Aulnay-sous-Bois : le prix des appartements dans l’ancien continue d’augmenter

Publié le 3 Décembre 2012

prixappart.pngTout le monde campe sur ses positions. C’est en résumé la situation du marché de l’immobilier en Ile-de-France, selon les derniers chiffres fournis par les notaires. Les acquéreurs potentiels espèrent une baisse des prix qui se fait attendre, et les vendeurs ont peur de devoir brader leur bien.

Résultat : au 3e trimestre 2012, 37700 logements ont été vendus dans la région, soit une chute de 21% sur un an. Cette baisse des transactions est sensible depuis six mois maintenant. La baisse des ventes n’épargne aucun département d’Ile-de-France. En dehors de l’attentisme des uns et des autres, il devient aussi beaucoup plus difficile d’obtenir des prêts pour financer son achat.

Malgré ces facteurs qui pèsent sur les transactions, les notaires n’observent pas de repli des prix au mètre carré. Paris s’envole encore pour un nouveau record, la petite couronne reste stable et les seules baisses sont enregistrées en grande couronne, et encore, elles sont très faibles. Que peut-il se passer maintenant? « Difficile de voir le scénario qui va se dessiner », selon les notaires, qui notent cependant : « La baisse continue du nombre de ventes devrait finir par avoir un impact sur les prix qui restent très élevés. »


8440 € le mètre carré à Paris. Et un nouveau record pour les prix au mètre carré à Paris dans les appartements anciens! Certes la hausse n’est pas vertigineuse, avec 1% seulement d’augmentation au 3e trimestre 2012 et 0,8% sur un an. Six arrondissements ont même connu une baisse sur ces trois derniers mois, dont le VIIe et le IVe, qui figurent parmi les arrondissements les plus chers de la capitale. Le VIe arrondissement reste le plus onéreux pour se loger avec un prix du mètre carré qui dépasse les 13000 €. Si vous voulez trouver le prix le plus bas, visez la Goutte-d’Or dans le XVIIIe, avec un prix moyen de 5880 € le mètre carré.

4480 € en proche banlieue. Passé le périphérique, les prix n’ont plus rien à voir avec Paris, mais on n’observe pas de baisse significative des prix. C’est plutôt la stabilité sur un an avec un petit 0,3% d’augmentation. La hausse est plus sensible au 3e trimestre (+ 1,9%), mais, selon la chambre des notaires de Paris Ile-de-France, « ce n’est pas alarmant dans la mesure où le 3e trimestre est toujours la période de l’année où les prix augmentent le plus en raison de la saisonnalité des ventes ». Dans deux départements, les prix ont légèrement baissé sur l’année : la Seine-Saint-Denis (- 0,5%) et le Val-de-Marne (- 0,1%).

3140 € en grande couronne. Situation très contrastée en grande couronne. Dans l’ensemble, les prix baissent sur l’année (- 1%), mais relèvent la tête au 3e trimestre (+ 1,4%). Un écart qui se retrouve dans chaque département. C’est l’Essonne et le Val-d’Oise qui ont connu la baisse la plus significative depuis le début de l’année, avec respectivement - 1,6% et - 1,4%.

Source : Le Parisien 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Vincent C. 05/12/2012 14:26

Mimi, ne croyez pas que les habitants ne se mobilisent pas, bien au contraire. Encore faudrait-il qu'ils soient écoutés. De la part des élus, nous avons le droit à des réponses comme "ce n''est pas
à l'ordre du jour", "pas assez de budget", "pas besoin de ce type d'équipement" ou encore "Je ne sais pas", ou un rire en coin méprisant. Bref des années que nous essayons et rien, encore pire
depuis quelques années même...

mimi 05/12/2012 12:05

Je n'ai pas dit qu'il s'agissait de fête mais d'interactions sociales au sens de liens, d'échanges, de relations de voisinage afin de créer une cohésion voire une solidarité. Lors de la
construction de logements sociaux dans les années 60, la mixité sociale avait vocation d'inculquer et de transmettre Les valeurs de la classe moyenne aux gens issus de l'exode rural considérés
comme "des sauvages"= Un nivellement vers le haut de la société.
Et oui des équipements manquent dans ce quartier. Je ne comprends pas comment les habitants en particulier ceux ayant des enfants ne se sont pas mobilisés sur le sujet.

Vincent C. 05/12/2012 10:57

Mixité sociale ne veut pas dire se mélanger et faire la fête ensemble, ça fait bien longtemps que cette image n'existe plus et ce n'est pas que dans le quartier Sud d'Aulnay. Si vous allez dans une
tour, on peut faire le même constat (à la différence que cela se fait verticalement) Par contre Mimi, je vous rejoins sur le fait d'avoir plus d'équipements pour créer des rencontres et des
échanges. D'ailleurs, il y a un terrain qui n'attend que ça !

JEAN LOUIS KARKIDES 04/12/2012 19:26

Laurent,de quoi parlez vous?
L'étalement urbain est l'urbanisation des surfaces à la périphérie des villes.
Voulez vous dire que vous êtes pour l'urbanisation des surfaces agricoles du triangle de Gonesse,les seules surfaces constructibles aux alentours de notre ville?
C'est une grande première car jusqu'à présent la majorité actuelle ne parlait pas d'expratrier le problème.
On botte en touche?

Mimi 04/12/2012 18:39

Bonjour
J'habite également le quartier Sud et j'en suis très décue car à la différence de ce que vous dites: il n'y a aucune mixité sociale et fonctionnelle. Certes les habitants sont principalement de
classe moyenne, mais il n'y a aucun échange ni relations sociales entre les résidents. A quoi bon proner la mixité si elle ne sert qu'a juxtaposer des couches sociales les unes à cotés des autres
sans liens particuliers. Au lieu de résister contre la construction de logements collectifs, peut-être faudrait-il exiger de la municipalité des équipements, des locaux associatifs, des lieux de
vies qui pourraient générer un mieux vivre ensemble car notre quartier en manque réellement.

Laurent Comparot 04/12/2012 17:32

Des prises de position intéressantes en faveur de l'étalement urbain...

Memeth 04/12/2012 16:31

Bonjour,
j'habite un des quartier pavillonnaire d'Aulnay, mais j'ai vécu 30 ans dans les "quartiers" comme on les appelle. Aujourd'hui, je suis content de vivre dans ce pavillon et c'est pas pour voir la
cité où j'ai grandi au pied de chez moi maintenant. Si on regarde bien, se sont bien souvent des gens très modestes qui achètent maintenant en se saignant aux 4 veines. Je ne vous connais pas Mme
Sylviane, mais vos propos sont dérangeant. La mixité sociale existe déjà. Par contre, les gens qui le peuvent encore s'en vont.

JEAN LOUIS KARKIDES 04/12/2012 15:36

Sylviane,continuez à commenter s'il vous plait.
Vous êtes le meilleur instrument pour disqualifier l'équipe actuelle!

Romuald Weymann 04/12/2012 14:26

Sylviane,

Concernant ceux qui n'ont pas de toit, pensez-vous réellement qu'ils aient les moyens de loger dans l'un des 10 programmes résidentiels (résidentiels hein...) actuellement en construction ou en
projet ?!

Ou comment défendre la municipalité en exploitant de façon opportuniste les démunis.
Pitoyable.

Rémi 04/12/2012 14:01

Sylviane je vous trouve très généreuse avec les propriétés des autres.
C'est une véritable obsession, aucun des arguments échangés sur ce site ne peut vous faire réfléchir, réelle mixité sociale, poumon vert, un minimum de cohérence architectural, maintien de commerce
de qualité, infrastructure routière non adaptée, déséquilibre entre les communes de la région parisienne.
Déplacez vous, allez voir les communes qui ont choisi le tout HLM, au hasard ; Stains, Pierrefitte, Saint Denis.
Arrêtez d'essayer de culpabiliser les gens qui ont acquis un pavillon à Aulnay, ces personnes appartiennent principalement à la classe moyenne qui permet à notre ville une réelle mixité.

sylviane 04/12/2012 12:52

à vous lire Bernard la zone pavillonnaire d’Aulnay a tout l’air d’un petit village gaulois qu’il faut protéger. vous m’avez l’air victime du syndrome NYMBY, genre construisez mais surtout pas
autour de chez moi ! un réflexe humain d’un autre temps . la crise économique et sociale que nous traversons devrait vous amener à plus de solidarité envers ceux qui ne disposent même pas d’un
toit. un toit c’est un droit et vous ne pouvez pas prétendre vivre dans une bulle en ignorant la dure réalité que nous traversons.

bernard 04/12/2012 08:52

je vie en pavillon dans une zone pavillonnaire, je ne veux pas que l'on change de zone, j'ai travaillé toute ma vie en me privant de nombreuses choses pour avoir ce pavillon je ne me considére pas
comme étant égoïste
laissez les zones pavillonnaires tranquilles
l'on ne sera pas plus heureux avec 100 000 habitants

Romuald Weymann 03/12/2012 19:24

Pour appuyer vos propos JL, voici un rapport du Sénat datant de 2006 concernant la proportion de logements sociaux, dans les communes de Seine-Saint-Denis.
http://www.senat.fr/questions/base/2006/qSEQ060221487.html


Avec 37% de logements sociaux à l'époque, Aulnay était déjà bien au-dessus du minimum requis (qui est de 20%, mais il me semble que Duflot veut augmenter la part à 25 et il était même question de
30% !).


Pourquoi donc bâtir toujours plus de logements sociaux alors qu'Aulnay en regorge ?
D'autant plus que les habitants des logements sociaux sont peu voire non imposables.
Sachant que, jusqu'ici, PSA notamment compensait la perte fiscale de cette forte proportion d'administrés peu à pas imposables, et suivant l'adage « gouverner, c'est prévoir », on peut se demander
si l'équipe municipale ne nous mène pas droit dans le mur alors que PSA va fermer, et que la mairie souhaite toujours plus de logements sociaux...

Allez, soyons fous, bâtissons jusqu'à 64% de HLM, comme à Stains !!

Beda bruno 03/12/2012 19:09

Construire pour faire baisser les prix ??

Avant de construire n'importe comment et sans aucne concertation , il faudrait peut etre avoir une vision un peu plus globale.

Il ne faut pas construire que du logement , il faut les infrastructures qui vont avec et si on prend l'exemple des transports , rien n'a été (et ne sera ) fait.

Rémi 03/12/2012 18:20

Une réponse pour Sylviane
Construire des logements sociaux ne fera pas baisser le prix des logements.
On peut aussi raser les pavillons d'Aulnay sous Bois, ces affreux égoïstes iront vivre ailleurs, mais vous allez pleurer car vous n'aurez plus de mixité sociale.....
Dans ma jeunesse je vivais à Saint denis, ville populaire, mais quand nous avons voulu acheter lors de la rénovation de cette ville, ce ne fut pas possible car la municipalité de l'époque ne
voulait que des HLM, dans une ville où comme Aulnay le logement social était important.
Allez vous promener à Saint Denis rue de la république ce qui correspondait à notre boulevard de Strasbourg aujourd'hui. Je ne souhaite pas cet avenir à Aulnay, il faut un équilibre dans une ville,
il est temps d'arrêter la démagogie.

JEAN LOUIS KARKIDES 03/12/2012 17:25

Sylviane,ce n'est pas Aulnay qui manque de logements sociaux.
Ce serait plutôt Le Raincy ou plus encore les communes de l'Ouest parisien.
Nous sommes bien au dessus du taux obligatoire.
Alors construire peut être mais là n'est pas le problème.
Comment construire,où construire,pour qui construire et surtout comment permettre à chaque habitant d'être heureux.
Au nord,le début de la réhabilitation des logements,la destruction de tours et la construction d'immeubles accueillants est un début.
Malheureusement notre Maire a décidé une augmentation importante du loyer des HLM .
Au sud, en effet les programmes de construction ne permettront pas une mixité sociale.
Aulnay,par son histoire possède deux zones socialement différentes (beaucoup moins d'ailleurs qu'en 1960).
Plutôt que de surfer sur ce fait en attisant le communautarisme au nord et la colère d'associations au sud,il serait préferable de chercher ENSEMBLE les moyens de bien vivre ensemble.
Alors construire oui!Mais ensemble.

Romuald Weymann 03/12/2012 16:11

Sylviane,

Reste à prouver que les candidats aux logements sociaux puissent s'installer dans l'un des multiples programmes résidentiels qui se construisent au centre d'Aulnay...

A 193.000 euros un 40m² orienté plein nord, 2e étage pour un appartement du programme Evidence (Fernand Herbaut), ça fait cher !

Il est des signes qui ne trompent pas : dans ma rue (avenue Anatole France), 2 agences chargées de vendre 2 programmes immobiliers différents (dont l'une qui s'occupait du programme Evidence
sus-cité) ont mis la clé sous la porte et ont été remplacées peu après par 2 nouvelles agences, dont l'une en charge du programme Coeurville.


Bref ça ne s'arrête pas.


Cessez de faire croire que s'opposer à la construction boulimique de ces résidences de standing - n'est-ce pas la mairie qui veut promouvoir le commerce de proximité par des résidences de standing
?... - c'est être contre les habitants d'Aulnay Nord, qui ne peuvent financièrement être concernés, par manque de moyens, par ces programmes immobiliers.

wilfrid 03/12/2012 15:37

Oui, l'année 2012 est l'année où Aulnay augmente également. 11%. C'est énorme par rapport au -5% de l'année dernière.

=> http://www.aulnaylibre.com/article-immobilier-en-ile-de-france-a-baisse-mais-pas-trop-106648370.html

Laurent Comparot 03/12/2012 14:43

Eh, oui, la pression immobilière dans notre région est une vague de fond que la crise n'entame en rien. Si quelques aveugles et ignorants ainsi qu'un quarteron de politicards largués pensent que
cela s'arrête au frontière de notre belle commune, c'est une réalité qui exprime une demande forte et soutenue.

sylviane 03/12/2012 14:25

malgré la crise le prix du foncier continue d’augmenter à Aulnay. il faut donc construire pour élargir l’offre que propose la ville ce qui fera mécaniquement baisser les prix. nous manquons
cruellement de logements notamment sociaux c’est évident. la résistance des Aulnaysiens de la zone pavillonnaire à stopper toute construction est d’un égoïsme sans nom. un minimum de solidarité et
d’esprit de partage ne fait de mal à personne