Aulnay-sous-Bois : le blog Aulnaylibre ! demande un droit de réponse au directeur de publication d’Oxygène et maire Gérard Ségura

Publié le 13 Février 2013

Suite à la parution de la tribune PS, PRG et Personnalités en page 18 du numéro 171 d’Oxygène le 4 février 2013 (voir image ci-dessous), dans laquelle le conseiller municipal en charge des copropriétés Raoul Mercier écrit qu’un blogueur compare les électeurs de Gérard Ségura à des pigeons et à des chiens, le blog Aulnaylibre ! demande le droit de réponse suivant à son directeur de publication Gérard Ségura. Adressée au maire d’Aulnay-sous-Bois le 6 février cette requête n’a fait pour le moment l’objet d’aucune réponse…

tribuneraoulmercier.png

   Aulnay-sous-Bois, le 6 février 2013

 

Monsieur, le Maire,

Monsieur le directeur de publication d’Oxygène Gérard Ségura,

Dans le numéro 171 d’Oxygène paru le 4 février 2013, en page 18, le conseiller municipal Raoul Mercier a écrit en tribune du groupe PS, PRG et Personnalités « qu’un blogueur compare les électeurs de Gérard Ségura à des pigeons et à des chiens ». Les mots utilisés par monsieur Mercier ont sans doute largement dépassé sa pensée puisqu’aucun site de la blogosphère locale n’a fait mention de chiens.

Le site Aulnaylibre !, dont je suis le rédacteur en chef, a effectivement publié un article (voir le lien ici : http://www.aulnaylibre.com/article-aulnay-sous-bois-les-pigeons-ont-ils-vote-gerard-segura-en-2008-et-revoteront-ils-pour-lui-en-2014-114592158.html ) évoquant la possibilité que certains électeurs de l’actuelle majorité municipale puissent éprouver le sentiment d’avoir été « pigeonnés ». Il s’agit donc bien de pigeons et non pas de chiens.

Je n’ose croire un instant que Raoul Mercier se soit volontairement laissé aller à détourner des propos dans le seul but de salir le blog Aulnaylibre !, et plus généralement celles et ceux qui animent et entretiennent la belle vitalité démocratique de notre commune à travers leurs sites quelles que soient les différentes opinions qui puissent s’y exprimer.

La diversité des points de vue n’est-elle pas le socle et le terreau fertile de notre démocratie ? L’emploi du mot chien a une connotation infiniment péjorative et il est absolument inacceptable qu’un élu de la République l’utilise dans une publication municipale de façon erronée et injustifiée.

En conséquence, conformément à l’article 6 de la loi relative à la communication audiovisuelle de 1982 et à la loi pour la confiance dans l’économie numérique numéro 2004-575, je vous demande d’avoir l’obligeance de publier le droit de réponse ci-dessous :

« C’est par erreur que nous avons publié dans la tribune du groupe PS, PRG et Personnalités en page 18 du numéro 171 d’Oxygène daté du 4 février 2013 qu’un blogueur compare les électeurs de Gérard Ségura à des pigeons et à des chiens. Il fallait en réalité lire un blogueur compare les électeurs de Gérard Ségura à des pigeons. A aucun moment le mot « chiens » n’a été employé par un blogueur local sur son site pour qualifier les électeurs du maire actuel. Nous nous excusons donc auprès de ce blogueur d’avoir utilisé un mot qu’il n’a jamais écrit ou prononcé ».

Bien évidemment, si Monsieur Mercier pensait à un autre blogueur en évoquant cela, je vous saurais gré de me répondre à ce sujet. En outre, et j’espère ne pas en arriver à cette situation, si vous refusiez de publier ce droit de réponse, je me verrais dans l’obligation de saisir la justice.

Je vous remercie par avance de votre diligence à rétablir la vérité, et dans l’attente, vous prie d’agréer l’expression de mes salutations distinguées.

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Oxygène

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Olivier Attiori 13/02/2013 14:26

Tiens pour une fois je vais lire ce journal de propagande de M. SEGURA. J'attends avec impatience le prochain numéro.

Benjamin GIAMI 13/02/2013 12:13

A Stéphane,

Comme je te l'ai dit, et je le répète ici publiquement : tu peux compter sur mon soutien le plus total.

Sache que je reste à ton entière disposition pour toute aide dont tu aurais besoin. La vérité doit être rétablie et je te conseillerai de mon mieux pour que cette tribune soit dénoncée et que les
méthodes employées soit connues de chaque Aulnaysien.

Bien à toi,

Benjamin Giami