David Vincent les a vus ... à Aulnay-sous-Bois !

Publié le 17 Février 2010

david-vincent3.jpgLes promoteurs : ces êtres étranges venus d'une autre planète. Leur destination : Aulnay-sous-Bois. Leur but : en faire leur univers. David Vincent les a vus ! Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre à étudier le plan local d'urbanisme d'Aulnay-sous-Bois à la recherche d'une zone UG que jamais il ne trouva.

Cela a commencé par une révision et une modification du PLU mal fagotées et  par un homme devenu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l'atterrissage d'un vaisseau venu d'une autre galaxie. Maintenant, David Vincent sait que les promoteurs sont là !, à la recherche de la moindre zone UD ou UA, qu'ils ont pris forme humaine avec des costards cravates et des dents blanches de vendeurs de cuisine... et qu'il lui faut convaincre une ville incrédule que le cauchemar a déjà commencé...

Cet après-midi, grâce à un Huggy les bons tuyaux, j'ai passé un moment dans les rues de Pimodan et Henri Barbusse avec quelques habitants. Ce qui m'a frappé c'est l'instabilité qui règne dans le quartier. Depuis que les promoteurs ont fait main basse sur quelques pavillons, allant parfois jusqu'à payer des sommes qui donnent le tournis, les riverains sont sur le qui vive, à l'affût de la moindre information. 

A tel point qu'en prenant quelques photos du coin  en partant, des personnes m'ont interpellé pour me demander si je savais quelque chose... Dans le quartier, les conversations vont bon train : et à tel numéro c'est déjà vendu ? Et à un autre c'est en cours de négociation ? Mais que vont-ils construire ? Et moi, j'ai acheté pour un certain cadre de vie, que va-t-il advenir de tout cela ? Je l'ai senti, c'était palpable, la belle sérénité de cette zone pavillonnaire paisible située à proximité du centre ville s'est évanouie...

03265SALENGRO.jpg( ci-dessus le plan du quartier. Le gros trait noir c'est le périmètre d'étude, voté en Conseil municipal en octobre dernier, permettant à la mairie de "contrôler" l'action des promoteurs. Le problème est que ces derniers ont frappé juste à côté en s'appropriant les pavillons des 16 et 18 rue Henri Barbusse et du 27 rue de Pimodan. Autre aspect intéressant, rue de Pimodan côté numéros pairs c'est en zone UG pavillonnaire, alors que côté numéros impairs c'est en zone UD)

La faute à qui ? A la zone UD. En effet, bien que ces rues soient composées quasi exclusivement de pavillons, dont certains il faut l'avouer ont un certain cachet, au sens du plan local d'urbanisme ce n'est plus une zone pavillonnaire et il est donc possible de construire un immeuble de 15 mètres (au faîtage). Une fois de plus, ce n'est pas forcement le fait de réaliser des logements qui pose problème. Les riverains savent que ces rues sont situées prés de la gare et à proximité du boulevard de Strasbourg et de ses commerces. Cette densification de centralité semble donc pertinente et certains habitants l'ont parfaitement intégré.

Ce qui cloche et cela devient une habitude, c'est la méthode. Ce grignotage successif suscite une inquiétude réelle chez ceux que j'ai rencontrés. D'autant plus que, dans certains cas, les pressions sont énormes sur les propriétaires. On m'a dit qu'on était allé jusqu'à raconter à un couple de personnes âgées qu'ils seraient expulsés s'ils ne vendaient pas. Alors ils ont vendu. C'est une manière plutôt barbare de procéder. Parfois je me demande dans quel monde on vit ?

DSC03609(ci-dessus la rue de Pimodan)

Pour dire la vérité, ces rencontres et ces conversations m'ont rappelé les événements de l'avenue Coullemont dont on disait il n'y a pas si longtemps plus jamais ça... Il faut croire que c'est encore possible. Les habitants oscillent entre colère et amertume parce qu'ils sentent bien que le devenir du quartier leur échappe, pestant contre ceux qui ont cédé aux sirènes du gros chèque... Certains espèrent encore une réelle et sincère concertation dans l'élaboration du projet final, leur garantissant la préservation d'une certaine harmonie architecturale du quartier.

L'occasion sera justement donnée ce jeudi 18 février à 20h à la salle Dumont d'y voir un peu plus clair puisqu'une réunion des habitants des quartiers Centre gare et Nonneville en présence du maire a été annoncée.

Affaire à suivre...

Stéphane Fleury



  

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Xavier Asté 20/02/2010 15:29


Merci pour votre article, car je cherchais effectivement des informations complémentaires suite à la réunion du jeudi 18 février. Concerné par cette opération, puisque j'habite dans un quartier
pavillonnaire non loin de là (Zone UG), j'aimerais savoir quel est le statut exact des parcelles 25 rue de Pimodan, 16 et 18 rue H. Barbusse. Sont-elles effectivement vendues ou bien s'agit-il de
simples promesses de vente? En clair, les opérations prévues sont-elles réversibles en tout ou partie ?

Il est bien évident que si des constructions du type de celles qui sont apparemment prévues sont réalisées, cela va bien évidemment dénaturer ce quartier. En clair, il apparaît aujourd'hui que la
zone d'études aurait dû être étendue au-delà de celle qui a été prévue, afin de maîtriser l'urbanisme de la zone UD.

Par ailleurs, quand vous parlez de sommes qui peuvent donner le tournis, pouvez-vous être plus explicite, car cela aura, sans nul doute, une incidence sur les marges de négociation de la
municipalité?

Il me semble qu'un mouvement de "résistance citoyenne" doit pouvoir être mobilisé pour faire échec à des projets qui risquent de porter atteinte à l'âme de nos quartiers. Il faudrait donc étudier
toutes les voies de recours
envisageables.

Peut-on faire intervenir un projet de classement ? ( en particulier, figure au 23 de la rue de Pimodan, une maison remarquable, type art déco 1920-1930 ). Peut-on définir un projet alternatif
municipal ou citoyen, type Maison de quartier ou un habitat ecolo avec une architecture remarquable, ne dépassant pas 10m de haut?

La réunion du 18 février a bien montré l'émoi de la population, il me semble que quelque chose doit être fait pour sauvegarder et même embellir notre patrimoine (qui, à certains endroits en a
vraiment bien besoin, et en particulier au centre-ville) en favorisant la création d'un esprit de village agréable et à taille humaine.

Merci de votre réponse.

Bien à vous.


Adam 18/02/2010 16:24


Effectivement,notre petite ville est passée dans la quatrième dimension. La démocratie participative dans cette dimension là est totalement distordue. Que vont devenir toutes ces concertations dont
les questions perdent leurs réponses dans l'infini... ?