Publié le 30 Septembre 2012

PSARECUPAcclamé en juillet, conspué en septembre. Hier matin, des manifestants de PSA décernaient un « carton rouge » au ministre du Redressement productif, à l’ouverture du Salon de l’automobile à Paris. L’après-midi, lors du meeting organisé en plein cœur de la cité de la Rose-des-Vents, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), non loin de l’usine promise à la fermeture en 2014, l’ambiance n’était pas plus chaleureuse.

 

Des salariés sans illusions


Tout le monde ici se souvient d’un
Arnaud Montebourg pugnace au début de l’été, jugeant « inacceptable » le plan de Philippe Varin… Et depuis? « Qu’il soit là ou pas, c’est pareil! Ce ministre ne sert à rien! » assène Ahmed, vingt ans d’ancienneté chez PSA. « Puisque le gouvernement n’a pas le courage de s’attaquer à la famille Peugeot, nous on va le trouver, le courage! » lance de la tribune le délégué CGT de l’usine, Philippe Julien, très remonté.

Dans la foule massée devant la tribune installée en plein air, aux côtés de salariés de Ford, Sanofi, Air France, Rachid, 33 ans, ouvrier sur la ligne de montage, confie ses désillusions : « Montebourg, avant tout ça, je pensais que c’était quelqu’un d’honnête. Mais le gouvernement, ça change les gens. Pour se battre, on ne pourra compter que sur nous-mêmes. »

Amokrane, technicien de 48 ans, hausse les épaules, fataliste. « On ne peut pas en vouloir à Montebourg. Son meilleur ennemi, c’est François Hollande, qui l’a mis dans cette drôle de situation. Regardez comme il est empêtré dans ses histoires de hauts-fourneaux! Il a des compétences, mais est-ce qu’il a le pouvoir d’agir? » A ses côtés, Mohamed pense que le gouvernement peut agir et « obliger l’entreprise à multiplier les indemnités par 4 ou 5 si elle licencie ». Eric, grand gaillard travaillant à l’usine depuis vingt-deux ans, est sévère : « Montebourg et Hollande ont tout fait pour virer Sarkozy, mais ils ne tiennent pas leurs promesses, ils sont irresponsables. Si ça continue, c’est une présidente d’extrême droite qui sera élue la prochaine fois, une présidente d’extrême droite ! »

 

Source : Gwenaël Bourdon Le Parisien du dimanche 30 septembre



Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 29 Septembre 2012

PSARECUPD’habitude, ce sont les étals du marché qui s’installent sur la place Jupiter, dans le quartier de la Rose-des-Vents (les 3000), à Aulnay. Mais les habitants assisteront cet après-midi à un spectacle inédit. Banderoles déployées, sono déchaînée, slogans repris en chœur…

 

Un grand meeting intersyndical contre les licenciements va débuter à partir de 14 heures, à l’appel de la CGT, de la CFDT, de FO, de Solidaires, de l’Unsa et de la FSU.  Premiers concernés par cette mobilisation, les salariés de l’usine PSA Peugeot-Citroën, voisine de la cité et promise à la fermeture en 2014. Ils devraient être les plus nombreux, d’autant qu’une partie d’entre eux habite le quartier.

 

Leurs délégués syndicaux prendront la parole, ainsi que des délégations d’autres entreprises comme Sanofi (Romainville), également au cœur d’un plan de suppressions de postes, mais aussi plusieurs sociétés de la plate-forme de Roissy (Air France, Servair, ICTS), ou encore les Rotos93, mobilisés depuis plus de quatre mois au Blanc-Mesnil… Elus et militants de gauche seront également présents. Seul le maire socialiste d’Aulnay, Gérard Ségura, dira un mot au micro. Un concert du groupe lillois ZEP (Zone d’expression populaire) doit conclure la manifestation, vers 15h30.

 

Source : Gwenael Bourdon. Le Parisien le 29 septembre 2012.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 29 Septembre 2012

 educationnationaleremplacants«C’est un début mais nous sommes encore loin du compte. » A l’issue de la réunion au rectorat de Créteil, avec les organisations syndicales, mardi 26 septembre au matin, les réactions étaient mitigées. Certes, le ministère de l’Education nationale commence à se rendre compte que l’absence de remplaçants du 1er degré en Seine-Saint-Denis pose un vrai problème. Il annonce ainsi avoir recruté 27 étudiants (sur 53 contactés) pour faire face à la situation.

 

Mais c’est bien là que la bât blesse. L’intersyndicale ne veut pas d’étudiants. « Le minimum, c’est tout de même que les professeurs que l’on va mettre devant les enfants aient le diplôme qui leur donne la capacité d’enseigner, martèle Rodolphe Ciulla, délégué SUD. C’est pourquoi, à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Nous voulons l’organisation d’un nouveau concours dès le mois d’octobre afin de trouver les effectifs manquants. Cela s’est déjà fait en 1982. »

 

Second motif d’accrochage : le statut. Le rectorat propose des vacataires quand les syndicats réclament une contractualisation, avec les mêmes avantages que les professeurs stagiaires, ce qui déboucherait sur une titularisation à l’issue de l’année scolaire. « On ne peut pas jeter les gens comme des mouchoirs quand on n’a plus besoin d’eux, car de toute façon on aura besoin d’eux », s’insurge Martine Caron, déléguée départementale Snuipp-FSU. « A titre d’exemple, rien que sur la ville de Saint-Denis, il faudra remplacer près de 50 congés maternité cette année. Pour le moment, l’Etat se contente d’éteindre les incendies mais il faut qu’il inscrive son action sur la durée. » L’intersyndicale a donc rappelé que le nombre de postes prévus par l’académie au concours l’année prochaine devrait au moins être doublé.

Au final, le préavis de grève pour le 11 octobre est, pour le moment, maintenu. La direction académique des services de l’Education nationale n’a pas donné suite à nos appels hier. Sur le terrain, les situations varient au gré des jours. A Gagny, par exemple, les parents d’élèves vont, ce matin, occuper la maternelle Jules-Ferry où une enseignante est en arrêt maladie depuis le premier jour de la rentrée et n’a toujours pas de remplaçant. Mais il y a, parfois, des bonnes nouvelles. Ainsi, à la maternelle Diderot de Montreuil, une nouvelle institutrice viendra remplacer son prédécesseur, absent pour plusieurs semaines, ce qui n’était pas prévu dans un premier temps.

 

Source : Sébastien Thomas. Le Parisien du mercredi 27 septembre 2012.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 29 Septembre 2012

ourcq.jpgLes amateurs d’eau et de nature seront comblés ce week-end avec l’opération L’Ourcq vert et bleu organisée autour du canal. Rendez-vous ce samedi 29 septembre de 14 à 19h et dimanche 30 septembre de 10h à 19h. Vous trouverez ci-dessous le programme des réjouissances :

sur le quai de vieux pavés et le long de l’eau :

§  Exposition, ateliers, animations et spectacles sur les thèmes de l’eau (pollution, assainissement,..) ; des plantes de berges ; des voies vertes de la ville et des parcs et forêts communaux et intercommunaux de l’Est de la Seine Saint Denis ; du tri sélectif

sur la «voie verte» reliant canal et parc Faure :

§  un parcours en «rosalie» gratuit est proposé à tous, enfants, adultes

au parc Faure et à la Maison de l’Environnement :

§  Site bucolique se prêtant à un joli moment avec un rallye-quizz à travers passerelles et cheminements et la visite de l’exposition sur l’énergie

Allez aussi découvrir en amont et en aval d’Aulnay d’autres escales attractives

§  navettes fluviales, les deux après-midi et tous les 45 minutes vers Bobigny (parc de la Bergère) ou vers Sevran, puis vers le parc de la Poudrerie

Infos pratiques :

§  rosalies : se munir d’une carte d’identité

§  buvette et salon de thé sur les deux sites

§  gardiennage de vélos au canal

§  horaires du spectacle de rue : samedi 14h30 et 16h00 et dimanche 17h15

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 28 Septembre 2012

Nous clôturons notre couverture de la manifestation organisée hier soir en plein Conseil municipal autour du projet Croix-Blanche avec l’interview du président de l’association qui défend ce quartier, Benjamin Giami. Ce dernier dénonce notamment la légèreté et l’incohérence des élus de la ville dans la gestion du comité de pilotage qui doit aboutir en principe à un projet d’aménagement concerté sur le terrain de l’ancien centre des impôts. Malgré les pétitions, manifestations et autres actions menées par l’association depuis plus d’un an déjà la municipalité parait toujours rester sourde à la demande première des riverains : que le plan local d’urbanisme soit respecté et la zone pavillonnaire préservée. Si Philippe Gente adjoint au maire au Grand Paris et co-président du conseil de quartier se veut rassurant (tel un vendeur de chez Vogica persuadé de fourguer les meilleures cuisines du monde) quant à la suite du processus initié avec les habitants  il semblerait que ceux-ci soient loin d’être totalement convaincus… Affaire à suivre donc…

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 28 Septembre 2012

Une quarantaine de personnes sont venues hier soir manifester leur mécontentement pendant la traditionnelle séance mensuelle du Conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois. Pour une fois il y avait donc enfin du public dans la salle pour assister aux débats des élus !


Comme nous l’évoquions hier ici, des membres de l’association Croix-Blanche  accompagnés de riverains du terrain de l’ancien centre des impôts ont exprimé leur crainte d’un changement de zone du plan local d’urbanisme dans le secteur. En théorie, les différents scénarios du futur aménagement devaient garantir impérativement le caractère pavillonnaire (UG) de l’endroit mais divers échanges de mails entre élus et membres du comité de pilotage, en charge d’élaborer le plan de la nouvelle construction, ont semble-t-il ébranlé les certitudes. Bref, la confiance ne parait pas encore de mise autour de ce projet.

Les manifestants ont usé de pancartes affichant plusieurs slogans : démocratie de façade, touche pas à mon PLU !, projet Croix-Blanche PLU respecté ou encore des paroles des paroles en allusion à la chanson bien connue de Dalida. Elle a du reste été diffusée et chantée dans la salle provoquant l’opprobre de quelques élus soudain très pointilleux sur l’ordre public. Heureusement nous ne sommes pas en Syrie. Quoi qu’il en soit, aucun incident n’a été déploré et, s’il s’agissait de marquer le coup, cette action est parfaitement réussie. Elle devrait d’ailleurs en appeler d’autres si la situation n’évolue pas plus favorablement. Dans un prochain article nous diffuserons la vidéo de l’interview que le président de l’association Croix-Blanche, Benjamin Giami, a bien voulu nous accorder…  

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 28 Septembre 2012

GRANGESLa librairie Folies d’encre, située 41 boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois, propose ce samedi 29 septembre à partir de 17h une rencontre avec Joël Biard, militant et responsable syndical CGT depuis 1968 en Seine-Saint-Denis, autour du livre La Grange Aux Belles, Maison des syndicats 1906-1989, co-écrit avec Danielle Tartakowsky.

Cet ouvrage traite de l’histoire du syndicalisme en région parisienne tout en évoquant les destins des ouvriers parisiens. Compte-tenu de l’actualité sociale locale, notamment l’annonce de la fermeture à l’horizon 2014 de l’usine PSA, nul doute que cet événement aura un écho particulier…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 27 Septembre 2012

plurespecte.JPG

Une partie de la rédaction d’Aulnaylibre ! est présente ce soir lors de la séance mensuelle du Conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois. Une manifestation est actuellement en cours dans la salle du Conseil à propos du projet Croix-Blanche relatif au futur aménagement de l’ancien centre des impôts. L’association Croix-Blanche et les riverains présents réclament que le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la zone concernée, actuellement en UG c'est à dire pavillonnaire, soit impérativement respecté. Nous reviendrons demain plus longuement sur cet événement.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Publié le 27 Septembre 2012

logo pole emploiLe chômage continue sa progression en Seine-Saint-Denis. 98 190 personnes, n’ayant pas du tout travaillé (catégorie A), étaient inscrites au Pôle emploi fin août, soit 730 de plus qu’en juillet. Cela représente une hausse de 0,7 %. Si l’on compte également les personnes ayant travaillé quelques heures dans le mois (catégories A, B, C), on atteint 131 250 demandeurs d’emploi dans le 93 soit + 0,6% en un mois. Cette tendance suit celle observée au niveau national marquée par le franchissement du seuil symbolique de 3 millions de chômeurs à la fin août en France. En incluant les inscrits au Pôle emploi exerçant une activité réduite, ce sont 4 494 600 personnes qui cherchaient un travail, un autre record battu celui-là depuis la mise en place de statistiques comparables en 1991.

chomage.jpg

Bien entendu l’équipe au pouvoir actuellement a refusé d’endosser la responsabilité de ces funestes records préférant évoquer un héritage du gouvernement précédent. C’est de bonne guerre évidemment  mais cela ne saurait occulter que la réalité économique  prend le plus souvent le pas sur la volonté politique quelle qu’en soit la force. Ainsi, au train où vont les choses, et si la crise persistait, le fameux slogan le changement c’est maintenant pourrait prendre un peu de plomb dans l’aile sur le front de l’emploi tout au moins. Par ailleurs, enfin, on peut s’étonner de la relative torpeur sociale qui prévaut dans le pays. Quel seuil de chômeurs faudra-t-il atteindre avant l’explosion ? 10 millions ? 20 millions ?

Source chiffres et graphique. Journal Le Parisien du jeudi 27 septembre.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Publié le 27 Septembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué des écologistes et élus Verts d’Aulnay Ecologie interpellant le maire d’Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura, à propos des OGM. Ils souhaitent connaitre les mesures que la municipalité s’engage à prendre à titre conservatoire afin de suspendre toute consommation d’aliment génétiquement modifié (ou dérivé)  dans l’ensemble des restaurants collectifs dépendants de la ville. Cette missive fait probablement suite aux résultats d’une étude, effectuée sur des rats et publiée récemment, qui tend à prouver que ceux nourris au maïs OGM développent deux à trois fois plus de tumeurs que les autres. La lettre d’Alain Amédro conseiller municipal et vice-président du Conseil régional est disponible au format pdf en cliquant  ici 

EELVLOGO.jpg   

Communiqué des écologistes et élus Verts - Aulnay Ecologie

 

Aulnay-sous-Bois, le 25 septembre 2012

                 OGM : quelles précautions à Aulnay-sous-Bois ?

 

Les écologistes veulent mettre les enfants aulnaysiens à l’abri des OGM.

Ils interpellent le maire d’Aulnay-sous-Bois en ce sens.

 

Le 19 septembre dernier, les résultats d’une étude sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) menée par l’équipe du professeur SERALINI ont ébranlé les certitudes. L’équipe française a étudié les effets à long terme d’un pesticide, le Roundup, et d’un maïs OGM NK603. Des rats ont été observés sur plus de cent paramètres, pendant deux années, et non sur trois mois comme les firmes le font pour obtenir des autorisations. Ceux nourris au maïs OGM développent deux à trois fois plus de tumeurs que les autres.

 

A ce jour en France, les plantes génétiquement modifiées sont fréquemment utilisées dans l’agro-alimentaire ou pour nourrir les animaux d’élevage. L’étiquetage n’est obligatoire qu’à partir d’une teneur de 0,9% en OGM dans les produits alimentaires.

 

La consommation humaine de plantes génétiquement modifiées est donc courante en France, malgré les interdictions de production.

 

Face aux risques encourus suite à la consommation humaine de ces plantes de façon directe (céréales, maïs, pomme de terre…) ou indirecte via la consommation de viande, les élu(e)s écologistes souhaitent connaître les mesures que la municipalité d’Aulnay-sous-Bois s’engage à prendre à titre conservatoire afin de suspendre toute consommation d’aliment génétiquement modifié (ou dérivé) dans l’ensemble des restaurants collectifs dépendants de la ville.

 

Pour Alain AMEDRO, Conseiller Municipal – Vice-Président du Conseil Régional : «Il  faut engager un contrôle strict des aliments pour garantir leur absence d’OGM ».

 

 

Les écologistes et élus Verts, Aulnay-Ecologie

 

Secrétariat des élus Verts : 01 48 79 44 48

  http://elusvertsaulnay.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 27 Septembre 2012

Les deux vidéos ci-dessous ont été captées samedi dernier au petit matin dans un jardin aulnaysien. Une dizaine de perruches profitait de tournesols pour picorer des graines parfois dans des positions pour le moins acrobatiques. Certes il n’est pas rare d’apercevoir ni d’entendre ce type de volatiles dans le ciel d’Aulnay-sous-Bois mais la rédaction d’Aulnaylibre ! les a filmés cette fois-ci au plus prés. Ce véritable spectacle n’a pas manqué d’attirer l’attention des petits et grands sans doute fascinés par cette nature s’affichant ostensiblement en milieu urbain. Et oui, qu’on se le dise, il n’y a pas que du béton à Aulnay-sous-Bois ! Il y a aussi des jardins et une sorte de biodiversité qu’il n’est pas interdit de vouloir préserver…

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Publié le 9 Septembre 2012

Hier après-midi nous avons fêté la rentrée de l’Espace Jacques Prévert, l’un des nombreux écrins qui permettent à Aulnay-sous-Bois de disposer d’une offre culturelle riche et variée, en assistant à la projection du film d’animation l’étrange pouvoir de Norman. Ce dernier, à l’instar de Cole Sear le jeune garçon du long métrage sixième sens de M. Night Shyamalan, a la capacité de voir les gens qui sont morts. Cette faculté paranormale qui, dans un premier temps, lui vaut le surnom de Freak ( bizarre, anormal en anglais) dans son entourage lui est pourtant d’une utilité primordiale lorsque la petite ville où il habite est prise d’assaut par une armée de zombies. Il s’agira alors de mettre fin à une malédiction vieille de plusieurs siècles orchestrée par une sorcière terrifiante.

l-etrange-pouvoir-de-norman-banniere.jpg

Gentiment flippant avec des clins récurrents à l’imagerie des films d’horreurs (Vendredi 13, la nuit des morts vivants…) le dessin animé regorge de scènes d’action, le plus souvent drôles et déjantées, propices à déclencher les rires des grands et petits jusqu’au moment où Norman et la sorcière se rencontrent pour un final de toute beauté. L’ultime séance est prévue aujourd’hui dimanche à 14h.      

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 7 Septembre 2012

Pendant sa pause d’été prolongée la rédaction d’Aulnaylibre ! a continué de recevoir un certain nombre d’emails notamment à propos de la diffusion des vidéos de la 1ere nuit des arts martiaux qui s’est déroulée à Aulnay-sous-Bois le 30 juin dernier. Notre caméra avait capturé ce soir-là la quasi-totalité des disciplines présentées. Nous en poursuivons donc bien volontiers la diffusion. Après le Krav Maga, le Viet-Vo-Dao, le Karaté d’Okinawa et la Lutte voici venu le tour du Sport Chanbara dont le nom exprime le bruit des sabres qui s’entrechoquent dans le combat des samouraïs. Il est souvent assimilé au Kendo, littéralement la voie de l’épée, bien qu’il en diffère ostensiblement. Nous enchaînerons prochainement avec le Naginata.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 7 Septembre 2012

AssosCroixBlancheC’est à un véritable coup de théâtre auquel nous avons assisté hier soir lors de la réunion du Comité de pilotage du projet Croix-Blanche relatif à l’aménagement du terrain de l'ancien Hôtel des Impôts. En effet,  la municipalité semble s'être mise d'accord avec l'Association QCBE (voir sur la photo ci-contre Benjamin Giami son président et Séverine Delamare sa vice-présidente) pour que le projet respecte la zone UG (Pavillonnaire) du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et qu'il soit soumis à l'approbation des riverains !

Ainsi, suivant la réglementation du PLU,  les principes suivants seraient respectés : 

- une marge de recul de 4 mètres par rapport à la rue,

- une hauteur maximale de 10 mètres,

- des logements construits en priorité pour les jeunes, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite,

- 40% d'espaces verts,

- 2 places de parking par logement.

En outre, et c’est la grande nouveauté, les différentes hypothèses de travail de ce comité de pilotage seraient soumises à la consultation populaire des habitants du quartier, par référendum.

Les nombreux riverains présents à la soirée d’hier à l’école des Prévoyants avaient du mal à y croire et continuent à se poser des questions. Après avoir bataillé pendant près d’un an et demi avec une municipalité qui, selon eux, ne les écoutait pas, voilà un revirement de situation qui devrait contenter les 1 300 signataires de la pétition.

Que s’est-il donc passé ? Pourquoi la Mairie a-t-elle brusquement fait marche arrière et accepté les conditions posées par l’association Croix-Blanche ? Le mystère reste entier. Des élections municipales seraient-elles programmées pour bientôt ?

Benjamin GIAMI, le président de l’association QCBE, s’est félicité de ces avancées mais se montre déterminé afin que les promesses énoncées hier soient respectées. « On a eu tellement de déconvenues avec la Mairie que l’on reste particulièrement vigilant sur ce que nous ont dit Messieurs Gente et Challier hier soir », a-t-il déclaré ce matin. « Un certain nombre de points demeure en suspens, et notre travail est loin d’être fini. Ainsi, nous avons calculé qu’en respectant le PLU du quartier, l’EPFIF peut construire jusqu’à 45 logements. Nous nous sommes toujours prononcé pour 30 logements, pas plus. Donc nous allons devoir travailler pour que les revendications des riverains soient prises en compte. (…) Il faudra également se pencher sur les modalités de la consultation populaire, annoncée hier par les adjoints du Maire : quel sera le périmètre de quartier de ce référendum ? Les riverains auront-ils à se prononcer sur un projet ou auront-ils à choisir entre plusieurs alternatives possibles ? »

Quoi qu’il en soit, cette évolution favorable des événements constitue une belle victoire pour l’Association Croix-Blanche qui a eu à batailler sans relâche depuis longtemps. Les riverains, habitués à « avoir affaire à un mur » - pour reprendre les mots de certaines personnes hier soir, restent néanmoins méfiants face à un tel retournement de situation.

En tout cas, si une consultation populaire a bien lieu, ce sera une première dans l’histoire de la démocratie aulnaysienne. Et les habitants pourront remercier et se souvenir du travail fourni par l’association du quartier, portée par Benjamin Giami et sa vice-présidente Séverine Delamare. 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Publié le 6 Septembre 2012

Pour appeler à l’aide, avec l’espoir d’être entendu, on jette parfois une bouteille à la mer. Notamment en période de crise. A ce titre, celle que semble traverser le secteur automobile est à ce point dramatique que, dans certaines régions côtières françaises, les conducteurs en viennent apparemment à se débarrasser de leurs véhicules en plein océan. C’est du moins ce que suggère le cliché saisissant ci-dessous pris sur le vif et sans trucage aux abords de l’atlantique nord.

voituresalamer.JPG

Les fous du volant auraient-ils perdu la raison au point de sacrifier leurs autos sous les flots ? Mais que se passe-t-il donc ? S’agit-il d’une subite prise de conscience à mettre sur le compte de l’Agenda 21 qui préconise notamment de réfléchir à des modes de transport alternatifs pour désengorger les centres urbains et limiter la pollution dans les grandes villes ? Ou bien est-ce une façon détournée pour tenter de relancer artificiellement la demande dans cette branche de l’industrie actuellement au point mort ? Bien malin qui pourrait l’écrire…

En attendant les réponses à ces questions le dilemme reste entier. D’un côté on se plaint des routes surchargées, de l’absence de places pour stationner et de l’air vicié respiré, préoccupations dont les solutions sont à chercher indubitablement dans une maitrise accrue de la prolifération des voitures,  et de l’autre on se lamente dès qu’un constructeur automobile ferme une usine de production. Comme si chacun tirait la corde de son côté sans se soucier de trouver un point d’équilibre. Faudra-t-il pour cela la casser ?  

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Humeur