Aulnay-sous-Bois : balade dans le quartier de la Rose des vents autour du plan de rénovation urbaine (PRU) (3)

Publié le 16 Novembre 2011

Après l'épisode 1 (ici) et l'épisode 2 () poursuivons notre balade urbaine au cœur du quartier de la Rose des vents jusqu'à l'Eden des jardins du Zéphyr...

baladeurbainerosedesvents7.JPG

Comme nous l'avons déjà expliqué, la rénovation urbaine en cours dans le quartier de la Rose des vents est spectaculaire et tente d'améliorer fondamentalement la qualité de vie des habitants. La photo ci-dessus montre bien le travail de fond effectué sur le bâti. Pendant la balade,  certains ont déploré la présence trop apparente de linge, d'antennes paraboliques ou de vélos sur les balcons tout en admettant ne pas savoir quoi faire pour changer les choses ! Peut-être qu'un peu de pédagogie autour du règlement intérieur constituerait une piste à explorer...

En attendant, la photo suivante, ci-dessous, montre vers quoi le plan de rénovation urbaine (PRU) tend. Offrir les meilleures conditions de logement possibles autour de lieux de vie (notamment des parcs et des jeux pour enfants ) clôturés pour parfaitement délimiter l'espace public et l'espace privé.

baladeurbainerosedesvents8.JPG

Nous sommes ensuite arrivés Allée de la Bourdonnais (photo ci-dessous). L'habitat est dans ce cas totalement résidentialisé et également arboré. Avez-vous remarqué au premier plan de l'image les trois petits robots gris munis d'une sorte d'antenne ?

baladeurbainerosedesvents9.JPG

Ce sont en fait des conteneurs enterrés pour les déchets ménagers. Ces nouveaux équipements impliquent des modifications d'usage auxquelles les habitants sont peu à peu sensibilisés. Visiblement il reste encore un peu de travail, notamment avec les valises de voyageurs !

baladeurbainerosedesvents10.jpg

La balade s'est alors poursuivie en direction d'une espèce d'Eden improbable au milieu des grands ensembles d'habitat collectif. Il est des endroits dont le choc visuel vous laisse sans voix. Les jardins du Zéphyr en font assurément partie. Il aura fallu quatre années pour faire sortir de terre cette idée portée par le milieu associatif, notamment les centres sociaux (ACSA) et les femmes relais. Aménager cinquante deux parcelles de trente mètres carrés chacune et les attribuer, contre une cotisation annuelle d'une trentaine d'euros, à des familles pour qu'elles cultivent leur jardin comme disait Candide. Deux parcelles sont même réservées à des fins pédagogiques pour les écoles et les haltes jeux.

lesjardinsduzephyr1.JPG

L'intérêt est évident. Créer du lien social, mélanger les habitants autour d'un lieu d'échange convivial. Ces instants passés au milieu des jardins du Zéphyr méritaient à eux seuls une présence à cette balade urbaine... Le quatrième et dernier épisode qui y sera consacré nous permettra de prendre un peu de hauteur à bord d'une montgolfière installée au stade Vélodrome... En attendant voici d'autres clichés de ce petit paradis urbain...

lesjardinsduzephyr2.JPG

 lesjardinsduzephyr3.JPG

lesjardinsduzephyr4.JPG

lesjardinsduzephyr6.JPG

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 17/11/2011 12:42


J'avais vu un reportage sur ce type de jardins potagers, sur France 3 me semble-t-il.

Initiative qui semble prometteuse, car permettant de créer un très intéressant lien générationnel, culturel, tout en mettant de la verdure au coeur de ces espaces archi-bétonnés.

Et comme j'aperçois des femmes souriantes sur les photos de potager, cela me fait penser à une anecdote relatée par un lieutenant du 21ème RIMa dans un ouvrage qu'il a récemment publié.
Dans un village afghan, des soldats français ont creusé un puits afin que les femmes du village n'aient plus à parcourir plusieurs km pour chercher de l'eau.

Sauf que durant la nuit suivant l'inauguration du puits, celui-ci a été partiellement bouché avec des pierres. Qu'à cela ne tienne, les soldats l'ont débouché en découvrant le « sabotage ».
Mais la nuit suivante, rebelote.
Un soldat s'est alors posté en embuscade.
Et il s'est avéré les « saboteurs » étaient des femmes... En fait, ces femmes avaient transformé leur corvée d'eau en occasion de se retrouver enfin seules, entre elles, durant plusieurs heures que
durait le trajet aller-retour entre le village et la source d'eau....