Publié le 25 Octobre 2020

Un couple a été incarcéré pour avoir prostitué une jeune fille âgée de 17 ans dans différents hôtels de l'Île-de-France. Tout commence par un dépôt de plainte de l'adolescente, le 10 septembre, au commissariat de Villepinte (Seine-Saint-Denis).

 
Aulnay-sous-Bois : un couple en prison pour une affaire de prostitution de mineure

La jeune fille, en perte de repères et sans domicile fixe, explique avoir été violentée alors qu'elle se livre à la prostitution sous la contrainte. Elle indique aux policiers avoir fait la connaissance, en août dernier, d'un chauffeur VTC, qui lui avait offert son « aide ».

Ce dernier, âgé de 22 ans, l'aurait hébergé dans quatre hôtels, en échange de relations sexuelles tarifées avec des clients, et avec la complicité de sa compagne de 19 ans. Il avait d'abord emmené la jeune fille dans un hôtel de Torcy, en Seine-et-Marne. Puis dans des hôtels à Villejust et à Villebon-sur-Yvette (Essonne) et enfin à Villepinte.

3000 euros de gains par semaine

Le parquet de Meaux est saisi et l'enquête est confiée à la Sûreté urbaine de la circonscription d'agglomération de police de Noisiel. Les investigations permettent d'identifier le couple. Il est localisé à chaque fois sur les lieux où se trouve la jeune fille.

Les enquêteurs évaluent les gains potentiels des deux proxénètes présumés à 3000 euros sur une petite semaine, la jeune fille se livrant à cinq ou six passes par hôtel, avant de changer de ville.

Le chauffeur VTC faisait déjà l'objet d'un mandat de recherche par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour des faits de proxénétisme. Le duo est finalement interpellé mardi 13 octobre chez lui, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

En garde à vue, dans un premier temps, les deux nient leur implication puis finissent par reconnaître a minima. Lui rédigeait les annonces en ligne pour réserver les prestations sexuelles et fournissait les préservatifs et de la nourriture à la mineure. Il dédouane en revanche son amie et dit avoir agi seul.

Les deux suspects ont été présentés devant le tribunal judiciaire de Meaux, vendredi dernier, et ont demandé un délai pour préparer le jugement. Ils devraient passer en comparution immédiate le 10 novembre prochain et ont été écroués en attendant.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et image : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 24 Octobre 2020

En complément de notre article précédent, vous trouverez ci-dessous une courte vidéo de l’incendie intervenue ce 24 octobre 2020 dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois.

La violence des flammes amplifiée par le vent est particulièrement saisissante.

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 24 Octobre 2020

On nous informe qu’un grave incendie est survenu ce soir dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois.

Les quelques images en notre possession semblent attester de l’importance des flammes.

Grave incendie en cours dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois

Les pompiers sont sur place même si certains riverains ont déploré la difficulté d’accès sur les lieux du feu à cause de l’étroitesse des voies et d’un stationnement erratique.

Grave incendie en cours dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois

Espérons qu’il n’y ait que des dégâts matériels.

Nous vous informerons de l’évolution de la situation lorsque nous aurons de plus amples informations.

Grave incendie en cours dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 24 Octobre 2020

Le trafic sera de nouveau interrompu sur le RER B, samedi 24 et dimanche 25 octobre 2020,  entre Gare du Nord à Paris et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans les deux sens de circulation. 

Des bus de substitution

La circulation sera maintenue entre la branche Aulnay-sous-Bois et Aéroport Charles-de-Gaulle 2 et celle d’Aulnay-sous-Bois et Mitry-Claye (Seine-et-Marne). Entre Gare du Nord et Aulnay-sous-Bois, des bus de substitution seront mis en place au départ de la gare RER D de Stade-de-France / Saint-Denis. 

  • B4 : Entre Stade-de-France / Saint-Denis (RER D) et Aulnay-sous-Bois, sans arrêt intermédiaire.
  • B5 : Entre Stade-de-France / Saint-Denis (RER D) et Aéroport Charles-de-Gaulle 2, sans arrêt intermédiaire.
  • B2 : Entre La Courneuve / Aubervilliers et Aulnay-sous-Bois, et desservant les gares du Bourget, Drancy, Le Blanc-Mesnil.

Des lignes régulières au départ de Gare du Nord

En parallèle, la SNCF invite les usagers à se reporter sur les lignes régulières de métro, bus ou tramway au départ de Gare du Nord à Paris.

  • Gare du Nord vers La Courneuve / Aubervilliers : métro 5 jusque Stalingrad, puis métro 7 jusque Aubervilliers / Pantin – 4 Chemins, puis bus 150.
  • Gare du Nord vers Le Bourget : RER D jusque Pierrefitte / Stains, puis tramway T11 jusque Le Bourget.
  • Gare du Nord vers Drancy : métro 5 jusque Bobigny / Pablo Picasso, puis bus 148
  • Gare du Nord vers Le Blanc Mesnil : métro 5 jusque Bobigny / Pablo Picasso, puis bus 620

Article complet de actu.fr à lire en cliquant : ici

Source information : https://actu.fr / Source vidéo d’illustration : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 24 Octobre 2020

Effroyable découverte lundi au pied d'un immeuble d'une cité de Sevran (Seine-Saint-Denis), en faisant le tour de la résidence, un gardien a découvert un fœtus humain d'une quinzaine de centimètres gisant à même le sol. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agit « d'un fœtus de cinq mois », selon le parquet de Bobigny. « Une autopsie a été ordonnée pour déterminer s'il était viable », précise le parquet.

Une enquête confiée au commissariat local est en cours pour rechercher les causes de la mort. Selon les premiers éléments des investigations, l'acte a été commis par « une jeune fille de 15 ans, qui a fait un déni de grossesse », précise toujours le parquet. La future mère aurait pu faire une fausse couche et dans un geste d'affolement, elle aurait jeté le fœtus par la fenêtre d'un appartement situé au 7e étage. L'adolescente a été hospitalisée.

Photos et vidéos sur les réseaux sociaux

Ce mardi, le quartier des Beaudottes, une immense cité qui compte près de 900 logements, est toujours sous le coup de l'émotion. Sur place, la veille, les enquêteurs de la police judiciaire et scientifique avaient sanctuarisé les lieux avant d'entamer un porte à porte pour trouver l'appartement duquel a été jeté le fœtus. « Ils ont aussi suivi la trace du sang jusqu'aux balcons, et ont fini par toquer à la bonne porte », explique Abdel, un habitant. Plusieurs dizaines de personnes ont assisté aux opérations de police, alors que le fœtus gisait au sol. « Pas mal de gens ont fait des snaps et fait tourner des photos (NDLR ; sur les réseaux sociaux), c'est à vomir », regrette une jeune femme. Pour un autre, ce qui s'est passé est « typique » des jeunes « qui se mettent à faire des choses en cachette » parce qu'ils jugent leurs parents sévères.

Un état psychique très particulier

Mais le déni de grossesse est un phénomène complexe. Valérie Boblet, animatrice conseillère conjugale au Mouvement français pour le planning familial de Seine-Saint-Denis explique cet état psychique très particulier qui touche tous les milieux : « Ces femmes ne cachent pas leur grossesse, elles ne se savent pas enceintes. La tête ne l'a tellement pas su, que le corps ne dit rien non plus. C'est quelque chose d'impensable ».

Si bien qu'au moment de l'accouchement, elles doivent affronter une situation irréelle : « Quand le bébé sort cela ne représente rien », poursuit Valérie Boblet. « C'est un phénomène lié à des histoires de violences, d'inceste ». Ce déni ne favorise pas forcément les fausses couches, « elles accouchent souvent à terme ».

En Seine-Saint-Denis, la situation des mineures enceintes, comme la jeune fille de Sevran, a évolué en vingt ans. « Elles choisissent d'avorter plutôt que d'accoucher », précise Valérie Boblet.

« Au-delà du délai légal de douze semaines pour un avortement »

« Toute la question sera de déterminer si elle a commis un infanticide, car nous sommes au-delà du délai légal de douze semaines pour un avortement », analyse le Dr Ghada Hatem, fondatrice de la Maison des femmes et ex-cheffe de la maternité de l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis.

Les suites de l'enquête s'attacheront à éclaircir toutes ces zones d'ombre. Si la fausse couche est avérée, le débat sera clos.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : Le Parisien / Image d’illustration : Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 23 Octobre 2020

[EXPOSITION] À l’occasion du 50e anniversaire de la disparition du général De Gaulle, la ville d’Aulnay-sous-Bois rend hommage à cet homme qui a marqué l’histoire de France.

Du 10 novembre au 6 décembre 2020, découvrez à la Ferme du Vieux-Pays une exposition retraçant la vie de Charles De Gaulle.

Vous y trouverez les grands faits historiques, des reproductions de coupures de presse et d’affiches d’époques. Des activités ludiques et pédagogiques seront également proposées aux plus jeunes.

Aulnay-sous-Bois célèbre le 50ème anniversaire de la disparition du général De Gaulle

L'exposition se tiendra du :

Lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h

Les Samedis de 10h à 18h

Les Dimanches de 14h à 18h

Pour en savoir plus cliquez : ici

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 23 Octobre 2020

[NAVETTE COMMERCES]

Suite à la fermeture définitive de l'INTERMARCHÉ de la Rose-des-Vents et dans l'attente d'un nouveau repreneur, une navette gratuite est mise en place pour les habitants à partir du lundi 26 octobre 2020.

Cette navette, qui ira vers les zones de commerce proches (Fosse-à-la-Barbière et Carrefour de l'Europe), permettra aux habitants de faire leurs courses de première nécessité.

Mise en place d’une navette commerces suite à la fermeture de l’Intermarché Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

Elle fonctionnera les Lundis, Jeudis et Samedis de 9h à 18h sur le principe d'une rotation toutes les heures. Le départ se fera rue Eugène Delacroix.

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 22 Octobre 2020

[SPORT] Afin de réaliser en 2020 et 2021 deux nouveaux terrains synthétiques de football et de rugby, la ville d’Aulnay-sous-Bois a sollicité l'aide financière de l'Etat. Le Préfet de la Seine-Saint-Denis a confirmé son soutien financier à hauteur de 710 553€, pour un montant total des travaux estimé à plus de 2,3 millions d'€. Ces deux nouveaux équipements sportifs vont permettre d'étendre le champ des pratiques sportives pour les clubs et équipements scolaires de notre ville.

Nouveaux terrains synthétiques de football et de rugby à Aulnay-sous-Bois : la ville obtient une subvention de 700 000 euros de l’Etat !

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié le 22 Octobre 2020

C’est bien connu, le monde est divisé en deux catégories. D’un côté, les écologistes de gauche qui multiplient les grandes déclarations pour sauver le monde ! Avec un résultat famélique au vu de l’état de la planète ! En prenant un peu de recul, tout le monde a bien compris que, pour ces gens-là, l’écologie n’est qu’un fonds de commerce dont ils se servent opportunément au moment des élections pour arracher quelques strapontins en s’alliant aux socialistes.

Et puis, de l’autre, il y a des élus locaux responsables qui agissent concrètement au quotidien. C’est le cas notamment du maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, qui, depuis 2014, engage notre commune sur le chemin vertueux du développement durable. Dernière action en date, la signature de la charte de l’Association Française d’Agriculture Urbaine Professionnelle permettant de développer l’éco-pâturage et les jardins pédagogiques.

Aulnay-sous-Bois porte-drapeau de l’agriculture urbaine en France !

[DÉVELOPPEMENT DURABLE] Dans le cadre du projet de reconversion de l'ancienne Laiterie Garcelon, la ville d’Aulnay-sous-Bois signe la charte de l’AFAUP Association Française d’Agriculture Urbaine Professionnelle afin de développer notamment l'éco-pâturage et un jardin pédagogique. Cette nouvelle étape s'inscrit dans une démarche éco-responsable engagée depuis 2014 avec la création notamment de jardins partagés à la Cité de l'Europe et dans le Parc Jules Verne.

 

Aulnay-sous-Bois porte-drapeau de l’agriculture urbaine en France !

Robert Ferrand

Source information et images : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Environnement

Publié le 21 Octobre 2020

A midi plein, la ville d’Aulnay-sous-Bois a rendu un hommage républicain à Samuel Paty, le professeur de collège sauvagement assassiné.

Vous trouverez ci-dessus la vidéo du discours du maire Bruno Beschizza, la minute de silence et la Marseillaise.

Robert Ferrand

Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié le 20 Octobre 2020

Depuis la fin du confinement, le chantier du nouveau stade nautique a repris à Aulnay-sous-Bois. Il suit désormais un rythme de croisière laissant espérer une ouverture pour le printemps prochain.

Vous trouverez ci-dessus en vidéo un aperçu de ce qui nous attend : bassin olympique, aire de jeux aqualudiques, tobogan, rivière sauvage, jacuzzi, plongeoirs, mur d’escalade (et se jeter dans l’eau une fois en haut), large espace de remise en forme, sans oublier la restauration.

Bref, vivement demain !

Robert Ferrand

Source vidéo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 20 Octobre 2020

[BON PLAN] Ce week-end, le maire Bruno Beschizza a inauguré l’institut de remise en forme, de bien-être et d’esthétique Heroes Electrostimulation situé 5 place du général Leclerc à Aulnay-sous-Bois.

Retrouvez la forme avec Heroes Electrostimulation à Aulnay-sous-Bois !

Après le 2ème arrondissement de Paris et Le Raincy, l’institut ouvre son 3ème établissement dans notre ville ! Un retour à domicile pour cette famille qui tenait autrefois une pizzeria près de la gare.

Retrouvez la forme avec Heroes Electrostimulation à Aulnay-sous-Bois !

Mais cette fois-ci, la famille revient pour d’autres formes de plaisir. Envie de mincir, de se remettre en forme ou de prendre soin de soi ?

Retrouvez la forme avec Heroes Electrostimulation à Aulnay-sous-Bois !

Découvrez les bienfaits de l’électrostimulation, la première séance d’essai est gratuite. Une esthéticienne va très prochainement s’installer dans cet institut pour vous proposer de nombreux soins.

Renseignements au 07 66 79 62 08 ou sur www.heroes-electrostimulation.com

Retrouvez la forme avec Heroes Electrostimulation à Aulnay-sous-Bois !

Source information et photos : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 20 Octobre 2020

Dans la majorité aux côtés de Gérard Ségura en 2008, les élus du groupe communiste d’Aulnay-sous-Bois s’étaient retrouvés dans l’opposition en 2014 suite à l’élection du maire Bruno Beschizza.

Depuis mars 2020 ils ne sont plus présents au sein du conseil municipal. Les membres de la section locale du PCF restent néanmoins actifs. En témoigne leur contribution à l’enquête publique relative à l’installation de l’entreprise Chimirec à Aulnay-sous-Bois. Vous pouvez en prendre connaissance ci-dessous.

La section locale du PCF s’exprime sur l’installation de Chimirec à Aulnay-sous-Bois
La section locale du PCF s’exprime sur l’installation de Chimirec à Aulnay-sous-Bois

Source : PCF Aulnay

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Communiqués

Publié le 20 Octobre 2020

[PREVENTION] L’Agence Régionale de Santé va soutenir la ville d’Aulnay-sous-Bois à hauteur de 30 000 euros pour la réalisation d’actions de prévention auprès des jeunes et d’accompagnement à la parentalité. A travers ce soutien, l’ARS reconnaît tout particulièrement l’engagement de la commune auprès de la jeunesse afin de sensibiliser le jeune public aux dangers des addictions et des pratiques à risques.

 

 

Aulnay-sous-Bois s’engage auprès de la jeunesse face aux dangers des addictions

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 16 Octobre 2020

Lors du conseil municipal de mercredi, le député de la Seine-Saint-Denis Alain Ramadier a lu un message de soutien aux forces de l’ordre. Vous pouvez en prendre connaissance ci-dessous.

Aulnay-sous-Bois : le député Alain Ramadier apporte son soutien aux forces de l’ordre

Source image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 16 Octobre 2020

[ANTI-GASPI] Mercredi soir, le conseil municipal a autorisé le maire Bruno Beschizza à lancer une démarche anti-gaspillage à Aulnay-sous-Bois. Plusieurs axes de travail vont être déployés en lien avec le territoire Paris Terres d’Envol afin de sensibiliser les habitants sur l'importance de lutter contre les formes de gaspillages, de modifier ses habitudes de consommation et de mieux trier ses déchets.

Aulnay-sous-Bois s’engage dans une démarche anti-gaspillage

Trois premières actions vont être prochainement lancées :

Distribution d'autocollants "stop pub" afin de refuser les publicités dans les boîtes aux lettres des Aulnaysiens qui le souhaitent

Expérimentation d'un composteur collectif et participatif dans le Parc Faure en lien avec la Maison de l'Environnement

Travail avec les commerçants de proximité pour favoriser l'utilisation des propres contenants des clients et ainsi lutter contre la diffusion de contenants à usage unique, avec la mise en œuvre d'outils de communication et la distribution de sacs réutilisables sur les marchés.

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 15 Octobre 2020

Hier soir à l’occasion du conseil municipal, le maire Bruno Beschizza est revenu sur la subite fermeture de l’Intermarché de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois. Des explications sur la situation sont à lire ci-dessous.

Mobilisation contre la fermeture de l’Intermarché de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 15 Octobre 2020

«Je vous préviens, ici on récite le Coran, et on dit Bismillah. Peut-être même que les enfants vous diront Salam Aleykoum.» Sourire en coin, le directeur de l'école Bougainville, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ouvre le portail de son établissement, ce mardi 13 octobre, à 8 heures.

 
La belle réussite de l’école musulmane Bougainville à Aulnay-sous-Bois

Dans dix minutes, 180 enfants, de la petite section au CM1, vont s'engouffrer dans les classes de cette école privée musulmane ouverte il y a trois ans, en plein cœur de la cité de la Rose-des-Vents. «Je taquine, argumente le maître des lieux, qui préfère que son prénom ne soit pas cité. Mais ce n'est pas naturel d'ouvrir les portes d'une école à un journaliste. Et vu le contexte de détestation des musulmans, on est en droit d'être un peu méfiant !»

L'homme fait référence, notamment, à la perquisition opérée début octobre par des policiers à la mosquée Omar, à Paris, en plein cours d'arabe, devant des enseignants et des élèves. L'opération avait déclenché un tollé au sein des associations cultuelles. La semaine dernière, c'est une école clandestine qui a été fermée à Bobigny, nourrissant, selon bon nombre de responsables associatifs, «des amalgames» sur les écoles privées.

« Nous sommes représentatifs de la plupart des écoles musulmanes de France »

Bougainville n'est pas une mosquée, ni une association des cours du soir : c'est une école privée confessionnelle hors contrat avec l'Education nationale — c'est-à-dire déclarée. Il y en a 980 comme elles en France, une majorité écrasante d'obédience catholique. En 2015, on dénombrait une trentaine d'établissements privés musulmans.

«Nous sommes représentatifs de la plupart des écoles musulmanes de France», dit son directeur. Mais, «avec l'ambiance actuelle, le discours gouvernemental sur le séparatisme qui vise essentiellement les musulmans, notre hantise est de voir débarquer des policiers pour un contrôle devant des élèves, une perquisition qui se baserait sur on ne sait pas trop quoi et qui aboutirait à une fermeture», analyse une professeure.

La plupart des maîtresses portent le voile

Ce matin-là, il pleut. Les dix classes, en rang dans la cour, attendent que leur enseignante donne le feu vert pour monter dans leur salle. La plupart des maîtresses portent le voile, une poignée de fillettes aussi. «Dans une école musulmane, ça ne devrait pas surprendre», note une enseignante. On distribue du Salam Aleykoum à qui l'on croise. Même aux visiteurs d'un jour. Même au journaliste. «La politesse, cela fait partie de l'islam. Les valeurs, c'est fondamental, c'est même le plus important de mon point de vue», estime le directeur, qui s'auto-qualifie de «conservateur».

Au programme pour les CP de Sabrina ce jour-là : lecture, écriture, récré, grammaire, sciences sous forme d'une discussion intitulée «Questionner le monde», pause déjeuner, puis sortie au parc sur le thème de l'automne.

Des manuels validés par les autorités académiques

«Sortez vos manuels, page 30», demande Sabrina, voix forte et claire, masque sur le visage. Les manuels en question sont issus des collections Istra, jugés «conformes et appropriées» par les autorités académiques, utilisés dans de nombreuses écoles de France.

L'exercice du jour : reconnaître le son d'une voyelle dans chaque syllabe d'un mot. Les enfants se frottent à l'exercice avec enthousiasme. «Aaaaa» s'applique ainsi à chanter Ayoub, qui a identifié la voyelle «A». Les doigts se lèvent, les réponses fusent. Un comportement perturbateur ? «C'est la seconde fois, tu passes au jaune», prévient Sabrina à l'adresse d'un garçon, glissant son nom sur un tableau de sanctions. Le vert pour les enfants sages, puis, après le jaune, c'est le rouge, et le noir, l'exclusion de la classe.

Symboles républicains sur le mur

A la fin de chaque activité, Sabrina sonne une clochette pour lancer un autre atelier. Un peu de poésie avec les vers de Karine Persillet sur la «Dame de fer», la Tour Eiffel, puis place aux sciences. Autour de l'institutrice, dotée d'un écran, il faut définir l'état physique de l'eau — solide, liquide, ou gazeux.

 

La belle réussite de l’école musulmane Bougainville à Aulnay-sous-Bois

Dans cette salle de classe, plusieurs affiches aux murs : l'alphabet, les chiffres, une carte du monde, et surtout de nombreuses déclinaisons du «Loup», ce personnage ludique adulé des enfants et enseignants. Ici, les «émotions» du loup. Là, les «règles de vie» du Loup. Et ainsi de suite. Dans le mur faisant dos aux enfants, une grande affiche, réalisée en début d'année, sur les symboles républicains : le drapeau bleu-blanc-rouge, celui de l'Europe, la Marianne, et les paroles de la Marseillaise.

Deux heures d'arabe par semaine

Pause déjeuner à 12 heures. L'école, ouverte en 2018, n'a pas encore de cantine. Les enfants sont tenus de ramener leur gamelle, déjeunent par niveau de classe, dans des salles séparées, sous surveillance de plusieurs adultes. Avant le repas, les enfants prononcent les traditionnelles invocations à Allah, les Dou'â. «Dans le catholicisme, on appellerait cela les bénédicités», précise le directeur.

L'après-midi, les CP n'ont exceptionnellement pas cours d'arabe. «On a prévu une chasse aux trésors d'automne au parc du Sausset, indique Sabrina, l'enseignante. On travaillera ensuite en classe sur les objets collectés - feuilles mortes, marrons, etc.» L'arabe est dispensé deux heures par semaine comme langue vivante principale en élémentaire, la seconde étant l'anglais, enseigné une heure trente hebdomadairement.

«Ceux qui veulent faire leur prière, allez-y»

Alors, à 13h30, direction la classe de CE2 pour l'heure d'arabe enseigné par une professeure diplômée. «C'est sur ce cours-là qu'est intégré la mémorisation du Coran, le religieux», précise le directeur de l'école. Ils sont une petite vingtaine dans la classe, sous les ordres de Nawell (prénom modifié).

«Ceux qui veulent faire leur prière, allez-y, j'ai disposé les tapis dans le coin de la salle», annonce d'entrée l'enseignante. Les deux tiers de la classe se lèvent. Omar (prénom modifié) indique à ses camarades : «C'est moi qui fais l'imam !» Il psalmodie doucement. Les garçons entament leur prière au rythme de sa voix. Les filles, elles, prennent le temps d'enfiler un voile, rangé dans l'armoire de la classe, et se lancent aussi dans une prière.

Moins de dix minutes plus tard, début du cours. En vitesse, les filles remettent leur foulard dans le placard. «Aujourd'hui, c'est le premier cours d'arabe de l'année, je vais évaluer votre niveau de lecture et d'écriture», explique Nawell en distribuant des photocopies sur lesquelles est inscrit un texte en arabe. Celui-ci, enfantin, conte l'histoire de Bouchra et Zineb, qui, lors de leur premier jour de classe, s'intéressent mutuellement à leurs hobbies.

 «N'oubliez pas : on lit de droite à gauche», rappelle l'enseignante. En suivant la phrase avec le doigt, les enfants lisent, tour à tour, une phrase. La plupart hésitent peu, ne se trompent pas : ils ont déjà une année d'arabe derrière eux et le parlent parfois à la maison. Pas de Coran aujourd'hui, il s'agit juste d'évaluer les élèves.

Au-delà de ces cours d'arabe, l'aspect religieux de l'école prend place, pour les maternelles qui n'ont pas cours d'arabe, dans une courte récitation du Coran en ouverture de journée. «C'est une sorte de starter (NDLR : ce qui démarre) de la journée», image le directeur. «Nous essayons aussi de marquer les fêtes religieuses. Par exemple de créer, avec les enfants, un marché de l'Aïd comme il y en a pour Noël», explique une enseignante.

«On apprend à lire, à écrire, à vivre ensemble»

« Je le dis aux parents qui viennent inscrire leurs enfants : on ne forme pas des savants religieux ou des arabophones. On apprend à lire, à écrire, à vivre ensemble à des élèves, en s'appuyant sur un socle de valeurs liées à l'Islam… mais on accepte tout le monde, comme les écoles cathos », détaille le directeur de Bougainville.

Qui le rappelle : «La règle du hors contrat exigée par les autorités académiques, c'est que nos élèves peuvent à tout moment intégrer une école publique ou sous-contrat !»

Quel est le profil des dix enseignantes ? Toutes sont diplômées a minima d'un master MEEF, le classique diplôme préparant au concours de professeur des écoles : le CRPE, qui permet d'enseigner dans le public ou le sous-contrat. «Certaines n'ont pas pu aller au bout du concours parce que les chefs d'établissement ont refusé leur voile lors du stage obligatoire», indique le directeur. Par ailleurs, «certaines d'entre elles sont titulaires du concours mais, encore une fois, le voile les empêche d'enseigner dans une école publique ou sous-contrat».

Objectif : devenir une école sous contrat avec l'Etat

L'école Bougainville a déjà été inspectée deux fois depuis 2018. Selon nos informations, le dernier rapport est positif. Les représentants de l'Education nationale soulignant, entre autres, la pertinence des programmes, l'application des enseignants. Tout juste notent-ils quelques cahiers d'élèves mal corrigés.

Par ailleurs, son statut d'école hors contrat ne lui donne droit à aucune subvention publique, contrairement aux écoles sous-contrat comme le Protectorat catholique Saint-Jean d'Aulnay-sous-Bois, à deux kilomètres de là.

«Les salaires de nos profs et l'entretien sont financés par les frais de scolarité», précise la direction. Coût de l'année : 2 200 euros par an. Objectif de l'établissement : déposer un dossier, d'ici quelques années, pour devenir une école musulmane sous contrat avec l'Etat. Ce serait alors la première du 93.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photos : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 14 Octobre 2020

Le journal Le Parisien publie aujourd’hui son traditionnel baromètre de l’immobilier et le moins que l’on puisse écrire est que notre ville confirme son bon dynamisme en la matière.

Ainsi le prix en euros du m² carré pour les maisons à Aulnay-sous-Bois affiche une progression de 0,8% sur les trois derniers mois. Cette évolution est de + 7,2% sur les trois dernières années.

La belle santé de l’immobilier à Aulnay-sous-Bois

Voilà une preuve de plus de l’attractivité retrouvée de notre commune. Le maire Bruno Beschizza n’est évidemment pas étranger à ce regain de dynamisme remarquable et remarqué depuis 2014.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Robert Ferrand

Source article et tableau : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié le 13 Octobre 2020

Dramatique accident sur la friche PSA à Aulnay-sous-Bois. Deux hommes ont été grièvement brûlés alors qu'ils tentaient de brancher des câbles électriques au transformateur de l'ancienne usine d'automobiles, ce lundi après-midi. Cela a provoqué un arc électrique qui les a atteints.

Un des blessés présente des brûlures sur 70 % du corps et son pronostic vital était engagé lorsqu'il a été pris en charge par les secours. Il a été transporté en hélicoptère à l'hôpital de Lille (Nord). L'autre homme a été moins gravement atteint, il présente tout de même des brûlures sur 20 % du corps. Il a été hospitalisé à Saint-Louis à Paris.

Plusieurs dizaines de véhicules étaient entrées sur les lieux

Les pompiers et Enedis se sont rendus sur place. Le feu a été rapidement circonscrit, en coupant le courant et « au moyen d'une lance à poudre » précise la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Ceci afin d'éviter tout départ de feu.

Cet accident est survenu alors que plusieurs dizaines de véhicules, notamment des caravanes, étaient entrées sur les lieux, vraisemblablement pour y installer un campement.

L'immense terrain PSA est en partie vide depuis le départ du constructeur, en 2014, et de ses 3 000 ouvriers. Si une partie du site a été reprise par des entreprises comme Carrefour, Chronopost et ID Logistic, une autre, représentant 110 ha, reste encore vacante. Un nouveau quartier, baptisé Val-Francilia et mêlant logements, équipements publics et services, devrait y voir le jour, à l'horizon 2030.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 12 Octobre 2020

Difficile de converser une heure avec Sidi, dans son quartier de la cité de l'Europe à Aulnay-sous-Bois, sans être interrompu par une poignée de main, un ami qui vient aux nouvelles, ou juste un salut de loin. « C.O.R, ça va? Ça dit quoi la famille? Ah t'es en interview? Force à toi alors! »

 
C.O.R. de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois nouvelle star du rap !

C.O.R, c'est le nom d'artiste de Sidi. À 26 ans, celui qui vit toujours dans le quartier, chez sa grand-mère, est l'un des rappeurs les plus prometteurs de sa génération. Il vient de signer chez Def-Jam, label de la maison de disques Universal. Sa première mixtape sort le 30 octobre, et sera disponible sur toutes les plateformes digitales.

Des collaborations avec Fianso ou 13 Blocks

Sans même attendre ce premier projet d'ampleur, les plus grands noms du rap s'arrachent les collaborations avec C.O.R : Fianso, 13 Blocks, Da Uzi ou GLK… et certains de ses clips dépassent allègrement les 8 millions de vues sur YouTube !

Mais pas de quoi faire gonfler les chevilles du jeune homme, qui a lâché son emploi de poseur de parquet pour se consacrer à la musique : « Je sais d'où je viens et vous me trouverez toujours ici, à la cité. C'est ma force, mon inspiration. » La preuve en est avec le titre de sa mixtape de 17 morceaux : « Rue de Madrid », son adresse à la cité de l'Europe. À quelques mètres de là où vivait Sefyu, monstre sacré du rap français, lui aussi originaire du quartier.

En mémoire de son cousin

Son « inspiration », C.O.R la puise dans un quotidien « qui joue aux montagnes russes avec les émotions ». Et à la cité de l'Europe, le wagon peut parfois descendre très bas : C.O.R est le cousin du défunt Dalil, un jeune homme dont la mort violente avait secoué l'actualité en juin 2018.

Un soir, alors qu'il rentrait de la mosquée et traversait le quartier plongé dans le noir, faute d'éclairage en état de fonctionner, Dalil avait été frappé et poignardé à mort.

« Cela a été un choc : c'était mon ami, mon frère, celui qui me poussait à percer dans la musique », raconte, visiblement ému, Sidi, tirant sur une cigarette. Un fait divers qui dit tous les maux dont peut souffrir une cité : des équipements publics en dysfonctionnement, la violence qui gangrène certains jeunes très tôt…

« À l'époque, je rappais avec mes potes dans les halls. La mort de Dalil m'a poussé à en faire un travail, à ne pas la considérer juste comme un hobby. Aujourd'hui, j'en vis, je le fais pour lui, pour sa mémoire. »

«Ce projet, c'est ma carte d'identité »

Et dans ses textes, C.O.R ne rappe pas la rue, mais plutôt ses conséquences. « Il y a le négatif, la violence, l'argent facile, mais aussi les valeurs, la famille », développe l'artiste. Les bonnes nouvelles, aussi : deux mois après la mort de Dalil, C.O.R a vu naître Sofia, sa petite fille. « Je suis passé des larmes aux rires en très peu de temps. C'est pour cela qu'il y a aussi des sons très joyeux dans la mixtape », poursuit Sidi. Qui met l'émotion au centre de son travail : « Aux rythmiques saturées de beats, je préfère les mélodies instrumentalisées… »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 9 Octobre 2020

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza aura tout tenté pour maintenir la fête de l’arbre 2020 dans le strict respect de mesures barrières renforcées. (Voir ici l’article du Parisien).

Et pourtant la préfecture de Seine-Saint-Denis a pris la décision de l’annuler à la dernière minute, ce soir même sur les coups de 18h.

Annulation de la fête de l’arbre 2020 à Aulnay-sous-Bois par la préfecture à la dernière minute !

Bien que la crise sanitaire du Covid-19 soit plus que jamais d’actualité, on s’étonnera de cette annonce extrêmement tardive qui prive les habitants d’un événement incontournable, les exposants et les commerçants d’une source d’activité potentielle, sans oublier la déception légitime des agents de la ville qui avaient comme toujours travaillé d’arrache-pied pour le bon déroulement de ce moment festif.

Vous trouverez à ce propos, ci-dessous, le communiqué de la ville d’Aulnay-sous-Bois publié sur son compte Facebook.

[DERNIÈRE MINUTE]

En application de l'arrêté préfectoral n°P093-20201006 du 5 octobre 2020, la Préfecture a finalement décidé, vendredi 9 octobre à 18h, d'interdire notre Fête de l'arbre.

Robert Ferrand

Source photo : Aulnaylibre.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 9 Octobre 2020

Le Covid-19 ne doit pas tuer les centres-villes de banlieue. C'est, en substance, le message d'un courrier récemment envoyé au préfet de Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc, par le maire (LR) d'Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza.

 
Le maire Bruno Beschizza se mobilise pour maintenir la vitalité d’Aulnay-sous-Bois

Alors que l'évolution de l'épidémie rend de plus en plus incertaines les possibilités de rassemblement public pour cause de sécurité sanitaire, le maire veut des garanties pour les événements municipaux. Sous peine, craint-il, que le virus ne tue aussi le lien social dans sa commune.

Dans sa missive, il demande « une autorisation de principe » au préfet pour toutes les fêtes organisées par la ville cet automne. À commencer par la très prisée « Fête de l'arbre », samedi et dimanche, qui brasse depuis des années des milliers de personnes dans le parc Dumont, en centre-ville.

Maintenir les événements pour la « vitalité » du territoire

« Annuler les grands événements festifs, culturels et commémoratifs porterait un coup fatal à nos commerçants, nos prestataires, et plus largement, à la vie locale d'Aulnay-sous-Bois », explique Bruno Beschizza au préfet, se disant par ailleurs, déterminé à organiser ces événements « dans le plus strict respect des préconisations sanitaires ».

S'appuyant sur la nécessaire « co-construction » animant élus et Etat depuis le début de la crise — le fameux « mariage -maire-préfet » — il demande donc à ce que les services de l'Etat n'interdisent aucun de ces événements pour ne pas porter atteinte à la « vitalité » du territoire.

Outre la fête de l'arbre, ce week-end du 10 et 11 octobre, à laquelle sont attendues « 2 000 à 3 000 personnes », Bruno Beschizza anticipe aussi les célébrations du 11 novembre, ou le futur musée éphémère dédié au général de Gaulle, qui sera installé à partir du mois de novembre et doit durer jusqu'en décembre.

Pas plus de 1 000 personnes

Selon nos informations, la préfecture - qui n'a pas répondu à nos sollicitations - n'a pas donné suite au courrier du maire. Dans sa batterie de nouvelles mesures sanitaires annoncées le 5 octobre dernier, et valables jusqu'au 19 octobre, l'Etat interdit les événements rassemblant plus de 1 000 participants en même temps. La ville devrait donc s'en tenir à cette règle. « C'est en extérieur, nous respecterons la jauge », indique-t-on en mairie.

« Indispensable », juge-t-on unanimement du côté des commerçants et des habitants d'Aulnay-sous-Bois. « La ville a besoin d'événements qui créent du lien. Sinon elle redeviendra une cité-dortoir », maugrée Marc, croisé ce jeudi matin sur le marché du centre-ville. Il habite « depuis trente ans » à Aulnay-sous-Bois. « Sans fêtes, sans brocantes, on ne parle plus que de nous en mal. Il ne reste que les voitures brûlées et un taux de chômage délirant. C'est pas avec ça qu'on unit une commune, en somme, qu'on fait corps », décrypte l'octogénaire, impliqué dans plusieurs associations locales.

« Supprimer les fêtes serait un coup de massue »

Karima, vendeuse sur un stand du marché, abonde : « L'an dernier, on a été élu plus beau marché d'Île-de-France par la chaîne TF1. C'était une super pub ! On a vu des gens venir d'autres villes pour nous voir. Ça développe une attractivité, il ne faut pas stopper cet élan. D'autant que le confinement a été très dur pour nous, supprimer les fêtes à venir serait un coup de massue… »

C'est exactement ce que redoute Kamel Lakal, responsable de l'association Au cœur des commerces d'Aulnay, qui fédère une soixantaine d'enseignes. « Quand vous avez la Fête de l'arbre, ou la Fête du chocolat, deux événements locaux rassemblant des milliers de personnes sur quelques rues, c'est excellent pour les boutiques », plaide-t-il, arguant que « tous les commerces profitent de l'effet de ces événements ».

« On fait des affaires, quoi », insiste-t-il. Or, faire des affaires est en ce moment indispensable pour les magasins indépendants du centre-ville. « On n'est pas sortis de la crise, certains n'ont pas encore épongé leurs dettes et on craint beaucoup pour les achats de Noël ! La période est incertaine… Il est donc vital de préserver les endroits de vie ! »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 9 Octobre 2020

[GRAND PARIS EXPRESS] Le premier tunnelier de la ligne 16 du Grand Paris Express, baptisé Armelle, poursuit son chemin en direction du Blanc-Mesnil et a traversé il y a quelques jours l'ouvrage Europe à Aulnay-sous-Bois. Sur ce même ouvrage cohabite depuis peu le tunnelier Houda assemblé cet été dans notre ville.

Le tunnelier Houda, qui rend hommage à Houda DADA (cheffe de secteur de la ligne 16 au sein de la Société du Grand Paris), creusera la portion de tunnel de la ligne 16 en direction de Sevran. Cette étape représente une réelle prouesse technique pour le chantier du futur métro automatique.

En 2024, grâce aux nouvelles lignes de métro 16 et 17 du Grand Paris Express, Aulnay-sous-Bois sera à 11 minutes de Saint-Denis Pleyel, 23 minutes de la gare Saint-Lazare et 25 minutes de La Défense ! De nouvelles opportunités d'emplois s'ouvriront pour de nombreux habitants de la ville.

Source information : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois / Source vidéo : YouTube

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 8 Octobre 2020

Samedi 10 octobre 2020 de 13h-18h
Dimanche 11 octobre 2020 de 10h-18h

La Fête de l’arbre est de retour dans le parc Dumont.

En tenant compte des nouvelles instructions préfectorales, cet événement est maintenu, sauf avis contraire du Préfet de la Seine-Saint-Denis.
Un protocole sanitaire spécifique sera mis en place à l’entrée et au sein du parc afin de garantir le respect des gestes barrières et des distanciations physiques

Une exposition-vente se tiendra sur la place centrale.

Différents espaces seront organisés autour d’un parcours des sens en lien avec les arbres :

  • Le toucher : Exploration des sensations que l’on peut avoir au contact des arbres, de leurs écorces et de leurs fruits. Un atelier créatif se tiendra autour de la pomme de pin.
  • L’odorat : Reconnaissance des arbres via des essences odorantes, et atelier de création de parfum ou d’encens.
  • La vue : Exposition photographique et bâches présentant la beauté des arbres et des écorces. L’activité sera couplée à un atelier de semis. Les participants pourront récupérer des graines d’arbres.
  • Le sport et la détente : Parcours dans les arbres, mur d’escalade et jeux.
  • La médecine, la psychologie et la sylvothérapie : Pour en savoir plus sur les bienfaits des arbres sur notre santé. Il sera aussi question des croyances liées aux arbres et des allergies.
  • Fête de l’arbre, samedi 10 octobre de 13h à 18h et dimanche de 10h à 18h. Entrée libre.
  • Lieu : Parc Dumont
    Horaires : Samedi : 13h-18h - Dimanche 10h-18h
    Entrée libre - Parc Dumont Boulevard Gallieni/Avenue Dumont 

Source information et image : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies