Articles avec #en route vers 2020 ! tag

Publié le 16 Mars 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un article du journal Le Parisien qui revient sur la réélection de Bruno Beschizza. En raflant presque 60% des voix, le maire a mis ses adversaires loin derrière, la gauche est à moins de 19%, LREM à moins de 15%.

Municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois : Bruno Beschizza réélu dans un fauteuil selon Le Parisien

Il n'est pas encore 22 heures, dimanche soir, que les services de la ville installent pupitre, micro et projeteurs bleu, blanc, rouge sur le parvis de la mairie d'Aulnay-sous-Bois. Bruno Beschizza ne le dit qu'à demi-mot, car les résultats sont encore non consolidés, mais il vient de remporter les élections municipales au premier tour, avec 59,33% des voix. Devant la liste de gauche Aulnay en commun (18,33%) et LREM (14,87%). Derrière, loin dernière, arrivent la liste citoyenne d'Hadama Traoré, militant associatif, Lutte-Ouvrière et le POID. Ils ont tous été brassés par la vague Beschizza, l'ancien flic Sarkozyste.

Durant la soirée, au fil des bureaux de vote dépouillés, le coronavirus semble un lointain souvenir : les élus s'étreignent, les agents qui ont fait la campagne pour le maire se serrent la main, disent que ce soir, «ils sont immunisés contre tout». Émue, Séverine Maroun, la première adjointe, fidèle bras-droit de l'édile, prend son mari dans ses bras. «Merci », lui glisse-t-elle à l'oreille, les yeux rougis. Un mot pour résumer une campagne dure où, sur la fin, presque tous les coups furent permis.

« J'ai dit aux gens les yeux dans les yeux qui j'étais »

Exemple : le matin, un colistier d'Aulnay en commun a déposé une plainte, après, dit-il, avoir été agressé par des agents municipaux pro-Beschizza - le chauffeur du maire en premier chef. La semaine précédente, les camps se sont échangés des tracts anonymes sur la vie privée des uns, l'orientation sexuelle des autres, certains allant même jusqu'à se filmer devant le domicile d'un candidat à Paris, dénonçant un «faux habitant ».

Ce dimanche, après deux heures de dépouillement, la messe est dite. Beschizza souffle... en aparté. «J'ai fait 80 réunions d'appartement, je n'ai appelé aucun chapeau à plumes du parti à la rescousse, j'ai dit aux gens les yeux dans les yeux qui j'étais, ce que je voulais pour la ville », analyse le maire-sortant, qui a fait de «l'attractivité » et du «changement d'image » de la ville un thème phare de sa campagne.

«Beschizza il est de droite mais même des cocos votent pour lui»

En face, on accuse le coup. «Avec l'épidémie, ceux qui hésitaient à venir voter, ceux qui ne sont pas des militants purs et durs et qui auraient pu donner des voix à d'autres candidats que Beschizza sont restés chez eux », estime un sympathisant LREM. Pour beaucoup, l'abstention, qui a flirté avec les 65% dans le département, a joué. «On a vu qui est venu voter : les associations, les clubs sportifs, ceux qui doivent quelque chose à la ville », résume Evelyne Demonceaux, colistière de la liste de gauche.

Mais pour un pro-Beschizza croisé devant le centre-administratif, le bureau centralisateur d'un soir, cette victoire signe le début d'un long règne. «Beschizza il est de droite mais même des cocos votent pour lui : la gauche n'a fait que 18% alors qu'il y a plus de sympathisants de gauche que ça ici. Il a pas d'étiquette politique », analyse l'homme. De quoi plaire au maire réélu, qui s'est souvenu, ce soir-là, que le dernier édile à être passé au premier tour était Robert Ballanger, un... communiste.

Source article et photo : journal Le Parisien / Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 16 Mars 2020

Malgré la crise du Coronavirus qui donnait au scrutin une tonalité particulière, Bruno Beschizza a largement remporté les élections municipales de 2020 à Aulnay-sous-Bois en récoltant dès le premier tour près de 60% des voix.

Au milieu d’une foule en liesse sur le perron de l’hôtel de ville le maire a eu le triomphe humble invitant tout de même chacune et chacun à savourer le moment présent.

Les résultats provisoires sont les suivants :

Vivre Aulnay avec Bruno Beschizza : 8 384 voix soit 59,33 % et 44 sièges

Aulnay en commun conduite par Fleury Drieu : 2 590 voix soit 18,33 % et 5 sièges

Aulnay plus fière, plus forte conduite par Benjamin Giami : 2 101 voix soit 14,87 % et 4 sièges

Démocratie représentative-citoyenne intergénérationnelle conduite par Raoul Mercier : 552 voix soit 3,90 % et 0 siège

Lutte Ouvrière conduite par Bruno Beaufils : 302 voix soit 2,13 % et 0 siège

Aulnay 100 % service public conduite par Sylvie Guy : 200 voix soit 1,41 % et 0 siège

Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 15 Mars 2020

Pour rappel les élections municipales du dimanche 15 mars 2020 sont maintenues à Aulnay-sous-Bois. Les bureaux de vote ouvriront de 8h à 20h. Vous trouverez ci-dessous le mode d’emploi du scrutin qui s’annonce assez particulier suite à l’épidémie de Coronavirus.

Elections municipales du dimanche 15 mars 2020 à Aulnay-sous-Bois : mode d’emploi !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 13 Mars 2020

Vous trouverez ci-dessous un document d’information « notre équipe pour Aulnay avec Bruno Beschizza ».

Municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois : l’équipe Vivre Aulnay avec Bruno Beschizza

Nos lectrices et lecteurs peuvent en prendre connaissance en cliquant sur le fichier pdf ci-dessous :

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 13 Mars 2020

On ne présente plus Moktar Farhat, moteur incontestable et incontesté de notre commune. En 2014, il avait mené avec brio la liste Aulnay vers le haut lors des élections municipales obtenant un peu plus de 5% des voix au premier tour.

Moktar Farhat fait confiance au maire Bruno Beschizza pour le développement économique d’Aulnay-sous-Bois

Absent de la course en 2020, Moktar Farhat a néanmoins effectué son analyse du scrutin à venir. Sensible depuis toujours aux thèmes de la formation, de l’insertion et de l’emploi, il a livré sa conclusion expliquant faire confiance au maire Bruno Beschizza pour poursuivre le développement économique d’Aulnay-sous-Bois.

Moktar Farhat fait confiance au maire Bruno Beschizza pour le développement économique d’Aulnay-sous-Bois

Source photos : compte Facebook de Moktar Farhat

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 13 Mars 2020

Dimanche 15 mars de 8h à 20h chacune et chacun d’entre nous aura le choix de se rendre dans l’isoloir pour déposer son bulletin de vote dans l’urne au cours des élections municipales à Aulnay-sous-Bois.

Pourquoi je ne voterai jamais pour la liste Aulnay en commun

Personnellement je ne voterai jamais pour la liste Aulnay en commun

D’abord, parce que c’est une supercherie. Cette liste explique qu’elle s’est construite à partir d’une démarche participative et citoyenne. Or, elle demeure en réalité sous l’influence omniprésente des partis politiques de gauche : Parti Socialiste, Parti Communiste, Parti Radical de Gauche et Europe Ecologie Les Verts. La France Insoumise (LFI) a été la première à dénoncer cette imposture en quittant le navire bien avant le premier tour de l’élection. Aulnay en commun c’est donc en réalité une tentative grossière de recyclage de l’équipe conduite par Gérard Ségura entre 2008 et 2014. En parlant de recycler justement, le futur maire programmé de cette liste (quelle humilité de s’autoproclamer déjà futur maire !), n’est autre que l’écologiste Alain Amédro, ancien adjoint de monsieur Ségura. Un écologiste qui recycle ses déchets ménagers cela a du sens, mais pour incarner du renouveau en politique on a vu mieux !

Ensuite, parce que personne à Aulnay-sous-Bois n’a envie de revivre le traumatisme des années Ségura, marquées par le chaos. Financier, avec 70 millions d’euros de dette générés en seulement six ans, du jamais vu,  précipitant la ville au bord de la ruine. Humain, avec une gestion du personnel brutale et calamiteuse. Un laisser-aller total sur les questions de sécurité. Sans oublier l’arrogance et le mépris vis-à-vis des habitants de la commune, maltraités lors des conseils de quartier notamment sur les questions d’urbanisme et de cadre de vie (Rues des Saules, du Sausset, cité Arc en Ciel, rue Fernand-Herbaut / Impasse des Marronniers, rue Ricquet-Doudeauville, Clairière de Balagny etc…) alors que des promesses avaient été faites en 2008 pour garantir la démocratie participative et préserver la zone UG pavillonnaire.

Ainsi, voter Aulnay en commun aux élections municipales de 2020 c’est  prendre le risque de s’exposer à la double peine ! A savoir, revivre  encore une fois la période 2008 - 2014 !

Dans ces conditions la liste Aulnay en commun n’aura jamais ma voix !  

Source : contribution externe / Source photo : journal Le Parisien 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 13 Mars 2020

Dimanche 15 mars de 8h à 20h chacune et chacun d’entre nous aura le choix de se rendre dans l’isoloir pour déposer son bulletin de vote dans l’urne au cours des élections municipales à Aulnay-sous-Bois.

Personnellement je ne voterai jamais pour la liste Aulnay plus fière, plus forte de Benjamin Giami et Emmanuel Macron.

D’abord, parce que je déteste les nomades en politique. A savoir celles et ceux qui changent d’étiquettes au gré du vent non pas pour incarner des idées mais pour être élus. De ce point de vue, Benjamin Giami s’inscrit dans la droite ligne de son compère LREM opportuniste Billel Ouadah, victime d’un naufrage mérité lors des élections législatives de juin 2017.

Ensuite, parce que le programme de Benjamin Giami est totalement fantaisiste et ne tient pas la route notamment sur le plan financier. Il multiplie les promesses, explique qu’il va refaire la ville de fond en comble donc dépenser sans compter et ceci sans augmenter les impôts ! C’est évidemment complètement impossible. S’il veut réaliser les économies drastiques qu’il annonce, il devra taxer plus, s’attaquer au personnel municipal et donc casser les services publics. Ou alors il fera comme Emmanuel Macron, il laissera filer la dette.

Enfin, et c’est sans doute l’un des repoussoirs les plus fondamentaux à mon sens, monsieur Giami a choisi des alliés de circonstance sur sa liste. Des personnes qu’il a combattues de toutes ses forces entre 2008 et 2014 sous la mandature de Gérard Ségura et contre lesquelles il n’avait pas de mots assez durs à l’époque. A propos de l’ancien maire justement, Benjamin Giami lui rend un vibrant hommage dans son livre alors qu’il fut son pire ennemi pendant six ans. C’est de la pure hypocrisie.

Dans ces conditions Benjamin Giami n’aura jamais ma voix.  

Source : contribution externe

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 13 Mars 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un tract de la liste LREM dissidente Ensemble, marchons pour Aulnay-sous-Bois qui n’a pas pu se présenter faute de candidates suffisantes pour respecter la parité.

Dans cette communication elle met en avant l’expérience du maire Bruno Beschizza, gage de stabilité, et appelle à voter pour lui afin de continuer à faire avancer la ville.

 

Ensemble, marchons pour Aulnay-sous-Bois mise sur la stabilité et l’expérience du maire Bruno Beschizza

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 12 Mars 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous du projet « Vivre Aulnay - Notre Projet 2020 – 2026 autour de Bruno Beschizza ».

Municipales de 2020 à Aulnay-sous-Bois : le projet Vivre Aulnay autour de Bruno Beschizza

Nos lectrices et lecteurs peuvent y accéder en cliquant sur le fichier pdf ci-dessous : 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 12 Mars 2020

Tous les bureaux de vote sont ouverts de 8h à 20h

 Conformément aux consignes du Ministère de la Santé et de l’ARS concernant le Coronavirus - Covid 19 des mesures de sécurité ont été prises pour assurer l’hygiène dans les bureaux de vote.

  • Du gel hydroalcoolique est mis à disposition,
  • Le rappel des gestes préventifs et les recommandations ministérielles sont affichés,
  • Les équipes de nettoyage passeront avant et après ouverture.

Source information et image : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 9 Mars 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un document d’information de l’Association des Amis de la Majorité Municipale (A2M) « Démasquons les menteurs : le vrai-faux de la campagne » dénonçant la distribution dans les boites aux lettres de coupures de presse tronquées et de tracts anonymes visant à salir le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza.

Il est évident que ce genre de pratique doit être condamné avec la plus grande fermeté, la campagne des municipales devant se dérouler dans un climat apaisé, projet contre projet…

A2M réagit après la distribution de tracts anonymes salissant le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza
A2M réagit après la distribution de tracts anonymes salissant le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 6 Mars 2020

Dans le tract récent intitulé « Les propositions d’Aulnay en commun liste participative » la partie gestion budgétaire est présentée de manière particulièrement vicieuse et mensongère.

Aulnay en commun : la faillite financière en commun ?

A la lecture on pourrait en effet penser que les 135 millions d’euros de dette actuels de la ville proviennent exclusivement du mandat du maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza. C’est évidemment totalement faux !

En réalité, les 135 millions d’euros de l’encours de dette peuvent se diviser en trois temps. Du premier maire de la ville, François Chartier en 1790, jusqu’à Gérard Gaudron en 2008, la dette cumulée de la commune a atteint 36 millions d’euros. Avec la gauche réunie (Parti Socialiste, Parti Communiste, Parti Radical de Gauche, Europe Ecologie Les Verts) autour de Gérard Ségura, la dette a progressé de 70 millions d’euros supplémentaires entre 2008 et 2014 ! Elle a alors explosé en seulement 6 ans pour atteindre 106 millions d’euros !

Pendant le mandat de Bruno Beschizza, la dette s’est accrue de 29 millions d’euros supplémentaires pour atteindre en 2018 les 135 millions d’euros cités par le tract. Il est cependant utile de rappeler que le maire d’Aulnay-sous-Bois a souffert d’un contexte particulièrement défavorable entre 2014 et 2018 puisque l’Etat, sous la présidence de François Hollande puis d’Emmanuel Macron, a retiré 26 millions d'euros de recettes à la commune. Sans cela, l’encours de dette de la ville n’aurait progressé que de 3 millions d’euros ! Souvenons-nous aussi que monsieur Beschizza n'a également pas augmenté les impôts locaux pour compenser la baisse des dotations de l'Etat. Il a ainsi fait le choix de ne pas pénaliser fiscalement les Aulnaysiennes et les Aulnaysiens. 

Alors ne soyons pas dupes ! La liste Aulnay en commun qui rassemble le Parti Socialiste, le Parti Communiste, le Parti Radical de Gauche, Europe Ecologie Les Verts, avec quasiment le même casting qu’en 2008, est responsable, avec 70 millions d’euros de dette générés en seulement 6 ans, de la pire gestion financière jamais observée dans cette ville. D’ailleurs, n’oublions pas qu’en cas de réélection, cette équipe avait prévu une augmentation des impôts de l’ordre de 20 à 30% pour boucher les trous dans la caisse !

Pire encore, il semblerait que la liste Aulnay en commun n’ait pas compris les principes de base des équilibres financiers d'une ville. D’un côté, elle pointe du doigt la dette, qu’elle a elle-même engendrée massivement entre 2008 et 2014, mais elle explique pourtant qu’il faudrait investir plus ! Mais comment investir plus alors que les recettes n’augmentent pas ?! En laissant exploser encore la dette, comme la gauche réunie l’a fait pendant six ans quand elle était au pouvoir, au point de précipiter la commune au bord de la ruine ?!

Ainsi, vous l’aurez compris, voter Aulnay en commun aux municipales de 2020 c’est comme voter Gérard Ségura en 2008 et donc exposer une nouvelle fois notre commune à la faillite financière…

Source : contribution externe / Source photo : tract Aulnay en commun récupéré sur le marché

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 5 Mars 2020

Jeudi dernier, Jean-Louis Karkides relayait sur son blog une brève relative à l’arnaque au colis retenu ! En politique, il existe une autre arnaque aussi très répandue : celle à la vraie fausse liste participative et citoyenne !

Aulnay en commun : attention à l’arnaque à la vraie fausse liste citoyenne !

Le principe est d’une simplicité enfantine : vous créez une liste en mettant en avant des citoyens non encartés en leur faisant miroiter une démarche inédite basée sur un équilibre bien réparti des pouvoirs et de la prise de décision, mais en réalité ce sont bien les partis qui en gardent le contrôle !

Malgré l’esbrouffe d’un tirage au sort comme mode de sélection d’un certain nombre de candidats, c’est bien la manœuvre en cours sur la liste Aulnay en commun qui demeure sous la coupe du Parti Socialiste, du Parti Communiste, du Parti Radical de Gauche et d’Europe Ecologie Les Verts. D’ailleurs, comme par hasard, c’est Alain Amédro qui est programmé pour être futur maire de cette liste, lui qui a déjà officié comme adjoint au maire à l’urbanisme de Gérard Ségura il y a 12 ans. Bonjour le renouveau citoyen !

La France Insoumise (LFI) a bien compris l’arnaque et a préféré quitter le navire avant qu’il ne coule ! Car, en effet, Aulnay-sous-Bois a déjà connu cette situation, où la gauche réunie avec quelques personnes de la société civile s’est adjugée une élection municipale. C’était en mars 2008. A cette époque, les promesses coulaient à flot : le temps du bonheur, le temps où les mairies décidaient seules est révolu !

On connait la suite. Une gestion catastrophique du personnel communal. Une ville précipitée au bord de la faillite financière avec 70 millions d’euros de dette générés en seulement 6 ans (!), alors que tous les maires d’Aulnay-sous-Bois successifs, depuis que cette fonction existe, de François Chartier en 1790 jusqu’à Gérard Gaudron en 2008, n’avaient cumulé que 36 millions d’euros de dette, tous réunis ! Des tentatives sans précédent de bétonnage dans la zone pavillonnaire (UG).  Des habitants meurtris par une gouvernance brutale à l’opposée des principes de la démocratie participative, pourtant tellement mise en avant par la gauche.

Alors ne soyons pas dupes. Le Parti Socialiste, le Parti Communiste, le Parti Radical de Gauche et Europe Ecologie Les Verts veulent refaire en 2020 le coup de mars 2008 sous l’apparente candeur d’une démarche citoyenne. Il ne suffit pas de changer l’emballage pour refourguer sans cesse le même produit. On a déjà testé entre 2008 et 2014 et personne n’a envie d’y regoûter !  

Ainsi, si vous cherchez une vraie liste citoyenne avec une majorité de candidats n’ayant jamais fait de politique et sans attache à un parti, regardez plutôt du côté de Démocratie représentative - citoyenne intergénérationnelle. D’ailleurs, lors du grand oral sur le vélo, qui réunissait la majorité des listes en course pour les municipales, Raoul Mercier n’a pas manqué de le rappeler ironiquement mais fermement à Alain Amédro en déclarant : « la vraie liste citoyenne c’est nous ! »

Source : contribution externe / Source photo : tract Aulnay en commun récupéré sur le marché

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 4 Mars 2020

Ce sont les partisans de Benjamin Giami (LREM) qui ont porté en premier cette polémique sur les réseaux sociaux locaux. Selon les supporters du candidat de La République En Marche, leur champion aurait été victime de tags et d’arrachages d’affiches sur les panneaux libres de la ville.

Sans porter d’accusations formelles, Leïla Abdellaoui, sa nouvelle amie politique (sourires gênés) avait même posté un « Aulnay respectueuse ? », slogan utilisé par Bruno Beschizza en 2014, laissant la porte ouverte à cette interprétation subliminale possible : les soutiens du maire abimeraient les affiches de monsieur Giami.

Aulnay-sous-Bois plus fière, plus forte mais moins respectueuse avec Benjamin Giami ?

Les deux photos que nous postons aujourd’hui semblent démontrer que les affiches du maire d’Aulnay-sous-Bois peuvent elles-aussi subir des dommages. Ce fut le cas par exemple sur les panneaux d’affichage libre du stade du Moulin Neuf. Du côté de monsieur Beschizza, personne n’a pourtant jugé utile de sur-réagir vis-à-vis de ce fait de campagne dérisoire en criant au scandale et en pointant du doigt un potentiel responsable.

Aulnay-sous-Bois plus fière, plus forte mais moins respectueuse avec Benjamin Giami ?

Fait de campagne dérisoire est, du reste, l’expression qui convient. Car, en effet, une élection ne se gagne pas avec sa tête sur des panneaux d’affichage libre. Il s’agit davantage d’une guerre psychologique entre militants. Elle est plus symbolique qu'autre chose. Et ce n’est un secret pour personne. Un scrutin s’emporte avant tout avec un bilan, un projet, une mobilisation de tous les instants pour aller convaincre, une crédibilité, une stature, une manière d’incarner ses idées.   

Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler qu’en 2014 on ne voyait que la figure de Jacques Chaussat (UDI) partout sur les panneaux d’affichage de la ville. Une équipe se relayait en effet H24 pour aboutir à ce résultat. Et pourtant, malgré un score honorable, le centriste n’avait réuni que 14,36 % des voix, loin derrière Bruno Beschizza et Gérard Ségura.

Alors restons calmes ! Parce que la bataille de l’affichage n’aura qu’une influence minimale sur le résultat de la prochaine élection municipale…  

Source : contribution externe.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 2 Mars 2020

Bien qu’il ne manque déjà pas de soutiens, le maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, en compte désormais un de plus apporté par le président de l’Alliance centriste, Philippe Folliot.

Composante historique de l’UDI entre 2012 et 2017, l’Alliance centriste s’est ralliée à Emmanuel Macron lorsqu’il était candidat à la présidence de la République. Depuis, ce parti siège aux côtés de La République En Marche (LREM) à l’Assemblée nationale.

On s’en souvient encore. Lors de l’élection législative de juin 2017, Jean Arthuis, alors président d’Alliance centriste, avait décroché l’investiture LREM à Aulnay-sous-Bois pour Billel Ouadah. Un choix qui s’était avéré catastrophique puisque monsieur Ouadah avait été balayé au second tour par Alain Ramadier.

L’Alliance centriste aurait-elle retenu la leçon ? On est en droit de se le demander, puisque son président actuel, Philippe Folliot, bien que soutien de La République En Marche (LREM) au niveau national, a décidé d’apporter son appui au maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, pour les élections municipales mettant en avant son expérience et ses qualités.

Voilà qui constitue en tous les cas un camouflet symbolique pour le candidat se revendiquant actuellement d’En Marche à Aulnay-sous-Bois. Subira-t-il le même sort que Billel Ouadah ? Réponse dans moins de deux semaines.

En attendant, vous trouverez ci-dessous une copie de la lettre de Philippe Folliot, adressée à Bruno Beschizza.

Alliance centriste, soutien supplémentaire pour le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 2 Mars 2020

Les listes en course pour les élections municipales de 2020 à Aulnay-sous-Bois sont tombées dans la soirée du vendredi 28 février. Elles seront finalement au nombre de six.

Municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois : six listes sur la ligne de départ !

Sans surprise, Bruno Beschizza est candidat à sa réélection. Une démarche tout à fait légitime au regard de son bilan globalement très positif. Le maire conduira la liste « Vivre Aulnay » en s’appuyant sur une équipe solide, expérimentée, loyale et fidèle à laquelle il a su apporter une touche de nouveauté. 

Face à lui, il aura la liste de Benjamin Giami, ex-LR devenu La République En Marche (LREM), qui compte probablement surfer sur la grande popularité actuelle du président Emmanuel Macron et de son gouvernement.

Raoul Mercier, quant à lui, est à la tête de Démocratie représentative - citoyenne intergénérationnelle, liste dans laquelle figure Hamada Traoré. Composée d’une majorité de personnes n’ayant jamais fait de politique, elle incarne incontestablement par sa fraîcheur et son authenticité la vraie liste citoyenne de cette campagne municipale.

Ce n’est évidemment pas le cas d’Aulnay en commun, fausse liste citoyenne en réalité téléguidée par le Parti Socialiste, le Parti Communiste, le Parti Radical de Gauche, Europe Ecologie Les Verts et parmi laquelle figurent beaucoup de celles et ceux qui ont plongé la ville au bord de la ruine lors du mandat précédent de 2008 à 2014. Conscient de la supercherie, La France Insoumise (LFI) a déjà quitté le navire.

Restent enfin deux listes qui peuvent encore porter fièrement les couleurs de la gauche, si tant est que ce mot veuille encore dire quelque chose aujourd’hui : Aulnay 100% service public conduite par le duo inséparable Sylvie Guy et Michel Lefebvre. Et enfin Lutte Ouvrière - faire entendre le camp des travailleurs menée par Bruno Beaufils qui aura sans doute beaucoup à dire sur les réformes en cours notamment celle des retraites et l’usage du 49-3 samedi dernier…

Rappelons enfin que la liste LREM dissidente portée par Abdel Benjana, Ensemble marchons pour Aulnay-sous-Bois, s’est retirée de la course, faute d’avoir pu respecter la parité femmes - hommes.

Rendez-vous dans deux petites semaines pour les résultats du premier tour…

Source photo : Aulnaylibre.com

     

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 28 Février 2020

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de presse de la liste LREM dissidente Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois conduite par Abdel Benjana. Dans celui-ci, il annonce n’avoir pas pu déposer sa liste pour les municipales de 2020, étant dans l’impossibilité de respecter la parité femmes – hommes.

Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois n’a pas pu déposer sa liste pour les municipales de 2020

Source : communiqué Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 25 Février 2020

Dans le cadre des prochaines élections municipales, un débat public est organisé avec les candidats le jeudi 27 février 2020 à 19h30 salle Gainville à Aulnay-sous-Bois. Son sujet : la place du vélo dans notre commune. Vous trouverez ci-dessous l’affiche de cet événement et notamment les cinq thèmes qui seront abordés autour de cette question. 

Débat public sur le vélo à Aulnay-sous-Bois le 27 février 2020

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 24 Février 2020

Comme le chante le groupe Europe « it’s the final countdown ! ». Il reste en effet jusqu’au 27 février 2020 à 18 heures pour déposer une liste aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains. Alors qui sera parmi les 53 à Aulnay-sous-Bois ?

Pour certains ce n'est qu'une formalité, pour d'autres c'est une véritable course contre-la-montre. Les candidats ont jusqu'à jeudi 27 février, 18 heures, pour déposer leur liste aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains. Ce dépôt doit se faire en préfecture, quelle que soit la taille de la commune. Certains l'ont déjà fait, mais d'autres éprouvent toujours des difficultés à les boucler.

Pour les communes de plus de 1000 habitants, la liste doit comporter autant de candidats que de sièges à pourvoir (entre 7 et 69 conseillers municipaux selon la taille de la ville ou du village), et au plus deux candidats supplémentaires.

Il faut également que la liste soit paritaire, c'est-à-dire qu'il faut alterner homme et femme.

Dépôt des listes pour les municipales le 27 février 2020 : qui sera parmi les 53 à Aulnay-sous-Bois ?

Pour les maires sortants ou les candidats de grosses écuries, le bouclage des listes est souvent une formalité. Mais trouver le nombre de co-listiers nécessaires dans des villes moyennes vire parfois au casse-tête. Il n'est pas toujours évident de trouver assez de personnes prêtes à s'afficher politiquement dans leur commune, ou à consacrer le temps nécessaire à une campagne puis un mandat. L'obligation de parité complique encore la donne.

A quatre jours de la date butoir, ceux qui ne parviennent pas à trouver des volontaires devront renoncer à se présenter.

Article complet de journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et image : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 21 Février 2020

Vous trouverez ci-dessous le tract de la liste Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois menée par Abdel Benjana.

Municipales 2020 : le tract de la liste Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois

Outre les premières orientations proposées pour la ville, nous apprenons dans cette communication que monsieur Benjana déplore le mode de désignation du candidat LREM dans la commune, l’absence de dialogue avec le candidat officiel LREM Benjamin Giami, ainsi que la difficulté de ce dernier à assumer clairement l’étiquette présidentielle du mouvement porté par Emmanuel Macron.

Municipales 2020 : le tract de la liste Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois

Source : communiqué de la liste Ensemble Marchons pour Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 31 Janvier 2020

« Finalement, cette liste citoyenne qui devait mettre des habitants lambda et apolitiques en tête de liste pour faire valser les pros de la politique, elle nous sort… un habitué des hémicycles. » A Aulnay-sous-Bois, le choix de la tête de liste Aulnay en commun fait sourire ce militant LR.

Et pour cause ! Alors que ce collectif — soutenu par tous les partis de gauche (PCF, FI, PS, EELV, PRG) ainsi que des associations locales, inspiré par la tendance du municipalisme — avait prôné le renouvellement du personnel politique, jurant que les citoyens seraient au cœur de son projet, vient de désigner Alain Amédro pour conduire son équipe au scrutin.

Aulnay-sous-Bois : un candidat très politique pour mener la liste citoyenne Aulnay en commun !

Deux fois candidat à Aulnay-sous-Bois

Cet homme est loin d'être un inconnu : il a été vice-président EELV à la région entre 2004 et 2010, et deux fois candidat aux municipales à Aulnay-sous-Bois.

« Un vieux briscard », résume un autre candidat. « Pas franchement en accord avec ce qu'ils avaient vendu au départ. On était en droit d'attendre une tête de liste inconnue, quelqu'un d'apolitique », souligne une autre.

D'autant qu'Aulnay en commun a joué à fond le jeu de la liste dite « citoyenne », en tirant au sort plusieurs colistiers, sollicitant par courrier 1 400 habitants. C'est d'ailleurs par un vote, impliquant une centaine de personnes, qu'Alain Amédro a été désigné tête de liste, lundi.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 30 Janvier 2020

Pas de « vague bleue » attendue, mais des « positions consolidées ». A un mois et demi des élections municipales, les Républicains et l'UDI ne comptent pas bouleverser l'échiquier politique comme en 2014, lorsque des bastions communistes, à l'image de Bobigny, du Blanc-Mesnil et Saint-Ouen, étaient tombés dans son escarcelle. Faisant passer à 21 sur 40 le nombre de communes gérées par la droite en Seine-Saint-Denis.

 
Municipales 2020 : les Républicains et l’UDI veulent consolider leurs positions en Seine-Saint-Denis

Philippe Dallier, patron de la fédération LR départementale et sénateur du 93, vise la « stabilité » et espère « garder les villes gagnées ». Entre les têtes de liste LR ou UDI et les équipes soutenues dans le cadre d'alliances, des candidats de droite sont attendus dans « 30 à 35 villes ». Même s'il faudra « attendre la date de clôture pour le dépôt des listes (NDLR : le 27 février) avant de dresser un état des forces en présence définitif ».

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 29 Janvier 2020

Dans son édition nationale datée de ce mercredi, le journal Le Parisien évoque les prochaines élections municipales de mars 2020 et plus particulièrement les doubles candidatures LREM dans plusieurs villes de France.

Ainsi, on apprend que, parmi les 60 plus grandes villes françaises, 16 font face à cette situation un peu incongrue à savoir une lutte fratricide entre un candidat LREM officiel et un dissident. A Paris, c’est le duel entre Cédric Villani et Benjamin Griveaux qui fait rage. A Aulnay-sous-Bois, il oppose Abdel Benjana et Benjamin Giami.

Elections municipales 2020 : le Parisien évoque les deux candidatures LREM à Aulnay-sous-Bois !

D’un côté, nous avons Benjamin Giami, LR de longue date mais reconverti tardivement LREM après les élections législatives de 2017. Bien qu’il soit le candidat officiellement investi, monsieur Giami semble tout faire pour cacher son appartenance à La République En Marche. Il faut dire que l’étiquette est lourde à porter en ce moment, le président Macron enchaînant les mesures impopulaires tout en laissant filer les dépenses publiques. Jamais le pays n’a semblé autant à la dérive.

De l’autre, il y a Abdel Benjana, supporteur d’Emmanuel Macron de la première heure, avant que ce dernier ne devienne chef de l’Etat. Aussi étrange que cela puisse paraitre, bien que monsieur Benjana se soit toujours montré fidèle et loyal à LREM, le mouvement a pourtant décidé de ne pas lui donner l’étiquette officielle, alors qu’il l’assumerait pleinement, lui !

Il est vrai que La République En Marche est une jeune formation politique qui navigue encore à vue. Elle fait donc parfois des choix relativement incompréhensibles. Ce fut par exemple le cas à Aulnay-sous-Bois, lors des législatives de 2017, où la désignation surprise de Billel Ouadah a fait grincer des dents chez les plus fidèles de LREM. On connait la suite, une défaite cuisante du représentant du parti présidentiel face au Républicain Alain Ramadier !

Elections municipales 2020 : le Parisien évoque les deux candidatures LREM à Aulnay-sous-Bois !

Benjamin Giami va-t-il suivre la voie tracée par Billel Ouadah ? L’avenir le dira très prochainement ! Quoi qu’il en soit, en attendant le 15 mars, LREM reste plus que jamais dans le flou avec un candidat officiel qui n’assume pas son étiquette, Benjamin Giami, et un postulant prêt à l’assumer, Abdel Benjana, mais obligé d’entrer en dissidence !

Alors que va-t-il se passer ? Les deux hommes vont-ils finir par faire cause commune ? Benjamin Giami va-t-il se ranger derrière Abdel Benjana ou l’inverse ? Le président de la République, Emmanuel Macron, va-t-il rencontrer les deux hommes pour tenter une médiation comme à Paris ? Marc Masnikosa, fidèle parmi les fidèles à LREM et faiseur de roi à Aulnay-sous-Bois, va-t-il, tel Salomon, apporter un peu de sagesse dans le parti présidentiel ?

Le suspense reste entier…

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source carte : journal Le Parisien / Source photo : communiqué d’Abdel Benjana / Source article : contribution externe

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 29 Janvier 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un communiqué de la France insoumise Aulnay-sous-Bois qui annonce se désengager de la liste Aulnay en commun.

Si la démarche de la liste Aulnay en commun semblait, au départ, prometteuse, les représentants locaux de la France insoumise constatent que le résultat est aujourd’hui très loin de ses espérances. Il s’agit d’un quasi-échec, ajoutent-ils.

Ils dénoncent par ailleurs la trop grande influence exercée par le Parti socialiste d’Aulnay-sous-Bois sur la liste Aulnay en commun.

Cette information est un coup de tonnerre dans la campagne des élections municipales de 2020. La gauche partira donc divisée.

Elections municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois : La France insoumise se désengage de la liste Aulnay en commun !

Source : communiqué de la France insoumise Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !

Publié le 23 Janvier 2020

C’est le journal Le Parisien qui l’annonce dans ses colonnes, le président du Parti Radical de Gauche, Ahmed Laouedj, ne sera pas candidat à Aulnay-sous-Bois pour les municipales de mars 2020.

Devenu adjoint au maire de la majorité de gauche (PS, PCF, PRG, Verts-Ecologistes) suite à l’élection de Gérard Ségura en 2008, il était encore présent au conseil municipal dans les rangs de l’opposition depuis la défaite de 2014.

Municipales 2020 : Ahmed Laouedj pas candidat à Aulnay-sous-Bois

A sa façon monsieur Laouedj suit la logique de l’ancien député Daniel Goldberg, qui lui aussi a décidé d’aller tenter sa chance ailleurs

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2020 !