suivant la phrase avec le doigt, les enfants lisent, tour à tour, une phrase. La plupart hésitent peu, ne se trompent pas : ils ont déjà une année d'arabe derrière eux et le parlent parfois à la maison. Pas de Coran aujourd'hui, il s'agit juste d'évaluer les élèves.

Au-delà de ces cours d'arabe, l'aspect religieux de l'école prend place, pour les maternelles qui n'ont pas cours d'arabe, dans une courte récitation du Coran en ouverture de journée. «C'est une sorte de starter (NDLR : ce qui démarre) de la journée», image le directeur. «Nous essayons aussi de marquer les fêtes religieuses. Par exemple de créer, avec les enfants, un marché de l'Aïd comme il y en a pour Noël», explique une enseignante.

«On apprend à lire, à écrire, à vivre ensemble»

« Je le dis aux parents qui viennent inscrire leurs enfants : on ne forme pas des savants religieux ou des arabophones. On apprend à lire, à écrire, à vivre ensemble à des élèves, en s'appuyant sur un socle de valeurs liées à l'Islam… mais on accepte tout le monde, comme les écoles cathos », détaille le directeur de Bougainville.

Qui le rappelle : «La règle du hors contrat exigée par les autorités académiques, c'est que nos élèves peuvent à tout moment intégrer une école publique ou sous-contrat !»

Quel est le profil des dix enseignantes ? Toutes sont diplômées a minima d'un master MEEF, le classique diplôme préparant au concours de professeur des écoles : le CRPE, qui permet d'enseigner dans le public ou le sous-contrat. «Certaines n'ont pas pu aller au bout du concours parce que les chefs d'établissement ont refusé leur voile lors du stage obligatoire», indique le directeur. Par ailleurs, «certaines d'entre elles sont titulaires du concours mais, encore une fois, le voile les empêche d'enseigner dans une école publique ou sous-contrat».

Objectif : devenir une école sous contrat avec l'Etat

L'école Bougainville a déjà été inspectée deux fois depuis 2018. Selon nos informations, le dernier rapport est positif. Les représentants de l'Education nationale soulignant, entre autres, la pertinence des programmes, l'application des enseignants. Tout juste notent-ils quelques cahiers d'élèves mal corrigés.

Par ailleurs, son statut d'école hors contrat ne lui donne droit à aucune subvention publique, contrairement aux écoles sous-contrat comme le Protectorat catholique Saint-Jean d'Aulnay-sous-Bois, à deux kilomètres de là.

«Les salaires de nos profs et l'entretien sont financés par les frais de scolarité», précise la direction. Coût de l'année : 2 200 euros par an. Objectif de l'établissement : déposer un dossier, d'ici quelques années, pour devenir une école musulmane sous contrat avec l'Etat. Ce serait alors la première du 93.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photos : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 29 Septembre 2020

Le maire d’Aulnay-sous-Bois et conseiller régional d’Ile-de-France, Bruno Beschizza, s’est rendu ce matin au lycée Jean Zay pour une remise d’ordinateurs à l’attention des élèves de seconde. Vous pouvez prendre connaissance, ci-dessous, de cet événement à travers les quelques mots et photos postés par l’édile sur son compte Facebook.

Des ordinateurs pour les élèves de seconde du lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois

« Ce matin, je me suis rendu avec Séverine Maroun au Lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois pour remettre des ordinateurs aux élèves de 2nde. Bravo à Valérie Pécresse pour cette volonté de moderniser les outils pédagogiques à destination de nos plus jeunes.

Nous nous sommes ensuite au rendus au Lycée Voillaume pour également distribuer du matériel pédagogique aux élèves, aux côtés des équipes de La Poste qui assure la distribution dans l’ensemble des lycées de la Région Ile-de-France.

Des ordinateurs pour les élèves de seconde du lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois

Cette visite a été l’occasion d’échanger avec la direction du lycée sur les travaux menés dans l’établissement. La situation est particulièrement suivie par les services de la Région. Un plan de résorption est en cours depuis la rentrée et un point sera fait sur place début octobre concernant l’avancée des travaux de finition. Objectif : assurer de bonnes conditions d’études pour les élèves et les équipes pédagogiques. »

Source information et images : compte Facebook de Bruno Beschizza

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 28 Septembre 2020

Tout neuf, mais inutilisable. Près d'un mois après la rentrée, les équipes enseignantes du lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois ne peuvent toujours pas s'installer dans un nouveau bâtiment de l'établissement, pourtant livré début septembre.

Dans un courrier qu'ils viennent d'envoyer à Valérie Pécresse, la présidente (Libres!) de la région Ile-de-France — en charge de la gestion des lycées — et au recteur de l'académie de Créteil, le personnel dénonce les conditions dans lesquelles s'est effectuée la rentrée des élèves de cet établissement accueillant des jeunes en filières générales, technologiques et professionnelles.

Des défauts de travaux exaspèrent élèves et enseignants du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois

« Le bâtiment a été livré inachevé quelques jours après la rentrée, expliquent-ils au Parisien. Le chantier avait déjà un an de retard. Ces nouveaux locaux sont censés accueillir les cours en atelier des lycéens en filières pros et des étudiants en BTS. En bac pro, les élèves suivent à la fois des cours théoriques et des cours techniques en atelier. Jusqu'alors, ces ateliers étaient dispensés dans un autre bâtiment qui va être détruit. Tous les équipements ont été déménagés dans le nouveau, mais en arrivant, on a découvert des salles inutilisables, voire dangereuses. Il y a des fils qui pendent, des installations non terminées, des câbles électriques qui ne mènent nulle part… »

«Danger de mort»

Dans leur courrier, les professeurs évoquent même « un danger de mort » pour les élèves. « Actuellement, de nombreuses boîtes de dérivation 400 volts pendent du plafond à hauteur d'homme au lieu d'être coffrées », écrivent-ils.

D'après eux, 700 élèves scolarisés en bac professionnel seraient ainsi privés de cours. « Mon fils, inscrit en seconde pro systèmes numériques, n'a pas eu un cours en atelier depuis le début de l'année. Cela représente entre 15 et 20 heures de cours par semaine perdues », se désole ainsi une mère de famille, membre de l'association des parents d'élèves du quartier de la Rose des vents, qui a également écrit à Valérie Pécresse pour l'alerter.

Un chantier à 46 millions d'euros

Pour les enseignants, « le non-respect du quota annuel de formation » pourrait « empêcher les élèves et étudiants de pouvoir présenter leur examen final ». « Il y a un vrai risque de décrochage scolaire », pointent-ils.

Si des contacts à la région leur ont indiqué de manière « très informelle » que les travaux pourraient être finis pour la rentrée des vacances de la Toussaint début novembre, l'entourage de Valérie Pécresse ne communique aucune date officielle de fin de chantier pour le moment.

« Nous avons bien conscience des aléas que traverse l'établissement, mais nous avons rencontré des difficultés avec les entreprises mobilisées sur ce chantier. Il y a eu des retards sur la finalisation des installations électriques », explique la région. Rappelant que le confinement a également retardé le chantier de rénovation du lycée débuté en 2018 et s'élevant à 46 millions d'euros. Elle précise par ailleurs qu'une commission de sécurité a autorisé l'ouverture des locaux en août.

De son côté, le rectorat de Créteil, peu enclin à la critique, précise que l'équipe pédagogique « met tout en œuvre pour que les élèves puissent bénéficier des cours nécessaires à leur apprentissage par la priorité mise sur les cours théoriques, un soutien par la création d'un blog dédié et la mise en place d'aides aux devoirs en fin de journée scolaire ». Et se veut rassurant : les « cours en atelier sont dispensés durant trois ans pour les lycéens de la voie professionnelle, et deux ans pour les étudiants de BTS. Cette réorganisation temporaire n'est donc pas bloquante pour la réussite de leurs examens. »

Article du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 25 Août 2020

Alors que le port du masque sera obligatoire pour tous les élèves de plus de 11 ans à compter de la rentrée, mardi 1er septembre, plusieurs collectivités ont décidé de mettre la main à la poche pour équiper les élèves.

La semaine dernière, le ministère de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait suscité l'ire de nombreux élus et de la communauté éducative en déclarant que le masque était une fourniture comme les autres, et qu'il ne serait à ce titre pas distribué gratuitement aux enfants et adolescents.

Plusieurs élus locaux ont donc annoncé qu'ils allaient en offrir aux élèves pour « pallier les manquements de l'Etat », comme le souligne Stéphane Troussel, le président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, dans un communiqué ce mardi.

4 masques lavables par collégien, 2 par lycéen

Des masques gratuits pour tous les collégiens et les lycéens à la rentrée à Aulnay-sous-Bois

Le département, en charge de la gestion des collèges, offrira quatre masques lavables à chacun de ses 88 000 collégiens. Un coup de pouce estimé à 500 000 € pour la collectivité, qui en avait déjà distribué lors de la réouverture de ses établissements en juin.

« La décision de rendre le port du masque obligatoire dans les établissements est une question de santé publique certes, mais elle ne peut pas se faire en alourdissant le coût de la rentrée scolaire pour les familles », estime Stéphane Troussel.

De son côté, Valérie Pécresse, la présidente (Libres !) de la région Ile-de-France - en charge de la gestion des lycées - a également annoncé lors de sa conférence de presse de rentrée ce mardi matin la distribution de deux masques lavables à tous les lycéens. « Nous renouvellerons ces masques aussi souvent que possible », a-t-elle également certifié, déplorant elle aussi de devoir se « substituer à l'Education nationale » sur cette question.

« Il aurait fallu mettre en place un système de distribution de masques chirurgicaux »

« Il faut au moins quatre masques lavables pour que leur utilisation soit efficace », juge Anne Pieter, coprésidente de la fédération de parents d'élèves FCPE 93, pour qui ce système de don est loin d'être optimal. Elle poursuit : « Il aurait fallu que la puissance publique - que ce soit l'Education nationale, les collectivités ou même le ministère de la Santé - se saisisse réellement du problème, surtout en Seine-Saint-Denis où l'épidémie a fait de nombreuses victimes. Les collégiens et les lycéens ne sont pas des adultes. On ne peut pas leur demander de penser à changer de masque toutes les quatre heures. Il aurait fallu mettre en place un système de distribution de masques chirurgicaux, qui sont par ailleurs bien plus efficaces, deux fois par jour le matin et après le déjeuner. On aurait par exemple pu imaginer qu'ils le jettent dans une poubelle dédiée avant de manger et en récupère un autre après le repas », souligne la représentante.

« En dessous de trois masques par jour, ce n'est pas vraiment efficace, car les élèves restent souvent plus de huit heures dans leur établissement », rappelle également Mathieu Logothetis, cosecrétaire du syndicat d'enseignants Snes-FSU à l'académie de Créteil. S'il félicite le geste des collectivités, le représentant syndical regrette lui aussi que le ministère de l'Education nationale n'ait pas pris en charge ce dossier.

Les villes qui gèrent les écoles élémentaires mettront-elles elles aussi la main au portefeuille ? En rendant le port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, ce dernier devrait également apparaître dès la rentrée dans les classes de CM2 comptant des redoublants ou en cours d'année pour les élèves qui fêteront leur anniversaire entre janvier et juin. « Pour l'instant, rien n'est décidé, précise ainsi la commune de Montreuil (PCF), deuxième ville de Seine-Saint-Denis, annonçant « des décisions ce jeudi. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 24 Août 2020

[VACANCES APPRENANTES] Pour les enfants du CP au CM2, la Ville d'Aulnay-sous-Bois a mis en place des temps d’accompagnement scolaire dans les centres de loisirs organisés chaque matin début juillet et fin août.

Grâce à un partenariat entre la Ville et le Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, les enfants bénéficient de cours et de loisirs pendant 4 semaines pour 1 € par jour et par enfant.

3 200 enfants participent aux vacances apprenantes à Aulnay-sous-Bois

Un effort de plus de 330 000 € pour la Ville, permettant aux enfants de profiter de cours et de remises à niveau dispensés par des enseignants de secteur mis à disposition par l’Education Nationale et par des personnels qualifiés. L’après-midi, des activités ludiques sont proposées pour compléter la journée. Depuis le début de l'été, plus de 400 intervenants sont mobilisés sur ce dispositif.

Pour les collégiens et lycéens, de la 6ème à la terminale, la Ville a également programmé pendant l'été des séances de révision dans les structures jeunesse. Avec toujours comme objectif d’aborder cette rentrée scolaire dans les meilleures conditions !

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 15 Juin 2020

Jusqu'au 26 juin

L'inscription à l'accueil de loisirs pour juillet et août est ouverte !

Depuis le 8 juin, les parents peuvent inscrire leur enfants aux accueils de loisirs d'été.

L'inscription se fait sur le portail famille de la villeen mairies annexes, au centre administratif ou directement auprès des accueils de loisirs.

Source information et image : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 10 Juin 2020

[ÉCOLES] 🍽 Le Maire Bruno Beschizza annonce la gratuité des repas froids servis aux élèves dans les cantines scolaires du 14 mai au 12 juin. Grâce aux récentes annonces sanitaires, le service de restauration municipale servira de nouveau des repas chauds aux élèves à compter du 15 juin, dans le respect du protocole sanitaire en vigueur. 👍

Gratuité des repas froids servis aux élèves dans les écoles à Aulnay-sous-Bois
Gratuité des repas froids servis aux élèves dans les écoles à Aulnay-sous-Bois

Source information et images : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Education

Publié le 9 Juin 2020

[ÉCOLES] 📚 À partir du 15 juin 2020, la Ville d’Aulnay-sous-Bois ouvre 20 écoles supplémentaires en accord avec l’Éducation Nationale.

🍽 Dès lundi, des repas chauds pourront également être de nouveau servis dans les cantines, conformément aux nouvelles annonces sanitaires.

Ouverture de 20 écoles supplémentaires et retour des repas chauds à Aulnay-sous-Bois
Ouverture de 20 écoles supplémentaires et retour des repas chauds à Aulnay-sous-Bois
Ouverture de 20 écoles supplémentaires et retour des repas chauds à Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 8 Juin 2020

Parmi les élèves décrocheurs, ceux qui ont disparu des radars pendant le confinement, faudrait-il favoriser le retour des garçons au collège, plutôt que celui des filles ? L'hypothèse a fait bondir, la semaine dernière, les enseignants du collège Victor-Hugo, à Aulnay-sous-Bois, en pleins préparatifs de la rentrée post-confinement.

 
Priorité aux garçons plutôt qu’aux filles pour le retour des élèves au collège Victor Hugo à Aulnay-sous-Bois ?

Dans une lettre adressée au Recteur de l'Académie de Créteil, certains d'entre eux ont exprimé leur stupeur, suite aux propos tenus par le principal de cet établissement situé dans le quartier sensible de la Rose-des-Vents.

Ce dernier, relatent-ils, précisait les conditions de retour des élèves de 4e et 3 e (une mesure spécifique à l'Académie de Seine-Saint-Denis) : « Il nous est demandé d'accueillir en priorité les garçons décrocheurs de 3e, puis les garçons décrocheurs de 4 e, ensuite les filles décrocheuses de 3 e et enfin les filles décrocheuses de 4 e. » Les enseignants rapportent ensuite cet exemple, cité par le principal : « Mettons qu'une fois les élèves de 6e et de 5e accueillis, il nous reste une capacité de 60 élèves; si nous avons une liste de 65 garçons décrocheurs et 10 filles décrocheuses, il m'est demandé d'accueillir prioritairement les garçons. Nous accueillerons donc 60 garçons. »

Refusant catégoriquement une « directive sexiste », les enseignants ont prévenu : ils ne participeront pas à la constitution de groupes d'élèves décrocheurs dans ces conditions.

«J'ai du mal à croire à une maladresse»

Ils n'auront pas à le faire, répond ce dimanche soir la Direction académique de Seine-Saint-Denis. « Nous avons été alertés en fin de semaine dernière et le problème est réglé depuis vendredi soir. C'est une maladresse du chef d'établissement. Il n'y a aucune consigne en ce sens. On ne triera pas les élèves selon qu'il s'agit de filles ou de garçons. »

« J'ai du mal à croire à une maladresse », réagit ce dimanche soir un enseignant du collège concerné, qui guettera donc de nouvelles consignes ce lundi. « Dans ce cas, je vais pouvoir lister les élèves que je veux faire revenir. Il se trouve que dans ma classe il s'agit… de décrocheuses. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo : http://hugo-aulnaysousbois.webcollege.fr/page-d-exemple/presentation-du-college/photos/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 2 Juin 2020

Le journal Le Parisien consacre un article à la réouverture des écoles dans les villes de Seine-Saint-Denis suite à la phase 2 du déconfinement initiée depuis le 2 juin 2020. Chaque commune s’organise du mieux possible sans qu’aucune stratégie unique n'ait été mise en place à l’échelle du département.

Les écoles à Aulnay-sous-Bois sont en capacité d’accueillir tous les élèves

Localement, sur les réseaux sociaux ou autres blogs, des personnes figurant sur les listes d’opposition Aulnay plus fière, plus forte ou Aulnay En Commun ont tenté d’attaquer le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza sur cette thématique. Elle est pourtant gérée sans heurt au sein de la ville puisque la capacité d’accueil est actuellement de 1 832 élèves et seuls 450 sont revenus.

Décidément, certains opposants ne semblent pas encore avoir digéré le résultat des élections municipales de mars 2020 et affichent aigreur et amertume sur la toile, à défaut d’aider concrètement sur le terrain.  

« Du côté d'Aulnay, la ville explique n'avoir pas rouvert tous ses établissements, « car le nombre d'enfants présents ne le justifiait pas ». La commune, dirigée par Bruno Beschizza (LR), certifie que « tous les élèves dont les parents souhaitent un retour à l'école sont assurés de pouvoir être accueillis. ». Alors qu'elle s'était mise en capacité de recevoir 1 832 écoliers, seuls 450 sont revenus. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Robert Ferrand

Source information : journal Le Parisien / Source photo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Education

Publié le 29 Mai 2020

Que va changer le début de la phase 2 du déconfinement pour les quelque 348 000 élèves de Seine-Saint-Denis? Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce jeudi une série de nouvelles mesures qui entreront en vigueur mardi 2 juin.

Les établissements du département — désormais classé en orange sur la carte du déconfinement — devront continuer à s'adapter face au Covid-19.

Déconfinement scolaire : ce qui change le 2 juin 2020 pour les élèves à Aulnay-sous-Bois et dans le 93

Réouverture totale des écoles

Alors que le ministre avait indiqué, début mai, que les décisions de réouverture des écoles resteraient entre les mains des maires, le patron de la rue Grenelle a changé de ton. « Toutes les écoles devront ouvrir, les familles qui le souhaitent doivent pouvoir scolariser leurs enfants au moins une partie de la semaine », a-t-il insisté.

D'après la carte publiée lors de la conférence de presse, seuls 8 % des écoliers de Seine-Saint-Denis sont retournés en classe depuis le 11 mai. Cette annonce va donc contraindre plusieurs communes qui n'avaient pas encore rouvert leurs établissements — notamment Aubervilliers qui avait annoncé leur fermeture jusqu'en septembre — à revoir leur copie.

Contacté ce jeudi soir, l'entourage de la maire (PCF) d'Aubervilliers indiquait seulement que « les élus et les services » allaient « se réunir pour en parler ». « La réouverture généralisée des écoles est une bonne chose, juge Anne Pieter, coprésidente de l'association de parents d'élèves FCPE 93. Même si ça va être compliqué à organiser sur le terrain. Il commence déjà à y avoir des embouteillages dans l'accueil des enfants. »

Au collège, les élèves de 6e et 5e invités à reprendre les cours

Restés jusqu'alors fermés, les collèges vont pouvoir rouvrir leurs portes. Le conseil départemental — qui en assure la gestion — s'y était déjà préparé depuis le 18 mai. La rentrée devrait donc pouvoir s'y dérouler la semaine prochaine, sûrement décalée à jeudi pour permettre aux équipes pédagogiques de réaliser leur prérentrée.

Mais en zone orange, seuls les 6e et 5e reprendront les cours. Une décision que regrette Radouane M'Hamdi, secrétaire départemental du syndicat de chefs d'établissements SNDPEN 93. « Tous les élèves méritent de reprendre. D'ailleurs, ce sont plutôt les 4e et 3e qu'on aurait aimé voir revenir en priorité, car les taux de décrochage sont plus importants à ces niveaux. »

Cette réouverture questionne tout de même Grégory Thuizat, cosecrétaire départemental du Snes-FSU 93. « Le 11 mai, on nous indiquait que seuls les collèges en zone verte pourraient rouvrir. Aujourd'hui, on nous sort une nouvelle couleur sur la carte du déconfinement… On a l'impression que le gouvernement veut ouvrir coûte que coûte et privilégie les plus jeunes élèves pour qu'ils ne soient plus gardés par leurs parents. »

Les lycées professionnels ouverts, les autres fermés

Contrairement aux départements des zones vertes, seuls les établissements professionnels accueilleront de nouveau leurs élèves en classe de terminale et de CAP « pour assurer les certifications », a indiqué Jean-Michel Blanquer.

Tout comme les lycées technologiques et généralistes, ils recevront tout de même l'ensemble des lycéens pour des entretiens individuels portant sur les choix d'orientation et le suivi de leur inscription sur la plateforme de l'enseignement supérieur Parcoursup.

« Au niveau des lycées, la priorité aux établissements professionnels fait sens, estime Anne Pieter. Ce n'aurait pas été logique de rouvrir les lycées généralistes alors qu'ils ferment habituellement début juin », estime Radouane M'Hamdi.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 26 Mai 2020

[EN VIDÉO]  Suite au déconfinement progressif, la Ville d'Aulnay-sous-Bois a mis en place des mesures sanitaires pour la réouverture des crèches afin de lutter contre la propagation du Coronavirus. Découvrez en images les modalités d’accueil des enfants. 👶

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 26 Mai 2020

Les enfants aussi ont entendu parler des tests pour le Covid19 mais comment cela se passe-t-il ? On en parle dans franceinfo junior avec Alain Le Meur, président de l’Association pour le progrès de la biologie médicale. Au micro, des élèves de l'école Ambourget à Aulnay-sous-Bois posent toutes leurs questions sur les dépistages.

Des élèves de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois s’interrogent sur le Covid-19

Dihya pose la première question : "Je me demande pourquoi ils font tous ces tests ?" Alain Le Meur lui explique : "Pour diagnostiquer la maladie chez une personne pour pouvoir la traiter si elle a une maladie grave pour qu'elle puisse aller à l'hôpital et aussi pour pouvoir l'isoler pour casser la chaîne de transmission, pour que le virus ne puisse pas sauter d'une personne à une autre par la toux" et ainsi protéger les personnes fragiles notamment.

Le spécialiste précise qu'il existe deux types de tests : l'un pour chercher la présence du virus et les autres, dit sérologiques "qui permettent de détecter les anticorps pour savoir si on a été en contact avec le virus ou non" qui se fait par analyse de sang. Est-ce que les chercheurs regardent avec des jumelles ? Est-ce qu'on peut en faire dans toutes les villes ? Sur cette page, réécouter en entier les questions des enfants sur les tests du Covid19 et les réponses d'un spécialiste.

Article complet de https://www.francetvinfo.fr à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.francetvinfo.fr / Source photo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 24 Mai 2020

Maîtrise de la langue, saynètes et cyber-sécurité, c’est la recette gagnante des élèves de CM2 de l’école spécialisée de Nonneville 2 à Aulnay-sous-Bois.

Les élèves de CM2 de l’école Nonneville 2 à Aulnay-sous-Bois brillent par leur niveau d’allemand !

Découvrez leur vidéo, premier prix « Deutsch für Schulen » (Allemand pour les écoles) au concours « Ma classe a du talent » en cliquant : ici

Source information et photo : https://maclasseadutalent.fr

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 19 Mai 2020

PRÉVENTION]  Hier matin, la municipalité a distribué des masques réutilisables aux parents des enfants présents dans les écoles. 👶👧🎒👍

👉 Le protocole de l’Education nationale ne recommande pas le port du masque à l’école élémentaire et l’interdit en maternelle. Néanmoins, conformément aux recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique, le masque « peut être proposé à ceux qui sont en âge de l’accepter et d’en respecter les règles d’utilisation ».

Distribution de masques aux parents des enfants présents dans les écoles à Aulnay-sous-Bois

C’est pourquoi la Ville d’Aulnay-sous-Bois a fait le choix de fournir un masque adapté pour les enfants qui fréquentent les écoles. Ces masques peuvent être utiles pour les familles amenées à emprunter les transports en commun, à rendre visite à des proches ou pour faire des courses dans les commerces de proximité ou les grandes surfaces.

Source information et photos : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Distribution de masques aux parents des enfants présents dans les écoles à Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 13 Mai 2020

Vous trouverez ci-dessous une lettre du maire Bruno Beschizza à l’attention des parents d’élèves suite à l’annonce de la réouverture des écoles demain. Il est à noter que le directeur académique et le préfet de la Seine-Saint-Denis ont validé par courrier l’organisation mise en place par la ville stipulant qu’elle respecte le protocole sanitaire national.

 

Réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois : lettre du maire Bruno Beschizza aux parents
Réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois : lettre du maire Bruno Beschizza aux parents

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 13 Mai 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’une vidéo du compte YouTube de la commune. Elle aborde, de façon simple et ludique, les mesures sanitaires mises en place pour la réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois.

Pour rappel vous trouverez la liste des crèches et écoles qui ouvrent demain jeudi 14 mai 2020 en cliquant : ici

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 7 Mai 2020

DÉCONFINEMENT]  Informations concernant la réouverture des crèches et des écoles

👉 La Ville d'Aulnay-sous-Bois organise la réouverture de plusieurs crèches et écoles à l’issue du confinement. Découvrez les modalités d’accueil des enfants.

Liste des crèches et écoles ouvertes à partir du 14 mai 2020 à Aulnay-sous-Bois

 CRÈCHES

À compter du jeudi 14 mai, les enfants dont les 2 parents travaillent seront accueillis dans le respect des règles sanitaires en vigueur. Les enfants seront accueillis en 3 sections de 10 enfants maximum par crèche.

5 crèches seront ouvertes :

• Multi-accueil collectif Grande Nef
3 rue Isidore Nérat
Téléphone : 01 48 79 40 01

• Multi-accueil collectif du 11 Novembre
Rue du Commandant Brasseur
Téléphone : 01 48 79 63 26

• Multi-accueil collectif Henri Thibault
12/14 rue Joseph Berger
Téléphone : 01 48 68 20 58

• Multi-accueil collectif Rose des Vents
Allée Duguay Trouin
Téléphone : 01 58 03 92 84

• Multi-accueil collectif Gui Chauvin
16 rue du Docteur Fleming
Téléphone : 01 48 79 40 67

L’accueil des enfants se fera de 7h30 à 18h30 maximum.


 ÉCOLES

À compter du jeudi 14 mai, des regroupements de plusieurs groupes scolaires seront mis en place afin d’accueillir les enfants dans le respect du protocole sanitaire défini par l’Education Nationale. 177 classes, dont 83 maternelles et 94 élémentaires, seront ouvertes.

Dans l’attente de la certification sanitaire du Préfet, et de l’accord de l’IA-DASEN.

Liste des regroupements mis en place :

Groupe scolaire NONNEVILLE pour les écoles :
• Nonneville
• Vercingétorix

Groupe scolaire REPUBLIQUE / LE PARC pour les écoles :
• République
• Le Parc

Groupe scolaire PRÉVOYANTS / EMILE ZOLA
• Prévoyants
• Pont de L’Union
• Courbet
• Emile Zola

Groupe scolaire BOURG
• Bourg
• Anatole France
• Paul Bert
• Louis Solbés

Groupe scolaire FONTAINE DES PRES
• Fontaines des Prés
• Croix Rouge
• Merisiers

Groupe scolaire AMBOURGET
• Ambourget
• Savigny
• Ormeteau

Groupe scolaire ANDRE MALRAUX
• André Malraux
• Charles Perrault
• Louis Aragon

Groupe scolaire JULES FERRY
• Jules Ferry
• Perrières
• Petits Ormes
• Croix Saint Marc
• Paul Eluard

Les rythmes scolaires et horaires des cours mis en place par l’Education Nationale ne seront connus que le 11 ou le 12 mai.

Restauration municipale, activités périscolaires et centres de loisirs :
Les enfants pourront déjeuner sur place dans les réfectoires. Des repas froids leur seront servis. Les conditions de distanciation sociale seront respectées.

Dès le jeudi 14 mai, la garderie du matin sera mise en place à partir de 7h30. Le soir, l’étude sera mise en place jusqu’à 19h15 à compter du lundi 18 mai.

Dès le mercredi 20 mai, les centres de loisirs accueilleront les enfants le mercredi dans les 8 groupes scolaires dans les habituelles et dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 5 Mai 2020

Vous trouverez ci-dessous une lettre ouverte des représentants des parents d’élèves adressée au maire Bruno Beschizza. Elle a pour objet la réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois suite à l’annonce par le Premier ministre Edouard Philippe de la phase de déconfinement programmée à partir du lundi 11 mai 2020.

Lettre au maire des représentants des parents d’élèves sur la réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois
Lettre au maire des représentants des parents d’élèves sur la réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois
Lettre au maire des représentants des parents d’élèves sur la réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois
Lettre au maire des représentants des parents d’élèves sur la réouverture des écoles à Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 4 Mai 2020

Alors que de nombreux maires du département ne souhaitent pas rouvrir les écoles maternelles et primaires lundi 11 mai, un sondage réalisé par la FCPE 93 montre que la mesure inquiète aussi une majorité de familles. L'association de parents d'élèves a réalisé une consultation en ligne entre le 28 et le 30 avril pour savoir si les parents de Seine-Saint-Denis comptaient remettre leurs enfants à l'école après le déconfinement. Le résultat est sans appel : 74,5 % y sont défavorables. Au total, 2 500 personnes ont répondu au questionnaire qui était ouvert à tous.

Près de 75% des parents en Seine-Saint-Denis s’opposent à un retour en classe

Crainte pour la santé des enfants

Parmi les raisons qui inquiètent les parents sont citées les conséquences pour la santé de l'enfant à 34 %, celle des membres de la famille à 31 % et le manque de mesures sanitaires à 25 %. A contrario, les familles favorables souhaitent remettre leurs enfants en classe pour qu'il puisse reprendre leur scolarité. « Je n'ai pas le niveau pour leur faire l'école à la maison, ils commencent à tout perdre », ajoute ainsi l'une d'elles en commentaire. « Ils ont besoin de vie sociale et le confinement leur pèse », complète une autre. Mais pour 32 % des personnes favorables, le choix du retour en classe est « une obligation liée à leur travail ».

Article complet journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education