Publié le 30 Avril 2013

Nous poursuivons ce soir notre exploration de l’immeuble Evidence construit à l’angle de la rue Fernand Herbaut et de l’Impasse des marronniers. Examinons-le cette fois-ci en partant de l’Impasse des marronniers, cette artère étroite et enclavée désormais saturée de béton. Réglementairement parlant ce secteur de la ville situé en zone UA au niveau du plan local d’urbanisme (PLU) permet les constructions d’un niveau maximum dans notre commune. Mais fallait-il densifier à ce point ? Au risque de sacrifier totalement le cadre de vie de riverains qui se retrouvent face à un édifice (appelé monument dans le quartier) écrasant la rue et son environnement ? Que deviennent le soleil, la vue ? Quid par ailleurs de la circulation dans un espace déjà réduit lorsque l’on sait que pour les 53 logements prévus dans cette future résidence seules 33 places de parking seront disponibles ? Et ne parlons pas du calme en péril au cas où les bus quotidiens feraient leur retour rue Fernand Herbaut.

Quoi qu’il en soit, notre nouveau reportage vidéo ci-dessus, outre qu’il met en lumière la cohabitation incongrue entre des immeubles massifs et des petits pavillons qui subsistent pour on ne sait combien de temps encore, démontre de façon flagrante que la nouvelle construction n’est pas du tout à l’alignement de l’existant dans l’impasse des marronniers. On est donc assez loin d’une continuité urbaine et esthétique dans un paysage équilibré et harmonieux avec une ligne de perspective douce et apaisée. Mais chacun reste bien entendu libre de son opinion. Néanmoins si l’idée vous venait de faire un tour par là-bas prenez le soin d'examiner l'immeuble et ses environs sous tous les angles. Ne faîtes pas comme certains qui ont soit une poutre dans l’œil ou bien dans l’objectif de leur appareil photo…

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 30 Avril 2013

forumasso.jpgLa 15e édition du forum des associations d’Aulnay-sous-Bois se déroulera le samedi 7 septembre 2013 au stade du Moulin Neuf. Vous trouverez ci-dessous les différents formulaires à remplir pour vous inscrire.

La fiche d’inscription : ici

La demande d’autorisation de buvette : ici

La demande d’autorisation de vente au déballage :

Source : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Associations

Publié le 30 Avril 2013

cirquesebastienzavattaFort d’une imposante ménagerie, le Cirque Sébastien Zavatta propose un spectacle où les animaux sont bien représentés. Tigre du Bengale, lionne du Kenya, chameaux, lamas, watusis, buffle d’eau animent un show de deux heures. En vedette, le jeune dompteur français Michael Douchet, âgé de seulement 21 ans, entouré de ses fauves avec en exclusivité le rarissime tigre doré ( au nombre de cinq en France). Les équilibristes de l’extrême à plus de deux mètres du sol les Alexi’s, mais également sa troupe de jongleur, sa cavalerie et bien sûr ses clowns de la tradition Zavatta.

Place face au Vélodrome, spectacles du 1er au 12 mai tous les lundis, mardis, mercredis, jeudis et samedis à 16h et tous les dimanches à 15h. Tarifs enfant 5 euros, adulte 10 euros. Renseignements au 06 59 64 72 20 et sur www. cirquesebastienzavatta.sitew.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 30 Avril 2013

tad.jpgSi vos enfants sont encore un peu jeunes pour être confrontés aux images parfois impressionnantes des Aventuriers de l’arche perdue ou d’Indiana Jones et le temple maudit mais qu’ils possèdent un goût certain pour les voyages, l’archéologie et la découverte de terres inconnues, alors le film d’animation projeté cet après-midi à l’Espace Jacques Prévert est fait pour vous.

Tad, explorateur amateur qui fait des petits boulots pour vivre, se trouve par hasard embarqué dans une course intrépide pour défendre la Cité Perdue des Incas contre une redoutable bande de chasseurs de trésors. Aidé de son chien fidèle, d’un perroquet muet et d’une charmante jeune femme, arrivera-t-il à percer l’un des mystères légendaires de cette civilisation disparue ? Voilà résumée en quelques mots la trame de l’histoire qui vous emmènera aux confins du Pérou. Ce long métrage espagnol primé aux Goyas en février 2013 marche volontairement sur les traces du plus célèbre des archéologues mis en scène par Steven Spielberg. Le cocktail aventure, exotisme, suspense, saupoudré d’une pointe d’humour vous fera cependant passer un excellent moment en famille. Et à 4 euros 10 la place pour les adultes et 2 euros 32 pour les enfants munis d’un pass culture ne boudez pas votre plaisir.

Tad l’explorateur. Cet après-midi à l’Espace Jacques Prévert. Séances à 14h15 et 16h. 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Culture

Publié le 30 Avril 2013

PSARECUPLe comité central d’entreprise a rendu un avis favorable, hier, au plan de sauvegarde de l’emploi, qui prévoit notamment la fin de l’usine d’Aulnay.

Sans surprise, le comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire de PSA a rendu hier un avis favorable sur les mesures d’accompagnement du plan social. C’était l’ultime consultation, pour avis, avant la mise en œuvre du plan de sauvegarde de l’emploi qui prévoit la fermeture de l’usine d’Aulnay, officiellement en 2014. Elle a duré huit heures. Dix-huit des vingt élus du CCE ont voté pour sa mise en œuvre.

« C’est un vote malheureusement attendu », déplore Jean-Pierre Mercier, de la CGT, le seul syndicat qui a voté contre le plan. « C’est un plan de la honte, quand on sait que les actionnaires vont se mettre 350 M€ dans la poche! La crise automobile, c’est pour les salariés, pas pour les actionnaires », poursuit-il. La CGT a prévu de poursuivre la grève aujourd’hui, une grève entamée à Aulnay le 16 janvier. D’abord rejointe par d’autres syndicats, la CGT poursuit seule le mouvement depuis le 20 avril. Elle réclame « la levée des poursuites pénales contre les grévistes et de toutes les sanctions disciplinaires, une garantie écrite des reclassements internes et externes et des indemnités dignes de ce nom ».

A la sortie du CCE, hier, Tanja Sussest (SIA) confiait une part de soulagement : « On va enfin pouvoir avoir une visibilité sur l’avenir plus pérenne. Le plus dur reste à venir, il faut maintenant avoir une solution sur mesure pour chaque salarié, cela pourrait aller très vite pour ceux qui demandent à être mutés en interne, il faut que le pôle mobilité soit en mesure de recevoir avec qualité tous ceux qui s’y rendront. »

Nouvelle assignation de SUD

Pour cela, faut-il encore que le comité d’entreprise d’aujourd’hui valide le CCE d’hier. Ce pourrait être une formalité. Mais ce n’est peut-être pas la fin de la partie et des procédures. « Nous venons de déposer (NDLR : hier lundi) une nouvelle assignation pour délit d’entrave au CHSCT, ce sera examiné le 28 mai au tribunal de Paris », assure Mohamed Khenniche, secrétaire général de SUD, qui attaque un avis du CHSCT extraordinaire du 7 mars, entaché selon lui d’irrégularité. Un moyen de plus pour attaquer le plan social. Selon la direction du site d’Aulnay, une cinquantaine de voitures sont sorties hier des chaînes de montage.

Source : Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 30 Avril 2013

airmuseeDemain, de nombreux sites seront fermés au public. C’est peut-être l’occasion de se rendre en famille au musée de l’Air et de l’Espace du Bourget qui lui, sera ouvert (comme le 8 mai et le 9 mai). Les enfants de 6 à 12 ans pourront profiter des séances de Planète pilote ou du planétarium. A découvrir aussi, la collection permanente du musée, les simulateurs de vol, les ateliers boomerang et planeur.

Musée de l’Air et de l’Espace, aéroport du Bourget. Ouvert de 10 heures à 18 heures. Entrée libre pour la collection permanente, 6 à 8 euros pour une animation. Renseignements au 01 49 92 70 00 ou www.museeairespace.fr

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Divers

Publié le 29 Avril 2013

En attendant l’arrivée prochaine à Aulnay-sous-Bois d’un office de tourisme qui permettrait de mettre un peu mieux en relief l'histoire et le patrimoine aulnaysiens, la rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose ci-dessous un cliché relativement insolite pris dans notre bonne ville. Avec ces deux questions devenues preques rituelles  : c’est où donc ? C’est quoi donc ? Vos réponses si vous le souhaitez sont attendues en commentaires…

PLOT.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Publié le 29 Avril 2013

betonneuseDu lundi 13 mai au lundi 17 juin 2013 se déroulera à Aulnay-sous-Bois une enquête publique relative à la modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Elle ne devrait pas déchaîner les passions puisqu’elle ne concerne pas des projets immobiliers impactant directement des secteurs d’habitations mais spécifiquement la zone industrielle (UI). Il s’agira de faire évoluer la réglementation de ces parcelles d’activité notamment pour permettre les constructions à usage d’entrepôt.

Cette nouvelle modification est la 5e depuis le début de cette mandature. Ainsi, contrairement à l’engagement n°41 de son programme de 2008, le maire et son équipe (enfin ce qu’il en reste aujourd’hui) ont été incapables d’organiser sereinement et en toute transparence la révision du Plan Local d’Urbanisme avec la population, seul processus permettant pourtant de tracer les bases futures de la ville sur du long terme avec une vision précise et des objectifs bien définis.

Au lieu de cela, les habitants ont dû subir des changements successifs de la réglementation au gré des humeurs de monsieur Ségura. D’où cette impression, largement répandue sous son ère, d’une politique urbanistique erratique et approximative. Ainsi, pour étayer notre propos, à titre d’exemples parmi d’autres, certains secteurs de la commune ont été épargnés (rue Riquet-Doudeauville, rue de Pimodan) pendant que d’autres étaient sacrifiés brutalement (cité Arc en ciel, rues Fernand Herbaut ou Charles Dordain) sans qu’aucune logique dans ces choix ne puisse être clairement identifiée.

Dès lors et c’est une quasi-certitude aujourd’hui, la révision du PLU n’aura pas lieu ! Les mauvaises langues diront d’ailleurs que c’est préférable dans la mesure où une telle démarche aurait sans doute permis à l’exécutif actuellement en place de défigurer allègrement l’ensemble de la ville à travers un bétonnage à outrance qui a déjà commencé par endroits. Ainsi une sorte d’accalmie et de répit se profile au moins jusqu’en mars 2014 et les prochaines élections municipales. Après il en sera probablement tout autrement…

L’avis d’enquête publique est accessible en cliquant ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Publié le 29 Avril 2013

bracelet.jpgCertains jugeront sans doute qu’il y a des choses plus importantes dans la vie qu’un bracelet, mais lorsque l’on subit une agression et un vol à l’arraché en plein jour sur l’espace public il y a tout de même de quoi être sous le choc. C’est en tout cas la mésaventure survenue vendredi soir aux alentours de 20h à une habitante de la rue du Sausset à Aulnay-sous-Bois. Au moment où celle-ci s’apprêtait à franchir la grille d’entrée de sa maison, deux individus surgis de derrière l’ont saisie chacun par un bras. Face aux hurlements et à la volonté de la victime de se dégager, les agresseurs ont fini par lâcher prise arrachant tout de même au passage un bracelet. Ils ont ensuite pris la fuite sans avoir pu être interpellés. Cet événement intervenu dans une zone pavillonnaire réputée pourtant tranquille semble démontrer de façon flagrante que, devant l’audace d’êtres sans scrupules, il est plus que jamais opportun d’être prudent et de se tenir sur ses gardes. 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 29 Avril 2013

20 avril 2013, 8h30 : nous avons rendez-vous au centre technique pour profiter de notre prix gagné lors du concours annuel des maisons, balcons et jardins fleuris. En effet, la municipalité a décidé, depuis deux ans, de récompenser un maximum de participants à ce concours, en organisant une sortie « clé en mains » d’une journée, pour les premiers primés. L’année dernière nous avions profité d’une journée complète dans le magnifique jardin de Claude Monet à Giverny et cette année, en route pour Amiens. Nous avons pu ainsi apprécier le mot « Culture » dans tous les sens du terme.

DSCN0029.JPG

Culture des jardins, grâce à une très romantique promenade en barque à cornet à travers les canaux de la petite Venise du Nord, les célèbres Hortillonnages d’Amiens. Les hommes exploitaient autrefois la terre des hortillonnages pour y produire des légumes de qualité et aujourd'hui encore, on y cultive des produits bio qui sont vendus sur le marché du samedi matin, que nous avons pu voir avant de déjeuner. Dommage que le temps était un peu frais, mais le soleil nous a permis d’apprécier le travail effectué par les hortilloneurs pour préserver leur milieu naturel, quasiment en plein centre ville.

Culture gastronomique en goûtant quelques spécialités de la région, au cours d’un repas qui me met encore l’eau à la bouche, dont l’apéritif « Poirette » et la « Ficelle Picarde » : une crêpe, du jambon, des champignons, des échalotes et de la crème et enfin le célèbre « Macaron » : LA spécialité d’Amiens ! Fabriqué à base d’amande, de fruits et de miel, dont la renommée remonte au 16ème siècle.

DSCN0094.JPG

Culture florale en visitant le parc Saint Pierre  de 19 hectares, comportant de grandes étendues de pelouses, des étangs, des canaux et même un labyrinthe d’eau, accompagnée d’un guide qui nous a conduit ensuite dans le vieil Amiens entièrement reconstruit après la guerre, en préservant le style de la région et enfin

Culture architecturale en terminant par la visite de la Cathédrale, la plus vaste de France avec 200 000m3  – 145 m de long – 42,3 m de haut - et un dallage exceptionnel comportant un labyrinthe octogonal long de 234m. Dans le chœur se trouvent les stalles magnifiques en bois sculpté, où, sur l’une d’elle, se sont assis presque tous les Rois de France. Très émouvant.

DSCN0092.JPG

Programme complet, je dois dire merci à la Municipalité de nous avoir permis de découvrir ces merveilles.

Inscrivez-vous nombreux jusqu’au 1er juillet 2013. Ensemble faisons fleurir la ville et disparaître le béton qui prend de plus en plus de place.

A vos jardinières !!

Anne-Marie

Voir les commentaires

Rédigé par Anne-Marie

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 29 Avril 2013

L’affaire des seringues dans des écoles de Sevran et de la méthadone au Gros Saule, à Aulnay, continue de susciter des réactions. « L’arrêt du fonctionnement des distributeurs de seringues tel qu’il a pu être demandé (NDLR : par le maire de Sevran) ne ferait qu’augmenter les difficultés actuelles », avance le conseil de surveillance* de l’hôpital Ballanger qui a voté vendredi une motion pour rappeler l’utilité du travail conjoint mené par l’hôpital et l’association de prévention First, qui gère notamment les distribox. 

toxicomanie.jpg
Ils demandent la création de salles d’injection 

A Aulnay, le non-remplacement de la gardienne de l’école Louis- Aragon, où des flacons de méthadone vides ont été trouvés, fait grincer des dents, et l’UMP réclame l’installation de caméras. Les parents ont accepté de lever leur blocus de l’école, mardi dernier, après les promesses du maire PS Gérard Ségura, qui s’engage notamment à renforcer la surveillance de l’établissement par des gardiens volants, déjà en poste.
A Sevran, les positions sur la légalisation de la drogue se font à nouveau entendre. Les élus Front de gauche réaffirment leur ferme opposition à toute légalisation, « qui conduirait à banaliser et minorer la dangerosité de la drogue ».

Samedi, le mouvement Europe Ecologie de Seine-Saint-Denis a réclamé une commission parlementaire pour réformer la loi de 1970 qui considère le toxicomane à la fois délinquant et malade. Europe Ecologie réclame la décriminalisation de l’usage, des mesures adaptées comme la création de salles d’injection thérapeutiques sur tout le territoire et le durcissement des mesures concernant les réseaux mafieux et internationaux.

* Il est composé des représentants des villes (Sevran, Tremblay, Villepinte, Aulnay, Le Blanc-Mesnil), des médecins, du personnel, des patients, et est présidé par François Asensi, député maire de Tremblay. 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 29 Avril 2013

PSARECUPLe projet de restructuration du groupe de construction automobile va pouvoir commencer après la décision du tribunal de grande instance de Paris, qui a rendu son délibéré sur le plan de sauvegarde de l’emploi de PSA Peugeot Citroën, rejetant la plainte déposée par la fédération CGT de la métallurgie et le syndicat Sud d’Aulnay-sous-Bois.

« Cette décision permettra la poursuite du projet de réorganisation industrielle et sa mise en œuvre après la prochaine réunion du Comité central d’entreprise qui se tiendra lundi 29 avril », indique la direction du groupe.

Après des mois de contestation, d’expertises et de négociations, le démarrage du plan de restructuration est désormais une question de jours. L’ultime consultation du CCE, aujourd’hui, devrait entériner la réduction drastique des effectifs. Le 12 juillet 2012, la direction avait annoncé la suppression de 8 000 emplois en France, une forte réduction de la capacité de l’usine de Rennes, en Ille-et-Vilaine, et la fermeture de l’usine d’Aulnay, en Seine-Saint-Denis.

Le plan social approuvé par la majorité des syndicats

La décision du tribunal de grande instance de Paris constitue un feu vert à l’application du plan social, même si les syndicats Sud et CGT ont d’ores et déjà annoncé leur intention d’interjeter appel du jugement. Combattu par Sud et la CGT, le plan social a néanmoins reçu l’aval d’une majorité de syndicats du groupe puisque les organisations CFDT, CFTC, CGC, FO et SIA, qui représentent 76 % des salariés, avaient signé.

Source : http://www.leprogres.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 26 Avril 2013

PSARECUPLe juge des référés de Paris a débouté ce vendredi les syndicats CGT et Sud de leurs requêtes contre le plan de restructuration du groupe PSA, annonce l'avocate de la CGT Marie-Laure Dufresne-Castets. Ce plan prévoit 11 000 suppressions de postes et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois. Un comité central d’entreprise de PSA doit donner son feu vert lundi prochain au plan social. Le syndicat Sud d’Aulnay et la fédération CGT de la métallurgie avaient attaqué le plan social de PSA en pointant ses « insuffisances ». L’avocate de la CGT a annoncé l’intention du syndicat de faire appel. « Cela n’entame absolument pas la détermination des salariés dans leur grève. On va poursuivre le mouvement et multiplier les actions », lance Jean-Pierre Mercier, délégué CGT.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 26 Avril 2013

coprolamoree.jpgLe 93 cumule 22 plans de sauvegarde pour les copropriétés endettées. Le sénateur PS, Claude Dilain, va rendre un rapport à la ministre du logement dans lequel il préconise une intervention plus rapide des pouvoirs publics.

Appartements insalubres au Chêne Pointu à Clichy-sous-Bois, chauffage défaillant aux Bruyères à Bondy, squat et incendie tragique dans un immeuble d’Aubervilliers... On vit de plus en plus mal dans les copropriétés privées de Seine-Saint-Denis et d’ailleurs. Barres de dix étages ou petits immeubles de quelques appartements, elles sont, selon l’expression du sénateur socialiste Claude Dilain, une « bombe à retardement ». L’élu s’apprête à transmettre un rapport à la ministre du Logement, Cécile Duflot, pour faciliter l’intervention en urgence des pouvoirs publics dans les résidences les plus en danger. « Aujourd’hui, il est difficile d’intervenir, la propriété privée est sacrée en France », indique l’élu, ancien maire de Clichy et fin connaisseur de la situation au Chêne Pointu.

Sévérité accrue envers les investisseurs véreux

Le ministre de la Ville, François Lamy, semble aussi conscient de l’urgence, puisqu’il a annoncé un plan englobant les résidences privées présentant des « dysfonctionnements », à partir de 2014. En 2012, les tribunaux de France ont été saisis plus de 700 fois pour qu’une copropriété soit placée sous administration provisoire. La mesure est prise lorsque les propriétaires n’arrivent plus à entretenir l’immeuble ou à payer leurs charges.

Autrefois promises aux classes moyennes, ces résidences ont vu leurs habitants s’appauvrir. « La crise met les ménages dans l’impossibilité de payer leur crédit auprès de la banque, et leurs charges, souligne Claude Dilain. C’est le début du cercle vicieux ». Les dettes ne permettent plus d’entretenir ces ensembles, qui vieillissent mal : « Ils ont souvent été construits dans les années 1950-1960, à une époque où on ne se préoccupait pas d’isolation et d’économies d’énergie », note Philippe Blériot, administrateur judiciaire de plusieurs résidences du 93.

En Seine-Saint-Denis, sur 230000 logements collectifs privés, 10000 font l’objet d’un diagnostic ou d’une intervention publique. Et le 93 compte 22 plans de sauvegarde, qui permettent à une copropriété de bénéficier de fonds publics pour effectuer des travaux d’urgence et améliorer son fonctionnement. Parfois ça marche. La résidence de la Morée, à Aulnay, a ainsi épongé sa dette (2 M € d’impayés en 2004), et entame des travaux de réhabilitation. Mais il y a aussi des échecs. Claude Dilain plaide pour la création d’un « cadre juridique permettant de prendre des mesures exceptionnelles ». Cela permettrait d’être plus sévère à l’égard des investisseurs peu scrupuleux, alléchés par les prix des appartements. « Par exemple, au Chêne Pointu, un copropriétaire bailleur peut détenir 12 lots et devoir de l’argent à la copropriété sur ses 12 lots. Rien ne lui interdit aujourd’hui d’acheter d’autres appartements au sein de cette résidence. Il faudrait instaurer un droit de veto, sous l’autorité d’un juge, pour bloquer ces achats ».

Source : Le Parisien Photo : aulnay-sous-bois.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 26 Avril 2013

En moins d’une heure, hier, matin, deux hommes sont passés retirer un kit au distribox. Pas besoin de signer quoi que ce soit, un jeton suffit -ou une seringue usagée- pour retirer un kit de deux seringues stériles avec compresse, qui servent le plus souvent à injecter de la cocaïne, de l’héroïne voire de la méthadone. Le premier est un « consommateur occasionnel », l’autre passe pour un ami. Ils échangent quelques mots avec l’équipe de First qui gère ce Caarud, l’un des quatre centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogue que compte la Seine-Saint-Denis.

distribox.jpg 

On est ici à l’entrée de l’hôpital Ballanger, sur le territoire d’Aulnay et de Villepinte. A un passage piéton des Beaudottes à Sevran et quelques mètres du Gros-Saule. Après que des enfants ont trouvé à trois reprises des seringues _ trois se sont piqués le 16 avril_, le maire Stéphane Gatignon a déposé plainte pour mise en danger de la vie d’autrui, saisi Marisol Touraine ministre de la Santé et réclamé la suspension de cette distribution de seringues dont 350 au moins seraient ramassées chaque mois dans les rues.

Mais la mise hors services des distribox n’est pas à l’ordre du jour pour les autorités sanitaires. L’Agence régionale de santé précise que la machine de First à Ballanger a distribué en 2011 près de 20000 seringues (soit un tiers environ des seringues distribuées par automates sur le département) et plus de 350000 sur Paris. Abdel 47 ans, dont 30 de toxicomanie, en veut à ceux qui jettent leur seringue n’importe où, à Sevran, comme dans l’enceinte de Ballanger. « A force ça risque de provoquer des clashs avec les antitox, la chasse et le savatage », dit cet homme qui a trouvé un appui chez First, avec qui il travaille. Il se souvient qu’à Tremblay, il y a quatre ans, un distributeur a été arraché, signe que les toxicomanes sont mal perçus. « Ici au moins, on est considéré comme des êtres humains », ajoute Hakim, la quarantaine, qui a « arrêté l’héroïne après la perte d’un ami, mort par overdose ». Mais il repasse au Caarud, souvent, parce qu’il s’y sent bien.

Après la découverte d’un usager, la seringue dans le bras, couché dehors, entre deux murs, au milieu des excréments, Jean-Louis Bara, président de First avait souhaité humaniser un peu l’extérieur, en installant deux chaises et un auvent, au moins. Mais l’ARS a jugé le site illégal, et réclamé sa suppression express. Cela fait suite à une inspection réalisée l’an dernier, qui listait une cinquantaine d’injonctions à réaliser par First sur un court et moyen terme. Le rapport final est en cours d’élaboration. « C’est la disponibilité de drogue qui amène les drogués plutôt que la distribution de seringues », pense Bernard Kirschen, représentant de l’Agence régionale de santé (ARS) en Seine-Saint-Denis. Aux Beaudottes, comme au Gros-Saule, les usagers connaissent une demi-douzaine d’adresses où il est encore possible de se fournir, malgré la présence policière accentuée.

Source : Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 26 Avril 2013

poleemploi105 090 demandeurs d’emploi de catégorie A (qui n’ont pas du tout travaillé) étaient inscrits à Pôle emploi fin mars 2013 en Seine-Saint-Denis. Le chômage connait une forte poussée dans le département puisque ce nombre de demandeurs est en augmentation de 1,7 % par rapport à février, contre 1,4 % pour l’ensemble de l’Ile-de-France. Sur un an, la progression est de + 11,8 %. Toutes catégories confondues (catégories A, B et C), la hausse des demandeurs d’emploi sur un mois est un peu plus modérée : elle s’établit à 0,8 % avec 138 730 inscrits.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Publié le 26 Avril 2013

Region_Ile-de-France_-logo_de_plaque_d-immatriculation-.s.pngDouze millions de Franciliens, cela vaut bien une mise en musique pour aboutir à un développement harmonieux. La partition s’appelle Schéma directeur d’aménagement de la région d’Ile-de-France (SDRIF). L’enquête publique concernant la révision de ce document, surnommé également Ile-de-France 2030, devrait finalement s’achever le 14 mai et non le 30 avril comme prévu. On  peut donc consulter et essayer d’amender ce gros dossier qui fixe l’aménagement du territoire (habitat, emploi, équipements, services, transports) dans tous les départements. Les lieux de consultation sur le site : www.enquetespubliques.iledefrance.fr

Source : Le Parisien 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Urbanisme

Publié le 26 Avril 2013

C’est un concert de R’n’b Jamaïquain que propose le Cap ce soir, avec le groupe Jim Murple Memorial. L’orchestre de musiques caribéennes est né en 1996. Ses sept membres sont devenus une référence dans le milieu ska, reggae et rocksteaddy. Ils interpréteront, entre autres leur dernier album « Take your flight ». Ce soir 20h30 au Cap 56 rue Auguste Renoir à Aulnay-sous-Bois. Tarifs de 5 à 10 euros. Tél : 01 48 66 94 60.

Source : Le Parisien


Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 25 Avril 2013

seringuesBOBIGNY - L'Agence régionale de santé (ARS) a fait valoir aujourd'hui qu'il n'y avait pas de distribution spécifique et massive de seringues stériles à des toxicomanes à Aulnay-sous-Bois, alors que le maire de la commune limitrophe de Sevran a dénoncé une prolifération et appelé à suspendre cette distribution.

En 2012, 13.282 kits (soit environ 26.000 seringues) ont été distribués par l'association First, installée dans l'enceinte de l'hôpital Robert-Ballanger d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Ce chiffre a fortement augmenté ces derniers temps, passant à 3.000 seringues par mois en février et mars.

Il n'y a pas de politique particulière pour en distribuer plus qu'ailleurs, a assuré Bernard Kirschen, délégué territorial de l'Agence régionale de santé (ARS) en Seine-Saint-Denis, contacté par l'AFP.

Il s'agit de niveaux très inférieurs à ce qu'on peut avoir à Paris intra-muros où plus de 350.000 seringues ont été distribuées en 2011, a-t-il souligné.

M. Kirschen a par ailleurs relevé que comme l'association First, financée à 100% par l'ARS, trois autres Centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues (CAARUD) existent en Seine-Saint-Denis, à Montreuil, Bondy et Saint-Denis.

Ces associations reçoivent des toxicomanes, organisent des maraudes, avec pour mission de les aider sur des questions sociales, d'hébergement ou d'hygiène. L'une de leurs attributions réglementaires est de distribuer des seringues stériles, selon M. Kirschen.

Le maire EELV de Sevran, Stéphane Gatignon, a appelé mercredi la ministre de la Santé Marisol Touraine à décréter une suspension provisoire de la distribution des seringues à Aulnay-sous-Bois, à deux pas du quartier des Beaudottes qui a connu plusieurs incidents depuis la mi-avril.

Le 16 avril, trois enfants s'étaient piqués avec une seringue à insuline dans une cour d'école. Mardi soir, un toxicomane s'est piqué devant des enfants à la sortie d'une autre école primaire du quartier des Beaudottes, gangrené par un trafic de drogue qui lui a valu son classement en zone de sécurité prioritaire (ZSP).

Ce quartier attire des toxicomanes de toute la région parisienne qui, selon M. Gatignon, arrivent en RER pour s'acheter de la drogue puis rejoignent en dix minutes à pied les locaux de l'association First, à Aulnay, où un distributeur de seringues est en libre-service.

Au total, quinze de ces distributeurs sont installés en Seine-Saint-Denis, a indiqué M. Kirschen, qui rappelle que la politique de prévention date des années 80, marquées par une terrifiante mortalité des toxicomanes, dues notamment au sida.

Source : AFP / 25 avril 2013 12h37

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 25 Avril 2013

Le 9 avril, un RER B a dû s’arrêter : cinq de ses huit moteurs étaient en panne.

RERB.jpg

Les accidents de parcours, qui obligent les voyageurs à descendre des RER B, pourraient-ils être évités? C’est ce que pense un conducteur de la ligne, Laurent Gallois, responsable à l’Unsa-Ratp, qui accuse l’opérateur de faire rouler des trains avec une partie de ses moteurs hors service, au risque de tomber en panne en cours de route, parfois entre deux stations.

À cause de la neige

Les RER sont équipés de quatre ou huit moteurs, selon qu’ils sont courts ou longs, en heure de pointe. « Le 9 avril, un train a pris le départ en gare de Massy avec 3 moteurs hors service sur 8, rapporte Laurent Gallois. Ce train a dû s’arrêter en garde Laplace, à cause d’un effort de traction diminué : il avait 5 moteurs HS! Que se serait-il passé si cela avait été dans le tronçon central et que les passagers descendent sur la voie ? » Ce jour-là, les usagers en ont été quittes pour 21 minutes de retard.

Voilà six mois que le syndicaliste dénonce cette situation, tant auprès de la direction de la RATP, que du ministère des Transports, comme en témoigne un courrier daté de septembre 2012. « Ça n’est pas systématique mais c’est de plus en plus fréquent, confirme un autre conducteur de RER. Sur le plat, ça va, mais entre Luxembourg et Châtelet, ça peut être très problématique car ça descend puis ça monte. En tant que conducteur, on sait gérer mais avec 2000 personnes en heure de pointe dans le train et des portes qui peuvent s’ouvrir, c’est forcément stressant. » Un autre évoque des trains qui terminent leur course à 2 km/h, faute de traction suffisante. Il reste aussi la solution de la « demande de secours » : se faire pousser par le train qui suit.

Si la RATP convient que le train cité plus haut avait bien cinq moteurs hors service, elle dément que le train soit parti avec trois moteurs hors service. « Aucun train ne démarre avec plus de deux moteurs HS, soit 12% de moteurs en moins, on ne joue pas avec la sécurité des passagers, les trois pannes sont intervenues ensuite », assure l’opérateur. Selon la RATP, chargées de l’entretien des RER, ces moteurs auraient été endommagés par les épisodes neigeux de cet hiver. La RATP sera peut-être contrainte de changer les moteurs prochainement. La rénovation des trains de la ligne B, dite « commerciale » n’a pour l’heure pas concerné les moteurs mais seulement la partie haute des trains. Les moteurs, eux, ont une durée de vie de quarante ans environ. Mis en circulation au début des années 1980, ils ont aujourd’hui une trentaine d’années.

Source : Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 25 Avril 2013

 

Chanteloup_04_image_largeur460.jpgLes habitants du secteur Chanteloup semblent confrontés à des problèmes grandissants de squat sur l’espace public ainsi que dans les parties communes d’immeubles et du trafic de stupéfiants à différents endroits du quartier. Ainsi, le sentiment d’insécurité croît parmi les locataires compte-tenu des nuisances permanentes. Les riverains constatent un trafic organisé de bandes investissant les halls d’immeubles, notamment en soirée provoquant de multiples troubles pour les locataires qui sont menacés s’ils interviennent.

La police municipale ainsi que la police nationale ont été sollicitées à des multiples reprises. Seule la police nationale est habilitée à intervenir dans les parties communes des bâtiments. Cependant, jusqu’à présent, les agents de cette dernière interviennent mais n’entrent pas dans les halls expliquant qu’ils ne détiendraient pas de  «badges » d’accès fournis par les bailleurs. Les habitants expliquent que sur les immeubles OPH, il est possible de surveiller les entrées du fait de grandes baies vitrées et de fenêtres mais aussi de sorties de secours et de coursives permettant la fuite lors d’intervention de la police.

Sur certains immeubles, les digicodes ne fonctionnent plus. Certaines portes d’entrée sont vrillées et n’ont jamais été réparées, aussi l’accès à certains bâtiments reste permanent. Certains placards électriques sont constamment fracturés. Ils servent de « planque » ou sont utilisés pour des raccordements sauvages. Certains locataires ont rencontré le bailleur OPH, suite à des problèmes de squat, mais cela n’a donné aucun effet. Les habitants souhaiteraient plus de suivi de la part des forces de l’ordre et qu’un projet de résidentialisation voit le jour afin de sécuriser au mieux les lieux.

Source : compte-rendu du conseil de quartier Chanteloup / Pont de l’Union du 25 mars 2013

Image : http://www.oph-aulnay.org

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 25 Avril 2013

BATTLE-INTERNATIONAL-VNR-2011-c-Homardpayette.jpgPas de basses qui tremblent, de démonstrations de « pop-up » ou de break… Le battle VNR aurait dû souffler en juin ses 10 bougies au gymnase Pierre-Scohy d’Aulnay. Mais la compétition de hip-hop, née en 2003, n’aura pas lieu faute de sous. « On reviendra en 2014, encore plus forts », promet Pascal-Blaise Ondzie, prof de breakdance et artisan historique de l’événement, prisé du public, où s’affrontent des équipes de danseurs venues du monde entier. Jusqu’à l’an dernier, l’association VNR (Voies de la nouvelle rue) avait pu compter sur le soutien de la ville. En 2012, la municipalité avait déboursé une subvention de 30000 € et 20000 € de plus pour la logistique et la sécurité. Trois sponsors privés (dont Dalkia et Sita) ont aussi versé leur obole.

 Une autre ville intéressée

Mais rigueur oblige, la mairie a resserré les cordons de la bourse. Depuis 2012, les grandes manifestations doivent se contenter d’une subvention une année sur deux. C’était déjà le cas pour le salon Orchidée Passion. L’an dernier, le principe a été élargi à la Fête de l’arbre et au festival latino-andalou de l’association Aldea (qui a maintenu l’événement). « On n’interdit pas aux associations de les organiser tous les ans mais le financement sera biennal. Les demandes étaient de plus en plus énormes, il fallait faire des choix », explique le cabinet du maire PS, Gérard Ségura.

« Si on l’avait su dès septembre, on aurait pu trouver l’argent », regrette Pascal-Blaise Ondzie. La ville affirme au contraire que VNR avait été prévenue dès juin 2012. Ces dernières semaines, le ton est monté entre la municipalité et l’association, qui revendique 600 adhérents et 350 élèves danseurs. Une entrevue avec le maire semble avoir apaisé les esprits. « On a obtenu un écrit que l’on peut faire valoir auprès de nos adhérents et partenaires. C’est important de ne pas perdre leur confiance », explique Blaise-Pascal, désireux d’éviter que l’affaire ne soit « récupérée par la droite ».

L’opposition UMP a fustigé le « mépris » de la municipalité envers un événement « de dimension internationale ». « On risque de le perdre au profit d’une autre ville », déplore le conseiller UMP Franck Cannarozzo. C’est une option envisagée, reconnaît Pascal-Blase Ondzie. D’autant qu’une ville voisine aurait déjà fait une offre…

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 25 Avril 2013

 

Aulnay-sous-Bois, le 24 avril 2013

COMMUNIQUE DU MAIRE

« Le réemploi de tous les salariés de PSA

est le préalable obligatoire à une fermeture avant 2014 »

gerardsegura« Par une dépêche de l’AFP, datée d’aujourd’hui, j’apprends que la direction de PSA envisage sérieusement la possibilité de fermer le site d’Aulnay-sous-Bois de façon anticipée en arguant des perturbations liées au mouvement de grève d’une partie du personnel de l’usine.

J’ai déjà eu l’occasion de mettre en garde les responsables du constructeur automobile contre toute tentation d’user du prétexte de la grève comme un moyen de hâter les échéances. Ce serait là un symbole désastreux à l’heure où le dialogue social doit prévaloir sur toute autre considération. Je crains qu’une telle décision, si elle devait se confirmer, ne réveille les vieux soupçons sur le caractère longuement prémédité de la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois.

Conformément aux engagements solennels pris par M. Varin, aucun personnel de PSA ne doit pointer au Pôle Emploi. Les éléments chiffrés, dont je dispose, montrent que nous sommes encore loin du compte en matière de réemploi des salariés du site d’Aulnay. Or, cette condition reste un préalable incontournable à l’éventualité de la fermeture de l’usine avant la date initialement fixée à 2014. »

Gérard Ségura,

Maire d’Aulnay-sous-Bois,

Vice-Président du Conseil général

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Communiqués

Publié le 25 Avril 2013

Militants et élus du PC organisent ce soir leur troisième atelier débat autour de l’école. Pointant une « situation désastreuse héritée de la droite », les communistes s’interrogent : « Quelle ambition pour l’école ? Quelles attentes des familles ? Quel rythme scolaire ? Pour les enseignants, quelle formation et quelle reconnaissance ? »

Ce soir à 19 heures au 25, rue Jacques Duclos. Entrée libre.

Source : Le Parisien

3e-rencontre-v4--2-.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 24 Avril 2013

 

Ce lundi 22 mars au soir se déroulait à la mairie d’Aulnay-sous-Bois une réunion publique de restitution de la concertation effectuée auprès de la population autour du nouveau plan de circulation prévu dans le sud de la ville. La phase de consultation des riverains menée sur les chapeaux de roues au mois de mars a permis de faire émerger trois thématiques principales à savoir les axes structurants sur la commune, les modes de déplacements alternatifs à la voiture (le vélo, la marche, les transports en commun) et le co-voiturage. L’adjoint au maire en charge de la démocratie locale, Miguel Hernandez, a tenu à rappeler que la discussion ne s’arrêterait pas là. Une parole sage lorsque l’on sait que sur les 22 000 habitants situés dans le secteur concerné seuls 85 ont participé aux différents ateliers. Nous vous proposons de revivre cet événement en vidéo à travers diverses interventions. Nous débutons avec la présentation générale du cadre de cette co-élaboration. 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports