Site PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois : fermeture ou pas ? De qui se moque-t-on ?

Publié le 28 Octobre 2011

PSAEntranceDepuis des semaines tout le monde en parle. L'agitation autour de la fermeture potentielle du site PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois alimente les conversations et les spéculations.  Chacun y va de son petit article, de son communiqué de presse ou même de sa question au gouvernement. Pourtant le temps passe et aucun élément  autre que des paroles de circonstance ne vient apporter de certitudes quant à la pérennité de l'activité du groupe automobile dans notre ville.

Un groupe en bonne santé financière

Premier élément de surprise, il me semble n'avoir vu personne se pencher sur la santé financière de cette entreprise. Pourtant quelques clics permettent l'accès à des données pour le moins instructives (ici). Ainsi, au troisième trimestre 2011, le chiffre d'affaires du Groupe est-il en progression de 3,5 % par rapport à 2010. S'il faut bien admettre qu'à périmètre identique le chiffre d'affaires de la branche automobile est en baisse de 1,6 %, ce dernier progresse de 4,1 % sur 9 mois d'activité lorsque l'on compare 2011 à 2010.

Ces éléments viennent confirmer ceux publiés par PSA dans un communiqué de presse daté du 27 juillet 2011 (). Le Président du Directoire y déclare la "robuste performance" du Groupe malgré les effets dus à la catastrophe nucléaire survenue au Japon et la hausse du prix des matières premières qui pénalisent particulièrement sa branche automobile. En outre, cette dernière montre des signes de croissance extrêmement encourageant sur les marchés émergeants. Ainsi, les ventes de véhicules progressent de 10,2  % en Chine, de 21,7 % en Amérique Latine et même de 65,5 % en Russie. Globalement, enfin,  le chiffre d'affaires et le résultat net part du Groupe étaient affichés en progression notable.        

citroenracing

De la rentabilité avant tout et de l'impuissance supposée des politiques

Toutefois, ces belles promesses d'avenir semblent paradoxalement s'ouvrir sur de sombres perspectives.  Pas pour tout le monde néanmoins. Car si PSA Peugeot Citroën annonce des coupes franches dans ses effectifs (on parle de 6 000 postes en moins l'an prochain) et des réductions de coûts massives (800 millions d'euros) en Europe, le constructeur s'apprête à investir 940 millions d'euros au Brésil pour doubler sa capacité de production d'ici 2015 ! Le Groupe automobile sait donc parfaitement mesurer les critères qui contribuent à sa rentabilité à travers ses comptes de résultats, bilans, budgets, ajustements de prévisions, recherche des écarts, ratios, et autres plans triennaux qui lui servent à élaborer sa stratégie industrielle.

Cette dernière se décline alors en différents objectifs à atteindre pour maintenir le cap dans la direction souhaitée ! Personne ne saurait l'ignorer ! A commencer par nos politiciens ! D'un certain point de vue leurs gesticulations actuelles sont presque pathétiques ! Soit ils font semblant d'être naïfs, ce qu'ils ne sont forcement pas, soit leur impuissance à obtenir des informations claires et précises est preuve d'un immobilisme consternant ! On n'est plus à l'école et il ne suffit pas de lever le doigt gentiment pour demander des réponses ! Il faut taper du poing sur la table et mettre les principaux protagonistes de cette histoire devant leurs responsabilités ! Obtenir du concret et de la visibilité sont des préalables incontournables afin de pouvoir réagir et anticiper en cas de besoin.

Les discours et poncifs convenus ne suffisent plus à masquer l'atmosphère d'insécurité qui règne sur le sort de l'usine PSA. Et l'épée de Damoclès que l'on laisse sciemment planer au dessus des salariés de l'entreprise et leurs familles ainsi que sur la ville d'Aulnay-sous-Bois est tout bonnement intolérable. Franchement, de qui se moque-t-on ?

Stéphane Fleury

 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Daniel VERNET 11/11/2011 15:32


Article très juste travaille à PSA Aulnay depuis 1978 Technicien et la pression pour quitter l'usine ou PSA est très forte. Pour être factuelle la moitié des batiments sont déjà fermés de 6000 nous
ne sommes plus que 3000. De 6 équipes plus que 2 et de 1800 V/J plus que 700.