Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 14:44

PSARECUPLa pétition a circulé à toute vitesse dans les ateliers d’Aulnay. Plus d’un millier de signatures récoltées en un jour et demi, dans une usine qui compte 3000 salariés. « C’est plus des trois quarts de l’effectif ouvrier présent, un record! » assure Jean-Pierre Mercier, délégué CGT.

Le texte sera remis ce matin à la première heure aux délégués syndicaux siégeant au comité central d’entreprise (CCE) du groupe PSA Peugeot-Citroën, à Paris. La demande est simple : ne pas autoriser la direction à procéder, comme elle le souhaite, à des « mutations internes provisoires » d’employés d’Aulnay et Rennes vers d’autres usines du groupe.

 

La proposition — qui figure dans l’ordre du jour du CCE — ne date pas d’hier. Dès cet été, PSA avançait cette idée face à des syndicalistes très réticents. L’argument est simple : beaucoup de salariés souhaitent partir. L’usine de Poissy attend des renforts. Mais toutes les mobilités sont suspendues au sein des deux usines depuis la présentation du plan de suppressions de postes le 25 juillet. La direction veut donc contourner l’obstacle en obtenant le feu vert des syndicats.

 

PSAMairieManifestation ce matin à Paris

Ceux d’Aulnay restent farouchement opposés au dispositif : « Ces mutations, dans les conditions actuelles, sans aucune garantie, ne sont pas acceptables. Elles permettraient à la direction de vider Aulnay, de diviser les salariés sans qu’un accord écrit sur l’ensemble des revendications des salariés ait eu lieu », indique la motion, signée par le SIA (Syndicat indépendant de l’automobile, majoritaire à Aulnay), la CFDT, la CGT, la CFTC, FO et CGC (SUD ne s’y est pas associé, estimant que la pétition « abandonne le combat contre la fermeture de l’usine »).

Hier, aux portes de l’usine, beaucoup de salariés restaient tout aussi méfiants. Bensaïd, employé à la logistique, veut « du concret » : « Pas de mutations provisoires, mais des garanties sur le fait qu’on retrouvera le même poste, le même contrat, le même salaire, les mêmes primes », martèle-t-il. « Les gens seront envoyés à droite, à gauche, ils seront isolés et j’ai du mal à croire qu’on les fasse revenir après », glisse un autre ouvrier. « Et ceux qui n’ont pas le permis, qui ne peuvent pas se déplacer, que deviennent-ils? » s’interroge Samir, ouvrier au montage.

Sur toutes les lèvres, un même pronostic : ces mutations permettraient à la direction de passer de deux à une seule équipe dès janvier. Du côté de la direction, on assure que le groupe « ne passera pas outre l’avis des syndicats » et que les mutations seraient échelonnées dans le temps, par « petites dizaines ». Dès 7h30, les manifestants d’Aulnay se masseront aux portes du site de la Grande-Armée, à Paris, où se tient le CCE. Pas sûr cependant que les délégués syndicaux centraux partagent la détermination de leurs collègues aulnaysiens sur ce point.

Source : Gwenaël Bourdon. Le Parisien du 25 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 11:51

JEANFERRAT.jpgJean Ferrat, l’un des artistes les plus populaires du demi-siècle écoulé, est un homme de conviction et d’engagement qui n’a eu de cesse de porter, tant par les actes que par les mots, les valeurs de l’humanisme auxquelles il était si profondément et viscéralement attaché. Les foyers clubs avec la chorale Chœur à cœur, les groupes de danse, de musique et d’ateliers artistiques rendront hommage au poète disparu, et contribueront ainsi humblement à perpétuer son œuvre artistique.

Cette création s’inscrit dans Festiv…Age, le festival de l’âge qui est l’aboutissement d’un long travail mené par les seniors fréquentant les foyers clubs. C’est enfin le moment de mettre en lumière les capacités artistiques parfois insoupçonnées des participants, que ce soit à travers le chant, la danse ou encore la musique. La mise en scène de cet hommage sera confiée à Mauricio Celedon – directeur du Teatro del Silencio. Elle s’inspirera de la vie et des œuvres de Jean Ferrat pour créer, avec les 130 seniors, un spectacle mêlant chant, chorégraphie, mime et cirque.

Spectacle le samedi 27 octobre à 20h30 à l'Espace Jacques Prévert d'Aulnay-sous-Bois. Réservations au 01 48 66 49 90

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Culture
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 08:58

plandecirculation.png

Un nouveau plan de circulation pourrait prochainement entrer en vigueur dans le sud d’Aulnay-sous-Bois. Parmi les changements notables l’avenue Jean Jaurès passerait en sens unique avec toutes les conséquences possibles sur les rues avoisinantes (augmentation du trafic et du bruit…). Bien que, pour l’instant, la municipalité n’ait encore officiellement rien décidé, cette option devrait être confirmée. S’il faut concéder un réel effort pour privilégier les circulations douces, il n’en reste pas moins que les riverains n’ont pour le moment pas pu exprimer leur avis sur ce projet. En effet, à ce jour, l’impact réel sur les rues alentour n’a pas réellement été quantifié ni analysé. De même, les possibles futures constructions, notamment d’immeubles, comme par exemple celui de Croix-Blanche, qui pourrait aussi comprendre un équipement, n’ont pas été prises en compte dans cette étude.

plandecirculation2.png

Ce sujet est au programme du conseil de quartier qui se tiendra ce soir à 19h30 au réfectoire Nonneville situé 41 rue de la Division Leclerc. Espérons donc que les habitants du secteur ne soient pas mis devant le fait accompli, comme ce fût si souvent le cas dans le passé sur les questions d’urbanisme notamment, et qu’ils puissent être force de proposition dans ce nouveau plan de circulation qui s’annonce…

(Le document que nous publions est accessible au format pdf en cliquant ici.)

Source plans : TRANSITEC

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Transports
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 05:00

RER1La circulation des trains sera perturbée aujourd’hui. Quatre syndicats (CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT) ont lancé un appel à la grève pour alerter l’entreprise et le gouvernement sur l’emploi et la réforme prochaine de la gouvernance du système ferroviaire.

Les syndicats ont déposé un préavis de grève nationale qui débutera le mercredi 24 octobre à 19 heures et se terminera le vendredi 26 octobre à 8 heures.

Selon les prévisions communiquées par la SNCF, le trafic sera assuré de la façon suivante en Ile-de-France :

Perturbations sur les lignes J, L, N, P, R et U du réseau Transilien. 1 train sur 2 en moyenne pour la ligne N, 4 trains sur 5 en moyenne pour la ligne U, 2 trains sur 3 en moyenne pour la ligne P. 
Ligne H : service normal sauf sur la relation Creil - Pontoise assurée en bus. 
Le trafic est normal sur les lignes A, B, E du RER, la ligne K et sur le tram-train T4. 
Le trafic des RER C et D sera de 2 trains sur 3 en moyenne en heures de pointe. 
Le trafic des RER A, B et E sera normal à quasi-normal.

Bon courage à toutes et à tous et n’hésitez pas à indiquer en temps réel l’état du trafic. Merci.

Source : http://www.evous.fr

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 20:40

À Aulnay-sous-Bois, les associations d’aide font toutes le même constat : la crise atteint de nouvelles classes sociales. Du Secours catholique aux Restos du cœur, les centres d’accueil ne désemplissent pas.

pauvrete604-604x393.jpg

C’est l’un des symboles de la rénovation urbaine des quartiers défavorisés engagée par l’État en 2004. Au nord de la ville d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), la démolition spectaculaire des barres d’immeubles vétustes a laissé place, au fil des années, à des immeubles collectifs de quatre étages ainsi qu’à des maisons individuelles. Partout des grues et des bulldozers s’activent pour réhabiliter ces quartiers et réaménager la voirie. Le ravalement des façades semble avoir suffi à rendre la pauvreté imperceptible. Pourtant, le taux de chômage est toujours deux fois plus important qu’ailleurs (il atteint les 40 % pour les 18-25 ans) et la part des personnes vivant sous le seuil de pauvreté n’a cessé d’augmenter.

Des familles se pressent au centre d’accueil du Secours catholique, situé au coeur de la cité de l’Europe, l’un des quartiers populaires d’Aulnay-sous-Bois, ville récemment frappée par l’annonce de la fermeture de l’usine PSA. André, bénévole septuagénaire, témoigne :

“Au début, avec la restructuration du quartier, les populations les plus pauvres ont déménagé et nous avions moins de monde. Depuis deux ans, malgré ce basculement sociologique, les gens reviennent se restaurer chez nous. Toutes les classes sociales finissent par être touchées par la crise.”

Cette recrudescence des demandeurs d’aide est signalée par toutes les associations. Dans son rapport d’activité annuel, publié cette semaine, Médecins du monde indique que ses consultations ont augmenté de 22 % entre 2008 et 2011 (plus de 98 % des patients accueillis vivaient sous le seuil de pauvreté).

Dans une petite salle de la permanence du Secours catholique, assis sur des chaises d’école, un couple attend d’être reçu par une bénévole. La femme, Kakharoubya, est française et le mari, Lakhdar, algérien. Après avoir vu une assistante sociale, ils viennent déposer une demande d’accès à “l’épicerie sociale” du Secours catholique.

“Une fois que vous êtes expulsé, c’est souvent la spirale infernale”

Pour les personnes très en difficulté, l’association distribue des colis d’urgence contenant des produits de première nécessité (lait, café, riz, pâtes, sardines, etc.). Pour ceux qui disposent d’une situation un peu moins précaire, le Secours catholique propose un accès à une banque alimentaire où les bénéficiaires ne paient que 30 % du prix des produits. C’est le cas de ce couple, dont le mari arrivé en France en 2012 ne trouvait plus de travail en tant que dessinateur-projeteur en Algérie. Malheureusement, le marché de l’emploi semble tout aussi saturé ici.

“J’ai dix ans d’expérience et un bac + 3 en Algérie mais c’est comme si tout cela ne valait rien ici”, explique Lakhdar devant la bénévole. “Essayez-de chercher par vous-même du travail. Pôle emploi ne suffit plus”, lui suggère-t-elle.

D’après son dossier, le couple semble avoir de bonnes chances d’être accepté. Pour tout revenu, Lakhdar et Kakharoubya disposent de 528 euros de Revenu de solidarité active (RSA) et de 473 euros d’Aide personnalisée au logement (APL). Mais 800 euros partent chaque mois dans le loyer d’un petit F2 situé dans une cité environnante. Conséquence de la rénovation urbaine du quartier, les prix des loyers pratiqués approchent désormais ceux de Paris. Avec deux enfants à charge, le couple peine à joindre les deux bouts. “On a moins de 200 euros pour vivre par mois, ce n’est pas possible”, finit par lâcher Lakhdar, les larmes aux yeux. “Surtout, évitez les dettes de loyer. Une fois que vous êtes expulsé, c’est souvent la spirale infernale”, lui conseille la bénévole avant de les laisser repartir.

Dans un bureau situé dans une pièce adjacente, Philippe Solignac, responsable du Secours Catholique à Aulnay-sous-Bois, reçoit des “collègues” des Restos du cœur. Dans leurs échanges, les bénévoles aboutissent à la même description sociologique des demandeurs d’aides.

“Nous avons de plus en plus de jeunes et de familles monoparentales qui viennent chercher un petit complément auprès de nous pour garder la tête hors de l’eau. Lorsqu’un couple se sépare, on passe d’une situation stable à deux situations fragiles : un homme seul et une mère seule avec des enfants”, explique Philippe Solignac.

Depuis vingt ans, le profil des pauvres a beaucoup évolué en France. Aujourd’hui, selon l’Observatoire des inégalités, la “pauvreté touche en premier lieu les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, dont plus d’un sur dix sont pauvres, contre 3,7 % des plus de 60 ans.”

À la fin de leur tour de table, les bénévoles des Restos du coeur et du Secours catholique finissent par conclure que la crise économique a généré une explosion du nombre de demandeurs d’aides. Comme un symbole, Carrefour a dans le même temps arrêté d’aider le Secours catholique d’Aulnay-sous-Bois. “Nous avions un contrat avec Carrefour Paris-Nord. Chaque semaine, nous allions chercher les produits frais qu’ils n’avaient pas réussi à écouler. Il y a maintenant deux ans, on nous a signifié que c’était terminé, sans autres explications. En se baladant dans les rayons, on s’est rendu compte qu’ils écoulaient désormais leurs produits jusqu’à leur date limite”, déplore Philippe Solignac.

Il attend les poubelles pour se nourrir des sandwichs invendus

Un peu plus tard dans l’après-midi, au sein de Partage Sourire, un autre centre d’accueil du Secours catholique d’Aulnay-Sous-Bois qui distribue des repas chauds, un demandeur d’aide en vient également à parler de Carrefour. Assis à une table, Ho, français d’origine vietnamienne, 45 ans, finit une part de tarte en buvant un verre de jus d’orange. Quand on le questionne sur sa situation, cet ancien enfant de la DDASS, qui vit à la rue depuis plus de dix ans, n’a pas de mots assez durs contre les grandes surfaces : “Je ne comprends pas pourquoi ils jettent chaque jour des kilos de viande”, martèle-t-il, en pointant son doigt en l’air.

Pour survivre, Ho nous confie qu’il se rend chaque nuit, vers 4 ou 5 heures du matin, dans des chaînes de restauration rapide. Il attend patiemment que l’agent d’entretien sorte les poubelles pour se nourrir des sandwichs invendus de la journée. Avant, il allait récupérer des restes dans la zone de livraison de Carrefour. Un soir, il s’est rendu compte que ce qu’il appelle “la casse” avait été déplacé dans une immense benne surveillée par un gardien. “Pourquoi vous jetez ces produits au lieu de nous les laisser ?”, avait-il alors demandé. “Si on continue à donner ça, les gens n’achèteront plus rien, c’est une question de commerce”, lui aurait répondu le gardien.

Source : David Doucet http://www.lesinrocks.com Photo : Guillaume Binet/M.Y.O.P

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 16:54

plurespecteIl semblerait que le torchon continue de brûler entre la mairie, représentée par Philippe Gente, et l'association QCBE Croix-Blanche. Les membres du comité de pilotage auraient reçu il y a quelques jours, par courrier, des dossiers relatifs aux études géotechniques et au diagnostic arboricole du terrain de l'ancien Hôtel des Impôts. Or, dans l'étude géotechnique préliminaire, il est indiqué un projet de construction de bâtiments de type R+2 ou R+3 (rez-de-chaussée plus 2 ou 3 étages). 

 

C'est justement le terme R+3 qui aurait mis le feu aux poudres. Dans un mail envoyé samedi 20 octobre 2012 à Philippe Gente, Benjamin Giami, président de l'association Croix-Blanche, lui aurait demandé si la mairie maintenait sa volonté de construire des bâtiments de type R+3, au risque de modifier considérablement le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la parcelle, et donc d'ignorer purement et simplement tout le travail de l'association ainsi que sa pétition ayant recueilli plus de 1300 signatures de tous les riverains des alentours. 

 

Dans son mail soulignant, non sans une pointe d'ironie, qu'il est inscrit dans le dossier municipal un logo où l'on peut lire "la démocratie c'est maintenant", Benjamin Giami demande à Philippe Gente s'il maintient sa volonté de construire du R+3, lui requérant de s'expliquer le plus rapidement possible afin que l'association QCBE en "prenne toute la mesure". La mairie aurait -elle, une nouvelle fois, "oublié" ses promesses de construire dans le respect du PLU ? A moins que cette annonce, le 6 septembre 2012, n'ait été faite uniquement parce que la municipalité se sentait "menacée", ou psychologiquement sous pression, comme l'ont déclaré certains élus.... 

 

Quoi qu’il en soit les derniers développements de ce dossier urbain particulièrement brûlant dans cette partie sud de la ville semblent une fois de plus mettre à mal un des slogans municipaux affichés en 2008 : A Aulnay-sous-Bois la démocratie c'est maintenant ! En fait il faudra peut-être encore attendre jusqu’à demain…

 

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Urbanisme
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 14:50

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de la mairie d’Aulnay-sous-Bois adressé à tous les parents d’élèves des écoles Bourg Maternelle et Bourg 2 élémentaire. Il passe en revue de façon particulièrement détaillée les travaux effectués dans ces établissements scolaires. Cette communication est également accessible au format pdf en cliquant ici.

TRAVAUXECOLES.png

 

INFORMATION TRAVAUX

 

A tous les parents d’élèves des écoles

Bourg Maternelle et Bourg 2 élémentaire

 

Dans la continuité des travaux qui ont été effectués cet été et afin de répondre le plus rapidement possible aux constats effectués par les équipes enseignantes, vous trouverez ci-dessous l’ensemble des travaux demandés et effectués ou en cours d’exécution par les services de la ville :

 

Ecole maternelle du Bourg :

 

- Pour des questions évidentes de sécurité, un renfort de grillage provisoire a été mis en place sur la porte d’entrée.

- Un raccordement d’eau a été effectué pour le fonctionnement de la machine à laver.

- Des raccordements électriques ont été mis en place dans le bureau des ATSEM.

- Un évier d’adulte pour chacun des bâtiments a été posé afin de faciliter le travail des enseignants.

- Un raccordement électrique a été effectué pour le fonctionnement de la cuisinière.

- Un mélangeur a été mis en place en amont de l’ensemble des robinets afin d’éviter tous les risques de brûlures pour les enfants.

- Les câblages pour la connexion Internet ont été vérifiés. Celle-ci a été rétablie pour permettre la continuité du bon fonctionnement administratif.

 

La société ALGECO intervient chaque mercredi pour lever les réserves techniques et effectuer les modifications suite aux demandes de l'équipe enseignante.

 

Travaux qui seront réalisés dans le courant de la semaine du 22 octobre et d’ici la fin des

vacances de la Toussaint :

 

- Mise en place d’un interphone entre les deux bâtiments.

- Installation de mains courantes sur les rampes d’accès aux bâtiments afin de renforcer la sécurité des enfants.

 

Ecole élémentaire Bourg 2 :

 

Suite aux pluies de la semaine dernière, des fissures ont été constatées sur les toits des algécos. Les services techniques interviendront mercredi 24 octobre. Si nécessaire les travaux se poursuivront durant les vacances scolaires.

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Communiqués
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 12:30

Rapprocher les Franciliens de leur lieu de travail et amener de l’emploi aux portes de l’habitat urbain. C’est un des enjeux de taille du Grand Paris. Alors que pour se rendre à son travail, un habitant de la région Ile-de-France passe, en moyenne, deux fois plus de temps dans les transports qu’un habitant de la province, la question fait plus que jamais débat. Face à ce défi, les gares du supermétro régional ont tout leur rôle à jouer… C’est tout du moins, l’idée qui semblait faire consensus hier, lors de la première journée des assises de l’habitat francilien qui rassemblaient représentants des collectivités territoriales, de l’Etat et professionnels de l’urbanisme et du logement, au Parc floral à Paris. Autour de la table, chacun a tenté d’esquisser une réponse à la question : « Comment les gares du Grand Paris express peuvent-elles être un levier de développement urbain? »

supermetro.jpg

« La gare n’est pas seulement un édifice posé au milieu d’un quartier, elle peut aussi être le moteur d’un développement urbain et économique », pose d’emblée Jean-Claude Ruiysschaert, directeur régional et interdépartemental de l’équipement et de l’aménagement d’Ile-de-France. Sur le papier, les contrats de développement territoriaux, créés pour encadrer l’urbanisation autour des gares du futur supermétro, prévoient la construction de 70000 logements par an en Ile-de-France et la création d’un million d’emplois.

Mais dans les faits, le défi reste entier. Le nouveau schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif), qui sera mis au vote cette semaine, a bien vocation à inciter les collectivités à davantage d’urbanisation. « Plus encore qu’avant, il faut réfléchir à l’implantation de logements et d’emplois en fonction du futur réseau de transports », reconnaît Pierre Serne, vice-président du conseil régional, en charge des transports.

Un avis partagé par Dominique Alba, directrice de l’atelier parisien d’urbanisme, pour laquelle « chaque gare s’inscrit dans un territoire différent dont il s’agit de penser l’urbanisation de façon différente ». Et si, pour mieux mettre en musique l’objectif de construire de la ville sur la ville, certains appellent de leurs vœux la création d’une autorité organisatrice du logement à même de coordonner tous les efforts, d’autres, comme Claude Capillon, le maire de Rosny-sous-Bois (93), ne manquent pas de rappeler le contexte actuel : « La première question qu’on se pose, c’est de se demander comment accueillir la population avec le réseau de transports existant. »

Une réflexion que Pierre Serne met en perspective : « Si l’on met tout l’argent sur un nouveau réseau de gare, mais qu’à côté de cela on est incapables de faire passer l’actuel RER D de quatre à vingt trains par heures, ce sera raté. »

 Source : Le Parisien du 24 octobre 2012.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 08:16

paris-pollution-atmospherique-particules-fines-264799-jpg_1.jpg

Le seuil d’information pour la pollution aux particules fines devrait à nouveau être dépassé aujourd’hui en Ile-de-France. Ces particules sont notamment émises par la circulation automobile, en particulier les voitures diesels. Et les conditions météorologiques prévues ne devraient pas permettre leur dispersion. La préfecture de police a donc prolongé ses recommandations « antipollution » pour toute la journée. Les automobilistes sont invités à laisser leur voiture au garage et à privilégier les transports en commun ou, faute mieux, à réduire leur vitesse dans toute l’Ile-de-France. C’est la 3e fois que la procédure « d’information » est déclenchée depuis lundi.

 Source : Le Parisien du 24 octobre 2012

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Environnement
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 17:07

boxeparisien-copie-1.pngLe 15 décembre à Nuremberg (Allemagne), Mehdi Bouadla défiera l’Allemand d’origine arménienne Arthur Abraham, qui mettra en jeu sa ceinture mondiale WBO des poids super-moyens. Durant les semaines qui vont précéder sa première chance mondiale, le boxeur du CSL Aulnay va nous ouvrir son quotidien. Ses souffrances à l’entraînement comme les moments de sa vie privée. Premier round, aujourd’hui, sur son lieu de travail à la mairie d’Aulnay-sous-Bois.

 

Mehdi Bouadla est presque comme chez lui. A peine a-t-on franchi les grilles de la mairie d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et ses espaces verts que le boxeur commence à serrer des mains. De petites phrases d’encouragement fusent autour du comptoir de l’accueil, d’autres employés municipaux le saluent dans les couloirs. L’Aulnaysien est autant à son aise, ici, sur son lieu de travail, que dans sa salle de boxe située au complexe Marcel-Cerdan. « Dans ces deux endroits, j’ai la chance de croiser des gens sympathiques qui me permettent d’avancer. »

L’impact social


Longtemps conducteur de bus, avec des horaires incompatibles pour la vie d’un sportif de haut niveau, Bouadla (30 ans) a saisi la main tendue par la municipalité, qui lui a proposé, en décembre 2008, le poste de chauffeur du maire. « Aujourd’hui encore, il m’arrive de conduire sa voiture, explique l’ex-champion de
France, mais je suis devenu huissier, dédié à l’accueil du public. »

L’ambiance est tout aussi chaleureuse une fois dans le cabinet du premier magistrat, situé au premier étage. Et c’est après une franche poignée de main que Gérard Ségura (
PS) entraîne le pugiliste dans son bureau. « J’ai toujours eu le goût pour la boxe, signale l’édile. Né en Algérie, j’entendais parler de Cerdan dans ma jeunesse. » Mais c’est surtout pour ses résultats et son impact social dans la commune que l’élu a décidé d’aider le club de boxe depuis son élection en mars 2008. « Le club avait des ambitions, mais pas la possibilité de les atteindre. Nous n’avons rien fait d’autre que lui donner les moyens de progresser. C’est la rencontre d’une politique et d’une philosophie de travail en profondeur. »

A travers ce soutien, la ville a ainsi embauché l’un des fleurons de l’école aulnaysienne. « Mehdi a un emploi qui lui laisse des espaces de liberté pour préparer ses combats, ajoute le maire, qui s’apprête dans les tout prochains jours à libérer son employé « très spécial ». Mais ce n’est pas la municipalité qui a fait le champion. » Elle est tout de même son premier soutien. Le 15 décembre, Gérard Ségura pourrait être au bord du ring pour l’accompagner dans sa quête de consécration mondiale.

Mehdi Bouadla et Arthur Abraham, tenant du titre WBO des super-moyens, se rencontrent pour la première fois aujourd’hui en Allemagne lors d’une première conférence de presse

Source : Le Parisien du 23 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Soyons sport.
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 13:54

Vous trouverez ci-dessous un tract de l’association Croix-Blanche qui traite en ce moment principalement du dossier d’aménagement de l’ancien centre des impôts. Cette communication a été distribuée à 2 000 exemplaires dans le quartier concerné. Elle est également accessible au format pdf en cliquant ici.

 

plurespecte

 

 Alors que la Municipalité a pris l’engagement le 6 septembre dernier, devant témoins, de respecter le PLU du terrain de l’ancien Hôtel des Impôts, voilà que M. Gente, adjoint au Maire, déclare dans un courrier que le PLU risque d’être modifié pour que le projet «soit plus beau». Pour montrer son désaccord, l’Association Q.C.B.E, avec l’aide des riverains du quartier, s’est rendue le 27 septembre dernier au Conseil Municipal. Nous remercions donc fortement toutes les personnes qui nous ont accompagnés dans cette démarche.

Le PLU d’un terrain ne peut pas être modifié au gré du vent sous prétexte que ce sera plus beau si on ne le respecte pas ! Et avancer ce genre d’arguments, c’est se moquer encore une fois des riverains !

Monsieur le Maire, Messieurs les élus, prenez vos responsabilités et travaillez enfin avec les habitants ! Vous avez mis en place un Comité de Pilotage, utilisez-le et écoutez vos concitoyens ! Cessez de nous utiliser !

Si des décisions sont prises lors de ces réunions, ce n’est pas pour voir le contraire dans nos boîtes aux lettres le lendemain.

Nous ne sommes pas une belle opération publicitaire pour vanter les mérites de la démocratie participative ! L’Association Q.C.B.E continuera de défendre la qualité de vie du quartier et cela passe par le respect des habitants, nous serons toujours là pour le rappeler à la mairie.

Le Bureau Q.C.B.E

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Communiqués
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 10:59

moreeentranceAvis aux habitants du quartier de la Morée. Une première réunion d’information sur les travaux à venir aura lieu ce soir à 18 heures, au réfectoire de l’école Savigny. Elle est destinée aux habitants des 9 et 11, rue des Mimosas et du 4, rue des Lilas. D’autres rendez-vous sont prévus en novembre. Le chantier de réhabilitation a pris du retard. Il doit démarrer en janvier.

Un ordre de mission vient d’être confié à un groupement d’entreprises (Brézillon, Simeoni et Groffilex). Les autres réunions auront toutes lieu à 18 heures, au réfectoire Savigny. Le 30 octobre, pour les habitants du 2, rue des Lilas et des 10 et 12, rue des Aulnes ; le 6 novembre pour ceux des 1 à 15, rue des Aulnes ; le 14, pour ceux des 2, 4, 6 rue Ambourget et 1, rue des Mimosas.

Source : Le Parisien du 23 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 09:48

Des-Knaben-Wunderhorn.gifCe soir à partir de 20h30 l’heure musicale sera consacrée à des œuvres de Gustav Mahler. L’entrée est libre. Rendez-vous donc au conservatoire de musique et de danse à rayonnement départemental situé 12 rue de Sevran.

Des Knaben Wunderhorn (“le Cor merveilleux de l’enfant”) est une anthologie de poésies traditionnelles allemandes – jusqu’alors transmises oralement – compilées et réécrites par Achim von Arnim et Clemens Brentano au tout début du XIXe siècle. Reflet profond de l’âme germanique, les deux volumes de cette anthologie connaissent alors un succès immense, à la hauteur du travail colossal accompli par les deux auteurs. De nombreux compositeurs romantiques vont rapidement puiser dans ce répertoire littéraire pour développer un nouveau genre musical : le Lied.

C’est presque par hasard que Gustav Mahler découvre cet ouvrage dans la bibliothèque d’un de ses amis. Mais la rencontre avec cette littérature permet à Mahler de combler toutes ses aspirations contemporaines ; Des Knaben Wunderhorn lui inspirera la quasi-totalité de sa production dans le domaine du Lied entre 1888 et 1901. De la petit scène rurale aux grandes fresques, le programme donné ce soir réunit des lieder composés durant toute cette période.

Source : programme du conservatoire de musique et de danse à rayonnement départemental, dernier trimestre 2012.

 

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Culture
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 08:01

Les travaux du futur 7e collège d’Aulnay-sous-Bois ont été officiellement lancés hier. Mathieu Hanotin, vice-président PS du conseil général, et Gérard Ségura, maire de la commune, ont symboliquement dévoilé les panneaux du chantier situé rue du Havre et ont dévoilé les images de ce nouvel établissement.

7EMECOLLEGEBIS

Ce collège est construit dans le cadre d’un partenariat public-privé, pour un montant de 22 M€. Ce bâtiment basse consommation, équipé d’un système de géothermie et d’une toiture végétalisée, doit ouvrir ses portes à la rentrée de septembre 2014. Flanqué d’un gymnase, il abritera 700 élèves et permettra d’alléger les effectifs du collège du Parc, qui compte à ce jour un millier de jeunes scolarisés.

Le Parisien du 23 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Urbanisme
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 14:26

RSAUne maman avec son nouveau-né, un vieux monsieur, un couple un peu perdu, un jeune homme vivant en foyer… Mardi dernier, ils affluaient dans les locaux du projet de ville RSA, le service dédié à l’accompagnement des bénéficiaires, à Aulnay-sous-Bois. La commune comptait en juin 2012 4058 foyers dépendant de la prestation, contre 3931 en décembre 2011. A la même date, on dénombrait à Aulnay 6262 chômeurs (catégories A, B et C). Témoignages.

« Partout, on me demande le permis de conduire »

Il a 43 ans et l’air vaillant. Voilà trois mois que cet habitant d’Aulnay touche le RSA : « Depuis que je n’ai plus le chômage, confie-t-il. Avant, il y a un an, je travaillais dans la voirie. » L’homme était employé par la ville par le biais d’un de ces contrats aidés pour lesquels les financements de l’Etat se sont taris. Depuis, il cherche : « Il n’y a plus de boulot. Il y a quatre ans, j’ai travaillé en intérim chez Citroën, mais maintenant, c’est fini! J’ai demandé à l’aéroport de Roissy, dans les boîtes de déménagement… Partout, on me demande le permis de conduire, et je ne l’ai pas. Peut-être qu’ici on va pouvoir m’aider à le passer? » Ce matin, il est venu signer son « contrat d’engagement », fixant les devoirs des bénéficiaires en matière d’insertion. « Je ne sais pas exactement ce qu’il y a dedans. L’idée générale, c’est que tu dois être toujours présent, disponible. »

« J’ai fait une demande de logement social, je n’ai pas de réponse »

Yarodi a le visage soucieux. Ce mois-ci, cette maman seule n’a pas touché le RSA, qu’elle perçoit depuis « six ou neuf mois, je ne sais plus ». « Peut-être que c’est parce que je n’ai pas donné la photocopie de ma fiche de paie? Mais je ne l’ai pas encore reçue », murmure-t-elle, réfléchissant tout haut. En septembre, elle a un peu travaillé dans un hôtel parisien, comme femme de chambre. Il fallait se lever à 5 heures du matin, pour quelques centaines d’euros. Elle montre la paume de ses mains, toute parcheminée : « Je fais une allergie aux produits nettoyants. » C’est ce qui lui a valu de perdre son ancien travail, d’employée de nettoyage dans une entreprise. Yarodi avait demandé une allocation pour son handicap, mais ne l’a pas obtenu. Depuis, elle compte les sous, pour nourrir ses deux grands enfants, de 18 et 21 ans, eux aussi sans emploi. « Le loyer est cher. J’ai fait une demande de logement social, mais je n’ai pas encore eu de réponse. Comment faire pour manger avec 300 € par mois? »

« J’ai toujours eu des petits boulots »

Enveloppée dans une doudoune d’ado, Kelly ne fait pas ses 25 ans. Elle les a pourtant depuis avril, ce qui lui permet désormais de toucher la prestation de solidarité, « en attendant d’avoir mon concours ». « Heureusement que ma sœur m’a dit que j’y avais droit, sinon je n’aurais jamais fait les démarches! », avoue-t-elle. Cela fait quatre fois que Kelly tente les épreuves pour devenir infirmière. En novembre, elle passera l’examen pour être auxiliaire de vie. Comme beaucoup de gens de son âge, la jeune femme n’a eu pour toute expérience professionnelle qu’une suite de petits jobs, ainsi qu’un service civique effectué au sein d’une association : « J’ai toujours eu des petits boulots, jamais de grand contrat, explique-t-elle. Le RSA, ça m’aide pour payer ma carte de transports et avoir la CMU (couverture maladie universelle, NDLR) ».

Source : Le Parisien du 19 octobre 2012.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 07:11

header_troussel.png

Stéphane Troussel (PS) fera partie de la délégation de présidents de conseils généraux qui sera reçue aujourd’hui par François Hollande à l’Elysée. Le président du 93 souhaite à cette occasion attirer l’attention sur « l’insuffisante compensation de l’Etat au titre de l’attribution des trois allocations de solidarité (RSA, APA et PCH) », rappelant que, pour la Seine-Saint-Denis, « cela représente plus de 1 milliard d’euros depuis 2004 ».

Source : Le Parisien  / Photo : http://www.stephanetroussel.fr/

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 09:06

serresentrance

Sans la production sous serres, impossible de fleurir et d'embellir la ville... Pour mieux appréhender le rôle que joue le centre horticole pour le plaisir quotidien de nos yeux, une opération portes ouvertes se déroule aujourd'hui de 10h à 18h aux serres municipales d'Aulnay-sous-Bois situées 72 rue Auguste Renoir. Voici une excellente occasion de découvrir ou redécouvrir cet endroit garni de plantes prêtes à partir agrémenter les quelques 3 500 m² de massifs de fleurs que compte notre commune.

Source information : aulnay-sous-bois.fr

serres

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Fêtes et Cérémonies
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 13:14

RSA.jpgEffet mécanique de la crise et de la montée du chômage, les chiffres du revenu de solidarité active (RSA) explosent en Seine-Saint-Denis. Le conseil général s’alarme. Témoignages de bénéficiaires à Aulnay-sous-Bois.

« Pour moi, le RSA, c’est 417 € par mois. Tu ne peux pas vivre avec ça! » s’exclamait mardi, mi- rageur, mi- désespéré, un jeune bénéficiaire croisé à Aulnay-sous-Bois. Ils n’ont pourtant jamais été aussi nombreux à dépendre du revenu de solidarité active (RSA) dans le département.

Au 30 juin dernier, 83387 personnes ont ainsi touché tout ou partie de cette allocation, qui a remplacé en 2009 le revenu minimum d’insertion (RMI) et l’allocation parent isolé (API). La crise aidant, le nombre de bénéficiaires n’a cessé de progresser depuis trois ans. Il s’agit de jeunes sans travail, d’anciens chômeurs arrivés en fin de droits, de mamans seules… L’écrasante majorité d’entre eux (68000 personnes) touche le RSA socle, c’est-à-dire la prestation versée à ceux qui n’ont aucune activité. Les 15000 autres sont des travailleurs pauvres, qui touchent donc le RSA activité, un petit complément de revenu.  Le conseil général, en charge du RSA socle, ploie sous l’effort. La semaine dernière, le président PS du conseil général, Stéphane Troussel, s’en est alarmé, pointant une hausse de 6% depuis janvier.

Chaque année, 15 à 20 M€ de plus pour le conseil général

« Dans ce domaine, nous sommes devenus le premier département d’Ile-de-France, et le troisième du pays. Chaque année, cela nous coûte 15 à 20 M€ de plus », souligne l’élu qui a écrit au Premier ministre et au ministre du Budget pour les alerter sur les difficultés budgétaires du 93, confronté à l’explosion de ses dépenses sociales, maigrement compensées par l’Etat. Ainsi en 2012, le conseil général aura dépensé 356 M€ pour payer le RSA socle. « On a franchi le seuil psychologique des 30 M€ par mois, c’est le coût d’un collège », note une porte-parole. L’Etat n’aura contribué à cet effort qu’à hauteur de 257 M€.

Et la tendance devrait se poursuivre inexorablement. L’augmentation du chômage entraînera logiquement une hausse des demandeurs de RSA. Le président du conseil général réclame des mesures d’urgence. Les travailleurs sociaux, eux, font face à une détresse de plus en plus insoluble : « La précarité progresse, les problèmes s’enchevêtrent, du logement à la déstructuration familiale. Et les services sociaux ont de moins en moins de moyens pour y répondre », note Mathilde Sacuto, directrice générale chargée de la santé et de la solidarité à Aulnay-sous-Bois.

Source Gwenael Bourdon Le Parisien du 20 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 07:11

PSARECUPLa direction de l'usine PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois a dit jeudi qu'elle n'entendait pas prendre de sanctions à l'encontre des salariés ayant séquestré un cadre, la veille durant 11 heures sur le site.  «Il n'y aura pas de sanction à l'encontre de ces salariés pour ces faits. Mais on oblige la reprise du travail car notre priorité est de préserver l'employabilité de tous les autres salariés», a annoncé la direction jeudi, précisant que «l'usine fonctionnait quasi normalement».

Selon la direction, depuis le mois de juillet, l'usine d'Aulnay produit «entre 400 et 500 voitures par jour au lieu de 700». «Mais on ne s'en émeut pas car l'essentiel est que les salariés gardent une occupation», a-t-elle souligné. «C'est un message d'apaisement de la part de la direction car il n'y a pas de dépôt de plainte, ni de poursuite pénale pour ce qui s'est passé à la fois mardi et mercredi», s'est réjoui Mohamed Khenniche, délégué SUD.

Le chef du personnel du secteur montage de cette usine fabriquant la
Citroën C3 avait été retenu pendant onze heures mercredi dans une pièce du bâtiment central, investi par une centaine de salariés en colère. Mardi, une dizaine de manifestants avaient déjà fait irruption dans les locaux de la direction pour exiger qu'elle mette fin à ces retenues. Ils avaient obligé le directeur de l'usine à signer un accord sur le paiement des heures passées en assemblée générale par les salariés. La direction centrale de PSA a informé mercredi que le document, «obtenu sous la contrainte», n'avait «aucune valeur». Jeudi, la situation dans l'usine était «calme», a affirmé M. Khenniche.

A la suite d'une réunion jeudi après-midi entre les organisations syndicales et la direction, «il a été accordé aux salariés mandatés plus d'heures de délégation durant deux mois», a annoncé la direction jeudi soir. Elle a précisé qu'une autre réunion aura lieu «mardi matin» à condition que «le climat social reste apaisé».

M. Khenniche a annoncé que «la question de l'arrêt des retenues sur
salaires pour les débrayages, souhaité par les syndicats, sera abordée mardi». L'usine, qui emploie 3 000 salariés et environ 400 intérimaires, doit fermer en 2014 dans le cadre d'un plan de restructuration qui prévoit 8 000 suppressions de postes chez PSA en France.

 

Source : LeParisien.fr

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 15:56

Sous le vaste hangar, une imposante machine avale du papier usagé et le régurgite sous la forme d’un long boyau carré et compact, tandis que des chargeurs zigzaguent entre les bottes dans un nuage de poussière qui pique les yeux des visiteurs ébahis. Ils sont huit, en gilet jaune fluo, à découvrir les rouages de l’usine de recyclage Paprec de La Courneuve, numéro un du papier et du plastique. Attentifs, ils écoutent les explications de Philippe Scoccini, directeur du développement durable et guide attitré deux jours par an. Histoire du fondateur, concours du meilleur employé, même son chiffre d’affaires. Il leur dit tout.

VISITEENTREPRISEDU93.jpg

Comme ces visiteurs, ils sont de plus en plus nombreux à pousser les portes des entreprises de Seine-Saint-Denis. Pas moins de 14 visites figuraient sur le site du comité départemental du tourisme (CDT), ce jour-là, et il y en a d’ordinaire 4 ou 5 organisées chaque semaine. Cette année, le CDT s’apprête même à dépasser la barre des 1000 visites (entreprises et balades sur des sites du département confondues), un record. Lancées en 2001, ces balades ont déjà attiré 50000 participants au total. Le site Internet Tourisme 93 relaie le programme et une newsletter bimensuelle est envoyée à un fichier de 15000 utilisateurs.

Cet engouement s’explique d’abord par la politique volontariste du département. « Avant, on nous disait : il n’y a rien à voir dans le 93. On ne va pas venir pour des usines et des grands ensembles! On a pensé qu’il ne fallait pas nier cette vision mais s’appuyer dessus pour dire : chiche, venez voir! » explique Daniel Orantin, le directeur du CDT. Les visiteurs ont relevé le défi. Dans la formule made in 93, le curieux part à la découverte des savoir-faire locaux sur des sites insolites, souvent inaccessibles, tels qu’un cargo d’Air France, les réserves des Arts et Métiers ou la cuisine d’un pâtissier, souvent dévoilés par les travailleurs eux-mêmes. Des rencontres fondées sur l’échange, pour un tourisme qui se veut « alternatif ».

Ils viennent de l’Ile-de-France, de province ou de l’étranger

« Aujourd’hui, nous avons 200 entreprises partenaires, observe Mathilde Christnacht, la responsable du pôle développement du CDT. Ce sont souvent des leaders au niveau national, comme dans l’aéronautique. » Des domaines de pointe qui attirent les visiteurs bien au-delà des frontières du département. Un quart des participants seulement y habitent. Les autres viennent de toute l’Ile-de-France, de province et de l’étranger, selon le CDT. Qui sont ces curieux? « Ce sont des voisins, des étudiants, des gens qui recherchent une formation, des retraités de la profession… » dissèque Mathilde Christnacht.

Aujourd’hui, le groupe en goguette chez Paprec est composé de sept retraités et d’un jeune homme qui travaille chez PSA, tous franciliens. « Les gens qui viennent ici sont plutôt écolos, ils cherchent des réponses à leurs questions concernant la poubelle jaune », s’amuse Philippe Scoccini. Pierre Turc, un retraité de Villiers-sur-Marne (94), l’interroge à propos des « indésirables », les objets non recyclables jetés dans la poubelle par erreur. Le guide ne peut alors s’empêcher de glisser quelques récits insolites comme ces « chiens morts » et même des « grenades et kalachnikovs » retrouvés dans les bennes de l’entreprise. Des anecdotes qui amusent les participants. « Je viens de Versailles car, dans les Yvelines, ils n’organisent rien! » regrette Jacqueline. « C’est toujours bien de voir les choses sur place », poursuit-elle. « Gérer des poubelles, ce n’est pas dégradant, c’est de la haute technologie », affirme Monsieur Paprec en guise de conclusion : « Par ricochet, ça valorise le département car, oui, il y a des choses étonnantes ici! »

Renseignements au 01.49.15.98.98 et sur le site www.tourisme93.com. Tarif des visites : 5 €.

Source : Le Parisien du 18 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 11:36

imagineR.gifImagine R est la carte des jeunes de moins de 26 ans qui étudient : collégiens, lycéens, étudiants des filières reconnues par l'Education nationale. Elle permet de se déplacer de façon illimitée en semaine sur tout ou partie du réseau de transports publics d'Ile de France selon le nombre de zones choisies, et le week-end et les jours fériés et pendant les vacances scolaires sur l'ensemble de ce réseau. Cette utilisation est financée par le Conseil Régional d'Ile-de-France. Selon les départements, des subventions peuvent être attribuées aux titulaires de la carte intégrale par les Conseils Généraux. Les élèves boursiers bénéficient d'une réduction supplémentaire grâce à une aide des Conseils Généraux et du Ministère de l'Education Nationale.

Ainsi si vous avez moins de 26 ans et que vous résidez en Ile-de-France, la ville d’Aulnay-sous-Bois vous rembourse une partie de votre abonnement Imagine R. Pour ce faire il suffit de télécharger et de compléter le formulaire disponible en cliquant ici. Déposez-le ensuite au centre administratif (14/16 boulevard Félix Faure) ou adressez-le par courrier à l’attention de Monsieur le Maire Hôtel de Ville – Service Déplacements urbains – BP 56 – 93602 Aulnay-sous-Bois Cedex.

Date limite : 30 avril 2013. Information et renseignement : 01 48 79 62 76.

Source : aulnay-sous-bois.fr

Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Transports
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 10:00

psamanif2BOBIGNY (AFP) - Un cadre de l'usine PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois, qui doit fermer en 2014 dans le cadre d'un plan de restructuration, a été séquestré pendant onze heures mercredi par des salariés qui protestaient contre des retenues sur leurs salaires pour des débrayages.

Le chef de personnel au secteur montage de cette usine de Seine-Saint-Denis fabriquant la Citroën C3 a été séquestré vers 11H00 mercredi, dans une pièce du bâtiment central qui avait été envahi par une centaine de salariés en colère.

Il a été libéré peu avant 22H00. "Il est parti avec les pompiers, un médecin et une psychologue. Il a l'air d'aller bien", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la direction de cette usine qui doit fermer en 2014 dans le cadre d'un plan de restructuration qui prévoit 8.000 suppressions de postes chez PSA en France. Contacté dans l'après-midi par l'AFP, Marc Darsy, délégué CGT, avait nié toute situation de ce type. "Personne n'est actuellement séquestré à Aulnay", avait-il assuré.

Le cadre concerné, contacté par téléphone, avait toutefois confirmé à l'AFP être retenu par des salariés, assurant ne pas pouvoir donner plus de précisions. Mercredi soir, entre 60 et 70 d'entre eux occupaient toujours les lieux, qu'ils ont quittés au moment de la libération du cadre retenu. Ils souhaitent "l'arrêt des retraits sur salaire pour les salariés qui interrompent leur travail pour discuter avec des délégués syndicaux", selon Mohamed Khenniche, délégué Sud.

Mardi après-midi, une dizaine de manifestants avaient déjà fait irruption dans les locaux de la direction pour les mêmes motifs. Selon la direction, ils ont cassé une porte et obligé le directeur de l'usine à signer un accord sur le paiement des heures passées en assemblée générale par les salariés. Mercredi, la direction centrale de PSA a fait savoir que ce document n'avait "aucune valeur" car il avait "été obtenu sous la contrainte", selon la porte-parole de la direction du site.

"Cette attitude n'est pas acceptable mais il s'agit là d'une poignée de personnes qui n'est pas du tout représentative des salariés", a ajouté cette porte-parole, qui précise que l'usine envisage de porter plainte. Contactée par l'AFP, la représentante du SIA, syndicat majoritaire à Aulnay, Tanja Sussest, a critiqué l'action des manifestants. "On ne résout rien avec la violence. En faisant cela, on donne des arguments à la direction, cela joue en notre défaveur", a-t-elle estimé.

Une délégation de douze salariés d'Aulnay-sous-Bois dont des responsables SUD et CGT, ont été reçus mercredi en fin de journée par la direction de PSA, sur le site de Poissy (Yvelines). L'usine emploie 3.000 salariés et quelque 400 intérimaires.

Source : AFP/Le nouvel observateur

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 07:43

capadesudEvincée du Collectif pour Aulnay, l’association Capade Sud fera cavalier seul. C’est ce qu’indique Alain Boulanger. Le conseiller municipal (sans étiquette) a exprimé mardi sa « surprise totale », après les déclarations des responsables du collectif, qui bataille contre plusieurs projets d’urbanisme de la mairie d’Aulnay. Ces derniers ont indiqué ne plus vouloir de Capade Sud dans leurs rangs. Alain Boulanger annonce que l’association va poursuivre son travail sur le commerce, la sécurité, l’impact du futur complexe Europa City, qui doit pousser dans le Val-d’Oise.

 

Source : Le Parisien du 18 octobre 2012

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Associations
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 09:28

salonemploi.jpgSi vous cherchez un emploi ou des conseils pour en trouver, passez aux Espaces V, à Villepinte, demain. Trente entreprises et trente-deux organismes de formation seront présents pour ce troisième salon consacré à l’emploi, la formation et les métiers. Des mises en scène de certains métiers, un espace multimédia avec un atelier CV, des tests gratuits de niveau en anglais, etc, sont proposés.

L’objectif est aussi de donner un coup de pouce aux candidats pour mettre toutes les chances de leur côté au moment d’un entretien d’embauche. Rendez-vous demain de 9h30 à 17h30 aux Espaces V – Roger-Lefort.  A 10 heures, table ronde sur les perspectives du futur centre commercial Aéroville, à 11h30 sur les services à la personne et, à 15 heures, sur les jeunes diplômés et l’emploi local.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 15:59

Vous trouverez ci-dessous une communication transmise à la rédaction d’Aulnaylibre ! par l’A.D.E.S ( Alliance Démocratique Ecologiste et Sociale). Cette structure créée il y a peu aspire à offrir une alternative politique à Aulnay-sous-Bois dans l’optique des échéances municipales de 2014. Cette tribune rédigée par son président, Rezak Bezzaouya, s’intitule : les citoyens et la vie locale. Elle est disponible au format pdf en cliquant ici. Rappelons qu’en 2008 pour le même type de scrutin monsieur Bezzaouya sous l’étiquette MoDem avait rassemblé 1035 voix soit 4,8 % des suffrages exprimés. 

 

ades  

  Les citoyens et la vie locale

 

Il n’y a pas de démocratie sans la participation des citoyens.

 

Jean-Jacques Rousseau (18ème siècle) le disait : << un citoyen est un être éminemment politique qui exprime non pas son intérêt individuel, mais l’intérêt général >>.

 

La démocratie ne se réduit pas au seul acte de voter, elle continue entre deux moments électoraux ponctuels.

 

Le thème de la participation des Aulnaysiennes et des Aulnaysiens nous invite à une analyse de la situation actuelle dans notre ville et à réfléchir à l’élaboration de pratiques démocratiques locales. Il ne s’agit pas d’opposer << la démocratie des élus >> à << la démocratie des citoyens >>…

 

L’objectif est de promouvoir le dialogue direct entre les électeurs et les élus pour une meilleure gouvernance locale.

 

Ce qui nous intéresse, c’est de découvrir tous les moyens non électoraux qui permettent aux habitants d’exercer leur métier de citoyens.

 

Notre projet s’inscrit dans cette logique et c’est ce qui explique la création de l’A.D.E.S :

 

Alliance Démocratique Ecologiste et Sociale, pour Aulnay.

 

C’est la rencontre de femmes et d’hommes soucieux du bien commun et de l’avenir de la cité.

 

Aulnay a longtemps été considérée comme une ville avec un fort potentiel de développement capable d’affronter les difficultés car étant considérée autrefois comme ville riche.

 

Force est de constater que lorsque les choix et les visions politiques sont limitées à des cercles restreints de « penseurs » les dynamiques n’existent pas.

 

Pour créer, innover, il faut bâtir la ville avec ses habitants, il faut être dans la concertation, la vraie, celle de la prise en compte des préoccupations de chacun.

 

Que chaque habitant puisse apporter sa pierre à l’édifice afin de construire ensemble une ville où il fait bon vivre :

 

- Maîtriser l’habitat et l’urbanisme : une ville à taille humaine

 

- Se préoccuper des lieux de vie : afin de faciliter les échanges et les rencontres pour le bien de tous,

- Un grand intérêt pour nos écoles : « un esprit éclairé est un homme qui avance »,

- Une attention toute particulière pour nos commerces : un commerce plus diversifié,

- Préserver les échanges et les relations intergénérationnelles : tendre la main à nos jeunes et à nos anciens,

- Créer de l’emploi sur la ville : créer la confiance en direction de nos entreprises.

 

Au plaisir de nous rencontrer !!!

 

Rezak Bezzaouya

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique